Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Recensions et notes de lectureCorsani Antonella, Chemins de la ...

Recensions et notes de lecture

Corsani Antonella, Chemins de la liberté. Le travail entre hétéronomie et autonomie

Jean-Luc Metzger
Référence(s) :

Corsani Antonella, Chemins de la liberté. Le travail entre hétéronomie et autonomie, Éditions du Croquant, Vulaines-sur-Seine, 2020, 294 pages.

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage, tiré de son mémoire d’Habilitation à diriger des recherches, comprend 294 pages, 8 chap (...)

1Dans cet ouvrage érudit et engagé, à l’argumentation serrée et à l’écriture dense1, Antonella Corsani cherche à montrer, dans la perspective ouverte par André Gorz, qu’un futur émancipateur est peut-être en train de se construire dans certaines configurations en marge du système. Ainsi, malgré les innombrables faits semblant montrer que le capitalisme contemporain contrôle définitivement le fonctionnement et l’évolution des sociétés, l’auteure suggère qu’il existe des « pratiques qui annoncent une sortie civilisée du capitalisme » (p. 287), au sein de collectifs inventant des alternatives réalistes. Elle propose ainsi de comprendre les conditions de possibilité de ces collectifs, les potentialités qu’ils portent, mais aussi les limites auxquelles ils sont confrontés.

2Pour ce faire, l’auteure identifie trois grands axes d’investigation.

3Il s’agit, tout d’abord, de comprendre le cadre général dans lequel toutes nos activités, et en particulier le travail, sont inscrites. Aussi consacre-t-elle la première partie de l’ouvrage à mobiliser et faire connaître, discuter et tenter d’articuler, les théories du capitalisme cognitif et celles sur le néolibéralisme. Articuler ces deux approches n’a cependant rien d’immédiat et ne nécessite pas moins de 75 pages pour en décrire les différentes facettes. En effet, l’approche portant sur le capitalisme cognitif est fractionnée en plusieurs sous-courants développés par des chercheurs se revendiquant de la pensée de Marx, qu’il s’agisse de l’École de Francfort, d’André Gorz, ou encore et surtout, des interprétations produites en Italie, dans les milieux intellectuels proches de l’opéraïsme. Tandis que les approches sur le néolibéralisme, prenant leurs sources principalement chez Michel Foucault, se centrent sur la gouvernementalité et le rôle déterminant de l’État pour produire des « formes singulières d’assujettissement sans domination » (p. 100). En régime néolibéral, l’individu est devenu « l’autogestionnaire de son capital humain » (p. 100). S’il est un point commun entre ces analyses, c’est de voir dans le capitalisme cognitif et le néolibéralisme, non seulement un type d’économie ou une manière de diriger, mais deux facettes d’un système social global, qui mobilise la créativité des individus, qui façonne leur subjectivité, pour les amener à désirer être autonomes et responsables – ou plus exactement à croire qu’ils le désirent, alors que cela leur est imposé par les usages intensifs des dispositifs de gestion qui enserrent leurs pratiques.

4Cette première partie (p. 25-101) permet de dresser un panorama complexe et mouvant des configurations contemporaines dans lesquelles les acteurs économiques tentent de s’orienter, mais surtout de brosser un tableau pointilliste des principaux courants en compétition dans le champ intellectuel de l’extrême gauche italienne et française. L’érudition de l’auteure dans ce champ d’analyse lui permet d’ouvrir des questionnements qui intéresseront les spécialistes de la pensée marxienne et des oppositions, souvent byzantines, qui en caractérisent les différentes interprétations. C’est sans doute pourquoi, à l’issue de cette première partie, le lecteur peine à dégager un cadre d’analyse clair que l’auteure aurait ensuite appliqué à ses terrains.

5Mais cela s’explique sans doute par le choix de pratiquer non une « classique » enquête sociologique, mais une enquête sociale, méthode selon laquelle : d’une part, toutes les étapes de la recherche doivent être co-construites avec les acteurs enquêtés, considérés comme des sujets et non des objets d’étude ; et d’autre part, la finalité-même de la recherche n’est pas – ou pas seulement – de satisfaire un intérêt de connaissance, mais d’aider à la transformation sociale, grâce à l’appropriation par les acteurs eux-mêmes du dispositif d’enquête et de ses résultats, au fur et à mesure de leur élaboration. Les principes de cette méthode originale d’enquête sont longuement explicités dans la deuxième partie, particulièrement au chapitre 5. Un point de la méthode doit être souligné, c’est qu’elle repose sur un postulat : « l’enquête sociale présuppose donc un jugement de valeur sur l’état des choses qui rend compte d’un besoin de changement social et qui oriente l’intervention pour le changement » (p. 149).

6Pas question donc de neutralité axiologique. Pratiquer l’enquête sociale, c’est être convaincu : 1) qu’il faut changer le monde dans une direction bien précise, considérée par le chercheur comme bénéfique ; 2) qu’une partie des acteurs contemporains, également identifiés par le chercheur, y contribuent ; 3) que certains principes méthodologiques des sciences sociales peuvent aider les acteurs, principes selon lesquels les sujets de l’action deviennent chercheurs et les chercheurs acteurs. C’est d’ailleurs pourquoi, l’enquêteur ou l’enquêtrice sociale revendique l’exercice de la « méthode démocratique » (p. 150). Si l’auteure a choisi cette méthode, c’est à la fois par inclinaison épistémologique personnelle, mais aussi car elle permet de mieux s’adapter aux aléas de la recherche, à la complexe spécificité des terrains étudiés, à commencer par le fait que ce sont les enquêtés eux-mêmes qui l’ont sollicitée.

7Puis, dans la deuxième et la troisième partie, Antonella Corsani décrit longuement les terrains sur lesquels elle a pratiqué l’enquête sociale, tout en les replaçant au sein de l’histoire des mouvements sociaux dans lesquels ils s’insèrent. Il s’agit, d’une part, du mouvement des intermittents du spectacle et des précaires qui se sont opposés à la réforme de leur assurance chômage et, d’autre part, des coopératives d’activité et d’emploi (CAE), dont l’émergence dans les années 1990 a été guidée par la conception de l’autonomie théorisée par André Gorz. Plus précisément, l’auteure s’intéresse à l’intermittence du spectacle, « dans la forme politique – Coordination des intermittents et précaires (CIP) – qu’elle se donne au cours des années 2000 […] [pour] défendre un modèle de protection sociale mutualiste » (p. 13). Quant aux CAE, elle les étudie « dans un contexte d’expérimentation politique menée depuis le début des années 2010 par deux d’entre elles, Coopaname et Oxalis » (p. 13).

  • 2 Sans entrer dans la riche palette des références qu’elle mobilise pour circonscrire cette catégori (...)

8L’auteure classe ces deux types de collectifs militants dans la catégorie de « zone grise de l’emploi », ou de « zone grise des relations de travail2 », catégorie qui désigne une forme émergente de relation d’emploi, permettant de tenir compte de « l’affaiblissement du critère de subordination – comme critère pertinent pour distinguer le travail subordonné du travail autonome – et de l’hybridation des figures du travailleur salarié et du travailleur non-salarié » (p. 120-121). Ainsi, d’une part, « l’intermittence peut être pensée comme une ʺzone griseʺ entre l’emploi et la précarité, une forme hybride entre le salariat et le travail indépendant » (p. 135) et, d’autre part, « l’entrepreneur.e-salarié.e-associé.e [travaillant dans une CAE] est certainement la figure la plus emblématique et la plus énigmatique des zones grises des relations de travail à l’époque néolibérale » (p. 136). C’est qu’en effet, les CAE servent d’appui à des porteurs de projets qui n’ont pas nécessairement vocation à créer leur propre entreprise, mais peuvent devenir salariés, voire associés, de la CAE.

9L’auteure examine, dans la dernière partie, les pratiques des individus enquêtés sous l’angle des luttes, jusqu’ici inachevées et aux résultats fragiles, pour la réappropriation du temps, pour la conquête d’un revenu inconditionnel d’existence et l’autonomie dans le travail. Alors que tout laisse penser que les zones grises sont des lieux de fragilisation et de précarisation, des formes contemporaines d’auto-exploitation, l’auteur s’emploie à nuancer ce constat, en détaillant longuement les multiples spécificités des différentes catégories d’intermittents du spectacle et des différentes configurations de CAE. L’analyse y est, par moments, très technique, tant en matière d’interprétation du droit du travail que de stratégie des différents employeurs. Il n’est alors pas facile d’en dégager un constat saillant, une tendance claire, d’autant que l’auteure complexifie ses analyses empiriques en mobilisant de nombreuses références à des projets de société alternatifs défendus, par exemple, par André Gorz, Bernard Friot, Zygmunt Bauman, etc.

10On peut cependant s’aventurer à penser que, pour Antonella Corsani, il est important de retenir que certaines des pratiques qu’elle a étudiées constituent, non seulement des formes de résistance au rouleau compresseur du capitalisme cognitif en régime néolibéral, mais surtout fournissent un « horizon d’émancipation, un horizon de liberté » (p. 277), une « utopie concrète au sens d’Ernst Bloch » (p. 229). Elle qualifie ainsi la Coordination des intermittents et les CAE de « fabriques instituantes », y voyant « deux expressions singulières et des plus avancées des stratégies déployées pour se soustraire à la fabrique de la subjectivité néolibérale » (p. 189).

11Et ce, en particulier, parce que les intermittents et précaires opposent la mutualisation des ressources – compétences, revenus, etc. – et des projets à l’individualisation des salaires, à la précarisation des formes d’emploi et à la mobilisation des subjectivités, opposant ainsi la mutualisation à la compétition généralisée. En effet, dans le contexte néolibéral contemporain, « la Coordination des intermittents du spectacle a défendu pendant treize ans, jusqu’à obtenir partiellement gain de cause, un modèle de protection sociale (le ʺNouveau Modèleʺ) qui s’avère être strictement mutualiste et mieux adapté aux situations d’emploi discontinu et aux rémunérations variables » (p. 229). De plus, la Coordination intègre progressivement à ses projets de contre-réforme le Revenu inconditionnel d’existence.

12Tandis que, de leur côté, les CAE « ont entamé leur devenir Mutuelles de Travail, ce qui signifie, à terme, abandonner même leur statut de CAE, […] et ont entamé une réflexion autour de l’hypothèse d’expérimenter, à l’intérieur d’un regroupement coopératif, une forme de Revenu d’existence financé par une monnaie complémentaire » (p. 229).

13On le voit, l’engagement de l’auteure est pluriel : faire connaître la littérature italienne d’inspiration marxienne ; défendre une certaine conception de « l’utilité » de la recherche – avec l’enquête sociale – ; satisfaire une impérieuse nécessité de (contribuer à) changer le monde ; et scruter, dans le présent, les indices, aussi ténus soient-ils, de raisons d’espérer. Mais, pour que ces interprétations du futur proche aient quelques chances de se réaliser, ne conviendrait-il pas de faire mieux ressortir les limites internes à ces expérimentations ? À titre d’hypothèse, on peut se demander si l’auteure, dans sa volonté de mettre l’accent sur les potentialités d’innovation socio-politiques, n’a pas minimisé l’importance de luttes de pouvoir au sein des organisations enquêtées ou les effets d’éventuelles contradictions dans leur fonctionnement ?

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage, tiré de son mémoire d’Habilitation à diriger des recherches, comprend 294 pages, 8 chapitres, une introduction et une conclusion, plus de 400 notes de bas de page, mais malheureusement pas de bibliographie.

2 Sans entrer dans la riche palette des références qu’elle mobilise pour circonscrire cette catégorie, citons en particulier la référence au livre de Primo Levi, Les naufragés et les rescapés. Quarante ans après Auschwitz, Gallimard, 1989 [1986]. P. Levi parle de zone grise pour désigner « la classe hybride des prisonniers-fonctionnaires » des camps de concentration nazis, qui s’avèrent majoritaires parmi les rescapés. Pour Levi, la zone grise est « un espace non vide ʺaux contours mal définis, qui sépare et relie à la fois les deux camps des maîtres et des esclavesʺ ». Cette catégorie aide à « comprendre les multiples racines de la collaboration » dans un contexte d’oppression extrême, et notamment les « techniques qui permettent de fabriquer la subjectivité du prisonnier-fonctionnaire » (p. 123).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Metzger, « Corsani Antonella, Chemins de la liberté. Le travail entre hétéronomie et autonomie »La nouvelle revue du travail [En ligne], 20 | 2022, mis en ligne le 12 avril 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/nrt/11589 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.11589

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search