Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Recensions et notes de lectureAnne Monjaret, La Pin-up à l’atel...

Recensions et notes de lecture

Anne Monjaret, La Pin-up à l’atelier. Ethnographie d’un rapport de genre

Ludovic Gaussot
Référence(s) :

Anne Monjaret, La Pin-up à l’atelier. Ethnographie d’un rapport de genre, Ivry-sur-Seine, Créaphis Éditions, 2020, 145 pages.

Texte intégral

1Anne Monjaret revient dans cet essai sur une particularité des espaces de travail ouvrier qu’elle a observés au cours de ses enquêtes dans les années 1990-2000, en tant qu’ethnologue, dans des services techniques hospitaliers ainsi que dans des milieux de production ou d’entretien : l’affichage routinisé de posters féminins, de photos de « charme », de femmes saisies dans des poses, des positions et des tenues « suggestives », dans cet entre-soi des ateliers masculins. « Au boulot, les femmes ont plus de succès que les paysages ! » (p. 65), surtout lorsqu’elles sont ainsi épinglées, agrafées, dénudées, dans ces espaces masculins de production ou d’entretien où les femmes réelles étaient à peu près absentes physiquement.

2Anne Monjaret étudie le sens de l’affichage, de la réception, de la circulation de ces « photos de charmes » ou images pornographiques, exhibant publiquement des représentations tantôt de « saintes » tantôt et plus souvent de « putains » lançant au spectateur masculin le reflet de ses fantasmes les plus intimes. L’autrice observe les usages de cet étalage, étalage donc autant de la chair féminine que des fantasmes masculins, où « la nudité est mise en scène comme pour mieux insister sur la domination que peuvent exercer les hommes sur le corps des femmes » (p. 80).

3L’autrice questionne donc le sens de l’affichage de ces photos de corps féminins en position d’ouverture, dans une attitude lascive, bouche entr’ouverte ou jambes écartées, entre érotisme et pornographie, suggérant, évoquant, suscitant le désir viril, corps couchés, courbés, accroupis sur le papier glacé des « magazines de charme » ou des calendriers pour hommes, exhibés publiquement sur le mur de l’atelier ou plus privativement la porte intérieure du vestiaire.

4En somme, il s’agit pour l’autrice d’étudier tout autant la fabrication masculine d’une figure féminine que la fabrication d’une forme de masculinité, virile, par cette construction d’une figure féminine, la pin-up, réduite à la plus simple expression du fantasme masculin. Comme le suggère en effet l’autrice (p. 122) « l’érotisation des espaces de travail œuvre en définitive à la virilisation des ouvriers ». Le chapitre 11 (« Être (entre hommes) ») développe, enfin, ce point central : les posters et nues participent à la construction de la virilité ouvrière, en articulant rapports de travail, rapports de classe et rapports de sexe. La virilité et le travail opèrent ensemble, en passant par l’affichage d’un désir hétérosexuel qui se construit contre l’homosexuel et selon une représentation stéréotypée caricaturale du féminin, chair à fantasme masculin. Une pratique du monde ouvrier masculin qui, comme celui-ci peut-être, tend à s’éclipser au moins au niveau de la visibilité sociétale et médiatique, à l’heure où par ailleurs les hommes ont fait leur entrée et s’effeuillent à leur tour dans certains calendriers.

5L’autrice interroge la présence à la fois évidente et invisible de ces « pin-up », ces « nus », dans les lieux de travail populaire, tandis que la pratique s’efface à l’aube des années 2000, sous l’effet d’une réprobation due aux transformations dans les rapports de travail et de classes et aussi dans les rapports de sexe. Ceux-ci font en effet aujourd’hui désigner comme sexistes ces représentations naguère définies comme sexuelles ou « érotiques », mettant en scène le désir, le fantasme, la misère sexuelle parfois, la volonté de domination en tout cas de ces travailleurs.

6Autant que l’affichage de ces posters, « calendriers sexy », pin-up (« jeunes femmes épinglées ») et les rapports de travail et de sexe qu’ils véhiculaient, l’autrice interroge cette disparition progressive ; elle interroge aussi depuis cette disparition laquelle rend nécessaire la description de cette pratique sociale, depuis aussi la transformation des rapports sociaux de sexe et du regard, y compris celui de l’ethnologue, porté sur ces mises en scènes, en image et à nu, de façon si crue, des fantasmes ouvriers.

7Cette disparition progressive est en effet révélatrice de la disparition – ou du moins de la transformation – d’un monde, le monde viril ouvrier, défini indissociablement en référence aux rapports de production et aux rapports de sexe, au travail et à la virilité populaires. L’autrice s’efforce, ce faisant, de sortir du point de vue sexiste, qui se cache mal derrière l’adhésion à ces mises en scènes on ne peut plus « phallocentrées », et du point de vue critique féministe, dont la perspective politique est perçue comme biais ne permettant pas de « comprendre » ce qui se joue ou se jouait là.

8L’essai d’Anne Monjaret ne laisse donc pas indifférent. Il a le mérite en particulier de poser le problème de la réflexivité et de la neutralité. Il interroge en effet aussi bien cette « pratique » hautement révélatrice d’un certain état des rapports sociaux de sexe et de sexualité que le regard que la chercheure pose progressivement sur cette pratique. Ce regard, dépendant en partie du contexte, se construit en rejetant la dénonciation morale ou politique, qui risque de passer à côté de la signification, ainsi que la complicité objective qui proviendrait de l’omission de l’étude des rapports de sexe qui s’expriment dans cet affichage, longtemps considéré comme tabou et anodin et, pour cela même, pas considéré du tout… Le travail d’Anne Monjaret invite à questionner la construction sociale des catégories de sexe et de sexualité ainsi mises en exergue de façon si crues, et on est peut-être un peu dérouté toute la première moitié de l’ouvrage, où les catégories de sexe sont encore peu questionnées en tant que telles. Ainsi l’autrice ne semble pas toujours échapper à une certaine naturalisation des catégories de sexe. Si elle questionne « le regard que les hommes portent sur les femmes », en effet, les hommes et les femmes apparaissent longtemps comme des catégories indépendantes des rapports qui les font exister comme tels ; du coup n’est pas questionnée, suffisamment tôt me semble-t-il, la façon dont, à travers ce regard stéréotypé porté sur certains corps, les « hommes » ou le regard androcentré fabriquent à la fois ces corps, la catégorie (femmes) qui les « porte » et celle qui les « mate » (aux deux sens de regarder et de dresser), tout en le faisant parfois au nez et à la barbe du « chef » par ailleurs plus ou moins complice. Par ailleurs, on pourrait sans doute plus questionner le lien entre l’affichage d’une soumission à peu près totale de « la femme » au regard, au désir et aux fantasmes masculins, et la position sociale de ces hommes soumis souvent sur le plan professionnel, à la hiérarchie, au patron, au « petit chef ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludovic Gaussot, « Anne Monjaret, La Pin-up à l’atelier. Ethnographie d’un rapport de genre »La nouvelle revue du travail [En ligne], 20 | 2022, mis en ligne le 12 avril 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/nrt/11809 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.11809

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search