Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22VariaTransmettre un syndicalisme polit...

Varia

Transmettre un syndicalisme politique. La CGT dans un hôpital psychiatrique public

The renewal of a politicized trade unionism. The CGT in a public psychiatric hospital
Transmitir un sindicalismo político. La CGT en un hospital psiquiátrico público
François Alfandari
p. 115-130

Résumés

Cet article ambitionne de saisir les conditions de renouvellement d’un collectif syndical CGT dans un hôpital psychiatrique en partant du cas du secrétaire général. Il donne à comprendre les pratiques mises en œuvre par ce porte-parole pour assurer la continuité organisationnelle alors que nombre de militants sont vieillissants et s’approchent de l’âge de départ à la retraite. Le secrétaire doit ainsi trouver et former une relève, tout en s’employant à transmettre un ensemble de pratiques fondées sur des principes agonistiques et politisés qui ne font pas toujours écho aux attentes des syndiqués, parfois pourtant disposés à s’engager davantage dans la CGT. L’article éclaire finalement les dynamiques de recompositions d’une forme syndicale institutionnalisée et fortement ancrée sur le lieu de travail, tout autant que les pratiques déployées par la figure de secrétaire de syndicat peu étudiée jusque-là par la littérature.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans le cadre de cet article je n’ai pas la place pour revenir sur la genèse de cette forme syndic (...)

1L’injonction croissante à la diffusion du « dialogue social » qui participe d’une technicisation du travail des élus dans les IRP et d’une délégitimation des conflits collectifs du travail comme la grève (Bethoux, 2021 ; Mias & al., 2016 ; Penissat, 2013) n’épuise toutefois pas la persistance de formes syndicales « politisées ». Le renouvellement des travaux sur le syndicalisme a ainsi permis de montrer, outre les difficultés d’implantation et de fonctionnement dans les secteurs d’emploi précaires, que les organisations syndicales demeuraient des acteurs majeurs de la conflictualité sociale (Sanson, 2022) et de la politisation des classes populaires (Berthonneau 2020 ; Doumenc, 2019 ; Siblot, 2018). Dans le prolongement de ces travaux, cet article ambitionne d’étudier un syndicalisme « politique » en examinant le cas du syndicat CGT de l’hôpital psychiatrique du Vinatier situé dans l’agglomération lyonnaise. L’observation des activités militantes donne à voir les logiques et les conditions d’une telle forme syndicale. En effet, ces syndicalistes s’efforcent de mettre en œuvre un ensemble de pratiques fondé sur deux dimensions. Ils défendent tout d’abord une vision agonistique des rapports de travail, notamment avec la direction, qui suppose la construction de mobilisations basées sur le recours au nombre (manifestations, occupation des locaux, grèves, etc.). D’autre part, ils s’évertuent de politiser leurs pratiques militantes, dans un sens de désectorisation des sphères d’intervention (Lagroye, 2003), en déployant un travail syndical qui s’éprouve en dehors du seul hôpital, dans la sphère interprofessionnelle et dans des causes du mouvement social. Ce syndicalisme « politique » revendiqué comme tel par les cadres militants trouve notamment ses origines dans la place occupée par les militants communistes au lendemain de mai-juin 1968 et jusque dans les années 1990 et par la présence de nombreux militants d’extrême gauche (LCR, LO, libertaires, etc.) ou proches, depuis cette époque et jusqu’à aujourd’hui1.

2Si la CGT du Vinatier s’apparente à un « gros » syndicat doté de ressources organisationnelles et militantes importantes (cf. encadré no 1), il n’en demeure pas moins, qu’à l’instar de situations analogues, les militants font face à des difficultés pour faire perdurer le collectif militant et les pratiques qui l’accompagnent (Rouxel, 2019). Au moment de l’enquête de terrain, de nombreux cadres dirigeants de la CGT du Vinatier sont proches de la retraite faisant du renouvellement un enjeu primordial pour assurer la continuité organisationnelle. Ces militants s’efforcent pour cela de transmettre un ensemble de pratiques aux nouveaux – dont la plupart sont de « jeunes » salariés mais pas uniquement – et de s’assurer qu’ils s’approprient correctement les grands principes et les références sur lesquels repose l’activité militante (la défense du service public, la « lutte de classe », la grève générale, etc.). Pour saisir les logiques et les conditions de transmission d’un syndicalisme « politique », je me concentrerai sur le cas de Paul, le secrétaire général du syndicat. En poste depuis 1993, il constitue l’épicentre de la vie syndicale au regard de son statut de permanent à temps plein et des différentes facettes de son activité, tournées tant vers la vie interne que vers les différentes structures fédérales ou territoriales de la CGT. Les pratiques et discours qu’il met en œuvre symbolisent cette forme syndicale particulière tout autant que sa fonction de porte-parole en fait un acteur majeur de la continuité. Partir de son cas pour saisir les conditions de transmission d’un syndicalisme politique est d’autant plus pertinent que cela permet d’élargir la connaissance du travail concret de la figure peu étudiée de secrétaire de syndicat (Mischi, 2010) et de rendre compte de la division du travail qui opère au sein d’un collectif syndical entre des permanents professionnalisés et le reste des militants et syndiqués (Guillaume & Pochic, 2009). Au travers du cas de Paul, on voit finalement comment une organisation syndicale, incarnée dans les pratiques de son dirigeant, se reproduit et inculque à ses membres, non sans difficulté, une « culture » militante, dont ils aspirent à devenir désormais à leur tour des porte-parole (Lagroye & Offerlé, 2011). Ce travail militant dont Paul a la charge demeure toutefois coûteux à tel point que les difficultés qu’ils rencontrent participent de la justification de mettre fin à son mandat.

Encadré 1 : Méthode et terrain d’enquête

Entre 2013 et 2016, j’ai mené une enquête de terrain sur la CGT du Vinatier visant à rendre compte de la production de l’ordre syndical depuis 1968. J’ai pour cela allié une démarche d’enquête sociohistorique à partir d’un travail d’archive, avec une approche ethnographique reposant sur des entretiens (37) et l’observation durable des activités militantes déployées par le collectif militant (réunions de syndiqués, réunions de direction, suivi individuel, action collective, moments conviviaux, etc.).

Au moment de l’enquête, la CGT du Vinatier compte un peu plus de 200 adhérents sur les 2 500 agents de l’établissement. La répartition entre les différentes catégories et métiers est relativement similaire à celle qui traverse le personnel de l’hôpital. Ainsi, 37 % sont des soignants, 27 % des aides-soignantes ou ASH et 12 % des personnels techniques. Par ailleurs, la CGT est majoritaire depuis le début des années 1970 devant la CFDT et FO, mais est devenue deuxième organisation syndicale (37,7 %) juste derrière FO (37,9 %) aux élections professionnelles de 2014, devançant de loin l’UNSA et la CFDT. Syndicat de la fonction publique hospitalière, la CGT du Vinatier a accès à de nombreuses ressources organisationnelles, notamment un stock d’heures de délégation important au regard des résultats aux élections, permettant de décharger cinq militants, deux à temps plein et trois partiellement. Les conditions matérielles sur lesquelles reposent les activités de ce collectif militant sont plus favorables que pour de nombreux syndicats du secteur privé – le taux de contrats atypiques ne dépasse par exemple pas les 5 %. La CGT du Vinatier dispose d’un local relativement grand constitué de plusieurs pièces et bureaux permettant d’en faire un lieu central de la vie syndicale et de rayonner sur l’établissement.

3Pour rendre compte du travail syndical mis en œuvre par ce secrétaire pour assurer la transmission d’un syndicalisme « politique », je commencerai par revenir sur le parcours militant de Paul pour présenter les ressorts d’un engagement syndical de « lutte » qui s’inscrit plus largement dans une histoire militante héritée de la fin des années 1960 telle qu’elle s’est exprimée dans les lieux de travail (Fillieule & al., 2018) avant d’en montrer quelques facettes. Je m’attacherai ensuite à éclairer les modalités de la transmission syndicale à de nouveaux et parfois jeunes militants pour endosser des mandats ou bien s’approprier des pratiques militantes qui sont les siennes, tout en pointant les difficultés que Paul rencontre dans cette mission. Enfin, je reviendrai sur le moment où Paul quitte son mandat donnant ainsi à voir les coûts de cet engagement et les préoccupations qu’il montre pour assurer sa succession.

1. Les pratiques agonistiques et politisées d’un secrétaire de syndicat

4L’examen des conditions de la syndicalisation de Paul et de ses expériences militantes donne à comprendre les ressorts d’un engagement syndical fondé sur des principes politiques bien ancrés. En effet, sa prise de carte à la CGT résulte d’abord de la combinaison de sociabilités populaires et de sociabilités communistes qui irriguent le collectif de travail ouvrier dans l’hôpital, symptomatique des conditions de la syndicalisation à la fin des années 1960 (Alfandari, 2018), et dans lequel il s’insère. Son entrée à la CGT traduit finalement la capacité de cette organisation à recruter dans les catégories subalternes de la hiérarchie hospitalière et à les représenter, tout en participant à la diffusion d’un discours et de pratiques contestataires. Partant, l’observation des pratiques militantes déployées par Paul aujourd’hui témoigne de son inscription dans cette tradition syndicale et de sa continuité.

1.1. Un parcours militant ancré dans un syndicalisme de « lutte »

  • 2 L’entretien a eu lieu le 23 juin 2014. J’ai par ailleurs eu de nombreuses et récurrentes discussio (...)
  • 3 Paul a travaillé préalablement quelque temps à la Poste puis a réussi le concours d’entrée à la Vi (...)
  • 4 En effet, la CFDT du Vinatier est investie après mai-juin 1968 par de jeunes infirmiers d’extrême (...)
  • 5 Parmi les militants de cette génération, plusieurs enquêtés, y compris issus du monde catholique, (...)
  • 6 Dans les années 1970, la CGT récolte plus de 60 % des voix dans les services techniques, témoignan (...)

5Paul a 54 ans au moment de l’entretien2. Il est originaire d’une zone rurale à quelques dizaines de kilomètres de Lyon. Il est un enfant des classes populaires rurales d’origine ouvrière. Son père est ouvrier communal et sa mère alterne entre des emplois d’ouvrière (dans la confection, à l’usine ou à domicile) et des périodes sans travail. Alors que ses parents sont étrangers au monde de l’engagement, c’est à l’aune de son arrivée dans un lycée professionnel, située dans l’agglomération lyonnaise, et de son inscription dans la conflictualité sociale de l’époque – en défense de la cause tiers-mondiste, notamment Palestinienne – qu’il découvre l’univers militant. Fort de ses expériences, il participe rapidement à des mobilisations, tant à des manifestations qu’à des assemblées générales du personnel, dès son arrivée à l’hôpital du Vinatier comme jardinier en 19783. Il ne se syndique pourtant qu’en 1988 après que le secrétaire général de l’époque, ouvrier chauffagiste et militant communiste, un « ancien » que Paul « respectait beaucoup », le convainc de se présenter sur les listes électorales. Cette invitation à rejoindre la CGT n’allait pourtant pas de soi dans la mesure où Paul se sentait plus proche de la CFDT de l’hôpital, « plus révolutionnaire4 ». Son cas témoigne de la force des interrelations entre collègues de travail dans la syndicalisation, à même de subvertir les préférences individuelles (Duriez & Sawicki, 20035) et tout particulièrement des effets de la solidarité qui irrigue le groupe ouvrier dans les parcours d’engagement6. Son adhésion syndicale s’articule à des engagements dans d’autres sphères sociales, notamment politiques. Paul gravite en effet parallèlement autour de plusieurs partis politiques de gauche et d’extrême gauche (le PCF, la LCR ou LO) témoignant d’une proximité avec « tout ce qui se battait ». Plus que cela, il dit « se sentir communiste » dans un sens plus « idéologique » que partisan, comme en témoigne la diversité des étiquettes partisanes qu’il fréquente.

  • 7 Non sans tiraillements et conflits notamment entre militants communistes et militants d’extrême ga (...)

6L’inscription de Paul dans les sociabilités professionnelles et militantes qui traversent l’hôpital du Vinatier dans les années 1970 et 1980 participent de sa familiarisation avec un syndicalisme agonistique et politisé qui prend sa source dans l’affirmation des militants communistes à la tête de la CGT dans l’après 1968 au détriment de militants plus proches du Parti socialiste. Cette inscription de la CGT de l’établissement dans le monde communiste s’accompagne de la promotion d’un syndicalisme de « masse et de classe » (Mouriaux, 1982), qui se traduit par la volonté de déployer un syndicalisme de lutte dans la classe travailleuse. Les militants s’évertuent dès lors à inscrire l’action syndicale dans le giron du programme commun et dans différentes mobilisations de cette époque (la paix au Vietnam et plus tard en Afghanistan, la lutte contre le racisme, contre l’extrême droite, etc.7). Sans pour autant être membre du PCF, Paul est ainsi l’héritier de ce syndicalisme d’obédience communiste qui valorise grandement le groupe ouvrier (Pudal, 1989). Cette filiation explique alors pourquoi dans un univers de travail dominé par les personnels soignants, les membres de la CGT ont maintenu à la tête du syndicat un membre des services techniques.

  • 8 Entretien réalisé avec Philippe Geisler le 7 avril 2015, ancien secrétaire général de la CGT du Vi (...)
  • 9 L’équivalent d’un conseil d’administration qui exerce un contrôle général sur la marche de l’établ (...)
  • 10 Il s’agit d’une instance de concertation qui traite des questions et projets relatifs aux différen (...)
  • 11 À la fin des années 1960, les membres de la CGT du Vinatier se mobilisent sur ces questions profes (...)

7Mais son accession au poste de secrétaire général du syndicat en 1993 s’explique aussi par sa forte participation aux activités syndicales et aux différents conflits, comme celui, important, que connaissent les services techniques en 1989. Cet engagement participe du choix du secrétaire de l’époque, lorsqu’il quitte son mandat, à faire de Paul, « qui monte en puissance8 », son successeur. Dès lors, Paul connaît une carrière syndicale ascensionnelle dans la CGT puisqu’il occupe divers mandats, à la Commission exécutive du syndicat départemental de la santé, de l’Union départementale ou de la fédération de la santé. À l’échelle de l’établissement, il est, au moment de l’enquête, le représentant syndical au Comité de surveillance9 et est élu au Comité technique d’établissement10. Au travers d’un tel mandat généraliste – qu’il occupe depuis plusieurs années – Paul s’est familiarisé progressivement aux enjeux spécifiques des personnels soignants et se sent désormais légitime à parler en leur nom. Ce sentiment en est d’autant plus renforcé que les activités et les sociabilités syndicales accordent une place importante au sens et aux finalités du travail du soin en psychiatrie11. Ainsi, les conditions d’exercice du rôle de porte-parole endossé par Paul tiennent autant à ses ressources militantes valorisées par l’organisation qu’aux bénéfices qu’ils retirent de la relation dialogique, et pas seulement verticale, qu’il entretient avec les différentes catégories de personnel représentées (Darlington & Upchurch, 2012).

8Paul partage donc son temps entre l’établissement et la sphère interprofessionnelle, l’amenant à fréquenter différents espaces dans la CGT, dont sont éloignés les autres militants du syndicat, même les plus investis. Par ailleurs, au regard de sa socialisation syndicale et militante, on comprend toute l’importance qu’il accorde aujourd’hui à maintenir des principes syndicaux ordonnés autour d’une dimension agonistique et l’intérêt qu’il porte à certaines causes, notamment la lutte contre le racisme et l’extrême droite.

1.2. Un travail de politisation de l’action syndicale qui demeure fragile

9La politisation du travail syndical opérée par Paul repose sur deux aspects. D’abord, il s’efforce d’approcher des situations de travail conflictuelles, individuelles ou collectives, par la montée en généralité afin de remettre en cause plus largement l’organisation du travail, la direction ou bien les différentes réformes hospitalières. Ensuite, Paul insiste pour que l’action syndicale se déploie en dehors du seul lieu de travail – ce qu’on comprend d’autant mieux que lui-même exerce des responsabilités en dehors de l’établissement. Les prétentions accordées au périmètre syndical empiètent ainsi sur des enjeux relevant du mouvement social et du champ politique témoignant d’une filiation avec le « syndicalisme-révolutionnaire » – le terme est utilisé par des membres dont Paul – assimilant par-là les activités des militants de la CGT du Vinatier aux syndicats Sud (Renou, 2005). La scène qui suit témoigne de l’intérêt qu’a Paul à investir d’autres terrains depuis la sphère syndicale. Comme à chaque fois, c’est lui qui introduit les échanges de la réunion mensuelle de la Commission exécutive (CE), la direction du syndicat, qui regroupe une quinzaine de militants.

Paul s’efforce de caractériser la période politique actuelle qu’il qualifie de « complexe ». Avec les campagnes électorales qui s’ouvrent, municipales et régionales, les militants du syndicat, mais aussi les salariés, vont se retrouver « au milieu de tout ça ». Il dénonce l’Europe actuelle comme étant l’Europe du capital à l’opposé d’une Europe des travailleurs, perspective que doit défendre le syndicat. Dans cette période difficile, les électeurs se retranchent derrière le vote FN qui constitue une menace sérieuse. Ce thème revient souvent dans les discussions entre les militants. Paul assure qu’il faut avoir « peur de leur score ».
(Réunion de la Commission exécutive du syndicat, le 9 janvier 2014)

10Cette prise de parole de Paul et ce qu’elle suppose en termes de préoccupations militantes, si elle suscite des discussions entre les membres de la Commission exécutive (CE), ne rencontre toutefois pas un écho plein et entier chez tous les militants, même chez ceux qui sont très investis dans la vie du syndicat. C’est le cas de Sylvie, infirmière de nuit, élue au CHSCT, qui se sent en décalage avec les propos que Paul avance dans ces réunions.

Je me dis des fois quand on se… La dernière CE j’ai eu l’impression qu’on avait fait du bon boulot parce qu’on avait parlé de notre travail [dans les services]. Parce que des fois y a des CE, je m’emmerde parce qu’on va parler… où Paul il part trop dans la politique, euh il nous fait un résumé de la situation. Moi je suis un peu larguée. Mais la dernière CE, j’ai trouvé qu’on avait avancé dans notre travail.
(Sylvie, infirmière, membre du CHSCT, entretien réalisé le 26 février 2016)

11Le déploiement de ces pratiques syndicales et leur diffusion au sein d’un collectif militant, dont beaucoup de membres n’ont pas été socialisés à l’engagement au même titre que Paul, ne vont donc pas de soi.

2. Assurer la continuité organisationnelle : un travail permanent au résultat incertain

12Pour assurer la continuité militante du syndicat, Paul intervient dans la sélection des militants qu’il juge les plus aptes à endosser un rôle de représentant, en même temps qu’il les épaule dans leur prise de mandat et de responsabilités lorsqu’ils éprouvent des difficultés. Ce phénomène n’est pas sans rencontrer d’écueils notamment auprès de militants moins enclins à s’approprier ce genre de discours et pratiques.

2.1. Produire et épauler de nouveaux responsables syndicaux

  • 12 La Commission médicale d’établissement est l’instance de représentation des médecins en charge de (...)

13À côté de la diffusion d’un discours syndical politisé dont l’appropriation par les différents militants demeure ambivalente, Paul assure un travail de promotion de nombreux militants à des postes de représentants dans les différentes instances de représentation du personnel (IRP). Il constitue aux yeux de ces militants moins expérimentés une ressource au regard des savoirs qu’il détient. Paul incite les nouveaux militants qui témoignent d’un intérêt pour les enjeux porté par le syndicat à s’investir davantage au travers de la prise de mandat. Pour les militants les plus disposés à s’approprier un ensemble de pratiques agonistiques au regard de leur trajectoire et des expériences militantes qu’ils ont connues par ailleurs (mobilisations étudiantes, socialisation dans le catholicisme social, politisation familiale, etc.), ces invitations aboutissent le plus souvent à endosser un mandat. D’autant qu’ils peuvent trouver par la suite en la figure du secrétaire un moyen de se réassurer dans leur travail de représentation et de surmonter les craintes éventuelles qu’ils exprimaient au préalable. Cette configuration correspond pleinement au parcours de Chloé dans la CGT. Infirmière âgée d’une trentaine d’années, elle répond positivement à la demande de Paul qui l’incite à prendre un mandat à la CME12, aussi parce que les discours de Paul font écho à ses appétences militantes. Sensibilisée par ses parents au rejet des injustices, vivant avec une personne investie dans le monde militant, elle connaît une expérience déçue à FO avant de rejoindre la CGT sur les conseils d’une collègue de travail. Comme de nombreuses militantes, Chloé exprime d’abord un sentiment d’illégitimité à endosser un mandat du fait notamment de sa crainte de parler en public (Buscatto, 2009). Chloé est pourtant réassurée par les propos de Paul à son égard qui l’encourage fortement.

Paul m’a demandé. Alors, ça c’est un peu moi avec mes petites notions tout ça, pas très tranquille de parler en public et puis Paul qui vient me voir et qui me dit « bah si Chloé tu vas à la CME, si je te sens capable ». Et là tu dis « mais t’as fumé la mèche Paul ou tout va bien ?! » Et il a insisté quelques mois et puis je me suis dit allez j’y vais quoi, je vais faire de mon mieux. Euh ben c’était compliqué.
(Chloé, infirmière, élue à la CME, entretien réalisé le 3 juin 2015)

14Peu expérimentée, Chloé est soutenue par Paul dans l’exercice de son mandat qui prépare notamment les réunions avec elle. Ce ne sont pas tant les aspects rédactionnels et techniques de la détention d’un mandat qui sont craints par Chloé – elle est passée par l’université – que le souci de bien porter la parole du syndicat devant le corps médical et la direction de l’établissement.

Déjà je recevais l’ordre du jour de la CME avec Paul on discutait s’il y avait des points particuliers qui allaient être abordés à la CME tout ça. Euh il me disait « bah là ce serait bien que tu touches un mot, que tu dises un peu ça ». Il essayait un peu de me briffer.

15Ce soutien déployé par le secrétaire général à l’égard de militant.es peu expérimenté.es qui trouve en sa personne une ressource pour poursuivre leur mandat ne fonctionne néanmoins pas toujours. Le cas d’Élodie, psychologue clinicienne, née en 1982, est de ce point de vue symptomatique. Étrangère à l’univers militant, elle se syndique à la CGT dans un contexte de forte restructuration de son service notamment du fait de la relation de proximité qu’elle entretient dans le travail avec Nathalie, assistante sociale, qui milite activement à la CGT. Quelques mois après sa prise de carte, Paul lui propose un mandat à la commission de la crèche de l’hôpital où siègent des représentants syndicaux et de la direction pour décider notamment de l’attribution des places aux enfants des personnels. Alors que la militante de la CGT en poste part en congé maternité, Élodie est bien décidée à la remplacer pour « rendre service » mais aussi pour s’investir davantage dans la vie syndicale. En effet, elle a trouvé dans le collectif militant au moment de la restructuration de son service un sas de décompression qu’elle apprécie tout particulièrement où elle pouvait exprimer librement ses craintes sur l’exercice de son activité professionnelle. Au cours de l’entretien, elle insiste longuement sur les liens de sociabilités et d’accueil chaleureux qu’elle trouve auprès des autres militants. En dépit de cette reconnaissance, elle abandonne après quelques mois son mandat à la crèche, estimant qu’il existe un trop grand décalage entre ce qu’elle fait de son mandat et les attentes portées par les dirigeants de la CGT. Elle pointe de son côté son accord avec le représentant de FO, alors que cette organisation constitue le principal concurrent de la CGT dont les pratiques sont très critiquées. De même, elle dit trouver des éléments intéressants dans le discours de la direction qui avance des arguments « logiques, entendables, pensés », ce qui ne correspond pas au travail de dénonciation et de caractérisation opéré par les cadres du syndicat, dont les multiples prises de parole de Paul témoignent. Les deux extraits d’entretiens ci-dessous illustrent avec force comment se conjuguent dans le cas d’Élodie les effets d’attributs de genre féminin qui justifient un rejet de l’ethos agonistique valorisé par le collectif militant et le décalage qu’elle exprime avec les pratiques de mobilisation – ici spécifiquement dans le cadre du mouvement contre la Loi Travail auquel participent activement les membres de la CGT du Vinatier.

Enfin moi ça c’est pas, et puis moi ce que j’ai dit à Paul quand… dans la longue conversation avec lui, c’est que du coup je crois que c’est pas mon truc de défendre des situations, euh de monter au créneau, j’ai pas du tout une personnalité euh qui fait que, c’est pas un exercice que j’aime en plus. Donc je suis pas compétente là-dedans. Je suis compétente pour plein d’autres choses, mais pas pour ça. Euh et surtout pas toute seule, parce que c’est pas mon truc. Donc euh du coup euh je sais écouter, je sais conseiller, je pense. Ça ce sont des choses que je peux faire, mais par contre effectivement, monter au créneau, défendre des situations euh face à une équipe de direction ou quoi que ce soit, c’est pas mon créneau.
Je pense avoir une conception beaucoup plus modérée que l’ensemble des collègues syndiqués à la CGT et que la… et beaucoup plus modérée que la parole de la CGT en général sur l’hôpital. Je partage quand même une majorité de valeurs euh du coup de solidarité, d’entraide, de partage euh de défendre euh ben voilà, de défendre la qualité du soin, la qualité du travail, euh les conditions de travail, alors ça c’est des choses qui me parlent. Après c’est au niveau politique et plus national, plus général du coup-là je partage plus. Je partage plus alors là ce qui se passe à l’heure actuelle dans le pays. Là je partage pas.
(Élodie, psychologue clinicienne, entretien réalisé le 13 juin 2016)

16Le cas d’Élodie montre que Paul n’est pas en mesure de convaincre systématiquement de nouveaux syndiqués à embrasser une carrière syndicale, témoignant des écueils sur lesquels son travail de secrétaire peut buter. On voit ici poindre les effets d’une différenciation des appétences militantes valorisées par le collectif militant et les dispositions d’une jeune syndiquée moins encline à s’approprier ces modalités de l’action syndicale, aboutissant à une forme de mésentente sur les modalités et les finalités de l’engagement. Le cas d’Élodie est caractéristique du rapport des jeunes générations au syndicalisme, préoccupées avant tout par des enjeux immédiats sur leur travail (Béroud & al., 2019 ; Denis & Thibault, 2014). Ainsi, la dimension agonistique du syndicalisme que défend Paul, au travers de la grève notamment, ne va pas de soi pour tous les militants.

2.2. Transmettre des principes de luttes

17Le recours à la grève constitue un aspect structurant du répertoire d’action collective mis en œuvre par les militants CGT du Vinatier. À ce titre, Paul en défend son usage régulièrement. La formation syndicale constitue de ce point de vue un espace particulièrement propice pour partager avec de nouveaux militants cette technique contestataire (Giraud, 2014).

Le secrétaire adjoint qui est le formateur principal expose le principe de la grève générale chez les syndicalistes cégétistes du début du xxe siècle. Paul intervient pour évoquer le principe de la grève aujourd’hui : si on peut avoir des « idées modernes » [il ne précise pas lesquelles], elle [la grève] « reste le meilleur moyen » de satisfaire les revendications. Il reconnaît que la grève générale fait aujourd’hui débat dans la CGT, pour lui ce « ne sont pas que des mots, mais une volonté politique » de la mettre en œuvre, traduisant sans l’expliciter des luttes de prises de position dans la CGT. […] Alors qu’est abordée la période du Front populaire, Paul intervient pour préciser une idée récurrente au cours de la formation : ce sont les grèves qui ont fait avancer les revendications sociales. Ce constat sera d’ailleurs un des bilans de la journée, dont l’engagement syndical actuel doit se nourrir. Il insiste pour présenter cette technique de mobilisation comme un moyen de conquérir des avancées sociales dont « on ne peut imaginer la portée ».
(Journée de formation pour les nouveaux syndiqués au local syndical, le 6 juin 2013)

  • 13 Sur cet aspect important pour saisir l’engagement de ces militants je renvoie au chapitre 6 de ma (...)

18En dépit des efforts fournis par Paul pour transmettre cette pratique syndicale et la signification qu’il lui accorde, force est de constater que l’appropriation qu’en font les militants demeure limitée. Par exemple, lors d’un échange en réunion, Paul doit argumenter face à un soignant syndiqué CGT, qui exprime sa réticence à faire grève. Ce jeune infirmier, qui avait pourtant pris sa carte à la suite d’un conflit gréviste aux urgences où il travaillait alors, exprime le coût que représente pour lui le fait de ne pas assurer les ateliers thérapeutiques qu’il anime dans un Centre médico-thérapeutique. Ce sentiment d’« abandonner » les patients, souvent en situation de précarité ou de dépendance, est souvent exprimé par les infirmiers et les travailleurs sociaux qui pensent la sphère du travail et les pratiques professionnelles comme un terrain d’engagement (Champy & Israël, 2009), témoignant plus largement de la façon dont le travail du care peut entrer en tension avec l’engagement syndical (Meuret-Campfort, 2014)13.

19Paul doit ainsi savoir dépasser les réticences de certains syndiqués ou personnels et redoubler d’effort pour imposer son point de vue. Justement au cours d’une rencontre avec de jeunes soignants d’un établissement hospitalier privé à but non lucratif, Paul s’attache à transmettre ses conceptions de l’action syndicale tout en devant faire face à l’inexpérience de ces jeunes soignants et aux résistances de certains membres de l’équipe. L’objectif de la discussion est de trouver une forme de mobilisation pour faire entendre la revendication de l’équipe : le maintien d’un poste menacé de suppression par la direction.

  • 14 Il s’agit de l’Agence régionale de santé, la tutelle des établissements hospitaliers.
  • 15 Le matin même une action de la CGT santé Rhône-Alpes s’était tenue devant les locaux de l’ARS dans (...)

Léa qui est infirmière dans ce service, Paul et Coralie, la déléguée du personnel CGT de l’établissement, se mettent rapidement d’accord sur la nécessité d’un tract, siglé CGT, pour permettre une expression des membres du service à l’échelle de l’hôpital. Paul insiste sur le fait que des problèmes confinés à une équipe qui sortent du service inquiètent d’autant plus les directions. Il évoque son habitude de distribuer les tracts au portail pour rencontrer les agents, ce qui semble plutôt faire accord, puisque Léa et Coralie n’ont pas l’air en phase avec la pratique de la CFDT de leur établissement qui passe dans les services et laisse un tract sur la table de la salle de repos. Léa demande quel peut bien être l’objectif du tract au-delà de l’information et s’il faut ou non appeler à une action spécifique. Paul soumet l’idée de l’organisation d’une AG sur l’établissement ce qui permet, dit-il, de réunir des personnels différents au-delà du service. Léa semble convaincue mais Paul tempère ses ardeurs et la prévient qu’il est difficile de mobiliser du monde et que l’organisation d’une AG ne signifie pas forcément une participation importante. À la suite des remarques d’un infirmier, peu convaincu des modalités de la mobilisation, qui se dit « plutôt CFDT », Paul lui rétorque que les directions ou l’ARS14 ne comprennent pas ce que réclament les syndicats sauf quand il y a des milliers de personnes mobilisées. Il lui raconte alors l’action du jour à l’ARS15. Après quelques échanges sur la date la plus judicieuse de la tenue de l’AG, Paul propose d’attendre les réactions de la direction jusqu’à septembre. Si les réponses ne sont toujours pas satisfaisantes et après avoir évalué l’ambiance dans le service, il soumet l’idée d’une grève hebdomadaire de 2 heures, racontant brièvement qu’en 2006 la crèche du Vinatier a connu une grève longue sans que cela ne soit vraiment une évidence au préalable.
(Observation du 20 juin 2016)

20Face à ces soignants majoritairement plus jeunes que lui, Paul est préoccupé par la réussite de l’action mais n’oublie pas pour autant les enjeux de construction de la CGT à plus long terme – il évoque dans la discussion la perspective des élections professionnelles à venir et l’intérêt de monter une liste CGT. Il est confronté à des agents entretenant des rapports différenciés à l’univers syndical et à l’action collective. Léa ou Coralie n’expriment pas de désaccords avec les propositions formulées par Paul, à l’inverse d’autres intervenants, plus éloignés de son ethos agonistique et moins familiers des pratiques contestataires. Paul doit donc osciller entre tempérer les espoirs des plus militantes (il n’y a pas toujours du monde aux AG) et argumenter auprès des autres de la justesse de ses propositions (la mobilisation pour satisfaire les revendications). Dans les deux cas, il tire profit de ses ressources militantes, notamment de son expérience dans laquelle il puise des exemples concrets qui font office d’arguments d’autorité contre lesquels ceux qui l’écoutent n’ont guère les moyens de répondre (Ethuin & Nonjon, 2005). Ce travail répété de justification auprès des salariés et des syndiqués apparaît toutefois coûteux et participe à fragiliser la façon dont Paul entend continuer à endosser son mandat.

3. Quitter son mandat : les enjeux d’une succession

21Occupant le poste depuis 1993, la succession de Paul constitue un enjeu en filigrane dans les échanges militants tout au long de l’enquête, y compris pour le principal intéressé. Finalement, c’est en octobre 2016 au cours d’une réunion de la Commission exécutive (la direction du syndicat) que Paul officialise la fin de son mandat à compter du prochain congrès du syndicat qui doit se tenir quelques moins plus tard en mai 2017. Cette réunion est également l’occasion pour Nicolas, jeune infirmier, de se porter candidat à la succession. L’examen de ce passage de relais donne à comprendre les conditions pratiques de la transmission d’une fonction de porte-parole, mais également la « culture » syndicale et militante qui l’enrobe. Ainsi, l’enjeu n’est pas tant de trouver un successeur que de trouver le bon successeur.

  • 16 Fréquemment les militants les plus politisés du syndicat pointent les effets du contexte politique (...)
  • 17 Ce n’est pas tant le nombre de syndiqués qui affecte Paul que le fait de trouver des syndiqués int (...)

22Comme à chaque fois, Paul introduit les réunions de la Commission exécutive, mais cette fois-ci il tire à grands traits le bilan de son mandat et les difficultés qu’il a rencontrées, qui semblent justifier d’autant plus sa décision de le rendre : « je sens qu’il faut que j’arrête ». Paul pointe avec fierté ce qu’il conçoit comme les réussites de sa mandature de secrétaire. Il insiste sur la chance qu’a la CGT du Vinatier d’être resté un syndicat de « militants », qu’il oppose aux « administratifs ». Il pointe en fait le risque de l’institutionnalisation, crainte récurrente pour de nombreux militants qui prônent en opposition un syndicalisme de lutte et de terrain, semblable à d’autres espaces dans la CGT (Biaggi, 2009 ; Mischi, 2016). À ses yeux, il a également réussi à maintenir un syndicalisme « politique », un profil « anarcho-syndicaliste » dit-il, et à « maintenir des idées » de luttes et de changements de société en dépit d’un « contexte difficile » et de la montée des idées réactionnaires et du racisme16. Il insiste notamment sur l’importance selon lui de renforcer encore davantage la lutte contre l’extrême droite qu’il pense même être un moteur potentiel de mobilisation des personnels dans l’établissement. Mais à côté de ses réussites et de ses espoirs qui condensent la conception politisée de l’action syndicale défendue par Paul, celui-ci pointe également le coût moral généré par l’occupation de sa fonction et qui pèse sur sa personne. Il dit être « gavé » et « avoir l’impression de mendier » pour faire participer les syndiqués et les personnels aux activités militantes. Il semble en fait regretter un temps révolu de « ce qu’a été le syndicat et ce qu’il est dans la situation [présente] », déplorant les difficultés à mobiliser les personnels et à former de nouveaux militants17. Les expressions de son exaspération marquent en quelque sorte la déprise du rôle de leader qui permet à Paul de se défaire des exigences qui ont encadré sa fonction de secrétaire et d’exprimer ce qu’il ressent intimement sur son engagement.

23En dépit de ce constat mitigé, Paul affirme « être content que Nicolas soit candidat », notamment pour la « philosophie » qu’il défend. En effet, jeune infirmier d’une trentaine d’années, arrivé au Vinatier en 2005, dans son discours de candidature il promeut la défense « des idées anarcho-syndicalistes », d’un « syndicalisme de combat, un syndicalisme de classe » et valorise la pensée collective des militants. Nicolas inscrit ainsi son mandat dans un cadre relativement proche de celui de Paul qu’il présente devant l’ensemble des participants au congrès après son élection.

Alors que les membres de la nouvelle Commission exécutive (CE) fraîchement élus se réunissent dans le bureau de l’accueil du syndicat qui juxtapose la grande salle de réunion pour élire le nouveau secrétaire, je me faufile parmi eux. Dans la grande salle, là où le congrès s’est déroulé, les congressistes qui ne sont pas à la CE sont restés à côté, la porte fermée séparant les deux assemblées. La rencontre se déroule à huis clos, ce qui en surprend plus d’un et ne dure que quelques minutes, le temps pour Paul d’introduire le vote par un discours très succinct. Il se félicite de la tenue du congrès, qu’il estime s’être bien passé, malgré les craintes initiales dont il fait part : la veille, une grande partie du débat avait porté sur le vote du second tour et le choix entre les deux candidats [à la présidentielle de 2017], ce qui a donné lieu à de vifs débats dans la CGT, y compris au Vinatier] […] Il salue ensuite Nicolas et le félicite pour son élection au poste de secrétaire général. Les membres de la CE procèdent ensuite au vote à l’unanimité du nouveau secrétaire, avant d’applaudir chaleureusement. Le nouvel élu les remercie et prévient qu’il avait préparé un discours qu’il préférerait lire devant l’ensemble du congrès, ce qui est entendu. Tout le monde rejoint alors la grande salle. Paul et Nicolas sont tous les deux à la tribune. Après l’annonce officielle de son élection, une nouvelle salve d’applaudissements survient puis Nicolas entame son discours. Ému – il le dit lui-même – il remercie le syndicat de l’avoir choisi et il rappelle que derrière un secrétaire il y a toujours un collectif. Il reprend ensuite les grands points abordés tout au long du congrès : l’austérité, la lutte des classes, la mobilisation, la force collective, etc., finissant sur une note d’espoir et d’appel à la lutte, très rapidement dans les prochaines semaines, dès le 29 mai pour la pédopsychiatrie [engagée alors dans un conflit].
(Observation du 19e Congrès de la CGT du Vinatier, 11 et 12 mai 2017)

24Tout comme Paul, Nicolas connaît de nombreuses expériences militantes préalablement à son engagement à la CGT qui le familiarise avec des pratiques agonistiques. Engagé un temps à Ras l’Front lorsqu’il était lycéen, il prend sa carte à la Confédération nationale du Travail (CNT), syndicat se réclamant du syndicalisme révolutionnaire, lors de ses études d’infirmier au début des années 2000. Seul syndiqué de cette organisation dans l’hôpital, il la quitte finalement en 2008 pour rejoindre la CGT avec laquelle, dit-il, il partage un discours « lutte de classe ». Parallèlement, il est engagé politiquement dans une organisation libertaire. La continuité qu’incarne Nicolas avec Paul n’est toutefois que partielle. En effet, à la différence de son prédécesseur, Nicolas, en tant qu’infirmier, est issu des catégories diplômées de l’établissement devenues largement dominantes au détriment des catégories subalternes invisibilisées (Monjaret, 2019). Cette division entre les cols blancs et les cols bleus se traduit donc par extension dans la construction de la représentation syndicale au travers du remplacement au poste de secrétaire d’un ouvrier en fin de carrière par un jeune infirmier. Si cette succession traduit la capacité du collectif militant à maintenir un syndicalisme structuré par des principes politisés et agonistiques, il n’en demeure pas moins que le syndicat ne résiste pas à reproduire partiellement, au travers de la figure de son secrétaire, la hiérarchie du travail hospitalier et les inégalités de position qu’elle suppose.

Conclusion

25En se focalisant sur le travail de secrétaire de syndicat pour assurer la continuité de l’organisation, cet article a mis au jour les conditions ambivalentes par lesquelles une forme syndicale est amenée à se reproduire. Tout d’abord, à la différence des « déserts syndicaux » où l’implantation syndicale et l’accès à la représentativité constituent des défis immédiats, la CGT du Vinatier s’apparente à un syndicat fortement institutionnalisé et doté de multiples ressources où l’enjeu n’est pas tant de faire des syndiqués que de produire des militants à même d’entretenir une « culture syndicale » portée par les plus anciens. De ce point de vue, on voit ici les effets différenciés des socialisations politiques des militants et les dispositions qu’elles génèrent dans leur capacité à s’approprier de manière plurielle des pratiques et des principes syndicaux par ailleurs largement dévalorisés dans le champ syndical ou politique. En tant que garant de l’ordre syndical, le secrétaire s’efforce ainsi d’encadrer la prise de responsabilité de militants plus ou moins enclins à s’inscrire dans la continuité de l’organisation. Ce travail paraît relativement coûteux. Les difficultés du secrétaire pour transmettre une forme syndicale « politisée » tiennent aussi aux préoccupations des nouveaux syndiqués, dont les plus jeunes. Celles-ci portent sur les problèmes immédiats rencontrés dans le travail et le recours à l’engagement syndical pour les résoudre. Cette dimension est d’autant plus saillante dans le secteur hospitalier au regard des transformations du travail qui ont généré un fort sentiment de dégradation des conditions de la prise en charge des patients (Juven & al., 2019). Toutefois, l’enjeu du travail peut participer d’un renouvellement des stratégies de mobilisation des syndicats, ce que s’évertue de faire les militants la CGT du Vinatier en interrogeant les finalités du soin en psychiatrie et sa place dans la société à l’heure où celle-ci est restructurée de toute part et cela sans abandonner les visées politiques de l’action syndicale.

Haut de page

Bibliographie

Alfandari François (2018), Produire un syndicalisme « politique ». La CGT dans un hôpital psychiatrique de 1968 à nos jours, Thèse pour le doctorat de science politique, Université Lumière Lyon 2.

Béroud Sophie, Dupuy Camille, Kahmann Marcus & Yon Karel (2019), « Jeunes et engagement au travail. Une génération asyndicale ? », Agora Débats/Jeunesses, no 82, 7-25.

Berthonneau Charles (2020), « “Ne pas se laisser faire” : syndicalisme et politisation pratique de fraction basse des classes populaires », Sociologie, vol. 11, 347-366.

Bethoux Elodie (2020), Le dialogue social. Sociologie d’un concept controversé, Habilitation à diriger des recherches, Conservatoire national des arts et métiers.

Biaggi Chloé (2009), « Comment former les adhérents “isolés” ? Ressorts et limites des processus de socialisation militante dans une Union locale de la CGT », dans Gassier Yolaine & Giraud Baptiste (dir.), Le travail syndical en actes. Faire adhérer, mobiliser, représenter, Villeneuve d’Ascq, Presses du Septentrion, 99-122.

Buscatto Marie (2009), « Syndicaliste en entreprise. Une activité si “masculine”… », dans Fillieule Olivier & Roux Patricia (dir.), Le sexe du militantisme, Paris, Presses de Sciences Po, 75-91.

Champy Florent & Israël Liora (2009), « Professions et engagement public », Sociétés contemporaines, 73, 7-19.

Darlington Ralph & Upchurch Martin (2012), « A reappraisal of the rank-and-file versus bureaucracy debate », Capital and class, 36/1, 77-95.

Denis Jean-Michel & Thibault Martin (2014), « Des organisations syndicales en quête de renouvellement. Trajectoires militantes et expériences syndicales de jeunes militants de l'union syndicale Solidaires », Nouvelle revue de psychosociologie, no 18, 117-131.

Doumenc Saphia (2019), « Anarcho-syndicalisme et nettoyage : l’improbable politisation de la lutte par le recours juridique », Sociologie du travail, vol. 61, no 4 [En ligne].

Duriez Bruno & Sawicki Frédéric (2003), « Réseaux de sociabilité et adhésion syndicale. Le cas de la CFDT », Politix, no63, 17-51.

Ethuin Nathalie & Nonjon Magali (2005), « Quartiers de campagne. Ethnographie des réunions publiques de la liste Martine Aubry à Lille », dans Lagroye Jacques, Lehingue Patrick, Sawicki Frédéric (dir.), Mobilisations électorales. Le cas des élections municipales de 2001¸ Paris, PUF, 171-189.

Fillieule Olivier, Béroud Sophie, Masclet Camille, Sommier Isabelle, Collectif Sombrero (2018), Changer le monde, changer sa vie, Arles, Actes Sud.

Giraud Baptiste (2014), « Un apprentissage sous tension : la formation des adhérents syndicaux du commerce à l'usage de la grève en France », Critique internationale, no 64, 47-62.

Guillaume Cécile & Pochic Sophie (2009), « La professionnalisation de l'activité syndicale : talon d'Achille de la politique de syndicalisation à la CFDT ? », Politix, no 85, 31-56.

Juven Pierre-André, Pierru Frédéric & Vincent Fanny (2019), La casse du siècle. À propos des réformes de l’hôpital public, Paris, Raisons d’agir.

Lagroye Jacques (2003), La politisation, Paris, Belin.

Lagroye Jacques & Offerle Michel (dir.) (2011), Sociologie de l’institution, Paris, Belin.

Meuret-Campfort Ève (2014), « Dire la pénibilité du travail en crèche ? Une enquête auprès d'auxiliaires de puériculture syndicalistes », Sociétés contemporaines, no 95, 81-108.

Mias Arnaud, Guillaume Cécile, Denis Jean-Michel & Bouffarrtigue Paul (2016), « Vers un “dialogue social” administré ? », Nouvelle revue du travail n°8, mis en ligne le 31 mai 2016, consulté le 14 mars 2023, http://journals.openedition.org/nrt/2560 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.2560

Mischi Julian (2010), « Gérer la distance à la “base”. Les permanents CGT d’un atelier SNCF », Sociétés contemporaines, no 84, 53-77.

Mischi Julian (2016), Le bourg et l’atelier. Sociologie du combat syndical, Marseille, Agone.

Monjaret Anne (2019), « “On vit avec les rats”. Expériences ouvrières des dessous de l’hôpital », Communications, no 105, 107-117.

Mouriaux René (1982), La CGT, Paris, le Seuil.

Penissat Étienne (2013), « A l’ombre du “dialogue social” », Agone, no 50, 7-18.

Pudal Bernard (1989), Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de Sciences Po.

Renou Gildas (2005), « Désappareiller la politique. Syndicalisme de contre-pouvoir et dévaluation du politique », dans Arnaud Lionel & Guionnet Christine (dir.), Les frontières du politique. Enquêtes sur les processus de politisation et de dépolitisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 111-144.

Rouxel Pierre (2019), Spatialités syndicales dans le capitalisme global. Une ethnographie comparée de quatre collectifs syndicaux en France et en Argentine, Thèse pour le doctorat de science politique, Université Rennes 1.

Sanson David (2022), La fin d’un monde ? Collectif ouvrier et fait gestionnaire à l’ère du capitalisme financier, Thèse pour le doctorat de sociologie, ENS de Lyon.

Siblot Yasmine (2018), « Entretenir un rapport mobilisé à sa condition sociale en milieu populaire. Engagement syndical et sociabilité parmi des ouvrières de blanchisserie », Sociétés contemporaines, no 109, 65-92.

Haut de page

Notes

1 Dans le cadre de cet article je n’ai pas la place pour revenir sur la genèse de cette forme syndicale. Pour plus d’éléments, je renvoie à la partie 2 de ma thèse, Produire un syndicalisme « politique » (Alfandari, 2018).

2 L’entretien a eu lieu le 23 juin 2014. J’ai par ailleurs eu de nombreuses et récurrentes discussions informelles avec lui. Je me suis par exemple souvent retrouvé seul au local avec lui alors que je dépouillais les archives du syndicat, conservées à cet endroit.

3 Paul a travaillé préalablement quelque temps à la Poste puis a réussi le concours d’entrée à la Ville de Lyon au même moment que celui de l’hôpital.

4 En effet, la CFDT du Vinatier est investie après mai-juin 1968 par de jeunes infirmiers d’extrême gauche.

5 Parmi les militants de cette génération, plusieurs enquêtés, y compris issus du monde catholique, ont eux aussi opté pour la CGT.

6 Dans les années 1970, la CGT récolte plus de 60 % des voix dans les services techniques, témoignant du poids de cette organisation dans le collectif ouvrier.

7 Non sans tiraillements et conflits notamment entre militants communistes et militants d’extrême gauche.

8 Entretien réalisé avec Philippe Geisler le 7 avril 2015, ancien secrétaire général de la CGT du Vinatier entre 1984 et 1993 avant de devenir le secrétaire du syndicat départemental de la santé.

9 L’équivalent d’un conseil d’administration qui exerce un contrôle général sur la marche de l’établissement. Siègent dans ce comité des membres de l’hôpital mais aussi les associations de familles de patients ou des élus municipaux.

10 Il s’agit d’une instance de concertation qui traite des questions et projets relatifs aux différents services de l’établissement. Le nombre de sièges par syndicat est déterminé par les résultats aux élections professionnelles.

11 À la fin des années 1960, les membres de la CGT du Vinatier se mobilisent sur ces questions professionnelles, avant tout contre l’ordre asilaire et pour « l’humanisation » de la psychiatrie. Plus récemment au cours de l’enquête de terrain, plusieurs initiatives témoignent de la place qu’accordent les militants de ce syndicat aux enjeux professionnels et du soin (journée d’étude, publicisation d’un travail de recherche sur le travail infirmier, etc.).

12 La Commission médicale d’établissement est l’instance de représentation des médecins en charge de la politique médicale dans laquelle siège des représentants syndicaux.

13 Sur cet aspect important pour saisir l’engagement de ces militants je renvoie au chapitre 6 de ma thèse.

14 Il s’agit de l’Agence régionale de santé, la tutelle des établissements hospitaliers.

15 Le matin même une action de la CGT santé Rhône-Alpes s’était tenue devant les locaux de l’ARS dans le centre-ville de Lyon, réunissant environ 200 personnes.

16 Fréquemment les militants les plus politisés du syndicat pointent les effets du contexte politique et social qu’ils jugent peu favorables au développement de leurs idées.

17 Ce n’est pas tant le nombre de syndiqués qui affecte Paul que le fait de trouver des syndiqués intéressés pour prendre des responsabilités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Alfandari, « Transmettre un syndicalisme politique. La CGT dans un hôpital psychiatrique public »La nouvelle revue du travail, 22 | -1, 115-130.

Référence électronique

François Alfandari, « Transmettre un syndicalisme politique. La CGT dans un hôpital psychiatrique public »La nouvelle revue du travail [En ligne], 22 | 2023, mis en ligne le 11 avril 2023, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/nrt/13775 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.13775

Haut de page

Auteur

François Alfandari

École normale supérieure de Lyon, Triangle, UMR CNRS 5206

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search