Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Pierre Veltz, La Société hyper-industrielle, Paris, Le Seuil, La République des Idées, 2017, 128 p.

Fabien Allait

Texte intégral

1L’ambition de cet essai est de décrire et mettre en perspective les ruptures et les continuités de la production industrielle aujourd’hui. Cette visée est empreinte de la trajectoire personnelle et professionnelle de l’auteur, Pierre Veltz, à la fois polytechnicien, sociologue et président d’un établissement d’enseignement supérieur. Son exposé se veut un dialogue constant entre les analyses de différentes disciplines pour percevoir l’impact des évolutions productives sur le plan technologique, sociologique, économique et politique. C’est par ce regard particulier sur le monde qu’il entend mettre à mal deux idées fortes à la présence récurrente tant dans le champ médiatique qu’académique : la fin annoncée du travail humain et le développement de sociétés post-industrielles en Occident.

2Il rappelle que, si la robotisation de certaines tâches et le machinisme dans les manufactures sont des réalités qui ont cours, cela n’implique pas un effacement des Hommes au sein des lieux de production. Bien au contraire, nous dit l’auteur, de nombreuses statistiques (notamment, le taux d’emploi dans les pays de l’OCDE) permettent de rendre compte du maintien - et même de la croissance - de l’emploi (en particulier manufacturier) de par le monde. Au sein même des univers les plus digitalisés, la présence de l’Homme est indispensable, comme le montre le cas emblématique de la plateforme Amazon Mechanical Turk qui propose des micro-tâches à réaliser aux individus - contre des micro-rémunérations -, ces dernières ne pouvant être pleinement comprises par les machines. Pour Pierre Veltz, la dominance des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) ne rend pas l’Homme obsolète, mais illustre son caractère indispensable. Dès lors, l’auteur s’emploie à comprendre ce qui a changé dans le travail humain et dans les organisations industrielles depuis les années 1980, changements inaugurant la résilience du chômage de masse en France notamment.

3Nous évoluons bien dans un monde totalement transformé par les évolutions technologiques de ces dernières décennies, mais également par des aspirations politiques et des impératifs écologiques. Les discours déclinistes et pessimistes quant à l’avenir du travail humain, comme ceux évoquant une défaite économique et productive de l’Occident face à l’Asie et aux nouveaux pays émergents, ces discours correspondraient, selon l’auteur, à un immobilisme de la pensée face au dynamisme de la réalité matérielle mouvante.

4L’ouvrage est divisé en deux parties. La première - qui s’étend du premier au sixième chapitre - entend poser les postulats de la société hyper-industrielle que Pierre Veltz s’engage à décrire. Parmi eux, on retrouve l’idée force de l’ouvrage : l’industrialisation persistante du monde, voire son intensification. L’industrie ne décline pas, au contraire, elle prospère et se transforme. En effet, la croissance de l’emploi a lieu également dans le champ industriel, tout particulièrement dans les pays émergents. Ce que ne voient pas nombre de chercheurs qui s’en tiennent à une vision évolutionniste, consistant à comparer le développement industriel des nouveaux acteurs à celui des pays occidentaux au cours des XIXème et XXème siècle. Or, d’après l’auteur, il n’y aurait pas un processus d’imitation des organisations industrielles traditionnelles, mais plutôt une inscription dans de nouvelles formes de coopérations productives mondiales, influencées tant par le développement des TIC que par la réduction des coûts de transport des marchandises.

5Au second chapitre, Pierre Veltz s’emploie à exposer le regard qu’il faut porter sur la nouvelle société industrielle, regard qui demande, notamment, de se débarrasser de l’opposition entre industrie et services. Ce double paradigme serait obsolète à l’heure de la mutation numérique grandement engagée. Les emplois liés à l’industrie s’inscrivent aujourd’hui dans un champ plus large qu’à l’époque des grandes manufactures d’ateliers. L’auteur chiffre cette situation nouvelle : « La France comptait en 2015 environ 3 millions d’emplois classés comme manufacturiers […], mais une part considérable de ces emplois n’est plus dans les usines » (p. 26). Ainsi, Pierre Veltz constate qu’il est impossible de classer nombre de grandes entreprises dans les catégories anciennes de firme industrielle ou firme de services : Apple, Google ou encore Amazon sont à la croisée des chemins d’une nouvelle forme de productions, tant de produits manufacturés que de services.

6La structure de ces entreprises en est forcément modifiée. Les entreprises de la société hyper-industrielle sont majoritairement bifaces ou multifaces telles les plateformes des TIC. Bien entendu, ces types d’organisations et de stratégies économiques ont existé avant et en dehors du numérique, mais l’ampleur de la digitalisation dans le monde leur a conféré une force de frappe rapide et puissante. Les entreprises sont de plus en plus construites en réseaux, chacune étant le maillon d’une chaine d’intermédiaires et constitutives d’écosystèmes géographiques et économiques nouveaux.

7Dans les chapitres 3 à 5, Pierre Veltz aborde la controverse de la fin du travail face à la croissance du nombre de robots dans les ateliers et même dans les bureaux pour des tâches intellectuelles. Dans cette perspective, l’auteur met en évidence, d’une part, les différents types d’emplois qui subsistent malgré l’automatisation des tâches, et d’autre part, les emplois qui se créent pour répondre aux nouvelles tâches et enjeux liés à l’utilisation massive de ces robots. L’auteur préconise d’accompagner la robotisation plutôt que de céder à la crainte qui domine dans le sens commun, « chaque progrès de productivité se traduisant in fine par davantage et non moins d’emplois, et qui plus est, des emplois généralement mieux payés » (p. 40). Ainsi, l’ouvrage fait état des quatre grands paradigmes économiques dans lesquels doit s’inscrire le monde hyper-industriel : une économie des infrastructures et des savoirs communs ; une économie des relations ; une économie des coûts fixes et de ce qu’il nomme une « concurrence monopolistique » ; et enfin une économie de la communauté.

8C’est dans la seconde partie, à partir du chapitre 6 que la concrétisation de ces nouveaux impératifs sociaux et de ces nouveaux paradigmes économiques est développée. S’il n’y a pas de rupture radicale du mode productif, Pierre Veltz relève différents changements qui expliquent une nouvelle donne industrielle. Le premier d’entre eux est temporel. L’industrie a longtemps composé avec le temps long pour diffuser les techniques et provoquer l’acculturation à un mode de production, de distribution et de consommation. Ce fut le cas de l’antiquité à l’époque moderne, où les difficultés de transport limitaient l’invention et l’amélioration des techniques industrielles. Dans la seconde moitié du XXème siècle, l’industrie est portée par la locomotive nord-américaine, selon l’exposé de Raymond Verdon, auteur dont le travail est mobilisé par Pierre Veltz. Selon ce paradigme d’analyse, il suffisait alors, au cours des années 1950 à 1970, de regarder le développement des États-Unis pour percevoir une cartographie des évolutions à venir ailleurs, principalement en Europe. Ce temps serait révolu dans le nouveau paradigme ouvert que l’auteur décrit ainsi : « le monde devient à la fois plus homogène et plus divisé. On passe d’un monde en strates à un monde en "pôles et réseaux" » (p.77).

9De cet impact temporel découle un changement géographique, dans le rapport aux distances et à l’espace. Le transport de marchandises et la diffusion d’informations sont facilités par des communications et des acheminements matériels plus rapides. Ainsi, les écosystèmes peuvent se construire en faisant fi de l’espace de production et des lieux d’assemblage des produits intermédiaires. Les employés hautement qualifiés peuvent travailler à distance ou les entrepreneurs du secteur des TIC peuvent choisir leur cadre de travail sans avoir à s’adapter à la contrainte géographique. Ils choisissent alors des lieux de vie réputés agréables, construisant progressivement des écosystèmes dans lesquels baignent l’ensemble des acteurs industriels. L’illustration la plus emblématique de cette situation apparait dans le développement paroxystique de la baie de San Francisco en pépinière de start-up.

10Ce luxe de liberté géographique que peuvent se permettre certains travailleurs, grâce à la diffusion instantanée d’informations, modifie également le rapport au travail. Ce qui est valorisé aujourd’hui chez les travailleurs, c’est la capacité à s’adapter à la demande de chaque entreprise et de chaque marché. Les États-nations ne peuvent que difficilement ajuster l’attractivité de leurs territoires par le niveau de salaires. Ce qui rend attractif un territoire et des travailleurs, ce sont la flexibilité et la fluidité à l’égard des procès de production. Ainsi, la Chine garde une position dominante dans la production manufacturière bien que ses salaires aient constamment augmenté ces dernières années.

11En conclusion, l’ouvrage montre que le déclin occidental et le déclin du travail sont des interprétations à relativiser et à infirmer. La France et l’Europe bénéficient d’arguments à faire valoir dans cette nouvelle situation économique. La France métropolitaine jouit d’un important réseau de transports - notamment grâce à de nombreuses lignes à grande vitesse (LGV) maillant les différentes régions -, de territoires attractifs quant au cadre de vie et d’une redistribution des revenus permettant de disposer d’une classe moyenne suffisamment nombreuse pour dynamiser la consommation.

12Si l’ouvrage de Pierre Veltz est intéressant à plus d’un titre, notamment grâce à sa capacité à croiser les apports de plusieurs disciplines, les partisans de l’ethnographie seront sans doute déstabilisés par le silence des acteurs-travailleurs de cette nouvelle société industrielle. Aucun entretien n’a été effectué par l’auteur et aucune donnée ethnographique de seconde main n’est mobilisée dans l’ouvrage. Cet essai prospectif visant à comprendre le travail aujourd’hui laisse hélas les premiers concernés en dehors de l’analyse.

13Rien non plus sur la forme statutaire des emplois de demain. Si les plateformes numériques à l’instar d’Uber sont abondamment mobilisées pour illustrer les innovations de production et de distribution, le contournement du salariat auquel ces firmes procèdent n’est pas considéré par Pierre Veltz comme un aspect majeur de la situation.

  • 1 Castel, Robert. Les métamorphoses de la question sociale. Paris, Folio, 1999.
  • 2 Didry, Claude. L’institution du travail : droit et salariat dans l’histoire. La Dispute, 2016.

14Pourtant, la question sociale a toujours été au cœur des transformations productives et politiques, comme Robert Castel1 l’a montré dans une thèse qui fait date, révisée par Claude Didry2 accentuant encore le poids de la question sociale. Les économistes de la théorie de la Régulation - à l’instar de Robert Boyer - ont également mis en évidence l’importance du rapport salarial dans la caractérisation des régimes capitalistes. Cet exposé sur la société hyper-industrielle, postulat auquel on peut souscrire tant les sources sont nombreuses, gagnerait à être complété par la prise en compte des évolutions du rapport salarial dans ces nouvelles organisations : par exemple, en proposant un nouvel esprit du capitalisme - le quatrième -, à la suite de l’étude du néomanagement de Luc Boltanski et Eve Chiapello ; ou bien encore, en suggérant l’émergence d’un nouveau régime d’accumulation et de régulation, dans la continuité des travaux régulationnistes qui peinent à définir la société capitaliste, depuis la phase de financiarisation de l’économie au tournant des années 1980. Une première pierre a donc été posée, au champ académique de poursuivre la définition de cette infrastructure.

Haut de page

Notes

1 Castel, Robert. Les métamorphoses de la question sociale. Paris, Folio, 1999.

2 Didry, Claude. L’institution du travail : droit et salariat dans l’histoire. La Dispute, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Allait, « Pierre Veltz, La Société hyper-industrielle, Paris, Le Seuil, La République des Idées, 2017, 128 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 12 | 2018, mis en ligne le 01 mai 2018, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/nrt/3643 ; DOI : 10.4000/nrt.3643

Haut de page

Auteur

Fabien Allait

Doctorant en sociologie à l’Université de Lorraine

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals