Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Recensions et notes de lectureAudrey Millet, Le livre noir de l...

Recensions et notes de lecture

Audrey Millet, Le livre noir de la mode. Création, production, manipulation

Jean-Luc Metzger
p. 207-294
Référence(s) :

Audrey Millet, Le livre noir de la mode. Création, production, manipulation, Paris, Éditions Pérégrines, 2021, 280 p.

Texte intégral

1Docteure en histoire et en lettres, Audrey Millet, après avoir publié en 2002 Fabriquer le désir. Histoire de la mode de l’Antiquité à nos jours (Belin), élargit le spectre de ses recherches en s’intéressant ici à l’industrie mondialisée de l’habillement. Elle en aborde les différentes dimensions, dans une perspective internationale, depuis la culture des plantes dont sont issues les fibres textiles, jusqu’au recyclage éventuel des vêtements en passant par tous les « créateurs de désirs ». Se référant à différentes sortes de sources – académiques, militantes, journalistiques, etc. –, mobilisant des faits concernant une grande diversité de pays – États-Unis, Chine, Inde, Pakistan, Bangladesh, Turquie, Corée du Sud, certains pays d’Afrique, etc. –, cherchant à prendre en compte une large palette de domaines – stratégies financières et marketing, division internationale du travail, décisions de l’Organisation mondiale du commerce, innovations technologies, etc. – l’auteure fournit une imposante quantité d’informations, parfois largement relayées par la presse, parfois plus confidentielles. Si ce vaste panorama témoigne d’une érudition certaine et d’une connaissance pratique du secteur de l’habillement, le lecteur moins averti pourra avoir du mal à en synthétiser les apports, éprouvant ici ou là une impression de redites, voire d’apparentes contradictions.

2Ce qui donne néanmoins corps à l’ouvrage et en structure l’argumentation, c’est la visée d’historienne engagée pour rendre ce secteur plus respectueux des travailleurs, de leur santé et de l’environnement, visée qui permet à l’auteure de mettre en ordre le corpus de faits évoqués. Sans prétendre en détailler toutes les facettes, nous présentons notre lecture des analyses portant sur les transformations des métiers et sur l’asservissement des clientes, analyses qui nous paraissent particulièrement représentatives de l’ouvrage.

3Tout en étudiant les contextes contemporains du « cycle de vie des vêtements », Audrey Millet apporte en effet la profondeur que permet le recul historique pour appréhender l’ancienneté des conditions d’exploitation de la main-d’œuvre, essentiellement féminine, employée dans ce secteur. L’auteure montre comment le processus pluriséculaire de destruction des métiers et d’asservissement des travailleurs s’est étendu, de crise en crise, depuis l’esclavage dans les champs de coton, jusqu’à l’actuelle standardisation du travail des stylistes, en passant par la surveillance continue des « hôtesses de vente » dans les boutiques du xxe siècle. Quant à la fast fashion, elle prolonge cette entreprise de destruction en s’en prenant aux corps et aux esprits, car « l’industrie aux 2 000 milliards de dollars, dont les images recouvrent la planète, a un effet destructeur sur les femmes, et d’abord sur les modèles féminins rémunérés » (p. 39).

4Et si l’historienne décrit longuement les différentes formes par lesquelles se manifeste l’exploitation, un peu partout dans le monde, c’est pour rappeler combien « le respect du travail et du travailleur, sa part de créativité, son génie quotidien dans le geste, son adaptation et sa capacité d’hybridation sont essentielles » (p. 8). Ces multiples perspectives – pratique de l’histoire économique, engagement en faveur des métiers et des travailleurs, lutte contre les multiples dégradations de l’environnement naturel – lui permettent de saisir l’enjeu sous-jacent au secteur de la mode et de l’habillement. Plus précisément, note-t-elle, dès le xviie siècle et plus encore à partir du xixe, produire en grandes séries des vêtements, c’est avant tout obéir à des impératifs indépendants du souci du beau ou du perfectionnement des gestes techniques. Selon les lieux et les époques, il va s’agir de répondre aux « besoins » d’habillement d’une main-d’œuvre enrôlée dans les armées industrielles ou dans les conquêtes impériales. Puis, progressivement, l’emportent les exigences de rentabilisation croissante des capitaux.

5La mode grand public remonte aux xviie et xviiie siècle : « il fallait bien habiller les milliers d’hommes des champs de bataille ou ceux envoyés outre-mer, soldats et marins » (p. 51). Si les guerres et les dépressions économiques en infléchissent l’essor, on assiste, à partir des années 1950, à une recrudescence des ventes et à un élargissement des marchés grâce à deux phénomènes : « les femmes travaillent et dépensent leur argent après des années de privation ; l’essor de la mode destinée aux adolescents crée de nouvelles opportunités pour l’industrie, stimulée par la créativité londonienne dans les années 1960 » (p. 53).

6Pour identifier les origines de la violence qui s’exerce sur le monde du travail, il faut remonter la chaîne de production de l’aval à l’amont : la confection de masse, qu’elle soit artisanale (fin du xviie siècle) ou totalement standardisée (xxie siècle), reflète les stratégies de groupes sociaux contrôlant des flux financiers de plus en plus mobiles. Pour leurs décideurs, à toutes les étapes du cycle, il faut baisser continuellement les coûts, dans une lutte pour la conquête de nouveaux marchés.

7En effet, dès la fin du xviiie siècle, les bases de l’industrie du vêtement – et des industries connexes, chaussure, accessoires de mode, etc. – sont posées : l’innovation technique – les machines, les produits phytosanitaires, les dispositifs de gestion, etc. – n’explique qu’une partie de la rentabilité du secteur de l’habillement. Le contrôle de l’organisation du travail, la capacité à reconfigurer rapidement la division internationale du travail, etc., tous ces éléments contribuent à gérer la main-d’œuvre, fut-elle en apparence « indépendante », au plus près des intérêts des groupes financiers contrôlant chaque segment du cycle de production-distribution.

8Pour le montrer, Audrey Millet se centre sur l’étude de la filière du coton, particulièrement représentative du secteur dans son ensemble, puisque « 26 % des vêtements fabriqués dans le monde sont en coton » (p. 92). Elle décrit comment les États-Unis, l’Inde et la Chine, principaux producteurs de coton, procèdent dans leur lutte pour le leadership. Ainsi, la première place des États-Unis s’expliquerait par le recours conjoint à une très forte productivité agricole et à un fort interventionnisme public (subventions, taux d’emprunt faibles, rachat garanti de la production, etc.). Ces deux éléments permettent d’« avoir des travailleurs disponibles sur demande ; de connaître à l’avance le coût de la main-d’œuvre sans devoir proposer de salaire concurrentiel ; et d’avoir la garantie d’un travail productif » (p. 103). D’ailleurs, l’utilisation massive des engrais, pesticides et des variétés génétiquement modifiées vise avant tout à réduire le volume de la main-d’œuvre, tout en faisant entrer les producteurs dans une course folle contre la nature : les mécanismes de la sélection « naturelle » des mauvaises herbes et des insectes s’ingénient, en effet, à résister aux produits chimiques, rendant les nuisibles et les adventices de plus en invasifs au fur et à mesure que l’industrie chimique invente de nouveaux poisons.

9L’auteur s’intéresse également au secteur de l’habillement proprement dit, à ses transformations les plus récentes et à leurs « effets collatéraux ». Si ce secteur s’est transformé, c’est qu’il a dû affronter les conséquences de sa propre stratégie de baisse perpétuelle des prix – paupérisation, grèves, manifestations et émeutes. Il a, non seulement fait quelques concessions aux revendications des travailleurs, mais surtout développé les « marchés du désir […] [pour] sauver le capitalisme de ses crises » (p. 10), en s’efforçant de convertir « les populations à la consommation, nouvelle religion, et les clients en fanatiques de leur apparence » (p. 11).

10En sorte que, depuis plusieurs décennies, nous assistons au triomphe de l’achat-désir qui fait du shopping « une forme de civisme, car le consommateur, en soutenant la croissance économique, se comporte en vrai patriote » (p. 12). Mais derrière cette « réussite totale » (p. 12) de la publicité et du marketing, derrière l’industrie de la mode « la plus internationalisée du monde » (p. 15), se cachent, entre autres maux, « la destruction de l’environnement, les atteintes aux droits humains, les discriminations à l’égard de la main-d’œuvre, notamment féminine, l’exploitation des enfants, la souffrance au travail » (p. 12).

11Et c’est toute la force de l’ouvrage que de montrer, à travers les nombreux faits cités et analysés, comment tous les métiers, toutes les professions de la filière de l’habillement sont en cours de destruction, depuis les stylistes, jusqu’aux personnels des « boutiques », en passant par les ouvrières des usines textiles et celles des ateliers de couture. Ainsi l’auteure décrit avec minutie comment naissent, se diffusent et disparaissent les « tendances » qui font changer si souvent de tenues et d’habitudes. Elle nous initie à la « science de la manipulation » et démonte les mécanismes par lesquels sont produites avec tant de perfection les « illusions de création ». Elle décortique en somme ce que recouvre le terme de fast fashion ou mode rapide.

12Loin d’appartenir au registre de la création artistique – avec ses rythmes propres, son imprévisibilité –, la mode rapide n’est qu’une manière de stimuler les ventes. Pour faire acheter « des vêtements bon marché et jetables » (p. 16), elle « s’est développée autour de huit “saisons” traditionnelles : printemps, été I, été II, automne, transition automne-hiver, hiver I, hiver II et vacances » (p. 16). L’entreprise Zara, pionnière en la matière, « fournit deux nouvelles lignes par semaine à ses magasins, […] H&M reçoit de nouveaux styles quotidiennement et la société londonienne Topshop présente 400 nouveaux modèles par semaine sur son site web » (p. 19). Ce qui, selon l’auteure, permet aux détaillants de mode rapide de doubler leur marge bénéficiaire moyenne par rapport à leurs concurrents traditionnels. Et cette course aux prix bas s’obtient par l’utilisation de produits dangereux, de mauvaise qualité, sans souci des impacts environnementaux, ainsi que par l’exploitation de la force de travail et la compression des salaires.

13Pour obtenir ces rendements, certaines entreprises de la fast fashion ont introduit des boucles de rétroaction fonctionnant en permanence entre les usines, les boutiques et le siège. C’est le cas de l’entreprise espagnole La Coruña : dans les boutiques, « les employés transmettent en temps réel, sur un ordinateur de poche, des informations sur les ventes, les réactions des clients et le buzz des nouveaux styles » (p. 21). Tandis que de leur côté, les usines sont en permanence sur le pied de guerre, attendant de recevoir les ordres de production du siège. Toutefois, si, en matière de renouvellement des styles, c’est le règne du « changement perpétuel » (p. 25), en matière de volume, c’est la prudence qui domine, afin de limiter les risques d’invendus et de stocks qu’il faut brader. Ainsi, une enseigne comme Zara commence par lancer une production de 500 unités qu’elle adapte ensuite en fonction des achats effectifs.

14Un des grands intérêts du livre est de ne pas se limiter à une seule facette du processus d’enrichissement des donneurs d’ordre. L’auteure en effet s’intéresse simultanément aux conséquences de l’accélération des cycles de vente sur la production. Pour décrire l’envers du décor, elle expose le cas de l’entreprise américains Forever 21 qui a instauré un régime de surveillance permanente dans ses « usines de misère […] où le temps de travail est réglementé à la minute près. Les employés pénètrent dans l’entreprise grâce à un système d’identification par empreintes digitales et portent un badge individuel. À 10 heures et à 15 heures, une cloche sonne pour les informer de leurs dix minutes de pause. Grâce aux caméras de sécurité, la direction sait si tout le monde est à son bureau » (p. 24).

15Un autre aspect développé par l’auteure concerne les droits d’auteur sur les styles. Certaines entreprises de la fast fashion se contentent de sous-traiter la « création » de modèles à des « bureaux de style, c’est-à-dire des bureaux d’études où des créateurs et des décorateurs tentent de définir les futures modes » (p. 26), et cela parce que « payer un designer et la protection d’un dessin coûte plus cher que de déléguer la réalisation d’un dessin » (p. 26).

16Pour Audrey Millet, les responsables de cette course au changement permanent, synonyme d’obsolescence et de gaspillage de ressources non renouvelables, sont les détaillants. En effet, ce sont ces derniers qui dictent leurs goûts au client « pour qu’il sacrifie ses deniers à la dernière tendance » (p. 31). Ce à quoi s’ajoute l’industrie médiatique qui intervient alors, au travers des critiques de mode, ces journalistes spécialisés devenus de véritables « dictateurs de tendances » (p. 31), qui « aiment presque tout ce que les créateurs de mode sortent chaque saison » (p. 32). L’action des médias s’exerce également au travers de la publicité dont les coûts représentent environ 12 % du prix des produits. Quant au marketing, il se perfectionne sans cesse grâce aux apports des neurosciences : on parle alors de neuromarketing. Mention est aussi faite des influenceurs ou lanceurs de tendances, surveillés de près par les marques de la fast fashion.

17Conséquences sur les métiers : l’influence des bureaux de tendances diminue et, pour survivre, ils doivent passer d’une organisation du travail où « les prévisions débutaient environ dix-huit mois avant la vente d’un produit et où les commandes réelles étaient passées auprès des fabricants un an à l’avance », à des délais de production, « c’est-à-dire le temps écoulé entre la création et la distribution » de moins de trente jours. De plus, nous dit A. Millet, les grandes marques de la fast fashion intègrent toutes les composantes du secteur de la mode : « service de recherche, de conception, de vente, de marketing et des services financiers de grande valeur » (p. 56). Cette intégration verticale, grâce à laquelle ils possèdent une expertise unique, leur permet de dicter « leur comportement aux fabricants et aux consommateurs » (p. 56).

18L’ouvrage traite de nombreux autres aspects de l’industrie globalisée en constante reconfiguration, y compris les stratégies de communication des firmes pour accroître leur image « verte », notamment en affichant leur recours croissant à des fibres « bios » et à des tissus « recyclés », en examinant les aspects controversés de ces « solutions » – surconsommation d’eau, usages persistant de colorants polluants, etc. –, solutions d’autant moins pertinentes qu’elles ne remettent pas en cause les principes d’une production jetable aux coûts humains toujours exorbitants. En d’autres termes, si des initiatives prises par certaines marques vont dans le bon sens, « et posent des jalons pour cette mode éthique et écologique vers laquelle nous devons tendre » (p. 255), le secteur ne s’est pas vraiment émancipé de sa soumission à la fast fashion et aux exigences de rendement financier.

19Tout compte fait, au-delà de l’étude du cas de la mode et de l’industrie textile, l’ouvrage nous semble particulièrement utile pour montrer combien la compréhension des faits sociaux gagne à être envisagée dans une perspective la plus globale possible. Cette exigence nous semble d’autant plus justifiée de nos jours où les processus d’interconnexion, d’interdépendance des économiques et des sociétés, vont croissant. Peut-on analyser la réalité vécue par les travailleurs d’une entreprise donnée, d’un secteur particulier au sein d’un pays, sans prendre en compte son inscription dans les chaînes de production-diffusion mondiales, sans tenir compte des configurations passées, des stratégies des grands groupes financiers, de leur capacité à façonner les évolutions de la législation ? Peut-on s’intéresser au « travail », sans étudier les inégalités salariales, les conditions de vie hors des lieux de production ? Peut-on s’affranchir de l’étude des conséquences environnementales, sanitaires, sociales des choix industriels et de la volonté de baisser sans fin les coûts ? Si, bien sûr, chaque recherche, chaque publication ne peut, à elle seule embrasser autant de dimensions, au moins peut-elle se mesurer à l’ambition du Livre noir de la mode, qui, de notre point de vue, en constitue un modèle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Metzger, « Audrey Millet, Le livre noir de la mode. Création, production, manipulation »La nouvelle revue du travail, 22 | -1, 207-294.

Référence électronique

Jean-Luc Metzger, « Audrey Millet, Le livre noir de la mode. Création, production, manipulation »La nouvelle revue du travail [En ligne], 22 | 2023, mis en ligne le 11 avril 2023, consulté le 13 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/nrt/14190 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nrt.14190

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search