Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Recensions et notes de lecturePhilippe Longchamp, Kevin Toffel,...

Recensions et notes de lecture

Philippe Longchamp, Kevin Toffel, Felix Bühlmann et Amal Tawfik, L’espace infirmier. Visions et divisions d’une profession

David Descamps et Agathe Foudi
Référence(s) :

Philippe Longchamp, Kevin Toffel, Felix Bühlmann et Amal Tawfik, L’espace infirmier. Visions et divisions d’une profession, Éditions Livreo-Alphil, Neuchâtel, 2020.

Texte intégral

  • 1 Dans la mesure où les femmes sont sur-représentées dans la profession et que les représentations s (...)
  • 2 Comme les auteurs le précisent en début d’ouvrage, ces logiques différenciatrices seraient liées à (...)

1Bien que les infirmiers et infirmières1 aient bénéficié d’un intense éclairage médiatique au cours de la crise sanitaire, leur métier n’en reste pas moins encore très mal connu. Rompant avec les « représentations souvent homogénéisantes » (p. 12) dont celui-ci peut faire l’objet, Philippe Longchamp, Kevin Toffel, Felix Bühlmann et Amal Tawfik entendent, dans cet ouvrage, « livrer une véritable ʺphotographieʺ » (p. 183) de la profession infirmière. Cette entreprise est d’autant plus justifiée que cette profession serait, selon eux, actuellement confrontée à de profondes logiques différenciatrices qui tendent à hétérogénéiser la fonction et le statut de celles et ceux qui l’exercent2. Pour répondre à cet objectif, les auteurs de l’ouvrage ont jugé pertinent d’inscrire leur analyse dans la perspective théorique développée par Pierre Bourdieu. Dans ce cadre, leur objectif est double. D’une part, ils souhaitent objectiver « l’espace infirmier » et mettre en lumière le lien entre la structure relationnelle de ses positions professionnelles et les prises de position que ses agents formulent sur leur métier. D’autre part, ils entendent questionner le degré d’autonomie de cet espace relativement au champ médical et, par-là, la pertinence qu’il y a à lui attribuer le statut de « champ ».

2Après avoir fourni « quelques éléments d’histoire de la profession d’infirmière » (p. 17), la première partie de l’ouvrage est consacrée à la construction de l’espace infirmier et à la description de sa structure. Pour mener leur analyse, Philippe Longchamp et ses collègues se sont appuyés sur une enquête menée en Suisse romande, entre 2012 et 2017, dont la première étape a consisté à réaliser des entretiens semi-dirigés auprès de 21 infirmières sélectionnées de sorte « à couvrir les secteurs les plus emblématiques de la profession » (p. 221-222). Pour la seconde étape, ils ont fait passer, auprès d’une population élargie, un questionnaire conçu à partir de ce travail préalable. En l’occurrence, les sociologues expliquent que ces entretiens leur ont permis de repérer et d’identifier deux ressources particulièrement efficientes dans l’univers professionnel infirmier : le « capital médical », composé des « ressources […] relatives à la physiopathologie, à la pharmacologie et à la maîtrise de gestes techniques » (p. 44) ; et le « capital infirmier », constitué cette fois des « ressources issues des sciences humaines et sociales, des sciences infirmières ou des savoirs paramédicaux ». À partir des réponses apportées par 2 923 infirmières exerçant dans 32 secteurs d’activité différents, les auteurs ont alors mobilisé 16 variables (décomposées en 46 modalités) pour construire, via une Analyse des Correspondances Multiples (ACM) deux espaces : l’« espace infirmier », qui permet de saisir la distribution des ressources valorisées entre les secteurs qui le composent (p. 46, p. 245) et l’« espace des positions », qui reflète leur position respective dans cette distribution (p. 49).

3L’« espace infirmier » apparaît principalement structuré suivant deux dimensions. Le premier axe de l’ACM distingue les infirmières suivant la structure de leur dotation en capital et tend à opposer celles qui disposent d’un « capital à dominante infirmière » à celles qui ont surtout un « capital à dominante médicale » (p. 47). Le deuxième axe distingue quant à lui les infirmières suivant le volume global de leur dotation et oppose cette fois les plus fortement dotées en capitaux à celles qui en sont le plus dépourvues. L’espace infirmier se présente ainsi comme un espace de positions professionnelles doublement polarisé : entre un « pôle infirmier » et un « pôle médical », d’une part ; entre un « pôle dominant » et un « pôle dominé », d’autre part. Selon les auteurs, cet espace ne possède pas encore l’autonomie suffisante pour qu’on puisse le considérer comme un champ. Structuré par des capitaux qui ne lui sont pas spécifiques, l’espace infirmier constituerait plutôt « un espace social inséré dans le champ médical dont il reproduit certains principes de classement » (p. 186-187) : comme le notent les auteurs, c’est d’ailleurs la « logique médicale » qui s’impose dans la manière dont les infirmières jugent du prestige des différents secteurs de leur activité.

4Dans la troisième partie de l’ouvrage, Philippe Longchamp, Kevin Toffel, Felix Bühlmann et Amal Tawfik montrent qu’à la structure des positions qui composent l’espace infirmier correspond une structure des manières de voir et de faire le métier d’infirmière. Ils dégagent en effet quatre groupes d’individus qui sont associés à des positions différentes dans l’espace infirmier et qui se distingueraient aussi par leurs pratiques, leurs savoirs et leurs représentations du métier.

5Situées dans la région nord-est de l’espace social dessiné par l’ACM, les « dominantes médicales » regrouperaient les infirmières qui œuvrent surtout dans les services – reconnus comme prestigieux – de « soins aigus », soit les soins intensifs, les urgences, l’anesthésie : si leurs compétences médico-techniques pointues les rapprochent des médecins, du point de vue des tâches qu’elles réalisent et des relations qu’elles nouent avec eux, elles tendent, en revanche, à les éloigner des patients.

6Localisées dans la région sud-est de l’espace infirmier, les « dominées médicales » travailleraient quant à elles prioritairement dans les secteurs hospitaliers « semi-aigus », et souvent en pédiatrie, chirurgie, ou en rééducation ; autrement dit, dans des secteurs qui ne sont pas les moins prestigieux pour la profession. Elles éprouveraient néanmoins « une misère de position » (p. 88), due au contact fréquent avec des homologues exerçant dans des secteurs plus prestigieux que le leur : occupant une « position d’intermédiaire entre patients et médecins » et faiblement autonomes relativement à ces derniers, elles souffrent aussi d’une « relative dépossession de capital infirmier » (p. 92) et d’« un faible sentiment d’employabilité » (p. 89).

7Au nord-ouest de l’espace social, les « élites infirmières » rassembleraient les professionnelles qui travaillent surtout dans l’enseignement, la recherche et la psychiatrie. Bien qu’elles soient, de ce fait, rarement confrontées de manière directe aux patients et aux médecins, elles bénéficient de la part de ces derniers d’une certaine considération liée à leur niveau de diplôme : les « élites infirmières » sont effectivement fortement dotées en capital mais, à la différence des « dominantes médicales », il s’agit d’un capital « à dominante infirmière ».

  • 3 Il s’agit de formations distinctes des formations initiales qui mènent à un bachelor ou à un maste (...)
  • 4 Une des missions que se sont fixés les membres de l’ASI est d’« établir l'autonomie de la professi (...)

8Situées au sud-ouest de l’espace infirmier, les « hétérodoxes » réuniraient, enfin, les infirmières qui œuvrent principalement dans des secteurs extra-hospitaliers – santé scolaire, psychiatrie, soins à domicile, par exemple –, ce qui entraîne leur éloignement des médecins. Peu dotées en capital infirmier comme le sont les « dominées médicales », elles s’en distinguent néanmoins par un « fort capital institutionnalisé » (p. 110) provenant de formations postgrades académiques3. Par ailleurs, la dimension contestataire du savoir des « hétérodoxes » ainsi que leurs « dispositions subversives » (p. 121) tendent à les démarquer fortement des « dominantes médicales » : contrairement à celles-ci, les « hétérodoxes » apparaissent en effet particulièrement critiques à l’égard des logiques économiques qui s’imposent au domaine de la santé et font partie des infirmières les plus investies dans l’Association suisse des infirmières et infirmiers (ASI)4.

9Pour les auteurs, à l’exception des « dominées médicales », ces différents groupes d’infirmières seraient engagés dans une « lutte pour la définition légitime de la pratique soignante » (p. 184). Tandis que les « dominantes médicales » œuvrent au maintien d’une certaine « orthodoxie médicale » (p. 66) et défendent l’efficacité d’une autonomie par « délégation médicale » (p. 76), les « élites infirmières » et les « hétérodoxes » luttent quant à elles en faveur de l’autonomisation de leur profession par rapport à la domination médicale. Les « élites infirmières » s’appuient pour cela sur le développement et la légitimation d’un savoir infirmier spécifique, composé de savoirs scientifiques et de compétences managériales. De leur côté, les « hétérodoxes » mettent l’accent sur la mobilisation d’« un capital infirmier composé de savoirs paramédicaux d’une part, de sciences humaines et sociales d’autre part » (p. 185), et donc essentiellement sur des ressources exogènes à l’espace infirmier.

10Pour clore cette partie et compléter cette image « instantanée » de l’espace infirmier, les auteurs se penchent sur les carrières typiquement réalisées dans ce secteur professionnel, notamment dans l’idée de permettre aux étudiantes et aux étudiants qui y sont engagés de faire des choix éclairés en la matière. Leur analyse les conduit à mettre au jour un phénomène de « dissociation entre trajectoires professionnelles et trajectoires sociales » (p. 132), suivant lequel l’ascension sociale liée à l’accumulation de capital culturel ou l’accès à des postes de management supposerait l’éloignement des secteurs les plus médicalisés et conduirait donc à une perte de prestige professionnel. Aussi, selon les auteurs, au cours de leur avancée dans le métier, « tout se passe comme si les infirmières se trouvaient condamnées à devoir choisir entre ascension dans l’ordre symbolique infirmier et ascension sociale, tout gain sur l’une de ces échelles étant compensé par une perte sur l’autre » (p. 138).

11Si l’espace infirmier est manifestement soumis à des forces différenciatrices assez puissantes, ses membres n’en partageraient pas moins un « ethos professionnel » (p. 139) à l’analyse duquel la troisième et dernière partie de l’ouvrage est consacrée. En effet, d’après les auteurs, au-delà de tout ce qui distingue les infirmières les unes des autres, certains enjeux et « mythes fondateurs » constitueraient pour elles des « dénominateurs communs » (p. 139) particulièrement fédérateurs : il en irait ainsi notamment du « sentiment de vocation » (p. 153), de l’opposition doxique entre le « technique » et le « relationnel » (p. 171), ou encore du caractère reconnu comme éminemment humaniste de la profession. Mais, à l’appui des données dont ils disposent, Philippe Longchamp, Kevin Toffel, Felix Bühlmann et Amal Tawfik insistent en même temps sur la variabilité sociale de l’intériorisation d’un tel ethos.

12Ainsi, les résultats du questionnaire construit par les auteurs permettent de constater, par exemple, que « l’ethos infirmier traditionnel » (p. 159) – qui conjugue sur-représentation des femmes dans le métier et investissement vocationnel – est assez fortement plébiscité par les infirmières issues des classes populaires, tandis qu’il est assez significativement rejeté par celles des classes moyennes et supérieures. Ces résultats et l’analyse des entretiens menés auprès des infirmières font aussi ressortir que l’opposition du « technique » au « relationnel » structure fortement l’espace des prises de position infirmier et qu’elle est mobilisée stratégiquement par ses agents comme « principe de classement et de déclassement » (p. 175). Ainsi, les infirmières « décrites comme abandonnant [la dimension ʺrelationnelleʺ du métier] au profit de la seule dimension ʺtechniqueʺ semblent faire office d’image repoussoir de la profession » (p. 177).

13Enfin, les auteurs pointent que, malgré leur valorisation unanime du relationnel, les infirmières en ont des conceptions distinctes, selon la position qu’elles occupent dans l’espace infirmier. D’un côté, les professionnels situés au pôle infirmier de l’espace feraient valoir un « relationnel expressif » (p. 178) : lié à la conception humaniste du métier, cette représentation de l’attention au patient ferait de la relation avec lui une fin en soi et des soins corporels prodigués, un moyen de le faire accéder à un mieux-être. De l’autre, les professionnels situés au pôle médical de l’espace infirmier feraient valoir un « relationnel instrumental » (p. 178) où, à l’inverse, la relation avec le patient constituerait « un moyen de rendre possible la prise en charge médicale » (p. 179) et où les soins corporels seraient cette fois la fin en soi.

  • 5 Soucieux de ne pas surestimer la portée analytique de leur travail, les auteurs précisent d’ailleu (...)

14À l’issue de sa lecture, et même si on peut légitimement s’interroger sur le caractère généralisable des résultats dégagés par les auteurs dans la mesure où ils ne traduisent qu’une réalité extrêmement localisée5, l’ouvrage de Philippe Longchamp, Kevin Toffel, Felix Bühlmann et Amal Tawfik nous semble pouvoir susciter un intérêt particulier auprès de celles et ceux qui souhaitent comprendre les évolutions du secteur infirmier, et en particulier le rapport qu’il entretient actuellement avec le champ médical. Mais, de notre point de vue, c’est surtout au plan scientifique que l’ouvrage se distingue véritablement. Non seulement, l’analyse des auteurs est statistiquement riche et solide, mais elle est aussi sociologiquement très stimulante et ne manquera pas d’intéresser les adeptes de la pensée bourdieusienne qui trouveront dans cet ouvrage une application fidèle dans la démarche suivie, novatrice dans l’objet étudié et d’une grande clarté pédagogique de la théorie des champs développée par Pierre Bourdieu.

15Car c’est bien, au fond, la question du « champ » infirmier, et donc celle des conditions auxquelles l’espace infirmier peut le devenir, qui s’impose comme l’enjeu majeur de cette étude. De ce point de vue, la construction qui s’est amorcée d’un capital spécifique à cet espace, tout comme l’existence de « dispositions à contester l’ordre hospitalier » (p. 204), constituent certainement des voies possibles de l’autonomisation de l’espace infirmier vis-à-vis du champ médical. Mais, au-delà, reprenant à leur compte l’idée bourdieusienne selon laquelle la connaissance de la domination subie est l’élément décisif pour s’en libérer, les auteurs enjoignent surtout les formateurs des futures infirmières à se saisir de l’ouvrage, en faisant valoir que c’est « en intégrant pleinement l’étude des rapports de pouvoir dans la formation en soins que la profession infirmière aura les meilleures chances de modifier les rapports de pouvoir qui la traversent » (p. 194-195).

Haut de page

Notes

1 Dans la mesure où les femmes sont sur-représentées dans la profession et que les représentations sociales en font un métier essentiellement « féminin », nous n’utiliserons que le féminin pour désigner les membres de cette profession dans la suite de notre propos. Les auteurs de l’ouvrage ont adopté cette norme d’écriture.

2 Comme les auteurs le précisent en début d’ouvrage, ces logiques différenciatrices seraient liées à l’académisation de la profession infirmière, à la diversification de ses secteurs d’activité et à la hiérarchisation statutaire accrue des positions professionnelles qu’elle offre à ses membres.

3 Il s’agit de formations distinctes des formations initiales qui mènent à un bachelor ou à un master et qui permettent à ceux qui les suivent d’accéder à des compétences liées à des tâches ou à des activités professionnelles précises.

4 Une des missions que se sont fixés les membres de l’ASI est d’« établir l'autonomie de la profession infirmière et renforcer la position des infirmières et infirmiers » (https://www.sbk.ch/fr/association/lasi Consulté le 03/12/2021).

5 Soucieux de ne pas surestimer la portée analytique de leur travail, les auteurs précisent d’ailleurs qu’« une comparaison internationale révélerait certaines variations relatives aux rapports de force entre les différentes fractions [d’infirmières], en lien avec le processus d’académisation de la formation » (p. 187).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Descamps et Agathe Foudi, « Philippe Longchamp, Kevin Toffel, Felix Bühlmann et Amal Tawfik, L’espace infirmier. Visions et divisions d’une profession »La nouvelle revue du travail [En ligne], 20 | 2022, mis en ligne le 12 avril 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/nrt/11718 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.11718

Haut de page

Auteur

David Descamps et Agathe Foudi

Clersé, Université de Lille

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search