Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Recensions et notes de lectureYolaine Gassier et Baptiste Girau...

Recensions et notes de lecture

Yolaine Gassier et Baptiste Giraud (dir.), Le travail syndical en actes. Faire adhérer, mobiliser, représenter

Willy Gibard
Référence(s) :

Yolaine Gassier et Baptiste Giraud (dir.), Le travail syndical en actes. Faire adhérer, mobiliser, représenter, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 2020, 336 p.

Texte intégral

1Ce riche ouvrage collectif, dirigé par Yolaine Gassier et Baptiste Giraud, fait suite à deux journées d’études organisées au Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST), en avril 2017, et intitulées « Le syndicalisme en actes. Approches ethnographiques du travail syndical ». La grande variété des configurations d’enquête nous dévoile le dynamisme de cet objet d’étude pour une nouvelle génération de chercheur.es, qui défrichent, notamment, des terrains longtemps délaissés, comme l’étude des organisations patronales.

  • 1 Giraud Baptiste, Yon Karel, et Béroud Sophie, Sociologie politique du syndicalisme. Introduction à (...)
  • 2 Schwartz Olivier, « Postface : L’empirisme irréductible » in Anderson Nels, Le hobo sociologie du (...)

2La longue introduction précise la perspective de l’ouvrage, qui a comme ambition de contribuer, à la fois théoriquement et empiriquement, au renouveau des études sur le syndicalisme (P.p. 12). Cette posture théorique féconde permet de penser ensemble les différents acteurs de la représentation syndicale, en observant les ressemblances et les différences dans leurs pratiques de représentation, de mobilisation, de reproduction, mais aussi dans leurs modes d’actions et leurs financements. Ce décloisonnement des objets d’étude entraîne un décloisonnement des champs disciplinaires, avec la volonté de faire discuter la sociologie politique du syndicalisme1 et les outils de la sociologie des mobilisations. La première, l’un des courants d’analyse les plus fertiles, porte une attention particulière aux pratiques et aux perceptions des acteurs, deuxième axe qui traverse l’ouvrage. Ce détour systématique par les actes – comme le signifie le titre-même de l’ouvrage – rend mieux compte de la complexité de cet objet d’étude, et réinterroge à nouveau frais la compréhension des organisations syndicales, souvent abordées sous le seul prisme de leur bureaucratisation, de leur supposée déconnexion vis-à-vis de la base ou de la cartellisation de leur modèle de fonctionnement. Bien que les auteur.es de l’introduction ne contestent ni l’affaiblissement des organisations syndicales ni l’érosion de leurs effectifs militants, ils soulignent la permanence de leur importance, en matière de formation et de socialisation politique pour leurs adhérents. Elles demeurent, pour les auteur.es, des acteurs centraux dans les mécanismes de la représentation politique. Cet « empirisme irréductible2 » des contributions, nous donne à voir en filigrane les métamorphoses du travail et la grande diversité des pratiques des représentants syndicaux, en fonction des ressources organisationnelles, militantes et politiques dont ils disposent. Ces adaptations diffèrent également par les jeux d’échelles dans lesquelles elles s’inscrivent, bien que le niveau national des organisations soit assez peu documenté dans le livre, ce qui en constitue une limite indéniable.

3L’ouvrage est divisé en trois parties, correspondant aux trois termes du sous-titre.

4Dans la première – « Faire adhérer » –, les quatre contributions se focalisent sur des enquêtes localisées. C’est le niveau départemental qui est étudié dans les deux premiers chapitres. Ces derniers invitent à repenser la dichotomie entre le syndicalisme « de service » et le syndicalisme « de mobilisation ». Benjamin Pabion (chapitre 1), étudiant le syndicat policier Unité-SGP-Police FO, montre que la défense des adhérents dans une commission paritaire est la principale raison de l’adhésion des membres au syndicat. Cette dernière est donc souvent dénuée de toute idéologie. Cependant, les modalités de ce syndicalisme de service passent par la professionnalisation des représentants syndicaux et leur affinité avec la hiérarchie, ce qui crée, dans le même temps, les conditions de la critique récurrente dont il fait l’objet. Le syndicalisme de « service » ne s’oppose pas, selon l’auteur, à un syndicalisme « de mobilisation » : ils s’alimentent au contraire l’un l’autre. En effet, les services rendus par les représentants aux adhérents sont partiellement conditionnés à leur degré d’implication dans les mobilisations, et inversement, le niveau de mobilisation ne peut excéder un certain seuil, au risque de compromettre l’équilibre institué avec la direction et la possibilité même du syndicalisme de « service ».

5Cette diversité du répertoire d’action syndicale est également visible au sein de la FNSEA, étudiée par Alexandre Hobeika (chapitre 2). La « plurivocité des actions de services » (p. 78), mise en place par le syndicat au niveau départemental, donne à voir les enjeux de lutte de concurrence entre organisations agricoles. L’auteur montre également que la prestation de service ne correspond pas nécessairement à une individualisation de la relation d’adhésion. Au contraire, la mise en place de service au niveau local peut entraîner la constitution de collectifs militants mobilisables, afin de créer des actions collectives protestataires ou d’influencer les administrations d’État. Cela permet à Alexandre Hobeika de relativiser le clivage entre militants et adhérents.

  • 3 Piotet Françoise, « La CGT, une anarchie (plus ou moins) organisée ? », Politix, vol. 85, n° 1, 20 (...)

6Les deux autres chapitres de cette partie rendent compte de l’activité syndicale au sein d’une Union locale (UL) CGT et s’intéressent aux conditions d’adhésion pour la première, et à la socialisation syndicale pour la deuxième. Elles soulignent toutes deux la forte politisation des échelons syndicaux locaux et leur manque de moyens structurels. Chloé Biaggi (chapitre 3) questionne les modalités concrètes pour appliquer la politique confédérale de « redéploiement » envers les adhérents « isolés », c’est-à-dire sans section ou syndicat sur leur lieu de travail. Elle nous dévoile, au-delà d’une mise en œuvre « anarchique » de cette stratégie, comme cela a été montré ailleurs3, les luttes internes de classement sur le travail syndical légitime. L’accueil juridique devient une activité importante pour les militants de l’UL, bien que dévalorisée par certains, permettant un premier contact avec le syndicat pour les salariés dits « isolés ». Les représentants syndicaux tentent ensuite de diffuser aux militants un ensemble de prescriptions (désintéressement, politisation), qui nous dévoilent les modalités de reproduction des pratiques syndicales, et surtout les contraintes dans lesquelles elles s’inscrivent. En effet, « l’éventail des instruments de coercition et de sanction » est relativement réduit (p. 118). Les militants de l’UL qui ont peu de marge de manœuvre, tentent avant tout de donner une dimension collective et revendicative aux élus « isolés ».

7Alors que cette contribution nous donne à voir une insertion « par le haut » – focalisée sur les représentants syndicaux d’une Union locale –, Charles Berthonneau (chapitre 4) s’intéresse « par le bas » aux conditions d’intégration des militants issus des secteurs précarisés dans les structures territoriales. Il nous montre comment les principes de légitimité du militantisme interne, valorisant la pratique et l’expérience du terrain contre les savoirs techniques et le capital scolaire, offrent un cadre favorable à l’intégration de ces nouveaux venus. Des « passeurs culturels » (p. 134), jouant sur les codes culturels du groupe dominé et connaissant parfaitement le milieu syndical, permettent également de faciliter leur intégration. Cette dernière est cependant plurielle, allant d’un investissement par contre-don – rendre service au syndicat qui les a aidés – et sans réelle connaissance politique, à une intériorisation plus profonde de l’illusio militant et de ses catégories de perception plus légitimes.

8La deuxième partie – « Mobiliser » –, traite de deux mobilisations que l’on pourrait qualifier « d’improbables ». La première, étudiée par Pierre Odin (chapitre 5), resitue la lutte sociale de salariées de l’aide à domicile en Martinique, une profession à faible tradition syndicale. Cette contribution explore la question de la représentation syndicale et des tensions qu’elle provoque. L’investissement de la CDMT (Centrale démocratique des travailleurs martiniquais) dans les catégories les plus fragiles du salariat, cadrant avec son positionnement politique à l’extrême gauche, permet de se démarquer de la concurrence syndicale, tout en produisant des militants politisés issus des franges les plus précarisées, leur permettant une ascension sociale par l’activité syndicale. Cependant, des décalages importants apparaissent entre la façon traditionnelle de penser les mobilisations syndicales et les attentes du collectif de travailleuses durant la lutte (p. 165). Loin d’une délégation totale de la mobilisation aux professionnelles du syndicat, comme on pourrait le penser, l’auteur montre que les grévistes, bien que dépourvues de capital militant, arrivent à ébranler la position des militants dominants et redéfinissent partiellement le modèle dominant de syndicalisation.

  • 4 L’Union Professionnelle Artisanale (UPA) est devenue l’Union des entreprises de proximité (U2P) en (...)

9Le chapitre suivant donne à voir une mobilisation improbable en raison des acteurs qui la mènent : les organisations patronales (chapitre 6). Sophie Louey s’intéresse en effet à la mobilisation unitaire bien qu’autonome des trois organisations patronales (MEDEF, CGPME, UPA4), en 2014, contre ce qu’elles définissent comme « trente ans d’une politique qui aurait “bridé l’économie” ». L’auteure met en exergue « les relations de coopération et de concurrence qui unissent les acteurs de la représentation patronale » (p. 172). Les stratégies d’action et de mobilisation diffèrent en fonction des moyens et des objectifs de chaque syndicat, dans une logique de distinction entre elles. Alors que l’UPA ne dispose pas des ressources nécessaires pour organiser des manifestations et que le MEDEF préfère utiliser le numérique contre un mode d’action jugé « insurrectionnel », la CGPME, elle, privilégie la manifestation dans l’espoir de tirer profit de la visibilisation médiatique qu’elle permet. Si cette décision est prise au niveau national, l’auteure s’intéresse aux appropriations locales différenciées, où la mise en pratique d’une telle décision ne va pas de soi, et devient l’objet de (fortes) réticences.

10La troisième contribution de la partie, écrite par Rémy Ponge (chapitre 7), s’axe sur une acception différente et double du terme « mobiliser ». Il s’agit en effet de mobiliser, non seulement sur un sujet particulier en interne – la question de la santé au travail –, mais également les salariés autour de ce thème. Nous pouvons regretter que l’auteur unifie la démarche de la CGT et de la CFDT dans ce qu’il nomme une « Approche Travail », probablement un peu trop homogénéisante au regard de la variété des pratiques de ces deux organisations. L’article se focalise de plus sur la seule CFDT. Il a cependant le mérite d’explorer les échelons nationaux (confédération et fédération des finances) de cette dernière, ce qui est l’une des deux seules contributions à le faire dans l’ouvrage. Rémy Ponge rend compte du processus d’imposition du thème de la santé au travail au moyen de prescriptions sur les pratiques et les revendications, que les militants sont invités à remodeler à l’aune de cet impératif. L’arrivée de ce nouveau sujet dans la stratégie syndicale est, notamment, due à la spécialisation de militants dans ce domaine, ce qui entraîne une ascension interne de ces derniers, grâce à la technicisation des débats. Le sujet de la santé au travail devient ainsi un enjeu de syndicalisation et de remobilisation des salariés, pour une CFDT largement minoritaire dans le ministère étudié. Toutefois, l’importation des savoirs scientifiques dans le champ syndical ne se fait pas de manière univoque. Une certaine réticence est ainsi à noter envers les experts et scientifiques qui ne sont pas considérés comme complètement légitimes pour connaître les problèmes des salariés.

11La troisième partie – « Représenter » –, rassemble des contributions qui interrogent la façon de porter la parole dans les institutions, les manières de négocier et les ressources qu’il faut mobiliser pour évoluer dans des instances paritaires. Ces chapitres dévoilent la pluralité des usages de la détention d’un mandat, qui est loin de constituer un objectif en soi pour les militants. Le chapitre 8 s’intéresse à la Confédération paysanne : Élise Roullaud se focalise elle sur les strates nationales de l’organisation. Participer aux négociations avec les pouvoirs publics engendre de fortes tensions internes et fait l’objet d’un processus de légitimation perçu comme le prolongement des mobilisations extérieures. L’auteure invite ainsi à réinterroger la frontière entre mobilisation et négociation, en lui préférant l’idée d’un « continuum » entre les deux (p. 232). Les compétences valorisées en interne pour des secrétaires nationaux semi-professionnels dépendent des configurations historiques et des stratégies de l’organisation, et sont ainsi mouvantes. Cette contribution nous montre combien la définition de ce qui est considéré comme un travail légitime pour un représentant syndical est objet de luttes et de redéfinitions perpétuelles (thématique également traitée dans le chapitre de Chloé Biaggi).

12Le chapitre 9 aborde le travail de représentation dans une commission paritaire régionale interprofessionnelle de l’artisanat. Yolaine Gassier y montre l’euphémisation des clivages partisans qui caractérise ce type d’instance, euphémisation due à des acteurs aux parcours proches et aux intérêts communs, dont celui de faire exister cette commission. L’étude des ressources mobilisées par les acteurs remet en cause une vision stéréotypée des organisations syndicales et patronales dans lesquelles s’inscrivent les acteurs de la commission. Alors que les représentants patronaux mobilisent des connaissances pratiques, tirées de leurs expériences professionnelles, les représentants syndicaux – souvent étrangers au monde de l’artisanat – mobilisent des savoirs d’expertise institutionnelle pour pallier leur manque de connaissance.

13Dans le dernier chapitre, François Alphandari étudie le syndicat CGT d’un hôpital psychiatrique et livre une analyse à rebours de l’image d’un syndicalisme dépolitisé et en perte de vitesse. Cependant ce dernier se heurte à la difficulté de faire émerger une relève chez les jeunes adhérents, due à plusieurs obstacles générationnels. Tout d’abord, une socialisation politique beaucoup plus faible chez les plus jeunes. Ensuite, une socialisation professionnelle différente, empreinte d’une plus grande précarité et mobilité. Et, enfin, des règles imposées par la direction syndicale, afin de reproduire un syndicalisme politisé et se prémunir de la bureaucratisation syndicale. Ces prescriptions produisent en retour un investissement moins grand dans la sphère syndicale, car il est valorisé de militer en continuant son activité professionnelle. Cette analyse nous donne une perspective renouvelée sur la conciliation entre activité militante et professionnelle, en la percevant comme un enjeu politique.

14La grande variété des contributions, des terrains d’enquête et des questionnements abordés entraîne, parfois, un certain manque de cohérence entre les contributions, ce qu’aurait pu compenser une mise en perspective plus systématique au début de chaque partie. Cependant, par la grande diversité des pratiques et des terrains qu’il appréhende, cet ouvrage est audacieux. Le pari d’un détour par les pratiques et les perceptions des acteurs pour penser les organisations syndicales est réussi. Ce qui invite à explorer, dans cette perspective, de nombreux questionnements et terrains d’étude, en faisant varier les échelles d’analyse.

Haut de page

Notes

1 Giraud Baptiste, Yon Karel, et Béroud Sophie, Sociologie politique du syndicalisme. Introduction à l'analyse sociologique des syndicats, Paris, Armand Colin, 2018, 224 p.

2 Schwartz Olivier, « Postface : L’empirisme irréductible » in Anderson Nels, Le hobo sociologie du sans-abri, Paris, Armand Colin, 2011, p. 265-305.

3 Piotet Françoise, « La CGT, une anarchie (plus ou moins) organisée ? », Politix, vol. 85, n° 1, 2009, p. 9-30.

4 L’Union Professionnelle Artisanale (UPA) est devenue l’Union des entreprises de proximité (U2P) en 2016 et la CGPME (Confédération générale des petites et moyennes entreprises) est devenue la CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises) en 2017, l’auteure garde les anciens sigles qu’elle a rencontrés durant son enquête.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Willy Gibard, « Yolaine Gassier et Baptiste Giraud (dir.), Le travail syndical en actes. Faire adhérer, mobiliser, représenter »La nouvelle revue du travail [En ligne], 20 | 2022, mis en ligne le 12 avril 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/nrt/11795 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.11795

Haut de page

Auteur

Willy Gibard

Laboratoire Triangle, Université Lumière Lyon 2, UMR 5206.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search