Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Danielle Tartakowski, Construire l’Université au xxie siècle, Paris, Éditions du Détour, 2017, 224 p.

Stéphanie Mignot-Gérard

Texte intégral

1Construire l’Université au XXIe siècle est le témoignage rétrospectif de Danielle Tartakowski sur sa présidence de l’université Paris 8 entre 2012 et 2016. Témoignage exceptionnel à trois égards. Par la biographie et la trajectoire professionnelle de son auteure d’abord : fille de militants communistes et héritière d’une culture qu’elle qualifie de « marxo-kéynésienne », D. Tartakowski est une militante de gauche, partisane convaincue d’une université de service public. Cet engagement politique l’amènera, sur le terrain de l’université, à s’engager en 2009 dans les manifestations anti-LRU et notamment par sa participation active à la « ronde infinie des obstinés » qui dénonçait l’avènement d’un enseignement supérieur concurrentiel et voué aux injonctions de l’économie marchande. Exceptionnel, ensuite, parce que sa candidature à la présidence de Paris 8 s’inscrit ainsi dans le contexte d’une réforme – consacrant l’autonomie des universités et confortant le pouvoir de leurs présidents – qu’elle dénonce publiquement. Exceptionnel, enfin, par l’histoire et la culture institutionnelle de l’université qu’elle s’apprête à diriger : Paris 8 est la fille de l’innovante Université de Vincennes fondée à l’après-68 et animée par de grandes figures intellectuelles de la « pensée critique ».

2La force du récit de Danielle Tartakowski réside dans son articulation entre le récit réflexif d’une trajectoire personnelle tiraillée entre militantisme, travail intellectuel et action politique, l’analyse des transformations d’une université singulière, et la mise en lumière du changement de paradigme auquel l’enseignement supérieur et la recherche français est soumis.

3Après avoir été encouragée par quelques collègues à se porter candidate, elle résume ainsi le défi qui est le sien et dessine, en creux, la voie étroite qu’elle s’apprête à emprunter : « Que peut être la latitude d’une présidente face à des conceptions libérales qui en appellent à l’émergence et à l’affirmation d’établissements concurrentiels connectés aux besoins de l’Economie et régulés par le marché et non plus par l’Etat ? » (p. 9). Sa profession de foi affirme son attachement au service public, à la démocratisation de l’accès aux savoirs et à l’égalité territoriale, et réfute en corollaire la concurrence, la déprofessionnalisation du travail intellectuel, la recherche de rentabilité et la managérialisation de la gouvernance. Les trois listes présidentielles se présentent toutes sous la bannière anti-LRU, mais celle de Danièle Tartakowski adopte l’approche la plus réformiste : elle affirme son engagement pour une gestion responsable et la nécessité de se transformer là où ses opposants récusent la LRU au nom de principes historiques qui font la singularité de Paris 8. Elle sera largement élue le 8 juillet 2012, mais d’emblée mise en difficulté, les trois listes ayant refusé la possibilité offerte par la loi que le président propose ses vice-présidents. Elle devra finalement gouverner avec un vice-président du CFVU issu d’une liste concurrente.

4Elle initie son mandat armée de la conviction qu’un président d’université doit porter haut le débat démocratique, sur la sphère publique et au sein de son établissement. Fidèle à ses valeurs, elle se lie à un petit groupe de présidents frondeurs au sein de la CPU pour exiger que l’Etat reprenne la gestion de la masse salariale dans un contexte de sous-financement structurel des universités ; ce groupe alertera également la nouvelle Ministre, Geneviève Fioraso, du risque de concentration financière associée aux regroupements qu’elle institutionnalise avec sa loi de 2012. La première désillusion arrive : ces prises de position ne sont pas relayées dans l’espace public. Elle échoue également à susciter le débat dans son université face à des opposants qu’elle décrit enfermés dans un « discours radicalisé », refusant toute discussion qu’ils assimilent à une forme de collaboration avec cette autorité présidentielle qu’ils combattent – et qu’elle incarne désormais.

5Outre ces limites à l’exercice « politique » de sa fonction, Danielle Tartakowski reconnaît que la dimension « gestionnaire » est également difficile à appréhender par des enseignants-chercheurs qui n’ont pas toujours les aptitudes requises à la gestion de « dizaines de millions d’euros, de milliers de personnels et d’étudiants » (p. 78). Elle pourra cependant s’appuyer sur des cadres administratifs de haut niveau, notamment sa DGS et son directeur de cabinet qui deviennent ses plus proches collaborateurs. Car en effet, elle qui avait à cœur d’organiser une gouvernance « collective » parvient, à l’issue de son mandat, au constat amer d’une « indéniable autonomisation de l’exécutif qu’on peut qualifier de présidentialisation, ce qui n’entrait pas dans mes orientations premières » (p. 96). Plusieurs éléments concourent à sa difficulté à faire participer le plus grand nombre aux processus de décision. D’une part, le large éventail des missions de l’université l’oblige à nommer une équipe de vice-présidents et chargés de mission « proliférante » qui favorise peu la cohésion. D’autre part, les conseils centraux souffrent tantôt d’une participation trop faible (au CFVU où le quorum n’est pas toujours atteint), tantôt de conflits entre eux, le conseil académique s’affrontant fréquemment au conseil d’administration qui doit arbitrer une allocation des moyens équilibrée entre les missions d’enseignement et de recherche dans un contexte de pénurie budgétaire. Face à ces dysfonctionnements, la présidente se voit contre son gré obligée à des contournements ou à passer en force au conseil d’administration, reléguant ce dernier à une chambre d’enregistrement.

  • 1 Rémond R. (1979), La Règle et le consentement. Gouverner une société, Paris, Fayard.

6De nombreuses décisions sont dès lors soumises à la contestation. Le vote des statuts du PRES, les modalités d’attribution des primes des personnels BIATSS, la mise en place de nouvelles maquettes d’enseignement, deviennent ainsi le terrain d’une « démocratie directe », qui s’exprime par des grèves longues, et de manière parfois violente par l’occupation des conseils, des barrages filtrants et même une séquestration. La « présidence est un sport de combat », résume l’auteure en reprenant à son compte la formule de Pierre Bourdieu. Certes, cette violence a pu s’illustrer dans d’autres universités à d’autres périodes, comme en a témoigné René Rémond alors qu’il présidait l’université de Nanterre au début des années 19701. Mais elle s’explique ici selon Danièle Tartakowski par un contexte inédit de réformes d’ampleur qui suscitent l’inquiétude des personnels – comme la crainte d’une fusion entre Paris 8 et Paris Nanterre – et qui en outre s’enchaînent à un rythme effréné dans des calendriers qui imposent de prendre des décisions dans l’urgence.

7Le temps court est donc turbulent. Pourtant, l’université Paris 8 a indéniablement fait sa mutation dans le temps long. L’université fourmille d’initiatives qui, quoique « fragmentées », contribuent à la mesure de ses moyens aux trois grands défis auxquels nos universités contemporaines doivent faire face : la massification et la diversification des publics étudiants, la participation à la construction d’une société solidaire et citoyenne, l’accès aux savoirs et l’élévation du niveau d’études. Les enseignants-chercheurs, bien que sous tension et faisant l’expérience d’une crise identitaire profonde, ont, pour la majorité – les « néo-Paris 8 » –, intériorisé la nécessité de mettre sur leur agenda l’innovation pédagogique et l’insertion professionnelle.

8L’ouvrage se termine sur la narration de la création de la COMUE Paris-Lumières. Bien que la présidente de Paris 8 s’inquiète de regroupements impliquant un empilement de structures coûteuses et des centres de décisions éloignés du terrain, elle s’y engage avec le président de Paris Ouest avec lequel elle partage la vision d’une COMUE « confédérale et démocratique ». Cette décision illustre le pragmatisme d’une présidente qui reconnaît devoir agir au mieux dans un cadre donné, plutôt que de s’enfermer dans une résistance auto-proclamée : « une fois la loi promulguée, il s’agit moins de savoir ce que nous pouvons faire sans elle que de déterminer comment faire avec, sans contrevenir à nos orientations » (p. 167). La candidature de la COMUE au PIA2 est encore vécue comme un renoncement par Danièle Tartakowski, qui envisage le programme des investissements d’avenir comme un instrument d’une construction étatique des marchés au détriment de financements récurrents. C’est ainsi que la COMUE Paris-Lumières concourra au projet ISite, qui se réclame plus ouvert que les précédents appels à projets Idex. Le projet @nthropolis sera finalement rejeté par le jury international, qui va valoriser les projets portés par des regroupements pré-fusionnels dotés d’une « gouvernance forte ». Cet épilogue malheureux reflète la coexistence de deux conceptions qui s’affrontent au sommet de l’Etat : une université au service de ses territoires versus une université de classe mondiale conforme au modèle promu par les classements internationaux, lequel va finalement s’imposer dans la compétition.

9Danièle Tartakowski analyse finalement les désillusions de son mandat à l’aune de cette vague néo-libérale qui n’a pas de visage. Ce fut particulièrement le cas à Paris 8, où ses partisans comme ses adversaires, en l’absence d’une opposition clairement identifiée, ont échoué "à articuler leurs exigences spécifiques à des combats stratégiques » (p. 200). C’est sans doute la raison pour laquelle elle ne se représentera pas à la présidence de l’université pour un second mandat.

  • 2 Musselin, C. (2017), La grande course des universités, Presses de Sciences Po.

10Bien plus qu’un témoignage, Danielle Tartakowski nous offre une analyse des contradictions de l’action publique dans le secteur de l’ESR, une analyse qui rejoint celle des chercheurs qui travaillent ces questions depuis longtemps2. Elle contribue en outre à la réflexion sur les tensions propres à l’exercice de la fonction de président d’université, qui sinue entre autorité et démocratie, entre autonomie et prégnance du pilotage étatique, entre défense des valeurs publiques et engagement bon gré mal gré dans une compétition redoutable.

  • 3 Cohen M.-D., March J.-G. et Olsen J.-P. (1972), « A Garbage Can Model of
  • 4 Denis J.-L., Lamothe L. et Langley A., (2001), “The Dynamics of Collective Leadership and Strategi (...)

11Certes Danielle Tartakowski aurait pu mobiliser la théorie des organisations universitaires pour saisir les limites et leviers de l’exercice du gouvernement d’une université et mettre ainsi à distance les déceptions dont elle convient à l’issue de son mandat. Ainsi les décisions qu’elle décrit dans son ouvrage font fréquemment écho au modèle du Garbage Can (où s’entrechoquent des problèmes, des solutions et des acteurs à des échelles spatio-temporelles différentes) décrit par James March et ses collègues dans les années 19703. De même, les transformations chaotiques de Paris 8 sont typiques des processus de changement dans les organisations pluralistes4, qui nécessitent une coïncidence rarement possible entre l’environnement institutionnel, la cohésion d’une équipe de direction et la relation avec le cœur de l’organisation.

12Son livre n’en reste pas moins un témoignage saisissant, modeste et réflexif d’une académique passée à l’action politique, une expérience qui a radicalement transformé sa vision du rôle de l’intellectuel dans la société.

Haut de page

Notes

1 Rémond R. (1979), La Règle et le consentement. Gouverner une société, Paris, Fayard.

2 Musselin, C. (2017), La grande course des universités, Presses de Sciences Po.

3 Cohen M.-D., March J.-G. et Olsen J.-P. (1972), « A Garbage Can Model of

Organizational Choice », Administrative Science Quarterly, 17 (1), p. 1-25.

4 Denis J.-L., Lamothe L. et Langley A., (2001), “The Dynamics of Collective Leadership and Strategic Change in Pluralistic Organizations”, Academy of Management Journal, 44 (4), 809-837.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Mignot-Gérard, « Danielle Tartakowski, Construire l’Université au xxie siècle, Paris, Éditions du Détour, 2017, 224 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 12 | 2018, mis en ligne le 01 mai 2018, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/nrt/3641

Haut de page

Auteur

Stéphanie Mignot-Gérard

Maître de Conférences, IRG, UPEC

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals