Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Matériaux« Là c’est quasiment le cours mag...

Matériaux

« Là c’est quasiment le cours magistral, on ne les voit pas, on parle, on parle. » Crise sanitaire et enseignement en ligne.

Entretien avec Mustapha El Miri, enseignant-chercheur en sociologie, par Paul Bouffartigue
“It's almost like a lecture, you can’t see anyone, you just talk and talk.” Health crisis and online teaching. Interview with a teacher-researcher in sociology
“Esto es prácticamente el curso magistral, no se les ve, se habla, se habla.”Crisis sanitaria y enseñanza en línea. Entrevista con un docente-investigador en sociología
Paul Bouffartigue et Mustapha El Miri

Résumés

Ce texte restitue pour l’essentiel un entretien de Paul Bouffartigue avec Mustapha El Miri, enseignant-chercheur en sociologie. Il a été réalisé en février 2021, dans un moment où les enseignements ont lieu de nouveau « en hybride », après trois séquences : celle du basculement de l’ensemble des cours en ligne au printemps 2020 avec le premier confinement, puis une période de cours en « hybride » à l’automne 2020, suivie d’une reprise en « présentiel ». L’interview a été transcrite, puis relu et complétée par Mustapha El Miri. Elle traite de l’expérience personnelle et collective de l’enseignement en ligne, de ses implications pédagogiques, puis s’élargit à ses implications en termes d’individualisation du milieu professionnel et de difficultés radicales de mobilisation collective face aux effets de la politique de l’enseignement supérieur et de la recherche. Selon lui, c’est dans le contexte des transformations d’ensemble de l’université et de ses publics qu’il convient de réfléchir sur l’expérience à grande échelle de l’enseignement en ligne associée à la crise sanitaire du Covid-19, et à ses implications prévisibles.

Haut de page

Texte intégral

Présentation de l'entretien

1Né en 1973, Mustapha enseigne depuis 2006 au département de sociologie de l’université d’Aix-Marseille. Il estime « être un peu passé dans un trou de souris », la mise au concours d’un poste de MCF commençant de susciter un nombre de candidatures importantes. Ayant occupé d’autres fonctions que celle d’enseignant-chercheur – notamment comme directeur de département, responsable de mention et responsabilités à l’échelon de l’UFR – il a pu observer diverses facettes de la transformation de la profession intervenues au cours des quinze dernières années. Il a enseigné à tous les échelons du cursus universitaire, de la Licence et du Master – professionnel et recherche. À ses yeux, un des principaux changements intervenus est le recul de la part des étudiants originaires des classes populaires et des petites classes moyennes – notamment au niveau Master –, dont l’un des indicateurs est la quasi-disparition des titulaires d’un baccalauréat professionnel. L’autre changement est le recul des effectifs de la filière sociologie, les amphithéâtres de première année ne réunissent plus que 150 à 200 étudiant.e.s, alors qu’ils en rassemblaient deux fois plus. Cela s’explique en partie par la création d’un cursus de licence en anthropologie au sein de cette université, mais aussi par les dégradations des conditions d’étude. Selon lui, le dispositif « Parcours sup » mis en place en 2018 aggravera cet état de fait par l’effet d’une sélection à l’entrée de l’université qui ne dit pas son nom. Mais cette chute des effectifs étudiants ne se traduit aucunement par l’amélioration des conditions de travail des enseignants-chercheurs, du fait à la fois de l’importance du sous-encadrement initial, et de l’alourdissement considérable de la composante administrative de l’activité. La pression qui s’exerce sur eux, supposée viser la réduction des échecs en premier cycle au travers d’une individualisation du suivi des étudiants, se heurte à la stagnation des moyens disponibles, et devient une charge mentale pour tous les enseignants. Par ailleurs la « semestrialisation » de l’année universitaire a sensiblement réduit sa durée et provoqué une intensification des cours, les enseignants s’efforçant de transmettre le même volume de connaissances dans un temps plus condensé. Il est devenu impossible par exemple d’alterner enseignements théoriques, travaux de terrain, et traitements statistiques en salle. C’est dans ce contexte d’ensemble qu’il convient de réfléchir sur l’expérience à grande échelle de l’enseignement en ligne associée à la crise sanitaire du Covid-19. L’entretien porte sur l’expérience personnelle et collective de l’enseignement en ligne, de ses implications pédagogiques, puis s’élargit à ses implications en termes d’individualisation du milieu professionnel et des difficultés radicales de la mobilisation collective face aux effets de la politique de l’enseignement supérieur et de la recherche.

L’entretien

Comment s’est passé, pratiquement, le passage au premier confinement, et comment les enseignants se sont débrouillés, ont fait avec les injonctions ministérielles et universitaires ?

Pour le premier confinement nous avions à faire à quelque chose de nouveau, une pandémie qui se développait, tout le monde était un peu dans l’incertitude, mais globalement les gens ont joué le jeu. Les conditions étaient extrêmement dégradées, il a fallu passer en cours hybride et puis en confinement total – il y a eu une toute petite période de cours en hybride – mais on est passé très rapidement en confinement total, c’est-à-dire plus d’étudiants en face-à-face direct, tout le monde est passé sur Internet. À l’époque la plateforme « Zoom » n’était pas développée, il a fallu trouver, certains fonctionnaient avec « Skype », d’autres avec « Skype-Amu » (licence acquise par notre université), mais il y a eu une espèce de transfert de charges qui a mobilisé deux dimensions : la première, de l’engagement chez les enseignants, « soyez responsables », « il faut que l’on soit engagés », presque un appel au militantisme professionnel des enseignants pour faire face ; puis, la seconde dimension, « on peut pas faire autrement », de toute façon on ne contrôle rien, il faut qu’on puisse continuer. Les enseignants ont joué le jeu, nous avons tous joué le jeu lorsque nous sommes passés au confinement. Mais très vite on a été confronté les uns et les autres aux difficultés matérielles. Parce que le transfert consistait à penser que tous les enseignants étaient en capacité, comme ça, de délivrer des cours normaux à partir de leur maison, sans prendre en considération les compositions familiales…

Et les qualités de connexion…

Oui, qualités de connexion : nous nous sommes rendu compte qu’en réalité beaucoup d’enseignants n’étaient pas équipés en matériel informatique, ça c’est une découverte que l’université a fait quand il a fallu passer…

Tu veux dire que tous les enseignants n’ont pas un ordinateur portable ?

Non. Ils ont découvert que tous les enseignants n’avaient pas un ordinateur portable capable d’avoir les nouveaux logiciels, certains avaient des ordinateurs qui avaient 10 ans, 15 ans, pour lesquels « Zoom », « Skype », ça n’allait pas, je ne parle même pas du personnel support des universités, les IT, eux aussi mis en confinement, mais alors là…

Ces collègues qui n’avaient pas le matériel nécessaire, comment ont-ils fait ?

Certains cours n’ont pas eu lieu. Ils ont posté sur « AMETICE » des documents, parce qu’il y avait cette possibilité-là, soit de faire cours en direct par « Zoom » ou par « Skype » ou autre, soit de poster sur « AMETICE », qui est la plateforme pédagogique, des documents. Certains collègues l’ont utilisée, en essayant de faire au mieux, de poster régulièrement tous les supports de cours, tout le travail à faire, et d’autres ont donné cours. Me concernant, j’avais le matériel car j’avais été équipé par mon laboratoire – pas par mon université même si les collègues volontaires qui avaient la responsabilité provisoire de notre composante ont mobilisé tous les moyens pour doter en matériel informatique les enseignants chercheurs.

Merci le LEST !

Bien oui. Et c’est ce qui faisait une différence notable, j’avais un ordi, du Lest. J’ai pu faire tous mes cours. Mais cette idée de passer sur l’engagement militant ça veut dire que l’on a transféré les charges du milieu du travail sur les enseignants. Mon abonnement Internet c’est moi qui me le payait, mon casque pour discuter c’est moi qui me le suis payé, les conditions matérielles de mon travail relevaient de mes équipements personnels. Voilà. Et mon foyer est devenu mon université. Là aussi on ne prend pas en compte les différences, je sais que certains collègues avaient des enfants en bas âge. Les enfants n’allaient plus à l’école. Moi il m’est arrivé concrètement certains jours où nous étions tous connectés, ça ne marchait pas et au bout d’un moment, il y en a un qui arrêtait la connexion

Avec des priorités ? Quand tu faisais cours, tu étais prioritaire ?

Ça dépendait, il y avait des cours que je pouvais reporter et les étudiants acceptaient, on décalait les horaires, la priorité aussi c’était de faire en sorte que les enfants ne soient pas perdants. J’ai un enfant qui était en première, alors… Celui qui est au collège pouvait rattraper les cours, mais celui qui était en première c’était plus compliqué.

Et vous aviez des bureaux à la maison ?

Oui. C’est la grande différence, c’est la grande inégalité qui n’est pas prise en compte, je sais que j’ai des collègues qui habitent en appartement, sans bureau individuel, qui travaillaient dans leur salon. Alors on a transféré, tout le monde a accepté parce que c’était une période un peu spécifique et exceptionnelle, néanmoins il n’y a pas eu de réflexion, de débat, sur ce transfert du monde du travail dans les foyers, que ce soit dans le privé ou dans le public. Mais il y avait cette idée de l’engagement que ceux qui continuaient à faire cours étaient presque dans un militantisme professionnel, et la ministre de l’Enseignement supérieur usait de ce vocabulaire dans toutes ses interviews, en remerciant les enseignants… C’est comme les applaudissements des soignants, on les a payés en valeur symbolique tous les soirs. Alors c’est déjà pas mal, de reconnaître leur engagement, mais il y avait cet aspect rhétorique de la part de notre ministre, dont le manque d’engagement concret venait en souligner les limites. Le symbolique a ses limites, surtout lorsque les conditions se dégradent au point d’impacter les corps avec la fatigue, le stress, etc.

Concrètement on est au mois de mars, tu avais quels cours à terminer ? Et à quel niveau ?

J’avais trois cours, un cours en Licence 3, « sociologie des migrations », là où j’avais une dizaine d’étudiants étrangers – Japon, Allemagne, Italie, Espagne –, c’est un cours de spécialisation, avec une quinzaine d’étudiants en tout, tous confinés chez eux, éparpillés, soit dans leur pays, soit en France dans leur chambre ou studio ; une vingtaine d’étudiants d’une UE « politiques publiques » ; et un cours de Master 2 « lire et écrire les sciences sociales », avec aussi une vingtaine d’étudiants.

Concrètement quand tu faisais cours, tu les voyais à l’écran, ou tu en voyais certains ?

Dans les cours de spécialisation les étudiants mettaient leur caméra en marche, on les voyait à l’écran, et dans le premier confinement il y avait une espèce de besoin, ils mettaient tous leur caméra, on sentait que l’isolement était fort et que c’était le seul moment, très attendu, je n’avais quasiment pas d’absence, ils et elles étaient tous là en permanence à l’exception de quelques étudiants empêchés de suivre les cours du fait de problèmes de logement ou de matériel informatique. On voyait aussi qu’il y avait besoin des cours, mais il y avait besoin de lien aussi, et du lien pédagogique. Une partie, ceux des classes moyennes, avait le matériel, ils étaient bien connectés, les plus en difficultés c’est ceux qui ne mettaient pas de caméra, qui ne se connectaient pas, soit cela était lié à des problèmes de logement – on en avait, deux ou trois, qui systématiquement ne se connectaient pas, pour des raisons à mon avis principalement liées au logement, et à la connexion.

Tu as eu l’occasion, ceux-là, de les revoir depuis, d’en discuter avec eux ?

Oui, bien sûr, certains étudiants l’ont exprimé de manière assez claire, la question du logement, quand ils étaient dans des familles nombreuses. Ce n’était pas possible de suivre des cours, ou ceux qui étaient en colocation, deux ou trois étudiants, pour arriver à trouver des créneaux entre leurs différents cours, c’était compliqué, donc ceux-là se connectaient une fois sur deux, rattrapaient les cours quand ils pouvaient, je pense que ça a été une année très dure pour elles et eux.

Toi, ton attitude en tant que transmetteur devant l’écran : c’est pas la même chose y compris si tu as des images de la plupart des étudiants, qu’en présence, on peut parler un peu de ça, et je pensais aussi à l’aspect évaluation du travail, les modalités de l’évaluation…

Le changement important, il était aussi lié au climat, au contexte sanitaire, l’interaction, l’interactivité étaient totalement différentes. J’en ai discuté avec certains collègues qui m’ont dit : « moi non, l’interactivité ça n’a pas posé problème ». Pour moi oui c’était un problème essentiel, parce qu’en cours on peut interpeler par le non verbal, et intégrer petit à petit des étudiants, on en a toujours un ou deux qui à un moment donné se retirent un peu du cours, ou décrochent. Si je les ai en cours je peux…

Y compris par le regard ?

Bien sûr, par le non verbal, par le regard, je peux les ramener en situation d’apprentissage. Cette interactivité qui fait que, quand on tient un cours on gère en permanence la présence des étudiants, il faut aller les chercher, celui qui cause pas et qui n’ose pas parler c’est visible, donc on va reprendre, ce qui est impossible à faire sur des petits écrans, sur ordinateur…

Justement le degré d’attention, d’intérêt et d’appropriation du message de l’enseignant par les étudiants, tu as rapidement appris à l’identifier, par les mimiques des étudiants, ou c’est un apprentissage d’un savoir-faire professionnel qui est progressif ?

Ça c’est progressif, d’abord lorsqu’on arrive jeune enseignant on a été étudiant quelques années seulement auparavant donc on sait, on a l’expérience sociale, évidemment, on sait qu’il y a des choses, mais côté enseignant arriver à intégrer les uns et les autres c’est un apprentissage qui se fait tout au long, on voit les étudiants, certains sont discrets, ne parlent pas, d’autres interviennent beaucoup, et c’est le rôle d’un enseignant, c’est ce que font tous les collègues sans que ce soit mis en discussion. Nous sommes en permanence en train d’intégrer les uns et les autres dans un cours. D’ailleurs, c’est cette dimension qui produit le plus de fatigue après un cours de 2 heures ou de 3 heures. Que ce soit la posture assise pendant des heures ou la posture debout, le corps est en permanence sollicité. Sans vouloir verser dans l’excès, enseigner est aussi un métier physique dont on sous-estime parfois l’impact sur le corps.

Avec cette difficulté classique, qui se pose j’imagine à tous les étages du système éducatif, c’est-à-dire les choix que tu fais, à qui tu t’adresses, à la « tête de peloton », ou est-ce que tu vas, de manière un peu contre intuitive, aller chercher ceux qui sont le plus en difficulté ?

À l’université les deux se passent je pense. Je différencie les cycles. Licence 1 où il y a entre 150 et 200 étudiants, dans un amphi en socio, ou plus de 900 étudiants en psycho, c’est plus difficile, mais dès qu’on les a en L2, L3, dans les cours de spécialisation, là on s’adresse en réalité vraiment à tous les étudiants. Je l’ai observé chez tous les collègues, on va chercher tous ceux qui sont dans la salle. Parce que j’ai remarqué qu’il s’agissait bel et bien d’un échange. Ce n’est pas seulement les étudiants que l’on fait entrer dans le cours dans ces interactions, on développe y compris nos propres compétences en permanence : certaines phrases ou certaines notions que j’ai du mal à expliquer, quand on se confronte à des étudiants chez qui ça n’entre pas, on le fait une fois, on les répète, on les transforme, on les change, jusqu’à faire passer l’idée, et au passage en avoir nettement amélioré l’expression. Ça développe les compétences pédagogiques de l’enseignant aussi. Nos compétences pédagogiques via le Net ne sont pas suffisamment développées. Parce que là c’est quasiment le cours magistral, on ne les voit pas, on parle, on parle, les étudiants n’interviennent pas ou très peu, même lorsqu’on les sollicite. C’est compliqué, ils sont chez eux…

Ils sont plus protégés ?

Bien sûr. Donc ils attendent. Alors qu’en cours, le collectif joue… C’est une espèce de rapport d’échange… fait de réciprocité : on va chercher les étudiants, mais le fait d’aller les chercher en permanence ça nous oblige aussi à développer nos compétences. Je me suis rendu compte que dans certains cours par Internet je m’ennuyais moi-même, on finit par s’écouter. Moi je m’entends quand je fais des cours par « Zoom », alors que quand je fais des cours en salle je m’entends moins. Quand je dis « je m’entends », c’est symbolique, mais je finis par m’entendre parler, c’est-à-dire qu’il n’y a plus que moi, avec le sentiment d’être face à moi-même seulement.

Tu parles des cours qui sont bien rodés ?

Oui, des cours qui sont bien rodés, sur des thématiques, où il y a peu d’interventions. Alors je ne sais pas : est-ce que c’est parce que ma génération a grandi avec moins d’écrans et moins d’usage de ce type de technologies ? Je ne sais pas à quoi l’attribuer, mais en tous les cas pour moi il y a une différence notable entre les cours en salle et les cours à distance.

Donc lors du premier confinement, pas de grand groupe…

Non mais certains collègues avaient de grands groupes. Il faudrait discuter avec eux parce que ça a été très difficile pour eux, je pense que c’est un élément important, je pense que la casse a été importante parmi les étudiants de première année. Quant à ceux qui arrivent cette année, ce sont ceux qui ont eu le confinement en terminale, donc on a des générations qui ont vécu deux années de cours à distance. Alors quand on entend notre ministre dire que « heureusement grâce à l’engagement… » – toujours cette doxa sur « le militantisme enseignant ça a limité la casse » –, ce n’est pas vrai, je pense que si l’on faisait une véritable évaluation, avoir cent cinquante personnes et faire un cours de statistiques, par « Zoom », à une centaine d’étudiants… Et puis dire « on a limité la casse » sans se poser la question de quels types d’étudiants ont fait les frais de cette période, et surtout comment traiter les effets de cette « casse limitée », c’est dire la majorité a réussi à passer, le reste est dans la case des dégâts collatéraux. Mais il faut rappeler qu’il s’agit de jeunes filles et de jeunes garçons qui ont aussi le droit d’être soutenus par notre société et que pour elles et eux la casse n’a pas été limitée.

Parce que là quand les effectifs sont nombreux, ça impose l’écran noir ?

Évidemment : et c’est larguer la majorité d’entre eux, les collègues qui font ce genre de cours, méthodologie, statistiques, ont fait part de leur souffrance, et de la difficulté de cet exercice.

En l’occurrence, qui est concerné au département de socio ?

On a plusieurs collègues qui ont fait des cours à des effectifs importants. Évidemment ça veut dire que la charge de travail est beaucoup plus importante, la préparation est différente, ce sont des collègues qui étaient épuisés physiquement en fin d’année.

Proche du burnout ?

Une partie ont dû en faire ou encaisser l’impact de la charge dans le silence et l’invisibilité de l’institution.

Heureusement qu’il y avait ensuite les « grandes vacances »…

Ils ont bossé pendant ces vacances ! C’est pour ça que dès que l’on a vu les retours en présentiels, certains ont dit « moi je veux absolument ».

Il y en a eu un peu en mai ?

Là il n’y avait plus de cours

Donc le premier confinement s’est traduit par l’interruption totale des cours en présentiel ?

Totalement. Jusqu’en septembre. Jusque fin octobre. Et la reprise qui s’est faite elle était en hybride, quasiment partout en France, avec un protocole sanitaire qui imposait la demi-jauge dans les salles.

Avec un équipement ?

Variable, plus que variable. Sur le site de l’UFR « Arts-Lettres-Sciences Humaines » nos collègues qui étaient en responsabilité durant cette période ont fait un état des lieux du matériel qu’avaient les enseignants, ils se sont aperçu qu’une centaine d’enseignants avaient soit un matériel désuet, qui ne pouvait pas être utilisé, soit n’avaient pas d’ordinateur, qu’il fallait les équiper, mais ils n’avaient pas les budgets pour renouveler le parc informatique et équiper les non dotés. Ils ont aussi fait appel aux laboratoires pour qu’ils équipent les enseignants…

Parce que tu es obligé de venir avec ton propre matériel en arrivant dans la salle ? Pas de caméra ?

Notre site est plutôt bien équipé par rapport à d’autres universités. Nous avons des vidéoprojecteurs sur lesquels on peut se brancher, mais il faut venir avec son ordinateur, ou alors aller emprunter un ordinateur à la « DOSI », mais c’était juste ingérable. Les cours en hybride : une partie des gens étaient présents dans la salle, l’autre était sur écran, donc là il fallait être en capacité en étant enseignant de parler à la fois à la salle, de suivre les étudiants sur écran qui souvent posaient des questions par « tchat », là c’était le summum, la dégradation la plus importante.

Sachant que les étudiants alternaient, pour chaque UE avec une journée en présence et une journée à distance ?

On avait séparé les effectifs entre numéros pairs et impairs pour respecter les jauges du protocole sanitaire, ce qui permettait de faire un roulement, et l’université a mis en place des modalités – là ça a été un véritable travail – pour accueillir les étudiants qui étaient en « fracture numérique », prioritaires pour venir en cours, et avec mise à disposition de salles et d’équipements. Les collègues qui ont eu à gérer tout cela étaient tout simplement épuisés par cette période où les tensions ont été renforcées par ce climat anxiogène.

Et ça n’a duré qu’un mois

Un mois. Et on était à la fois heureux de retrouver les gens en salle, et en même temps nous étions épuisés. Les cours en hybride c’est l’épuisement total. En termes cognitifs on n’est pas en capacité pour l’instant d’avoir cette espèce de rapport pédagogique fragmenté entre une salle présente et un écran avec des étudiants qui posent des questions par « tchat ». Ce qui faisait double travail. Moi ce que je faisais dans mes cours, je faisais d’abord un cours, et ensuite je répondais aux questions. Ceux qui étaient là posaient des questions, mais sur l’ordinateur et le « tchat » je n’étais pas en capacité de voir les questions qui défilaient au fur et à mesure. Je répondais après ou quand je le pouvais, à l’oral.

Ça imposait aussi à l’enseignant la posture assise ?

Oui. Ça veut dire que les étudiants qui sont sur écran me voient, mais l’animation de la salle elle est moins forte, moins importante. Alors quand j’entendais la ministre dire « ça se passe très bien »… Et ce discours est même arrivé dans les institutions et directions d’universités : « on arrive à gérer », « c’est super », « c’est merveilleux », « on fait la preuve »… Non !

Oui, on fait les « bons élèves »…

Il y avait un discours qui était développé, hors sol… presque une manière de s’auto-convaincre. Mais en réalité cette satisfaction était surtout le fait que l’Université, à grands coups d’engagement de ses personnels, a réussi à maintenir un minimum de lien pédagogique, en mode dégradé par la crise et par ses conditions de déficiences chroniques.

Et les collègues : est-ce qu’une partie reprend ce discours « tout va bien » ?

« Tout va bien » non, mais…

Ou on « fait le canard »…

  • 1 Primes d’encadrement doctoral et de recherche.

Non, mais la dégradation avant le confinement, accélérée sur les quinze dernières années, l’individualisation des carrières, la généralisation de la compétition pour les postes, les financements de la recherche, les PDER1, et maintenant les primes ont fait leur effet sur l’atomisation du monde universitaire. Les différentes réformes depuis les années 1970 jusqu’à nos jours ont eu des effets sur le métier et ses agents.

Donc très peu de communications interindividuelles sur ce que vivent les uns et les autres ?

Elles sont là mais elles ne donnent pas lieu forcément à une forme de vision collective objectivée.

Ou de protestation collective…

Donc ça reste un discours sur la dégradation individuelle, l’expression d’indignation individuelle, de souffrance individuelle pour d’autres, mais ça ne passe pas le cap, et certains collègues au final se sont adaptés au distanciel et y sont restés, car cela peut paraître comme compensatoire dans un univers aux conditions de travail dégradées.

Avec cette difficulté classique : « au nom des usagers – ici, des étudiants –, on est prêt à faire beaucoup de choses pour éviter la casse la plus violente » : l’hybride c’est le pire, mais pas au point de revendiquer le retour au distanciel à 100 %, parce que pour les étudiants revenir, même à temps partiel et en demi-groupe, c’est très important… Est-ce qu’il n’y a pas eu cela ?

Il y a eu ça, mais certains enseignants ont demandé le distanciel total du fait de la fatigue et la perturbation pédagogique qu’occasionne l’hybride

Mais qui décide ?

C’est flou, il y a des règles de travail, et à partir du moment où les cours reprennent on doit y aller sauf motif sanitaire, il y a eu des directives. Mais beaucoup d’enseignants étaient plus favorables au distanciel qu’à l’hybride, donc là, avec deux années universitaires de confinement, ça finit par produire des effets sur l’accommodement quelque part, au distanciel.

Alors depuis ce début février 2021 avec la seconde vague pandémique, il y a eu retour à l’hybride ?

Oui, avec l’interview hallucinante du président de la République, à l’époque, qui expliquait qu’il fallait une présence de 20 % des étudiants alors qu’on avait commencé à travailler sur le retour à demi-jauge…

20 %, parce que c’est le modèle de l’entreprise privée où l’on peut revenir sur site un jour par semaine ?

Sans doute. Et notre ministre a brillé par son absence, elle s’exprime toujours après le Président et le Premier ministre, ça se transforme en circulaires, en directives. Nous avions commencé à travailler sur le retour en semi-présentiel, à demi-jauge, les collègues ont commencé à travailler sur les possibilités, et puis trois jours après, nouvelle directive, « repartez à zéro », nouvel emploi du temps, nouvelle concertation à l’Université, parce que le Président dans sa temporalité politique devait parler des étudiants et donc il a lancé ces directives. Cela souligne à quel point l’Université, pour un pays qui veut mettre la formation et la recherche au centre de son discours de développement économique, est en dehors des radars des politiques et des gouvernants. Mais il y a de fortes résistances, en tout cas dans mon secteur, beaucoup d’enseignants étaient plus favorables au distanciel. Parce que je pense que les gens ont fini par s’accommoder et que l’hybride est tellement difficile à gérer, et je pense qu’il y a un risque que le distanciel puisse offrir d’autres conforts que les enseignants ne trouvaient pas auparavant, entre recherche et enseignement…

Et peut-être la mise à distance des étudiants ?

Oui. Et un temps de déplacement en moins, dans une journée ça compte, dans des journées qui sont de plus en plus contractées avec une pression énorme, nous sommes en train, je trouve, de nous accommoder par la force des choses au distanciel, qu’on dénonçait tous au début. Bon, c’est un peu moins clair là-dessus pour moi, je ne suis pas en capacité d’en donner une analyse précise.

Toi tu es reparti pour un « hybride ». Et pour la semaine qui vient, tu as quel emploi du temps ?

Oui, en hybride, parce que je trouve que le distanciel est catastrophique, et on a eu deux années universitaires quasiment en distanciel…

Catastrophique, d’abord pour les étudiants ?

Oui, mais pas que, pour les enseignants aussi, c’est là qu’on se trompe je crois, ça agit sur les compétences et les capacités à enseigner, je ne pense pas que le distanciel nous permette de développer les mêmes compétences. Alors peut-être que chacun fonctionne avec des singularités, mais moi je sais que j’ai besoin… dans beaucoup de cours émergent des idées de recherches, ça alimente en permanence mes recherches, je sais que les étudiants, par leur intervention parfois naïve, non calculée, au travers d’un échange qui m’oblige à approfondir, émerge une idée, ce qui se produit pas dans les cours délivrés par « Zoom ». Pour moi enseignement/recherche sont deux mondes complètement imbriqués et que je ne peux pas séparer…

Même si tu dois souffrir comme tous les enseignants-chercheurs du manque de temps pour la recherche ?

Évidemment. Sans compter les responsabilités administratives : actuellement je suis responsable de mention, de l’ensemble de la Licence. Nous avons eu des réunions pour la mise au point des emplois du temps, avec trois semaines de concertation, avec une nouvelle directive comme je l’ai dit, où après l’intervention du Président il a fallu tout remettre à plat. Le nombre de réunions à distance, a explosé, souvent entre 16 heures et 19 heures, l’équipe de formation se réunit beaucoup plus, et la charge administrative est beaucoup plus lourde. Alors je n’ai pas un rapport fétichiste aux cours en présentiel, mais ça fait avancer, en tout cas moi ça me fait avancer. En plus je pense qu’on sortira affaiblis de deux ans d’individualisation. Le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche a la même propension que des professions libérales classiques, et je pense qu’elle va être aggravée par le confinement et le tout à distance. Tout est en train de prendre place : l’individualisation de la profession, l’atomisation, le fait d’être devant son ordinateur chez soi avec ses livres dans son bureau…

Il n’y a pas de réunion collective d’enseignants en présentiel prévue dans les semaines qui viennent pour discuter et faire le point, sur le métier ?

Non. On a des réunions en permanence pour gérer, les examens qu’il faut modifier, les modalités de contrôle, les jurys, etc. c’est en permanence ce genre de choses qui prend le plus de place de nos échanges.

Deux thèmes au moins pour poursuivre : la manière dont la crise sanitaire est venue stopper le mouvement social, y compris dans l’Université par rapport à la LPPR ; et qu’est-ce que ça a changé sur l’évaluation des étudiants…

Sur l’évaluation, c’est le passage systématique aux dossiers, elle a été transférée quasi entièrement sur l’autonomie des étudiants, la capacité à être autonome et indépendant, à faire un dossier et le rendre, à faire un travail individuel, qui à mon avis a accentué des formes d’inégalités, alors cela ne se ressent pas dans les résultats parce que tous les enseignants ont pris en compte les situations difficiles collectives et individuelles. Mais, je pense que le bilan est à faire de cette période sur la transmission des connaissances et son appropriation par cette génération.

Donc le travail sur dossiers, par opposition à quelles autres modalités d’évaluation ?

Des écrits, en salle, et les dossiers avant donnaient lieu à des échanges en salle, ils étaient discutés dans des cours en présentiel. Là, en distanciel, tout est renvoyé sur les individus, sans échanges entre eux, sans possibilité de se construire intellectuellement au travers d’échanges entre eux. Il faudra évaluer plus tard ce que cela donne. Là ils se sont retrouvés seuls à faire leur dossier, leur recherche bibliographique et documentaire, avec l’impossibilité d’accéder aux bibliothèques – ce qui n’est pas le cas en ce moment – les étudiants de Master n’ont pas pu faire leur terrain, en grande partie. Pour les disciplines où il y a une partie empirique la formation a été sérieusement amputée. Mais en ce moment les bibliothèques sont ré-ouvertes, sous condition.

Donc on aurait une double individualisation, à la fois de l’activité des enseignants et de celle des étudiants ?

  • 2 Loi relative aux libertés et responsabilités des universités, adoptée en 2007.

Oui, on a affaire à une atomisation du monde universitaire dans sa globalité, les personnels administratifs et techniques compris, les secrétariats, les personnels des services de la scolarité, avec des secrétaires de la scolarité qui, pour la saisie des notes, travaillaient chez elles… et avec leurs propres ordinateurs. Je pense qu’on en mesurera les effets dans les années à venir… Cette individualisation est en lien avec la question des mobilisations qui n’étaient déjà pas très fortes avant le confinement. Il y a eu un déclin des mobilisations, que je date de la LRU2, une baisse, d’abord une espèce de fatalisme, et une forme de démobilisation collective, je pense c’est quinze ans de réformes et d’individualisation du monde universitaire.

Au moins depuis 2005-2006 ?

  • 3 Enseignement supérieur et recherche.
  • 4 Agence nationale de la recherche.
  • 5 Institut universitaire de France.
  • 6 Congé pour recherches ou conversions thématiques.

Oui, moi je situe là, depuis que je suis arrivé sur poste. Ce n’est pas rare de voir des départements dans lesquels il y a cinq professeurs et quinze maîtres de conférences (MCF), ce qui met en compétition cinq ou six collègues MCF pour un recrutement comme professeur, c’est pas de nature à favoriser le collectif, parce qu’il y a concurrence pour un bien rare… La mise en concurrence du personnel de l’ESR3 et la compétition généralisée pour les moyens pour exercer son métier de chercheur (financement ANR4, IUF5, délégations, CRCT6, etc.), qui est revendiquée comme normale par le PDG du CNRS, ont fait leur chemin et structurent l’individualisation des carrières. Ces enjeux sont évoqués dans nos échanges, mais rarement dans leurs effets sur les relations que nous avons entre nous, ou sur les formes de hiérarchies implicites, ou sur les fractures des collectifs qu’elles installent. Or, bien que répondant à des exigences institutionnelles communes en termes de publications, de charges, de responsabilité, d’investissement, « d’excellence » – terme qui a réussi à s’imposer dans nos jugements de valeur malgré le rejet que l’on affiche à son égard dans nos débats –, nous évoluons dans des organisations avec des grades différents, des salaires différents, des formes de reconnaissance symboliques et matérielles différentes. Ces différences sont le fait d’un modèle d’enseignement supérieur fragmenté, mais aussi et surtout du tournant managérial qu’il a pris depuis les années 1990. Cet état de fait, loin de renforcer la solidarité du monde universitaire, a participé à la déliter par le bas, par notre inscription dans ses logiques de manière volontaire ou subie. L’individualisation des carrières dans un régime ultra-compétitif pour l’allocation des moyens et donc la reconnaissance professionnelle favorise les stratégies individuelles et en même temps une certaine propension à en atténuer le coût moral en les masquant par l’idéologie de la méritocratie. Bien que nous ayons une critique assez lucide dans nos travaux et nos cours sur l’illusion méritocratique, son dévoilement dans nos pratiques relève du sujet sensible. Je pense que c’est là la force de ce tournant managérial, il a un double ancrage. Un par le haut, institutionnel que nous dénonçons plus aisément et qui suscite des mobilisations collectives régulières (pétitions, tribunes, mobilisations, journées d’études, colloques), mais il a surtout un ancrage par le bas, en s’inscrivant dans les pratiques individuelles d’avancement des carrières plus difficiles à politiser et à dénoncer, car plus difficiles à aborder collectivement, et dont l’ouverture de débats sur le sujet est souvent renvoyée aux registres émotionnels de la frustration, de la jalousie entre pairs, etc.

Sans parler de la suppression récente du CNU dont on ne voit pas encore les effets…

CNU qui ne s’est pas assez mobilisé à mon sens. Il y a des critiques à faire aussi à nos institutions. Certes il y a eu des déclarations, mais je pense que les sections du CNU, qui sont diverses d’ailleurs dans leurs pratiques, n’ont pas toutes joué le rôle de mise à distance des formes de compétition, en procédant à un durcissement des évaluations…

Avec une reprise par les commissions des critères « d’excellence »…

La gestion de la pénurie a fait que le monde universitaire, pour légitimer des institutions, a intériorisé petit à petit des critères qu’il rejette : le terme d’excellence produit une forme d’attraction-répulsion par exemple chez nous. Je pense que les sections du CNU n’ont pas tous fait cette critique, n’ont pas joué un rôle, le rôle d’une institution qui est de dire à un moment donné « on n’applique pas les règles ».

Une désobéissance civile ?

Non ce n’est même pas ça, c’est utiliser toutes les libertés qu’avaient ces institutions…

Avant même d’en arriver à la désobéissance civile, comme cette collègue qui a fait cours en présentiel à Brest alors que c’était interdit ?

  • 7 Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur.

Il ne s’agit pas seulement de remettre en cause l’obéissance et de s’exonérer d’un examen critique qui aille au fond des choses. Avons-nous utilisé toutes les marges que nous offraient les institutions ? Il faut que l’on se pose la question sur nos propres pratiques et nos participations – volontaires, involontaires, explicites ou implicites par le « on ne peut pas faire autrement » – à ces institutions, sans compter l’habitus du bon élève ou du bon fonctionnaire que nous portons d’une certaine manière. Il nous faut passer par la remise en cause de notre fonctionnement dans les institutions comme le HCERES7, et cette remise en cause ne peut être compensée par la seule signature d’une tribune dénonciatrice, ou d’une pétition, ou de deux réunions de divers comités qui pullulent dans notre environnement académique. Nous sommes, je le suis aussi, dans des comités d’évaluation un peu partout et certains d’entre nous y sont à l’excès et ont épousé en plus de leur métier d’enseignant-chercheur celui de sélectionneur et d’évaluateur professionnel. Ce climat de l’évaluation permanente se généralise et participe d’une certaine tension dans nos conditions de travail. J’ai vu des comptes rendus d’évaluation d’articles proposés à des revues de plus en plus violents. On voit dans ce climat de compétition généralisée, une forme de brutalité inconsciente, institutionnelle, se diffuser.

Si je prends le cas du Lest a été avancé un mot d’ordre de boycott de la participation des collègues de la participation au HCERES…

Oui… mais aujourd’hui seulement.

Par contre, il y a eu un débat : est-ce que le labo demande à ne pas être évalué, ou est-ce qu’on se contente de demander le boycott de la part des collègues qui participent au HCERES ?

Dans un premier temps c’était la question des collègues qui donnent la légitimité en participant, parce que s’il y a un mouvement global en faveur de la non-participation, et aujourd’hui on constate que des collègues participent tout de même au HCERES, et pour certains avec la volonté de vouloir bien faire ou d’être dans l’idée qu’il faut le faire. Il faut qu’on prenne conscience de ça : nous sommes plus traversés par des lignes de fractures dans nos pratiques que dans nos discours, et cela peut donner l’illusion d’un collectif puissant. C’est comme quand commence une mobilisation à l’Université et que tout de suite vient le mot d’ordre de « blocage général ». C’est en permanence créer une espèce d’illusion de mobilisation collective, qui nous a amenés à ne pas poser des questions, c’est un peu pareil qu’un labo qui refuse de se faire évaluer tout seul : il est sanctionné. Il ne faut pas se faire d’illusions.

Il n’y a pas un mouvement général des labos en ce sens ?

Non. Par contre si demain tous les labos disent « non », ce serait autre chose. Mais demander à cinq chercheurs dans un labo que le labo ne se fasse pas évaluer c’est faire croire qu’il y a une mobilisation générale. Par contre dire : « nous, qui participons à un tas de comités d’évaluation : comment on évalue ? Quel jeu on joue ? », ça nous oblige à poser la question de nos propres responsabilités, de nos pratiques, et de ce qu’on ne fait pas lorsque nous sommes enrôlés dans la machine à évaluation. Nous savons bien que dans nos débats parfois nous dénonçons, « l’évaluation c’est affreux », et cela n’empêche en rien quelques heures, ou quelques jours après ces débats de participer à cinq comités d’évaluation à côté en appliquant des critères dont l’objectivité est toujours discutable. D’ailleurs la participation à tous ces comités devient parfois comme des médailles qui ornent en bonne place nos CV. Nous sommes pris dans la toile managériale, et ce n’est que collectivement que l’on peut s’en détacher, à condition de poser le débat, quitte à ce que cela nous occasionne une certaine gêne vis-à-vis de nos propres distorsions.

Ce que tu dis sur le blocage, ça me fait penser au mouvement lycéen et étudiant des dernières années avec la pratique systématique du blocage, minoritaire, qui finalement n’était pas très mobilisatrice, parce que quand tu bloques, plus personne ne vient sur le site universitaire…

  • 8 Contrat premier embauche : projet gouvernemental en 2006 de contrat de travail destiné aux jeunes (...)

Oui, je pense que c’est un indicateur d’impuissance totale. Je me réfère aux mouvements qui étaient très forts, contre CPE8 par exemple, la question du blocage ne s’est pas posée parce qu’il y avait 4 000 personnes dans le hall en assemblée générale, donc ça devient un fait. Après, avec l’affaiblissement des mobilisations, la notion de blocage est venue comme un élément qui participe à penser que lorsqu’on bloque l’université on agit, alors qu’à chaque fois qu’il y a eu blocage minoritaire l’université s’est vidée, ne restant plus que quinze ou trente personnes actives dans le blocage. C’est un indicateur d’impuissance. On ne peut pas poser la question de la mobilisation collective, sans poser la question de notre participation à ce qui fait tenir ce système, c’est un enjeu, c’est un élément central pour moi aujourd’hui. Car individuellement nous sommes toutes et tous vulnérables pour faire face, et ce pour diverses raisons qui peuvent être diamétralement opposées d’ailleurs.

Je ne sais pas où est la poule ou l’œuf, mais il y a une dialectique entre la démobilisation/résignation – depuis très longtemps maintenant – et la question des modalités de lutte et d’efficacité de l’action, particulièrement cruciale à l’université, avec la question de la pénalisation des usagers. Je dis souvent qu’on n’a pas suffisamment réfléchi à cette question des implications du basculement – du moins apparent – d’une société industrielle à une société de services, dans laquelle les premiers pénalisés par les grèves sont les usagers ou les clients. Ainsi que des implications d’un capitalisme financiarisé où les collectifs de travail sont atomisés. Il n’y a pas assez de réflexion sur ces questions.

Il n’y en a pas ! Un pays qu’on connaît bien, le Brésil, où le mouvement des sans-terre est un mouvement d’éducation populaire énorme, quand il y avait une grève dans les universités les cours ne s’arrêtaient pas. Quand j’étais à São Paulo, il y avait une grève, les universités étaient pleines, il y avait des cours qui portaient sur le sujet, des débats, il y avait plein de choses, c’est cette dimension qui s’est un peu perdue. Il y a maintenant l’idée omniprésente qu’il faut vider les locaux… Mais c’est faute d’arriver à remplir le rang des mobilisés.

Dans les dernières mobilisations dans l’enseignement supérieur et la recherche tout de même, cette idée est toujours venue de « comment on continue notre activité autrement » ? C’était latent. Mais on n’a jamais trouvé la solution.

Moi je pense qu’il faut faire cours au sein de l’Université

Du genre « Nuit debout » peut-être ?

Ça a été une belle expérience, mais ça été court… Mais les gens ont continué – ça venait d’Espagne principalement. j’avais défendu l’idée d’avoir des formes alternées, on fait des séances de cours en amphi à quatre, cinq ou six enseignants sur un sujet, ensuite on fait un cours de sociologie, parce qu’il faut prendre en compte les temporalités des plus précaires des étudiants. L’université n’est pas l’usine où l’arrêt total pénalise aussi le patron. La suppression des cours pendant un mois, quelques mois, un an : seules certaines catégories peuvent s’offrir ce luxe de prolongation de leur parcours universitaire. C’est principalement ce point qui, au final, se trouvait toujours au centre des tensions autour des blocages des universités, tensions au fond entre les catégories d’étudiants les plus populaires et les autres, et cela a été instrumentalisé par les syndicats conservateurs ou d’extrême droite comme l’UNI. On peut, il y a un tas de choses qui peuvent être imaginées. Mais il y a une espèce de fausse radicalité dans les mots d’ordre. On l’a vu ici quand on a arrêté tous les séminaires. On a arrêté les séminaires, la parution des revues en sciences sociales en particulier en sociologie, mais quelle autopunition ! et ce constat je me l’adresse à moi aussi.

Oui, car quel impact de masse !

Et quelle autopunition !

Cela dit sur l’arrêt des revues on ne se faisait pas d’illusion, on savait que c’était une parenthèse, qu’on se faisait un peu plaisir, les revues ont repris leur boulot très vite…

  • 9 Revue Française de Socio-Économie.

Mais la RFSE9 par exemple a fait un numéro spécial « revues en lutte », ça je crois que c’était de nature à faire avancer, mais arrêter tous les séminaires : quelle erreur ! Alors que ces séminaires auraient pu être des lieux de discussion permanente. Aujourd’hui on est un peu dans cette dérive-là, qui traduit notre impuissance face à un rouleau compresseur, et nos « accommodements raisonnables » dans la pratique avec ce système managérial qui se greffe sur un monde universitaire où la reconnaissance par « les pairs » est en fait formalisée par les logiques de « classement-déclassement et reclassement », des prolifiques comités divers et variés de sélection, d’évaluation, de visite, etc. Mais je pense qu’il n’y a pas un seul élément, on a affaire à une multiplicité de facteurs : l’atomisation, l’individualisation, la compétition, la rareté des postes et des avancements, il faut avoir cela en tête : la transformation de notre métier. Nous sommes à la fois collègues en collectif, mais on peut aussi se retrouver concurrents, en compétition.

Ça, on a du mal à l’évoquer, parce que c’est des choses qui ne se disent pas. Alors qu’en réalité, oui, il y a des compétitions, moi je l’ai vécu à chaque fois qu’il y a eu des postes, des compétitions féroces avec des tensions extrêmement fortes, qui restent. Et ça, si nous ne le traitons pas, si nous n’en discutons pas collectivement, ça va miner, ça mine nos collectifs, parce que ça participe à créer des formes d’excellence qui n’en sont pas, des formes de légitimité et d’illégitimité. J’ai siégé à la section 36 pendant cinq ans, on recrute sur trois ou quatre postes pour deux cents candidats, et la crainte que j’avais, la crainte que nous avions à plusieurs c’est que ceux qui étaient retenus finissent par penser que s’ils ont été retenus c’est parce qu’ils sont les meilleurs, et que les autres ne sont pas bons. Et c’est ça que produit ce contexte de pénurie des moyens imposée par les politiques publiques de l’ESR, et cette exacerbation de la concurrence au cours des dernières années. Non ce ne sont pas « les meilleurs », ils ont été retenus en fonction des contingences du débat, parmi les cent meilleurs. Mais cette espèce de concours permanent – parce qu’on est dans une culture du concours permanent – n’est pas mise en discussion. Et puis lorsqu’un ou une collègue est retenu comme PR, ou MCF, nous avons tendance à vouloir légitimer celui qui a été sélectionné, on a tendance à sur-légitimer d’ailleurs, et en sur-légitimant celui ou celle qui a été recruté on délégitime celui ou celle qui ne l’a pas été, même si aucun jugement négatif n’est énoncé ouvertement sur ce dernier. Ce sont ces éléments qu’on ne met pas en débat, alors que cela nous permettrait de dire, quand on recrute quatre personnes, de dire publiquement qu’elles ne sont pas meilleures que toutes les autres. C’est simplement que dans le moment où on les a recrutés, avec le peu de postes disponibles, c’est leur dossier qui est sorti, pour différentes raisons qui n’entache en rien la qualité des autres.

D’ailleurs – ça me revient, il y a eu un excellent texte de collègues belges qui est sorti sur la question de l’enseignement à distance au moment du premier confinement –, quid de ce qui se passe à l’étranger, en Europe, dans les universités en ce moment, tu as des informations ?

Là c’est l’auto-centrement total, depuis deux ans, c’est comme s’il ne se passait plus rien dans le monde, Didier Fassin a fait un beau papier dans Le Monde sur cette question : comment l’Europe et la France se sont centrées sur elles-mêmes. Là depuis deux ans nous sommes le nombril du monde.

Y compris pour dire, quand l’Europe se concerte pour une politique d’achat de vaccins : « c’est merveilleux ! »

Nous sommes dans le nombrilisme total, à tout point de vue. Tu as dû entendre, Castex ou Véran ne commencent pas une conférence de presse sans dire « on est meilleurs par rapport aux autres pays européens, même les Allemands »…

Alors que c’est partout catastrophique…

C’est scandaleux, d’être tombé à ce niveau de réflexion, c’est un indicateur de l’état politique dans lequel on est. Te trouver meilleur parce que tu as quelques morts en moins ou quelques vaccins en plus… On tombe dans le concours du morbide.

Il y a encore un volet sur lequel j’aimerais t’entendre, c’est l’avenir de tout cela, parce que les projets de développement de l’enseignement à distance, c’est une vieille histoire, y compris les projets marchands. Comment tu vois ça ?

Il faut rappeler et souligner que ça existe ailleurs – aux États-Unis, au Canada, au Mexique… – donc on devrait s’en méfier, déjà se développent des formes d’enseignement à distance, avec des possibilités… Ce que je garderai de cette expérience c’est des liens un peu plus réguliers avec des étudiants que je suis par « Zoom », des étudiants de Master ou autre, ça permet de ne pas les voir qu’une fois par mois, je peux faire plus, je prends une heure quand je suis chez moi, on échange, ça, ça peut être des choses positives. Y compris rajouter des échanges collectifs par « Zoom », en plus de ce qu’on fait, ça aussi je pense que ça devrait être intégré. Il ne faut pas dire : « avant c’était le paradis, maintenant c’est l’enfer ». Les nouvelles technologies il faut les intégrer, le risque c’est de penser que le confinement n’aura pas d’incidences. En voyant certains collègues qui sont en train de s’accommoder, demain si l’Université en venait dire – comme ils l’ont fait à certaines périodes – « un cours posté vaut autant d’heures qu’en présentiel », je ne suis pas convaincu que la résistance sera forte…

C’est-à-dire que le service de l’enseignant pourrait être aussi évalué en enseignement « posté », c’est-à-dire – archivé ? Propriété de qui d’ailleurs ?

C’est le débat. Quand on fait un cours filmé : propriété intellectuelle ? Y’a aucun élément là-dessus.

Ça existe déjà à AMU ?

Bien sûr, quand on fait un enseignement filmé il est enregistré. Ça pose ces questions. Et l’autre problème, c’est le droit d’auteur de manière générale. On a déjà eu une expérience, lorsqu’on a lancé les plateformes pédagogiques, il y avait des heures supplémentaires pour ceux qui passaient par ces plateformes ; dépôt de documents, de textes. Cette période n’a pas duré, mais l’Université pour inciter donnait quelques heures en plus. Ça pouvait aussi être déposer un cours écrit. Donc rien ne dit que demain on ne se verra pas proposer une formule du type : « il n’y a aucune obligation à faire des cours par “Zoom”, mais il y a des incitations »… Ça s’appelle une obligation déguisée…

On a l’impression que l’enseignant de base de maîtrise rien : ça vient d’où ces incitations, de la présidence ?

Non ça vient de nos universités, de nos institutions : « on ne maîtrise rien », ce n’est pas tout à fait vrai, il y a des directions d’université, nous siégeons aussi dans des instances élues, ou ce sont des collègues que nous avons élus, rien ne nous empêche d’avoir un mouvement collectif et de les refuser, or c’est pas le cas. Le fatalisme est au niveau national mais aussi au niveau local du fait de la puissance ou du pouvoir qui a été donné aux directions et de la création d’universités regroupant des disciplines aux cultures et aux intérêts divergents et un nombre d’étudiants plus important que la population de villes de tailles moyennes. Nous sommes dans des organisations bureaucratisées qui favorisent certaines formes d’inertie et qui apparaissent difficile à transformer ou à bouger. D’ailleurs même la volonté transformatrice de certaines directions, qui ne se nomment pas encore PDG comme au CNRS, se heurtent à ce mur.

Il y a tout de même un groupe d’opposition au Conseil de l’université ?

Il y a toujours eu des groupes d’opposition, le problème c’est qu’une fois arrivés au pouvoir – la LRU a renforcé le pouvoir des directions, sur l’allocation des moyens, la distribution des moyens – donc on rentre dans des systèmes de cour, fantasmés ou réels, mais qui produisent dans tous les cas des systèmes d’allégeance, d’adhésion par nécessité, de réseaux, qui se mettent en place, des systèmes de crainte qui sont tout aussi fantasmés parfois : si je bouge est-ce que… Cela devient comparable sur certains points à la gestion des équipes municipales de certaines villes moyennes. C’est là que la disparition du CNU, des instances nationales, va avoir un poids important…

Ce que beaucoup craignaient, une « re-féodalisation » des rapports sociaux…

Exactement, le retour des doyens, des facultés. Ce qui ne veut pas dire qu’avant il n’y avait pas de jeux de réseaux, ils existaient, mais il y avait des instances qui pouvaient un peu réguler, des contre-pouvoirs, des collègues qui n’avaient aucune promotion localement pouvaient en avoir nationalement, et ça libérait aussi les capacités de remise en cause, de critique en interne, de mobilisation. La disparition de ces instances fait que ceux qui vous dirigent sont aussi ceux qui vous donnent ou pas les promotions. Et là s’il n’y a pas des syndicats puissants – ce qui est le cas – dans l’enseignement supérieur on sera totalement… J’ai constaté la puissance de l’enrôlement des collègues par les institutions, une capacité d’enrôlement qui est extraordinaires, des collègues qui sont très critiques, et qui au bout de quinze jours, deux mois, sont dans le discours de l’urgence, « on peut pas faire autrement », un discours de la gestion par l’urgence et avec l’idée qu’il n’est pas possible de faire autrement.

C’est un phénomène ancien, on a connu des présidents d’université qui étaient des syndicalistes rouges devenir des présidents très gestionnaires, dès les années soixante-dix, donc après la loi Faure. Mais ça s’accentue…

Ça s’accentue. Mais je ne voudrais pas non plus être dans la position confortable, l’exercice n’est pas évident et je ne sais comment je le pratiquerais si je venais à remplir ces fonctions… Mais quand les collègues qui participent aux directions d’université sont en difficulté, il faudrait qu’ils publicisent leur difficulté, qu’ils mettent en débat leurs impossibilités, les injonctions contradictoires qu’ils doivent gérer, faire appel à la communauté pour mettre en débat les choses. Ce qui n’est pas fait, du coup ils sont en permanence en train de justifier l’injustifiable, alors qu’il suffirait de dire « voilà : on a un problème : on a dix millions d’euros de dotation, mais quinze millions de dépenses, comment on fait ? ». Et donc on discute. Or ce n’est jamais fait de cette manière-là. Parce que dès qu’ils sont en poste leur première attitude, et ça les gestionnaires l’expliquent très bien, c’est d’endosser leur rôle managérial qui justifie leur responsabilité, « on gère bien » : ils sont dans un discours de justification de leur rôle. À mon avis ce devrait être l’inverse : « vous nous avez élus, mais là on a deux cents demandes de promotion et cinq postes ouverts ». Ça nous permettrait de publiciser en permanence, de politiser les choix, sans que les collègues soient dans l’irréalisme total, de tout bloquer… Mais qu’il y ait débat.

Bon, on a tout dit ! Pour une première vue réflexive…

Réflexive non, je suis encore dans l’expérience. Je pense tout de même qu’il va y avoir de la casse, deux ans de confinement, chez les étudiants, et pas que chez les étudiants, je pense que notre profession va être, s’il n’y a pas ce travail que vous faites de retour réflexif, de mise en discussion, dans une forme de naturalisation de comportements et de pratiques, après deux ans de confinement, qui vont rester…

Il faudrait étendre notre réflexion en partant de l’expérience d’enseignants-chercheurs de profils diversifiés, selon les disciplines, des scientifiques, des juristes… Et avec un canevas d’entretien plus précis.

C’est important, parce que sinon nous allons naturaliser les choses que nous vivons et poursuivre ce parcours d’atomisation de l’ESR qui finira par remettre en cause le principe même et les résultats de la recherche, car aucune recherche ne peut être individuelle. Contrairement à ce qu’avance le PDG du CNRS, ce n’est pas la compétition qui fait avancer la recherche, mais les capacités de collaboration et de solidarité entre chercheurs. Et nos institutions devraient davantage évaluer le travail collectif que les parcours individuels de ce domaine singulier de production du savoir.

En termes de plate-forme de lutte il y a tout de même des propositions très précises pour un retour en présentiel avec des mesures sanitaires très précises, des équipements d’aération, etc.

Oui, mais on ne les a pas. Ce qu’ont dit certains collègues : « on revient tous en amphi et on occupe », mais les étudiants ne veulent pas prendre de risques non plus, « j’ai pas envie de choper le Covid, mes grands-parents l’ont chopé », je ne viens pas, d’ailleurs la dernière mobilisation comme ça, appelée par une poignée d’enseignants s’est soldée par la présence de quinze personnes…

Pourquoi les universitaires – comme les gens de culture d’ailleurs – ne s’appuieraient pas sur des collectifs de médecins qui légitimeraient leur revendication de retour en présentiel avec les conditions sanitaires ?

On a demandé à l’Université de nous communiquer les chiffres sur les contaminations. Mais elle-même n’était pas en capacité de les fournir ou de l’avoir ! Il y a aussi énormément de collègues qui étaient paniqués et qui ne voulaient pas venir. Panique liée au virus.

Mais j’estime que l’UFR ALSH n’est absolument pas en capacité de gérer la situation. Ça vient de la spécificité de certains sites, certains sont mono disciplinaires, comme Droit, là on peut gérer, nous, on a je ne sais pas combien de formations : il est très difficile de gérer le nombre de salles, avec quinze mille étudiants, dans les couloirs c’est juste pas possible. Ça nous rappelle que nous avons des bâtiments qui ne sont pas en capacité d’absorber la moindre crise. Là il faut imaginer en période de grippe, de gastro, combien coûte à la sécurité sociale ce sous-dimensionnement. Personne ne calcule ce coût annuel là, moi je suis sûr que si on le calculait on reviendrait à des constructions beaucoup plus adaptées, y compris en termes économiques, quand on, voit ce que le Covid fait.

J’ai vu un chiffre étonnant, selon lequel le premier poste des dépenses pour la sécurité sociale serait les médicaments psychotropes…

En France oui, c’est le cas depuis longtemps.

Sans compter le coût du Covid…

J’ai vu pendant le premier confinement, il n’y avait plus aucun rendez-vous médical possible en dehors du Covid […] Que les gens applaudissent les soignants, c’était une bonne chose. Mais que le gouvernement appelle à les applaudir pour ensuite réprimer les mêmes soignants lorsqu’ils se sont mobilisés dans la rue, c’est un indicateur de l’effondrement politique de notre société […].

Haut de page

Notes

1 Primes d’encadrement doctoral et de recherche.

2 Loi relative aux libertés et responsabilités des universités, adoptée en 2007.

3 Enseignement supérieur et recherche.

4 Agence nationale de la recherche.

5 Institut universitaire de France.

6 Congé pour recherches ou conversions thématiques.

7 Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur.

8 Contrat premier embauche : projet gouvernemental en 2006 de contrat de travail destiné aux jeunes de moins de 26 ans, retiré suite à une forte mobilisation collective de la jeunesse scolarisée appuyée par les syndicats de salariés.

9 Revue Française de Socio-Économie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bouffartigue et Mustapha El Miri, « « Là c’est quasiment le cours magistral, on ne les voit pas, on parle, on parle. » Crise sanitaire et enseignement en ligne. »La nouvelle revue du travail [En ligne], 20 | 2022, mis en ligne le 13 avril 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/nrt/11993 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.11993

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Nouvelle Revue du Travail est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search