Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Recensions et notes de lectureFontaine Marion, Jarrige François...

Recensions et notes de lecture

Fontaine Marion, Jarrige François, Patin Nicolas & alii, Le travail en Europe occidentale 1830-1939 ; Le Bot Florent, Millet Audrey, Le travail en Europe occidentale 1830-1939.

Le collectif « Agnès Aurélie »
Référence(s) :

Fontaine Marion, Jarrige François, Patin Nicolas & alii, Le travail en Europe occidentale 1830-1939 ; Le Bot Florent, Millet Audrey, Le travail en Europe occidentale 1830-1939. Documents, Atlande, Clefs-concours, Paris, 2020, 2 volumes.

Texte intégral

1La question du travail connaît depuis plusieurs années un important renouveau historiographique à l’échelle internationale, dont témoigne, à titre d’exemple, la parution en 2019, en anglais, de la volumineuse A Cultural History of Work par les éditions Bloomsbury. En France, les historiens du travail disposent depuis juin 2013 de leur propre organisation : l’Association Française pour l’Histoire des Mondes du Travail (AFHMT). Cette vitalité n’est sans doute pas étrangère à la décision de retenir le thème du travail pour la question d’histoire contemporaine du CAPES et de l’agrégation d’histoire et de géographie. Les candidats des sessions 2021 et 2022 ont ainsi eu à étudier : Le travail en Europe occidentale des années 1830 aux années 1930. Mains-d’œuvre artisanales et industrielles, pratiques et questions sociales. Dans ce cadre, les éditions Atlante, spécialistes des manuels de concours, ont regroupé une équipe de 21 contributeurs pour rédiger une copieuse synthèse de plus de 1 200 pages pour la totalité des deux volumes, dont cette recension ne peut délivrer qu’un trop rapide aperçu.

2Le premier de ces deux volumes, coordonné par Marion Fontaine, François Jarrige et Nicolas Patin est organisé en une série de chapitres thématiques regroupés en trois grandes parties : repères, thèmes et outils. La partie « repères » propose tout d’abord une chronologie du travail en cinq grandes périodes. Les années 1830 sont marquées par les héritages des mondes anciens du travail qui restent dominants alors que l’industrialisation est encore très inégale dans une Europe qui découvre le paupérisme sur fond de dérégulation et de contrôle du travail. L’industrialisation s’affermit ensuite des années 1840 aux années 1870 et entraîne des mutations des mondes du travail, en crises et en révolutions, mais qui s’organisent. La période 1880-1914 voit s’avancer une ère des usines qui conduit les contributeurs à s’interroger sur l’émergence d’un nouveau monde ouvrier, d’un nouveau prolétariat, tandis que le mouvement socialiste et ouvrier s’organise entre la nation et l’Internationale. La Première Guerre mondiale forme une période en elle-même dans une histoire du travail dans laquelle elle marque un tournant avec une intervention accrue des États et des changements quantitatifs et qualitatifs de grande ampleur dans les mains-d’œuvre des usines de l’arrière. Enfin, l’entre-deux-guerres place le travail à l’épreuve de l’ère des masses et des crises, des chaînes et des usines, alors que progresse une grande vague de rationalisation du travail, qui se brise sur les conséquences de la crise de 1929 et les dictatures fascistes. La partie « outil » clôt le premier volume avec une série de notices de cinq à six pages chacune, consacrées à des métiers : mineurs, tisserands, dockers, cordonniers, infirmières, couturières…

3La partie centrale, la plus développée, se déploie en onze chapitres thématiques. Le premier revient sur les enjeux et les débats qui entourent les mécanismes de l’industrialisation, et tout d’abord sur le concept ambivalent de « révolution industrielle » dont il scrute l’émergence et rappelle les vifs débats auxquels il a donné lieu parmi les historiens. Mesurer la croissance industrielle et ses rythmes, en déterminer les causes est également un exercice controversé. Le rôle des techniques, longtemps mis en avant par des historiens comme David Landes, est aujourd’hui relativisé au profit d’une analyse multifactorielle qui souligne plutôt une combinaison de dynamiques, de mutations et d’acteurs : les entreprises, la proto-industrialisation, les marchés et la consommation, l’État… Le livre aborde ensuite les courants d’étude du travail : l’héritage des Lumières puis l’essor du machinisme, l’éclosion d’une technologie, une science des techniques, mais aussi des enquêtes sociales et le bref triomphe de l’énergétisme. Le début du xxe siècle est davantage marqué par les diverses formes de rationalisation (physiologique, technique et économique).

4Les contributeurs s’interrogent ensuite sur « Comment commander le travail ? ». Ils rappellent les diverses initiatives patronales pour contrôler et fixer la main-d’œuvre, l’essor du paternalisme, de ses disciples (Frédéric Le Play mais aussi Frédéric Cheysson, dans son sillage), la firme Blin en Normandie fait ici figure d’exemple. Le contrôle de la main-d’œuvre passe aussi par l’apparition de nouvelles catégories de travailleurs : contremaîtres, chefs d’ateliers et ingénieurs notamment. Les mutations du travail industriel et artisanal mettent également les corps à l’épreuve. L’industrialisation, la mécanisation, la manipulation des produits chimiques s’accompagnent de pathologies, d’accidents du travail et de catastrophes industrielles. Dès lors, l’hygiène et la santé au travail deviennent des problèmes que des groupements hygiénistes, les médecins, les assurances mutualistes et les États tentent de prendre en charge. Le genre du travail et des métiers et les migrations font l’objet de deux chapitres attentifs aux évolutions historiographiques. Les deux entrées se recoupent lorsqu’il s’agit, par exemple, d’étudier les migrations liées au travail selon les genres : alors que les femmes sont plus nombreuses que les hommes à se diriger vers les villes plus ou moins proches, elles sont moins présentes dans les flux internationaux.

5Le monde du travail des xixe et début xxe siècle se caractérise aussi par le développement de cultures ouvrières qui recréent des formes de vie collective, donnent la voix aux ouvriers dans divers supports de la culture écrite, contribuent à exclure ou au contraire à affirmer des identités à différentes échelles. S’agissant du xxe siècle, se pose la question d’une culture ouvrière établie en culture de masse mais aussi celle des loisirs, dont l’organisation est un enjeu politique que ce soit pour les régimes totalitaires ou pour le Front populaire autour de la figure de Léo Lagrange. Ce monde ouvrier apprend également à résister, à lutter et à s’organiser. Les historiens se montrent plus attentifs aujourd’hui aux multiples registres de l’action et de la conflictualité ouvrière. La mobilisation prend un tour politique dans le socialisme et le radicalisme puis lors de la création de partis de masse entre 1870 et 1914 confrontés ensuite aux déchirements de la guerre, de la division et de la confrontation aux régimes autoritaires.

6Ces multiples mobilisations ne sont sans doute pas pour rien dans le développement progressif de l’État social et d’un droit du travail. Durant « l’ère libérale » (1830-1880), la régulation des rapports de travail se fait devant les tribunaux. Puis les femmes et les enfants sont les premiers à bénéficier d’une protection des travailleurs par la loi. L’émergence d’un État social se nourrit tout d’abord des échanges au sein d’une « nébuleuse réformatrice » qui englobent des acteurs très variés tant par leurs origines socioprofessionnelles que par leurs ancrages politiques. Les États mettent en place, à des rythmes et selon des modalités et des intensités variables, des protections contre les risques liés au travail qui forment un premier noyau d’assurances sociales. La dépénalisation de la grève et des syndicats et la négociation collective qu’elle rend possible ouvre la voie de la construction d’un droit du travail. L’entre-deux-guerres est marqué plus spécifiquement par la réduction du temps de travail et l’internationalisation des législations sociales et du travail, sous l’égide notamment de la nouvelle Organisation internationale du travail (OIT). Enfin, si le Front populaire permet aux auteurs de parler de politiques « pré-keynésiennes », les droits des travailleurs régressent, à l’inverse, dans les États autoritaires. Un dernier chapitre est consacré, suivant en cela le programme du concours, au travail et aux travailleurs dans les arts et la littérature. Dans le champ littéraire, la figure de l’ouvrier se dégage lentement du thème de la pauvreté. La littérature sociale française est plus particulièrement marquée par sa politisation. Les arts plastiques peuvent paraître moins prompts à s’emparer de la tragédie du travail. Les peintres manifestent une prédilection pour la campagne dans leurs œuvres et quand ils s’intéressent aux industries, la métallurgie est mieux traitée que le textile par exemple. La chanson puis la photographie et le cinéma peuvent, dans une certaine mesure, être abordés comme de nouveaux traitements artistiques du travail et des travailleurs.

7Pour le second tome, Florent Le Bot, qui a également contribué au premier, et Audrey Millet ont rassemblé un corpus riche de 200 documents. Ils sont parvenus à couvrir l’ensemble de l’aire géographique au programme avec des documents non seulement sur les « grands pays » industriels d’Europe de l’Ouest mais aussi sur les mineurs de Sicile et des Asturies, les conserveries de poisson de Galice, les sociétés de secours mutuelles d’Asti… Les documents choisis jouent sur les échelles : celle d’un pays, avec par exemple la loi Astier de 1919 qui organise l’enseignement technique en France, celle d’une région ou d’un bassin industriel, comme dans le cas des corons du Borinage belge (en 1830), celle d’une ville, avec les mégissiers d’Annonay, la catastrophe de Courrière, Manchester vu par Tocqueville en 1835 puis par Engels en 1845, d’un village ouvrier tel celui des Crespi d’Adda en Lombardie en 1894, voire d’une ville-usine comme Bataville. Ils donnent aussi à voir un établissement avec l’École industrielle de Barcelone inaugurée en 1851, l’atelier de lutherie d’Amédée Dieudonné à Mirecourt vers 1924, ceux de la compagnie Ansaldo à Gênes, ou encore des réseaux dont celui du Paris-Lyon-Méditerranée et ses « petits chefs » en 1911 ou des migrations de l’Italie vers l’Amérique du Sud (en 1883). Les deux éditeurs ont retenu des documents de nature variée avec, certes, des textes en majorité mais aussi des affiches d’entreprise (une publicité du gantier Fischl) ou de propagande politique (celle du parti nazi de novembre 1932), des photographies (de la Colónia Sedó en Catalogne, des grévistes des aciéries de la Meuse en 1936…), des gravures (atelier du fondeur, 1873), des cartes postales (l’arc de triomphe à la gloire des industries de la chaussure de Fougères en mai 1914, du massacre de Fourmies…), un livret ouvrier belge, des vues d’établissement (le familistère de Guise), des dessins (La mort Tamise, 1858), des tableaux et graphiques (budget d’une ouvrière de 1910)… Ce florissant panel est regroupé en cinq grandes catégories (paysages du travail ; travailler pour vivre, travailler à en mourir ? ; encadrer des mains-d’œuvre ; sociabilités, engagements et conflits ; représentations du travail) qui permettent d’aborder des thèmes aussi divers que la grève, le nationalisme et la xénophobie, le paternalisme, la formation, les pollutions, les mobilités, les consommations, les loisirs et les sports, les enquêtes, les corps, les syndicats, la misère, le bonheur et la fierté…

8Il n’est pas possible de rendre justice à la totalité du corpus. Nous en avons donc retenu, de façon arbitraire et subjective – convenons-en –, deux documents qui nous paraissent représentatifs de la démarche des deux auteurs et de la diversité de l’ensemble. Le premier est extrait de la Revue chronométrique, Journal des horlogers, scientifiques et pratique, de janvier 1878. Il permet d’aborder la notion d’industrialisation douce, de l’historien Jean-Marc Olivier, autour des productions de clous, d’horloges et de lunettes dans le Jura morézien. Il illustre le dynamisme d’une industrie à la campagne qui s’articule autour des ressources du travail à domicile et de l’énergie hydraulique. À travers ce cas transparaît la très grande diversité des configurations productives, des formes du travail et l’importance des petits établissements dans le processus d’industrialisation au xixe siècle. Le second est une photographie de grévistes du printemps 1936 tirée d’une collection privée. On ne sait pas exactement qui en est l’auteur. L’image a été prise à Jeumont, près de la frontière belge, dans le Nord. Elle montre une soixantaine d’hommes et de femmes, d’âges différents, salariés de la fonderie de Sambre et Meuse qui ont cessé le travail et qui posent dans la rue, vélos à la main pour certains, devant la vitrine d’un artisan boucher-charcutier qui soutient les grévistes. Elle illustre l’ampleur des manifestations ouvrières dans le pays qui accompagnent la victoire du Front populaire pour faire pression sur le patronat et également la solidarité entre diverses catégories de travailleurs à cette occasion.

9La parution présente les défauts récurrents des manuels de concours qui doivent être rédigés dans l’urgence, dans un délai très court, pour être livrés rapidement au public des étudiants concernés. Certains passages auraient mérité une relecture plus attentive pour éviter des formulations maladroites, voire datées. En dépit de l’ampleur de la synthèse, des aspects du thème ont été négligés ; l’artisanat par exemple est à peine abordé (seulement sept occurrences sur les plus de 600 pages du premier volume) alors que l’intitulé de la question au concours y faisait explicitement référence. Il n’en reste pas moins que ces deux tomes constituent une somme considérable sur l’histoire du travail au xixe et au début du xxe siècle qui devrait rester une référence longtemps après que les thèmes de l’agrégation auront changé. Il y a fort à parier que des générations d’enseignants du supérieur et d’étudiants trouveront leur inspiration dans les synthèses et les documents que ce collectif d’historiennes et d’historiens met à leur disposition avec talent et compétence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Le collectif « Agnès Aurélie », « Fontaine Marion, Jarrige François, Patin Nicolas & alii, Le travail en Europe occidentale 1830-1939 ; Le Bot Florent, Millet Audrey, Le travail en Europe occidentale 1830-1939.  »La nouvelle revue du travail [En ligne], 20 | 2022, mis en ligne le 12 avril 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/nrt/11814 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.11814

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search