Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Matthieu de Nanteuil, Rendre justice au travail. Éthique et politique dans les organisations, Paris, Presses universitaires de France, 2016, 364 p.

Lionel Jacquot

Texte intégral

  • 1 François Dubet, avec Valérie Caillet, Régis Cortéséro, David Mélo et Françoise Rault (2006), Injus (...)

1François Dubet et son équipe publiaient en 2006 les résultats d’une recherche sur l’expérience des inégalités au travail1. Dans la perspective tracée par la sociologie de la critique, ils entendaient faire l’examen des injustices vécues au travail, se demandant ce que les acteurs pensent de la justice de leur situation et du monde dans lequel ils vivent. L’ouvrage que Matthieu de Nanteuil vient de faire paraître récemment, comme le suggère la forme injonctive du titre, se veut une réponse à l’inventaire des injustices au travail dressé par les sociologues bordelais une décennie plus tôt. Il ne fournit pas de nouvelles données, ne présente pas d’observations originales, ne restitue pas de connaissances supplémentaires sur les inégalités, injustices, souffrances… qui caractériseraient le monde du travail contemporain mais cherche, dans une perspective normative assumée, à contribuer au projet d’un travail plus juste.

2Il s’agit donc d’une enquête érudite dans le champ des théories contemporaines de la justice sociale qui vise à les renouveler en y intégrant la question centrale du travail qu’elles ont jusqu’alors délaissée. Comment le travail où nous faisons l’expérience de l’injustice pourrait-il encore rester le grand oublié des théories de la justice sociale ? Corriger cette faille conduit Matthieu de Nanteuil, professeur de sociologie à l’université de Louvain, à interroger la contribution du travail à la réflexion éthique, à penser les ressources spécifiques mobilisables sur lesquelles s’appuyer pour jeter les fondements d’une éthique du travail.

  • 2 Henri Amblard, Philippe Bernoux, Gilles Herreros, Yves-Frédéric Livian (2005), Les nouvelles appro (...)

3C’est ce défi contemporain d’un travail plus juste que Matthieu de Nanteuil propose de relever, en s’inscrivant dans la même veine de la sociologie française des organisations qui cherche à donner à la fois des clés de compréhension et d’action aux acteurs engagés dans des situations organisationnelles2. La méthode pour y parvenir distingue trois étapes successives : repenser les valeurs en conflit, les « dilemmes » éthiques dans les organisations ; saisir les processus de subjectivation par lesquels les travailleurs se constituent à distance des systèmes ; examiner les attentes de comportement qui les façonnent et à partir desquelles ils inventent des modes de vie. Cette méthode permet à l’auteur, non seulement d’évaluer quelques propositions contemporaines de moralisation du capitalisme, mais aussi – et c’est le point de mire qu’il se donne – d’identifier, à partir de recherches actuelles en philosophie et sociologie morales, des modèles normatifs mobilisables par les acteurs pour résoudre les dilemmes éthiques auxquels ils sont confrontés.

4Si Matthieu de Nanteuil revient dans le chapitre premier L’esprit des Lumières sur la controverse qui opposa Voltaire et Rousseau, c’est qu’elle continue de résonner à l’orée du XXIe siècle, que la radicalité de la raison moderne dans laquelle les encyclopédistes plaçaient beaucoup d’espoir n’en finit pas d’achopper sur la reproduction des inégalités sociales que pointait l’auteur du Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes (1755). La leçon qu’il faut en tirer, nous dit Matthieu de Nanteuil, est que les termes d’une politique émancipatrice ne peuvent être repensés qu’en s’arrimant sur des dispositions éthiques propres à nourrir la recherche d’un monde plus juste, que « le travail, en ce qu’il ouvre, potentiellement au moins, sur une expérience quotidienne de l’injustice, sur la mise à l’épreuve du sujet éthique » (p. 34), doit recouvrer toute sa place dans les théories de la justice sociale. Ce qu’une critique du productivisme par l’écologie politique ne permet pas lorsqu’elle conduit à occulter la question centrale du travail et se satisfait par là même des injustices dont il est le théâtre. Rendre le travail plus visible passe déjà par ne pas reproduire les carences de modèles de pensée qui lui dénieraient toute valeur éthique.

  • 3 Luc Boltanski (2009), De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Gallimard.
  • 4 Luc Boltanski, Laurent Thévenot (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Gallima (...)
  • 5 Christophe Dejours (2009), Travail vivant. Tome I. Travail et sexualité. Tome II. Travail et émanc (...)
  • 6 François Dubet (2006), op. cit.

5La généalogie critique du rapport entre travail et valeurs exposée dans le chapitre 2 souligne d’ailleurs l’omission persistante de la dimension éthique du travail que l’auteur explique par la domination d’un cadre de pensée dichotomique opposant lectures libérale et marxienne. Ces deux lectures, en identifiant le travail à l’échange pour l’une et à la production pour l’autre, n’ont pas permis de lui conférer le statut d’expérience éthique. Pour Matthieu de Nanteuil, c’est parce que la sociologie du travail n’a pas su sortir de ce cadre de pensée qu’elle s’est privée de « supports analytiques » capables de rendre compte du rôle des jugements chez les acteurs, de prendre appui sur leur sens moral, et particulièrement, sur leur sens ordinaire de la justice3. Mais des travaux récents ont ouvert de nouvelles voies pour saisir les enjeux éthiques du travail. Du courant des économies de la grandeur de Luc Boltanski et Laurent Thévenot4 à la psychodynamique du travail de Christophe Dejours5 en passant par l’enquête de François Dubet sur l’expérience des inégalités au travail6, il y a une perspective commune de renouvellement de la réflexion éthique sur le travail en partant de l’expérience de celles/ceux qui le font et le vivent, perspective dans laquelle l’auteur de Rendre justice au travail s’inscrit pour creuser son sillon.

  • 7 Luc Boltanski, Ève Chiapello (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard.
  • 8 Anne Salmon (2009), Moraliser le capitalisme ?, CNRS Éditions.
  • 9 Voir Emmanuel Renault (2016), « En quoi le travail échappe-t-il aux théories de la justice ? », Tr (...)

6Les transformations, les souffrances, les injustices qui ont affecté, dans des formes diverses, les travailleurs ces dernières décennies, ont reposé avec plus d’acuité la question de la justice sur les lieux de travail. Le capitalisme a su produire de nouvelles justifications morales nécessaires pour « endogénéiser » une partie de la critique7, et pour ce faire, a eu recours à l’éthique d’entreprise qui, sous couvert de moralisation du capitalisme, a engagé a contrario une économisation de l’éthique8. Le chapitre 3 rend compte des dangers d’une instrumentalisation de l’éthique en discutant trois notions en vogue qui ambitionnent, chacune à sa manière, de « moraliser le capitalisme » : la responsabilité sociale de l’entreprise (RSE), la justice organisationnelle et le travail décent. Les dispositifs mis en place pour mettre en œuvre ces propositions qui dominent le champ économique et gestionnaire n’ont pas permis au travailleur d’advenir comme sujet éthique et politique, en ce qu’ils réduisent notamment les enjeux de justice au travail considéré comme emploi, au détriment du travail considéré comme activité9. Malgré ce constat d’échec, Matthieu de Nanteuil soutient la nécessité de ne pas réduire l’éthique à une simple « tentation », ce qui reviendrait à condamner tout projet visant à associer justice et travail alors que l’enjeu demeure de réhabiliter ce dernier comme scène de justice.

7Le sociologue franchit un pas supplémentaire dans le chapitre 4, en adoptant une démarche dont la visée est « ouvertement propositive ». L’approche sociologique qui examine « la façon dont les acteurs sont en mesure de mobiliser des normes de justice au fil de leur expérience concrète, en particulier lorsqu’ils sont confrontés à des conflits de valeurs » (p. 166) resterait au milieu du gué si elle n’engageait pas son savoir pour rendre le travail plus juste, si elle ne construisait pas des « modèles normatifs » « permettant non seulement d’identifier des dilemmes éthiques dans les organisations, mais aussi de travailler à leur résolution pratique » (p. 167). Aussi, Matthieu de Nanteuil présente-t-il, dans ce dernier chapitre de plus de 140 pages, quatre modèles idéal-typiques de justice issus de la recherche en sociologie et philosophie morales : « l’éthique de la discussion », « l’éthique du compromis », l’éthique du développement » et « l’éthique de la reconnaissance ». Le premier modèle applique l’éthique de la discussion – théorisée par Jürgen Habermas – aux activités professionnelles et s’attaque aux « distorsions communicationnelles » qui empêcheraient la construction d’un espace public de discussion, interdisant ainsi de faire du travail le lieu d’une expérience de l’intercompréhension. Le second modèle emprunte à la grille de lecture des Économies de la grandeur ; il repose sur la négociation et soutient la perspective du compromis en vue de stabiliser les relations de coopération ou de réciprocité dans la durée « au nom du bien commun ». Le troisième modèle s’inspire de l’approche par les capacités (capability approach) d’Amartya Sen et de Martha Nussbaum : il vise le développement et l’élargissement des possibilités d’action des travailleurs permettant de tendre vers un idéal de dignité au travail et de vie bonne. Le quatrième modèle puise dans la théorie de la reconnaissance d’Axel Honneth et travaille à la mise en place des conditions « d’un devenir-soi du sujet social » (p. 280) qui puisse répondre aux attentes d’individus, de groupes, d’acteurs collectifs qui ne se sentent pas reconnus à leur juste valeur.

8Ces quatre modèles normatifs donnent à voir des ressources spécifiques qui peuvent être requises pour « rendre justice au travail ». C’est pourquoi leur présentation constitue pour Matthieu de Nanteuil « le point d’entrée vers un renouvellement de l’éthique dans le travail, en vue de sa traduction dans l’action. Elle ouvre la voie à une politique » (p. 314). Cette dernière doit s’adosser à une théorie intersubjective de la justice qui : 1) reconnaît la pluralité des modèles d’analyse des injustices au travail et, par là même, des modes de résolution des conflits les concernant ; 2) place la réflexion sur la subjectivité au cœur même de la construction de la justice ; 3) considère que ce sont aux acteurs eux-mêmes d’inventer le chemin pour une nouvelle éthique du travail. Tels sont les enseignements que Matthieu de Nanteuil tire de son enquête sur les théories de la justice du travail dans le chapitre conclusif.

9Malgré le soin didactique pris pour exposer les modèles normatifs de justice, l’auteur en se situant sur le terrain des théories de la justice s’exprime dans un langage qui pourra paraître ésotérique à beaucoup, ce qui peut nuire à l’objectif formulé dans l’avant-propos d’aider le lecteur à prendre connaissance de ces différents modèles et de lui permettre de faire le lien avec sa propre situation professionnelle. Et si ce n’est pas le débat philosophique qui l’intéresse, comme il l’affirme en conclusion, mais bien la façon dont les contextes de travail façonnent, dans les pratiques, les ressources éthiques permettant aux acteurs d’affronter les problèmes qui sont les leurs, c’est à une toute autre enquête que l’auteur devrait se livrer, le conduisant, en sociologue, à véritablement partir des formes de l’injustice au travail que subissent les travailleurs et des critiques du travail que ceux-ci construisent pour y répondre.

10L’ouvrage semble s’adresser davantage au lectorat académique qui questionne les rapports de la justice et du travail qu’aux travailleurs eux-mêmes, pour qui sont identifiés ces modèles de justice sans que ne soient abordées les médiations sociales permettant leur activation. Pour participer à rendre le travail plus juste, encore faut-il que la sociologie ne défende pas une forme idéelle de justice qui s’appliquerait au travail, mais qu’elle redescende dans l’arène du travail, car les idées, pour plagier Karl Marx et Friedrich Engels, ne peuvent absolument rien réaliser. « Pour réaliser les idées – affirmaient-ils dans La Sainte Famille ou critique de la critique critique (1845) –, il faut les hommes qui mettent en jeu une force pratique ». A trop s’éloigner d’eux pour contempler le « Ciel des Idées », le sociologue ne risque-t-il pas d’échouer dans son entreprise de les servir ?

Haut de page

Notes

1 François Dubet, avec Valérie Caillet, Régis Cortéséro, David Mélo et Françoise Rault (2006), Injustices. L’expérience des inégalités au travail, Le Seuil.

2 Henri Amblard, Philippe Bernoux, Gilles Herreros, Yves-Frédéric Livian (2005), Les nouvelles approches sociologiques des organisations, Le Seuil.

3 Luc Boltanski (2009), De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Gallimard.

4 Luc Boltanski, Laurent Thévenot (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Gallimard.

5 Christophe Dejours (2009), Travail vivant. Tome I. Travail et sexualité. Tome II. Travail et émancipation, Payot.

6 François Dubet (2006), op. cit.

7 Luc Boltanski, Ève Chiapello (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard.

8 Anne Salmon (2009), Moraliser le capitalisme ?, CNRS Éditions.

9 Voir Emmanuel Renault (2016), « En quoi le travail échappe-t-il aux théories de la justice ? », Travailler, n°36, p. 43-57.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Jacquot, « Matthieu de Nanteuil, Rendre justice au travail. Éthique et politique dans les organisations, Paris, Presses universitaires de France, 2016, 364 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 12 | 2018, mis en ligne le 01 mai 2018, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/nrt/3640

Haut de page

Auteur

Lionel Jacquot

2L2S, université de Loraine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals