Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Anne Gillet et Diane-Gabrielle Tremblay (dir.), Les Recherches partenariales et collaboratives, Rennes/Québec, Presses universitaires de Rennes/Presses de l’Université du Québec, 2017, 336 p.

Marie Benedetto-Meyer
Référence(s) :

Les Recherches partenariales et collaboratives, Rennes/Québec, Presses universitaires de Rennes/Presses de l’Université du Québec, 2017, 336 p.

Texte intégral

1Fruit de plusieurs années d’échanges et de rencontres entre différents chercheurs français, suisses et québécois, cet ouvrage collectif propose de faire un état des approches et travaux récents sur les recherches qualifiées de « partenariales et collaboratives » (RPC), c’est-à-dire impliquant des chercheurs et des acteurs du monde socio-économique, que cela soit dans le milieu associatif, avec des collectivités publiques locales ou avec des institutions privées. Le pari est réussi pour un volume regroupant quatorze contributions de dix-neuf auteurs, pour l’essentiel sociologues, mais aussi chercheurs en sciences de l’éducation, géographie, linguistique, urbanisme, ingénierie civile, etc. L’ouvrage offre un panorama des enjeux et des pratiques en matière de recherche partenariale, tout en soulignant avec justesse les lignes de tensions et les difficultés, notamment épistémologiques et méthodologiques, que ces recherches soulèvent. Nous proposons de présenter rapidement l’organisation de l’ouvrage (sans entrer dans un résumé détaillé de chacune des contributions), avant d’en discuter les apports et résultats majeurs.

2Les premiers chapitres permettent de dessiner le périmètre des recherches partenariales et collaboratives en les situant dans leur contexte national. Cette entrée en matière donne d’emblée l’impression que le champ est vaste : les formats que prennent les partenariats ou collaborations sont, de fait, extrêmement variés et hétérogènes, depuis la formation-action visant à professionnaliser les acteurs de l’intervention sociale (Philippe Lyet) jusqu’aux actions de coopération visant la promotion du développement durable (Maurice Blanc et Josiane Stoessel-Ritz) ou du commerce équitable (Christine Audoux), en passant par des actions d’accompagnement auprès d’entreprises privées (Catherine Bourgeois et Anne Gillet). Au fil des chapitres, on comprend que les définitions et terminologies ne sont pas stables, et si chacun des auteurs tente de définir ces recherches en proposant des typologies (Yves Bonny), revues de littératures (Lucie Dumais) ou mises en perspective historiques (Rémi Barré), celles-ci restent néanmoins difficiles à circonscrire. En témoigne la typologie très éclairante proposée par Yves Bonny en début d’ouvrage (distinguant recherches collaboratives, recherches-interventions, recherches-actions collaboratives et recherches-actions coopératives), dont on peut regretter qu’elle n’ait pas été reprise par les contributeurs suivants, alors qu’elle aurait pu servir de cadre de référence pour l’ensemble de l’ouvrage.

3Ces premières contributions permettent néanmoins de déceler clairement les lignes de fracture ou d’organisation du champ et permettent également de contextualiser l’émergence et la diffusion des RPC dans leur environnement politique et scientifique national. On y apprend ainsi qu’au Québec la recherche neutre et distanciée serait pour ainsi dire « passée de mode », au profit de recherches partenariales portées par des orientations plus militantes (Lucie Dumais), tandis qu’en Suisse les RPC ont pris leur essor notamment avec l’arrivée de nouveaux dispositifs de financements de la recherche, ainsi qu’avec la valorisation de la formation professionnelle et de recherches plus appliquées (Laurence Seferdjeli et Kim Stroumza).

4Au fil de l’ouvrage courent ainsi deux types de lectures sur l’émergence et l’essor des RPC : pour certains, c’est bien le fruit d’une contrainte, qui serait notamment liée à de nouvelles politiques de financement et d’incitations fortes – de la part d’institutions de recherche et de formation – à collaborer avec le monde socio-économique dans une logique de « rationalisation des politiques publiques » (Jean-Marc Fontan) ; tandis que pour d’autres auteurs, il s’agit davantage d’une tendance qui s’inscrirait dans les évolutions plus profondes, voire dans l’émergence d’un nouveau « contrat sciences-société » qui s’inscrit dans un contexte général de « démocratisation des sciences » (Rémi Barré), et qu’il s’agirait là d’une opportunité pour renouveler notre conception de la science et de la recherche (Philippe Lyet).

5Les contributions suivantes de l’ouvrage proposent chacune de mobiliser une approche théorique différente pour éclairer les pratiques de recherches partenariales, leurs logiques sous-jacentes, leur conception de la recherche, et leurs choix méthodologiques. Sont ainsi mobilisées tour à tour la notion de « communauté de pratiques » (Diane-Gabrielle Tremblay et Juliette Rochman), celle d’espace partenarial de recherche (Jacques Caillouette et Sid Ahmed Soussi), l’approche clinique – en la comparant à l’approche sociotechnique (Frédéric Blondel) –, la sociologie de l’action organisée (Catherine Bourgeois et Anne Gillet), la sociologie de la traduction (Christine Audoux), la sociologie de la transaction sociale (Maurice Blanc et Josiane Stoessel-Ritz).

6Les dernières contributions de l’ouvrage engagent enfin des réflexions plus générales, mais aussi plus radicales, sur les orientations des RPC, notamment l’appel à une vision pragmatiste (Jean-Marc Fontan), à la reconnaissance des acteurs sociaux comme « chercheurs occasionnels » aussi légitimes dans la production de connaissance que les chercheurs « en continu » (Philippe Lyet), une réflexion sur la démarche de consensus engagée à propos de la reconnaissance du travail social comme discipline (Marcel Jaeger). L’ouvrage se termine par la contribution de Juan-Luis Klein défendant l’idée que les RPC peuvent finalement contribuer à l’émergence d’un nouveau « système d’innovation sociale », caractérisé par une gouvernance participative et partagée, la co-construction des politiques publiques et la mise en œuvre d’une économie plurielle (favorisée par l’économie sociale et solidaire).

7L’ensemble de ces contributions permet de pointer à la fois la variété des références théoriques mobilisées par les différents auteurs, mais aussi leur proximité, la théorie de l’acteur réseau et les approches pragmatistes étant largement dominantes. De ce point de vue, l’ouvrage donne l’impression de vouloir finalement ancrer théoriquement un ensemble de recherches qui ne se fondent pas sur des références théoriques communes, mais où dominent malgré tout les approches constructivistes, pragmatistes, puisque celles-ci insistent sur la capacité de tous les acteurs à jouer un rôle de protagonistes, à s’approprier les apports de la recherche, à produire de la connaissance et à exercer une certaine réflexivité sur leurs pratiques. Bien que stimulantes, ces approches prennent le risque parfois de passer sous silence un point de vue plus critique sur les recherches partenariales. Une sociologie plus « dispositionnelle » aurait ainsi permis une autre lecture, interrogeant la capacité pour tous les acteurs de jouer pleinement leur rôle dans les RPC. Il ne suffit pas, en effet, d’accorder une place aux individus pour réduire les inégalités dans la production de savoir légitime. Ce point, évoqué par Jean-Marc Fontan, aurait pu être davantage souligné au fil des chapitres.

8L’ouvrage offre donc un panorama intéressant des travaux récents et des questions épistémologiques et méthodologiques portées par les RPC. En termes de méthodes, les propositions sont assez convergentes, insistant sur le rôle des instances de pilotage des recherches (Frédéric Blondel), l’organisation d’espace de débats, de coopération conflictuelle (Maurice Blanc et Josiane Stoessel-Ritz) ou de médiation (Diane-Gabrielle Tremblay et Juliette Rochman), sur la réflexivité nécessaire des acteurs (Jacques Caillouette et Sid Ahmed Soussi), voire leur propre « mise en recherche » (Frédéric Blondel), et l’accompagnement dans les apprentissages. Les auteurs pointent également à plusieurs reprises la nécessaire inscription de ces recherches dans des temporalités longues (Christine Audoux ; Philippe Lyet), ce qui peut être source de tensions avec les attentes des commanditaires (Frédéric Blondel ; Maurice Blanc et Josiane Stoessel-Ritz). Enfin, quasiment tous soulignent combien ces recherches sont locales, et leurs enseignements contextualisés, ce qui réduit considérablement les possibilités de montées en généralité à partir de leurs résultats.

9Si ces aspects semblent rapprocher les auteurs, on note qu’en revanche, d’autres éléments ne semblent pas partagés : il en est ainsi de la finalité des recherches (produire de la connaissance ou viser l’action, voire l’innovation sociale ?), de la place attribuée aux chercheurs (comme acteurs, experts ou médiateurs ?) et aux praticiens (plus ou moins engagés dans la co-construction des connaissances). Par là même, la conception de la science fait débat, entre d’une part, les auteurs défendant l’idée que les acteurs du monde socio-économiques peuvent être considérés comme des « co-chercheurs » (Philippe Lyet), aussi légitimes et producteurs de connaissance que les chercheurs académiques ; tandis que, d’autre part, certains (Lucie Dumais) insistent sur les dérives possibles si l’on considère les partenaires comme des experts, notamment le risque de dénigrer « l’importance de la recherche » en présupposant « que la science n’a pu, par ses propres moyens, […] produire des connaissances suffisamment valables pour comprendre ce que vivent les personnes marginalisées », ce qui peut conduire, in fine, à ne plus faire de distinction entre science et opinion (p. 75-76).

10Si l’ouvrage ouvre sur des perspectives tout à fait intéressantes sur ces questions, on pourra regretter donc qu’il n’affirme pas plus clairement son point de vue sur les RPC. Du moins des éléments de différenciation auraient-ils pu être davantage présentés ou discutés. Mais les recherches impliquant des acteurs non chercheurs sont-elles toutes finalement comparables et assimilables dans ce terme générique de RPC ? Le contexte socio-écopolitique et institutionnel rend chaque situation singulière et le fait d’engager des partenariats avec des institutions publiques, privées, militantes ou associatives ne correspond pas forcément non plus aux mêmes enjeux et aux mêmes manières de fonctionner. Or les auteurs font souvent comme si les recherches partenariales, parce qu’elles engagent deux parties, sont en cela comparables entre elles et qu’on peut analyser leur mode de fonctionnement quasiment « toutes choses égales par ailleurs ». Plus encore, en centrant leur analyse sur les relations entre chercheurs académiques et acteurs praticiens, les auteurs font souvent comme si les deux parties constituaient des catégories homogènes. Certains chapitres auraient gagné, de ce point de vue, à s’intéresser davantage à la composition de la catégorie de « chercheurs » comme à celle « d’acteurs du monde socio-économique », pour souligner, au contraire, l’extrême hétérogénéité des identités, des parcours, et des effets de socialisation de ces ensembles. Enfin, on notera parmi les regrets que certaines questions comme celles du financement de ces recherches ou des formes d’instrumentalisations possibles sont finalement peu abordées et constituent, dans de nombreux chapitres, un angle mort des travaux présentés.

11Mais ces réflexions n’entament pas l’intérêt de cet ouvrage. Elles permettent tout au contraire de souligner, comme le font les coordinatrices de l’ouvrage en conclusion, combien le champ de la RPC mérite d’être approfondi par de nouvelles recherches et travaux. Ces derniers restent souvent à la marge des publications académiques et méritent d’être davantage valorisés pour approfondir et mettre en débat la diversité de leurs approches et les questions qu’ils soulèvent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Benedetto-Meyer, « Anne Gillet et Diane-Gabrielle Tremblay (dir.), Les Recherches partenariales et collaboratives, Rennes/Québec, Presses universitaires de Rennes/Presses de l’Université du Québec, 2017, 336 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 05 novembre 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nrt/3705 ; DOI : 10.4000/nrt.3705

Haut de page

Auteur

Marie Benedetto-Meyer

Maître de conférences associée en sociologie à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ)/CNRS – PRINTEMPS (UMR 8085)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals