Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Recensions et notes de lectureJean-Marie Harribey, En finir ave...

Recensions et notes de lecture

Jean-Marie Harribey, En finir avec le capitalovirus. L’alternative est possible

Daniel Bachet
Référence(s) :

Jean-Marie Harribey, En finir avec le capitalovirus. L’alternative est possible, Dunod, Malakoff, 2021, 218 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, l’auteur tente, tout d’abord, de comprendre la nature de la crise économique et sociale qui vient de nous frapper à la suite d’une pandémie mondiale, puis il ouvre de nouvelles perspectives pour valoriser le travail et l’emploi, avant de proposer de nouveaux modes de développement.

2Depuis 2020, la vie sociale a été ralentie par la propagation mondiale d’un virus capable d’opérer des mutations à répétition. Inédite par son ampleur, la pandémie a conduit à des périodes de confinement généralisées sur toute la planète. Deux sorties de crise au moins sont concevables.

Travail abstrait et travail vivant

3D’un côté, les économistes néo-classiques ainsi que beaucoup d'économistes keynésiens considèrent que cette crise n’est que conjoncturelle. L’économie pourrait donc retrouver sa trajectoire prépandémique et il serait concevable d’appuyer à fond sur l’accélérateur de la croissance. Jean-Marie Harribey, qui a été l'un des premiers économistes français dès le lendemain de l'irruption de la pandémie à théoriser le caractère endogène de la crise, pense, au contraire, qu’il est indispensable de concevoir l’après-crise comme une sortie du capitalisme et de retrouver la thèse de Karl Polanyi selon lequel le travail, la terre et la monnaie ne sont pas des marchandises. Ce dernier n’avait-il pas indiqué, dès 1944, que si on laissait le marché diriger seul le sort des êtres humains et le devenir de leur milieu naturel, cela aurait pour résultat de détruire la société ? Un changement complet de direction s’impose donc, ainsi qu’un ralentissement de la cadence. L’ouvrage explore en conséquence ce que pourrait être le monde post-Covid.

4La crise sanitaire que nous traversons donne en particulier la possibilité de redéfinir ce qu’est un « travail utile » à la société. L’auteur insiste sur la nécessité de réhabiliter immédiatement le travail. Le travail est vivant et central dans la production des richesses (biens et services). Or, le travail concret et vivant semble très éloigné des produits que l’on acquiert, mais aussi de ceux que l’on fabrique, car le travail salarié, qui recouvre le travail concret, n’est pas déterminé par la production de biens et de services, mais par la production de valeur – profit monétaire et financier. Il est directement sous le contrôle du capital qui l’a enrôlé pour produire une valeur abstraite.

5Ainsi, le marché capitaliste, puis la société – l’entité juridique qui est sous le contrôle des détenteurs de capitaux à la recherche d’un profit à se partager – transforment le travail concret pour produire telle ou telle marchandise en un travail abstrait, c’est-à-dire débarrassé de ses caractéristiques particulières.

6Les disciplines de marché concourent à flexibiliser le travail, tout en renforçant le pouvoir hiérarchique dans les organisations. Les formes diverses de souffrance sociale et psychique au travail, ainsi que la recrudescence des maladies professionnelles ne sont que les conséquences de pratiques managériales inféodées à des manières de voir qui ont été imposées au cours du temps.

7Il serait donc nécessaire, aujourd’hui et dans les années à venir, de retrouver le travail réel, vivant et créatif, comme capacité de produire, mais également comme capacité de pouvoir et de contrôle de l’activité de chacun. La richesse du travail réel et vivant se déploie dans un horizon guidé par des problèmes à résoudre en situation et de manière le plus souvent collective. Il s’agit d’un jeu de construction entre soi et les autres.

8Jean-Marie Harribey montre bien que l’autonomie et la coopération dans l’entreprise ne peuvent avoir du sens que par la maîtrise de l’activité de travail et par l’exercice d’un pouvoir social dans tous les aspects de la vie professionnelle. Ce qui suppose la possibilité effective pour les salariés de participer à la définition de règles collectives, celles qui concernent en particulier l’organisation du travail, les objectifs poursuivis, les moyens mis en œuvre et l’évaluation de l’activité.

9Cela nécessite de faire confiance au personnel, au lieu de l’enfermer dans des prescriptions tatillonnes ou dans des procédures totalement normalisées. La richesse polymorphique du travail ne peut s’exprimer pleinement sous la surveillance continue de batteries d’indicateurs et de chiffres qui tentent de l’instrumentaliser ou de le rationaliser, ni même sous la contrainte exercée par une division excessive des tâches et par une spécialisation trop rigide des activités professionnelles.

10L’auteur rappelle que les collectifs de métiers assurant des coopérations fructueuses demandent du temps et de la durée pour se construire et se maintenir. Ce sont les conditions d’une restauration d’un plus grand pouvoir institutionnel, afin d’agir et de décider dans le travail. Selon Jean-Marie Harribey, il serait indispensable de construire progressivement la base d’un pouvoir politique des travailleurs sur les institutions, pour faire exister et instituer le travail réel et concret.

11Pour sortir du piège de la valeur capitaliste qui l’enferme dans une logique abstraite et univoque, le salariat organisé pourrait se donner les moyens de reprendre la main sur les finalités du travail. Mais il ne sera pas en mesure de le faire directement à partir de cette activité salariée, aussi concrète et vivante soit-elle. Car on ne peut comprendre le travail à partir du seul travail et on ne pourra pas « émanciper » le travail si l’on reste cloisonné à ce niveau très localisé de l’activité productive. En effet, indique l’auteur, le travail n’est pas dissociable des formes institutionnelles que prend le rapport salarial – rapport capital/travail – au cours de l’histoire.

12L’enjeu est de taille aujourd’hui car, avec la décomposition des droits sociaux par les « lois travail », la bourgeoisie et ses porte-parole tentent de disqualifier le travail vivant et active ainsi la « pulsion de mort » du capitalisme qui mêle destruction et autodestruction.

13De nouvelles interrogations surgissent concernant la manière de produire et de financer à laquelle Jean-Marie Harribey apporte des premiers éléments de réponse : s’agit-il de produire des marchandises, comme par le passé, en inondant les marchés ou bien de répondre à d’authentiques besoins sociaux en faisant davantage appel à des services publics produisant des biens communs ? Quelle place devra-t-on accorder au télétravail, sans que celui-ci ne contribue par sa généralisation au délitement des liens sociaux et professionnels ?

Pandémie, crise et nouveaux modes de développement

14Jean-Marie Harribey rappelle que la circulation des marchandises à travers le monde ne connaît plus d’entraves, depuis que les mouvements de capitaux ont été libérés et que les chaînes de production ont été dispersées sur l’ensemble de la planète, pour tirer le meilleur parti de la faiblesse relative des coûts de main-d’œuvre et d’exploitation. Par ailleurs, un certain nombre de sociétés ont été fragilisées en raison d’une perte d’autonomie productive et industrielle, la situation étant aggravée par les politiques néolibérales, qui ont affaibli encore davantage les services publics, notamment de santé, au nom de la maîtrise des dépenses de l’État.

15L’auteur souligne bien que la Covid-19 n’est pas un choc exogène qui aurait frappé par hasard les populations. Cette pandémie est en lien direct avec une économie mondiale qui a dégradé la biodiversité en épuisant les ressources naturelles. Avec la destruction des habitats de la faune sauvage, l’affaissement des barrières naturelles entre les espèces animales et l’espèce humaine a favorisé l’irruption des zoonoses.

16Le temps de la nouvelle grande transformation sera un temps long, avertit cependant Jean-Marie Harribey. C’est évident en ce qui concerne la durée d’adaptation de la vie naturelle, des écosystèmes et de leur évolution. Mais c’est vrai également pour que les sociétés humaines, notamment les populations les plus démunies, acceptent de faire évoluer leurs pratiques. Ce n’est qu’à cette condition que pourront avoir lieu les transformations économiques et politiques requises par l’urgence climatique. Au-delà de leurs implications sociales, économiques et écologiques, les orientations que propose l’auteur définissent une philosophie politique qui met en jeu le rapport des hommes entre eux, à la nature et à tout le monde vivant.

17Pour Jean-Marie Harribey, une autre relance sobre et écologique est possible, si l’on définit le développement comme l’évolution d’une société qui utiliserait ses gains de productivité, non pour accroître indéfiniment une production génératrice de pollutions, de dégradations de l’environnement, d’insatisfactions, de désirs refoulés, d’inégalités et d’injustices, mais pour diminuer le travail de tous en partageant plus équitablement les revenus de l’activité.

Reconversion industrielle et relocalisation productive

18La panne de l’économie mondiale due à la pandémie du coronavirus est l’occasion d’identifier deux problèmes cruciaux pour la mise en œuvre d’un autre modèle productif : la reconversion du système de production et la relocalisation des activités. Les deux problèmes ne se recouvrent pas entièrement, même s’ils sont complémentaires. L’auteur prend les exemples de l’automobile et de l’aéronautique, qui sont emblématiques d’un mode de développement productiviste. Ces deux secteurs ont été les moteurs de l’industrie depuis la Seconde Guerre mondiale et se sont inscrits dans une division internationale du travail, qui a conduit aux délocalisations tout en restant le symbole de l’accès à la consommation de masse (au moins pour ce qui concerne l’automobile, objet témoin de la réussite sociale). Cette logique mérite d’être revue en profondeur selon Jean-Marie Harribey. L’avion et la voiture ne peuvent plus être les moyens privilégiés pour assurer la mobilité, car ils ne sont plus compatibles avec une soutenabilité écologique de long terme : le transport est en effet responsable de 30 % des émissions de gaz à effet de serre. Pour rendre compatibles les mesures d’urgence et celles préparant l’avenir, il faudra dorénavant consacrer des investissements très importants à la formation des personnels, afin de faciliter leur reconversion vers de nouveaux métiers qualifiés portés par la transformation énergétique et le numérique, ainsi que par l’augmentation de l’offre de transports collectifs.

19Mais toute politique de relocalisation industrielle devra être négociée avec les pays qui ont fondé leur développement économique sur une stratégie d’exportation vers les pays riches. Cela suppose que la remise en cause des fameuses chaînes de valeur soit un processus négocié entre tous les partenaires et étalé dans le temps. En France, la nomination d’un haut-commissaire au Plan n’est pas le fruit du hasard, car si s’en remettre à la planification n’est pas une garantie absolue, s’en remettre aux seuls marchés garantit que l’intérêt de l’avenir ne sera jamais servi (James K. Galbraith). À cet égard, l’absence de planification dans le domaine social, sanitaire et économique, un peu partout dans le monde, n’est pas sans rapport avec la montée des inégalités sociales. L’Organisation des Nations Unis a alerté sur les désastres provoqués par la gestion du Covid-19, car celle-ci a accru les inégalités en faisant reculer l’indice de développement humain. Ce déclin touche la plupart des pays, pauvres ou riches, indique le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) qui estime, d’une part, que le revenu mondial par habitant a chuté de 4 % en 2020 et, d’autre part, la crise du Covid-19 creuse les inégalités et entraîne une inversion de la courbe du développement dans le monde.

Grande transformation, démocratie et propriété sociale

20La réhabilitation du travail est un impératif, dans la mesure où il a pour objectif de satisfaire les besoins essentiels, tant individuels que collectifs. Il ne s’agit plus de repartir comme si rien ne s’était passé. Si la société est restée debout et que le système socio-productif n’a pas totalement sombré, c’est parce que des salariés et des indépendants ont continué de travailler en prenant des risques, parfois au péril de leur vie. À cet égard, Jean-Marie Harribey rappelle qu’il existe, depuis deux siècles, des capacités d’organisation, de gestion et d’expression démocratique qui ne demandent qu’à s’exprimer sous des formes institutionnelles à actualiser : contrôle ouvrier, coopératives, codétermination, etc. La transition sociale et écologique devrait permettre cette réhabilitation du travail, qui est elle-même indissociable d’un droit à l’emploi. Car le droit d’effectuer un travail dans la société devrait devenir un droit politique. L’auteur plaide à nouveau pour une forte réduction du temps de travail et pour un partage de ce dernier, en vue de répondre aux nombreux besoins sociaux à satisfaire : alimentaires, par une agriculture biologique ; de logement, par une isolation thermique des bâtiments ; de déplacement, par le développement massif de transports en commun non polluant ; de santé, par des services publics de qualité et une réduction de toutes les sources de pollution ; d’emploi, en réduisant très fortement le chômage ; etc.

21Les questions que Jean-Marie Harribey traite dans cet ouvrage rejoignent ses préoccupations courantes de chercheur et de militant. Elles sont étroitement liées entre elles et répondent aux urgences sociales et sanitaires engendrées par la pandémie et par les mesures prises pour en venir à bout. Une plus juste répartition des revenus issus du travail ne pourra advenir que si la société parvient à instituer en « biens communs » les productions répondant à des besoins définis collectivement. Le changement de mode de production et des rapports sociaux est une urgence qui suppose que la priorité soit donnée à la qualité de la valeur d’usage des produits, inséparable de la qualité du travail qui est demandée aux producteurs.

22Sous le régime de la propriété privée et des droits exorbitants donnés aux détenteurs de capitaux, la réhabilitation du travail est quasiment impossible. Elle est également inaccessible sous le régime de la propriété publique sans un contrôle social exercé par les agents qui travaillent en son sein. En conséquence, Jean-Marie Harribey plaide pour une « propriété sociale » à construire à travers la démocratisation générale de toutes les institutions de la société. Avec la pandémie de Covid-19, les contradictions sociales et écologiques ont atteint un paroxysme qui a fragilisé nos systèmes économiques et politiques. Seule une démocratie sociale et économique vivante devrait nous permettre d’assumer plus sereinement la difficile maîtrise de notre devenir et tant que cela est encore possible, de nous aider à reprendre en main notre destin collectif.

23Trois points nouveaux sont présents dans ce livre par rapport aux précédents ouvrages de l’auteur : le rapport culture/nature qui fait suite aux échanges de Jean-Marie Harribey avec un certain nombre d’anthropologues ; le travail productif dans les services monétaires non marchands bien mis en lumière par la pandémie ; l’évolution de la politique monétaire pendant la pandémie (monétisation des dépenses publiques).

24Sans doute l’auteur aurait-il dû davantage préciser les étapes des transformations à accomplir d’un point de vue stratégique. Il est toujours important d’expliciter une stratégie de mise en œuvre de dépassement du capitalisme ou au moins de définir les conditions politiques qui seraient nécessaires, sachant les formidables résistances que ses propositions ne pourront que susciter.

25Enfin, toute stratégie d’émancipation à l’égard du capitalisme ne suppose-t-elle pas de rendre aux citoyens et aux travailleurs le pouvoir de décider eux-mêmes des grandes orientations à donner à leur société ? Au-delà de l’acquisition de savoirs professionnels indispensables permettant d’évoluer professionnellement dans les différents métiers d’aujourd’hui et de demain, l’enjeu politique et démocratique est de promouvoir une montée générale en compétence pour les mondes du travail, afin qu’ils soient en mesure d’intervenir de manière efficace dans les choix économiques et sociaux. Cela impliquerait alors de mettre en place une authentique éducation permanente pour éduquer des citoyens à la pratique du débat public, des citoyens formés à la recherche et aux modes de délibération en vue de faire émerger une intelligence collective partagée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Bachet, « Jean-Marie Harribey, En finir avec le capitalovirus. L’alternative est possible »La nouvelle revue du travail [En ligne], 20 | 2022, mis en ligne le 12 avril 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/nrt/11800 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.11800

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search