Navigation – Plan du site
Corpus – Low cost

Produire low cost

Présentation du Corpus
Marnix Dressen et Jean-Pierre Durand
Traduction(s) :
Introduction to Low Cost theory

Texte intégral

1Le terme low cost tend à envahir notre vocabulaire. Il désigne désormais tout le domaine du bon marché et du facile à mettre en œuvre. Rares sont les domaines qui y échappent. Des médias n’hésitent pas à parler de salles de sports, d’équipes de football, d’entreprises de pompes funèbres, de banques et même de fonds d’investissement low cost. Or ce Corpus voudrait montrer qu’il s’agit là d’approximations qui font fi de l’histoire et de la complexité des facteurs qui concourent à la création de biens et de services à bas coût.

2S’il n’est pas faux de dire que la notion de low cost désigne généralement un bien ou un service à prix relativement abordable pour des personnes ou des groupes à faible capital économique, il est intellectuellement plus stimulant de mettre l’accent sur des processus de production dans des univers spatio-temporels spécifiques, sans omettre bien sûr la question son positionnement sur le marché qu’ils entendent conquérir.

Définir le low cost

3Les pratiques du prix bas pour s’octroyer une part de marché ne sont guère une nouveauté. Dans les domaines de la restauration, de la parfumerie, des véhicules, dans l’immobilier ou dans l’enseignement de divers degrés, etc., l’existence d’une gamme de biens et de services aux prix étagés ne date pas d’aujourd’hui. Même sous l’Ancien Régime, période à propos de laquelle la notion de consommation est un anachronisme, il est douteux qu’il y eût des domaines dans lesquels les couches les plus dominées du tiers état aient bénéficié des mêmes produits matériels ou immatériels que la noblesse et le haut clergé. Encore aujourd’hui, dans la grande distribution ou dans telle ou telle boutique de quartier, le pain ou la poissonnerie peut être relativement bon marché sans pour autant relever du low cost. En d’autres termes, ni hier ni aujourd’hui tout ce qui n’est pas cher et même tout ce qui est bon marché ne relève pas nécessairement du low cost.

4Pour qu’on puisse légitimement parler de low cost, il convient que deux conditions au moins soient réunies : l’une est relative au processus de fabrication technique du bien ou du service et l’autre renvoie à une concurrence acérée par les prix. Pour rompre avec l’offre commerciale traditionnelle, la production low cost repose sur deux principes essentiels fortement imbriqués (Combe, 2011) :

  • la simplification radicale du bien ou du service en le réduisant à sa fonctionnalité-cœur (sans luxe, sans confort ou sans recherche esthétique) : le déplacement point à point dans le trajet aérien ou ferroviaire (avec espace et prestations réduits ou facturés en sus), la conception-fabrication d’une automobile « basique », la mise à disposition des clients de marchandises dans leur carton d’emballage, sur palettes, dans la grande distribution hard discount, par exemple ;
  • la réduction drastique du coût des intrants (matériaux et composants bon marché et réduction maximale des dépenses relatives au travail). Elle suppose le recours massif à la sous-traitance, à la baisse des coûts du travail par tous les moyens disponibles et à l’implantation des activités productives dans les pays à fiscalité attractive pour le capital.

5Ainsi, la réduction des coûts et des prix peut tout aussi bien résulter d’une intelligence dans la conception-production-distribution des biens et des services que dans la réduction des inputs : c’est bien là la difficulté et la complexité de la définition. Mais c’est du côté de la baisse des coûts du travail cristallisé dans les biens ou les services que l’effort est le plus constant à travers une diversité de modalités que l’on peut résumer ainsi :

  • la simplification du travail dans une logique taylorienne et fordienne toujours plus poussée, conduisant à une intensification du travail ;
  • la localisation ou la délocalisation des activités productives dans les pays de main d’œuvre à bas coût au sens d’espaces territoriaux réputés pour distribuer des bas salaires directs avec des protections sociales réduites ;
  • le recours intensif à des firmes sous-traitantes, bien souvent sans syndicats, rémunérant aussi faiblement que possible leur main d’œuvre (contrats de travail défavorables et précaires pour les salariés, absence d’avantages sociaux présents dans les grandes entreprises, remplacement du contrat de travail par un contrat commercial : auto-entrepreneurs et nouveau tâcheronnat dans le transport aérien ou dans l’économie des plateformes).
  • 1 Le gig est le cachet que reçoit un musicien pour la session qu’il vient de donner dans un club de (...)

6Une autre caractéristique du lowcost est sa convergence avec le modèle de l’économie des plateformes à travers, par exemple, la diffusion spectaculaire des VTC en concurrence avec les taxis ou le développement des livraisons à domicile à bicyclette par des coursiers : on assiste ici à l’invention ou à la rénovation des marchés, en particulier par une offre à bas prix et une dégradation des conditions de travail et d’emploi des travailleurs concernés (qui luttent parfois pour passer du statut d’indépendant à celui de salarié). Les prix souvent plus avantageux que propose cette gig economy1 reposent en réalité sur des conditions de travail très dégradées des salariés des entrepôts (on pense bien sûr à Amazon), mais aussi sur le « travail des clients » et sur les dépenses qu’ils engagent à domicile (Dujarier, 2008) et sur « l’éducation marchande » du consommateur (Tiffon, 2013). Dans la mesure où cette mise en ligne du travail repose aussi sur d’autres ruptures, la Nouvelle Revue du Travail a choisi de lui consacrer un Corpus spécifique dans sa prochaine livraison (automne 2018).

Des éléments de continuité

7Qui dit low cost, dit donc rupture avec un mode de production et de fixation des prix antérieurs : mais le bas coût n’implique pas la disparition d’éléments de continuité avec le stade antérieur d’organisation de la production. Ainsi, l’article de Cyrine Gardes sur le hard discount dans l’alimentaire, montre à la fois des éléments de rupture mais aussi de continuité avec la grande distribution en général. Pareillement, l’article de Séverin Muller sur la fabrication des médicaments génériques montre que cette production n’est pas la nuit et le jour avec la fabrication des médicaments princeps, mais que la logique d’intensification et de précarisation du travail qui y existe est poussée plus loin dans la fabrication des génériques. De même, les déboires de Ryanair face à ses pilotes (la compagnie a dû annuler des milliers de vols durant l’été 2017 après le départ de pilotes recrutés ailleurs avec de meilleurs salaires) ont conduit la firme à se rapprocher des syndicats pour « normaliser » – timidement – ses relations professionnelles (voir l’article de Louis-Marie Barnier et de Jean Vandewattyne).

8Autrement dit, s’il y a bien des principes de rupture dans l’économie globale du low cost, sa mise en œuvre dans les processus de fabrication des biens et des services reproduit et surtout approfondit en général les paradigmes de la lean production aujourd’hui largement répandus chez les donneurs d’ordres et leurs sous-traitants, à peu près partout sur la planète. Par exemple, l’intelligence dans la conception des produits avec moins de matière (article de Martin Krzywdzinski, Grzegorz Lechowsk et Ulrich Jürgens) parachève la révolution dans la conception des produits entamée depuis plus de vingt ans (Womack et al., 1992 ; Midler, 1994). Par ailleurs, tout ou partie des ingrédients ordinaires de la production maigre et frugale (flux tendu, travail en groupe, mobilisation subjective des salariés, dérégulation du salariat, sous-traitance, délocalisations vers les pays à bas coût de main-d’œuvre, etc.) sont ou peuvent être convoqués dans la réalisation du low cost, quoique les données chiffrées sur les modalités d’obtention de ces résultats soient terriblement absentes.

9Il convient d’examiner les situations au cas par cas. Ainsi, contrairement, au modèle fordiste dominant, le low cost peut aussi concerner la production de courtes séries avec de confortables profits via la lean production (Durand 2004 ; 2017). Plus généralement, les exemples de pratiques low cost qui viennent à l’esprit sont ceux de l’industrie automobile avec la Dacia (article de Tomasso Pardi), la Kwid (voir la recension à la fin de ce numéro de la NRT de l’ouvrage de Christophe Midler et al., 2017) ou les cas indien et chinois (article de Martin Krzywdzinski et al. déjà cité). Dans d’autres secteurs tels que le transport aérien (article de Louis-Marie Barnier et de Jean Vandewattyne), le transport ferroviaire (article de Marnix Dressen), la fabrication des médicaments génériques (article de Séverin Muller) ou les pratiques du hard discount (article de Cyrine Gardes) ce sont des révisions radicales des techniques productives des biens et des services qui sont opérées.

Les pratiques du low cost

10On l’a compris, le low cost a des effets directs sur cette institution centrale qu’est le travail : à la fois des effets directs pour les salariés des entreprises low cost, mais aussi par « contagion » puisqu’il conduit les firmes traditionnelles (maisons mères ou donneuses d’ordres) à aligner les conditions d’emploi et de travail sur les entreprises low cost qu’elles font travailler. Certes, toutes les entreprises relevant du low cost ne sont pas des filiales (dans le hard discount, on pense par exemple à Aldi ou à Lidl et dans le transport aérien à Ryanair) mais ne nous y trompons pas : ces entreprises « indépendantes » sont aussi des laboratoires où s’expérimentent des idées de nature à accroître la productivité qui inspireront les plus grosses entreprises de leur secteur respectif. En tout cas, là où il y a création de filiales low cost, un des enjeux majeurs est de savoir si tôt ou tard les salariés du donneur d’ordre ou de la maison mère ne seront pas dépouillés des protections sociales et des avantages qu’ils ont conquis. Des syndicats du personnel d’Air France ont d’ailleurs bien conscience de cette réalité et c’est la raison pour laquelle ils se sont mobilisés au moins depuis 2015 en réaction à la création de filiales à prix cassés (Transavia ou Joon). Dans la terminologie de Peter Doeringer et Michael Piore (1971), on pourrait dire que le segment primaire des entreprises et des administrations a de bonnes raisons de craindre que de proche en proche la production low cost s’impose à lui.

11Cela conduit à une multiplicité de questions : ce type d’activités, quand il n’est pas délocalisé, mobilise-t-il une main-d’œuvre typique (en terme de sexe, d’âge, d’origine nationale, de niveau de formation, etc.) par rapport aux activités ordinaires du même type ? Dans les branches, sous branches ou professions « lowcostisées », observe-t-on des types de conflits collectifs et de négociations spécifiques ?

12Enfin, le low cost risque, par capillarité, de contaminer progressivement toute la branche à laquelle il se rattache, car il constitue une source d’inspiration pour les branches connexes. Ainsi iDTGV, puis Ouigo sont présentés par la SNCF comme une réponse à Easyjet sur la ligne Paris-Marseille qui était jusque-là une des lignes les plus lucratives de la SNCF. Ouigo donne ainsi à voir la création d’une structure « à côté » dans laquelle il est plus facile d’imposer aux salariés de nouvelles règles, toujours en retrait par rapport à celles qui existent chez les concepteurs de ces nouvelles organisations, dans la maison mère. En outre, comme le montre l’article de Marnix Dressen sur la SNCF, les initiatives successives révèlent à chaque innovation low cost une dégradation supplémentaire des prestations proposées.

13Les recherches de ce Corpus montrent aussi des politiques de segmentation de la clientèle qui conduisent à une dégradation des conditions de travail et d’emploi, tant il est vrai qu’une solide hypothèse suggère une relation plus ou moins directe entre le marché des produits et le marché du travail afférent. Ce qui conduit d’ailleurs à s’interroger sur les caractéristiques des producteurs de rangs intermédiaires (dits de middlecost) dans le transport aérien de passagers par exemple (toute proportions gardées, c’est ce même phénomène de montée en gamme dans l’industrie automobile chinoise et indienne qu’analyse l’article de Martin Krzywdzinski et al.). Autrement dit, on ne peut guère s’interroger sur les pratiques du low cost sans traiter, à un moment donné, des questions relatives à la consommation et aux mobiles des choix des consommateurs. C’est ce que propose la Controverse de ce numéro avec les interventions de Franck Cochoy, Marie Plessz et Diane Rodet répondant aux questions de François Sarfati.

14Ce bouquet d’observations nourrit des questionnements relatifs à la manière dont le client de produits ou de services low cost, qui est aussi un travailleur, vit cette contradiction : en tant que consommateur, il est intéressé par une réduction des coûts (et des prix) alors qu’en tant que travailleur (salarié ou « indépendant »), il n’a guère intérêt à moyen ou à long terme à une réduction de la masse salariale et à une intensification du travail qu’impliquent souvent la baisse du prix des produits et des services. Sur ce plan, le low cost place le producteur-consommateur dans une impasse quant aux préférences qu’il pourrait avoir et aux arbitrages qu’il pourrait opérer entre différents registres de sa vie personnelle. Est-il alors excessif de parler de clivages identitaires ?

Le low cost comme facteur d’une nouvelle régulation macro-économique ?

  • 2 En même temps, le low cost ne participe-t-il pas à une dégradation de l’environnement en accroissa (...)
  • 3 Modèle que l’on pourrait qualifier de post-fordien au niveau macro-économique puisque les anciens (...)

15Le low cost conduit aussi à des questionnements relatifs aux régulations macroéconomiques. Ne contribue-t-il pas à un maintien ou même à une élévation du pouvoir d’achat pour les classes populaires dont les revenus sont mis à mal par le nouveau partage des richesses dans les pays occidentaux ? C’est en tout cas une des fonctions qui lui était assignée par le rapport Beigbeder qui voulait y voir un levier pour le pouvoir d’achat (2007). On peut aussi se demander si les produits à bas coût ne rendent pas accessibles aux classes populaires des biens et des services qui ne l’étaient guère auparavant (voyages en avion, voitures neuves, etc.)2. En ce sens, le lowcost jouerait un rôle au moins partiel de substitution à l’État keynésien dont les caisses ont été vidées (Guez, 2003). Le low cost apparaîtrait alors comme une solution pour « feutrer » les contradictions sociales, rôle délaissé par l’État qui a perdu peu à peu ses fonctions keynésiennes. Dans cette optique le low cost compenserait partiellement la réduction des coûts des prestations sociales et des services publics. Ainsi naîtrait une nouvelle régulation dans laquelle la « classe de masse » (Gaggi & Nadurzzi, 2006) se laisserait entraîner à recourir aux services et aux biens low cost (Carolan, 2015) dans l’espoir, vaille que vaille, de conserver son niveau de vie (la consommation low cost serait alors une alternative à la mobilisation collective pour l’accroissement des salaires). Dans le même mouvement, le low cost aurait alors une fonction sociale intégratrice partiellement structurée autour de la quête jamais assouvie d’objets de consommation permettant l’identification à la classe immédiatement supérieure (Gaggi & Nadurzzi, 2006). En ce sens, les offres low cost participeraient à l’émergence d’un nouveau modèle de régulation socio-économique3 reposant sur quelques principes :

  • la tendance à la baisse des revenus de la majorité des travailleurs (réduction des salaires nominaux et de la protection sociale par les États keynésiens en crise) ;
  • le maintien de la consommation par un double phénomène :
    • la réduction des coûts et des prix à travers le low cost (liée en partie à la baisse du coût du travail) ;
    • l’entretien d’un pouvoir d’achat populaire à travers une aide publique des sans-emplois financée par les classes moyennes comme complément à la consommation des travailleurs.

16Ce modèle dépressif engendre une double segmentation sociale : d’une part en renforçant les inégalités entre les bénéficiaires des revenus financiers et les travailleurs en général et, d’autre part, en creusant l’écart entre les classes moyennes qui financent l’État et les catégories sociales les plus démunies qui en reçoivent les subsides. L’équilibre social reposerait alors en grande partie sur une intégration sociale encouragée par la consommation dont le low cost représente une partie non négligeable, en complément des produits — voire des services — issus des pays à bas coût de main-d’œuvre.

17Cependant, une objection vient immédiatement à l’esprit quant à cet équilibre : à qui vendre produits et services si les revenus des classes populaires baissent à travers l’élargissement de la logique de bas coûts et de coupes nettes dans les salaires directs ou indirects ? De fait, cette compétition par les prix qui permet à quelques acteurs low cost de s’emparer et de maîtriser les nouveaux marchés (voir l’article de Patrick Dieuaide) les a suffisamment transformés pour que les travailleurs de ces secteurs puissent en bénéficier. Ainsi naîtrait une nouvelle régulation socio-économique par le bas dans laquelle les travailleurs conserveraient approximativement leur niveau de vie. Sur le plan macroéconomique, on observera que cette stratégie, grâce à l’intensification du travail et surtout grâce à la réduction de leur couverture sociale (santé et retraite en particulier), se ferait au profit des détenteurs du capital et du pouvoir dans les firmes du low cost ou à partir des plateformes numériques. Cette régulation renouerait ainsi avec de confortables profits dans l’économie réelle sans (trop) de risques de contestation sociale, eu égard aux nouveaux modes de mobilisation productive des travailleurs salariés et surtout néo-indépendants via leur isolement dans l’exécution de leurs tâches.

18On peut alors observer l’actualité sociale et politique des dernières décennies de « modernisation de l’économie » et plus particulièrement sur celle des années 2016-2018 autour des « lois Travail ». De fait, toutes les réformes accomplies visent à adapter, selon les recommandations du rapport Beigbeder (2007), le droit du travail aux exigences de la « nouvelle économie » des plateformes et du low cost. Les aventuriers du low cost du type Ryanair ou Uber auront toujours moins à craindre les condamnations des tribunaux puisque le droit prend toujours plus en compte leurs conceptions des rapports de production.

19Dans certains cas, le créneau du bien ou du service low cost est aussi le moyen qu’imaginent des nouveaux entrants pour conquérir des parts de marché (c’est par exemple le cas de certaines enseignes du hard discount). Inversement, comme le montre l’article d’ouverture de Patrick Dieuaide intitulé « Stratégies low cost et relation d’emploi », le bas coût peut constituer une stratégie de domination de chaque marché concerné et rendre difficile la pénétration des nouveaux arrivants. Ainsi, la construction de l’offre low cost par « SNCF mobilités » est aussi un moyen de tenir à distance des nouveaux opérateurs du marché du transport ferroviaire français de grande ligne (il sera en principe complètement ouvert à la concurrence en 1920) en proposant des prix si bas, qu’ils pourraient décourager de nouveaux compétiteurs potentiels.

Conclusion

20Le modèle low cost bouscule plus ou moins les façons de produire (accentuant souvent des tendances décelables dans la lean production) mais aussi les représentations des consommateurs. Il tend à transformer de larges secteurs de la population en consommateurs à la recherche permanente de la bonne affaire et du meilleur rapport qualité/prix. Il les incite dans tous les domaines à minimiser leur investissement et à maximiser son utilité, bref à se transformer en homo œconomicus. Est-il abusif d’attribuer au low cost une fonction qui évoquerait le « processus de civilisation » quant à une « transformation anthropologique » poussant certaines catégories sociales virtuoses de l’Internet ou encore faiblement dotées en capital économique à toujours chercher le meilleur rapport qualité/prix en privilégiant le facteur prix ? Dans cette hypothèse, les consommateurs qui sont aussi des travailleurs « perdent le Nord », se satisfont de produits et de services de moindre qualité mais meilleur marché alors qu’eux-mêmes, en tant que salariés, n’ont guère intérêt à une stagnation, voire à une réduction de la masse salariale, et à une dégradation des conditions d’emploi et du travail qui sont pourtant indissociables du low cost.

21Le dossier que l’on va lire montre aussi, sur un fond commun incontestable, une grande diversité de situations sur le plan des branches et entreprises concernées, dans la généalogie des initiatives, dans leurs temporalités, dans les types d’acteurs impliqués et, dans une moindre mesure, des publics ciblés.

22Est-ce à dire que l’ensemble des biens industriels et des activités de service basculeront bientôt dans la révolution des activités à bas coût ? Ce n’est rien moins que certain pour diverses raisons. La stratégie des opérateurs économiques consiste toujours à drainer tout ce qu’il est possible de pomper et cela suppose de proposer aux classes bourgeoises (clients qui disposent d’un capital économique conséquent) des biens ou des services de haut de gamme, coûteux et prestigieux ; ainsi, les experts considèrent que les vols low cost, pour ne prendre que cet exemple, ne sauraient dépasser 40 à 50 % du marché selon les segments. Symétriquement, les opérateurs économiques du low cost proposent aux classes intermédiaires et populaires des biens et des services qui contribuent à accentuer la « crise » des services publics (cas du transport aérien ou ferroviaire) ; ici la limite réside dans la solvabilité des classes populaires. Cette catégorisation sommaire se combine partiellement avec des critères générationnels et de situation spatiale (Paris se distinguant des régions).

23Sur le plan des détenteurs du capital, les stratégies low cost et la segmentation de la clientèle ne représentent qu’une des cordes à leur arc. La délocalisation du travail dans les pays à faible coût de main-d’œuvre pour des produits qui ne relèvent pas du bas de gamme n’a pas encore épuisé toutes ses potentialités. Dans les services, on pense notamment aux centres d’appels, à la conception de logiciels, aux expertises médicales sur documents, etc. Et même dans le domaine industriel, des produits hauts de gamme peuvent être réalisés à l’autre bout du monde (on pense par exemple aux Iphones), stratégies qui cohabitent avec le développement du low cost.

Haut de page

Bibliographie

Beigbeder Charles (2007), Le « low-cost » : un levier pour le pouvoir d’achat, Rapport remis par Charles Beigbeder à Luc Chatel, Secrétaire d’État chargé de la consommation et du tourisme. [En ligne] https://www.economie.gouv.fr/files/finances/presse/dossiers_de_presse/lowcost071212/lowcost.pdf

Carolan Michael (2015), Cheaponomics, Le coût élevé des produits bon marché, Paris, De Boeck.

Combe Emmanuel (2011), Le low cost, Paris, La Découverte.

Doeringer Peter, Piore Michael ([1971] 1985), International Labour Markets and Manpower Analysis, With a new introduction, New York, Armonk Heath, London, M.E. Sharpe Inc.

Dujarier Marie-Anne (2008), Le Travail du consommateur : de McDo à eBay, comment nous co-produisons ce que nous achetons ?, Paris, La Découverte.

Durand Jean-Pierre (2004), La Chaîne invisible. Travailler aujourd’hui : du flux tendu à la servitude volontaire, Paris, Le Seuil.

Durand Jean-Pierre (2017), La Fabrique de l’homme nouveau. Travailler, consommer, se taire ?, Lormont, Éditions Le Bord de l’Eau.

Gaggi Massimo et Narduzzi Edoardo (2006), La fin des classes moyennes. Ou la naissance de la société lowcost, Paris, Éditions Liana Levi.

Guex Sébastien (2003), La politique des caisses vides [État, finances publiques et mondialisation], Actes de la recherche en sciences sociales. vol. 146-147, p. 62-69.

Midler Christophe (1994), L’Auto qui n’existait pas, Paris, Interéditions.

Midler Christophe, Jullien Bernard et Lung Yannick (2017), Innover à l’envers. Repenser la stratégie et la conception dans un monde frugal, Paris, Dunod.

Tiffon Guillaume (2013), La Mise au travail du client, Paris, Economica.

Womack James P., Jones Daniel T. et Roos Jones (1992), Le Système qui va changer le monde, Dunod.

Haut de page

Notes

1 Le gig est le cachet que reçoit un musicien pour la session qu’il vient de donner dans un club de jazz : la gig economy désigne ces pratiques de rémunération des travailleurs à la tâche : paiement à la course, à la livraison, etc.

2 En même temps, le low cost ne participe-t-il pas à une dégradation de l’environnement en accroissant la consommation de certaines ressources fossiles (par exemple l’empreinte carbone du transport aérien et d’autres possibles dans l’industrie) ; mais alors comment situer le low cost dans un souci de réduction des inégalités sociales ?

3 Modèle que l’on pourrait qualifier de post-fordien au niveau macro-économique puisque les anciens compromis de répartition de la valeur entre capital et travail sont rompus. Toutefois, dans la sphère productive, ce modèle reste profondément fordien puisque le principe du flux tendu – exacerbation de la chaîne de montage de Ford (Durand, 2004) – domine toujours l’organisation de la production et du travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marnix Dressen et Jean-Pierre Durand, « Produire low cost », La nouvelle revue du travail [En ligne], 12 | 2018, mis en ligne le 01 mai 2018, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/nrt/3487 ; DOI : 10.4000/nrt.3487

Haut de page

Auteurs

Marnix Dressen

PRINTEMPS – université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Articles du même auteur

Jean-Pierre Durand

Université d’Évry Val-d’Essonne, Centre Pierre Naville (EA 2543)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals