Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Lynda Lavitry, Flexibilité des chômeurs, mode d’emploi. Les conseillers à l’emploi à l’épreuve de l’activation, Presses universitaires de France, 2015, 240 p.

Luc Sigalo Santos

Texte intégral

1L’ouvrage de Lynda Lavitry traduit un regain d’intérêt des sociologues et des politistes pour les politiques publiques d’emploi. Il porte sur son institution la plus emblématique, Pôle emploi, dont le logo incarne presque à lui seul le chômage de masse en France. Cet établissement public administratif, placé sous la tutelle du ministère chargé de l’Emploi, a été créé par la fusion, le 19 décembre 2008, du réseau des Associations pour l’emploi dans l’industrie et le commerce (Assedic) et de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE), respectivement chargées de l’indemnisation des chômeurs depuis 1958 et de leur placement depuis 1967. De ce point de vue, l’ouvrage de L. Lavitry s’apparente au moins autant, comme l’auteure l’annonce, à la « chronique de la disparition d’une institution » (p. 1), qu’au récit de la naissance d’une nouvelle institution.

2Publié dans le cadre du « prix de la recherche universitaire » décerné annuellement par le quotidien Le Monde et les Presses universitaires de France jusqu’en 2017, l’ouvrage est tiré de la thèse que l’auteure a soutenue, fin 2013, à l’université d’Aix-Marseille (Laboratoire d’économie et de sociologie du travail), sous la direction de Paul Bouffartigue. Si le cœur du propos de l’ouvrage porte sur les conseillers à l’emploi, notamment appréhendés au prisme de la sociologie interactionniste des groupes professionnels, L. Lavitry n’entend pas se limiter à cet angle d’analyse. Poursuivant un projet d’« ethnographie locale de l’État social actif » (p. 32), elle entend combiner ce premier angle d’analyse avec celui des interactions entre agents et usagers et avec celui de la construction de l’État social et des politiques de lutte contre le chômage.

3Pour mener à bien ce projet, L. Lavitry s’appuie sur une enquête ethnographique qui a notamment consisté en une immersion au sein de deux agences durant quatre mois (de décembre 2008 à mars 2009). Ceci lui a permis d’observer 200 rendez-vous de suivi entre agents et usagers, qui font l’objet d’une restitution sous forme d’extraits d’interactions, mais aussi de plusieurs typologies d’« actes professionnels » et de profils de conseillers, toutes construites à l’aide du logiciel d’analyse de données qualitatives Nvivo. Ces comptages montrent comment les statistiques, en l’espèce lexicométriques, peuvent venir « armer » l’ethnographie (Weber, 1995). Ce matériau issu de l’observation est complété par une centaine d’entretiens, dont 78 ont été conduits auprès de conseillers et une trentaine auprès de cadres intermédiaires de Pôle emploi. Ces données sont distillées tout au long de l’ouvrage, qui se compose de 200 pages de textes organisées en sept chapitres.

  • 1 Par exemple : A. Eychenne, « “Marre du Pôle emploi bashing’”, se plaint son directeur », L’Express(...)
  • 2 La donne semble avoir changé depuis que Pôle emploi a lancé, en 2014, ses « Rencontres de l’emploi (...)

4Les deux premiers chapitres sont à forte teneur ethnographique. L. Lavitry y dévoile dans un premier temps les coulisses de son enquête et les caractéristiques de son terrain (chapitre 1). On apprend ainsi que la thèse a été réalisée dans le cadre d’une convention industrielle de formation par la recherche (CIFRE), conclue avec Pôle emploi. Cette opportunité est rare : comme le note l’auteure, l’institution, régulièrement critiquée1 pour son incapacité à endiguer le chômage, « reste marquée par une relative méfiance à l’égard des investigations externes » (p. 16)2. Forte de ce sésame institutionnel, L. Lavitry a pu conduire son enquête sur deux sites. L’agence A est implantée dans un « secteur urbain paupérisé », où les chômeurs, en moyenne très peu qualifiés, sont à la recherche de métiers où les offres sont rares (chauffeur-livreur). Les conseillers, dont le turn-over est élevé, sont principalement des hommes formés aux sciences humaines. L’agence B présente un profil sensiblement différent, voire opposé : implantée dans un « secteur rural sous influence urbaine », les conseillères, principalement des femmes formées en gestion/commerce ou en droit, peinent à pourvoir les offres d’emploi dont elles disposent dans les secteurs du bâtiment et de l’agriculture.

5Par-delà ces différences, l’auteure rappelle dans le chapitre 2 que la professionnalité des conseillers est mal reconnue. Outre que Pôle emploi ne les forme pas, ou peu, à leur poste, le profil type est celui d’une « employée aux études longues et au “parcours empêché” » : il s’agit majoritairement de femmes (77 % en 2008 à Pôle emploi), surqualifiées (beaucoup de bac+5, alors que le métier est reconnu à bac+2), qui ont choisi Pôle emploi « par défaut », c’est-à-dire d’abord pour accéder à une position stable (63 % des enquêtés sont d’anciens chômeurs). Dès lors, on veut bien croire l’auteure lorsqu’elle affirme qu’« un écart très sensible » existe entre « le métier idéal (assurer l’intermédiation avec les offres d’emploi) et le métier réel (recevoir des chômeurs et satisfaire aux indicateurs de performance) » (p. 43). La plupart des agents valorisent le rapport avec l’entreprise, tâche noble de l’activité pour laquelle ils disposent de peu de temps, tandis que « le sale boulot s’incarne dans la réception cadencée et standardisée des chômeurs en box » (p. 51). L. Lavitry y voit l’expression d’une tension, typique de la street-level bureaucracy telle qu’analysée par (Lipsky, 1980), qui résulte de l’injonction à prendre en compte des cas singuliers dans un cadre bureaucratique standardisé.

6Les deux chapitres suivants prolongent cette analyse, tout en s’écartant du prisme ethnographique. Dans le chapitre 3, l’auteure rapporte les transformations de l’ANPE aux grandes tendances à « l’activation » de l’État social. Sous l’impulsion d’élites politiques, administratives, patronales, mais aussi d’institutions internationales telles que l’OCDE, le chômeur a progressivement été rendu responsable de sa situation et de son cheminement vers « l’autonomie ». Cette conception individualisante, voire psychologisante, permet de décrypter l’intensification de « l’accompagnement » à l’ANPE, dont témoigne la mise en place, en 2006, du Suivi mensuel personnalisé. Celle-ci révèle la place croissante de l’Unédic dans la gouvernance des politiques d’emploi et de l’obsession de l’un de ses acteurs majoritaires, le Medef, de réduire le « déficit » de l’assurance-chômage. La fusion de l’ANPE et des Assedic fin 2008 a parachevé ce mouvement, la logique d’assureur l’ayant emporté sur celle de service public : L. Lavitry note à ce propos que, « plus qu’une simple opération technique de rationalisation des coûts, la fusion […] est aussi porteuse d’options politiques fortes » (p. 79).

7Le chapitre 4 permet de préciser cette tendance à l’« activation », qui, ici comme dans d’autres administrations publiques, s’incarne dans un processus de « rationalisation gestionnaire ». Celui-ci est d’abord décelable à travers le passage, dans les années 2000, d’un vocabulaire psychologisant (« prise de conscience », « co-production », « savoir de l’usager ») à un vocabulaire gestionnaire (« gérer », « activer », « planifier »), voire financier (« gestion de portefeuille », « clients »). Par-delà ces éléments discursifs, L. Lavitry met au jour un triple mouvement de « gestionnarisation » : 1/ de l’accompagnement, comme en témoigne le passage d’indicateurs de suivi de l’activité à des indicateurs de mesure de la performance ; 2/ du tri, comme l’illustre la place prépondérante prise par le profilage algorithmique des chômeurs en fonction de leur niveau de « recrutabilité » (Pochic, 2007) ; 3/ des sanctions, puisque le contrôle de la recherche d’emploi s’est intensifié, depuis les années 1990, jusqu’à la mise en place, en 2008, de « l’offre raisonnable d’emploi » par le Gouvernement Fillon. L. Lavitry note que cette disposition, qui impose la radiation d’un chômeur ayant refusé plus de trois offres d’emploi réputées lui correspondre, est toutefois peu appliquée, par manque d’offres, mais aussi parce que les conseillers privilégient la négociation à l’imposition.

8À la suite de cette mise en perspective, L. Lavitry revient à l’échelle du guichet. Les trois derniers chapitres montrent ainsi en détail le travail des conseillers Pôle emploi dans leur interaction quotidienne avec les chômeurs. Le chapitre 5 permet de comprendre que cette activité consiste d’abord, comme l’écrit l’auteure, à « investiguer la situation personnelle du chômeur et son rapport aux normes d’emploi » (p. 113). Un peu à la manière d’une enquête de police, il s’agit dès lors de trouver des indices, professionnels (emploi et niveau de rémunération antérieurs) et personnels (montant du loyer, situation du conjoint, garde d’enfants), qui permettent d’estimer la probabilité que le chômeur a de trouver rapidement un emploi, et donc de quitter leur « portefeuille ». Cette évaluation sert dans le même temps à mettre à l’épreuve leur bonne volonté institutionnelle, c’est-à-dire de vérifier qu’ils acceptent de se laisser « accompagner » (ce que L. Lavitry nomme « compliance »). Les plus rétifs d’entre eux sont passibles de sanctions, que l’auteure étudie dans les trente pages suivantes.

9Dans le chapitre 6, elle écrit à ce propos que « la plupart des conseillers utilisent la sanction en derniers recours » : à l’instar d’autres agents publics au contact des usagers (Dubois, 2013), les conseillers Pôle emploi bénéficient d’un pouvoir discrétionnaire en matière de radiation ; ils privilégient ainsi des « techniques d’indulgence » (tels les entretiens téléphoniques), rappelant les règles aux chômeurs sans avoir à les sanctionner. Cette bienveillance relative ne doit pas faire oublier que Pôle emploi demeure un lieu d’« orthopédie sociale », comme l’écrit l’auteure, où l’on tente d’adapter le comportement des chômeurs à la « réalité » du marché de l’emploi. C’est là l’objet du chapitre 7. Si le conseiller n’est pas toujours en mesure de pallier l’absence de formation initiale ou de permis de conduire, il peut en revanche inciter, voire enjoindre, selon les cas, son interlocuteur à revoir à la baisse ses prétentions salariales ou à élargir le secteur d’activité et la zone géographique de sa recherche. Ceci conduit l’auteure à pointer, en conclusion, la limite des approches en termes de « magistratures sociales », qui concluent selon elle de façon trop rapide et trop optimiste à la réussite du projet « d’individualisation » des politiques sociales. Selon L. Lavitry, non seulement la « culture de la performance gestionnaire » de l’État social actif met pour partie en échec ce projet, mais, surtout, l’accompagnement n’est pas neutre : ce suivi professionnel recèle une forme de contrôle social (des classes moyennes et supérieures vers les classes populaires).

  • 3 En 2011, soit deux ans seulement après sa création, l’opérateur public enregistrait déjà cinq grèv (...)

10Par l’analyse fine de ses entretiens et de ses observations ethnographiques, L. Lavitry éclaire fort utilement les modalités ordinaires de définition de la professionnalité d’agents publics, qui, en plus d’être fort peu stabilisée, est « chahutée » (Dressen, 2014) par une fusion à l’égard de laquelle ils étaient majoritairement hostiles3. Si l’on reprend la typologie de Jean-Marc Weller (2009) à propos de la sociologie des agents administratifs, on peut dire que L. Lavitry se situe à mi-chemin entre une « ethnographie culturaliste des travailleurs », attentive à l’épaisseur sociale de la relation administrative, et une « approche pragmatique du travail », soucieuse de suivre le processus de fabrication des dossiers. Si cet entre-deux a ses avantages, l’auteure accorde parfois un crédit excessif aux effets propres de l’interaction, comme en témoigne la profusion de typologies dont l’apport à l’analyse n’est pas toujours évident. C’est notamment le cas lorsqu’elle distingue les agents selon qu’ils agissent d’après une « éthique de l’accompagnement » (privilégiant les chômeurs) ou une « éthique du placement » (favorisant les employeurs). L. Lavitry souligne en effet à plusieurs reprises l’importance des « projections par compassion » (p. 176), qui rappellent à quel point les conseillers Pôle emploi correspondent au profil de l’« inséreur inséré » (Mauger, 2001). De ce point de vue, ne peut-on y voir un effet des dispositions sociales, scolaires et professionnelles des agents ? Quid, de ce point de vue, du rôle de leur formation initiale (sciences humaines pour l’agence A, commerce-gestion et droit pour l’agence B) dans leur rapport au poste et aux usagers ?

11Par ailleurs, puisque l’auteure rappelle à plusieurs reprises ce que la fusion a de « politique », on peut s’étonner que cette variable soit relativement absente de l’analyse. Qu’en est-il, par exemple, du rôle des organisations syndicales dans la rationalisation gestionnaire de l’ANPE et dans la création de Pôle emploi – qui est l’une des « réformes emblématiques » (Hassenteufel, 2008) de la protection sociale de Nicolas Sarkozy, et qui s’inscrit dans le vaste dispositif de réforme de l’État marqué par des « politiques de la fusion » (Bezes et Le Lidec, 2016) ? Des consignes sont-elles données aux agents, qui permettraient de mieux saisir la réticence voire la résistance dont beaucoup témoignent à l’égard de nouvelles règles managériales qui encadrent leur activité ? Ces questions ne remettent pas en cause les apports de l’ouvrage ; elles visent surtout à inciter l’auteure à tirer pleinement parti de la sociologie politique du syndicalisme et de l’action publique, afin de tenir encore davantage le « triptyque institution/organisation/profession » (p. 191).

Haut de page

Bibliographie

Bezes P., Le Lidec P., 2016, « Politiques de la fusion. Les nouvelles frontières de l’État territorial », Revue française de science politique, 66, 3, p. 507-541.

Dressen M., 2014, « Les identités professionnelles à Pôle Emploi en France chahutées par les restructurations liées au mouvement de centralisation/décentralisation », SociologieS.

Dubois V., 2013, « Le rôle des street-level bureaucrats dans la conduite de l’action publique en France », dans Eymeri-Douzans J.-M., Bouckaert G. (dirs.), La France et ses administrations. Un état des savoirs, Bruxelles, Bruylant/ De Boeck, p. 169-176.

Hassenteufel P., 2008, « La sécurité sociale, entre “ruptures” affichées et transformations silencieuses », dans Borraz O., Guiraudon V., Maillard J. de, Surel Y. (dirs.), Les politiques publiques sous Sarkozy, Paris, Presses de Sciences Po, p. 341-360.

Lipsky M., 1980, Street-level bureaucracy. Dilemmas of the individual in public services, New York, Russell Sage Foundation.

Mauger G., 2001, « Les politiques d’insertion. Une contribution paradoxale à la déstabilisation du marché du travail », Actes de la recherche en sciences sociales, 136, 1, p. 5-14.

Pochic S., 2007, « Développer la recrutabilité. L’autre versant des transitions professionnelles », Cadres-CFDT, 425-426, p. 27-34.

Weber F., 1995, « L’ethnographie armée par les statistiques », Enquête, 1, p. 153-165.

Weller J.-M., 2009, « Les agents administratifs : travail d’arbitrage et conscience professionnelle », dans Demazière D., Gadea C., Arborio A.-M. (dirs.), Sociologie des groupes professionnels : acquis récents et nouveaux défis, Paris, La Découverte, p. 321-331.

Haut de page

Notes

1 Par exemple : A. Eychenne, « “Marre du Pôle emploi bashing’”, se plaint son directeur », L’Express, 09/12/2014.

2 La donne semble avoir changé depuis que Pôle emploi a lancé, en 2014, ses « Rencontres de l’emploi » pour renouer avec le monde académique. Lors de la 3e édition, programmée en mars 2018, l’institution décernera pour la première fois un prix à une thèse portant sur le marché du travail.

3 En 2011, soit deux ans seulement après sa création, l’opérateur public enregistrait déjà cinq grèves nationales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Sigalo Santos, « Lynda Lavitry, Flexibilité des chômeurs, mode d’emploi. Les conseillers à l’emploi à l’épreuve de l’activation, Presses universitaires de France, 2015, 240 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 12 | 2018, mis en ligne le 01 mai 2018, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/nrt/3631

Haut de page

Auteur

Luc Sigalo Santos

Docteur en science politique (Paris 8, CRESPPA-LabToP), post-doctorant en sociologie (Paris-Dauphine, IRISSO)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals