Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22VariaDe Lip à Michelin, le contraste d...

Varia

De Lip à Michelin, le contraste de deux récits ouvriers

From Lip to Michelin, two contrasting workers’ stories
De Lip a Michelin, dos relatos de obreros contrastados
Guillaume Gourgues
p. 149-160

Résumés

La lecture croisée de deux ouvrages rédigés par d’anciens ouvriers de l’industrie, Lip et Michelin, et publiés au même moment, révèle l’extraordinaire contraste entre deux expériences de l’ordre industriel (Charles Piaget, On fabrique on vend on se paie. Lip 73, Syllepses, 2021 et Jean-Michel Frixon, Michelin, matricule F276710, Nombre 7, 2021). L’épopée des Lip et la victoire contre les licenciements économiques de 1973 tranche avec le récit d’un parcours d’ouvrier chez Michelin, profondément marqué par la solitude, la violence managériale et le paternalisme. En circulant d’un ouvrage à l’autre, on comprend toutefois qu’ils sont liés par une même énigme plus que jamais d’actualité : comment faire exister une appartenance et une action collective au travail ? En ce sens, ces deux ouvrages peuvent nourrir les débats sur les formes contemporaines d’action collective au travail.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est notamment ce qu’indique l’appel à communication du prochain colloque consacré à la lutte des (...)
  • 2 De ce point de vue, l’histoire du conflit offerte par Donald Reid (2020) permet de circuler dans t (...)
  • 3 Pour une lutte inspirée de Lip, mais faisant figure d’exception locale et nationale, voir Yon, 202 (...)

1En 2023, la commémoration des 50 ans de la lutte emblématique des ouvrières et ouvriers franc-comtois de l’usine horlogère de Lip donne lieu à d’inévitables redécouvertes des nombreux écrits militants et académiques sur le conflit. Car ces écrits ne manquent pas1. Le récit de l’aventure des Lip marque encore l’imaginaire des luttes sociales et se trouve régulièrement réactivé par les générations militantes successives. On lit aujourd’hui avec toujours autant d’appétit les propos des figures historiques des Lip (Charles Piaget, Monique Piton, Fatima Demougeot, Raymon Burgy, Roland Vittot, Jean Raguenès) et on tend aussi l’oreille aux voix de celles et ceux qui, bien que moins exposé.e.s, veulent faire entendre leur version de l’histoire, plus triste et moins romanesque2. Car au-delà de la fresque et du mythe, Lip est bien un drame économique : celui d’une usine dont la viabilité a été défendue par une lutte collective, empêchant temporairement les licenciements prévus, puis balayée par un revirement des repreneurs et de l’État (Gourgues & Neuschwander, 2018). Certes, les luttes comme celles de Lip ont eu du mal à se reproduire après la fin des années 19703. Mais ses caractéristiques ont bel et bien marqué l’imaginaire des luttes sociales : force du collectif ouvrier animé, mais pas contrôlé par des syndicats dynamiques, refus de la fatalité des licenciements économiques, de l’arbitraire patronal et actionnarial qui définit seul les conditions de vie ou de mort de l’appareil productif, dénonciation d’un changement de posture de l’État qui abandonne le combat contre les licenciements et le chômage.

2Mais les Lip ne sont pas les seuls ouvriers, tant s’en faut, à faire entendre leur voix et prendre la plume pour se raconter. Loin de l’épopée bisontine et de sa victoire, aussi mémorable qu’éphémère, des ouvriers continuent d’écrire pour raconter leur vie, souvent à la première personne du singulier. Certains, comme le regretté Joseph Ponthus (2019), mettent à profit leurs études supérieures et leur talent d’écrivain pour disséquer l’expérience ouvrière contemporaine qu’ils découvrent sans l’avoir prévu. D’autres, n’ayant connu que l’usine et les postes d’ouvriers spécialisés, s’emploient aussi à restituer les épreuves successives d’une vie professionnelle marquée par l’ordre industriel, et ce malgré la désindustrialisation.

  • 4 Citons notamment le projet de recherche en cours « La théorie politique au travail. Reconceptualis (...)

3En avril 2021, deux ouvrages écrits par d’anciens ouvriers paraissent, montrant des démarches et des propos dont le contraste frappe. Le premier, signé par Charles Piaget, figure historique des Lip, et publié par les éditions Syllepses sous forme de brochure, propose une lecture militante d’une lutte collective pour l’emploi qui, malgré la défaite, veut inspirer les formes actuelles de combat social. Le second, écrit par Jean-Michel Frixon, ouvrier spécialisé chez Michelin à Clermont-Ferrand durant 43 ans, est un roman autobiographique publié par l’éditeur Nombre7 qui livre le récit personnel d’une vie d’usine. Le contraste entre les deux ouvrages, tant dans leur format – une brochure publiée par un éditeur militant et un roman autobiographique édité par une maison généraliste – que dans leur contenu permet ainsi d’explorer un thème commun : la force et la fragilité de la conscience de classe qui pousse les salarié.e.s d’une usine à se vivre et à agir en tant que groupe face à l’adversité patronale et managériale. Dans la veine des invitations récentes à explorer à nouveaux frais les écrits ouvriers4, nous proposons ici une lecture croisée de ces deux ouvrages. En circulant d’un livre à l’autre, on balance entre l’exception et la norme, la politique et la résignation, le collectif et l’individuel, donnant à voir les deux faces des vies ouvrières dont aucune ne mérite d’être occultée.

1. Lip 73, la force et le mythe du « collectif »

  • 5 Sur les négociations du plan Giraud, voir Gourgues, 2016.

4Premier ouvrage d’une collection à un prix très accessible visant une diffusion militante, nommée « Coup pour coup », l’ouvrage de Charles Piaget est très proche, sur le fond, des autres petits livres d’intervention de l’auteur (Piaget, 2012 ; Piaget & Roumier, 2022). Ces écrits n’en restent pas moins l’expression de l’analyse propre de Piaget : comme le rappelle George Ubiali (sociologue et neveu de Piaget) dans la préface, le livre est « bien de la plume de Charles, il en est l’auteur ». Nous sommes effectivement plongés très directement dans le discours du syndicaliste iconique des Lip, formé dans la gauche catholique et au PSU. Aussi, le lecteur aura besoin de se renseigner lui-même sur les détails du conflit Lip, qui sont évoqués sans être réellement détaillés – mise à part une chronologie succincte et une petite annexe sur le « plan Giraud », phase décisive de la lutte5.

5L’ouvrage n’est donc pas une histoire du conflit, ni même de Lip – il ne porte pas sur le travail des ouvrières et ouvriers de l’industrie horlogère. Il vise à restituer les grandes lignes de ce qui a rendu possible « Lip 73 », c’est-à-dire « dix mois de lutte qui débouchent sur l’embauche progressive de tous les Lip » (p. 67). Malgré le second conflit de 1976 et la défaite finale – auquel presque aucune ligne de l’ouvrage n’est consacrée – Charles Piaget se concentre sur la réussite d’une lutte collective qui parvient à éviter des licenciements économiques pourtant présentés comme inévitables. Cette dimension est centrale pour l’auteur. À plusieurs reprises, il évoque le fatalisme des confédérations syndicales et du gouvernement face aux licenciements économiques : « il n’y a pas de lutte contre cela, au mieux tenter d’obtenir des indemnités de licenciement au-dessus de la loi » fait-il dire à un interlocuteur imaginaire, « toute lutte contre la fermeture de l’entreprise est considérée comme sans espoir et donc inutile » (p. 65). Charles Piaget présente donc le combat des Lip comme le refus de cette fatalité, les conduisant d’ailleurs à refuser le compromis négocié durant plusieurs semaines avec Henri Giraud, émissaire du gouvernement, lors d’un vote historique en assemblée générale le 12 octobre 1973. Face aux 159 licenciements proposés (contre 354 dans le plan initial), les Lip disent : non, pas un seul licenciement. Ils se battront jusqu’à obtenir satisfaction, et le 11 mars 1974, l’usine ouvre de nouveau avec une promesse de réembauche pour chacun.e. L’énigme du livre est posée : comment les Lip ont-ils pu assumer une telle radicalité ?

6Charles Piaget répond à cette question par un maître mot : le « collectif ». Les Lip forment un groupe soudé, uni, démocratique et ouvert. Il s’agit donc d’expliquer les étapes, bricolées, complexes, sur le temps long, ayant rendu possible la naissance de ce collectif. Lip 73 est présenté dans l’ouvrage comme l’aboutissement d’un processus. Rien de spontané, aucun miracle « post-68 », aucune exception bisontine. Délégué du personnel dans l’entreprise depuis 1954, ayant rejoint la CFTC puis la CFDT, Piaget relate, davantage sur le ton de l’analyse globale que du témoignage personnel, la longue fabrique d’un collectif ouvrier. La première étape consiste à démolir l’image patronale. Fred Lip, patron emblématique de la firme, qui en hérite et la transforme en un entreprise ambitieuse d’envergure nationale, est présenté dans l’ouvrage comme un mauvais industriel (il rate le repositionnement face à la concurrence américaine et japonaise), magouilleur (largement à l’origine de la débâcle de 1973 conduisant aux licenciements), autoritaire, violent, cherchant en permanence à affaiblir les syndicats, très implantés dans l’usine. Pour Piaget, c’est un adversaire de classe. Mais encore faut-il en convaincre les ouvrières et ouvriers, à qui le patron fait peur ou, pire, inspire confiance :

En effet, le raisonnement dominant des salarié.e.s est le suivant : « le patron, Fred Lip, est plutôt bien. Lorsqu’il parle, il est plutôt social. Il cherche à améliorer le sort des salarié.es. Mais, il choisit mal son encadrement. Notre chef, par exemple, est un type qui n’a qu’une idée en tête, nous faire bosser toujours plus vite. C’est un sale type » (p. 33)

7Pour renverser ce discours, et rompre avec la passivité syndicale très forte de l’industrie horlogère franc-comtoise des années 1950, Piaget et ses camarades décident donc de changer… le syndicalisme. L’essentiel de l’ouvrage est consacré à cette idée : « il faut alors nous changer nous-mêmes. D’abord nous devons nous considérer comme sur un pied d’égalité. Il ne doit pas y avoir un responsable de la section nommé par le syndicat » (p. 33). L’occupation de l’usine, pendant 15 jours, en 1968 est un déclencheur : refus de l’occupation « forteresse » (Pénissat, 2020) souhaitée par les unions locales CGT et CFDT, rôle central de l’assemblée générale transformant l’usine en « une sorte d’école de la revendication concrète et de la négociation » (p. 39). Entre 1968 et 1972, les délégués syndicaux de la CFDT-Lip se vivent comme des animateurs des actions (sur le calcul des heures supplémentaires, les écarts salariaux, le chômage partiel, l’échelle mobile des salaires, la restructuration des ateliers), et non comme des leaders. Ils s’emploient à informer le plus largement possible les salarié.e.s, à les écouter et à leur donner l’occasion de s’exprimer et de débattre, à les enrôler dans la lutte (Piaget relate l’épisode célèbre d’un « serpentin » de grévistes circulant dans l’usine et parvenant à rassembler 800 salarié.e.s qui finissent par occuper l’atelier d’expédition de montres). Les actions de 1973, des débrayages à l’occupation mythique de l’usine de Palente, ne font que ramasser la mise de cet apprentissage, qui se construit d’ailleurs autant dans l’usine que dans le quartier (Gourgues & Kondratuk, 2019). Pour Piaget, le conflit de 1973 est marqué par la production d’une contre-expertise (des tracts détaillant les plans de l’actionnaire principal distribués sans relâche dans l’usine), l’apparition du Comité d’Action, structure de mobilisation souple qui déborde les syndicats, et l’exercice d’un « débat constructif » permanent. Un des traits les plus marquants de la conception du syndicalisme de Charles Piaget est d’ailleurs son attachement à la démocratie et à l’égalité :

Il faut être conscient qu’il y aura toujours le risque que des salarié.e.s soient plus actifs, entreprenants, avec une tendance à s’imposer. Il faut donc être vigilant face au risque du développement d’une tendance autoritaire. Tou.tes les salarié.e.s en lutte sont indispensables, y compris celles et ceux qui parlent peu. Tout leader, homme ou femme, est le signe d’un défaut de démocratie. Or, l’égalité, le respect de chacun est notre bien le plus précieux (p. 52)

8Cette conception, quasi libertaire, du syndicalisme, qui se défie de tout utilitarisme stratégique et valorise les effets émancipateurs de la lutte autant que son résultat, n’est pourtant pas une mince affaire. Charles Piaget expose (p. 58-60) ce que lui a coûté, à titre personnel, cette posture. Il est en effet pris dans ses propres contradictions de leader, à la fois syndicaliste, emblème, et porte-parole de la lutte des Lip, mais obsédé par le fait de n’être qu’un militant parmi d’autres. Lorsqu’il trahit les positions collectives dans la presse, en septembre 1973, l’assemblée générale lui retire provisoirement la parole, alors même qu’il défend le rôle de l’AG et du Comité d’Action contre sa fédération CFDT (la FGM) et son leader Jacques Chérèque. Le récit donne l’impression de suivre la lutte intérieure d’un « chef sans pouvoir » au sens de Pierre Clastres, se félicitant que la Société sache si bien entraver l’État lorsque cela s’avère nécessaire.

9Du petit ouvrage rédigé par Charles Piaget se dégage donc une idée à la fois simple et vertigineuse : la lutte contre la fatalité des licenciements « passe par la constitution de milliers de collectifs, réfléchissant, luttant, bâtissant cette société de demain. Lip a été un de ces collectifs » (p. 68). Une idée simple, au sens où elle trace un chemin clair pour les syndicalistes d’aujourd’hui. Une idée vertigineuse, tant l’existence même de ces collectifs semble relever d’un travail de titan, dont les conditions de possibilités historiques, sociologiques, politiques semblent éminemment fragiles, même au cœur des années 1970. Or, c’est précisément ce vertige qui constitue le cœur et l’intérêt central de l’ouvrage publié, en ce même mois d’avril 2021, par Jean-Michel Frixon, ouvrier spécialisé – contrairement à Charles Piaget, qui était agent de maîtrise – chez Michelin.

2. F276710, ou l’ombre portée du paternalisme

10Loin des analyses d’ensemble de Piaget, J.-M. Frixon livre un témoignage, sous la forme d’un roman autobiographique, dont le style est souvent (très) lourd, surchargé de métaphores, de citations grandiloquentes et de formulations maladroites. Mais la forme stylistique – en tant que roman, l’ouvrage laisse clairement à désirer et fait bien sûr pâle figure à côté des récits livrés par Joseph Pontus par exemple – donne une dimension authentique au récit. L’auteur raconte son histoire, dans les termes qu’il a choisis, et parle à la première personne. Ses carences stylistiques incarnent le fait qu’il soit d’abord et avant tout un ouvrier, qui choisit d’écrire pour raconter ce qui l’est rarement : le point de vue forgé après une vie d’usine par un ouvrier ordinaire n’ayant aucun rapport évident à l’écriture. Tout au long du livre, on évitera donc de jouer au critique littéraire, pour prendre au sérieux le fond. Car le fond donne à voir des éléments passionnants.

11Le livre retrace l’histoire d’une vie ouvrière, comme tant d’autres, encadrée par un ordre usinier souvent subi, et malgré tout domestiqué. J.-M. Frixon entre dans l’entreprise Michelin en 1977, à 17 ans, à peine diplômé du secondaire, au poste de coursier. En 43 ans, il y occupera différents emplois peu qualifiés, se formant ponctuellement au sein même de l’entreprise, jusqu’à son départ en retraite, le 22 mars 2019. Il fut tour à tour affecté aux livraisons de pneumatiques à travers la France, au montage de pneu TRX en 3/8 dans l’usine d’Estaing, à la mise en page maquette au service photocomposition de l’entreprise, au chargement/déchargement des remorques, puis devient « Opérateur Machine Contrôle Pneu » dans l’usine des Carmes (dans l’« atelier IPO »). Sa trajectoire dessine en creux les rouages implacables de la désindustrialisation qui émaille les bifurcations de carrière et les épreuves de vie de notre protagoniste. Ses mutations suivent la fermeture des services (arrêt de la production du TRX, externalisation de la photocomposition). Le matricule F276710, qui donne le nom à l’ouvrage, lui est affecté à son arrivée dans l’usine des Carmes, en 1993.

  • 6 Voir notamment les passages relatant le travail dans les ateliers (T32, IPO, A13) p. 30-35 ; 86-89 (...)

12L’ouvrage parle beaucoup de travail. Le récit égraine la réalité du travail posté, à la chaîne, de la fabrication de pneus. On y retrouve dans de nombreux passages la dureté des horaires décalés, de la chaleur des fours de cuisson des pneus, des cadences, des normes techniques de contrôle à intégrer en quelques semaines de formation6, des audits de performance. Le déménagement de l’atelier IPO dans des locaux plus sûrs et adaptés (le « bâtiment A13 ») n’y change rien. Le travail ouvrier est une épreuve de tous les instants, qui use, fatigue et abîme. Face à cette dure réalité de l’usine, J.-M. Frixon donne à voir l’extraordinaire solitude de l’ouvrier. Si l’auteur évoque sans arrêt (parfois plusieurs fois par page…) le sort des « cols bleus », n’employant presque jamais le mot d’ouvrier, ses collègues ne sont que des ombres autour de lui. Ils n’ont pas de nom, pas de portraits (à quelques très rares exceptions). On connaît seulement leurs nationalités (très nombreuses), leurs tâches et leurs défauts. Jean-Michel Frixon décrit largement sa difficulté à exister dans un quelconque collectif de travail. On le ressent notamment dans les longues pages qu’il consacre à l’alcoolisme dans les ateliers – un chapitre entier n’aborde que ce point (p. 113-118) – présenté comme une norme imposée par le groupe et un des rares moyens de survie au travail, qu’il rejette et contre laquelle il se construit par le sport. Il relate en effet, avec force de détails et à plusieurs reprises, sa découverte de la marche sportive, exercée pendant son temps libre, qui le conduira à un très haut niveau national et international jusqu’à un trophée de champion du monde vétéran en 2003. Les pages finales relatant son départ en retraite, festif et collectif, tranche alors (il exprime d’ailleurs sa surprise) avec l’impression donnée par l’ouvrage de côtoyer des ombres dans les murs de l’usine.

  • 7 Nous ignorons si les noms donnés dans l’ouvrage sont réels, ou s’il s’agit de noms d’emprunts.

13Dans son récit, l’ordre usinier est régi par une règle simple : le « col bleu », seul, ne survit qu’à la condition sine qua non d’une bienveillance des chefs, les « cols blancs ». J.-M. Frixon égraine tout au long de l’ouvrage les noms des (petit.e.s) chef.e.s d’équipe dont il a croisé la route, pour les dépeindre soit en tyrans aux petits pieds, ivres de leur autorité, soit en sages généreux et protecteurs. Les bourreaux se nomment Anne Servière7 (la « dame de fer »), Georges Laporte, tyrannique et raciste, Dominique Sartel, inhumain et méprisant avec les OS (au profit des confectionneurs-finisseurs, disposant d’une qualification plus forte) ou Christiane Béranger, une cadre ne lui disant jamais bonjour après trois ans passés dans le même service. L’auteur relate longuement la noirceur, l’incompétence et la bêtise de ces managers, les présentant comme le fléau central de sa vie d’ouvrier. Plus indirectement, il décrit également la rigidité morbide du management par les audits de performance (la mesure chronométrée de l’activité de chaque ouvrier par une jeune « technicienne organisation industrielle » sans âme), ou le ridicule de l’introduction des techniques d’« organisation responsabilisante », basée sur des réunions visant à construire l’esprit d’équipe grâce à des exercices collectifs moqués par les ouvriers (p. 128-132). Seul rempart face à l’absurdité et la violence, les « bons chefs » ne sont pas légion. Jacques Borel, qui l’accueille en 1993 à l’atelier IPO, et dans une moindre mesure, Christelle Janson, qui remplace l’horrible M. Sartel, en sont les figures principales. C’est J. Borel qui le rassure lors de sa formation au contrôle pneumatique, tempère les ardeurs des auditeurs, prend soin de la santé des équipes et rend l’usine vivable. L’ouvrage peut être lu, d’ailleurs, comme un hommage appuyé et sincère à cet homme.

14La solitude face à l’arbitraire du pouvoir dans l’usine s’exprime pleinement dans le passage le plus saisissant de l’o vrage : le licenciement avorté de l’auteur en octobre 1993. Si, pour les Lip, l’annonce des licenciements active des dispositions collectives à la lutte, chez Michelin, elle prend la forme d’une mise à mort individuelle, dont l’auteur sortira anéanti. Dans les pages qu’il consacre à l’un des pires passages de son existence (p. 71-82), on vit la destruction symbolique et professionnelle des salariés par des cadres intermédiaires en quête de 185 postes à supprimer dans les services et ateliers (il est alors redevenu coursier). Reçu en tête à tête, à la suite d’autres, par un chef de service qui l’humilie (« à mon sens M. Frixon vous n’êtes qu’un inutile et un parasite. Même le personnel du service de nettoyage que je gère également possède tous le certificat d’études ou parfois l  BEPC ! », p. 74) avant de le licencier, l’auteur donne la mesure de la violence qu’il subit :

J’étais abasourdi, hébété, sidéré, médusé. Tel était le choc émotionnel que je ressentais dans ces instants précis. Au-delà du verdict prononcé, jamais je n’oublierai les mots prononcés par ce chef de service dans ce vomi de propos insultants et humiliants à la fois. Non, jamais je ne l’oublierai. En quelques secondes un cyclone d’avilissement moral me dévastait, puis m’anéantissait. Détruit et bien le mot. Je peux comprendre et admettre le licenciement, mais en aucun cas je ne peux accepter et pour qui que ce soit un tel irrespect de la personne (p. 76-77)

15Les maîtres mots demeurent cependant « comprendre et admettre le licenciement ». Car J.-M. Frixon, après être sorti sans un mot du bureau, s’être effondré en pleurs dans le couloir et avoir mesuré les conséquences terribles de son licenciement (l’avenir de ses enfants, de son couple), rentre chez lui déjeuner, et finit par regagner son poste de travail :

Ne me demandez surtout pas pourquoi j’ai repris le chemin du travail à 14 h, je n’en ai pas la moindre explication. Sans doute étais-je comme un automate… Nous étions jeudi et ma responsable me proposa si je le désirais, de terminer la semaine, ce que j’acceptais. Là non plus, je ne sais pas pourquoi à cet instant précis, j’agréais à sa proposition. Elle me dirigea alors vers un recoin du service pour classer des dossiers dont je me moquais bien. Personne ou si peu venait me parler, ne serait-ce que pour me réconforter. Je ne leur en tenais aucune rigueur ou une quelconque rancune. Qu’aurai-je fait à leur place, aurai-je mieux agi, aurai-je su trouver les meilleurs mots su tout… ? (p. 77-78)

16À la fin de la semaine, il échappe par miracle au couperet : on lui propose in extremis un reclassement dans l’atelier IPO de l’usine des Carmes, seule alternative au licenciement. Ce qu’il accepte. Une de ses collègues, salariée depuis 25 ans chez Michelin, n’aura pas cette chance. Évacuée le jour même de son entretien par des vigiles jetant ses affaires dans « grand sac plastique transparent, d’une contenance de cinquante litres, du logo de la firme », ses appels à l’aide ne trouvant qu’un « silence pesant et total dans le bureau », elle se suicidera quelques semaines plus tard. Son mari n’est autre que Jacques Borel, le chef tant aimé de l’usine des Carmes. Toujours dans l’entreprise, ce dernier confie alors à J.-M. Frixon vouloir s’expliquer avec Mme Servière, « cette femme cynique » qui n’a pas plus aidé sa femme que les autres salariés du service. Une fois encore, les cadres sont les cibles, jamais l’entreprise.

17La fin de l’ouvrage marque l’apothéose de cette logique. Pour survivre au traumatisme du licenciement, J.-M. Frixon pratique de manière intensive la marche athlétique, dans laquelle il excelle et qui redonne un sens à sa vie. Mais pour participer au championnat du monde à Porto Rico, il a besoin d’argent et se tourne évidemment vers son entreprise. Le « col bleu », inspiré par la valorisation de la réussite sportive d’un salarié au sein de l’entreprise, décide alors d’écrire à Édouard Michelin lui-même pour demander l’aide financière de l’entreprise. Refusant de passer par le service communication, arguant qu’il « vaut mieux s’adresser au Bon Dieu qu’à ses saints » (p. 169 et 170), il obtient le financement directement du grand patron. De retour, auréolé de son titre mondial, il sollicite alors un entretien avec lui, pour lui remettre son maillot et son dossard de champion du monde « mis sous cadre ». Grâce à la complicité d’une secrétaire, la rencontre a lieu le 6 novembre 2003. L’auteur consacre 13 pages (p. 174-187) à l’échange entre les deux hommes qui a lieu dans le bureau d’Édouard Michelin. Ce dernier y est présenté comme un homme simple, direct, enthousiaste et bienveillant, prenant le temps de s’intéresser à l’exploit de l’ouvrier, de lui demander une démonstration de marche athlétique dans son bureau, de placer immédiatement le maillot encadré aux côtés de deux autres cadeaux faits par d’autres ouvriers. J.-M. Frixon en tire une leçon qui ne surprend pas le lecteur : « l’extrême prévenance que cet homme prodigua à mon égard […] nombre de subalternes feraient bien de s’en inspirer afin de grandir… » (p. 186). Pas une seule fois il n’établit de lien entre le patron et son expérience traumatique du licenciement (É. Michelin est pourtant membre de la direction en 1993) ou les méthodes de management dont il a tant souffert. Trois ans plus tard, l’auteur est invité par son chef de service aux obsèques d’Édouard Michelin, mort accidentellement. Honoré de l’invitation, mais isolé au milieu d’une jet-set industrielle qu’il ne connaît pas, il appréhende le moment où il devra se démasquer. Ainsi, lorsque le directeur des usines allemandes du groupe engage la discussion, curieux de découvrir l’identité de celui qui n’a manifestement rien à faire là, J.-M. Frixon s’inquiète :

Ce qui m’importunait le plus, à tout vous dire, c’était non pas que cette personne ait l’extrême courtoisie et gentillesse de me saluer, mais de penser à l’avance, que je devrais tôt ou tard, lui expliquer mon statut et mon emploi au sein de l’entreprise me gênait considérablement (p. 193)

18Mais une nouvelle fois, l’auteur est sauvé par la bienveillance des grands chefs : le petit Édouard Michelin allemand lui proposera de s’installer à ses côtés lors de la cérémonie, lui offrant une place qu’il n’espérait pas.

  • 8 « Extension de la grève chez Michelin Les arrêts de travail à Clermont-Ferrand sont suivis par plu (...)
  • 9 « Les quatre membres de la direction d'une usine Michelin libérés par les salariés », Libération, (...)

19L’ouvrage de J.-M. Frixon incarne parfaitement l’équation posée par Charles Piaget, celle qui constituait la première cible de l’action syndicale : le rapport paternaliste au patron, qui conduit des ouvriers isolés à craindre et détester leurs petits chefs, sans jamais questionner l’entreprise elle-même, pas plus ses décisions que ses décideurs. L’ouvrage ne comporte pas une seule fois le mot « syndicat ». Il ne fait aucune mention des conflits sociaux dans l’entreprise et ses différents sites – comme la grande grève d’avril 19888, ou la séquestration des cadres de l’usine de Montceau-les-Mines en 20099 – pas plus que l’évolution du paternalisme, dont la firme est pourtant un cas d’école (Gueslin  1993 ; Cohanier & Baker, 2021), et que le récit de l’auteur incarne. Il représente l’envers presque parfait des appels au collectif de Charles Piaget, et fait figure de piqûre de  appel : construire des collectifs ouvriers implique un travail titanesque consistant à sortir, pas après pas, les ouvriers semblables à J.-M. Frixon ne vivant l’usine que dans un isolement protecteur et un rapport enchanté au patronat.

Conclusion : l’action collective au travail, un défi persistant

20La lecture croisée de deux ouvrages que tout oppose, de l’épopée d’un Lip à la vie ordinaire d’un Michelin, permet de prendre la mesure du défi que représente, en 1973 comme aujourd’hui, l’action collective au travail et l’existence même de « collectifs » au sein des usines. Elle permet de ne pas mythifier l’ordre industriel comme un terreau forcément favorable à un syndicalisme de lutte, impossible à exporter dans d’autres secteurs et d’autres statuts d’emploi. En lisant Frixon, on prend au sérieux ce que nous dit Piaget : Lip 73 n’est pas un miracle spontanéiste de l’après 68, mais un travail minutieux et permanent d’organisation collective, s’appuyant sur une conception du syndicalisme qui ne fait pas l’unanimité.

  • 10 Réalisé par Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert, Urban Distribution, décembre 2022.

21L’ampleur et la difficulté de ce travail de mobilisation continuent de marquer les mondes du travail. On citera, à titre d’exemple récent, le documentaire Il nous reste la colère10, qui retrace la lutte de la cellule CGT de l’usine Ford de Blanquefort, entre 2017 et 2020, contre l’annonce de la fermeture du site et les licenciements. On y ressent le gouffre qui sépare une poignée de syndicalistes, dont Philippe Poutou, décidés à entraver les plans de la firme, et l’écrasante majorité des 1 300 salariés qui pointe chaque matin sans se joindre aux actions, attendant le verdict de leur indemnité de licenciement et de leur reclassement. Malgré l’information, les réunions syndicales devant l’usine, les discussions animées, les actions symboliques et les manifestations, le « collectif » reste un fantôme, après lequel court un noyau dur militant, obligé de s’en remettre à la recherche d’un repreneur par l’État.

  • 11 Notons d’ailleurs que les sciences sociales alimentent plus que jamais cette réflexion et ouvrent (...)

22Cinquante ans après Lip, la refonte d’un syndicalisme de combat économique, démocratique et collectif se présente donc à la fois comme une nécessité et une gageure. Mais lire Piaget et Frixon permet simplement de réaliser qu’il n’y a rien de fondamentalement nouveau dans cette équation d’ensemble, et que ce syndicalisme n’était pas plus évident en 1973 qu’aujourd’hui. La contestation collective des décisions patronales et actionnariales n’est pas un vestige du passé ou une exception historique, mais bien le résultat d’une pratique exigeante et laborieuse du syndicalisme qui mérite encore et toujours d’être questionnée et réinventée11.

Haut de page

Bibliographie

Béroud Sophie & Thibault Martin (2021), En luttes ! Les possibles d’un syndicalisme de contestation, Paris, Raisons d’Agir.

Cohanier Bruno & Baker Charles Richard (2021), « Le paternalisme comme système de contrôle dans la durée : une approche historique du “Système Michelin” », ACCRA, vol. 12, no 3, 27-57.

Frixon Jean-Michel (2021), Michelin, matricule F276710, Nîmes, Nombre 7.

Gassier Yolaine & Giraud Baptiste (dir.) (2020), Le travail syndical en actes. Faire adhérer, mobiliser, représenter, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Gourgues Guillaume (2016), « Le débat dans la lutte. Changement et “vérité” économique dans le conflit Lip (1973) », in Lavelle Sylvain, Revel Martine & Lefebvre Rémi (dir.), Critiques du dialogue. Discussion, traduction, participation, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 245-274

Gourgues Guillaume, Kondratuk Laurent (2019), « Les Lip à Palente-Orchamps. Le quartier acteur d’une lutte ouvrière (Besançon, 1973-1974) », in Dechézelles Stéphane & Ollive Maurice (dir.), Politisation du proche. Les lieux familiers comme espaces de mobilisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 129-148.

Gourgues Guillaume & Neuschwander Claude (2018), Pourquoi ont-ils tué Lip ? De la victoire ouvrière au tournant néolibéral, Paris, Raisons d’Agir.

Gueslin Anne (dir.) (1993), Les Hommes du pneu. Les ouvriers Michelin, à Clermont-Ferrand, de 1889 à 1940, Paris, Éditions de l’Atelier.

Pénissat Étienne (2020) « Occupation de locaux », Fillieule Olivier (dir.), Dictionnaire des mouvements sociaux. 2e édition mise à jour et augmentée, Paris, Presses de Sciences Po, 416-423.

Piaget Charles (2012), La force du collectif, Montreuil, Libertalia.

Piaget Charles (2021), On fabrique on vend on se paie. Lip 73, Paris, Syllepses.

Piaget Charles & Roumier Théo, (2022), Autogestion et révolution, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant.

Ponthus Joseph (2019), À la ligne. Feuillets d'usine, Paris, Éditions de la Table ronde.

Reid Donald (2020), L'affaire Lip. 1968-1981, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Rouxel Pierre (2022), Le syndicalisme en restructurations : engagements et pratiques de délégués d'entreprises multinationales en Argentine et en France, Paris, L’Harmattan.

Yon Karel (2020), « Le syndicalisme, la retraite et les grèves », Contretemps, mis en ligne le 4 mai 2020, Consulté le 5 janvier 2023, https://www.contretemps.eu/syndicalisme-retraites-greves/

Yon Karel (2022), « Politiser le travail ou l’entreprise ? Trois registres de citoyenneté industrielle », Sociologie du travail, vol. 64, no 4, Octobre-Décembre 2022, mis en ligne le 1er décembre 2022, consulté le 6 décembre 2022, http://journals.openedition.org/sdt/42310

Haut de page

Notes

1 C’est notamment ce qu’indique l’appel à communication du prochain colloque consacré à la lutte des Lip, organisé en 2023 ; « Appel à communication : « “L’affaire LIP”, 50 ans après », https://sfhp.hypotheses.org/3780

2 De ce point de vue, l’histoire du conflit offerte par Donald Reid (2020) permet de circuler dans toutes ses dimensions, notamment après 1976 et la liquidation définitive de l’entreprise. .

3 Pour une lutte inspirée de Lip, mais faisant figure d’exception locale et nationale, voir Yon, 2022.

4 Citons notamment le projet de recherche en cours « La théorie politique au travail. Reconceptualiser l'exploitation, la démocratie et la justice à travers les écrits réflexifs de travailleurs et de travailleuses » (THEOVAIL), coordonné par Samuel Hayat, et le récent colloque « Philosophie politique et écriture du travail », tenu le 24 novembre 2022 à Paris.

5 Sur les négociations du plan Giraud, voir Gourgues, 2016.

6 Voir notamment les passages relatant le travail dans les ateliers (T32, IPO, A13) p. 30-35 ; 86-89 ; 105-110.

7 Nous ignorons si les noms donnés dans l’ouvrage sont réels, ou s’il s’agit de noms d’emprunts.

8 « Extension de la grève chez Michelin Les arrêts de travail à Clermont-Ferrand sont suivis par plus de 50 % des ouvriers », Le Monde, 23 avril 1988.

9 « Les quatre membres de la direction d'une usine Michelin libérés par les salariés », Libération, 21 juillet 2009.

10 Réalisé par Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert, Urban Distribution, décembre 2022.

11 Notons d’ailleurs que les sciences sociales alimentent plus que jamais cette réflexion et ouvrent de nouvelles perspectives, bien au-delà du monde industriel ; voir notamment Yon, 2020 ; Gassier, Giraud, 2020 ; Béroud & Thibault, 2021 ; Rouxel, 2022.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Gourgues, « De Lip à Michelin, le contraste de deux récits ouvriers »La nouvelle revue du travail, 22 | -1, 149-160.

Référence électronique

Guillaume Gourgues, « De Lip à Michelin, le contraste de deux récits ouvriers »La nouvelle revue du travail [En ligne], 22 | 2023, mis en ligne le 11 avril 2023, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/nrt/13861 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.13861

Haut de page

Auteur

Guillaume Gourgues

Université Lyon 2, Triangle

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search