Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Recensions et notes de lectureMuriel Prévot-Carpentier, Nicoli ...

Recensions et notes de lecture

Muriel Prévot-Carpentier, Nicoli Massimiliano et Paltrinieri Luca (coord.), Le philosophe et l’enquête de terrain : le cas du travail contemporain

Camille Imhoff
Référence(s) :

Muriel Prévot-Carpentier, Nicoli Massimiliano et Paltrinieri Luca (coord.), Le philosophe et l’enquête de terrain : le cas du travail contemporain, Octares Éditions, 2020.

Texte intégral

1Ce livre fait suite à deux journées d’études internationales qui ont eu lieu à l’université Paris-Nanterre La Défense. Muriel Prévot-Carpentier, Massimiliano Nicoli et Luca Paltrinieri ont rassemblé dix contributions autour de la thèse canguilhémienne de l’ouverture de la philosophie aux « matières étrangères », plus spécifiquement ici à l’analyse du travail, thématique très largement délaissée par la philosophie politique et sociale. Le livre a en effet pour ambition de porter une pratique philosophique qui soit à même d’élaborer des concepts en prise avec les situations concrètes des acteurs et de saisir les enjeux épistémologiques soulevés par les enquêtes sur le travail dans les sciences humaines et sociales. L’ensemble des contributions refuse l’opposition classique entre les sciences humaines et sociales, en lien avec l’empirique, et la philosophie uniquement spéculative. Les différentes contributions illustrent autant de manières pour la philosophie de se rapporter aux pratiques de travail, différentes approches et méthodologies possibles pour la philosophie en proie avec l’enquête de terrain. Elles posent la question d’une méthodologie philosophique du terrain et du rapport entre les données empiriques et la théorisation critique du travail contemporain.

2Le texte de Christiane Vollaire présente la philosophie de terrain comme une réflexion renouvelée sur l’entretien et les enjeux sociaux et politiques dont il est vecteur. Cela engage un nouveau rapport de la philosophie aux sciences humaines qui n’est pas celui de l’emprunt d’une matière empirique ou d’une expertise méthodologique, mais d’une philosophie qui construit sa propre relation à des terrains communs, lieu d’échanges avec les sciences humaines. Elle revient d’abord sur le concept de l’entretien de terrain né avec la question du travail. Elle montre comment l’entretien sociologique, à partir d’une demande entrepreneuriale visant une meilleure performance des ouvriers, s’oriente vers une prise en compte de la subjectivité et du rôle clé de l’enquêté. À partir des travaux de Michel Foucault sur le terrain de la révolution iranienne en 1978, elle emprunte la méthode du « reportage d’idées » dans ses propres terrains d’enquête (des centres d’hébergement et de rétention en Pologne en 2008, les vingt immolations en Bulgarie en 2014 pendant le mouvement de protestation de 2013, la chute du régime autocrate en Égypte en 2011, les politiques de la mémoire au Chili en 2012, les protestations du parc Gezi en Turquie en 2013, les camps de réfugiés du nNord de la France en 2016). Le reportage d’idées consiste à penser l’action comme porteuse de sa propre réflexivité. Ces idées qui émergent de l’action apparaissent comme un pouvoir de résistance active aux dispositifs de gouvernementalité. Le rôle du philosophe n’est donc pas de produire des idées, mais de « se faire le relais d’une pensée qui naît du collectif et ne trouve sa force et son potentiel de légitimation qu’à partir du terrain ».

3Le texte d’Éric Hamraoui pose la question de l’articulation d’un questionnement philosophique général sur le travail à la prise en compte des données empiriques de l’activité. Le questionnement porte sur un mode d’enquête philosophique spécifique pour fonder une épistémologie située, une philosophie en prise avec l’empirie à partir de trois modalités de recueil. La première présente la forme dialoguée destinée à recueillir une parole professionnelle comme objet philosophique, avec pour exemple un dialogue avec une conseillère à Pôle emploi qui présente des services ne laissant plus aucune place à l’individu et à l’expression de sa sensibilité. La deuxième modalité de recueil consiste en un usage de la technique du dialogue pour penser une question engageant le point de vue d’une épistémologie située, avec pour exemple la question de la genèse de la construction sociale de la virilité présentant une réflexion sur la constitution de la subjectivité comprise du point de vue de la question du genre. La troisième modalité de recueil est celle de la création artistique comme objet concret pour support de la conceptualisation philosophique qui suppose l’abandon des représentations habituelles de soi, du monde et de son rapport à lui. L’interdisciplinarité entre philosophie sociale, philosophie de l’activité, du genre et de l’art y est vue comme « favorisant l’éclosion de lieux pour la pensée ».

4La contribution de Flore Garcin-Marrou illustre la question de l’enquête de terrain comme méthode philosophique spécifique, à partir du travail de l’acteur de théâtre. Contrairement à une pensée de l’art qui opère verticalement et fait de l’art son objet, elle défend une pensée en art qui fait émerger une pensée à partir d’un terrain. L’auteure s’engage pour un « changement fondamental de perspective qui marque l’autonomie de la pensée en art face à la philosophie ». L’article oppose à l’« idée de théâtre », c’est-à-dire à une construction spéculative du théâtre, illustrée dans l’histoire de la philosophie de façon canonique par Platon, Rousseau et Nietzsche, une « pensée-théâtre » soutenue par des théoriciens comme Diderot, Stanislavski, Meyerhold ou Brecht qui s’accordent sur le fait que l’acteur de théâtre opère un travail et que le théâtre est chargé d’histoire en ce qu’il permet de donner à penser le réel et de le critiquer, à partir de son propre terrain. À partir de cette mise au point, la dernière partie de l’article revendique le régime professionnel du métier d’artiste, dans une perspective contemporaine. En effet, à la vision mystifiée de l’artiste, héritée de l’idéal romantique, qui positionne l’artiste dans la position paradoxale d’une élite précaire, il faut opposer la vision démystifiée de l’artiste et brosser le portrait de l’artiste en travailleur.

5Alexandra Bidet aborde l’enquête de terrain philosophique dans le domaine du travail, à partir de la question des variations de l’agir au travail. À partir des travaux de Bourdieu, l’article s’intéresse à trois façons d’envisager le style au travail, comme distinction, habitus ou manière. Le style au travail comme distinction s’inscrit dans une logique positionnelle ou statutaire. Il est une manière d’assurer son rang dans l’espace social. Mais les travaux empiriques mobilisant cette acception des styles au travail s’intéressent plutôt aux styles de vie des travailleurs ou aux styles au travail qu’aux styles de travail, soit dans les à-côtés du travail. En revanche, le style au travail comme habitus, affûtage et incorporation d’habiletés, concerne le geste de travail lui-même. Le développement d’habiletés techniques permet de comprendre les variations individuelles. Le style au travail, en ce sens, est « le lieu d’un double affranchissement », à l’égard du collectif, de son genre professionnel, et à l’égard de sa propre histoire, comme variation de soi. Enfin, le style au travail peut être compris comme une manière de s’orienter dans un monde à faire en y prenant parti et comme une promesse d’individuation. En conclusion, Alexandra Bidet insiste sur la valeur démocratique de l’étude des styles au travail qui permet la communication des expériences entre les différentes classes d’individus.

6À partir d’une enquête de terrain sur le travail des cadres dans l’industrie pétrolière, Pierre-Louis Choquet défend à son tour la nécessaire collaboration entre sociologues du travail et philosophes dans le champ de la théorie sociale. Il montre, dans un premier temps, comment les transformations de l’industrie pétrolière reflètent les évolutions profondes des sociétés capitalistes, de la mutation managériale du capitalisme et d’une transformation de la nature de l’activité de travail, de plus en plus marginalisée dans le procès de production. Dans un deuxième temps, l’article dévoile le caractère politique de l’activité de travail déployée par les cadres de l’industrie pétrolière, à l’ère de l’Anthropocène, face au problème du changement climatique. Or que ce soit au sein des sciences naturelles ou dans les discours de la société civile, le travail est le grand absent des discours critiques. Les sciences sociales doivent travailler de concert pour réinvestir l’analyse de l’activité de travail comme le lieu d’une expérience éthique pour le travailleur. Les revendications de justice climatique devraient être adressées « d’abord et avant tout à des collectifs de travailleurs », ouvrant un « espace public de délibération » où s’entrechoquent différentes « grammaires éthiques » pour interpeller les travailleurs eux-mêmes. Cet article revendique l’existence de marges de subjectivation, contrairement à l’institutionnalisation récurrente du débat éthique.

7Nial Tekin apporte une étude qualitative au sein d’une usine automobile en Turquie pour asseoir une critique sociale de la modernisation et des transformations du monde du travail et ses effets sur les dimensions subjectives et sociales des pratiques des travailleurs. Ses recherches portent sur les facteurs et les formes d’aliénation au travail, ainsi que sur l’identification de processus destructeurs inhérents à la modernisation capitaliste. Il s’agit, à partir du vécu des travailleurs, de comprendre l’impact des paradoxes actuels du travail sur le rapport qu’ils entretiennent avec le travail, avec eux-mêmes et le monde social. D’un point de vue épistémologique, elle soutient « une forte articulation entre la partie normative et descriptive » des recherches critiques en sciences sociales. Le recours à l’empirie apparaît comme une voie de réponse aux détracteurs de la dimension normative des recherches critiques en sciences sociales. Il permet de rendre effective et actuelle la question de la normativité. Cette recherche vise à « rendre le concept d’aliénation empiriquement opératoire pour saisir les “pathologies du social” dans le monde du travail », comme le révèle en particulier l’instrumentalisation actuelle de l’autonomie et de l’implication au travail.

8La contribution de Liliana Cunha, Marianne Lacomblez et Yves Schwartz, répond au défi d’« une analyse qui va au-delà de la relation théorie-enquête », à partir de la psychologie du travail, de l’ergonomie de l’activité et de l’ergologie. Ils proposent d’analyser l’activité de service public assurée par des conducteurs dans le secteur des transports terrestres de passagers, à partir de deux terrains, au Portugal et en Colombie. Cette contribution suit un double objectif : montrer la « science en train de se faire » (Latour, 1995, 2001) et questionner la garantie d’une égalité sociale et territoriale, en considérant les difficultés de l’accès aux réseaux. En effet, si l’idéologie mobilitaire constitue une expression concrète de modernité, l’étude révèle les inégalités qui persistent en matière d’accès et de droit au service public de transports. Les déplacements quotidiens sont analysés comme une condition à l’inclusion et à la citoyenneté. L’approche adoptée consiste à « passer des idéologies aux formes concrètes de leur production ». Elle permet de souligner l’importance de la reconnaissance de la singularité des territoires en matière de mobilité, ainsi que l’analyse de l’activité concrète de travail et sa contribution à la transformation de l’histoire collective. L’activité des conducteurs apparaît comme un réservoir d’alternatives, l’« expression d’un défi de démocratie ».

9Mariagrazia Cairo Crocco présente les résultats d’une recherche-intervention menée dans une entreprise à statut associatif d’insertion et de formation. Elle adopte la démarche critique de la philosophie du présent, selon laquelle la philosophie permet d’interroger des concepts, de les historiciser pour ouvrir des possibilités de transformation pour l’action et l’élaboration théorique. Pour cela, elle a travaillé « avec » des auteurs, notamment Michel Foucault selon une méthode généalogique et critique et dans sa position d’intellectuel spécifique qui prend sa place aux côtés des hommes et des femmes qui luttent. À partir d’un rappel du contexte historique et politique dans lequel émerge le secteur de l’insertion par l’activité économique et d’une analyse de sa structuration actuelle, l’enjeu est d’étudier le rôle du travail dans la vie, dans sa dimension anthropologique et politique. Trois pistes de lecture sont alors dégagées : l’insertion comme hétérotopie, comme dispositif de pouvoir-savoir et comme « lignes de fuites », possibilité de changement et d’innovation par l’activité économique. Finalement, cette étude permet de soulever des problèmes qui dépassent le secteur de l’insertion par l’activité économique (IAE), pour interroger le rôle du travail dans la reconstruction de soi et de collectifs pour l’émergence d’un vivre ensemble.

10Gaspard Brun s’attache à illustrer la question de la spécificité de l’enquête philosophique de terrain avec une étude du travail de recycleurs à Pékin. Il distingue deux types de recherches, les recherches en sciences sociales qui visent à produire des connaissances sur le travail et les approches en analyse de l’activité qui visent à comprendre le travail pour le transformer. L’enquête philosophique développée ici s’appuie sur la démarche ergologique pour les dialogues entre les savoirs investis et les savoirs académiques, tout en insistant sur l’importance de la situation de travail et du contexte de la recherche pour déterminer la méthodologie et les ressources de la recherche. Il qualifie sa recherche de « sauvage tant elle ne respecte pas les éléments d’enquête de terrain traditionnellement mobilisés par les sciences sociales ». En accord avec l’ergonomie de l’activité de langue française, cette étude consacre la primauté du terrain sur la définition de la méthode. L’objectif de cette étude de terrain est d’apporter un témoignage sur certaines formes de travail en Chine, à partir de l’observation des gestes des travailleurs. La réflexion philosophique porte sur le lien étroit entre le corps et l’activité. Des pratiques très circonstanciées interpellent sur des aspects économiques, environnementaux et politiques du travail en Chine et sur ce que le travail suppose comme capacités humaines.

11Le dernier texte d’Yves Schwartz précise la question posée dans cet ouvrage, à savoir « comment cette rencontre [de la philosophie avec le terrain] peut être réellement profitable, “honnête”, respecter les partenaires et ne pas dénaturer les normes intellectuelles des uns et des autres ? ». Il met en avant trois registres essentiels et spécifiques du « métier de philosophe » dans la rencontre avec le terrain, dès lors que cette rencontre suppose une enquête en commun avec d’autres disciplines des sciences humaines et sociales. Tout d’abord, le philosophe permet un certain ré-usinage des concepts en jeu dans le terrain d’analyse. Le concept comme objet philosophique est toujours problématique et non donné, évident. La philosophie apparaît alors non pas comme un supplément d’âme, mais comme un moyen de rendre visible des « réserves d’alternatives ». Ensuite, la philosophie permet une mise en synergie de professionnels relevant de disciplines différentes. À partir d’enquêtes menées sur le terrain, Yves Schwartz dessine le philosophe comme « professeur d’unité ». Il qualifie le rôle du philosophe de terrain de « devoir d’ingérence, respectueux, critique et positif ».

12Pour conclure, le grand intérêt de l’ouvrage est d’ouvrir de nouvelles voies pour une philosophie du présent qui redonne une place centrale au travail, en prise avec des terrains de recherche et selon des méthodologies variées. L’actualisation de la critique sociale du monde du travail repose in fine sur une interdisciplinarité nécessaire en sciences sociales, notamment entre la philosophie sociale et la sociologie du travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Imhoff, « Muriel Prévot-Carpentier, Nicoli Massimiliano et Paltrinieri Luca (coord.), Le philosophe et l’enquête de terrain : le cas du travail contemporain »La nouvelle revue du travail [En ligne], 20 | 2022, mis en ligne le 12 avril 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/nrt/11758 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.11758

Haut de page

Auteur

Camille Imhoff

DICEN-IDF, Cnam

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search