Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Recensions et notes de lectureCasilli Antonio, En attendant les...

Recensions et notes de lecture

Casilli Antonio, En attendant les robots

Olivier Cléach
Référence(s) :

Casilli Antonio, En attendant les robots, Paris, Seuil, 2019, 400 pages.

Texte intégral

1Attention ! Si vous êtes dépendant.e de l’usage de plates-formes, de réseaux sociaux fondés sur des technologies numériques et que vous souhaitez continuer à les utiliser, alors, ne lisez pas ce livre !

2En effet, l’ouvrage du sociologue Antonio Casilli, issu de son habilitation à diriger des recherches, lève le voile d’ignorance sur bon nombre de pratiques permises par la digitalisation, par la dématérialisation ainsi que par le traitement automatisé des données qui sont de plus en plus prégnants dans nos sociétés. Il nous donne à voir un monde social qui n’est virtuel et dématérialisé qu’en apparence. L’auteur nous enjoint d’aller au-delà de cette virtualité afin de voir que, derrière l’action de machines, de bots, de programmes, d’applications, il y a des acteurs humains (travailleurs ou usagers) qui sont confrontés à des réalités bien réelles, faites de rapports sociaux de domination, d’exploitation et de dépendance. Car toutes les tâches productives ne peuvent pas être programmées, confiées à des machines ou à des intelligences artificielles (IA), malgré leur toujours plus haut degré de sophistication. L’homme totalement remplacé par la machine (« le grand remplacement technologique ») est un mythe nous dit l’auteur : pas d’automatisation sans le recours à l’humain, non seulement pour concevoir le programme, l’algorithme qui donne « vie » à la machine (application, robot, ordinateur) mais aussi pour la suppléer dans certaines tâches qu’elle est incapable de mener à bien ou pour lui enseigner des fonctionnalités qui constitueront, par la suite, des bases de données permettant l’automatisation des tâches (machine learning). La promesse de la machine capable de prendre en charge tout le sale boulot n’est (pour l’instant) pas tenue.

  • 1 C’est-à-dire un ensemble d’entreprises commerçantes (appartenant souvent à l’un des GAFAM) qui ext (...)

3Ce livre permet, en partie, d’aborder quelques questions cruciales. Dans quelle mesure les usages par des plates-formes1 de nouvelles technologies (dans les domaines du digital, du numérique, de la robotique, de l’IA, de l’automatisation…), modifient-ils le travail, les manières de travailler et les modalités de reconnaissance de ce travail ? Dans quelle mesure ces innovations technologiques servent-elles des innovations managériales ou gestionnaires ; les dispositifs techniques venant supporter les dispositifs de gestion intégrés dans les unités productives ? Dans quelle mesure, plus ou moins insidieusement, ces dispositifs technologiques participent-ils à développer de nouvelles formes d’exploitation, de domination, de subordination – et pas seulement dans la sphère professionnelle – ou à créer de nouvelles conditions sociales de production du travail et de nouvelles formes d’organisation ?

  • 2 Cf. Cardon & Casilli, 2015.
  • 3 « Ce travail tâcheronnisé et datafié qui sert à entraîner les systèmes automatiques… » (p. 14) ou (...)

4Pour répondre à certaines de ces interrogations, A. Casilli s’intéresse une nouvelle fois2 au champ du digital labor3. Pour ce faire, il mobilise un ensemble de travaux, principalement dans les domaines de la sociologie des technologies et de celle du travail. Afin d’étudier le rôle émancipateur, pour ne pas dire libérateur ou supposé tel de la technologie, l’auteur organise son questionnement autour de trois parties.

5Dans la première partie, outre la caractérisation des plates-formes numériques pleinement inscrites dans l’économie de marché, il livre quelques réflexions sur l’automation qui permet à des machines, techniquement de plus en plus perfectionnées, de remplir des tâches complexifiées et de traiter des informations dans des domaines variés (par exemple le déchiffrage de radiographies ou d’IRM par des IA dans le domaine médical). En quelque sorte, il réinterroge, à sa façon, l’équation progrès technique égal progrès social et se propose d’examiner la manière dont l’automatisation modifie le travail, son organisation, sa gouvernance.

6Dans la deuxième partie, le cœur de l’ouvrage, l’auteur nous rappelle que cette sophistication, avant d’être opérante, nécessite non seulement des experts très qualifiés (en ingénierie robotique, en programmation…), mais aussi d’autres intervenants beaucoup moins qualifiés, mais dont la contribution n’en est pas moins nécessaire. Ce sont ces petites mains qui permettent à l’auteur d’aborder la question du digital labor et des différentes formes qu’il peut prendre : « à la demande », via « le microtravail » et « à l’usage des réseaux sociaux ». Quelques éléments sur chacune de ces composantes.

  • 4 L’un des visages du néolibéralisme selon M. Simonet (Travail gratuit : la nouvelle exploitation ?, (...)

7La première forme « à la demande » repose sur la mise en relation de demandeurs (clients) et de prestataires de service, souvent par l’intermédiaire de plates-formes dites collaboratives ou à la demande : un chauffeur et un client, un restaurateur et un livreur, un téléspectateur et un média en streaming, un non-bricoleur et un bricoleur… Outre la rémunération du service rendu sous forme de commissions, ces prestations génèrent des données numériques qui sont, à leur tour, monétisées, bien souvent à l’insu des protagonistes. Par exemple, l’auteur nous rappelle que toute une partie de l’usage que nous faisons des réseaux sociaux type Facebook, Twitter, Tik Tok, etc., même dans le cadre de la sphère privée et des loisirs, peut être assimilée à du travail gratuit4 : quand nous renseignons un test Captcha pour nous authentifier, nous servons les desseins de Google Livres ; quand nous « likons » pour montrer notre intérêt, nous répondons aux besoins des services marketing de ciblage de leurs publicités, etc. L’autre particularité de cette forme de travail digital réside dans le fait que bon nombre de décisions, de contrôles, de procès de coordination sont dévolus à un algorithme.

  • 5 On retrouve les caractéristiques du travail « en miettes » (G. Friedmann) et les effets pervers de (...)
  • 6 Quand le « requérant » refuse le travail, c’est alors la double peine : le travail n’est pas payé (...)

8La deuxième forme concerne des « soutiers » de l’IA, que l’auteur nomme les ouvriers du clic et qu’il compare – à tort selon nous – aux tâcherons du xixe siècle. À l’inverse de bien des travaux « mainstream », dans le cadre de la classique dichotomie conception/exécution, l’auteur nous enjoint à regarder davantage du côté de ces petites mains dont la contribution est souvent occultée – plutôt que de celui des « sublimes », des exploitants, des start-uppeurs, de ceux qui, dans l’ombre, tirent les bénéfices de ces dispositifs (concepteurs, ingénieurs, commanditaires, actionnaires…) – pour comprendre ce qui se joue réellement derrière l’étalement des technologies. Ce sont ces millions de (micro)travailleurs souvent précaires, flexibles, jetables et invisibilisés, répartis partout dans le monde (et donc mis en concurrence à cette échelle) qui font en grande partie tourner cette économie numérique et ce capitalisme de plate-forme (pensons ici par exemple à Amazon Mechanical Turk, chap. 4). Ils réalisent, en coulisses, de manière fractionnée5 et souvent pour quelques centimes d’euros6, le sale boulot, les micro-tâches standardisées, répétitives et peu qualifiées que les machines, « dépourvues du sens commun », ne savent pas faire : annoter des photos ou des morceaux de vidéos, faire le tri parmi des tweets, retranscrire des documents scannés, recopier les adresses électroniques dans un courriel, identifier des personnes, etc. (p. 125). Ce que l’on appelle le « calcul assisté par l’humain » (p. 119). Les commanditaires sont classiquement des entreprises, des institutions publiques voire des particuliers qui délèguent, par l’intermédiaire de plates-formes numériques, à cette « armée de travailleurs » (crowdworking), travaillant de manière dispersée ou concentrée dans des « fermes à clics », des micro-tâches à réaliser à un moindre coût. On retrouve la parcellisation du travail chère aux chantres de la division des tâches. In fine, tous ces travailleurs précaires se retrouvent, d’une façon ou d’une autre, au service de la machine.

9La troisième forme renvoie à l’usage des réseaux sociaux. On retrouve là les études qui identifient les formes de mise au travail des consommateurs (Dujarier, 2008) ou des clients (Tiffon, 2013). L’exemple le plus parlant reste celui des caisses automatiques, c’est-à-dire la conjonction entre la mise au travail (gratuit) du client/consommateur et des procédés « d’autonomation » (lean production), déjà présents dans des entreprises comme Toyota par exemple. Ce sont donc les « produsagers » qui fabriquent des données qui seront utilisées par d’autres à des fins commerciales, marketing… On assiste alors à la marchandisation de sociabilités numériques.

10Entre ces trois types, il existe plusieurs points communs : un écosystème spécifique (plates-formes numériques), des intentions mercantiles souvent passées sous silence, le recours à des personnes bien concrètes supplétives de la machine, une omniprésence des procédures de contrôle (via des systèmes de notation), de traçage et d’évaluation effectuées par l’intermédiaire d’un dispositif technique ou par les protagonistes eux-mêmes ainsi que la mise en concurrence des travailleurs. Ces activités produisent trois types de valeur que l’auteur dénomme « valeur de qualification » (produire de l’information à partir d’un contenu par exemple, production mesurée par des indicateurs comme le nombre de likes), « valeur de monétisation » (monétiser des données personnelles, des big datas à des fins marketing…) et « valeur d’automation » (liée au développement d’algorithmes d’apprentissage profond qui, bien « instruits », permettent de gérer un énorme flux de données).

  • 7 Qui, par ailleurs, est également une aspiration de beaucoup de personnes désireuses de liberté, ma (...)

11La troisième et dernière partie de l’ouvrage, prolongée par la postface de Dominique Méda, aborde un positionnement plus politique. L’auteur déconstruit les stratégies mises en œuvre par les plates-formes dans l’élaboration d’écosystèmes qui ont pour fonction de s’éloigner au maximum des canons du travail salarié, en multipliant les formes atypiques de travail et de relations de travail, en valorisant l’entrepreneuriat7, en tirant le travail vers l’occupation, vers le travail gratuit, vers le divertissement (rationalisation du temps libre), en surfant sur la vague du Do It Yourself… Bref, dans cette campagne de dé(dis)qualification du travail, les exploitants cherchent à invisibiliser le travail (afin de pouvoir le rémunérer au moins-disant) en brouillant les frontières du travail et du hors travail, en favorisant le travail hors travail (chap. 6).

12La conclusion est consacrée à l’exposition d’un projet d’un digital labor plus digne, plus respectueux.

  • 8 Qui, nous rappelle l’auteur, sont souvent éloignés des principes, des outils… qu’ils imposent à d’ (...)

13Encore une fois, A. Casilli se fait sociologue du quotidien et partage avec le lecteur sa culture du numérique (dont les nombreuses références bibliographiques rendent compte), sa connaissance du milieu, du fonctionnement des dispositifs techniques et plusieurs exemples ou anecdotes très parlants. Même si nous aurions aimé qu’il appuie ses remarques sur des données empiriques issues d’enquêtes afin d’enrichir son analyse documentaire, cette dernière très fournie est très plaisante à lire. Avec profit, l’auteur procède en quelque sorte à la transposition de la lutte des classes au monde numérique, loin des représentations véhiculées par les chantres de l’esprit « silicon valley », de la « Californian Ideology8 », où sont à l’œuvre un ensemble d’exploitations en chaîne.

  • 9 « … la plate-forme [Amazon] déploie d’inlassables efforts pour “mettre hors travail” ces activités (...)

14Trois dimensions auraient participé à prolonger le débat. En premier lieu, une discussion plus poussée de la notion de travail, de ses représentations, de ses transformations, notamment à l’aune des évolutions technologiques, aurait permis au lecteur de mieux percevoir les enjeux liés à la distinction entre travail (et qui doit donc faire l’objet d’une rémunération parce qu’une valeur économique est générée) et non-travail (qui relève du bénévolat, du loisir, du domaine du jeu9…). Les entreprises se servent, en effet, du flou de cette frontière pour optimiser leurs gains. Imaginons par exemple que les clients usagers d’une caisse automatique déduisent de leur ticket de caisse X euros pour avoir eux-mêmes rempli le rôle dévolu à une hôtesse de caisse. La valeur ainsi générée pose non seulement la question de sa répartition, mais plus encore celle de la manière dont, en amont, s’est opérée la transformation en facteur de production d’un supposé bénéficiaire. En deuxième lieu, la réflexion autour de la question des liens entre dispositifs techniques et dispositifs de gestion aurait peut-être mérité davantage d’attention. En troisième lieu, il aurait été intéressant de développer le fait que tous les usagers de ces plates-formes ne disposent pas des mêmes ressources. Cette inégalité (nord-sud) n’est pas, semble-t-il, suffisamment exploitée par l’auteur.

15Enfin, il aurait été intéressant d’approfondir les enjeux éthiques derrière ces processus, par exemple en abordant l’idée de Michael Sandel (2014) sur le fait que la marchandisation de certaines activités (pensons aux réseaux sociaux) et leur instrumentalisation à des fins commerciales ont pour effet d’en corrompre le sens.

  • 10 S. Abdelnour, D. Méda (dir), Les nouveaux travailleurs des applis, « laviedesidees.fr », PUF, 2019

16Pour conclure, dans nos sociétés actuelles où la technologie tient une place si importante, des ouvrages comme celui d’A. Casilli ou encore de Sonia Abdelnour & D. Méda10 ont le mérite de dévoiler les pratiques vouées à rester dans l’ombre. En cela, ils jouent leur rôle de sociologues. Alors, En attendant les robots… les humains font le boulot !

Haut de page

Notes

1 C’est-à-dire un ensemble d’entreprises commerçantes (appartenant souvent à l’un des GAFAM) qui externalisent la plupart de leurs activités et qui se concentrent principalement sur la marchandisation et sur la monétisation d’informations, de données. Citons par exemple les domaines du divertissement (Netflix, Amazon prime, Spotify…), des réseaux sociaux (Youtube, Facebook…), des transports ou du tourisme (Uber, Airbnb…), de la livraison (Deliveroo), des annonces (Google), du « jobbing » (Jemepropose.com, Frizbiz.), etc. Cf. chapitre 2.

2 Cf. Cardon & Casilli, 2015.

3 « Ce travail tâcheronnisé et datafié qui sert à entraîner les systèmes automatiques… » (p. 14) ou encore « Le digital labor se situe donc dans une zone grise entre le marchandage et l’emploi salarié. Comme le premier, il est une activité sans lieu fixe, basée autant sur la sociabilité et la coopération que sur la sous-traitance en cascade de travailleurs. Comme le second, il s’inscrit dans un rapport de subordination, de surveillance et d’inégalité des droits entre les travailleurs et les propriétaires des services numériques. » (p. 267). Voir Scholtz, 2013.

4 L’un des visages du néolibéralisme selon M. Simonet (Travail gratuit : la nouvelle exploitation ?, Textuel, 2018).

5 On retrouve les caractéristiques du travail « en miettes » (G. Friedmann) et les effets pervers de la division du travail poussée à l’excès (E. Durkheim).

6 Quand le « requérant » refuse le travail, c’est alors la double peine : le travail n’est pas payé (sans recours possible) et l’ouvrier du clic voit son score de e-réputation baisser (p. 127).

7 Qui, par ailleurs, est également une aspiration de beaucoup de personnes désireuses de liberté, mais qui ne perçoivent pas les contraintes de ce statut.

8 Qui, nous rappelle l’auteur, sont souvent éloignés des principes, des outils… qu’ils imposent à d’autres.

9 « … la plate-forme [Amazon] déploie d’inlassables efforts pour “mettre hors travail” ces activités, en les inscrivant à la place dans un imaginaire du jeu et de la sociabilité » (p. 126).

10 S. Abdelnour, D. Méda (dir), Les nouveaux travailleurs des applis, « laviedesidees.fr », PUF, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Cléach, « Casilli Antonio, En attendant les robots »La nouvelle revue du travail [En ligne], 20 | 2022, mis en ligne le 12 avril 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/nrt/11788 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.11788

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search