Navigation – Plan du site
Matériaux

La fragile sécurisation d’une salariée déroutée

Les conditions de l’observation d’un entretien-conseil
Difficulties of comforting an employee when she is in distress. Conditions for observing a counselling interviewLa frágil seguridad de una asalariada que incurre en falta. Las condiciones de la observación de una conversación-asesoría
Aurélie Gonnet

Résumés

Cet article présente la transcription des notes d’observation d’une prestation de conseil en évolution professionnelle, soit d’un entretien d’une heure entre une consultante et une salariée souhaitant se reconvertir. Exposant les incertitudes et dilemmes qui se font jour quand le travail ne permet plus de tenir en emploi, même stable, le cas de Catherine interroge la prise en charge de ce type d’enjeux professionnels en dehors des lieux et temps de travail. Plus, il met en exergue la dissonance temporelle qui se fait jour entre les temporalités de l’individu, du travail et des dispositifs de formation et de sécurisation des parcours, que cette notion tend à fondre en un tout continu et cohérent. Dans un second temps, il s’agit d’alimenter une réflexion méthodologique quant à l’observation d’une activité de travail reposant sur l’entretien questionnant la posture de l’observateur et les manières de saisir ce qui se dit et se joue dans une telle situation d’interaction.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier Julie Couronné pour ses relectures et conseils, ainsi que les rapporteurs de (...)

1La montée en charge depuis trente ans des notions de mobilité et de transition professionnelles, combinée au chômage de masse et à la précarisation de l’emploi (Castel, 2003 ; Paugam, 2007), a conduit à une reconfiguration progressive des politiques d’emploi et de formation, tout comme des dispositifs dans lesquels ces dernières s’incarnent (Gazier et Tuchszirer, 2015)1. La loi relative à la sécurisation de l’emploi adoptée le 14 juin 2013 consacre ainsi l’un de ses axes centraux à la thématique désormais clé des parcours professionnels. En effet, aux désirs de promotion sociale, déjà à l’origine de la loi de 1971 inaugurant le système de formation professionnelle continue, s’ajoute la mobilité qu’impose la flexibilisation de l’emploi due à sa raréfaction et à la mise en cause de la prétendue rigidité du marché de l’emploi, à la faveur d’un désajustement entre conditions de travail et épanouissement personnel (Négroni, 2007). Or, les différents dispositifs d’accompagnement des transitions professionnelles alors développés ont en commun de privilégier la prise en charge individuelle dans une démarche soucieuse de coller au plus près des réalités de chacun. Il s’agirait ici d’agir pour plus d’efficacité au regard de la très grande diversité des parcours professionnels, de plus en plus heurtés (Denave, 2015). Consécutivement, l’individu se voit attribuer une part non négligeable de responsabilité dans sa situation puisque c’est « sur », « avec » et « pour » lui que l’on agit.

  • 2 Loi n° 2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocra (...)

2Parmi ces dispositifs se trouve le conseil en évolution professionnelle (ou CEP) dont une dizaine de séances ont été observées dans le cadre d’une enquête ethnographique au sein de prestataires de bilan de compétences, terrain privilégié d’une thèse en cours. Antérieur au dispositif du même nom créé par la réforme de la formation professionnelle de 20142, le CEP réalisé ici en est cependant très proche. Issu d’un programme « pour les continuités professionnelles » dont l’État, les partenaires sociaux et la région en question sont signataires, cette prestation s’inscrit dans les orientations européennes visant à promouvoir l’évolution et la mobilité professionnelle tout en sécurisant les parcours (Zimmermann, 2007). Financée par la région, cette prestation est gratuite, individuelle et prend la forme d’un rendez-vous d’une heure, renouvelable deux fois. Accessible aux seuls salariés, elle leur permet de bénéficier, « en dehors du cadre de l’entreprise, d’entretiens confidentiels afin de réfléchir à [leur] parcours professionnel » (plaquette de la prestation). Le CEP repose ainsi sur une approche externalisée vis-à-vis du lieu et temps de travail, typique de ce que Sylvie Monchatre analyse comme « l’institutionnalisation d’une gestion des parcours, bien au-delà des frontières de l’entreprise » (2007, p. 517) marquant un tournant dans les politiques de gestion du travail. Ceci se lit d’abord dans le cadre d’intervention du CEP, largement inspiré du bilan de compétences : confidentialité et caractère volontaire de la démarche que doit permettre le fait qu’elle ne puisse faire l’objet d’une prescription ni même d’une information de l’employeur. S’ils se veulent protecteurs, ces éléments interrogent nécessairement sur une forme de découplage entre l’expérience de travail, inscrite dans un espace et une temporalité circonscrits, et son récit à visée d’orientation et de développement professionnels, hors des lieu et temps de travail.

3Présentant la transcription intégrale des notes d’observation d’une séance de CEP, cet article a pour objectif, dans la droite ligne de cette rubrique, de donner à voir du matériau et de proposer ensuite une réflexion méthodologique sur cette technique et sa mise en pratique. Il s’agit aussi d’étudier et d’illustrer, à partir d’un cas, quelques-unes des problématiques soulevées par ce type de dispositif. Ce cas s’avère ainsi particulièrement révélateur de deux logiques : l’externalisation des problématiques d’évolution professionnelle, d’une part ; l’individualisation et la responsabilisation individuelle quant à la prise en charge de son parcours professionnel, d’autre part. Il met également en exergue la dissonance des rythmes et temporalités respectives de l’individu, du travail et du système de formation continue, quand le cadre de la sécurisation des parcours tend, lui, à promouvoir une forme de continuité temporelle. Il illustre ainsi les limites de ce type de dispositif vis-à-vis notamment des enjeux temporels et financiers que soulève toute mobilité professionnelle.

Reconstitution d’une observation ethnographique

Le contexte de l’observation

  • 3 Bien que cette terminologie de « client » et « consultant » ayant cours dans ce centre soit un ind (...)

4L’observation présentée est donc un entretien de CEP mené par Edda, 45 ans, formée à la psychologie du travail et consultante en ressources humaines depuis 15 ans. Il est sollicité par une cliente3, Catherine, coordinatrice de la Caisse centrale des affaires sociales dans une commune périurbaine. Celle-ci a connu ce que les consultants qualifient de « beau parcours » en cela qu’il est marqué par une « progression certaine » (réplique 2) en raison notamment de son engagement au travail, lequel lui coûte de plus en plus, notamment dans un contexte de réduction des effectifs augmentant sa charge de travail. Elle envisage alors de quitter son poste et son statut de fonctionnaire afin de développer un projet dans la verrerie avec un objectif « socio-thérapeutique » (rép. 61) dans l’espoir de retrouver ce qui constitue à ses yeux le cœur de son métier (rép. 81-86). Si l’on se réfère à la typologie des reconversions de Négroni (2007), son cas se situe entre la « reconversion-équilibre » et la « reconversion-passion ». La première est guidée par le souhait de concilier davantage vie professionnelle et vie personnelle, ce qui fait souvent suite à une expérience de pression forte ressentie au travail. La « reconversion-passion » est quant à elle un type de bifurcation « qui concerne souvent les métiers artistiques, les enquêtés mettent en avant l’idée de vocation. Il s’agit de privilégier l’exploration de soi et la liberté, fût-ce au détriment de la sécurité de l’emploi et du niveau de vie. » (Lhérété, 2009) L’entretien va rapidement se focaliser sur l’examen des moyens de cette reconversion qui s’avèrent bien étriqués (rép. 24-69).

Conventions d’écriture

5Il a été décidé de privilégier un langage qui soit celui de l’oral afin de conserver autant que possible la forme de l’échange.

Les répliques (rép.) ont été numérotées pour en faciliter l’exploitation dans l’analyse.

Les notes d’observation de l’enquêtrice sont en italique, et entre crochets lorsqu’elles interviennent au milieu d’une réplique.

[…] signifie plus de 2 phrases d’affilé qui n’ont pu être rapportées par l’observatrice.

Les prénoms mentionnés ont été anonymisés en respectant l’origine culturelle et l’effet de génération. De même, les noms de lieux et le métier envisagé par la cliente ont été modifiés.

Transcription de l’observation

619 avril 2016, 11 h 30-12 h 30

7L’entretien a lieu dans le bureau d’Edda. C’est une pièce claire grâce à ses grandes fenêtres, aux tons clairs des murs et du mobilier. La pièce est rangée, les dossiers classés dans l’étagère proche du bureau d’Edda, contenant également thé, sucre et café soluble. Sur l’étagère, une statuette de Yoda, un calendrier perpétuel des Shadoks, et un dessin d’enfant. À côté, un Yukka apporte un peu de verdure. Sur le bureau, l’ordinateur portable d’Edda, un téléphone fixe, une corbeille à courrier et un grand calendrier cartonné posé à côté d’un mini jardin zen avec un bouddha. Derrière le bureau sont punaisés un calendrier avec des photos de paysages, une carte avec une citation de Gandhi : « Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours », et une photo d’un empilement de pierres comme celles laissées par les randonneurs pour baliser un chemin. Sur le mur opposé, un tableau, une pendule et un quatrième calendrier. C’est un bureau calme car il donne sur un petit parking peu visité.

8La cliente, Catherine, est grande, mince et élancée. Une petite cinquantaine. Cheveux longs, noirs, noués simplement et retenus par une baguette en bois. De grands yeux bleus. Des lunettes à large monture noire. Une robe salopette longue et un sautoir fantaisie. Elle se tient droite, légèrement cambrée. Sa voix est claire, douce. Elle sirote le thé qu’Edda lui a servi.

1. Edda : On a 1 h, je vais prendre des notes et je vous les donnerai à la fin. Si l’heure suffit c’est super, si ça ne suffit pas, n’hésitez pas à passer un coup de fil ou envoyer un mail si vous avez des questions. Et si besoin de plus, on peut aussi se revoir jusqu’à 3 rendez-vous. Qu’est-ce qui vous amène ?

  • 4 Attaché territorial spécialisé des écoles maternelles.
  • 5 Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport.
  • 6 Centre de loisirs éducatif sans hébergement.
  • 7 Caisse centrale d’activités sociales.

2. Catherine : Alors, c’est un peu compliqué, mais je vais essayer d’aller au plus… En fait, je suis rentrée dans la fonction publique territoriale en 1992. J’ai commencé comme ATSEM4 parce que j’avais des enfants petits et je voulais être dispo pour la famille. Ils m’ont fait passer le CAP petite enfance, le concours et tout. Donc embauchée en 1992 et puis j’ai été titularisée assez rapidement. J’ai fait de l’animation, et j’ai passé rapidement le BP JEPS5, enfin une fois que mes obligations de maman m’ont laissé le temps de reprendre une formation. Ensuite, j’ai fait de l’animation en CLSH6 suite à quoi on m’a proposé un poste de directrice, puis directrice des centres d’accueil périscolaire. Et là, actuellement, je travaille au CCAS7 de la mairie comme coordinatrice. Donc ça a toujours été par opportunités et un petit peu parce que j’avais envie d’évoluer, mais j’ai jamais… j’avais toujours eu de mon côté des projets personnels qui n’ont pas été mis en place car le travail demandait trop d’énergie, je n’y arrivais pas. Donc là j’ai quand même demandé à passer à 80 % en 2012 pour pouvoir faire une formation de verrerie. Ça s’est bien passé sauf que le directeur a été déchu de ses fonctions, des histoires… Et du coup moi je n’ai pas pu avoir toute la formation, mais ce que j’ai eu, c’était vraiment super ! J’y vais encore tous les mercredis et là je me suis dit que comme ça se passe vraiment très bien et qu’en plus au travail ça devient vraiment compliqué... Nous avons comme tout le monde j’imagine mais il y a une réduction de la masse salariale avec des économies budgétaires et moi je ne peux plus, là. J’arrive à un seuil, je suis à la limite… Une pression intense. Là, j’ai été arrêtée, enfin bon… Je suis aussi une bosseuse parce que comme j’ai pas suivi un cursus normal je bosse beaucoup pour atteindre pleinement mes missions. Mais je suis en catégorie C, avec des missions de malade et là je sature, le corps ne peut plus suivre. Je garde pour l’instant le 80 %, mais il faut que je parte parce que ça ne va plus et je ne vais pas y laisser les nerfs. C’est paradoxal parce que dans le contexte actuel on me dit [ouvrant des grands yeux, prenant une voix aigüe] « mais tu ne vas pas partir ! T’es titulaire, t’as la sécurité de l’emploi. » Mais pour moi, c’est moins insécurisant de partir que de rester. [Les larmes lui montent aux yeux, elle baisse le regard, rentre légèrement la tête dans les épaules]

3. Edda, attrape une boîte de mouchoirs dans son placard, la pose à côté d’elle et lui dit d’une voix encore plus douce qu’à l’accoutumée : Oui, je comprends.

4. C : Excusez-moi je ne suis pas d’une nature névrosée.

5. E : Mais malheureusement on connait bien ces soucis-là, vous n’êtes pas la seule.

6. Catherine secoue la tête et se redresse : Mon médecin voulait me mettre sous antidépresseurs, j’ai dit non ! [Elle essuie ses yeux, son nez, sa voix s’étrangle] Je ne vais pas vous faire participer à ma dégoulinade. [Elle me regarde, je lui souris et arrête de prendre des notes pour ne pas la mettre mal à l’aise] […] Là, j’ai besoin de prendre ma vie en main. J’ai un tempérament où j’ai besoin de dire les choses sinon je bloque. Ça dérange. Et je ne peux plus. Je vais à contre-courant des valeurs avec lesquelles je travaille. Et avec les familles, c’est ça aussi qui est compliqué pour moi. Je vois tellement de personnes qui galèrent donc je ne veux pas me plaindre, je relativise « t’es pas en train de pousser des wagonnets dans la mine à charbon ». Mais là… La seule échappatoire, c’est partir, même si je galère. Ce que je souhaiterais après c’est pouvoir mettre en place des ateliers verrerie. Dans mon travail, les gens n’ont pas du tout accès à ce qui est artistique ou en tout cas artisanat d’art et moi je travaille là-dessus, j’amène tout doucement des familles vers des lieux culturels. Donc j’arrive, une fois dégagée de tout le travail, j’arrive à ménager ces petites bulles et ça marche très bien avec les familles. Donc j’essaye de lier le fait que je doive partir absolument avec ma formation et mon expérience. Y a des choses positives, mais la surcharge fait que je ne peux pas mettre en place. On travaille tout le temps dans l’urgence. Finalement les missions de mon poste deviennent secondaires face à tout le travail. Je me retrouve avec une usine à gaz à gérer. J’ai 59 intervenants qui ne peuvent pas venir tous les jours. Je me retrouve à embaucher des jeunes pour 2 h par semaine pas formés pour encadrer des enfants en difficultés. Ça devient anxiogène et nécessite un accompagnement. Le suivi familial, je ne peux pas le faire. On me reproche d’être à 80 % en me disant que si j’étais à 100 % je pourrais faire mon travail. Mais si je m’enlève cette bulle je meurs.

7. E : Vous avez raison. Et si on écoutait ce qu’exigent les autres, on ne s’en sortirait pas.

8. C : Oui et décalage entre réalités des élus et le terrain.

9Edda essaye d’intervenir, mais le flot de paroles de Catherine est continu.

9. C : Moi je n’ai pas de baguette magique. Ma hiérarchie non plus, mais je ne peux plus l’assumer. Et même au niveau familial, mon mari me voit pas bien. Donc j’ai dit stop, c’est maintenant que je bouge ou jamais. J’ai 46 ans. Donc je vous ai apporté la définition de mon projet que j’ai fait y a 2 ans avec le pôle d’économie solidaire parce que je voulais partir, mais on m’a retenue avec une augmentation de salaire, mais aujourd’hui je m’en fous, ça suffirait plus.

10Elle sort le document, le donne à Edda, et lui présente rapidement. Edda n’arrive toujours pas à en placer une. La prise de notes se complique, j’ai mal à la main.

  • 8 Centre de formation professionnelle.

10. C : Ce dont j’aurais besoin c’est d’un complément de formation. J’ai pris contact avec le CNFP8 dans le département voisin. Ce qu’elle m’a expliqué c’est qu’il faudrait que [ralenti le débit, grimace en pinçant ses lèvres et faisant de gros yeux] je sois au chômage ! Non, mais c’est pas faux, elle a raison. Y a que 8 dossiers sélectionnés et je suis pas dans les critères de priorité là. […] Tant que j’ai pas de réponse de cette prise en charge, je ne peux pas demander une mise à disposition, ce que je voudrais demander dans un premier temps. Si en même temps… alors c’est des « si » partout dans ma vie. La seule chose, c’est que comme ils ont personne pour gérer ce que je gère, je pense qu’ils vont refuser la mise à dispo. Tant pis je demanderai une démission à ce moment-là parce que je ne pourrai pas rester, j’y arrive plus. C’est angoissant, mais en même temps ces démarches…

11. E : Ça donne une porte de sortie.

12. C : Oui, c’est ça. De toute façon j’essaie. Si ça marche pas, je démissionnerai quand même. On a réfléchi avec mon mari, ce sera un peu compliqué pendant un temps, mais nerveusement je pourrai pas.

13. E : C’est vraiment intéressant comme projet et c’est bien travaillé déjà.

14. Catherine la coupe : Je suis pas très courageuse, ça fait un moment que j’y pense.

15. E : Oui, mais c’est très difficile comme situation.

16. C : Oui et j’arrive à un moment où mon estime de moi elle est vraiment ras des pâquerettes, je me dévalorise… J’arrive plus à parler en réunion parce que je veux pas passer pour une nana fragile. C’est pas facile aussi de dire à sa famille « voilà, pendant un temps on va un peu être dans la merde ».

17. E : Oui, mais votre santé n’a pas de prix.

18. C : Oui, mais en même temps j’ai un peu honte. Quand je rencontre des familles qui galèrent pour s’intégrer, trouver du travail…

19. E : Oui c’est la culpabilité de se dire « j’ai un boulot, mais je m’en vais ».

20. C : Oui, mais comme vous dites, faut que je lâche prise.

21. E : Tout à fait. Effectivement, regardez pour la formation, mais ça tient à peu de choses finalement dans notre tête parce que dans des situations comme ça on n’a plus de vision, on est étriqué et on a l’impression qu’on arrivera pas et tout de suite ça fait des émotions et on peut plus.

22. C : Oui, c’est horrible !

23. E : Alors que si on arrive à dégager une vision, se voir autrement, avec de l’espace autour et faisant quelque chose qui est reconnu, ça se fait, c’est juste dans la tête.

24. C : Oui, déjà là, je dors plus. Mais mon mari a quand même un travail, il me soutient et veut plus me voir comme ça. De plus dormir, j’ai l’air d’une folle. Mais je suis vraiment très très motivée pour ça. Là j’ai besoin de concret, transformer la terre, dans un monde où tout est abstrait, fait à l’arrache. Je vais quand même vous donner le courrier que j’ai fait pour la directrice.

25. E : Elle est directrice de quoi ?

26. C : Le CNFP, un centre de formation.

27. E : Ah OK ! C’est pas interne à votre employeur.

28. C : Non. Après mon employeur a payé ma formation de verrerie.

29. E : C’est une formation professionnelle ?

  • 9 Droit individuel à la formation.

30. C : Non j’ai eu un DIF9 pour le BP JEPS et je l’ai tout mangé. Ce qui m’ennuie c’est qu’ils ont payé ma formation, mais c’était sur mon temps partiel. Je pense qu’ils me l’ont fait passer un peu pour me valoriser donc je me sens un peu redevable aussi donc je me dis qu’ils ont aussi les arguments pour dire qu’ils m’ont déjà filé ça.

31. E : Ouais, enfin… À un moment donné on avait mis des formations pour les nouveaux titularisés de la fonction publique territoriale, catégorie C. J’ai donc étudié toute la logique de la fonction publique territoriale au niveau de la formation et le message qu’on nous faisait passer c’est « prenez votre carrière en main ! Demandez des formations ! Mettez-vous à niveau ! » En plus, j’y crois à fond. Aujourd’hui, un métier ne reste pas le même, il faut se former. Et quand je vois que vous avez fait qu’une formation sur votre DIF en 20 ans, ça ne correspond absolument pas au message que j’ai vu passer : passerelles, parcours internes… Après, je sais qu’il y a le discours et la réalité. Mais pour dire que vous avez un droit à la formation. Et si vous avez obtenu un BP JEPS, 6 mois de formation en 19 ans, c’est quand même pas grand-chose, vous n’êtes absolument pas endettée par rapport au discours politique de la fonction publique territoriale.

32. C : Moi, je compte pas forcément sur eux parce que mon but c’est de partir. Et je sais que par rapport aux restrictions salariales, demander une formation personnelle... Et puis quand on quitte la fonction publique territoriale, on a rien.

33. E : Faudra vous inscrire à Pôle emploi, mais c’est vrai qu’il n’y aura pas grand-chose pour vous, même si je sais qu’il y a un fond qui existe pour les contractuels non renouvelés. Sinon votre solution, mais ça prend du temps, c’est de faire un CDD et de cumuler suffisamment de jours pour avoir droit à la formation. Faire un boulot alimentaire pour ouvrir des droits. Aujourd’hui, si vous allez à Pôle emploi, on va pas vous donner beaucoup d’info. Mais de toute façon il faudra vous inscrire pour avoir le statut de demandeur d’emploi et accès à la formation. Par contre, en termes d’indemnisation je crois qu’il n’y a pas de solution.

34. C : D’abord, je vais demander le financement à l’employeur et, si je l’ai, une dispo d’un an. Si jamais ça n’est pas accepté, il faut quand même que je parte. Et je prendrai un mi-temps alimentaire le temps de concrétiser le projet.

35. E : Oui et relever le niveau d’estime de soi.

36. C : Ouais. Mais la seule chose, c’est que je ne sais pas quoi faire. C’est pareil, si je pars de la fonction publique territoriale je ne peux pas y retourner, enfin je ne pense pas ?

37. E : Quelque part, c’est comme tout employeur, vous pouvez candidater, mais vous aurez certainement le statut de contractuelle au moins au départ.

38. C : Oui… Mais par rapport à cette formation, si le conseil régional refuse, il n’y a pas d’autre organisme ?

  • 10 Centre national de la fonction publique territoriale.

39. E : Non parce que dans la fonction publique territoriale, c’est comme dans les entreprises, on prélève un petit pourcentage de la masse salariale chaque année pour la formation. C’est le CNFPT10 qui récolte ça et qui organise la formation donc c’est en circuit fermé et du coup, il n’y a rien d’autre pour la formation des fonctionnaires, enfin c’est extrêmement rare. La seule chose que je vois, c’est de la négo, dire « moi, je pars, ça fait de la masse salariale en moins, mais vous me payez ma formation ». Mais pour ça dans le privé ça peut marcher, dans le public il faut le bon interlocuteur.

40. C : Oui, mais ils m’ont déjà payé une formation.

41. E : C’était en 2010 quand même, il y a une logique de 5 ans normalement donc là les 5 ans sont passés. Et le CAP vous l’avez payé vous-même ?

  • 11 Centre national d’enseignement à distance.

42.C : Je l’ai fait avec le CNED11.

43. E : D’accord et le BP JEPS en DIF et la formation en verrerie ils vous l’ont financé c’est ça ?

44. C : Oui, ils ont financé, mais c’était hors temps de travail. Donc là, la solution, c’est une réponse positive du conseil régional, sinon de démissionner et prendre un boulot alimentaire.

45. E : Oui. Tout à fait. Si vous êtes en disponibilité, il n’y aura rien. Il ne faut jamais dire jamais, j’ai pas la science infuse, mais à mon sens, il n’y aura rien. Si vous démissionnez et que vous vous inscrivez à Pôle emploi, pas d’allocation, mais a priori la formation peut être prise en charge.

46. C : Je crois que quand je suis en dispo, j’ai le droit de m’inscrire à Pôle emploi.

47. E : Oui, peut-être. J’avais une cliente qui s’était mise en dispo pour suivre son mari dans une mobilité géographique et je crois qu’elle avait droit à rien, mais je ne sais plus si elle était inscrite à Pôle emploi. Il faut que vous creusiez ça [elle tape à son ordi, sans doute qu’il faut explorer cette piste].

48. C : Parce que le préavis de mise en dispo, c’est trois mois et la formation commence en octobre.

49. E : Oui en effet. Le conseil régional a un numéro vert si vous avez besoin. Alors il est possible qu’ils vous renvoient vers nous [petit rire], mais je vais vous le noter au cas où. [Elle cherche sur Internet et le note].

50. C : Et il y a un truc, je ne devrais peut-être pas vous le dire, mais tant pis. La directrice de la formation m’a dit qu’il y avait une personne qui s’occupe d’accepter les dossiers ou pas et qui donnait des réponses négatives systématiques pour cette formation-là.

51. E : Mais elle est où cette personne ?

52. C : Elle m’a pas donné son nom, mais elle m’a dit de lui donner mon dossier à elle pour qu’elle le fasse passer.

53. E : Ça, c’est bien si elle a son réseau !

54. C : Mais justement, en téléphonant j’ai peur de tomber sur la personne.

55. E : Non, mais vous n’êtes même pas obligée de donner votre nom. Ce qui me surprend c’est que le conseil régional puisse prendre en charge vu l’état du marché de l’emploi dans la verrerie.

56. Catherine regarde ses documents : Oui, il y a 8 places en formation. Ma question c’est est-ce que je demande directement ma demande de dispo ?

11Edda est en train de taper sur l’ordi. Elle ne répond pas. Après quelques secondes, Catherine reprend.

57. C : Parce que le CIF, je dois m’engager à rester 3 fois la période de formation donc je me dis que si ma formation dure un an, je dois rester 3 ans derrière !

58. E : C’est vrai.

59. C : L’idéal c’est que le conseil régional accepte, que je sois dans les 8 places sélectionnées et après je demande à mon employeur ma dispo puis une indemnité de départ parce que je créé mon activité. Mais tout ça, c’est…

  • 12 Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes.

60. E : Ça, j’y crois assez. Alors il y a tout un côté partenariat commercial à développer, mais faire ça auprès des maisons de quartiers, des EHPAD12

61. C : Oui, parce que moi j’ai quand même un réseau intéressant, parce que j’ai travaillé au CLSH. Le BP JEPS me permet de travailler avec tous les publics. Et je vous dis y a vraiment un truc magique avec la terre donc je pense que ça peut vraiment être utile. Je vous ai amené des photos aussi de ce que j’ai fait. [Elle tapote son sac comme pour indiquer qu’elles y sont. Edda ne relève pas]. Après ça fait peur quand même, plus on vieillit, plus on est matérialiste. Mes enfants sont pas encore stables. Mais ça fait moins peur que passer encore 15 ans dans…

  • 13 Fond de gestion des congés individuels de formation.

62. Edda, concentrée sur son ordi, l’interrompt : Un instant, il y a quelque chose que j’ai en tête, je voudrais vous le noter avant que ça m’échappe. [Tape 2 min]. Pour l’instant c’est la seule chose que je vois. Si le conseil régional ne finance pas, je ne sais pas. Il y a la possibilité de demander ce qu’on appelle un CIF CDD, mais normalement la condition d’accès c’est d’avoir 5 ans de CDD, même en discontinu. Donc ça fait loin. Je vais quand même vous noter les coordonnées du FONGECIF13 mais ça me parait loin. [Elle va sur Internet et lit tout haut les informations sur le CIF CDD. Je détends mes doigts] Vous voulez que je vous l’imprime ça ?

63. C : Non parce que ça va être trop long. Si vraiment c’est pas pris en charge et que je ne peux pas faire la formation en octobre, est-ce qu’il est possible par exemple de faire un bilan de compétences pour trouver un travail qui soit un peu plus qu’alimentaire ?

64. E : Vous avez plus de 10 ans d’ancienneté donc vous pouvez le demander à votre collectivité qui peut accepter ou refuser.

65. C : Et si je m’en vais ?

  • 14 Aide individuelle à la formation

66. E : À Pôle emploi, il y a l’AIF14 théoriquement.

67. C : Et ici, vous ne faites pas ?

68. E : Si, mais on ne finance pas. [Elle note]

69. C : C’est ça qui est problématique, il y a plein de « si » partout. Le problème, c’est qu’il y a le préavis pour la mise en dispo. Mais s’ils refusent et pas de financement, après il faut que je refasse une demande pour démissionner, ça rend fou.

70. E : Oui, c’est vrai, il y a tous ces délais. Ouais, pfff… En théorie, pour gagner du temps, [baisse la voix] je sais, c’est pas beau, mais comment dire, vous pouvez demander un arrêt maladie, vous avez trois ans après. Alors vous ne pouvez pas suivre de formation en congé maladie, mais ça donne du temps. [Catherine fait la moue. Edda la voit, et reprend plus haut]. Comme je vous vois, c’est pas votre façon de faire, vous êtes quelqu’un d’actif, mais bon…

71. C : Je sais, mon médecin me le dit. Mais je suis toujours dans la crainte du jugement, partir en ayant une étiquette de tire-au-flanc.

72. E : Je comprends, mais je vois vos collègues dans la fonction publique territoriale et aussi hospitalière qui est encore plus secouée là…

73. C : Oui, c’est vrai, mais jouer là-dessus c’est pas réglo.

74. E : Non, c’est pas réglo, mais quoi qu’il en soit, le jugement des gens, à partir du moment où vous savez que ça ne peut pas vous atteindre et bien ça ne peut pas vous atteindre quoi, c’est pas grave si ils vous jugent [rit en faisant un geste de la main, comme jetant quelque chose par-dessus son épaule]. Vous êtes même plus forte que la plupart parce que prendre la décision de partir c’est extrêmement compliqué, c’est très dur.

75. C : Oui, je ne pensais pas prendre ce risque. On est quand même coincé dans un système. Et puis parent avec une famille…

76. E : Oui, mais le projet il est vraiment très beau je trouve, super ! J’y crois beaucoup. Après la croyance ne suffit pas, il faut des financements, on le sait bien.

77. C : Oui, et comme vous dites, les segments financés, c’est là où il y a de l’emploi. Mais j’ai aussi entendu qu’il voulait redévelopper la verrerie dans le Tarn, remettre en place des savoir-faire.

78. E : Oui. Alors si vous êtes amenée à démissionner et prendre un job, il y a forcément l’animation que vous maitrisez.

79. C : Oui, j’y ai pensé. Retourner avec le public, les enfants ça peut aussi me permettre de me retrouver. Mais une fois que je démissionne, je croyais qu’on pouvait pas retourner ?

80. E : Si comme contractuelle ou sinon le privé, les EHPAD même déjà pour votre activité de verrerie.

81. C : Oui, c’est vrai que les personnes âgées ça peut être intéressant.

82. E : Oui, même s’ils sont peut-être moins souples [sourit en remuant les doigts].

83. C : Oui et c’est ce que je sais faire, c’est mes formations, alors que là je ne le fais plus du tout.

84. E : Oui, c’est renouer avec votre parcours. Et je pensais aussi au métier de monitrice d’atelier, c’est avec des personnes handicapées. Le problème c’est qu’il y a peu de places là aussi. [Elle présente le métier]

85. C : Ah oui ! je connaissais pas. Oui, mais si j’ai de l’énergie à dépenser, c’est plutôt dans mon projet. Mais redites-moi moniteur de…

86. E : D’atelier, mais je vous l’ai noté même si je sais que les postes… Mais j’y crois beaucoup à l’art-thérapie, mais les cursus sont longs…

87. C : Oui, trop compliqué.

88. E : J’ai noté aussi que si vous êtes inscrite comme demandeur d’emploi vous pouvez suivre une formation de créateur d’entreprise. Non, c’est vraiment intéressant.

89. C : Oui, là je me dis qu’il faut vraiment que je m’empare de ma vie !

90. E : Oui. Je vais chercher les documents. [Elle va à l’accueil, revient et reprend le document de synthèse avec elle] Vous pouvez demander un bilan de compétences, nous on vous accueille avec plaisir mais il y a aussi d’autres endroits. Juste je pensais, c’est bête, mais chez Cultura ils font des ateliers d’animation.

91. C : Oui, pourquoi pas, en attendant. Merci bien. Au revoir !

92. E : Non, c’est un beau projet, c’est super ! Au revoir !

12Elle part. Je pose enfin mon stylo, la main endolorie.

Conjuguer le temps long des transitions et l’urgence du changement : un défi pour la sécurisation des parcours professionnels

13Sécuriser les parcours professionnels pose nécessairement la question de la prise en charge matérielle des personnes concernées. Or, l’augmentation de la fréquence et du rythme des mobilités professionnelles a un coût. Constituer un stock d’heures de formation, ouvrir des droits à indemnisation ou à des dispositifs de financement et d’accompagnement nécessite du temps, pour l’individu mais aussi pour les organismes payeurs pour qui l’accélération et la démultiplication des mobilités impliquent a priori davantage de dépenses. C’est dans ce cadre que s’inscrit la création du CEP, prestation plus ouverte du fait de sa gratuité, mais aussi plus courte que la plupart des dispositifs de conseil et d’accompagnement professionnels existants. Le cas de Catherine illustre le décalage qu’il peut y avoir entre l’urgence imposée par une situation profondément problématique, et le temps long des dispositifs de transitions et de formation (rép. 48, 56-57, 61-70). Il donne aussi à voir la multiplicité des temporalités et des échelles temporelles de référence : le temps de travail et celui hors travail, le temps de la formulation du projet et de sa mise en place, le temps de la carrière professionnelle ou encore celui d’ouverture de droits sociaux. Toutes ces références temporelles dont la compatibilité n’a rien d’évident tendent progressivement, au long de l’entretien, à se dissoudre en un parcours dont il s’agirait de lisser les aspérités par la sécurisation des transitions et la mise en cohérence et en continuité des expériences et aspirations professionnelles.

14Face aux interrogations de Catherine où s’entremêlent des enjeux personnels, familiaux, financiers, professionnels et de santé, Edda semble démunie, révélant les limites de ce type d’intervention. En effet, l’essentiel de ses remarques portent sur la reprise de confiance en soi : par la confirmation de l’intérêt du projet (rép. 13, 60-61, 76, 86, 93), la déculpabilisation vis-à-vis du fait de quitter un poste de fonctionnaire (rép. 3-7, 13-23), de demander la prise en charge de sa formation (rép. 31, 39-41) ou de se mettre en congé maladie (rép. 70-72) mais aussi par l’écoute (rép. 3, 5, 7) et une forme de psychologisation du propos (rép. 21 et 23). Visiblement dépourvue de moyens pour répondre aux problématiques de Catherine, Edda opte progressivement pour des solutions relevant de l’« exit » dans la terminologie d’Hirschman (1970) qu’il s’agisse de la démission, du financement par Pôle emploi de la formation, du conseil de prendre un job alimentaire ou de se mettre en congé maladie. Une forme de « loyalty » est également discutée mais relevant davantage d’une stratégie d’ouverture de droits à la formation (rép.62). La prise de parole – « voice » –, elle aussi n’est que peu envisagée, que l’on pense au recours à un syndicat ou à un inspecteur du travail jamais évoqués, ou à la négociation avec sa hiérarchie, rapidement évacuée (rép. 39). Le rapport de force défavorable au travailleur semble acté, à la faveur de sa prise en charge autonome. Le découplage entre l’expérience du travail et le parcours professionnel va ici au-delà de l’externalisation des réflexions sur son développement professionnel car ce sont les conséquences sociales du management des ressources humaines qui sont sorties du lieu et temps de travail. L’on peut, dès lors, s’interroger sur les effets pratiques de ce type de dispositif : est-ce qu’il ne s’agit pas là, d’abord, d’offrir un espace de parole et d’écoute pour permettre aux travailleurs d’exprimer, en dehors du lieu et temps de travail, les difficultés professionnelles qu’il rencontrent, libérant par là même l’employeur de la prise en compte de ceux-ci ? La forme même du dispositif semble donc concourir à une intervention avant tout palliative (Salman, 2008 ; Zunigo, 2013) et psychologisante, puisque celle-ci, ponctuelle et de courte durée, ne permet guère la recherche approfondie de solutions seule à même de permettre la réflexion et la prise de décision.

15Ces quelques pistes d’analyse donnent à voir la très grande richesse d’un tel matériau qui permet d’être interrogé et exploité de bien des manières, ici esquissées.

Rendre compte d’une observation : la (re)construction sociale du matériau

  • 15 « Cette dénomination rend compte du moment où celui-ci est rédigé, après le journal de terrain, ma (...)
  • 16 Beaud et Weber exposent parfaitement la succession des microdécisions prises lorsque l’on enquête (...)
  • 17 Jounin (2014) donne à voir de manière limpide les questions que soulèvent la description fine et o (...)

16Se centrer sur une séquence d’observation permet également de soulever une série d’enjeux méthodologiques propres à cette méthode. S’agissant ici non pas des notes brutes d’observation, mais de leur transcription, soit le « journal d’après journal15 », le matériau a été recomposé. Par le détail de ce processus, c’est la méthode elle-même de l’observation et son traitement qui doivent être interrogés, car, de la scène observée à sa restitution ci-dessus, le chercheur fait subir au matériau plusieurs transformations : la prise de notes in situ, obligatoirement partielle ; la prise de notes complémentaires après l’entretien impliquant de s’appuyer sur sa mémoire et sur des indices mémoriels griffonnés en cours d’observation ; la réécriture informatisée du matériau, nécessitant de redonner forme aux propos afin qu’ils soient lisibles, telle une réhydratation du matériau en poudre qui s’il se veut conserver de son intégrité, n’en a pas moins subi des transformations. Chacune de ces étapes implique effectivement des choix de la part du chercheur. Nulle découverte en cela16. Si certains de ces choix semblent parfaitement anodins, il importe de les expliciter afin de les objectiver. Il s’agit donc de délivrer quelques-uns de ces choix quant aux usages de l’observation dans ce qu’elle a de plus pratique et dont le jeune chercheur particulièrement, fait régulièrement l’expérience seul, à tâtons, sur le tas. S’ils ont vocation d’exemples, ces usages ne se veulent aucunement exemplaires et relèvent de bricolages, mélange de circonstances et de posture épistémologique. Il s’agit avant tout de donner à voir le processus de récolte du matériau avec son lot de microdécisions – de la sélection du support d’encodage de la scène observée aux options de réécriture du matériau – chargées d’enjeux de mise en récit et de fidélité aux manières de dire, d’agir et de se présenter, socialement situées17.

La posture de stagiaire : insider et outsider

17C’est à l’issue de l’entretien que j’ai réalisé avec la directrice du centre qu’elle a accepté que je vienne y faire une session d’observation. Sans que l’on en parle, j’ai systématiquement été présentée aux clients comme stagiaire ce qui avait pour avantage de simplifier mon introduction, d’éviter les questions sur l’objet de mon travail et surtout d’indiquer aux clients que, me formant au métier, c’est le professionnel que j’observais et non lui. La formation à la pratique du conseil et de l’orientation professionnelle se faisant régulièrement « sur le tas », la présence d’une stagiaire est plutôt habituelle pour les conseillers qui en reçoivent souvent et réalisent des entretiens « en double écoute », selon le terme consacré. Par ailleurs, étant pour cette séquence présente quotidiennement pendant 15 jours consécutifs et en continu (9 h-18 h 30), et déjeunant avec eux, les consultants se sont habitués rapidement à ma présence. C’est ainsi qu’ils m’ont ouvert les portes de leurs archives comme de leurs bureaux. L’immersion ethnographique donne ainsi accès à des données difficiles à obtenir autrement. Riche, elle est aussi souvent fatigante et captivante – elle captive et rend captif – en cela qu’elle implique d’incarner la posture de l’observateur, sorte d’éponge absorbant autant d’informations que possible, tous sens déployés, et retenant son jugement dans un objectif non pas de froide neutralité, mais de fidélité à la situation. Il est ainsi pris en étau entre la crainte de donner trop à voir de ses analyses sur le vif et de ses intentions « inquisitrices » et l’envie de rendre un peu à ceux qui lui consacrent du temps et se livrent à lui. Ne pas prendre trop de place, tenir la juste distance sont des équilibres précaires à trouver en situation mais qui ne peuvent être seulement rabattus sur l’expérience in situ. En faire état dans son carnet de terrain, les partager avec ses collègues, les expliquer et les interroger par l’échange de pratiques afin de nourrir une réflexivité méthodologique et épistémologique est crucial.

18Par ailleurs, la très grande majorité du public des centres de bilan observés est composée d’actifs qui recourent pour la première fois à ce type de dispositif, n’ayant souvent été guère confrontés aux « guichets de l’État social » (Weller, 1999). Nombre d’entre eux n’ont, par exemple, jamais côtoyé Pôle emploi, étant dans des carrières stables en passe de bifurquer. Par conséquent, étant assez peu familiers de la situation dans laquelle je les rencontre, je fais l’hypothèse qu’ils n’ont guère de repères pour juger de la normalité ou non de ma présence que les consultants leur proposaient.

  • 18 Peneff (2009) décrit avec finesse le sentiment de trouble que suscite l’observation quant à savoir (...)

19De ma position de stagiaire et donc d’observatrice apprenante, j’ai pu assister aux entretiens et prendre autant de notes que je le souhaitais, ce qui est une situation privilégiée dans la pratique de l’observation, laquelle ne permet pas toujours de se promener carnet en main et d’y consigner sur le vif ce que l’on observe. Mais, pouvoir tout écrire ne signifie pas y parvenir. À la différence de l’observation, l’entretien et le questionnaire participent visiblement à façonner le matériau par les questions posées. L’observation, si elle n’est jamais neutre, peut susciter l’illusion de « tout voir ». On retrouve là une des difficultés premières de cette méthode : qu’observe-t-on lorsque l’on fait de l’observation18 ?

Observer un entretien : que noter et comment ?

20S’il s’avère rapidement complexe de regarder, d’écouter et de noter tout à la fois ce qui se dit et se passe lors d’une observation, l’une des spécificités de cette enquête tient au fait que l’activité de travail observée est un entretien. Le choix a alors ici été fait de se centrer sur les paroles échangées tout en essayant autant que possible de prêter attention aux manières de dire (tonalité, mimiques, gestes) et aux réactions à ce qui est dit. Si la simple présence d’un observateur trouble la scène observée – car « pour étudier un groupe, il faut l’observer, mais l’observer c’est le perturber » (Schwartz, 1993, p. 271) – son activité de prise de notes participe également de cette perturbation. Relativement normalisée par mon statut de stagiaire, renvoyant à celui de la conseillère qui elle-même écrit beaucoup, la prise de notes n’en est pas moins potentiellement dérangeante pour les interactants dont les propos sont consignés sur papier par un tiers, telle une greffière. Plusieurs menues stratégies ont pu être mobilisées pour tenter de pallier cela. Tout d’abord, le fait de m’asseoir légèrement en retrait de la scène principale afin de ne pas être véritablement du côté de l’un ou l’autre des interactants, ni dans leur dos, mais, d’une certaine façon, dans l’angle mort du client, le plus susceptible selon moi, d’être perturbé par ma présence (voir schéma ci-dessous). Cette position me semblait la plus à même de permettre de tenir une position d’observatrice, présente mais légèrement en retrait et n’entrant pas directement dans le champ visuel des interactants à moins qu’ils tournent la tête vers moi. C’est ce qui arrive ici lorsque Catherine fond en larmes (rép. 6), me regarde et que je cesse d’écrire comme pour signifier mon attention et le respect de rigueur à l’égard des émotions que suscite son récit. Ce moment rappelle, comme évoqué plus tôt, que l’observateur n’est pas tenu à la neutralité mais à l’objectivité. D’une part, parce qu’il reste une personne douée de sensibilité ; d’autre part, parce que ce type d’interaction commande un certain comportement – ne pas faire « comme si de rien n’était », au risque de briser le cadre de l’interaction (Goffmann, 1991).

Plan du bureau avec positions des interactants et de l’observatrice

21Autre menue stratégie, le choix du carnet plutôt que de l’ordinateur, bien que certains consultants m’aient invitée à cette option plus « confortable ». Si l’ordinateur permet effectivement une prise de notes accélérée et facilite le traitement en évitant la phase de transcription des notes sur fichier informatique, un tel outil me semblait perturber davantage la situation. D’une part, le carnet avait un aspect scolaire, renforçant la posture de stagiaire. D’autre part, la consultante prenant elle-même des notes sur ordinateur, la cliente aurait été cernée par deux ordinateurs, deux interfaces entre elles et les personnes présentes. Cet outil me semble ainsi rajouter de potentielles interférences à la situation d’enquête, bien qu’il puisse favoriser l’exhaustivité de l’annotation. De plus, par son caractère souvent indéchiffrable pour toute autre personne que son auteur, le carnet préserve un peu du « secret de l’enquête » et me semblait prévenir la possibilité pour les consultants de me demander mes notes, par curiosité ou pour compléter les leurs… telle une stagiaire. Enfin, le bruit du clavier pouvait être un élément de rappel de ma présence indiquant par là même le rythme de ma prise de notes. Le carnet peut être bien davantage oublié.

22Essayer de conserver un rythme d’écriture régulier pour éviter que l’arrêt ou la reprise de l’écriture puissent être interprétés comme un signal de l’intérêt ou non des propos tenus, est une autre astuce, quitte à parfois faire semblant d’écrire. Donnant priorité au contenu de l’échange, mon attention était effectivement moins disponible pour l’observation. Les rares fois où ce fut possible, c’est-à-dire quand le conseiller acceptait, j’ai essayé de combiner enregistrement audio et observation pour pouvoir m’attarder sur les regards et les gestes, les documents et les prises de notes des interactants eux-mêmes. Cependant, cette possibilité fût assez exceptionnelle, le bilan de compétences notamment étant couvert par le secret professionnel, ce qui donne aux conseillers une « bonne raison » de refuser. L’observation restituée ici repose uniquement sur la prise de notes. Il s’agit du dernier jour d’observation. Or, la multiplicité des références mobilisées en entretien, notamment sous forme de sigles et d’acronymes d’institutions de la formation professionnelle continue, nécessite pour l’observateur d’y être familiarisé pour pouvoir suivre la discussion, comprendre ce qui se déroule sous ses yeux et faciliter dès lors la prise de notes. Mais ceci tend également à faire disparaitre de la transcription ici présentée l’explicitation de ces références par la conseillère et donc une part des échanges. Le gain de temps de compréhension et d’annotation conduit dès lors à omettre les efforts pédagogiques de la conseillère visant à rendre intelligible le système de formation, pédagogie qui repose sur l’idée que la compréhension de l’information permet son appropriation et qui compose une part revendiquée de l’activité des consultants : désacraliser la formation par son explicitation.

23L’option du carnet comporte donc limites et biais. Noter un maximum d’éléments de l’échange – et ce bien que, les observations répétées conduisent l’observateur à ne pas réécrire des choses qu’il a déjà notées ou dont il a connaissance – s’avère plus ou moins simple selon la dynamique de la discussion et le débit de parole des enquêtés. Le cas ici transcrit atteste à plusieurs reprises des limites physiques de la prise de notes soumise à deux biais : le fait qu’il s’agisse de la 4e heure d’entretien à laquelle j’assiste et que le rythme de parole de la cliente soit particulièrement rapide et son propos très dense.

24Le rythme de la discussion est d’ailleurs un élément révélateur de sa teneur. Un simple coup d’œil à la transcription révèle que le premier quart de l’entretien est centré sur la cliente et les questionnements qui animent sa démarche. Les paragraphes sont longs, la conseillère intervient peu et brièvement. Mais petit à petit la situation se rééquilibre, la parole s’alterne plus régulièrement, les paragraphes de la cliente se raccourcissent, ceux de la consultante s’allongent mais dépassent rarement les cinq lignes, attestant de l’écoute qu’elle accorde à Catherine mais aussi du peu de solutions proposées. Si d’autres observations donnent à voir une inversion du rythme et de la longueur des interventions à la faveur de la consultante, ce n’est pas le cas ici. C’est un premier indicateur de ce qui se passe dans cette étude de cas. La critique externe du propos ici transcrit apporte, on le voit, un certain nombre d’éléments essentiels pour saisir ce qui se déroule et le compte-rendu fait de ce déroulé.

****

25La densité et le rythme du propos ici transcrit ont, comme sa teneur, partie liée au dispositif étudié : faire le point et réfléchir à réorienter son parcours professionnel est un sujet lourd d’enjeux, intrinsèquement liés à des choix de vie, a fortiori quand s’ajoute à cela un épuisement professionnel, voire de la souffrance au travail. Cela, en une heure. Le décalage entre urgence ressentie du changement et temporalité longue des dispositifs de transitions et de formation professionnelle évoqué plus haut est doublé d’une dissonance entre l’épaisseur des questions traitées dans ce type de dispositif et la brièveté de celui-ci. La plongée dans le récit intense et chargé de Catherine parait particulièrement rapide, quand elle semble être une apnée prolongée pour elle. C’est ce qu’illustrent deux des répliques d’ouverture de l’échange : « On a une heure […] – Alors, c’est un peu compliqué, mais je vais essayer d’aller au plus… ». La question des temporalités et des rythmes des parcours professionnels comme des dispositifs d’orientation et de formation se révèle dès lors fondamentale pour saisir ce qui se passe. Elle est particulièrement mise en exergue par le décalage qui se fait jour ici entre l’urgence à quitter son emploi et se reconvertir exprimée ici et le temps long des transitions, notamment de l’accumulation de droits à la formation dont l’usage est par ailleurs restreint et encadré. Ce prisme du temps fournit ainsi des clés de lecture et de compréhension tout à la fois de la forme des dispositifs et de l’interaction, mais aussi de la teneur de ceux-ci et de la manière dont s’articulent les temporalités individuelles et celles de l’État social.

26Ce cas illustre donc tout à la fois des enjeux méthodologiques spécifiques mais aussi les temps et contretemps des dispositifs de sécurisation des parcours professionnels, pour personnes qui y ont recours comme pour celles qui les mettent en œuvre. Apparaissent d’une part les écueils de ce type d’intervention comme du système de formation professionnelle continue, notamment pour qui n’en est pas familier (rép. 29-49) ; d’autre part, les dilemmes que posent l’évolution et la reconversion professionnelle (rép. 10-24, 36, 59, 69, 74-75) ; enfin, le fait que ce dispositif a d’abord vocation à poser à plat les problématiques individuelles et à orienter vers d’autres dispositifs (d’emploi, de formation, d’accompagnement, etc.) plutôt qu’à véritablement ouvrir des pistes de résolution. En cela, le CEP participerait à rendre l’individu entrepreneur de lui-même, ou « intrapreneur » selon le terme d’un consultant. La mise en pratique(s) de ce dispositif révèle donc les tensions à l’œuvre derrière cette notion de sécurisation des parcours professionnels, entre sécurité de l’emploi et anxiété au travail, entre personnalisation de la prestation et individualisation de la gestion du parcours, entre autonomisation et responsabilisation individuelle.

Bibliographie

27Arborio Anne-Marie et Fournier Pierre ([1999], 2003), L’Enquête et ses méthodes. L’observation directe, Paris, Nathan université.

28Beaud Stéphane et Weber Florence (2003), Guide de l’enquête de terrain. Produire et analyser des données ethnographiques, Paris, La Découverte.

29Castel Robert (2003), L’insécurité sociale, Paris, Le Seuil.

30Denave Sophie (2015), Reconstruire sa vie professionnelle. Sociologie des bifurcations biographiques, Paris, Presses universitaires de France.

31Gazier Bernard et Tuchszirer Carole (dir.) (2015), Sécuriser les parcours professionnels. Initiatives et responsabilités, Paris, Liaisons.

32Goffmann Erving (1991), Les Cadres de l’expérience, Paris, Éditions de minuit.

33Hirschman Albert (1970), Exit, Voice, Loyalty, Harvard, Harvard University Press.

34Jounin Nicolas (2014), Voyage de classes, Paris, La Découverte.

35Lherete Éloïse (2009), « Les quatres figures de la reconversion », Sciences humaines, n° 205, juin 2009.

36Monchatre Sylvie (2007), « Des carrières aux parcours... en passant par la compétence », Sociologie du travail, n° 49, 514-530.

37Negroni Catherine (2007), Reconversion professionnelle volontaire. Changer d’emploi, changer de vie, un regard sociologique sur les bifurcations, Paris, Armand Colin.

38Paugam Serge (2007), Le Salarié de la précarité. Les nouvelles formes de l’intégration professionnelle, Paris, Presses universitaires de France.

39Peneff Jean (2009), Le Goût de l’observation, Paris, La Découverte.

40Salman Scarlett (2008), « La fonction palliative du coaching en entreprise », Sociologies pratiques, Presses de Science-Po, n° 17, 43-54.

41Schwartz Olivier ([1923], 1993), « L’empirisme irréductible, postface », dans Anderson Nels, Le Hobo, sociologie du sans-abri, Paris, Nathan.

42Zimmermann Bénédicte (2007), Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, Paris, Economica.

43Zunigo Xavier (2013), La Prise en charge du chômage des jeunes. Ethnographie d’un travail palliatif, Paris, Éditions du Croquant.

44Weller Jean-Marc (1999), L’État au guichet, Paris, Desclée de Brouwer.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier Julie Couronné pour ses relectures et conseils, ainsi que les rapporteurs de la revue pour leurs remarques.

2 Loi n° 2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale.

3 Bien que cette terminologie de « client » et « consultant » ayant cours dans ce centre soit un indicateur du rapport au métier de ces « consultants » mettant à distance le terme de « conseiller » plus connoté « insertion » selon eux, je ne développerai cependant pas ce point ici.

4 Attaché territorial spécialisé des écoles maternelles.

5 Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport.

6 Centre de loisirs éducatif sans hébergement.

7 Caisse centrale d’activités sociales.

8 Centre de formation professionnelle.

9 Droit individuel à la formation.

10 Centre national de la fonction publique territoriale.

11 Centre national d’enseignement à distance.

12 Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes.

13 Fond de gestion des congés individuels de formation.

14 Aide individuelle à la formation

15 « Cette dénomination rend compte du moment où celui-ci est rédigé, après le journal de terrain, mais aussi de la façon de le tenir : c’est en relisant le journal de terrain, donc d’après celui-ci, qu’un certain nombre de souvenirs reviennent et de nouvelles réflexions surgissent » (Arborio et Fourrier, 2003, 56).

16 Beaud et Weber exposent parfaitement la succession des microdécisions prises lorsque l’on enquête sur le terrain dans leur guide incontournable (2003, 125).

17 Jounin (2014) donne à voir de manière limpide les questions que soulèvent la description fine et objectivée, à partir des premières enquêtes de ses étudiants.

18 Peneff (2009) décrit avec finesse le sentiment de trouble que suscite l’observation quant à savoir où porter le regard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Gonnet, « La fragile sécurisation d’une salariée déroutée », La nouvelle revue du travail [En ligne], 12 | 2018, mis en ligne le 10 mai 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nrt/3614 ; DOI : 10.4000/nrt.3614

Haut de page

Auteur

Aurélie Gonnet

Doctorante ATER au LISE

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals