Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Corpus – Innovation et travailLes engrenages de l’innovation. P...

Corpus – Innovation et travail

Les engrenages de l’innovation. Partenariats industriels et concurrence dans la recherche publique

The gears of innovation. Industrial collaborations and competition in academic research
Los engranajes de la innovación. Partenariados industriales y competencia en la investigación pública
Julien Barrier
p. 75-92

Résumés

Cet article s’intéresse à l’essor des « laboratoires communs » avec des entreprises depuis les années 2000, un dispositif qui occupe désormais une place centrale dans les politiques visant à intensifier les liens entre recherche et innovation en France. À partir d’une enquête sur la recherche en micronanotechnologies, il montre que la diffusion de ce dispositif dans la communauté scientifique met en jeu deux mécanismes complémentaires. En favorisant des coopérations de long terme, il permet d’abord aux chercheurs de mieux faire valoir leurs intérêts scientifiques dans leurs partenariats industriels. Mais son essor renvoie aussi à des jeux de concurrence entre chercheurs, car il facilite l’accès à des financements et constitue une nouvelle source de reconnaissance symbolique.

Haut de page

Texte intégral

1Novembre 2021. Le Palais Brongniart, ancien siège de la Bourse à Paris, accueille pendant deux jours un événement organisé par le CNRS autour de la création de « laboratoires communs » avec des entreprises. Mêlant scientifiques, responsables administratifs et acteurs économiques, ces journées promeuvent un dispositif en plein essor, destiné à favoriser des partenariats entre recherche et entreprises afin de stimuler l’innovation. Loin d’être isolée, cette initiative témoigne des reconfigurations des politiques de la recherche en France. Comme dans d’autres pays occidentaux, celles-ci sont de plus en plus devenues des politiques de l’innovation depuis les années 1990 (Edler & Fagerberg, 2017). Si la science est depuis longtemps considérée comme une source de croissance économique à long terme (Devaux, 2022), les chercheurs sont désormais invités à contribuer plus directement, et à plus court terme, à l’élaboration de technologies, de services ou de produits nouveaux (Lanciano-Morandat, 2019).

2La création de start-ups par des chercheurs constitue sans doute la manifestation la plus spectaculaire de ces politiques (Lamy, 2020). Mais, en parallèle, et de façon plus discrète, on a aussi assisté à la multiplication de dispositifs promouvant des coopérations scientifiques avec des entreprises. Les années 1990 et 2000 ont ainsi été marquées par l’essor de programmes publics de financement de projets de recherche dits « partenariaux », dont le principe consiste à associer systématiquement scientifiques et industriels autour d’une recherche menée en commun (Barrier, 2014). Au cours des années 2010, cette dynamique a été amplifiée par la généralisation de laboratoires communs, qui visent à ancrer ces échanges dans un cadre organisationnel plus pérenne et intégré que de simples projets ponctuels. Au cœur de la politique du CNRS, ces dispositifs sont désormais présentés comme « une des formes de collaboration les plus abouties entre le CNRS et ses partenaires économiques » (CNRS, 2019).

3Cet article propose de s’intéresser à ces dispositifs et à leurs usages par les chercheurs en s’appuyant sur une enquête au long cours sur la recherche en électronique et micronanotechnologies (voir encadré). Emblématique de la réorientation des politiques de la recherche vers le soutien à l’innovation, ce domaine constitue un miroir grossissant des reconfigurations du travail des chercheurs face à la montée en puissance de logiques économiques.

4Cet article s’inscrit dans une double réflexion théorique. Il envisage, tout d’abord, les laboratoires communs comme un observatoire privilégié de la manière dont les chercheurs s’efforcent de préserver leurs intérêts scientifiques dans un contexte d’intensification de leurs relations avec l’industrie. En effet, là où les chercheurs valorisent la production de connaissances dans le long terme, aboutissant à des publications scientifiques, les entreprises sont avant tout préoccupées par la résolution de problèmes technologiques à court ou moyen terme (Dasgupta & David, 1994). Ce questionnement s’inscrit ainsi à la suite de travaux, comme ceux de Whitley et ses collègues (2018), qui s’interrogent sur la capacité des chercheurs à construire des « espaces protégés » afin de dégager du temps et des ressources pour défendre une certaine liberté dans le choix et la conduite de leurs recherches. L’enjeu est alors de comprendre dans quelle mesure, et comment, ils parviennent à concilier des intérêts, des temporalités et des modes d’organisation du travail a priori très différents de ceux des entreprises lorsqu’ils participent à ces dispositifs.

5Mais il s’agit aussi de se demander en quoi la généralisation de ces dispositifs participe, plus largement, d’une reconfiguration du jeu scientifique en s’inspirant de la perspective théorique du « capitalisme académique » (Slaughter & Leslie, 1997). Cette approche accorde une place centrale aux mécanismes de concurrence autour de l’accès à des ressources pour rendre compte des recompositions contemporaines de la recherche publique et de son rapprochement avec le secteur privé (Münch, 2014). Si les luttes pour l’accumulation de ressources matérielles et symboliques sont depuis longtemps au cœur de la recherche scientifique (Bourdieu, 1976), cette perspective met l’accent sur l’émergence de nouvelles dynamiques de concurrence dans le monde académique. Dans un contexte où les laboratoires publics ont été confrontés à des contraintes budgétaires croissantes, il y a tout lieu de penser que la capacité d’un chercheur à obtenir des financements privés constitue un atout supplémentaire face à ses pairs. Dans cette optique, cet article cherche à saisir en quoi la massification des relations avec l’industrie, et l’essor des laboratoires communs, sont susceptibles de redéfinir les enjeux de la concurrence entre chercheurs.

6Sur le plan empirique, l’article s’intéresse plus spécifiquement au « travail d’organisation » (De Terssac, 2011) déployé par les chercheurs pour négocier, structurer et gérer leurs collaborations scientifiques avec des entreprises. À l’instar d’autres disciplines, ces coopérations recouvrent des pratiques très diverses dans la recherche en micronanotechnologies (conseils informels, encadrement de thèses, prestations de service, projets de recherche…), dont les laboratoires communs constituent l’une des formes les plus intégrées. Cette entrée amène de facto à se focaliser sur les individus les plus investis dans des relations industrielles au sein du domaine étudié, mais elle permet de rendre plus saillants des enjeux auxquels l’ensemble de leurs collègues sont confrontés à des degrés variables.

7L’enquête met en évidence deux séries de résultats complémentaires. Premièrement, elle montre que dans un contexte où une large part des financements sont liés à des projets partenariaux avec l’industrie, les formes plus anciennes de la concurrence entre pairs autour des postes, des financements ou des publications se doublent, dans le domaine étudié, d’une compétition autour de la capacité à nouer des coopérations avec des entreprises. Toutefois, l’enjeu pour les chercheurs n’est pas de trouver des partenaires à n’importe quel prix, mais de parvenir à établir des conditions de collaboration favorables à la production de connaissances originales, ce qui nécessite un travail d’organisation exigeant et chronophage.

8Deuxièmement, alors que les laboratoires communs représentent a priori une forme d’intégration plus poussée entre chercheurs et entreprises, l’enquête souligne qu’ils offrent aux chercheurs un espace de travail relativement protégé d’impératifs industriels de court terme. Ils permettent ainsi d’atténuer certaines des contraintes engendrées par la généralisation des projets de recherche partenariaux. Cependant, ces dispositifs ne doivent pas être envisagés uniquement comme une défense face à l’évolution des politiques de financement de la recherche. En effet, en pérennisant des collaborations privilégiées entre certains chercheurs et des entreprises, ils leur permettent aussi de disposer de nouvelles ressources face à leurs pairs. En devenant eux-mêmes un enjeu de différenciation entre scientifiques, les laboratoires communs contribuent indirectement, à alimenter de nouvelles dynamiques d’accumulation de ressources matérielles et symboliques.

Une enquête sur la recherche en électronique et en micronanotechnologies

Cet article s’appuie sur une enquête au long cours sur la recherche en électronique et micronanotechnologies, un domaine de la physique appliquée s’intéressant à l’étude et à la réalisation de matériaux, de dispositifs et de systèmes, généralement structurés à l’échelle du micron ou du nanomètre. Dans la mesure où ces recherches sont souvent en lien avec des applications (matériaux semi-conducteurs, composants microélectroniques, capteurs…), ce domaine constitue un terrain idéal pour l’étude des relations entre laboratoires publics et entreprises.

Commencée dans le cadre d’une thèse entre 2005 et 2010, puis prolongée par des recherches complémentaires depuis 2013, cette enquête repose sur la réalisation de près de 190 entretiens approfondis à ce jour, le dépouillement d’archives, la conduite d’observations, ainsi que le recueil de données quantitatives. Le présent article s’appuie, plus précisément, sur l’exploitation d’une quarantaine d’entretiens menés spécifiquement sur la gestion des coopérations entre laboratoires et entreprises. Ils ont été menés auprès de chercheurs, d’enseignants-chercheurs, d’industriels et de personnes exerçant des responsabilités dans des programmes de financement ou dans les institutions de tutelle des laboratoires, comme l’Institut des sciences de ’l’ingénierie et des systèmes (INSIS), la structure en charge des sciences de l’ingénierie au sein du CNRS. Pour préserver l’anonymat des institutions et des personnes citées, elles seront désignées par des pseudonymes.

1. Un domaine de recherche aux frontières de l’industrie

9Pour rendre compte de l’essor des laboratoires communs dans le secteur de l’électronique et des micronanotechnologies, il est nécessaire de mettre en évidence les particularités de la recherche dans ce domaine. Si les relations avec l’industrie y sont développées depuis longtemps, elles ont pris une ampleur considérable depuis les années 1990, incitant les chercheurs à imaginer de multiples solutions pour atténuer les contraintes qui en résultent.

1.1. Des recherches fondamentales inspirées par les applications

10La recherche actuelle en électronique et micronanotechnologies s’inscrit dans le sillage de la recherche universitaire en électronique qui naît dans les années 1960, puis de la microélectronique dans les années 1980. Elle relève des « sciences de l’ingénierie », un ensemble de disciplines qui se sont autonomisées de la physique dans les années 1970 en revendiquant de mener des recherches en lien avec des problématiques technologiques (Ramunni, 1995). L’objectif de compréhension fondamentale des phénomènes étudiés est constamment mêlé à une réflexion sur la manière de les contrôler afin de développer des fonctionnalités (transmettre un signal, stocker des informations, convertir la lumière en énergie électrique, etc.). Toutefois, si la recherche s’inscrit ici dans l’horizon d’un futur usage industriel, les applications ne sont pas une fin en soi  : elles restent subordonnées, en dernière instance, à l’objectif de produire des connaissances originales et de les publier dans des revues scientifiques.

11Ce domaine s’inscrit ainsi au croisement entre un « régime disciplinaire », pleinement ancré dans la physique, et un « régime utilitaire », caractérisé par des objectifs d’application (Shinn, 2000). Ce positionnement scientifique particulier se reflète dans les trajectoires et les propriétés sociales des chercheurs du domaine. En majorité, ceux-ci sont des diplômés d’écoles d’ingénieurs ou de formations universitaires en sciences appliquées. S’ils ont opté pour la recherche publique plutôt que pour la carrière en entreprise à laquelle ils étaient a priori destinés, ils restent disposés par leur parcours à se saisir d’enjeux technologiques et à dialoguer avec des ingénieurs.

12Dans l’ensemble, les collaborations avec l’industrie sont ici beaucoup plus anciennes et légitimes que dans d’autres disciplines (Grossetti & Millard, 2003). Ces échanges sont d’autant plus intenses que les applications concernées relèvent de hautes technologies, où l’innovation repose en grande partie sur l’exploitation de savoirs scientifiques de pointe. Les entreprises avec lesquelles travaillent les chercheurs disposent généralement d’importants services de recherche et développement (R&D). Dans ce cadre, les chercheurs ont le plus souvent affaire à des ingénieurs rompus à la recherche ou des docteurs en science, parfois passés par les mêmes laboratoires qu’eux. Cette proximité signifie que les coopérations avec l’industrie représentent non seulement une source de financement pour les chercheurs, mais aussi l’occasion d’élaborer des problématiques intéressantes. De fait, certains des scientifiques les plus reconnus du domaine, qui publient dans les revues les plus consacrées, entretiennent de longue date des relations avec des industriels.

13Les chercheurs en micronanotechnologies donnent à voir un ethos particulier, combinant un attachement à la vocation de savant et une appétence pour des problématiques technologiques. François, professeur des universités et spécialiste de la physique des composants microélectroniques, en donne une bonne illustration. À l’issue d’un cursus en école d’ingénieur, son goût pour la physique l’amène à réaliser une thèse dans un laboratoire universitaire dans les années 1990. Il travaille ensuite brièvement dans le centre de recherche d’une entreprise publique, avant de parvenir à obtenir un poste de maître de conférences à l’université, où il passe professeur au bout d’une dizaine d’années.

14Familier de sujets de recherche appliqués, François souligne que son identité disciplinaire et ses compétences spécifiques consistent à faire de la physique « pour la mettre à la disposition de la réalisation d’objets technologiques ». Néanmoins, il affirme sa passion pour la science, déclarant avec autodérision être « capable d’embarquer un bouquin de mécanique quantique aux chiottes » (entretien, 2012). Comme chez les chercheurs en mathématiques appliquées (Zarca, 2012), l’intérêt de se confronter à des enjeux industriels est avant tout pensé en termes de défi intellectuel et non d’utilité sociale. La complexité des phénomènes physiques à l’œuvre dans certains dispositifs technologiques en font des objets d’étude passionnants aux yeux de François, comme il l’explique à propos de défauts apparaissant dans les matériaux utilisés pour des composants microélectroniques :

Quand on met du silicium dans AlGaAs [un matériau semiconducteur], ça crée des pièges pour les électrons, on n’y peut rien, ça s’appelle des centres DX. Il y a de quoi remplir cette pièce entière avec les publications sur les centres DX. J’aimais ce piège parce que c’était une cathédrale, il était d’une complexité tout à fait remarquable. (entretien, professeur, 2005)

15À l’instar de nombre de ses collègues, l’intérêt de François pour des problèmes technologiques n’est pas uniquement intellectuel, puisque les coopérations avec des entreprises lui permettent d’obtenir certains matériaux ou composants difficiles, voire impossibles, à fabriquer dans un laboratoire universitaire. En lui permettant de réaliser des observations et expériences inédites, ils constituent une ressource précieuse pour publier des résultats scientifiques originaux.

16Toutefois, cette proximité avec l’industrie est aussi la source de tensions pour les chercheurs, car leurs collaborations les exposent aux contraintes typiques de la R&D en entreprise. La protection du secret industriel les oblige, par exemple, à négocier l’accès à certaines informations pour mener à bien leurs recherches et à défendre la publication de leurs résultats. Mais les contraintes les plus fortes découlent des pressions financières et managériales auxquelles sont confrontés les industriels qui, en tendance, les poussent à favoriser les pistes de recherche susceptibles de déboucher sur des résultats à plus court terme. Dans certains cas, le dialogue peut alors se révéler très difficile, comme le souligne François à propos d’une collaboration avec une entreprise de microélectronique :

Les gens du [composant X], c’est le village gaulois encerclé par les gens du [composant Y], qui est dominant. Ils ont leurs preuves à faire en permanence, et leur logique d’efficacité et de productivité est totalement orthogonale avec nos désirs de chercheurs en milieu académique […]. Ils ne veulent pas faire de structures spécifiquement pour nous, ils ne veulent pas faire des effets pour des effets, ils ne veulent pas qu’on fasse autre chose que ce à quoi on s’est engagés. (entretien, professeur, 2005)

17Dans ce contexte, les chercheurs sont soucieux de conserver une certaine autonomie dans le choix, la définition et la conduite de leurs travaux vis-à-vis des entreprises, afin de pouvoir continuer à explorer des voies scientifiques prometteuses à plus long terme. Il est frappant de constater que, même dans un secteur aussi proche des applications, on retrouve systématiquement une distinction entre logique scientifique et logique industrielle dans le discours des universitaires. Le vocabulaire varie, mais ceux-ci opposent par exemple « recherche » et « ingénierie pure et dure », « recherche » et « innovation », ou encore « science » et « développement technologique ».

18Bien que les relations industrielles ne soulèvent guère d’objection de principe dans ce domaine, les chercheurs rencontrés sont donc loin de tous adopter la vision enchantée de l’innovation véhiculée par les politiques publiques (Lamy, 2020). Au contraire, les politiques mises en place depuis la fin des années 1990 suscitent de vives critiques, car elles les ont exposés à des contraintes de plus en plus fortes dans leur travail.

1.2. Les financements sur projet, vecteurs d’une massification des collaborations science-industrie

  • 1 Cette estimation porte sur le budget hors salaires des personnels fonctionnaires et a été réalisée (...)

19Comme dans d’autres disciplines, les relations avec les entreprises se sont considérablement intensifiées dans ce domaine au cours des trente dernières années. Ce mouvement renvoie d’abord aux stratégies des entreprises, qui ont de plus en plus externalisé leurs recherches les plus fondamentales sur des laboratoires publics. Il reflète également la réorientation des politiques publiques de financement de la recherche depuis la fin des années 1990. Tandis qu’on a assisté à une diminution de la part des crédits publics récurrents dans le budget des laboratoires, les chercheurs ont été incités à aller chercher des financements contractuels, en s’adressant directement à des acteurs privés ou en répondant aux appels à projets lancés par différentes agences de financement public. Ainsi, en 2013, les financements récurrents représentaient un peu moins de 10 % du budget des laboratoires CNRS du secteur, le reste étant composé de financements contractuels1.

20La recherche dans ce domaine nécessitant l’achat, la maintenance et le renouvellement régulier d’équipements expérimentaux très coûteux, les chercheurs ont été amenés à multiplier les demandes de financement sur des projets. Or, une tendance lourde des agences de financement à l’échelle nationale et européenne consiste à soutenir des « recherches partenariales », c’est-à-dire des projets impliquant obligatoirement une collaboration avec une entreprise. Depuis les années 1990, on a ainsi assisté à la généralisation d’un modèle d’organisation de la recherche structuré autour de projets partenariaux, menés par des « consortiums » associant plusieurs organisations publiques et privées autour d’un planning de travail et d’objectifs précis pour une durée de 2 à 4 ans.

  • 2 Ce calcul s’appuie sur l’analyse d’un corpus de 673 projets constitué à partir des données publiée (...)

21Pour donner un ordre de grandeur, sur la période 2010-2020, les recherches partenariales concernent 38 % de l’ensemble des projets financés par l’Agence nationale de la recherche (ANR) dans les dix plus grands laboratoires d’électronique et de micronanotechnologies du CNRS2. Sans que cela ne soit indispensable, travailler avec l’industrie permet d’accroître ses chances d’obtenir des financements publics, surtout dans un contexte où ceux-ci sont devenus très concurrentiels. Pour cela, il est crucial de développer des sujets susceptibles d’intéresser les entreprises, afin qu’elles acceptent de participer à des projets de recherche partenariaux, comme l’explique bien Cédric, responsable d’un service de R&D :

Nos collègues académiques sont quelquefois très chagrins du fait que l’ANR exige une participation d’industriels dans pas mal de projets. Et du coup, on est très, très courtisés, très sollicités sur beaucoup de projets. Et bon, on ne peut pas répondre positivement à tout […]. On prend un partenaire parce qu’il a une valeur ajoutée intéressante. (entretien, ingénieur, grande entreprise, 2013)

22Même si la fréquence et l’intensité de ces collaborations sont variables d’un chercheur à l’autre, il est difficile de s’en passer complètement. Face à ces contraintes, les chercheurs se sont efforcés de constituer des « espaces protégés » (Whitley & al., 2018) afin de dégager du temps et des ressources pouvant être investis sur des problèmes scientifiques définis de façon plus autonome. Sans pouvoir détailler ici toutes les tactiques déployées par les chercheurs (Barrier, 2014), on peut dégager trois grands types de réponses.

23On observe, en premier lieu, un ensemble de pratiques visant à concilier les impératifs de publication des chercheurs et le souci de confidentialité des entreprises (Cassier, 1998). En règle générale, les chercheurs refusent de s’engager dans des travaux soumis à un secret absolu et la plupart des collaborations débouchent sur des publications. Dans ce cas, tout comme les sociologues qui anonymisent leurs terrains d’enquête, ils peuvent être amenés à ne pas mentionner dans leurs publications certains détails sensibles qui ne sont pas essentiels à la démonstration. Lorsque cela n’est pas possible, une autre solution consiste à repousser de plusieurs mois la publication d’un résultat pour attendre le dépôt d’un brevet avec leurs partenaires industriels.

  • 3 Ce terme fait référence à la pratique ouvrière consistant à utiliser les moyens de son entreprise (...)

24Un deuxième ensemble de pratiques s’apparente à une gestion stratégique des ressources, où les chercheurs jouent sur la diversité des financements pour dégager des moyens et du temps afin de soutenir d’autres recherches en parallèle. Typiquement, des projets dits « alimentaires » ou qualifiés de « travaux en perruque3 » peuvent servir à financer, en sous-main, du matériel et des expériences que les chercheurs jugent plus intéressantes. Ils s’engagent ainsi dans une forme de « bricolage » entre diverses sources de financement, ponctué par de nombreux arbitrages pour évaluer s’il est pertinent de répondre à tel appel d’offres ou accepter la sollicitation de tel industriel. Par exemple, les prestations de service pour l’industrie sont souvent refusées lorsqu’elles demandent un travail routinier, peu susceptible d’amener des résultats nouveaux. Mais elles peuvent être acceptées lorsqu’elles apparaissent comme une manière de démontrer ses compétences afin d’amorcer une collaboration plus prometteuse ou d’accéder à d’autres financements :

On fait une prestation de service sur un truc, et après ils voient la réactivité, le temps de réponse, la qualité des mesures, des rapports, etc. On a l’exemple avec une société où on avait fait une prestation de mesure […]. Ils ont vu plein de points communs. Et donc ils ont réservé des budgets pour faire des actions avec nous, y compris probablement une thèse. (entretien, directeur de recherche, CNRS, 2013)

25Une troisième série de pratiques s’articule autour d’un savoir-faire relationnel, consistant à établir et à gérer des relations de travail durables avec certains industriels qui deviennent, au fil des projets, des collaborateurs privilégiés. Les entretiens montrent que les chercheurs identifient progressivement les partenaires avec lesquels il est le plus fructueux de travailler : tandis qu’une mauvaise expérience peut conduire un chercheur à ne pas renouveler une collaboration, il peut à l’inverse souhaiter prolonger un partenariat ayant permis de développer des relations de confiance, par exemple en redéposant un projet commun auprès d’une agence de financement.

26Comme dans d’autres secteurs, la pérennisation des relations permet de dépasser les coûts et les incertitudes inhérentes à une organisation du travail par projet (Eccles, 1981). Elle a aussi l’avantage de faciliter les demandes de financements, en évitant la recherche de nouveaux partenaires. Mais elle permet surtout aux chercheurs de pleinement démontrer la pertinence de leurs apports scientifiques à leurs partenaires industriels, qui sont alors plus enclins à dévoiler leurs préoccupations.

27Encore émergent dans les années 1990 et 2000, ce souci de stabilisation des partenariats s’est progressivement imposé comme une priorité pour les chercheurs les plus engagés dans des collaborations industrielles. La création de laboratoires communs est typiquement une manière de répondre à cet enjeu, en donnant une assise organisationnelle plus pérenne à ces relations que des coopérations entreprises projet par projet.

2. Les laboratoires communs, des espaces de travail de long terme avec l’industrie

28Si les laboratoires communs sont désormais présentés comme des dispositifs centraux dans les politiques de soutien aux collaborations science-industrie, il faut se garder d’y voir un modèle imposé de l’extérieur. Ce dispositif a d’abord émergé à partir d’initiatives portées par des chercheurs, qui s’efforçaient d’imaginer un cadre pour faciliter leurs échanges avec leurs partenaires. Dessinant un modèle de collaboration en décalage avec les pratiques qui prévalent dans les projets en consortium, ce dispositif permet en effet de placer les coopérations dans des horizons de plus long terme. Mais l’enquête met aussi en évidence des usages secondaires du dispositif par les chercheurs, qui s’en saisissent comme un levier pour mobiliser d’autres ressources matérielles et symboliques face à leurs concurrents.

2.1. L’émergence d’un nouveau dispositif d’organisation de la recherche

29Les laboratoires communs diffèrent dans leur taille, leur budget, leur organisation et leurs objectifs scientifiques, mais tous reposent a minima sur l’idée de créer un espace de coopération pérenne entre chercheurs et entreprises. Ils fournissent un cadre organisationnel permettant de mener un dialogue bilatéral plus approfondi que ne le permettent les projets partenariaux. Chaque laboratoire commun est ainsi doté d’une direction associant chercheurs et industriels et s’appuie sur l’élaboration d’un programme scientifique pluriannuel de 4 à 5 ans, qui peut être renouvelé pour une durée similaire. Le dispositif permet la mise en commun de diverses ressources selon des proportions variables en fonction des cas : financements apportés par l’entreprise, détachement de personnels de l’entreprise auprès des universitaires, mutualisation d’équipements, voire partage de locaux.

30La formule a connu un succès croissant. Toutes disciplines confondues, alors qu’on comptait une soixantaine de structures de ce type au CNRS en 2003 (Bès, 2005), on en dénombre près de 130 en 2016 (CNRS, 2017), puis 200 à la fin de l’année 2021. À parts égales avec la chimie, les sciences de l’ingénierie concentrent à elles seules le tiers de ces laboratoires au CNRS, loin devant la physique ou la biologie. Ainsi, au début des années 2020, la plupart des centres de recherches en micronanotechnologies hébergent une ou plusieurs de ces structures.

31Ce succès ne doit pas faire oublier que la mise en place de laboratoires communs a longtemps reposé sur des initiatives individuelles. Lorsqu’ils commencent à se développer dans les années 1990, leur création se fait au cas par cas, sans qu’il n’existe de programme dédié à l’échelle nationale. La première mesure spécifique qui se rapproche d’un soutien explicite à des laboratoires communs remonte à 1999, lorsque le ministère de la Recherche créée le label « Équipe de recherche technologique ». Mais celle-ci reste d’une ampleur limitée et, jusqu’aux années 2010, la diffusion du modèle repose principalement sur des emprunts et des effets de mimétisme entre laboratoires.

32Ce point est bien illustré par le témoignage d’Yves, un chercheur au CNRS qui prend pour modèle les initiatives lancées par d’autres chercheurs pour monter un projet de laboratoire commun au début des années 2010. À ce moment-là, ce type de coopération est encore suffisamment atypique pour que l’université à laquelle il est rattaché hésite sur le statut juridique à adopter. Soulignant que « personne ne savait comment on faisait » dans son établissement, c’est Yves lui-même qui propose une solution administrative adaptée en s’inspirant d’exemples existants (entretien, directeur de recherches, CNRS, 2013).

33Ce n’est qu’au milieu des années 2010 que se développent des mesures plus systématiques à l’échelle nationale. Prenant acte du développement de la formule sur le terrain, l’ANR cherche à l’amplifier en mettant en place en 2013 le programme « LabCom », spécifiquement dédié à la création de laboratoires communs avec des PME. En parallèle, le CNRS commence aussi à promouvoir activement ce modèle en recensant les initiatives existantes et en les agrégeant sous la dénomination générale de « laboratoire commun ». Son objectif est de stabiliser quelques éléments de cadrage afin de guider les initiatives locales, mais aussi de propager la formule en mettant en avant ses avantages auprès des chercheurs. Outre la communication menée à l’échelle du CNRS, les réunions organisées régulièrement par les responsables de l’INSIS avec l’ensemble des directeurs de laboratoires du secteur deviennent aussi l’occasion de faire connaître cette possibilité et de susciter des vocations.

2.2. Desserrer les contraintes des projets partenariaux

34Pour les universitaires, l’un des principaux intérêts des laboratoires communs est de pérenniser des collaborations avec l’industrie en sortant du modèle des projets en consortium. En effet, même si la poursuite de coopérations au fil de plusieurs projets permet de développer des relations de confiance et des routines de travail efficaces, le format même des projets reste relativement contraignant. La mise en place d’un laboratoire commun permet alors de dépasser ce mode d’organisation en promouvant un fonctionnement à la fois plus souple et plus intégré.

35Premièrement, par comparaison avec les projets en consortium, les laboratoires communs reposent sur un collectif plus resserré, qui officialise une relation de travail privilégiée. En principe, le dispositif associe seulement deux partenaires, là où les projets rassemblent habituellement au moins 4 à 5 organisations publiques et privées, voire une dizaine ou plus dans le cas de certains programmes européens. Outre qu’il allège les tâches de gestion, le caractère bilatéral de la collaboration tend ainsi à renforcer l’engagement entre les participants : il est plus difficile de se soustraire à ses obligations vis-à-vis d’un partenaire privilégié que dans un vaste projet en consortium où les responsabilités sont plus diluées.

36De ce point de vue, il est révélateur que le dispositif soit souvent comparé à un « mariage » dans le discours des chercheurs et des représentants du CNRS. Sans être synonyme d’exclusivité, la participation des universitaires à un laboratoire commun implique en effet d’accepter de se concentrer en priorité sur les coopérations avec une entreprise en particulier. Le dispositif peut alors fonctionner comme un mécanisme de focalisation de l’attention, en poussant les chercheurs à anticiper plus systématiquement les éventuels usages de leurs travaux par leurs partenaires, comme le souligne Tristan, ingénieur de R&D dans une PME de haute technologie :

C’est parce qu’il y a cet engagement qui a été pris, finalement, qu’il y a une pensée quotidienne pour [l’entreprise X]. Quand les chercheurs [du laboratoire] pensent à une manip ou quand ils voient quelque chose, ils se disent : ah, tiens, est-ce que ça ne pourrait pas être intéressant pour [l’entreprise X] ? Alors que je pense qu’ils ne le feraient pas habituellement. (entretien, ingénieur R&D, PME, 2013)

  • 4 Les laboratoires communs avec des PME soutenus par le programme LabCom de l’ANR sont assortis du v (...)

37Réciproquement, l’implication d’une entreprise dans un laboratoire commun témoigne d’un réel engagement auprès d’une équipe de recherche. À la différence des projets partenariaux qui permettent aux entreprises d’accéder à des financements publics, le principe des laboratoires communs est plutôt d’inciter les industriels à contribuer au financement de la structure et à mutualiser des moyens4. Ils y participent moins pour obtenir un résultat précis que pour bénéficier de l’expertise d’une équipe dans sa globalité et à plus long terme. L’intérêt anticipé de la collaboration est donc suffisamment fort pour que la hiérarchie des entreprises concernées accepte que leurs équipes s’y investissent sans attendre de résultat prédéfini, comme c’est le cas dans les projets en consortium :

Sur un projet, on a un objectif bien précis. Là ça nous permet d’élargir, d’aller fouiller dans d’autres directions, de nous permettre d’avoir plus de liberté, tout en ayant ce soutien malgré tout […]. Et ça, ça revient à ce que je disais sur les relations de confiance qui sont établies auparavant. Donc, ils disent : OK, vous pouvez consacrer un peu de temps à essayer de regarder autre chose, en parallèle des sujets qui les préoccupent plus particulièrement. (entretien, directeur de recherches, CNRS, 2020)

38La deuxième caractéristique des laboratoires communs est de proposer un cadre de travail plus pérenne, moins soumis à des impératifs de production de résultats à court terme que les projets partenariaux. La stabilité de ce cadre a d’abord l’avantage de limiter le surcroît de travail et les coûts de coordination qui seraient engendrés par le montage de différents projets successifs : par exemple, la mise en place d’un accord englobant évite d’avoir à renégocier à plusieurs reprises les modalités de partage de la propriété intellectuelle.

39Mais cette pérennité rend surtout possible la mise en place d’un programme de travail large et flexible, qui peut être réexaminé et réactualisé à échéances régulières sans être contraint par des objectifs étroitement définis. Ce programme constitue une base sur laquelle peuvent venir se greffer des recherches complémentaires, menées par exemple dans le cadre d’un projet financé par l’ANR ou d’une thèse co-encadrée avec l’entreprise partenaire. Néanmoins, l’idée est bien de constituer un espace de travail relativement protégé, échappant au planning serré et à la production de « livrables » (rapports, résultats, démonstrateurs…) qui caractérisent habituellement les projets partenariaux. Le dispositif permet ainsi de replacer les coopérations dans un horizon de plus long terme, qui favorise la cumulativité des résultats au fil du temps :

C’est-à-dire que l’objectif, c’est d’essayer de construire une stratégie sur cinq ans, en se disant : bah voilà sur cinq ans les objectifs globaux qu’on se donne ensemble, c’est d’atteindre tel ou tel jalon. Et pour ça [l’entreprise X] va mettre à notre disposition tel et tel moyen. Donc ça permet de planifier un peu mieux les choses et de ne pas travailler au coup par coup. (entretien, professeur, 2014)

40Troisièmement, en formalisant un cadre qui facilite le partage de connaissances et d’informations sensibles, les laboratoires communs permettent d’intensifier les échanges d’idées entre industriels et universitaires. Le périmètre assez restreint de la collaboration est là encore un atout : même si les projets en consortium sont régis par des accords de confidentialité, le nombre de partenaires impliqués accroît mécaniquement le risque de fuite d’information sensibles. Lorsque des entreprises s’investissent dans ce type de dispositif plutôt que dans un projet avec de nombreux partenaires, c’est déjà avec l’idée qu’elles pourront plus facilement donner aux chercheurs accès à des technologies ou à des informations habituellement confidentielles.

41Dans cette perspective, le cadre organisationnel du laboratoire commun permet aux participants de pleinement tirer parti de l’existence de relations de confiance interpersonnelles en leur donnant une assise plus collective (Grossetti & Bès, 2001) et en créant un contexte favorisant la répétition d’échanges informels, propices au travail de recherche. Outre les discussions de couloir au quotidien ou les échanges à l’occasion de travaux communs, cela passe notamment par l’organisation régulière de réunions de brainstorming, où les partenaires partagent assez librement leurs objectifs et leurs préoccupations. La familiarité acquise au cours de ces échanges permet aux chercheurs d’avoir une vision plus large des besoins et des objectifs à long terme de leurs interlocuteurs. Ils peuvent alors plus aisément identifier ce qui, parmi les différents sujets préoccupant les industriels, serait susceptible de donner lieu à des approfondissements scientifiques intéressants.

42Cet enjeu est bien illustré par les propos de Christian, un professeur qui travaille depuis plus d’une quinzaine d’années avec une grande entreprise. Il explique participer à un laboratoire commun pour retrouver la liberté de parole qu’il avait connue lors d’un programme de recherche bilatéral avec une grande entreprise, mais qu’il n’était plus possible d’avoir dans des projets partenariaux en raison du manque de confidentialité des discussions :

Dans les années 2000, on avait au moins une réunion par trimestre avec [l’entreprise X] pour échanger sur leur roadmap technologique… Où est-ce qu’ils allaient ? Quels étaient les problèmes qu’ils anticipaient ? Et ça, on l’avait perdu dans les projets en consortium, puisque c’était hors de question d’échanger à ce niveau-là […]. Du coup, on l’a remis par le labo commun, c’est beaucoup plus pertinent dans l’aide qu’on peut apporter. C’est ce qui est intéressant d’un point de vue académique, peut-être un peu moins pour eux, tout en répondant à leurs problématiques qui nous semblent intéressantes en termes de création de connaissances et de publications. (entretien, professeur, 2018)

43En somme, ce dispositif s’oppose, presque point par point, au modèle d’organisation des collaborations à l’œuvre dans les projets partenariaux de l’ANR ou de la Commission européenne. Il faut bien sûr se garder d’adopter une vision idyllique des laboratoires communs, qui n’effacent pas par magie les tensions structurelles entre logiques universitaires et industrielles. Celles-ci continuent à se manifester, même si ce cadre permet de mieux les gérer et de les atténuer. Malgré tout, il est frappant de constater que même des universitaires par ailleurs critiques sur les relations avec l’industrie soulignent avec force leur intérêt par rapport aux projets en consortium.

2.3. Les laboratoires communs, de nouveaux atouts dans la concurrence entre chercheurs

44Jusqu’à présent, on a surtout décrit la manière dont les chercheurs avaient contribué à imaginer et à s’approprier un nouveau modèle de collaboration avec l’industrie. Il est maintenant nécessaire d’élargir la focale pour mieux saisir la place occupée par ce dispositif dans l’économie de la recherche. Alors qu’il est avant tout conçu par ses promoteurs et ses usagers comme un moyen de faciliter des relations de long terme avec l’industrie, son essor semble aussi induire de nouvelles formes d’accumulation de ressources matérielles et symboliques.

45Tout d’abord, si la participation à un laboratoire commun est d’abord motivée par la constitution d’un « espace protégé », il ne faut pas oublier que le dispositif peut aussi servir, comme on l’a vu, de socle pour lancer de nouveaux projets et mobiliser d’autres financements. En effet, dans certains cas, les discussions qui ont lieu dans ce cadre débouchent sur de nouvelles idées que les chercheurs et les industriels vont tenter de développer en soumettant un projet à une agence de financement. En parallèle des travaux menés au sein d’un laboratoire commun, il n’est donc pas rare que ses participants soient également engagés ensemble dans d’autres projets annexes. L’effet de levier est renforcé par le fait que la participation à un laboratoire commun joue comme un gage de la crédibilité industrielle des projets auprès des financeurs :

Pour nous, ça permet aussi de se raccrocher à certains grands projets, notamment européens, qui étaient difficilement accessibles seuls comme ça. Avec le soutien d’un industriel qui est leader sur ce type de projets, c’est une porte d’entrée plus facile. (entretien, directeur de recherche, CNRS, 2020)

46Inversement, certains chercheurs qui ne participent pas à un laboratoire commun s’estiment désavantagés par rapport à leurs collègues. Antoine craint ainsi de ne plus avoir accès à des financements de thèse sous la forme de CIFRE (convention industrielle de formation par la recherche) ou de BDI (bourse de docteur ingénieur), attribués en priorité à l’un de ses collègues qui a monté un laboratoire commun :

Les laboratoires qui ont la chance faire un laboratoire commun avec un industriel, vu de l’extérieur c’est assez alléchant et on est un peu jaloux. Alors, par exemple, Karim qui crée un laboratoire commun avec [une grande entreprise], pour nous c’est un coup dur […]. C’est quand même un endroit où ils vont mettre en priorité les financements de thèse en BDI et les CIFRE […]. Donc là, c’est vrai qu’on perd un peu tout ce qui est CIFRE et BDI. (entretien, professeur, 2013)

47Tout comme certains dispositifs de financement (Barrier & Vézian, 2016), les laboratoires communs constituent aussi de nouveaux marqueurs de crédibilité et de reconnaissance symbolique pour les chercheurs. Représentant un type de coopération avec l’industrie moins courant que les projets partenariaux, ils leur apportent une forme de distinction supplémentaire vis-à-vis de leurs pairs – surtout dans un contexte où ces initiatives sont fortement valorisées par les universités et le CNRS. La mise en place d’un laboratoire commun fait généralement l’objet d’une communication soutenue dans les fils d’actualité et les lettres d’information des établissements, au même titre que l’obtention de prix scientifiques ou de financements prestigieux comme ceux de l’European Research Council.

48De façon révélatrice, lorsqu’on l’avait interrogé sur les retombées du laboratoire commun qu’il avait créé, un chercheur avait spontanément souligné « la pub » qu’il en avait retiré. Évoquant une inauguration « en grande pompe, avec plein d’officiels », il expliquait que cette initiative était régulièrement citée en exemple et qu’il avait pu la mettre en avant dans son dossier de promotion au CNRS (entretien, chargé de recherche, CNRS, 2015). Les propos de Sophie, membre de l’équipe de direction de l’INSIS au CNRS, rappellent que les chercheurs eux-mêmes sont prompts à voir dans les laboratoires communs un enjeu de concurrence entre pairs, même si cela n’est pas recherché par les promoteurs du dispositif :

[Le laboratoire X], c’est l’unité qui avait le plus de laboratoires communs et, en 2015, un peu naïvement je l’avais mis sur une présentation, pour montrer qu’il y avait des unités qui avaient plein de laboratoires communs. Et eux, ils avaient affiché ça sur un poster dans leur hall d’entrée : X, le laboratoire de l’INSIS avec le plus de labos communs avec l’industrie ! Il faut faire attention, maintenant je ne le mets plus dans les présentations, on le garde en interne […]. Ça a mis de la pression au niveau des labos toute cette com’. (entretien, membre de l’équipe de direction, INSIS, CNRS, 2022)

49Autrement dit, loin d’avoir uniquement pour effet de faciliter des coopérations de long terme avec l’industrie, les laboratoires communs contribuent à alimenter indirectement de nouvelles dynamiques de différenciation et de concurrence entre pairs.

Conclusion

50À partir du cas emblématique de la recherche en électronique et micronanotechnologies, cet article apporte de nouveaux éclairages sur les injonctions à l’innovation promues par les politiques de la recherche et leurs conséquences sur le travail des chercheurs. Dans un contexte où le financement public de la recherche passe en partie par l’établissement de collaborations avec des entreprises, les chercheurs ont été amenés à intensifier leurs relations avec l’industrie via des projets partenariaux. Dans ce cadre, les laboratoires communs constituent l’une des solutions imaginées par les chercheurs pour construire et stabiliser des coopérations scientifiques fructueuses avec des entreprises : de fait, si ce dispositif est désormais largement promu dans les politiques de la recherche, notamment au CNRS, il trouve d’abord sa source dans des initiatives menées par des chercheurs soucieux de défendre leurs capacités à mener des travaux de long terme. Le dispositif vient ainsi consolider l’éventail des tactiques développées par les chercheurs pour se ménager des « espaces protégés » dans un contexte institutionnel et budgétaire de plus en plus contraignant (Whitley & al., 2018).

51Plus largement, ces résultats mettent l’accent sur le rôle joué par les chercheurs eux-mêmes dans l’essor d’un « capitalisme académique » (Münch, 2014). En effet, si les laboratoires communs représentent bien une manière pour les chercheurs de défendre leur autonomie scientifique dans leurs relations avec l’industrie, le dispositif correspond aussi à une forme d’intégration des injonctions à l’innovation promues par les pouvoirs publics. De même, bien qu’il réponde aux contraintes résultant des politiques de financement de la recherche, il participe aussi à l’essor de nouvelles logiques de concurrence entre pairs, où les collaborations avec l’industrie deviennent déterminantes dans l’accès à des ressources matérielles et symboliques.

52L’essor des laboratoires communs est susceptible d’alimenter, sous de nouvelles formes, les mécanismes d’accumulation inégalitaires de ressources correspondant à « l’effet Saint Mathieu » décrit par Merton (1968). Bien que l’enquête ne permette pas d’évaluer l’ampleur de ces effets, la diffusion du dispositif contribue a minima à établir de nouvelles attentes envers les chercheurs, en constituant désormais l’un des objectifs à atteindre pour démontrer leur engagement dans des partenariats industriels. Si le dispositif participe à des cercles vertueux d’accumulation de ressources pour certains scientifiques, il contribue aussi à insérer les chercheurs dans des engrenages institutionnels où ils sont de plus en plus pris par des impératifs d’innovation technologique. Conçus comme une alternative aux projets partenariaux, les laboratoires communs n’en concourent pas moins à amplifier les relations avec l’industrie, en produisant des conditions toujours plus favorables à leur essor. Tout en restant soucieux de leur autonomie et volontiers critiques des discours enchantés sur l’innovation, les chercheurs sont pris dans des réseaux d’interdépendance qui les lient de plus en plus étroitement au monde industriel.

Haut de page

Bibliographie

Anteby Michel (2003), « La “perruque” en usine : approche d’une pratique marginale, illégale et fuyante », Sociologie du travail, vol. 45, no 4, 453-471.

Barrier Julien (2014), « Partenaires particuliers : financements sur projet et travail relationnel dans les réseaux de collaboration science-industrie », Genèses, no 94, 55-80.

Barrier Julien & Vezian Audrey (2016), « Concurrence, rhétorique et mécano institutionnel : les usages stratégiques des dispositifs d’organisation de la recherche » dans Castel Patrick, Henaut Léonie & Marchal Emmanuelle (dir.), Faire la concurrence, Paris, Presses de l’École des Mines.

Bès Marie-Pierre (2005), « La diversité des partenariats universités-entreprises », texte présenté à la journée d’étude du RESUP, « les relations universités-entreprises », Sciences Po, Paris.

Bourdieu Pierre (1976), « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 2-3, 88-104.

Cassier Maurice (1998), « Le partage des connaissances dans les réseaux scientifiques : l’invention de règles de ‘“bonne ’conduite” par les chercheurs », Revue française de sociologie, vol. 39, no 4, 701-720.

CNRS (2017), Les structures communes de recherche CNRS/entreprises, Rapport CNRS, en ligne, consulté le 24 avril 2022, https://www.cnrs.fr/sites/default/files/download-file/structurescommunescnrsentreprises_mars2017.pdf

CNRS (2019), Les laboratoires communs au CNRS, Brochure CNRS, en ligne, consulté le 23 juillet 2022, https://www.cnrs.fr/sites/default/files/news/2020-03/LABO_COMMUN_2019%281%29.pdf

De Terssac Gilbert (2011), « Théorie du travail d’organisation », dans Maggi Bruno (dir.), Interpréter l’agir : un défi théorique, Paris, Presses universitaires de France, 97-121.

Devaux Jean-Baptiste (2022), « “Ça ira plus vite comme ça.” De la planification à la réforme continue : synchroniser la politique technologique aux agendas politiques », Temporalités, no 36, en ligne, consulté le 9 février 2023, http://journals.openedition.org/temporalites

Eccles Robert G. (1981), « The quasi-firm in the construction industry », Journal of Economic Behavior & Organization, vol. 2, no 4, 335-357.

Edler Jakob & Fagerberg Jan (2017), « Innovation policy: what, why, and how », Oxford Review of Economic Policy, vol. 33, no 1, 2-23.

Grossetti Michel & Bès Marie-Pierre (2001), « Encastrements et découplages dans les relations science-industrie », Revue française de sociologie, vol. 42, no 2, 327-355.

Grossetti Michel & Milard Béatrice (2003), « Les évolutions du champ scientifique en France », Actes de la recherche en sciences sociales, no 148, 47-56.

Lamy Erwan (2020), « Les politiques françaises de ‘“’startupisation” de la science », Savoir/Agir, no 51, 23-32.

Lanciano-Morandat Caroline (2019), Le travail de recherche. Production de savoirs et pratiques scientifiques et techniques, Paris, Éditions du CNRS.

Merton Robert K. (1968), « The Matthew effect in science », Science, no 3810, 56-63.

Münch Richard (2014), Academic capitalism: Universities in the global struggle for excellence, Routledge, Londres.

Partha Dasgupta & David Paul A. (1994), « Toward a new economics of science », Research policy, vol. 23, no 5, 487-521.

Ramunni Girolamo (1995), Les sciences pour l’ingénieur : Histoire du rendez-vous des sciences et de la société, Paris, Éditions du CNRS.

Shinn Terry (2000). « Axes thématiques et marchés de diffusion : la science en France, 1975-1999 », Sociologie et sociétés, vol. 32, no 1, 43-69.

Slaughter Sheila & Leslie Larry (1997), Academic capitalism: Politics, policies, and the entrepreneurial university, Baltimore, Londres, Johns Hopkins University Press.

Whitley Richard, Gläser Jochen & Laudel Grit (2018), « The impact of changing funding and authority relationships on scientific innovations », Minerva, vol. 56, no 1, 109-134.

Zarca Bernard (2012), L’univers des mathématiciens. L’ethos professionnel des plus rigoureux des scientifiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Haut de page

Notes

1 Cette estimation porte sur le budget hors salaires des personnels fonctionnaires et a été réalisée d’après les données recueillies par l’INSIS auprès de ses laboratoires.

2 Ce calcul s’appuie sur l’analyse d’un corpus de 673 projets constitué à partir des données publiées par l’ANR dans le cadre de sa politique d’open data.

3 Ce terme fait référence à la pratique ouvrière consistant à utiliser les moyens de son entreprise pour son usage personnel, par exemple pour fabriquer de petits objets offerts à des proches (Anteby, 2003).

4 Les laboratoires communs avec des PME soutenus par le programme LabCom de l’ANR sont assortis du versement d’une aide financière, mais ceux-ci sont loin d’être majoritaires : ils ne représentaient que le quart des laboratoires communs actifs au sein de l’INSIS en 2022.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Barrier, « Les engrenages de l’innovation. Partenariats industriels et concurrence dans la recherche publique »La nouvelle revue du travail, 22 | -1, 75-92.

Référence électronique

Julien Barrier, « Les engrenages de l’innovation. Partenariats industriels et concurrence dans la recherche publique »La nouvelle revue du travail [En ligne], 22 | 2023, mis en ligne le 14 avril 2023, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/nrt/13596 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.13596

Haut de page

Auteur

Julien Barrier

École normale supérieure de Lyon
Triangle, UMR CNRS 5206 & Laboratoire de l’Éducation, UAR CNRS 3773

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search