Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Pascal Marichalar, Qui a tué les verriers de Givors ? Une enquête de sciences sociales, La Découverte, coll. « l’envers des faits », 2017, 251 p.

Paul Bouffartique

Texte intégral

1Trois ans après « Médecin du travail, médecin du patron », l’excellent livre tiré de sa thèse et dont la NRT a rendu compte1, P. Marichalar publie un second ouvrage. Issu d’une recherche conduite entre 2013 et 2016 à Givors auprès d’anciens verriers en lutte pour la reconnaissance de leurs maladies professionnelles, son titre tient ses promesses. Il se lit en effet comme un roman… policier, en tenant le lecteur en haleine jusqu’au bout. Et ce, même si le-s criminel-s finissent – provisoirement ? – impunis. Car, on le sait, même quand il est parvenu à se faire reconnaître en tant que « victime » d’une maladie professionnelle, un travailleur n’est plus vu comme une victime, au sens où il serait en droit de poursuivre au pénal le ou les responsables. En effet, les questions de santé au travail ont été historiquement extraites du domaine du crime : la naissance de l’inspection du travail, la mise en place de systèmes d’indemnisation des accidents du travail et des maladies professionnelles et d’une médecine du travail focalisée sur la détermination de l’aptitude du travailleur à son poste – bien plus que sur la capacité du poste à accueillir un travailleur – ont sorti les dégâts du travail de la justice commune. Et, aujourd’hui encore, d’une part, la réalité des atteintes à la santé par le travail est largement sous-estimée pour une série de raisons que le livre donne à voir très concrètement – ainsi c’est au mieux, c’est un cancer professionnel sur trois qui serait reconnu comme tel, avec l’accès aux droits qu’il ouvre aux victimes ; d’autre part, les plaintes en pénal n’aboutissent presque jamais, notamment parce que la justice s’oriente vers la recherche d’un lien causal et certain entre exposition à des risques et atteinte à la santé, alors que ce lien ne peut être que d’ordre probabiliste.

2Il est pourtant des mobilisations collectives qui amènent leurs protagonistes à considérer la responsabilité des dirigeants d’entreprise à l’aulne de la criminalité ordinaire. Et c’est la dynamique et l’alchimie singulières d’une telle mobilisation que l’auteur s’efforce de nous restituer. Il y parvient au travers d’un récit très vivant qui nous permet d’accompagner de près une série de femmes et d’hommes dans leurs démarches, en partageant leurs drames, leurs joies et leurs peines au rythme des aléas de l’enquête qu’ils mènent eux-mêmes afin de soutenir leurs demandes de reconnaissance de maladie professionnelle et, plus au fond, leur demande de justice. N’hésitant pas à suivre pas à pas des histoires individuelles au fil de ce « parcours de combattant » en quoi consiste le cheminement d’une demande de reconnaissance d’un cancer professionnel, l’auteur les insère dans une histoire collective : celle d’un groupe mobilisé au travers de l’association des anciens verriers, celle de ses adversaires et celle de ses alliés.

3C’est que, depuis 2003 et l’échec de la lutte contre la fermeture de leur usine de verrerie industrielle pluri-centenaire qui les employait, cette association s’efforce au travers de multiples activités de soutenir les anciens verriers – qu’ils aient été reclassés ou passés à la retraite ou en pré-retraite - et d’entretenir la mémoire industrielle et ouvrière locale. Mais il faut attendre 2009 pour qu’une femme, l’épouse du leader de la mobilisation, aux côtés d’un ancien imprimeur, militant historien autodidacte et extérieur à l’ancienne verrerie, prennent l’initiative de lancer une enquête sur l’état de santé des anciens verriers. Son mari a lui-même déclaré un cancer quelques temps après la fermeture du site, et elle constate que nombreux sont les anciens verriers morts prématurément ou en train de tomber malade. Reste que « l’ancien délégué syndical ne comprend pas comment son épouse peut mettre en cause l’institution qui les a fait vivre pendant trente-trois ans, et dont il a, par tous les moyens, essayé d’éviter la fermeture » (p. 42). Mais l’épouse connaît bien l’histoire médicale de son mari et de nombre de ses compagnons de travail, pour en avoir souvent parlé avec leurs conjointes. Le premier obstacle à surmonter est donc le déni dans lequel sont plongés les anciens verriers, très attachés à leur usine et encore sous le choc de sa fermeture : « Tu ne mords pas la main qui t’a nourri » avait coutume de répéter l’ancien délégué syndical. Et derrière ce déni, se trouve la résistance du virilisme ouvrier et de la domination masculine, profondément fragilisée à la fois par la maladie et par la dés-idéalisation du travail passé.

4Une fois collectés les résultats d’une enquête – de type « épidémiologie populaire » – auprès des anciens verriers, qui confirme une très forte surreprésentation des décès et des malades liés aux cancers, le plus dur commence : reconstituer les conditions de travail et retrouver la liste des produits dangereux utilisés au cours des dernières décennies alors qu’une grande partie des archives de l’usine a disparu. Ce sera l’œuvre à la fois des anciens ouvriers réunis régulièrement pour se remémorer gestes et situations de travail, et de l’ancien imprimeur, qui rassemble des archives locales et une documentation générale permettant d’instruire la question des liens entre le travail et la santé chez les verriers. La dangerosité de très nombreux produits s’avère avoir été gravement sous-estimée et/ou dissimulée. P. Marichalar parvient ici à nous initier aux modalités techniques et médicales au travers desquelles se construit l’énorme décalage entre la définition officielle des risques – la liste des produits toxiques, les seuils d’exposition, les conditions d’utilisation – et les réalités matérielles des conditions et processus de travail qui les actualisent in situ. Comme c’est le cas pour ces nombreuses graisses utilisées sur les machines, inoffensives à faible température, et très dangereuses à haute température où elles prennent forme gazeuse.

5La suite de l’histoire met face à face deux forces sociales aux atouts dissymétriques. D’un côté, « la mobilisation se nourrit d’un puissant carburant : l’idée que « cela n’aurait pas dû se produire ». Mais ses objectifs précis en restent encore à déterminer : s’agit-il d’obtenir des sanctions, des compensations, l’assurance que cela ne se produira plus, des excuses, des expressions d’empathie ? ». De l’autre, « Les différents visages de l’Etat (qui) ne s’embarrassent pas de cette complexité. Pour l’assurance maladie, l’administration du travail aussi bien que l’institution judiciaire, la justice en la matière ne peut avoir qu’un sens : obtenir la reconnaissance de l’origine professionnelle de la maladie » (p. 93). La puissance de cette dernière vision est telle que bien des victimes se résignent à y limiter l’horizon de leur combat. Tous découvrent ce véritable « dispositif de gouvernement » des travailleurs malades en quoi consistent les procédures très individualisées associées à la démarche de reconnaissance, laquelle « semble avoir été définie dans un seul but : restreindre le nombre de personnes qui seront reconnues, tout en projetant l’apparence d’une procédure qui se fonderait uniquement sur la connaissance scientifique » (p. 94). Les anciens verriers découvrent qu’il n’existe pas de « reconnaissance collective » de maladie professionnelle. C’est le partage des expériences individuelles qu’ils font de la procédure de reconnaissance qui va les aider à mettre en place des stratégies communes et venir soutenir leur capacité à poursuivre la course d’obstacle.

6Comme pour la plupart des anciens verriers atteints d’un cancer leur situation ne rentre pas dans un des tableaux officiels de maladie professionnelle : ils doivent donc remplir le formulaire de « demande motivée de reconnaissance de maladie professionnelle », avec le soutien d’un médecin. Or, les praticiens qui acceptent de s’y atteler sont fort peu nombreux. Et l’issue de la demande est soumise aux décisions arbitraires de comités d’experts de l’assurance maladie – dont il faut rappeler qu’elle se trouve « juge et partie », puisque c’est à elle qu’incombe l’indemnisation éventuelle des assurés sociaux. Les décisions négatives et peu motivées tombent. Si l’on refuse de renoncer, il faut alors contester cet avis et tenter un recours, lequel confirme presque toujours le premier avis négatif. Ne reste plus alors comme recours que le Tribunal des affaires de Sécurité Sociales (TASS).

  • 2 Voir Flavienne Lanna, « Du travailleur au malade : retour sur la reconstitution du parcours profes (...)

7Ce n’est qu’en 2012 – année où meurt leur leader, sans avoir encore été reconnu comme malade pour des raisons professionnelles – que l’association des anciens verriers découvre l’existence de l’équipe de recherche du GISCOP. Cette dernière milite pour l’amélioration de la reconnaissance des cancers d’origine professionnelle via la mise au point de sa méthode originale, combinant recueil de récits de parcours professionnels par les travailleurs et mobilisation de collectifs d’experts en santé au travail.2 C’est l’appui de cette équipe et du cabinet d’avocat avec lequel elle travaille qui sera décisif dans l’obtention d’un jugement favorable du TASS. Deux années après la mort de l’animateur de l’association, son cancer est enfin reconnu comme d’origine professionnelle. Les anciens verriers jusque-là découragés vont reprendre espoir. Et plusieurs reconnaissances de cancers comme ayant une origine professionnelle interviendront, malgré leur identification comme étant « hors tableau ».

8Mais l’histoire n’est pas finie. Un nouvel adversaire de la cause des ouvriers s’est réveillé : l’entreprise qui a repris les anciennes installations, et avec elles, le passif de l’ancien propriétaire. Elle veut éviter de devoir faire les frais d’une vague de reconnaissance de maladies professionnelles. Les démarches engagées au pénal par les ouvriers malades n’aboutissent pas, car « le juge se cantonne à la logique stricte de ce qu’il considère comme étant l’esprit des lois : la matière pénale a besoin de certitude ; or pas une des voix du dossier ne prouve avec une entière certitude que les maladies du verrier sont dues à son ancien travail » (p. 159). De plus, même si on parvenait à prouver qu’un crime a bien été commis, encore faudrait-il parvenir à identifier la personne responsable, ce qui est particulièrement difficile quand l’entreprise a été restructurée et sa chaîne de commandement rendue très opaque.

9Le dernier épisode du feuilleton se déroule en 2016. 60 anciens verriers, sur le conseil de leur avocat, tentent, en vain, d’obtenir du tribunal des Prud’hommes une indemnisation au titre du « préjudice d’anxiété ». Le contexte est celui où les jurisprudences se multiplient tentant de limiter la portée de cette nouvelle voie de reconnaissance d’atteintes à la santé, les employeurs et l’Etat craignant là un « injustifiable puit sans fond » : pour les tribunaux, l’anxiété n’est jamais prouvée de manière formelle, et l’incertitude demeure quant à la causalité de la maladie. La demande de réparation matérielle et symbolique par l’indemnisation n’aboutit donc pas. Comme pour le scandale de l’amiante, les criminels ne sont pas – ou pas encore – sanctionnés, et resteront pour l’heure sans visage. Le cumul de conditions favorables à l’aboutissement de la cause des anciens verriers bénéficiait pourtant de nombreuses conditions favorables : « un réseau d’interdépendance dense entre anciens collègues (…) un attachement fort à leur travail passé et une incontestable expertise des tâches qu’il impliquait ; l’inscription dans un réseau militant vieillissant mais toujours important, historiquement lié au parti communiste français et à la CGT, qui leur permettait de coopérer avec des responsables politiques de premier plan, des avocats, des journalistes, des scientifiques » (p. 215). Mais ces atouts ne leurs ont pas suffi à obtenir une reconnaissance systématique de leurs maladies comme professionnelle, pas plus qu’une condamnation des responsables.

10Reste que le livre de Pascal Marichal vient s’ajouter à ces atouts. On aura compris que sa démarche est celle d’un chercheur engagé aux côtés des victimes des risques professionnels. Et parce qu’elle est conduite et restituée d’une main de maître elle donne de nombreux outils au service de cette cause, dont l’auteur rappelle en conclusion l’actualité, le chômage de masse conduisant bien trop souvent à accepter de « perdre sa vie en la gagnant ».

Haut de page

Notes

1 Voir la NRT, n°6, Printemps 2015. [En ligne] https://journals.openedition.org/nrt/2068

2 Voir Flavienne Lanna, « Du travailleur au malade : retour sur la reconstitution du parcours professionnel de patients atteints du cancer en Seine-Saint Denis », la NRT, n°3, 2013. [En ligne] https://journals.openedition.org/nrt/653

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bouffartique, « Pascal Marichalar, Qui a tué les verriers de Givors ? Une enquête de sciences sociales, La Découverte, coll. « l’envers des faits », 2017, 251 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 12 | 2018, mis en ligne le 01 mai 2018, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/nrt/3637

Haut de page

Auteur

Paul Bouffartique

Aix Marseille Univ, CNRS, LEST, Aix-en-Provence, France

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals