Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Recensions et notes de lectureSarah Abdelnour et Dominique Méda...

Recensions et notes de lecture

Sarah Abdelnour et Dominique Méda (dir.), Les Nouveaux travailleurs des applis

Arthur Jan
Référence(s) :

Sarah Abdelnour et Dominique Méda (dir.), Les Nouveaux travailleurs des applis, Paris, PUF, 2019.

Texte intégral

1Alors que le débat public connaît d’importantes controverses, depuis le milieu des années 2010, autour de l’émergence de « plateformes », mettant en relation, par le biais d’outils numériques, des client es et des prestataires de services indépendant es, cet ouvrage collectif réunit plusieurs contributions visant à mieux analyser ce phénomène et à le saisir empiriquement.

  • 1 Voir notamment Trebor Scholz (dir.), Digital labor. The internet as Playground and Factory, New Yo (...)
  • 2 Voir en particulier Nick Srnicek, Platform Capitalism, Polity Press, 2016.

2Co-dirigé par Dominique Meda et Sarah Abdelnour, l’ouvrage établit une première synthèse des enquêtes conduites par une équipe de chercheur es en sociologie et en droit sur le « capitalisme de plateforme ». Cette notion est ici préférée au terme « d’ubérisation » que l’on retrouve dans le débat public, ou à celle de digital labor employée dans plusieurs travaux sur le capitalisme numérique1. Le choix de ce concept – également mobilisé par d’autres auteurs2 –, a pour objectif de « saisir le modèle spécifique de travail qui se développe sur les plateformes, à savoir l’externalisation des travailleurs et le déplacement des frontières du travail, en inscrivant ce processus dans un système de captation du profit propre à la nouvelle forme de capitalisme » (p. 10).

  • 3 Par « Plateforme », on désigne ici, avec les auteurs et autrices de l’ouvrage, les dispositifs tec (...)

3L’ouvrage se donne pour objectif d’apporter des éléments d’analyse sur la structuration sociale du capitalisme de plateforme et les inégalités qui en découlent, d’exposer le rôle joué par les plateformes3 et la façon dont elles organisent le travail, de mettre au jour la façon dont elles recomposent les frontières sociales et juridiques du travail, et d’étudier les nouvelles régulations appliquées à ces entreprises émergentes.

4Tout au long du livre, les différentes contributions reviennent sur les promesses et les aspirations – à l’autonomie, à un travail passionnant ou pourvoyeur de sens – sur lesquelles s’appuient les plateformes et s’emploient à mettre en évidence l’écart entre ces promesses et les conditions effectives de travail.

5Dans le premier chapitre, Diane Rodet retrace la généalogie de la notion « d’économie collaborative », en montrant comment elle a permis à des entreprises du capitalisme numérique d’être associées à l’économie sociale et solidaire et de se prévaloir des vertus habituellement associées à des organisations non-lucratives. En s’appuyant sur une enquête concernant la plateforme « La Ruche qui Dit Oui » et sur la littérature existante, l’autrice montre que les pratiques de ces entreprises s’avèrent en réalité bien éloignées de cet idéal « collaboratif ». Derrière la promotion d’une économie alternative et d’échanges de « pair-à-pair » qui rapprocheraient les utilisateurs du service, se cache en effet l’intermédiation d’entreprises pleinement inscrites dans l’économie de marché, encadrant les pratiques de travail et prélevant une commission sur des échanges marchands. Finalement, si des rapprochements doivent être opérés entre économie sociale et solidaire et capitalisme de plateforme, c’est surtout dans les pratiques d’emploi et les ressorts de l’engagement des travailleurs et travailleuses. Comme dans le secteur associatif, les faibles rétributions financières des plateformes reposent ainsi sur le « déni de travail » et la non-comptabilisation d’une partie des heures effectuées. De même, l’adhésion de certain·es des travailleurs et travailleuses repose sur l’acceptation – temporaire et souvent grâce à des ressources extérieures – d’un emploi précaire pour bénéficier d’une activité jugée pourvoyeuse de sens et exercée avec une plus grande autonomie.

6Le deuxième chapitre, rédigé par Pauline Barraud de Lagerie et Luc Sigalo Santos, s’intéresse à l’émergence de plateformes de crowdworking, à l’instar d’Amazon Mechanical Turk. Le service proposé par ces entreprises consiste à décomposer des activités très peu qualifiées en une série de « micro-tâches » qui sont ensuite confiées à une « foule » de travailleurs et travailleuses en ligne, qui se connectent quand ils le souhaitent. En mobilisant une enquête réalisée sur la plateforme française de micro-travail Foule Factory et sur la littérature académique, l’autrice et l’auteur montrent que le modèle de ces plateformes repose sur la promesse faite à leurs client·es, comme à leurs travailleurs et travailleuses, d’optimiser leur temps : en confiant le travail à une foule pour les premier·es, en marchandisant les multiples temps d’attentes du quotidien – comme le temps passé dans les transports – pour les second·es. La richesse du chapitre réside dans le rapprochement opéré entre ce nouveau mode de travail et le système du « tâcheronnat » qui existait au xixe siècle. Cette proximité se trouve dans le système de sous-traitance instauré par les plateformes qui génèrent des revenus de leur rôle d’intermédiaire, entre un donneur d’ordre et des travailleurs et travailleuses à la tâche, mais également dans les faibles rémunérations que les internautes tirent de cette activité qu’ils peinent à considérer comme un travail. Pauline Barraud de Lagerie et Luc Sigalo Santos remarquent cependant que ce phénomène, encore limité et développé en France par de petites entreprises, ne fait pas, jusqu’à présent, l’objet de critiques similaires à celles qui ont conduit à l’abolition du tâcheronnat. Les micro-travailleurs et travailleuses elles-mêmes semblent ainsi concentrer leurs griefs davantage sur les client·es que sur la plateforme.

7Dans le troisième chapitre, Anne Jourdain et Sidonie Naulin s’intéressent à la façon dont l’économie numérique constitue un moyen pour des amateurs et amatrices ou des professionnel·les de marchandiser leurs loisirs sur internet. Elles mobilisent trois études de cas : les blogs culinaires, la plateforme Etsy de vente d’objets faits main, et la plateforme La Belle Assiette, qui met en relation des client·es et des cuisinier·es à domicile. L’attrait suscité par les plateformes qu’elles étudient repose sur deux piliers : l’aspiration à pouvoir « vivre de sa passion », en tirant des revenus d’une activité exercée de façon indépendante ; et la promesse d’une démocratisation de l’accès au travail, en échappant aux discriminations et au plafond de verre rencontrés dans le monde salarial. Cela permettrait aussi plus facilement à des mères au foyer de continuer à travailler en restant à leur domicile et de mieux articuler leur vie familiale et leur travail. Pourtant, seule une petite minorité parvient à tirer de ces plateformes des revenus suffisants pour vivre, au prix d’un important travail de mise en valeur des contenus, et cette économie tend à reproduire les inégalités existantes sur les marchés traditionnels – de genre, notamment : les femmes sont majoritaires sur ces plateformes, mais les hommes en tirent des revenus plus importants. Pourquoi les travailleurs et travailleuses persistent-elles alors, malgré tout, à marchandiser leur passion en ligne ? Les autrices distinguent deux cas de figure. Pour les « professionnel·les », qui cherchent à construire une carrière dans le secteur, il s’agit d’un revenu parmi d’autres, permettant d’acquérir une visibilité et de se lancer dans le domaine. Pour les « amateurs et les amatrices », majoritaires, la marchandisation permet surtout de développer sa passion : entretenir des sociabilités avec les client·es et avec les pairs et bénéficier de la reconnaissance associée à cette nouvelle visibilité.

  • 4 Nous renvoyons ici au travail doctoral en cours mené par l’auteur de cette recension sur les mobil (...)

8Le quatrième chapitre, rédigé par Sarah Abdelnour et Sophie Bernard, s’intéresse aux formes de résistance et aux mobilisations collectives des travailleurs de plateformes. Les autrices s’appuient principalement sur le cas emblématique des chauffeurs Uber, dont le mécontentement est généré par une désillusion professionnelle : les plateformes ne tiennent pas leur promesse d’ascension sociale et les travailleurs font face à la dégradation des conditions de travail et des rémunérations. Au-delà de la précarité et du turn-over, le passage du mécontentement à la mobilisation se trouve toutefois entravé par le statut d’indépendant des travailleurs et travailleuses des plateformes. En effet, ne disposant pas de mécanismes de représentation et consacrant un temps extensif au travail pour survivre, leur investissement militant s’avère très coûteux. Le mouvement n’est donc pas porté par les travailleurs les plus précaires, mais par une fraction de chauffeurs les plus engagés dans le métier, davantage insérés dans des collectifs de travail, où le sentiment d’appartenance se construit autour de l’affirmation de la masculinité et de trajectoires sociales et migratoires proches. Ces meneurs disposent souvent d’une expérience préalable de la conflictualité, même s’ils se tiennent à distance du rôle de syndicaliste. Leurs revendications s’orientent alors, en grande partie, vers une demande de « régulation », voire de « clôture » de la profession, qui s’adresse autant aux plateformes qu’aux pouvoirs publics. Dans ce chapitre, le cas emblématique des chauffeurs Uber permet aux autrices d’identifier des mécanismes de résistance et d’organisation communs aux « travailleurs et travailleuses de plateformes » de différents secteurs. L’étude des livreurs de repas invite toutefois à nuancer certains constats tirés à partir du secteur des VTC. En particulier, le constat de mobilisations d’abord portées par les travailleurs et travailleuses tirant l’essentiel de leurs revenus du travail de plateforme, semble moins vérifié dans le cas des livreurs, où un petit nombre « d’entrepreneurs de cause », qui ne travaillent plus (ou à temps très partiel) sur les plateformes, jouent un rôle important dans la structuration du mouvement4.

9Le cinquième chapitre, rédigé par les juristes Hélène Nasom-Tissandier et Morgan Sweeney, met à jour une évolution de la jurisprudence sur deux enjeux essentiels, qui opposent les plateformes à leurs concurrents économiques et à une partie de leurs travailleurs et travailleuses. Le premier concerne la prétention des plateformes à n’être que des intermédiaires « neutres », ce qui leur permet de n’être soumis qu’au droit numérique. Cet argument, d’abord pris en compte par certaines juridictions, a ensuite été contesté par plusieurs décisions judiciaires majeures. La plus importante est l’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne du 20 décembre 2017, qui a estimé que le service d’intermédiation qu’Uber fournissait relevait bien de la qualification de service de transport et que la firme devait donc appliquer la législation espagnole à laquelle elle prétendait échapper. En France, la décision de la cour d’appel de Paris du 1er juin 2017 de condamner Uber pour ne pas avoir rappelé ses chauffeurs à leurs obligations légales – en particulier dans l’espace urbain – témoigne du même refus de considérer la plateforme comme un intermédiaire « neutre ».

10Le deuxième enjeu central du contentieux concerne le statut social des prestataires. En France, les tribunaux des prud’hommes et la cour d’appel de Paris ont d’abord refusé de reconnaître la subordination des travailleurs et travailleuses des plateformes. Ces décisions ont toutefois été invalidées en 2018 par la Cour de cassation, qui a estimé que la géolocalisation permettait à la plateforme de disposer d’un pouvoir de contrôle et de sanction caractéristique d’un lien de subordination. Alors que cette décision reste construite sur la définition classique de la notion de subordination, les deux juristes montrent l’originalité de l’approche « organisationnelle » retenue par les juges en Angleterre et aux États-Unis. Ces derniers reconnaissent les travailleurs et travailleuses des plateformes comme des salariés en raison de leur intégration à l’activité économique des plateformes et de leur absence de clientèle propre. En 2019, la cour d’appel de Paris s’est rapprochée de l’analyse de ces juridictions, en intégrant, parmi les motifs de requalification d’un ancien chauffeur Uber en salarié, son intégration à « un service organisé par la société Uber BV ».

  • 5 Poulot Denis, Question sociale. Le Sublime ou le travailleur parisien tel qu'il est en 1870, et ce (...)
  • 6 Alain Cottereau, « “Droit et bon droit”. Un droit des ouvriers instauré, puis évincé par le droit (...)
  • 7 Expression que l’on peut traduire par « économie à la tâche », « économie à la demande » ou encore (...)

11Enfin, dans la postface, Dominique Meda revient sur le discours millénariste de l’économie numérique, qu’elle situe dans la lignée de la « nouvelle économie » du début des années 2000. Ce discours voudrait que la révolution technologique, perçue comme inéluctable, soit à l’origine d’une mutation importante du travail, amené à devenir plus collaboratif, autonome et source de plaisir. Les grandes entreprises hiérarchisées n’auraient alors plus de raison d’être, du fait de la réduction drastique des coûts de transaction qui en justifiaient l’existence, et seraient vouées à disparaître. L’avènement de la figure de l’auto-entrepreneur ou du freelance permettrait alors de refermer la parenthèse du salariat, historiquement lié à la grande entreprise et à la nécessité de coordonner les travailleurs et travailleuses. Ces évolutions permettraient également de renouer avec un véritable travail autonome et avec les figures des Sublimes, dépeints par Denis Poulot5, ou celle des ouvriers entrepreneurs que décrivent Alain Cottereau ou Claude Didry, figures entretenues avec nostalgie6. En reprenant les éléments issus des différentes contributions de l’ouvrage, Dominique Meda s’emploie à montrer à quel point ces promesses de l’économie numérique ne sont pas tenues, en particulier celles qui touchent au travail. Pour l’autrice, c’est davantage à la figure des ouvriers et ouvrières embauchées à la pièce ou à la journée par un tâcheron ou un petit entrepreneur – dont la plateforme joue ici le rôle – qu’il faut identifier les travailleurs et travailleuses de la gig economy7. Cette vision des relations de travail implique d’identifier les plateformes comme des employeurs, comme s’y emploient de plus en plus les juges. L’ouvrage se termine alors par un plaidoyer en faveur d’une amélioration des conditions de travail et d’un renforcement de l’autonomie à l’intérieur du salariat, jugé davantage à même de répondre aux aspirations de travailleurs et travailleuses en quête de liberté et de maîtrise de leur travail, qu’une pâle copie de l’indépendance.

12En définitive, à travers des enquêtes variées, les auteurs offrent un panorama de la façon dont le capitalisme de plateforme affecte le travail et recompose plusieurs secteurs d’activité. Si l’ouvrage donne finalement assez peu d’éléments sur les propriétés sociales des travailleurs et travailleuses des plateformes et sur la façon dont celles-ci organisent et encadrent le travail, il offre en revanche les moyens d’historiciser ce phénomène émergent, en le raccrochant avec des transformations du travail déjà étudiées par les auteurs et autrices : externalisation, sous-traitance, précarisation, auto-entrepreneuriat. Il montre bien comment le modèle des plateformes repose sur le contournement du droit et sur la négation de la nature réelle de leurs activités.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Trebor Scholz (dir.), Digital labor. The internet as Playground and Factory, New York, Routledge, 2012 ; Dominique Cardon, Antonio Casili, Qu’est-ce que le digital labor ? Bry-sur-Marne, Éditions de l’INA, 2015 ; Antonio Casili, En attendant les robots. Enquête sur le travail du clic, Paris, Seuil, 2019.

2 Voir en particulier Nick Srnicek, Platform Capitalism, Polity Press, 2016.

3 Par « Plateforme », on désigne ici, avec les auteurs et autrices de l’ouvrage, les dispositifs techniques et informatiques de mise en relation, mais également par extension, les entreprises qui s’appuient sur ces dispositifs et leurs gestionnaires.

4 Nous renvoyons ici au travail doctoral en cours mené par l’auteur de cette recension sur les mobilisations des livreurs de repas.

5 Poulot Denis, Question sociale. Le Sublime ou le travailleur parisien tel qu'il est en 1870, et ce qu'il peut être. Introduction par Alain Cottereau, Paris, Maspero, 1980 [1870].

6 Alain Cottereau, « “Droit et bon droit”. Un droit des ouvriers instauré, puis évincé par le droit du travail (France, xixe siècle) », Annales. Histoire, Sciences sociales, 2002, 57e année, no 6, p. 1521-1557 ; Claude Didry, L'Institution du travail. Droit et salariat dans l'histoire, Paris, La Dispute, 2016, 244 p.

7 Expression que l’on peut traduire par « économie à la tâche », « économie à la demande » ou encore « économie des petits boulots ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Jan, « Sarah Abdelnour et Dominique Méda (dir.), Les Nouveaux travailleurs des applis »La nouvelle revue du travail [En ligne], 20 | 2022, mis en ligne le 12 avril 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/nrt/10949 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.10949

Haut de page

Auteur

Arthur Jan

LISE-CNAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search