Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Corpus – Innovation et travailUne fabrique publique d’entrepren...

Corpus – Innovation et travail

Une fabrique publique d’entrepreneurs schumpétériens en France (1971-1978)

A public factory of Schumpeterian entrepreneurs in France (1971-1978)
Una fábrica pública de empresarios schumpeterianos en Francia (1971-1978)
Jean-Baptiste Devaux
p. 33-54

Résumés

Les politiques de soutien à l’innovation constituent à présent l’un des principaux instruments dont les États nationaux disposent pour agir en direction du système productif et industriel. Ces politiques sont caractéristiques d’un régime de gouvernement économique du développement technologique : elles consistent notamment à conférer aux entreprises ou opérateurs privés et marchands la primauté dans la conduite du développement technologique. Dans le cas français, ces politiques publiques sont apparues au début des années 1970 et ont profondément recomposé les outils par lesquels l’État gouverne la science, la technique et l’industrie. Cet article propose de mettre au jour les logiques d’action qui structurent ces politiques publiques à partir de l’analyse de la genèse de cette politique publique. Nous souhaitons montrer que ce régime de « gouvernement par l’innovation » est d’abord le produit de concurrences entre ministère et groupes professionnels dans l’État pour le contrôle de cette politique publique. Par l’entremise du travail d’ingénieurs hauts fonctionnaires se dessinent des instruments de gouvernement par lesquels l’État vise à conformer les pratiques scientifiques, techniques et industrielles au modèle de l’entrepreneur schumpétérien.

Haut de page

Texte intégral

1Les politiques de soutien à « l’innovation technologique » sont devenues depuis le début des années 1990 les principaux outils de la politique technologique et industrielle mobilisés par les États nationaux pour accompagner le développement et la modernisation des systèmes productifs. Qu’ils prennent la forme d’aides financières directes (subventions ou prêts conditionnés aux entreprises), indirectes (crédits d’impôt, arrangements institutionnels favorables au capital-risque), de dispositifs organisationnels visant à accroître les synergies entre recherche publique et privée (clusters, pôles de compétitivité, instruments de transferts technologiques) ou de dispositifs de soutien à l’entrepreneuriat innovant (incubateurs, lois permettant la création d’entreprise dans la recherche publique), ces instruments visent à accroître l’incorporation de recherches et de développement dans les produits industriels et à transformer les firmes et leurs agents pour les rendre plus « innovants ». Ils ont ainsi redonné forme à un État actif du point de vue de son action sur le tissu productif dans un contexte économique de globalisation des chaînes de valeurs et alors que se rétrécissent les marges d’action des États nationaux pour conduire une politique industrielle autonome. En promouvant l’innovation comme mot d’ordre à compter du début des années 1970, les acteurs administratifs et politiques entretiennent à nouveaux frais l’hypothèse selon laquelle la puissance publique peut faire face aux crises traversées par le système productif (crise de l’énergie, désindustrialisation, déficits de la balance commerciale et de la souveraineté productive, etc.).

2Des travaux récents ont éclairé ces transformations en focalisant leurs analyses sur les différents outils visant à promouvoir ou soutenir l’innovation (Sainsaulieu & Saint-Martin, 2017). Qu’il s’agisse des clusters ou pôles de compétitivités (Pin, 2020), des dispositifs visant à mettre en relation acteurs scientifiques et industriels (Barrier, 2011; Giry & Schultz, 2022) ou des dispositifs de soutien à l’entrepreneuriat (Frances, Gaglio & Saint-Martin, 2017 ; Chambard, 2020), ces recherches ont mis en évidence les différentes appropriations par les opérateurs de la mise en œuvre et les publics cibles par ces politiques de soutien à l’innovation. Plus rares ont été les travaux empiriques qui ont cherché à caractériser et tracer les mécanismes qui ont conduit à la transformation des répertoires au travers desquels les pouvoirs publics se proposent de piloter, d’orienter et d’accompagner le développement technologique ou de cadrer, de normer et de structurer l’activité des travailleur.euses de la science, de l’industrie et de la technologie (Devaux, 2021). Cet article se propose de revenir sur ce processus de changement lent et incrémental dans l’action publique. En nous appuyant sur une démarche de sociohistoire de l’État et des administrations (Payre & Pollet, 2013) et une analyse des instruments du gouvernement par l’innovation (Lascoumes & Le Galès, 2004), nous proposons de mettre au jour les ressorts ayant conduit à l’institutionnalisation d’une nouvelle forme de gouvernement de la technologie et de ses praticiens que nous qualifierons de gouvernement par l’innovation.

3À l’instar d’autres savoirs (Bezes & Musselin, 2015 ; Gaïti, 2014) ou d’’autres motifs cognitifs (Benamouzig, 2005) qui ont structuré la transformation de l’action publique au cours des cinquante dernières années, le gouvernement par l’innovation est un puzzle doctrinal (Bezes, 2012) façonné par des experts (les tenants du champ des « innovation studies »), des praticiens ou des acteurs administratifs (Sharif, 2006 ; Godin, 2017 ; Godin & Vinck, 2017). Malgré leur hétérogénéité, ces travaux s’accordent autour d’’une définition commune de l’innovation, très largement inspirée des représentations schumpétériennes du développement technologique (Edler & Fagerberg, 2017 ; Laplane & Mazzucato, 2020). L’innovation diffère de la simple invention : elle n’est pas réductible au passage de l’idée ou de la recherche scientifique à la technologie, mais renvoie plus largement à la création et la commercialisation de nouveaux produits, processus ou modes d’organisation par les opérateurs économiques. De fait, l’innovation résulte du travail d’opérateurs orientés par des considérations techniques (la création de quelque chose de nouveau) et économiques (leur commercialisation en vue de réaliser des profits) : elle est ainsi autant envisagée comme un phénomène social qui lie une pluralité d’acteurs (scientifiques, techniciens, industriels, financiers, usagers, etc.) que comme un phénomène économique (une décision d’investissement qui a des conséquences sur la dynamique des firmes et de l’économie nationale).

4De cette définition formelle de l’innovation découle une appréciation des formes que doivent emprunter les politiques de soutien à l’innovation. Tel que nous l’avons observé en France et que la littérature l’a mis en évidence pour dans d’autres pays (Block & Keller, 2011 ; Borrás & Edquist, 2013 ; Guellec, 2017), le gouvernement par l’innovation peut se résumer autour de ces quatre axiomes relativement stables : (1) les acteurs marchands (essentiellement des entreprises) sont les acteurs les plus efficients en matière de production d’innovation ; (2) les pouvoirs publics sont considérés comme incompétents pour choisir les orientations du développement technologique ; (3) l’intervention publique ne doit pas être concentrée sur le soutien à la Recherche-développement, mais viser la mise en relation des entreprises avec le tissu scientifique et le soutien à l’investissement ; (4) l’intervention publique ne doit pas « fausser » le fonctionnement des marchés de la technologie, mais peut pallier leurs défaillances (market-failures) ou susciter des comportements conformes de la part des acteurs de la technologie (ex. : sécuriser le « risque »). De ce point de vue, le gouvernement par l’innovation constitue un instrument de mise en ordre économique (Gayon & Lemoine, 2014) de la science et de la technologie et de gouvernement des conduites (Dubuisson-Quellier, 2016).

  • 1 L’ANVAR a été fusionnée en 2005 avec la Banque des PME pour devenir Oséo. Cette entité est devenue (...)

5Cet article se propose ainsi d’éclairer les mécanismes par lesquels les cadres cognitifs et principes organisationnels qui structurent l’action de l’État en matière de développement technologique se sont transformés, contribuant à l’institutionnalisation d’un « gouvernement par l’innovation » des acteurs du système productif. Jusqu’à la fin des années 1960, la politique technologique française se caractérise essentiellement par la mise en œuvre de grands projets technologiques dont les orientations sont fixées par l’administration (Commissariat général du Plan notamment) et les acteurs politiques. Les années 1970 constituent un point de rupture. Pas à pas, les capacités de l’État visent plutôt à susciter l’acquisition de comportements, de savoir-être et de savoir-faire au sein du tissu productif en conformant l’activité des industriels, des techniciens et des scientifiques au modèle établi de l’entrepreneur innovant (Giraudeau, 2007). Loin de constituer un hypothétique retrait de l’État dans la conduite des affaires industrielles et technologiques (Culpepper, 2006) ou le produit d’un décalque de prescriptions issues des organisations internationales (OCDE) ou supranationales (Commission européenne) (Sharif, 2006; Héraud, 2009), nous postulons donc que l’émergence de cette nouvelle raison du gouvernement de l’industrie est d’abord le résultat d’une nouvelle problématisation du gouvernement du développement technologique. Le soutien au développement technologique, jusqu’alors encastré dans des considérations relatives à la politique de recherche scientifique, est consacré comme un objet économique et autonome dont le gouvernement s’articule autour de la mobilisation de savoirs et d’instruments de type économiques. Dans une perspective sociohistorique, nous montrons ici que ce déplacement résulte des luttes et des concurrences qui opposent des groupes professionnels à l’intérieur de l’État pour le contrôle du territoire des politiques technologiques. En l’occurrence, c’est parce que les hauts fonctionnaires des administrations de la Recherche et de l’Industrie se représentent différemment le développement technologique et son gouvernement que l’action de l’État se transforme. De ce fait, la naissance d’une politique nationale d’innovation et la création d’une agence publique chargée du financement de l’innovation, l’ANVAR,1 constituent des avatars renouvelés de l’interventionnisme industriel en contexte néolibéral (Dardot & Laval, 2010).

6Cet article repose sur un travail de thèse de sociologie portant sur la genèse et l’institutionnalisation des politiques de soutien à l’innovation en France entre 1963 et 2003. Notre enquête s’est déroulée en deux temps. Nous avons d’abord récolté des documents de première main. Nous nous appuyons ici spécifiquement sur les archives du service des affaires économiques de la DGRST, de la direction en charge de l’innovation au ministère de l’Industrie et des archives des cabinets successifs du ministre de l’Industrie ainsi que sur des archives privées transmises par les acteurs que nous avons rencontrés. L’exploration systématique des archives des deux administrations nous permet à la fois de nous immerger dans le travail administratif conduit conjointement par les différentes administrations. Les archives de cabinet ou de la direction de la DGRST font par ailleurs apparaître le travail de coordination gouvernementale et les concurrences entre ces différents segments de l’appareil administratif. Ensuite, nous avons conduit deux séries d’entretiens avec des acteurs de ces réformes (96 au total), qu’il s’agisse de hauts fonctionnaires, d’anciens membres de cabinets ministériels et d’experts mandatés (chefs d’entreprise, économistes, scientifiques). Nous en retenons ici 14 que nous avons identifiés comme les acteurs les plus pertinents pour éclairer la période compte tenu du fait qu’ils étaient alors intégrés à la DGRST (pour 5 d’entre eux) ou au ministère de l’Industrie (pour 9 d’entre eux).

7Au début des années 1970, l’innovation constitue le motif par lequel les agents du ministère de l’Industrie contestent la domination de l’administration de la Recherche sur les politiques technologiques (I). De hauts fonctionnaires, ingénieurs du Corps des mines, se chargent tout au long de la décennie de dessiner ce que peut être une politique « d’innovation », distincte de la politique technologique promue jusqu’alors (II). Reposant sur une définition extensive du développement technologique, la politique technologique prend ainsi la forme d’une politique de soutien à l’entrepreneuriat et d’assurance contre le « risque » économique (III).

1. Contester l’ordre institutionnel par « l’innovation »

8Depuis le début des années 1960, les crédits publics destinés à la recherche industrielle, au développement de nouveaux produits et à l’innovation en entreprise sont concentrés au sein de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST) au titre de la politique scientifique et technologique. Cette petite administration de mission est chargée d’animer et mettre en œuvre la politique dite « d’aide au développement » (le D de R&D). L’émergence d’une politique dite de « soutien à l’innovation » dans le cas français ne s’éclaire qu’à condition d’envisager ce processus que comme le résultat des concurrences entre différentes administrations, et notamment entre la Recherche et l’Industrie, pour le contrôle des politiques technologiques.

1.1. Une politique pour réformer l’Industrie

  • 2 « Je suis tenté de dire que la France a une politique d’innovation, mais j’émettrai toutefois deux (...)
  • 3 Né en 1940 à Paris, élève de l’École polytechnique (X-59), il intègre le Corps des mines à la sort (...)
  • 4 Né en 1937 à Altkich (Haut-Rhin), élève de l’École polytechnique (X-56), il intègre le Corps des m (...)

9L’institutionnalisation d’une politique de l’innovation en France résulte d’abord de l’initiative du ministre de l’Industrie François-Xavier Ortoli. Sa nomination à cette fonction en 1969 constitue une petite révolution de palais au sein de l’administration de l’Industrie. Ancien commissaire général du Plan, connu pour ses prises de position libérales, Ortoli est soucieux d’entretenir l’identité stratégique du ministre volontaire et modernisateur. En 1969, il hérite cependant d’un ministère fragmenté en différentes directions sectorielles (carburants, mines, textile, etc.) dont les activités, largement contrôlées par les hauts fonctionnaires du Corps des mines, échappent pour partie à l’autorité du ministre. Dès son arrivée, il réforme les structures du ministère en créant deux directions transversales sur lesquelles son autorité n’est pas mise en cause : la direction des Études et des Programmes, chargée de missions d’études ; et la direction de la Technologie et de l’Environnement industriel et des Mines (DITEIM), chargée de concevoir une politique industrielle horizontale. Le ministère plaide pour une réforme des politiques de soutien à l’industrie et à la technologie en promouvant notamment la mise en œuvre d’une politique nationale d’innovation2. La conception de cette politique est confiée à deux hauts fonctionnaires du ministère appartenant à chacune des deux directions, Christian Marbach3 et Thierry Gaudin4. Tous les deux sont d’anciens élèves de l’École polytechnique et ont intégré le Corps des mines à la sortie de l’École. Ils sont alors peu familiers des enjeux de politique technologique, ayant effectué une partie de leur carrière en administration déconcentrée puis en administration centrale au ministère de l’Industrie.

10La manière dont ils conçoivent la politique nationale d’innovation résulte d’abord de la position qu’ils occupent à l’intérieur de l’État technologique. La définition du périmètre d’intervention de leur administration est tributaire des concurrences entre l’Industrie et la Recherche qui se disputent le contrôle de ce territoire bureaucratique. Il s’agit pour eux de réformer la politique technologique pour façonner un dispositif différent de celui de l’administration de la Recherche, tant du point de vue de la doctrine d’intervention que des instruments. Pour T. Gaudin et C. Marbach – comme pour leur hiérarchie –, la politique technologique, capturée par l’administration de la Recherche, est trop exclusivement focalisée sur les laboratoires publics et la recherche scientifique :

  • 5 Entretien avec Christian Marbach, direction des Études et programmes de 1968 à 1971.

C’est-à-dire qu’on est passé… on est passé d’une espèce de dogme consistant à dire… il y a la recherche publique qui est là pour rendre service à l’humanité et puis il faut qu’elle travaille avec les grandes entreprises qui sont les seules capables de… etc., etc., on a passé de ce dogme qui avait sa logique à un dogme qui est beaucoup plus ouvert, beaucoup plus flou, et en même temps beaucoup plus intéressant pour quelqu’un qui cherche à bouger. […] [La DGRST] ne croyait pas vraiment au surgissement spontané ou accidentel des nouveautés, des inventions, des… Et ils ne croyaient qu’aux grands… Aux grands acteurs, hein… Les grands, comme un laboratoire de recherche, est bon s’il est plus gros. Une entreprise est bonne si elle est plus grosse, etc5.

11À leurs yeux, les personnels de recherche scientifique sont les principaux bénéficiaires de ces dispositifs, au détriment des entreprises et des équipes techniques qui élaborent de nouveaux produits ou des projets au sein des firmes.

12Pour les agents du ministère de l’Industrie, la réforme est ’l’occasion d’opérer un double rééquilibrage. D’abord du point de vue du pilotage de la politique technologique : celle-ci relève pour eux – et pour leurs hiérarchies – des prérogatives du ministère de l’Industrie essentiellement composé d’ingénieurs issus des grands corps techniques de l’État. Ensuite, du point de vue des bénéficiaires, les crédits de politiques technologiques doivent être réorientés en direction des entreprises et de l’accompagnement des investissements financiers pour soutenir l’innovation. Le 18 juin 1971, le Conseil des ministres entérine une « politique nationale d’aide à l’innovation ». Tel que le précise le relevé de décision, celle-ci se résume en quatre points. L’État est appelé à :

  • 6 Archives SAEF 1A127/3, Fonds ministère de l’Economie et des Finances, Relevé de décisions du comit (...)

I. Intéresser les agents économiques au développement de l’innovation en favorisant la naissance d’entreprises innovatrices […]
II. Développer et assurer une meilleure fluidité du marché de l’innovation […]
III. Attirer les capitaux privés nécessaires au financement de l’innovation […]
IV. Mieux intégrer l’innovation dans la vie économique du pays6.

13Cette politique se démarque de la politique technologique conduite jusqu’alors sur différents points. Elle vise d’abord à développer de nouvelles entreprises et à moderniser le tissu productif français du point de vue des entreprises. Le ministère de l’Industrie se décharge ensuite de la responsabilité d’orienter le développement technologique et scientifique, estimant que les entreprises et les entrepreneurs sont les acteurs les plus légitimes pour orienter la production technologique ensuite destinée aux marchés. De fait, la politique d’innovation transforme la politique technologique en une politique économique destinée à soutenir des investissements privés.

14Les contours de la « politique nationale d’innovation » sont appelés à être précisés d’autant que les crédits qui leur sont affectés restent particulièrement modestes avant 1978. Néanmoins, les recommandations établies en 1971 dessinent les contours et la doctrine de ce que deviendra la politique de soutien à l’innovation en France. Deux conceptions non concurrentes, mais différentes de l’innovation se font jour : l’une financière promue par Christian Marbach, et l’autre organisationnelle, portée par Thierry Gaudin. Le processus de rationalisation de l’action de l’État en matière technologique emprunte alors deux sentiers différents qui ne convergeront qu’en 1978.

1.2. Les politiques plurielles de l’innovation : management et financement

  • 7 La « Route 128 » désigne un pôle technologique et industriel organisé autour de laboratoires, de g (...)

15Durant l’année 1971, Christian Marbach et Thierry Gaudin s’attèlent à la rédaction d’un Livre blanc de l’innovation. Ce travail est l’occasion pour eux de définir avec plus de précision les contours de ce que peut être une politique d’innovation. L’observation du travail de rédaction de ce document offre des éclairages pour comprendre les formes que va prendre cette politique en France. À cette occasion, la comparaison avec des modèles internationaux fournit un premier cadre de travail. Les deux hauts fonctionnaires sont d’abord mandatés par le cabinet du ministre de l’Industrie pour se rendre dans la région de Boston aux États-Unis, où ils visitent la technopole scientifique, technologique et industrielle alors appelée « Route 1287 ». Introduits sur place par des agents de la société de conseil Arthur de Little, ils rencontrent des acteurs de la finance et du « capital-risque », des industriels et des ingénieurs enseignant pour la plupart au sein des grandes écoles de la région, comme le MIT. Bien que leurs trajectoires scolaires et professionnelles soient similaires, les deux ingénieurs des mines éprouvent différemment l’expérience de la mission outre-Atlantique. C’est ce que souligne Thierry Gaudin lorsqu’il affirme que « [moi] et Marbach, on n’avait pas la même impression sur la visite aux États-Unis ».

16Le voyage est l’expérience d’une forme de dépaysement et de fascination pour Christian Marbach. Issu d’un milieu relativement modeste (père professeur de collège, mère au foyer) et ayant effectué l’ensemble de sa scolarité en province (Strasbourg) avant son entrée à Polytechnique, sa trajectoire sociale est caractérisée par une forte ascension. Au sein du corps et du ministère, il est considéré comme un acteur loyal et fait figure de modernisateur puisqu’on lui confie notamment une mission d’informatisation du ministère. Il confie en entretien s’être rendu plusieurs fois durant les années 1960 aux États-Unis, un pays qui l’a fasciné et découvre à cette occasion dans la région de Boston un « modèle » en matière de développement technologique :

  • 8 Entretien avec Christian Marbach, direction des Études et programmes du MI de 1968 à 1971.

Ben les États-Unis c’est quand même un pays tout à fait fascinant hein. D’abord du point de vue purement géographique. C’est un continent incroyable avec une histoire brève, mais tout aussi incroyable, enfin, c’est vraiment… Et avec des défis tout à fait superbes… Enfin moi j’adore les États-Unis. Je déteste beaucoup de choses des États-Unis, mais c’est quand même un pays absolument extraordinaire. […] Et là moi j’ai vraiment… moi je me suis dit… j’ai vraiment eu envie effectivement de dire qu’il y a un modèle là. Y’a pas de raisons que ça ne marche pas en France8.

  • 9 Ces sociétés de financement, développées notamment sous l’impulsion du gouvernement fédéral (Kelle (...)

17À Boston, il est notamment marqué par l’existence de sociétés financières de capital-risque qui à ses yeux singularisent le modèle américain vis-à-vis du modèle européen9. Il rencontre alors l’un des pionniers de cette industrie, Peter Brooke, avec qui il entretient des affinités électives et qui lui partage ses vues sur le développement de l’innovation :

  • 10 Entretien avec Christian Marbach, direction des Études et programmes du MI de 1968 à 1971.

Et moi j’ai rencontré là-bas, et c’est pour moi l’une de mes rencontres importantes, j’ai rencontré un des types du venture capital qui comptait beaucoup, qui s’appelle Peter Brooke. Et ce Peter Brooke, il a aussi écrit quelques livres sur le sujet, et c’était un type, ben… qui était vraiment dans le style venture capital à l’américaine. […] Le développement d’une entreprise c’est effectivement des idées bien conduites par des gens intelligents et obstinés. Mais c’est aussi une structure financière qui tient la route et dont l’output est l’entreprise elle-même. Et ça on en avait… on n’avait pas ça en France et pour deux raisons. D’une part parce que des banques se comportaient mal. Et d’autre part parce que les entrepreneurs de 1970 étaient encore les entrepreneurs de… des patrons de PME d’autrefois10.

18À l’initiative de Christian Marbach, la politique d’innovation prend la forme d’une politique destinée à accroître les capacités d’investissement des entreprises et accompagne la déréglementation d’activités financières. Dès son retour en France, il plaide pour que le gouvernement impulse le développement d’une industrie du capital-risque en France et intègre des dispositions permettant de mobiliser l’épargne en direction du financement d’activités dites d’innovation. Le relevé de décision du 18 juin 1971 précise ainsi que l’État va « faciliter la création de sociétés financières d’innovation ». Christian Marbach se saisit de l’occasion pour quitter l’administration centrale et donner naissance à la première société française de capital-risque, appelée SOFINOVA et sous tutelle du Crédit national.

19A contrario, l’expérience de la mission aux États-Unis est plutôt l’occasion pour Thierry Gaudin de conforter des représentations déjà solidement incorporées de ce que sont la technique et le développement technologique. Issu d’un milieu aisé (père scientifique, mère journaliste), parisien, il est considéré comme une figure atypique au sein du corps. À la fin des années 1960, il est notamment marqué par la lecture de travaux en histoire des sciences et techniques et en sciences sociales. Il fait ainsi figure d’aristocrate de la technique, dont les ressources l’autorisent à appréhender avec plus de détachement ce qu’il observe aux États-Unis. En entretien, il explique qu’il est déjà critique vis-à-vis des « clichés que distillent avec complaisance les gourous du management d’outre-Atlantique ». Son souci de tenir à distance les « mythes » qui entourent le développement de l’écosystème technologique s’accompagne de la critique de l’idée selon laquelle c’est l’existence d’une industrie financière du capital-risque qui expliquerait le succès de l’écosystème de Boston. Pour lui, ce sont d’abord des facteurs organisationnels qui expliquent le développement de l’innovation et donc le succès de la Route 128. L’existence d’une main-d’œuvre hautement qualifiée et de liaisons étroites entre grandes écoles, les laboratoires de recherche et le tissu industriel sont à ces yeux autant de facteurs qui rendent plus probable le surgissement d’innovations. Il est particulièrement intéressé par l’action d’agents issus des grandes écoles qui jouent le rôle d’intermédiaires ou de traducteurs entre champs scientifiques et industriels :

  • 11 Entretien avec Thierry Gaudin, service de la technologie du MI de 1971 à 1981.

Moi ce qui m’intéressait, c’est que j’avais observé que le MIT avait des industrial liaison officiers. C’est-à-dire des gens dont le métier était d’aller visiter des entreprises pour essayer de vendre les prestations du MIT11.

20Si l’innovation est pour lui d’abord affaire de circulations de savoirs et d’acteurs entre différents champs organisationnels, la politique d’innovation est selon ses propres termes affaire « d’ingénierie sociale ». Il souligne ainsi que « la bonne manière de favoriser l’innovation, c’est faire en sorte qu’il y ait une interaction, que les gens se parlent de technique, qu’ils échangent ».

  • 12 AN 19820043/1, Fonds ministère de l’Industrie, « Au service des liaisons Université-Recherche-Indu (...)

21À l’inverse de son camarade de corps, Thierry Gaudin va poursuivre sa carrière dans l’administration de l’Industrie. De 1971 à 1978, il est responsable du service de la Technologie au ministère. Eu égard à son activisme, la politique de l’innovation se confond alors avec ses représentations personnelles de ce que doit être la politique d’innovation. Il s’attache notamment à reproduire ce qu’il a observé au MIT en créant en 1972 des « délégués aux relations industrielles » (DRI) sur le modèle des industrial liaison officiers observés dans la région de Boston. Placés en région, ces agents sous tutelle du ministère de l’Industrie sont explicitement chargés d’assurer les liaisons entre établissements de recherche, entreprises ou inventeurs indépendants et d’animer des écosystèmes locaux sans pour autant chercher à orienter le développement des technologies12. Jusqu’au début de l’année 1978, les DRI constituent les principaux outils du ministère pour conduire une politique d’innovation auprès du tissu productif.

2. La science de l’innovation contre la politique scientifique : critiques du modèle linéaire et primauté aux PME

22Peu dotée en termes de crédits budgétaires, la politique d’innovation est alors d’abord une politique de « papier » : entre 1972 et 1978, une dizaine de rapports ou de documents sont rédigés. Thierry Gaudin et les agents du service de la Technologie y dessinent les contours de ce que doit être la réforme de grande envergure de la politique technologique. La production du cadre de la réforme prend la forme d’un double travail de qualification : d’une part, du processus « d’innovation », distinct du processus de développement technologique ; et d’autre part, de l’identité des acteurs qui contribuent à l’innovation. Cette entreprise de définition n’est autre qu’une entreprise de démarcation conduite par les ingénieurs des services de la Technologie à l’endroit des conceptions défendues par l’administration de la Recherche en matière de politique technologique.

2.1. Ajuster la définition de l’innovation aux compétences professionnelles

23Jusqu’alors, la définition de l’innovation défendue par la DGRST se rapproche de celle du « développement technique » (le D de R&D) et renvoie avant tout à des éléments relatifs à la recherche industrielle. Tout au long de la décennie, les travaux réalisés par Thierry Gaudin et les ingénieurs du ministère font apparaître une définition « extensive » de l’innovation, considérée comme un processus impliquant un nombre bien plus grand d’acteurs et de séquences d’élaboration que ne l’envisage la Recherche. Sa définition du processus « d’innovation » demeure délibérément floue :

  • 13 Gaudin, 1974, 12.
  • 14 Ibid., 7.

Il faut se défaire, en matière d’innovation industrielle de la conception que seule l’idée compte, alors que c’est la manière dont elle se diffuse qui transforme la société13.
Plusieurs années ont été nécessaires pour poser le problème de l’innovation qui n’est autre que celui des mécanismes de genèse et de propagation du changement dans la société14.

  • 15 Ces représentations de l’innovation font directement écho à celles développées à partir du milieu (...)

24L’entreprise de définition de l’innovation est structurée par la culture professionnelle des ingénieurs hauts fonctionnaires qui composent le service de la Technologie dans les années 1970. Elle s’apparente à un « réenchantement » du travail des techniciens et l’innovation est aux yeux de Thierry Gaudin le produit de ce qu’il appelle une culture technique. L’innovation est ainsi considérée comme un processus social où différents acteurs (scientifiques, techniciens, industriels, financiers, usages) s’attachent au développement technique et commercial d’un objet, d’un produit ou d’un process15. Il est décrit comme une entreprise « complexe » parfois assimilée à un acte de création artistique fait d’allers-retours incessants entre technique, invention et besoins sociaux et/ou commerciaux. Ainsi entendue, « l’innovation » n’est pas réductible aux seuls investissements dans la recherche ; et aux représentations linéaires du développement technologique se substituent des représentations sous forme de systèmes complexes illustrés à partir de cas empiriques (Godin 2006). Le Livre blanc, rédigé en grande partie par Thierry Gaudin, contient différents schémas qui présentent des cas d’innovations ayant « réussi », c’est-à-dire ayant abouti à des succès commerciaux, et qui illustrent la représentation délibérément extensive et complexe du phénomène entretenu par les agents du ministère :

  • 16 Ministère du développement industriel et scientifique, 1971, 25.

Représentation schématique d’une innovation (le xérographe) dans le Livre blanc de l’Innovation 197116

Représentation schématique d’une innovation (le xérographe) dans le Livre blanc de l’Innovation 197116

25Les ingénieurs du ministère de l’Industrie se font les promoteurs d’une problématisation « technicienne » de l’innovation (Barthe, 2003). Puisque le développement technologique est un processus que l’on peut difficilement rationaliser qui associe une pluralité d’acteurs pour leurs compétences techniques, alors son gouvernement doit être assuré par des techniciens, c’est-à-dire les ingénieurs du ministère de l’Industrie.

2.2. L’innovation contre les rentes : rationaliser les aides publiques à l’industrie

  • 17 Ibid., 20

26Cette entreprise de problématisation « technicienne » va de pair avec une rationalisation « économique » du développement technologique. Pour être utile et efficace – c’est-à-dire répondre à des besoins ou une demande – le développement technologique est présenté par les agents du ministère de l’Industrie comme devant être orienté par la perspective d’une commercialisation et d’une marchandisation. Aux yeux des agents du ministère de l’Industrie, l’innovation renvoie donc également à « tout le processus de la mise en œuvre d’une invention dans l’économie17 », faisant ainsi implicitement écho aux représentations schumpétériennes du développement technologique :

  • 18 Ibid., 22

Les personnes qui sont à l’origine d’une innovation ne sont pas toujours des scientifiques. Souvent, rien ne laisse prévoir dans leur statut social le rôle déterminant qu’elles vont jouer. La vie dans l’industrie montre d’autre part que l’innovation peut être le fait de n’importe quel agent de l’entreprise. La stimulation des innovations implique donc une connaissance concrète des marchés accessibles à tous18.

27Si la technique ou la science sont les moteurs du développement technologique, ce sont les marchés qui l’orientent – et non par exemple les considérations propres au champ scientifique. Selon cette définition, l’innovation est étroitement liée à la « vie de l’entreprise » et à la « connaissance des marchés » et est ainsi d’abord l’affaire des firmes marchandes dont les activités sont orientées par la perspective d’une commercialisation et la réalisation de profits. Les laboratoires de recherche scientifique – et a fortiori les laboratoires publics – ne sont considérés par eux, ni comme les seuls agents du développement technologique, ni comme les mieux placés pour l’assurer. De cette représentation découlent des recommandations en matière de politique publique. Pour être rationnelle, la politique technologique doit être d’abord destinée aux acteurs de « l’innovation », c’est-à-dire aux entreprises et aux scientifiques ou techniciens qui collaborent aux travaux initiés par elles.

  • 19 AN 19820475/1, Fonds DGRST, « L’aide à la recherche développement, 1956-1972 », étude effectuée pa (...)
  • 20 Les huit groupes abonnés sont CGE-Alsthom, Thomson, Rhône Poulenc, Péchiney, CEM, Air Liquide, Sch (...)
  • 21 AN 19970538/10, Fonds ministère de la Recherche, « La recherche industrielle », note de Thierry Ga (...)

28À l’intérieur de l’espace politico-administratif, une faible légitimité est reconnue à cette conception du développement technologique. Malgré l’initiative de 1971, les crédits de politique technologique sont toujours concentrés dans les mains de l’administration de la Recherche. Thierry Gaudin mobilise alors deux élèves hauts fonctionnaires de l’École des mines de Paris pour qu’ils réalisent un mémoire de fin d’études sur les aides de la DGRST. Ceux-ci s’appliquent à démontrer les effets de capture des crédits publics par l’administration de la Recherche et les grands groupes du capitalisme national19. Les élèves précisent dans ce document que huit grands groupes industriels captent 70 % des subventions et que quatre secteurs bénéficient presque intégralement des subventions20. Le document sert d’argumentaire à Thierry Gaudin et son service pour plaider pour une rationalisation de l’allocation des aides. Dans une note de 1972 au style vindicatif, il accuse l’administration de la recherche d’entretenir des rentes de situation favorables aux grands groupes actifs sur les questions de haute technologie21. Il souligne qu’une telle entreprise a pour conséquence de sacrifier l’essentiel des industries traditionnelles à moyen terme. Il détaille un « programme proposé par la direction des Mines » qui plaide pour une politique d’innovation destinée à irriguer le tissu productif contre les rentes entretenues par la Recherche et les grands groupes :

  • 22 Ibid.

Les aides de l’État s’adressent d’abord à cette recherche-là [grands laboratoires industriels et recherche dite “intra-muros”] et négligent la recherche extra-muros et l’industrie civile, notamment petite et moyenne, sur laquelle repose cependant l’avenir de l’emploi industriel22.

29En se faisant le héraut de la politique d’innovation contre la politique scientifique et technique et en s’employant à requalifier les formes du processus du développement technologique, le ministère de l’Industrie se dote de gages de la rationalité de son entreprise réformatrice. La définition extensive de l’innovation et la critique des effets de capture de la politique technologique offrent une doctrine d’intervention au ministère de l’Industrie et ses agents. Elle entretient l’hypothèse de la légitimité de la réforme, considérée non seulement comme un moyen de conduire une politique plus efficace en matière de gouvernement du développement technologique, mais également, comme un outil de rationalisation de l’action publique en matière industrielle.

3. De la politique industrielle au gouvernement des entrepreneurs

  • 23 Entretien avec Thierry Gaudin, service de la technologie du MI de 1971 à 1981.

30La relative marginalité du principal promoteur de la réforme à l’intérieur du champ administratif explique le peu d’intérêt que les acteurs politiques portent à son endroit avant la fin des années 1970. Néanmoins, après 1978, des acteurs plus en vue et mieux dotés s’en saisissent, à commencer par le ministre de l’Industrie, André Giraud, lui-même issu du Corps des mines23. Dans un contexte de cris de l’énergie et de l’industrie traditionnelle, la « politique d’innovation » offre aux acteurs politiques qui s’en font les hérauts des outils pour légitimer à nouveau frais l’action gouvernementale en matière productive. Soutenu par l’Élysée et Matignon, le ministre s’engage dans une réforme qui prend cette fois la forme d’une rationalisation matérielle de l’action publique technologique conduite au titre du soutien à « l’innovation ».

3.1. Pour l’entrepreneuriat, contre le conservatisme des petits chefs d’entreprise

31Dès son arrivée au ministère de l’Industrie, André Giraud cherche à reprendre en main la politique technologique. Il conditionne d’ailleurs sa nomination au rapatriement auprès de lui et de son administration des crédits de politique technologique qui étaient sous tutelle de la Recherche depuis 1965 et malgré les vives oppositions de la DGRST, obtient gain de cause. D’avril 1978 à juillet 1979, le ministre et son entourage dessinent une politique d’innovation en s’appuyant sur les travaux existants réalisés par les services de Thierry Gaudin. La réforme est conçue autour de deux motifs : il s’agit de promouvoir « l’innovation » comme un impératif visant à moderniser l’ensemble du tissu industriel et productif ; et il s’agit de détourner les crédits de la politique technologique des grands groupes du capitalisme français pour les orienter en direction de l’ensemble des acteurs du système productif. En entretien, Thierry Gaudin se remémore avec facétie l’entreprise qui pour lui est une subversion de l’ordre institué depuis le début des années 1960 :

Thierry Gaudin : Donc on fait la réforme. L’année d’après, 80 % des crédits vont aux PME en région. [rires]. Je ne me suis pas fait des amis partout. [rires]. Il y a encore des gens à l’Académie des technologies qui ne peuvent pas me voir en peinture.
JBD : Pourquoi ?
TG : Parce que c’étaient les directeurs de recherche des grands groupes, au départ c’était ça. [rires]. On a siphonné vers les PME ! Les petites PME ! [rires]

32Jugée rationnelle du point de vue de ses finalités, la réforme est également présentée comme rationnelle en valeur puisqu’elle vient aider les « petites entreprises » contre la capture instituée de « grands groupes ». La politique d’innovation transforme les cadres de la politique technologique et de la politique industrielle. Jusqu’au milieu des années 1970, ces politiques publiques consistent en des politiques de filière ou prennent la forme de grands projets technologiques eux-mêmes organisés selon des logiques sectorielles. Après 1978, la réforme institue une représentation différente du gouvernement de l’industrie. Ce sont les firmes et les entreprises, entendues comme une multitude d’organisations décentralisées, qu’il s’agit de gouverner. Le ministre et son entourage instituent les « petites et moyennes entreprises » comme les bénéficiaires exclusives de la politique technologique et l’innovation constitue le mobile par lequel les acteurs politiques se proposent de « conduire la conduite » des firmes.

33La définition de ce nouveau public des entreprises bénéficiaires de l’action publique et de ce nouveau régime de gouvernement de l’industrie entre en cohérence avec les représentations libérales promues par le ministre et son entourage en matière de politique industrielle. André Giraud s’implique personnellement dans la définition de la politique d’innovation. À ses yeux, une politique destinée à soutenir l’investissement dans l’innovation des petites et moyennes entreprises entre en cohérence avec la politique libérale adoptée par le gouvernement de Raymond Barre :

  • 24 AN 19880199/18, Fonds cabinet industrie, « Objectifs de la politique industrielle », version septe (...)

En matière industrielle, cela signifie que le système économique choisi est fondamentalement celui du libéralisme, c’est-à-dire du recours aux lois du marché et que le Gouvernement se trouve en présence de 93 000 entreprises (33 000 ne comptant plus de 10 personnes). Ce nombre indique clairement les limites de l’action au niveau individuel. Il impose aux mesures envisagées d’être simples pour être efficaces. L’action de la nation ne sera couronnée de succès que si, dans l’ensemble, le dispositif constitué par ces 93 000 entreprises réussit24.

34Pour le ministre et son entourage, les 93 000 firmes qui constituent le tissu productif sont régies par les mêmes règles : elles sont inscrites dans des « milieux concurrentiels », en lutte pour des positions de marché, mues par le souci de dégager des profits et ne doivent pour partie leur salut qu’à leurs capacités à « innover » et à s’adapter aux règles de l’économie de marché. La politique d’innovation est donc d’abord une politique cherchant à conformer le comportement des acteurs du tissu productif à l’ordre économique. Dit autrement, il s’agit pour les pouvoirs publics de promouvoir l’innovation comme un comportement vertueux pour des acteurs productifs insérés dans une économie de marché constituée en horizon indépassable.

  • 25 Claude Mandil, né en 1942. X-Mines, X-1961, précédemment chargé de mission à la DATAR. En attente (...)
  • 26 AN 19880199/18, Fonds cabinet Industrie, Lettre de mission à M. Claude Mandil, ingénieur en chef d (...)

35En vue de façonner une réforme de la politique technologique, André Giraud missionne un ingénieur du Corps des mines, Claude Mandil, pour réaliser un rapport sur l’innovation dans les PME25. La lettre de mission, signée par le ministre de l’Industrie, précise qu’il s’agit de conduire une consultation auprès des « entreprises et tout particulièrement les entreprises petites et moyennes » en vue de « connaître leurs besoins et d’adapter en conséquence les moyens d’y répondre26 ». Après trois mois d’enquête auprès de 95 entreprises, C. Mandil remet ses recommandations au ministre. Il y précise que les chefs d’entreprise ont une vision relativement négative des chercheurs qui pourraient accompagner leurs projets d’innovation, mais également du système public d’aides à l’innovation. De manière moins attendue, le rapport est également critique vis-à-vis des responsables de petites et moyennes entreprises qui aux yeux de l’ingénieur des Mines se tournent peu vers des activités d’innovation, qu’il s’agisse de recherche, de conception de nouveaux produits ou process à leurs organisations :

  • 27 AN 19880199/18, Fonds cabinet Industrie, Rapport Claude Mandil sur le développement technologique (...)

Le « guide d’entretien » rédigé à l’intention des enquêteurs leur suggérait d’interroger les industriels sur la façon dont ils résolvaient deux types de problèmes technologiques : le suivi et le contrôle des opérations de fabrication et la recherche de produits ou de procédés nouveaux. À ces deux questions, les réponses données ont été dans l’ordre des fréquences décroissantes : on ne le fait pas (cas général !) ; nous avons nos propres moyens qui nous suffisent […] nous avons recours à un laboratoire en dehors de la profession (cas très peu fréquent). Ces réponses traduisent à la fois le caractère subsidiaire de la recherche pour la plupart des chefs d’entreprise et la méfiance considérable qui s’attache à la recherche publique. […] Il est néanmoins réconfortant de constater que bon nombre des auteurs d’une réponse négative avouent leurs regrets, voire leur mauvaise conscience 27.

  • 28 En entretien, il précise qu’à la fin des années 1970, « l’exigence de l’innovation n’était pas par (...)
  • 29 AN 19880199/18, Fonds cabinet Industrie, Rapport Claude Mandil sur le développement technologique (...)

36L’auteur du rapport estime ainsi que les patrons de petites et moyennes entreprises se distinguent par leur conservatisme voire leur archaïsme (leur « mauvaise conscience ») et qu’ils portent un faible intérêt à « l’innovation ». Cet état de fait constitue un frein, tant à la modernisation des entreprises et au développement de l’économie nationale28. Il plaide pour une rationalisation de l’allocation des aides publiques (création d’un guichet unique destiné aux PME, déconcentration de l’administration des aides) et pour un rapprochement des entreprises avec les laboratoires de recherche, tout en prenant le soin de souligner que la « détestable réputation du milieu universitaire risque de vouer à l’échec toute incitation explicite au développement de la cordialité29 ». Mais plus largement, la politique d’innovation doit pour lui – comme pour le ministre et son entourage – faire œuvre de « pédagogie » (Gayon & Lemoine 2013). Elle doit servir à faire prendre conscience à l’ensemble des acteurs productifs des règles qui structurent l’économie de marché. L’innovation est envisagée à la fois comme une attitude économique vertueuse et comme la condition de survie des entreprises confrontée à l’accroissement de la concurrence et à la déstabilisation du cadre protecteur qui régissait jusqu’ici. Contrairement à ce qui caractérisait la politique industrielle, le principe directeur de la politique d’innovation n’est donc pas de subventionner, mais de « responsabiliser » les entrepreneurs en jouant sur toute une série de paramètres qui façonnent le milieu dans lequel ils évoluent.

3.2. L’assurance contre le « risque », instrument du gouvernement de l’industrie

  • 30 Il est par exemple mentionné dans l’exposé des motifs des documents officiels qui circulent entre (...)
  • 31 L’ANVAR a été créée en 1967. D’abord placée sous tutelle du CNRS et du ministère de l’Éducation na (...)

37Les hauts fonctionnaires du ministère s’appuient sur le rapport pour justifier de l’exigence de la réforme qui répond ainsi aux « besoins des PME30 ». Après plusieurs mois de controverses qui opposent le ministre de l’Industrie à la DGRST, André Giraud obtient gain de cause : les crédits et outils de la politique technologique sont placés sous tutelle du ministère de l’Industrie. La mise en œuvre de la politique d’innovation, dessinée en administration centrale, est confiée à une agence sous tutelle du ministère, l’Agence nationale de valorisation de la recherche (ANVAR) dont Christian Marbach devient le premier directeur31. Les conceptions de l’innovation promues par les services du ministère de l’Industrie depuis 1971 dessinent son champ d’action. L’agence est appelée à promouvoir « l’innovation » auprès des 93 000 entreprises industrielles du tissu productif, c’est-à-dire à s’assurer que l’ensemble des agents qui participent de la vie des entreprises se saisissent d’un ensemble de savoir-faire et savoir-être pour développer de nouveaux produits et garantir leurs mises sur les marchés.

38C. Marbach conçoit son mandat de directeur de l’agence en charge de la politique d’innovation comme celui d’un « évangélisateur ». À ses yeux, les agents de l’ANVAR ont pour mission d’acculturer les entrepreneurs à la cause de l’innovation envisagée comme un risque à la fois technique et économique :

  • 32 Entretien avec Christian Marbach, directeur de l’ANVAR (1979-1987).

Ça se rapproche presque un petit peu, disons de ce qui se faisait fin xixe pour expliquer aux gens que le progrès c’était bien. […]. Cette partie métier consiste effectivement à essayer de transmettre une culture aussi… [Soupir] Aussi attentive que possible à la manière dont [l’innovation] se passe. Il faut essayer de savoir ce qui se fait… Peu à peu ça s’emmagasine… Et puis ensuite… Mais c’est une culture… Gaudin dirait que c’est une culture technique32.

  • 33 Selon le décret, ce qui fonde la légitimité d’un programme ou projet subventionnable, c’est « la q (...)

39L’agence n’est pas seulement conçue pour faire œuvre de pédagogie et pour se faire traductrice entre champs scientifiques et technologiques. La diffusion de la « culture de l’innovation » auprès des petits patrons de PME est médiée par différents instruments financiers, dont celui de « l’aide à l’innovation » apparaît comme le plus important. Reprenant les principes d’un dispositif institué en 1965 par la DGRST, l’aide consiste en une avance remboursable. 50 % des dépenses de recherches et d’innovations afférentes à la réalisation d’un produit porté par un industriel et considéré comme innovant par l’ANVAR sont couvertes par une subvention33. Au bout de 8 années, l’entreprise est tenue de rembourser les sommes avancées s’il est constaté que le produit rencontre un succès commercial ; elle n’est tenue de rien s’il est constaté que le produit est un échec. La logique qui structure l’instrument est la suivante : l’innovation est d’abord conçue comme un investissement économique, opéré par des agents économiques et ainsi redevable d’une analyse coût-bénéfice. La politique technologique, jusqu’en 1978, était envisagée comme le prolongement de la politique scientifique, devient soluble dans une politique de type microéconomique qui vise à guider la conduite des opérateurs productifs en jouant avec les règles de l’économie de marché.

40Initialement doté de près de 400 millions de francs, le mécanisme de l’aide à l’innovation traduit matériellement la doctrine d’intervention du ministère. Plus qu’à subventionner des projets technologiques, le dispositif vise avant tout à ordonner les comportements des responsables d’entreprise. En constituant une assurance contre les risques technologiques, commerciaux et économiques que peuvent présenter les investissements innovants, les subventions délivrées par l’ANVAR servent d’abord à inhiber l’aversion que les chefs d’entreprise peuvent présenter lorsqu’il est question d’investir dans de nouveaux produits ou des activités d’innovation. L’aide à l’innovation se présente comme un instrument qui vise à singer le modèle de l’entrepreneur schumpétérien : les patrons de PME sont appelés à investir dans des recherches ou produits considérés comme risqués d’un point de vue technologique ou commercial ; en retour, les pouvoirs publics sécurisent les risques financiers en se portant garants des investissements consentis par les acteurs privés par l’entremise de crédits publics. La subvention que constitue l’aide à l’innovation ne fausse pas le marché, mais se présente plutôt comme un outil pour activer les dispositions « calculatoires » des chefs d’entreprise dont l’activité est réduite au rôle d’agents économiques maximisateurs. Par ailleurs, l’aide à l’innovation a pour avantage d’être un dispositif peu coûteux pour les pouvoirs publics. Puisqu’elle vise en priorité des PME porteuses de projets de petite taille, il est établi que les subventions n’excèdent pas 1 million de francs, ce qui offre des marges de manœuvre étendues à l’agence pour multiplier le nombre de projets soutenus.

Conclusion

41La réforme de 1978 introduit un tournant majeur dans l’histoire des politiques industrielles et technologiques. Si l’innovation était jusqu’au début des années 1970 affaire de science et de technologie – et donc de scientifiques et de techniciens –, elle est pas à pas consacrée comme un problème de nature économique – et donc d’entrepreneurs, de techniques de management et d’instruments de financement. Dès lors, gouverner le développement technologique ne revient plus à investir dans la science et la technique, mais plutôt à façonner des instruments organisationnels ou financiers pour susciter l’appropriation de comportements considérés comme vertueux chez les acteurs productifs, que ceux-ci soient des petits patrons de PME, des scientifiques ou des techniciens.

  • 34 Entretien avec Henri Guillaume, P.-D.G. de l’ANVAR (1989-1996).

42Dans le cas français, ce processus d’entrepreneurialisation de la science et de la technique a été impulsé au cœur de l’appareil administratif dès le début de la décennie 1970. Il procède des concurrences entre administrations pour le contrôle du territoire bureaucratique, de l’appropriation et de la déclinaison d’un modèle singulier (le modèle américain) et de l’implication d’ingénieurs hauts fonctionnaires mus par des considérations plurielles qui contribuent pas à pas à définir de nouveaux cadres cognitifs et principes organisationnels pour le gouvernement de la technologie. L’institutionnalisation du régime de gouvernement par l’innovation se prolongera tout au long des décennies suivantes, contribuant à une transformation graduelle de l’interventionnisme public auprès du système productif. Les successeurs de Christian Marbach à la tête de l’ANVAR resserreront les missions de l’agence exclusivement autour des activités de financement, faisant par exemple dire à Henri Guillaume (1989-1996), qu’en matière de soutien à la technologie « l’État sert à prendre le risque que ne prendrait pas un banquier, point final34 ».

Haut de page

Bibliographie

Barrier Julien (2011), « La science en projets : financements sur projet, autonomie professionnelle et transformations du travail des chercheurs académiques », Sociologie du Travail, no53-4, 515-36.

Barthe Yannick (2003), « Le recours au politique ou la problématisation politique “par défaut” », dans Lagroye Jacques, La Politisation, Paris, Belin, 475-92

Benamouzig Daniel (2005), La santé au miroir de l’économie. Une histoire de l’économie de la santé en France, Paris, Presses Universitaires de France.

Bezes Philippe (2012), « État, experts et savoirs néo-managériaux », Actes de la recherche en sciences sociales, no193, 16-37.

Bezes Philippe & Musselin Christine (2015) « Le new public management. Entre rationalisation et marchandisation ? », dans Boussaguet Laurie, Jacquot Sophie, Ravinet Pauline & Muller Pierre (dir.), Un french touch dans l’analyse des politiques publiques ?, Paris, Presses de Sciences Po, 125-52.

Block Fred L. & Keller Matthew R, (2011), State of Innovation: The U.S. Government’s Role in Technology Development, New York, Routledge.

Borrás Susana & Edquist Charles, (2013), « The choice of innovation policy instruments », Technological Forecasting and Social Change, no80-8, 1513-22.

Callon Michel (1979), « L’État face à l’innovation technique : le cas du véhicule électrique », Revue française de science politiquen, no29-3, 426-47.

Chambard Olivia (2020), Business model: l’Université, nouveau laboratoire de l’idéologie entrepreneuriale, Paris, La Découverte.

Culpepper Pepper D (2006) « Le système politico-économique français depuis 1985 », dans Pallier Bruno, Culpepper Pepper D & Hall Peter, La France en Mutation. 1980-2005, Paris, Presses de Sciences Po.

Dardot Pierre & Laval Christian (2010) La nouvelle raison du monde: Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte.

Devaux Jean-Baptiste (2021), L'État technologique : rationalisations et institutionnalisation d'un territoire bureaucratique : l'innovation (1963-2003), Thèse de science politique, Lyon.

Dubuisson-Quellier Sophie (2016), Gouverner les conduites, Paris, Presses de Sciences Po.

Edler Jakob & Fagerberg Jan (2017), « Innovation policy: what, why, and how », Oxford Review of Economic Policy, no33-1, 2-23.

Frances Jean, Gaglio Gérald & Saint-Martin Arnaud (2017), « À l’école des winners. De l’innovation pédagogique en formation doctorale », dans Sainsaulieu Ivan & Saint-Martin Arnaud, L’innovation en eaux troubles, Vulaines-sur-Seine, Le Croquant.

Gaïti Brigitte (2014), « L’érosion discrète de l’État-providence dans la France des années 1960 », Actes de la recherche en sciences sociales, no 201-202, 58-71.

Gaudin Thierry (1974), « De l’innovation à l’évaluation technologique », Annales des Mines, novembre, 12.

Gayon Vincent & Lemoine Benjamin (2013), « Pédagogie économique ». Genèses no 93-4, 2-7.

— (2014) « Maintenir l’ordre économique », Politix, no 105, 7-35.

Giraudeau Martin (2007), « Le travail entrepreneurial, ou l’entrepreneur schumpetérien performé », Sociologie du travail, no49-3, 330-50.

Giry Johan & Schultz Émilien (2022), « L’Agence nationale de la recherche, fer de lance d’une internationalisation néolibérale de la politique scientifique française (2004-2010) ? » Revue internationale de politique comparée, no29-1, 173-99.

Godin Benoît (2006) « The linear model of innovation: The historical construction of an analytical framework », Science, Technology and Human Values, no31-6, 639-67.

— (2017), Models of Innovation: The History of an Idea, MIT Press.

Godin Benoît & Vinck Dominique (2017), Critical Studies of Innovation, Cheltenham, Edward Elgar.

Guellec Dominique (2017), Économie de l’innovation, Paris, La Découverte.

Héraud Jean-Alain (2009), « La gouvernance multi-niveaux de la recherche et de l’innovation dans les régions françaises », dans Leresche Jean-Philippe, Larédo Philippe & Weber Karl Recherche et enseignement supérieur face à l’internationalisation: France, Suisse et Union européenne, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Keller Mathew R (2011), « The CIA’s pioneering Role in Public Venture Capital Initiatives », dans Block Fred L., State of innovation, New-York, Routledge, 109-32.

Laplane Andrea & Mazzucato Mariana (2020), « Socializing the risks and rewards of public investments: Economic, policy, and legal issues », Research Policy, no49S.

Lascoumes Pierre & Le Galès Patrick (2004), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po.

Ministère du développement industriel et scientifique (1971), Le Cahier de l’Innovation, Paris, La Documentation française, 25.

Payre Renaud & Pollet Gilles (2013), Socio-histoire de l’action publique, Paris, La Découverte.

Pin Clément (2020), « La gouvernance territoriale de l’innovation », Gouvernement et action publique no 9-1, 57-85.

Sainsaulieu Ivan & Saint-Martin Arnaud (2017), L’innovation en eaux troubles : sciences, techniques et idéologies, Vulaines sur Seine, Éditions du Croquant.

Sharif Naubahar (2006), « Emergence and development of the National Innovation Systems concept ». Research Policy, no35-5, 745-66.

Haut de page

Notes

1 L’ANVAR a été fusionnée en 2005 avec la Banque des PME pour devenir Oséo. Cette entité est devenue en 2012 BPI France. En 2020, elle a octroyé près de 4 milliards d’euros de crédits d’aide à l’innovation aux entreprises du tissu industriel français.

2 « Je suis tenté de dire que la France a une politique d’innovation, mais j’émettrai toutefois deux réserves : elle n’est pas suffisamment présentée comme telle […] ; les instruments d’action pour une politique d’innovation existent, mais la plupart d’entre eux n’ont pas atteint l’efficacité optimale », reproduits in « Le mouvement IDEE formule des propositions pour une politique nationale de l’innovation », Le Monde, 19 mai 1970.

3 Né en 1940 à Paris, élève de l’École polytechnique (X-59), il intègre le Corps des mines à la sortie de l’école. D’abord affecté auprès du préfet du Nord, il est ensuite directeur adjoint de la Direction des mines du ministère de l’Industrie.

4 Né en 1937 à Altkich (Haut-Rhin), élève de l’École polytechnique (X-56), il intègre le Corps des mines à la sortie de l’école. Il intègre d’abord la puissante direction des carburants du ministère de l’Industrie puis est chargé de mission RCB à la direction des Études et programmes.

5 Entretien avec Christian Marbach, direction des Études et programmes de 1968 à 1971.

6 Archives SAEF 1A127/3, Fonds ministère de l’Economie et des Finances, Relevé de décisions du comité restreint du vendredi 18 juin 1971, Développement de l’innovation.

7 La « Route 128 » désigne un pôle technologique et industriel organisé autour de laboratoires, de grandes écoles (le MIT notamment) et de complexes industriels dans la région de Boston (Massachussetts, USA).

8 Entretien avec Christian Marbach, direction des Études et programmes du MI de 1968 à 1971.

9 Ces sociétés de financement, développées notamment sous l’impulsion du gouvernement fédéral (Keller, 2011), se sont spécialisées depuis la fin des années 1950 dans le financement de projets industriels considérés comme risqués compte tenu du fort investissement en R&D qu’ils intègrent et des risques d’échec d’industrialisation ou de commercialisation qui leur sont afférents.

10 Entretien avec Christian Marbach, direction des Études et programmes du MI de 1968 à 1971.

11 Entretien avec Thierry Gaudin, service de la technologie du MI de 1971 à 1981.

12 AN 19820043/1, Fonds ministère de l’Industrie, « Au service des liaisons Université-Recherche-Industrie. Les délégués aux relations industrielles », note de la DITEIM, février 1973.

13 Gaudin, 1974, 12.

14 Ibid., 7.

15 Ces représentations de l’innovation font directement écho à celles développées à partir du milieu des années 1970 au Centre de sociologie de l’innovation par Michel Callon, puis Bruno Latour. Voir (Callon, 1979).

16 Ministère du développement industriel et scientifique, 1971, 25.

17 Ibid., 20

18 Ibid., 22

19 AN 19820475/1, Fonds DGRST, « L’aide à la recherche développement, 1956-1972 », étude effectuée par F. Bersani et B. Epron, ingénieurs des Mines, sous la direction de Thierry Gaudin, 1972.

20 Les huit groupes abonnés sont CGE-Alsthom, Thomson, Rhône Poulenc, Péchiney, CEM, Air Liquide, Schlumberger, Creusot Loire et Bertin. Les secteurs privilégiés sont l’électronique, la chimie-textile, la mécanique et l’électrique (77 % des crédits). À l’opposé par exemple, la sidérurgie dispose de 5 % des crédits.

21 AN 19970538/10, Fonds ministère de la Recherche, « La recherche industrielle », note de Thierry Gaudin, mai 1972.

22 Ibid.

23 Entretien avec Thierry Gaudin, service de la technologie du MI de 1971 à 1981.

24 AN 19880199/18, Fonds cabinet industrie, « Objectifs de la politique industrielle », version septembre 1978, note rédigée par André Giraud.

25 Claude Mandil, né en 1942. X-Mines, X-1961, précédemment chargé de mission à la DATAR. En attente de son affectation en service déconcentré à Nantes, il est chargé de conduire une mission portant sur les PME et PMI. Il deviendra en 1981 conseiller technique du Premier ministre.

26 AN 19880199/18, Fonds cabinet Industrie, Lettre de mission à M. Claude Mandil, ingénieur en chef des Mines, 19 septembre 1978.

27 AN 19880199/18, Fonds cabinet Industrie, Rapport Claude Mandil sur le développement technologique dans les PME, octobre 1978.

28 En entretien, il précise qu’à la fin des années 1970, « l’exigence de l’innovation n’était pas partagée par tous ! […] Surtout par les PME ! Les PME disaient “faut faire comme on a toujours fait” », entretien avec Claude Mandil, X-Mines, rapporteur mission sur les PME et l’action publique technologique.

29 AN 19880199/18, Fonds cabinet Industrie, Rapport Claude Mandil sur le développement technologique dans les PME, octobre 1978.

30 Il est par exemple mentionné dans l’exposé des motifs des documents officiels qui circulent entre les différentes administrations pour élaborer les décrets. AN 19820475/1, Fonds DGRST, Réforme des dispositifs d’aide, 22 février 1979.

31 L’ANVAR a été créée en 1967. D’abord placée sous tutelle du CNRS et du ministère de l’Éducation nationale, elle est rattachée au ministère de l’Industrie en 1978.

32 Entretien avec Christian Marbach, directeur de l’ANVAR (1979-1987).

33 Selon le décret, ce qui fonde la légitimité d’un programme ou projet subventionnable, c’est « la qualité technique du programme, l’intérêt économique des produits et la capacité technique, industrielle, commerciale et financière du bénéficiaire » Décret no 79-616 du 13 juillet 1979 relatif à l’aide à l’innovation, Journal officiel, 20 juillet 1979

34 Entretien avec Henri Guillaume, P.-D.G. de l’ANVAR (1989-1996).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Représentation schématique d’une innovation (le xérographe) dans le Livre blanc de l’Innovation 197116
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/13460/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Devaux, « Une fabrique publique d’entrepreneurs schumpétériens en France (1971-1978) »La nouvelle revue du travail, 22 | -1, 33-54.

Référence électronique

Jean-Baptiste Devaux, « Une fabrique publique d’entrepreneurs schumpétériens en France (1971-1978) »La nouvelle revue du travail [En ligne], 22 | 2023, mis en ligne le 11 avril 2023, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/nrt/13460 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.13460

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Devaux

Sciences Po Paris, Centre de sociologie des organisations

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search