Navigation – Plan du site
Corpus – Vers un capitalisme de plateforme ?

« Faites de votre passion un métier »

Etsy, une plateforme d’émancipation féminine ?
Turning your hobby into a business.” The Etsy platform’s role in empowering women
Haga de su hobby un oficio”. Etsy, ¿una plataforma de emancipación femenina?
Anne Jourdain

Résumés

Partant du slogan d’Etsy, « Faites de votre passion un métier », l’article s’intéresse au sens que la marchandisation de bijoux ou d’objets de décoration sur la plateforme revêt pour ses vendeur·se·s qui sont très majoritairement des femmes. Il questionne en particulier ses supposées vertus émancipatrices. Pour appréhender la diversité des usages de la plateforme, une typologie en trois profils est proposée : les amatrices, les aspirantes professionnelles et les vendeuses à succès. Ces trois types sont croisés avec quatre critères pour donner à penser les frontières du travail sur les plateformes numériques : le revenu perçu et ses usages, le statut professionnel ou son absence, la dénomination indigène de l’activité et la place de l’activité dans l’espace et dans le temps. Les résultats relèvent de données quantitatives – issues du web scraping des 14 415 boutiques françaises d’Etsy – et qualitatives – correspondant essentiellement à 16 entretiens avec des vendeur·se·s.

Haut de page

Texte intégral

1« Faites de votre passion un métier » : tel est le slogan affiché par la plateforme web Etsy1. Créé en 2005 aux États-Unis, et développé en 2012 en France, le site Internet Etsy.com est dédié à la vente en ligne d’objets faits main2. Il affiche des millions d’articles – des bijoux, des meubles, des vêtements pour bébés, etc. – qui sont vendus à travers le monde dans le cadre de boutiques virtuelles. Chacune de ces boutiques correspond à un ensemble de pages Internet faisant apparaître des photographies, notamment celle du/de la propriétaire de la boutique, des informations sur la localisation ou encore le nombre de ventes de la boutique (voir image 1) et bien sûr les objets vendus avec leur photographie et leur prix (voir image 2). Par son graphisme, ses images et ses textes, le site met en valeur la conception personnelle et la fabrication manuelle des objets par les vendeur·se·s responsables des boutiques, qui sont d’ailleurs qualifié·e·s de « créatifs », de « makers » ou d’« entrepreneurs créatifs ». Il s’adresse aussi bien aux 29,7 millions d’acheteurs qu’aux 1,8 million de vendeur·se·s qu’il revendique au niveau mondial. Ces dernier·e·s sont incité·e·s à développer leur activité de création et de fabrication d’objets en tant qu’indépendant·e·s. La plateforme se rémunère en effet essentiellement à travers des frais de commission de 3,5 % sur les objets vendus. Des rubriques du blog Etsy, telles que « Vendeurs à la une », valorisent à travers des portraits des parcours de créateurs et de créatrices parvenant à vivre de la vente d’objets qu’ils confectionnent chez eux/elles ou dans leur atelier, tel qu’ils/elles en auraient toujours rêvé. Si ces portraits sont majoritairement féminins, c’est parce que la promesse de travail d’Etsy s’adresse avant tout aux femmes.

2Etsy est en effet devenu le symbole d’un phénomène social qualifié de « New Domesticity », expression popularisée par la journaliste américaine Emily Matchar dans un livre intitulé Homeward Bound : Why Women are Embracing the New Domesticity (Matchar, 2013). Ce phénomène désigne un nombre croissant de jeunes femmes d’origine aisée fuyant la perspective d’une carrière en entreprise afin de se consacrer à leur foyer. À travers la valorisation de la maternité et du travail domestique tel que la confection de vêtements ou la fabrication d’objets décoratifs, ces femmes rechercheraient une nouvelle forme d’autonomie et d’accomplissement personnel. Etsy contribuerait à ce mouvement d’émancipation féminine en leur permettant de vivre de leur activité créative depuis leur foyer. En cela, l’idéal de « New Domesticity » rejoint celui des « mompreneurs », ces « femmes qui créent leur entreprise à l’arrivée d’un enfant » pour mieux concilier vie professionnelle et vie familiale (Landour, 2017, 80). D’ailleurs, comme le terme « mompreneurs », lui aussi au départ journalistique, l’expression « New Domesticity » tend à se diffuser, surtout dans le monde anglo-saxon pour le moment, notamment à travers des analyses critiques dans la littérature de sciences sociales (Adkins & Dever, 2016).

Image 1 : Une boutique sur le site Internet Etsy.com (capture d’écran)

Image 1 : Une boutique sur le site Internet Etsy.com (capture d’écran)

Image 2 : Produits vendus par une boutique sur le site Internet Etsy.com (capture d’écran)

Image 2 : Produits vendus par une boutique sur le site Internet Etsy.com (capture d’écran)
  • 3 En 2016, l’entreprise Etsy a publié un rapport « Economic Security for the Gig Economy » promouvant (...)

3En réalité, la grande majorité des vendeur·se·s sur Etsy sont très éloigné·e·s des réussites exemplaires affichées. Très peu parviennent à dégager de la vente en ligne de leurs objets un revenu suffisant pour vivre. De plus, beaucoup n’inscrivent pas leur activité de vente dans une optique de professionnalisation, tel que cela est valorisé par la plateforme. L’analyse de la diversité des usages d’Etsy conduit ainsi à relativiser la promesse de la plateforme qui se présente (ou est présentée dans les médias) comme une opportunité de travail pour des millions d’artisans d’art3, d’amateurs de fabrication à la main ou encore pour des femmes séduites par le retour au foyer. De fait, si la vente en ligne d’objets confectionnés par soi-même relève souvent d’une logique de marchandisation d’une activité de loisir domestique (Jourdain & Naulin, 2018), la transformation du loisir en travail perçu comme tel est loin d’être la situation la plus courante.

4Comme toutes les plateformes numériques à but lucratif favorisant les échanges marchands (Dujarier, 2016), Etsy participe à la déstabilisation actuelle des frontières du travail (Flichy, 2017). Se pose en effet la question de la nature de l’activité des vendeur·se·s sur Etsy : s’agit-il de travail ? de loisir ? de travail d’appoint ? de travail domestique monétisé ? Si l’avènement des plateformes numériques donne à la question des frontières du travail une acuité inédite, cette question est en réalité loin d’être nouvelle en sociologie. En particulier, la sociologie de l’art et de la culture a depuis longtemps étudié la distinction sociale entre travail et loisir en se concentrant sur la différenciation de la figure de l’artiste ou du professionnel par rapport à celle de l’amateur (Moulin et al., 1985 ; Weber & Lamy, 1999). De même, la sociologie du genre a permis d’identifier un travail domestique d’ordre reproductif, historiquement assuré par les femmes, à côté du travail professionnel rémunéré d’ordre productif, plus fréquemment mené par les hommes (Delphy, 1998 ; Tilly & Scott, 1987). Notre hypothèse est que les travailleurs.se·s des plateformes numériques peuvent être analysé·e·s à l’aune de ces perspectives sociologiques déjà anciennes. En croisant ces dernières à une approche en termes de sociologie économique (Zelizer, 1994, notamment), nous proposons de traiter la question des frontières du travail en nous intéressant au sens de la marchandisation d’objets sur Etsy. Pour quelles raisons certain·e·s décident-ils/elles de vendre des sacs ou des bijoux sur Etsy ? Quels usages font-ils/elles des revenus perçus ? Quelle place occupent ces revenus dans l’économie de la famille ? Quels rôles jouent les proches et les conjoints dans l’activité menée ? L’objectif de l’article n’est pas d’apporter une réponse homogénéisante à ces questions, mais au contraire d’éclairer la diversité des sens de la marchandisation et donc la diversité des usages des plateformes.

5Se pose plus globalement la question du sens social de la marchandisation étudiée : la plateforme Etsy représente-t-elle un mouvement d’émancipation féminine ? C’est en partie en ces termes que se pose la promesse d’indépendance d’Etsy, partagée par l’idéal de « New Domesticity » et par le contrat sexuel post-fordiste actuel qui met l’accent sur l’entrepreneuriat et la maternité (Adkins & Dever, 2016). De fait, la plateforme participe-t-elle à un mouvement d’émancipation des femmes de classes moyennes et supérieures (vis-à-vis de leur conjoint, d’un travail salarié aliénant, etc.) ? Alors que le travail non payé est invisible et socialement dévalorisé (Kaplan Daniels, 1987), la marchandisation d’activités domestiques ou de loisir est-elle un moyen d’accéder à une meilleure reconnaissance sociale ? Donne-t-elle lieu, au contraire, à la recomposition de nouvelles inégalités genrées ?

  • 4 Parmi ces entretiens, deux ont en réalité été réalisés avec des vendeuses de la plateforme français (...)

6Notre analyse s’appuie sur des méthodes mixtes, quantitatives et qualitatives. En travaillant avec un informaticien, nous avons récolté en septembre 2017 des données statistiques sur les 14 415 boutiques françaises actives d’Etsy en recourant au web scraping : la base de données exhaustive obtenue comporte notamment des variables relatives au sexe, à la ville, au nombre de ventes, au nombre d’individus ayant placé la boutique en « boutique favorite » et au prix moyen exercé. Nous avons parallèlement réalisé, entre 2016 et 2018, 16 entretiens avec des vendeurs et vendeuses d’Etsy4 et 3 entretiens avec des salariées de l’entreprise Etsy France. Les vendeur·se·s d’Etsy ont été contacté·e·s via la messagerie interne d’Etsy, l’accès se faisant à partir de la création d’un compte personnel sur le site internet. Nous avons veillé à diversifier les profils en termes de catégorie d’objets vendus, de nombre de ventes réalisées et, dans une moindre mesure, de sexe, tout en nous limitant pour des raisons pratiques à l’Île-de-France (communes de tailles variées). Nous avons aussi mené des observations lors d’événements organisés par Etsy, comme les expositions Etsy Made in France en décembre 2016 et décembre 2017.

7L’analyse statistique permet tout d’abord de mettre en évidence des différences d’usages de la plateforme dont certaines sont interprétables comme des inégalités de réussites. Couplée à l’enquête qualitative, elle permet ensuite de distinguer trois types de rapports à l’activité sur Etsy. Ces trois types sont enfin croisés avec quatre critères retenus pour penser les frontières du travail sur la plateforme.

Des différences d’usages aux inégalités de réussites

8Si le recours aux statistiques peut dessiner un profil sociodémographique type du vendeur sur Etsy, ou plutôt de la vendeuse, il permet aussi de mettre en évidence la grande diversité des usages de la plateforme ainsi que des inégalités sociales objectives de réussites dans la vente en ligne d’objets.

Une plateforme féminine et urbaine

988 % des vendeur·se·s sur la plateforme française d’Etsy sont des femmes5. Cet aspect très majoritairement féminin d’Etsy est parfois revendiqué sur le site Internet, par exemple à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes6. La plateforme fait alors sien l’idéal de la « New Domesticity ».

10Contrairement à l’image parfois diffusée de créateur·rice·s développant leur activité indépendante en se retirant en zone rurale, le profil des vendeur·se·s sur Etsy apparaît très urbain. En effet, 55 % d’entre eux/elles se situent dans des villes de plus de 30 000 habitants, ce qui est le cas de seulement 33 % des Français·es7. Plus encore, 41 % affirment habiter des villes de plus de 100 000 habitants, contre 15 % des Français·es. Ces résultats doivent néanmoins être pris avec précaution : la ville affichée constituant un élément de présentation de soi sur Etsy, certain·e·s vendeur·se·s préfèrent mentionner sur la page internet de leur boutique la grande ville la plus proche de chez eux/elles plutôt que leur commune exacte.

11Notre base de données ne fournit pas d’autres informations sur les profils des vendeur·se·s. Les entretiens et observations réalisés semblent indiquer que cette population est plutôt jeune (à titre d’information, seule une de nos 16 enquêté·e·s par entretien a plus de 45 ans) et fortement diplômée (seuls 4 de nos enquêté·e·s par entretien ont un niveau de diplôme inférieur à 5 années d’études supérieures).

Une opportunité d’emploi pour seulement 1 % des vendeur·se·s

12L’activité sur Etsy est essentiellement le fait d’une très petite minorité de vendeur·se·s. De fait, l’analyse statistique montre que 88 % des ventes sur Etsy sont réalisées par 10 % des vendeur·se·s et que 65 % des vendeur·se·s ont réalisé moins de 10 ventes depuis l’ouverture de leur boutique.

13Eu égard à l’extrême valorisation par Etsy de la mise à son compte pour exercer son métier-passion, il est intéressant de déterminer le pourcentage de vendeur·se·s parvenant à vivre de leur activité sur la plateforme et d’identifier leurs caractéristiques spécifiques. Pour cela, nous avons reconstitué le chiffre d’affaires mensuel réalisé par chacune des boutiques en l’approximant à partir du nombre de ventes, du prix moyen pratiqué et du nombre de mois de présence sur la plateforme. Ce chiffre d’affaires mensuel est en moyenne de 91 euros, la médiane se situant à 10 euros. Finalement, si l’on compare – faute de mieux – le chiffre d’affaires mensuel au Smic mensuel brut, pour déterminer un seuil minimal rendant l’activité de vente en ligne viable, on s’aperçoit que seul·e·s 1 % des vendeur·se·s parviennent à se constituer un emploi rémunérateur sur Etsy.

14Ce résultat semble pouvoir être généralisé à l’activité totale de marchandisation en ligne d’objets confectionnés par soi-même. En effet, s’il existe d’autres canaux de distribution en ligne (des sites Internet personnels ou d’autres plateformes moins connues comme Amazon Handmade ou Un Grand Marché), ces derniers sont souvent couplés dans les faits à la possession d’une boutique sur Etsy. Etsy occupe ainsi une situation de quasi-monopole (surtout depuis la disparition d’A little Market en France en 2017, après son rachat en 2014 par Etsy, et de DaWanda en Allemagne en 2018). Par ailleurs, d’après les entretiens réalisés, la possession d’une boutique ou d’un site en ligne constitue une activité chronophage empêchant les vendeur·se·s de multiplier les espaces de vente sur internet. Le chiffre d’affaires obtenu sur Etsy apparaît donc globalement représentatif du chiffre réalisé à partir de la vente en ligne d’objets confectionnés par soi-même. En revanche, nous verrons dans la deuxième partie que la possession d’une boutique sur Etsy est souvent couplée à d’autres circuits de commercialisation hors ligne pour les vendeur·se·s souhaitant professionnaliser une activité d’artisanat d’art, la plateforme ne leur fournissant pas suffisamment de revenus.

15Outre le chiffre d’affaires réalisé, en quoi l’activité des 1 % de vendeur·se·s précédemment identifié·e·s se différencie-t-elle de l’activité des autres vendeur·se·s sur Etsy ? Leurs boutiques sont tout d’abord plus anciennes (45 mois d’existence contre 17 mois) et donc mieux établies. Elles se distinguent aussi par un nombre plus important de personnes ayant classé la boutique parmi leur favoris (4 848 en moyenne contre 187) ou de « vues » en moyenne par produit (2 528 en moyenne contre 138). Le résultat statistique le plus étonnant concerne une question relative à la fabrication des objets vendus. Les vendeur·se·s peuvent en effet préciser s’ils les ont fabriqués eux/elles-mêmes (« I did ») ou s’ils ont été fabriqués par quelqu’un d’autre (« someone else »), en sachant que la forte valorisation du fait-main personnel par Etsy conduit sans doute à une sur-déclaration dans la catégorie « I did ». Les 1 % de vendeur·se·s identifié·e·s sont 47 % à déclarer fabriquer eux/elles-mêmes leurs objets contre 85 % pour l’ensemble des vendeur·se·s. Paradoxalement, les vendeur·se·s les plus actif.ve.s sur Etsy ne sont donc pas les plus passionné·e·s par le fait-main. Celles et ceux qui parviennent à vivre de la vente en ligne d’objets, en incarnant ainsi l’idéal d’indépendance valorisé par Etsy, sont finalement plus éloigné·e·s que les autres de l’éthique artisanale affichée par la plateforme.

Inégalités de genre et inégalités spatiales

16Si tou·te·s les vendeur·se·s sur Etsy ne recherchent pas un emploi à travers leur activité sur la plateforme, il existe aussi – à côté des 1 % de vendeur·se·s réalisant un chiffre d’affaires supérieur au Smic sur Etsy – des profils de vendeur·se·s souhaitant se professionnaliser mais n’y parvenant pas exclusivement grâce à la plateforme. Si nos données statistiques ne comportent pas de variables d’âge ou d’origine sociale, elles permettent de montrer que les chances de réussite sur Etsy ne sont pas également réparties selon le sexe et la taille de la commune d’appartenance.

17Les données quantitatives font en particulier ressortir des inégalités de genre extrêmement marquées. En effet, le chiffre d’affaires mensuel moyen des hommes est de 150 euros alors qu’il est de 84 euros pour les femmes, les premiers réalisant ainsi un chiffre 1,8 fois supérieur à celui des secondes. Par ailleurs, parmi les vendeur·se·s gagnant plus que le Smic brut mensuel sur la plateforme, se trouvent 23 % d’hommes alors que ces derniers représentent seulement 12 % de l’ensemble des vendeur·se·s. En réalité, les hommes ne vendent pas les mêmes objets que les femmes : une exploration du site Internet laisse penser qu’ils sont surreprésentés dans les catégories relatives aux meubles et aux objets en bois ou en métal et sous-représentés parmi les vendeur·se·s de bijoux, de sacs ou de vêtements. Ces différences genrées se traduisent par des différences de prix : les hommes ont un prix de vente moyen de 151 euros contre 45 euros pour les femmes. L’aspect genré des investissements de la plateforme est une piste d’explication de ces inégalités. D’après les entretiens menés avec trois hommes vendeurs sur Etsy, il semblerait qu’Etsy soit moins souvent conçu par les hommes qui y ont recours comme un hobby et plus fréquemment comme un moyen de professionnalisation.

18De manière moins tranchée, un autre type d’inégalités se fait jour sur la plateforme : les inégalités spatiales. Les urbains réussissent mieux que les ruraux : les vendeurs·se·s déclarant habiter des villes de plus de 100 000 habitants réalisent un chiffre d’affaires mensuel moyen de 113 euros contre 94 euros pour les autres vendeur·se·s. Ces différences de richesse entre territoires mettent sur la piste d’inégalités économiques que la plateforme verrait se recréer.

19L’affichage et la valorisation d’un nouveau rapport au travail par Etsy – comme c’est le cas par l’ensemble des plateformes se réclamant de la « gig economy » – n’empêche donc pas que se recomposent des inégalités sociales classiques.

Trois types de rapport à l’activité sur Etsy

  • 8 L’ACM est fondée sur les variables actives suivantes : année de création de la boutique (3 modalité (...)

20Pour mettre au jour les principaux sens de la marchandisation d’objets sur Etsy, nous avons construit une typologie à partir de nos données à la fois quantitatives et qualitatives. Une classification ascendante hiérarchique (CAH) en trois classes réalisée sur une analyse des correspondances multiples (ACM) effectuée sur nos données quantitatives permet de caractériser trois groupes de vendeur·se·s sur Etsy que nous présentons dans les trois sous-parties ci-dessous8 : les amatrices, les aspirantes professionnelles et les vendeuses à succès. L’emploi du féminin pour définir chacun de ces pôles se justifie par le fait que chacune des classes de la CAH est majoritairement féminine, même si, conformément aux résultats de la partie 1, les hommes apparaissent sous-représentés parmi les amateurs et surreprésentés parmi les deux profils les plus professionnalisés. Ces pôles sont avant tout définis en termes de parcours et d’investissement dans l’activité par nos données d’entretien, plus riches.

Les amatrices : un travail à-côté du salariat

21La CAH met en évidence une première classe majoritaire, composée de 61 % des vendeur·se·s français·e·s d’Etsy, qui se définit essentiellement par un chiffre d’affaires mensuel inférieur à 10 euros, un nombre total de ventes inférieur à 10, un nombre total de d’individus ayant classé la boutique en tant que boutique favorite inférieur à 10, une création de la boutique en 2017 et des individus qui fabriquent personnellement leurs objets. Y figurent ainsi les vendeur·se·s les moins investi·e·s dans la plateforme. Le portrait de Marjorie (encadré 1) permet de mettre au jour le rapport spécifique de ces « amatrices » à Etsy.

Encadré 1 : Portrait de Marjorie, vendeuse de vêtements pour bébés, « amatrice »
Nous avons rencontré Marjorie le 20 avril 2016 à son domicile des Hauts-de-Seine. Âgée de 25 ans, Marjorie est mariée à un ingénieur en informatique avec lequel elle a eu une fille qui avait 5 mois au moment de l’entretien. De père lui-même ingénieur en informatique et de mère assistante de direction, elle a vécu une partie de son enfance aux États-Unis avant de faire des études de psychologie durant 5 ans dans une école privée lyonnaise. Elle est aujourd’hui salariée d’un institut de sondage et se dit « super contente » de cette petite entreprise au management « très humain ».

Si elle a appris à coudre durant son enfance avec sa tante et sa grand-mère, elle développe son activité de couture en 2014 en s’achetant une machine à coudre et commence à poster des photographies de ses créations sur Instagram avant d’ouvrir une boutique sur Etsy début 2015 avec l’envie de se faire connaître. Préférant les vêtements rapidement réalisés, elle se concentre sur les tenues pour bébés. Elle se met à coudre plus fréquemment durant son congé parental puis en soirée, dans le salon familial, pendant que son conjoint joue aux jeux vidéo.

Marjorie a finalement réalisé 5 ventes sur Etsy, dont 3 à des amis. En plus de ces ventes en ligne, elle a vendu 20 vêtements dans son cercle de connaissance, ce qui lui a permis de dégager un chiffre d’affaires de 588 euros en un an et demi (dont 58 euros sur Etsy). Cet argent est réinvesti dans l’achat de tissus, même si pour le moment Marjorie estime que ses frais s’élèvent plutôt à 800 euros. Son objectif est avant tout de financer son activité de loisir ainsi que les vêtements qu’elle fabrique pour elle et pour sa fille :

« Je me dis en fait, sans vouloir faire des bénéfices « si déjà ça peut me payer mes tissus et me payer les trucs que je veux faire pour moi, si ça amortit le coût vraiment réel de ce que j’achète même pour faire mes vêtements à moi, c’est déjà énorme ». Ça veut dire que je peux me faire tout plein de trucs pour moi gratuits et en plus je m’amuse à faire des trucs pour les autres. »

Considérant que « c’est tellement minime », Marjorie ne déclare pas les revenus perçus et ne dispose pas de statut professionnel pour exercer son activité. D’ailleurs, même si l’idée lui paraît séduisante, elle n’envisage pas de se mettre à son compte pour vivre de la vente de ses vêtements. En effet, son travail salarié lui plaît et, avec la naissance de sa fille, elle se dit attachée à la sécurité d’un revenu mensuel fixe.

22Pour les amatrices comme Marjorie, Etsy fait figure de « loisir sérieux », selon l’expression du sociologue américain Robert Stebbins (2007). La plateforme demande en effet des compétences et un investissement en partie comparables à ce qu’exigerait un travail professionnel. L’activité de fabrication manuelle relève par ailleurs bien du loisir plutôt que de la production domestique dans la mesure où la pratiquante n’est pas interchangeable avec une autre personne (Weber, 2000). Les amatrices reconnaissent d’ailleurs qu’il leur reviendrait moins cher d’acheter directement des vêtements ou objets de décoration que de les confectionner elles-mêmes.

23L’activité de vente et de gestion de sa boutique en ligne est constitutive de l’attrait pour ce loisir sérieux. Une fabricante de mobiles en papier nous confiait ainsi en entretien qu’elle trouvait un plaisir particulier à « jouer à la marchande » sur Etsy à côté de son travail de pédiatre exercé à la fois en hôpital et en activité libérale. Pour certaines, la découverte d’Etsy a même été le déclencheur de leur passion pour une activité créative : elles se sont alors formées de manière autodidacte (essentiellement grâce à des tutoriels sur internet) afin d’ouvrir une boutique sur Etsy. Pour d’autres, comme Marjorie, la formation à une activité manuelle s’est faite durant l’enfance et l’adolescence dans la sphère domestique (souvent auprès d’une grand-mère) et est réinvestie à l’âge adulte comme un loisir donnant lieu à des cadeaux ou ventes auprès d’amis ou de proches. Etsy représente pour elles un élargissement du cercle des « transactions intimes » (Zelizer, 2001), permettant notamment de développer l’activité en trouvant des débouchés pour les objets confectionnés. Dans les deux cas, l’activité en ligne est valorisée comme un aspect essentiel du loisir pratiqué.

24L’activité des amatrices sur Etsy peut, pour les mêmes raisons, être assimilée à un « travail à-côté » au sens de Florence Weber, c’est-à-dire une activité « entre gagne-pain (langage de la nécessité) et passe-temps (langage du goût) » (1989, 48). La différence avec les ouvriers étudiés par Florence Weber résiderait néanmoins dans l’origine sociale plus aisée et plus urbaine des vendeuses sur Etsy. Pour une grande partie d’entre elles, comme pour Marjorie, le travail sur Etsy est un travail à côté du salariat, ou éventuellement un travail à côté d’un travail domestique de femme au foyer. Il s’agit non seulement de jouer à la marchande mais aussi de jouer à la créatrice et de jouer à l’indépendance, sans envisager de quitter une profession traditionnelle et les protections attachées au salariat. D’ailleurs, la plupart des amatrices ne déclarent pas les revenus perçus via Etsy et avouent surtout en entretien une grande méconnaissance vis-à-vis de la légalité de leur activité.

25La marchandisation d’objets sur Etsy revêt deux principales significations pour les amatrices : il s’agit, d’une part, de financer (en partie) l’activité de fabrication manuelle et, d’autre part, de valoriser socialement ce travail à-côté. L’argent issu de la vente est ainsi pré-affecté aux dépenses liées à l’activité elle-même, selon un mécanisme mis en évidence par Viviana Zelizer (1994). La marchandisation ne s’inscrit donc pas dans une logique de profit économique, mais plutôt dans une optique de diminution des coûts liés à l’exercice d’un loisir onéreux. Par ailleurs, la possession d’une boutique sur Etsy (en plus d’éventuels comptes sur Instagram, Pinterest ou Facebook) permet d’afficher la production réalisée et, ce faisant, de valoriser l’activité de fabrication auprès d’un réseau social plus ou moins élargi. Les destinataires de la boutique Etsy de Marjorie sont ainsi en partie ses ami·e·s. La plateforme apparaît finalement comme un outil de construction de l’« estime de soi », visant « la rétro-action sur soi de l’approbation des autres » (Weber, 2000, 198). Cette approbation est avant tout recherchée auprès d’une sphère amicale élargie plutôt qu’auprès de la sphère familiale, les conjoints ou parents (de nombreuses amatrices sont célibataires) s’intéressant très peu à l’activité menée sur Etsy si ce n’est sous l’angle d’un regard amusé.

Les aspirantes professionnelles : une trajectoire vers l’indépendance

26La deuxième classe mise au jour avec la CAH, qui comprend 35 % des vendeur·se·s français·e·s d’Etsy, se définit avant tout par des modalités intermédiaires et est donc plus difficile à caractériser à partir des seules données quantitatives. Y sont surreprésenté·e·s celles et ceux qui ont réalisé entre 10 et 100 ventes sur Etsy, qui ont entre 100 et 1 000 personnes ayant sélectionné leur boutique en tant que favoris, qui ont un chiffre d’affaires mensuel entre 10 et 100 euros et entre 100 et 1 000 euros et qui ont créé leur boutique en 2015. Cette classe réunit des individus aux profils divers qui investissent plus intensément la plateforme que les amateurs mais qui ne parviennent pas à vivre de la vente en ligne de leurs objets. La céramiste Karine, dont nous brossons le portrait (encadré 2), représente les plus professionnalisées des « aspirantes professionnelles ».

Encadré 2 : Portrait de Karine, vendeuse de bijoux en porcelaine, « aspirante professionnelle »
Karine nous a ouvert les portes de son atelier du 19e arrondissement de Paris le 22 avril 2016. Âgée de 38 ans, elle vit à Paris avec son compagnon graphiste indépendant et n’a pas d’enfant. Son parcours est celui d’une reconversion professionnelle dans l’artisanat d’art. Ses parents, à la tête d’une petite entreprise de commerce dans le textile, l’ont encouragée à poursuivre des études de commerce international à l’université Paris-Dauphine jusqu’au DESS. Elle a ensuite travaillé pendant huit ans au sein d’une galerie d’art contemporain dont elle est devenue la directrice, tout en restant salariée. Face à l’intensification de son travail, elle a décidé de quitter son emploi et de se mettre à son compte en s’appuyant sur l’argent perçu dans le cadre de sa rupture conventionnelle et sur le chômage perçu au début de sa nouvelle activité :

« C’est vraiment un boulot que j’ai adoré […], mais à la fin, en fait j’ai été directrice pendant trois ans, à la fin je n’en pouvais vraiment plus. J’avais de l’eczéma partout parce que j’étais tellement stressée et angoissée par l’argent. Alors que ce n’était pas mon entreprise. Et donc je savais que je voulais travailler autrement et, quitte à me faire du souci, autant me faire du souci pour l’argent qui me concerne moi personnellement. Et du coup, enfin ça paraît complètement fou de tout plaquer, je me suis lancée dans la céramique. »

Karine prenait déjà des cours de poterie à titre de loisir depuis qu’elle était étudiante. Après deux formations auprès d’une céramiste et d’une bijoutière, elle trouve un atelier à partager avec deux autres artisanes d’art et lance en 2015 sa première collection de bijoux en porcelaine sur Etsy.

Sur Etsy, sa boutique affichait 14 ventes au moment du premier entretien et 626 ventes deux ans après, au début de l’année 2018, pour un chiffre d’affaires mensuel estimé à 677 euros. Si Karine s’investit beaucoup dans le travail sur internet (voir troisième partie) pour développer ses ventes en ligne, elle doit aussi rapidement diversifier ses circuits de commercialisation pour tenter de vivre de la céramique : boutiques physiques, expositions-ventes en région parisienne, etc. Pour pouvoir accéder à ces salons, quelques mois après l’ouverture de sa boutique sur Etsy, elle a dû s’inscrire en tant qu’auto-entrepreneur et justifier ainsi d’un statut professionnel. Parallèlement à son activité de céramiste, Karine conserve une activité de free-lance dans le domaine de l’art contemporain qu’elle présente comme un emploi alimentaire :

« Ce n’est pas mon ambition, à terme je veux vraiment essayer de vivre de la céramique même si pour l’instant ce n’est pas le cas, mais ça me permet d’avoir un peu de rentrées d’argent. »

Simultanément, elle compte sur son conjoint pour payer le loyer de leur appartement.

27Contrairement aux amatrices, les aspirantes professionnelles marchandisent les objets qu’elles fabriquent pour gagner leur vie. Les revenus qu’elles tirent de la plateforme sont plus souvent versés dans le pot commun familial. Ce sont celles qui poursuivent le plus la promesse d’Etsy d’accès à un emploi indépendant à travers la transformation d’une passion, anciennement exercée comme simple hobby, en métier. Néanmoins, cette promesse ne se traduit pas par des effets réels dans la mesure où, à l’instar de Karine, les aspirantes professionnelles sont souvent contraintes de rechercher d’autres circuits de commercialisation, en dehors d’Etsy, pour vendre leurs objets, ou d’exercer des emplois alimentaires à côté de leur activité artisanale considérée comme principale, ou encore de s’appuyer sur les revenus d’un conjoint.

28Le pôle des aspirantes professionnelles accueille beaucoup d’anciennes cadres salariées reconverties à l’artisanat d’art, selon un phénomène social que nous avons analysé ailleurs (Jourdain, 2014b). Certaines d’entre elles, déçues par leur travail en grande entreprise, voient dans la mise à son compte en tant qu’artisane d’art un moyen de retrouver un travail épanouissant à travers le travail manuel et une solution pour s’affranchir d’une hiérarchie dans laquelle elle ne trouve pas de reconnaissance. Toutes valorisent le statut d’indépendant, synonyme dans leur esprit de liberté. Les plus professionnalisées, comme Karine, travaillent fréquemment dans un atelier dédié (éventuellement une pièce du domicile transformée en atelier) ou éventuellement dans un makerspace comme l’une de nos enquêté·e·s.

29Certaines reconversions féminines relèvent de la logique des « mompreneurs » définie en introduction. Les vendeuses concernées, notamment celles qui vendent des vêtements pour bébés ou enfants, se présentent sur leur boutique Etsy comme des mères de famille. Elles incarnent par excellence le phénomène de la « New Domesticity » défini précédemment. Elles exercent leur activité sur Etsy à domicile, durant les horaires d’école de leurs enfants, et valorisent le travail parental et domestique qui entoure cette activité (Landour, 2017).

30Dans les différents cas, l’accès à l’indépendance n’est possible que parce qu’il s’arrime au système salarial. On retrouve ainsi le résultat mis en évidence par Sarah Abdelnour : « Il apparaît alors que le départ du salariat n’est pas si radical, et que les autoentrepreneurs continuent de recourir au système salarial comme point d’appui, à un niveau individuel ou familial. » (2017, 251) Beaucoup d’aspirantes professionnelles ont ainsi un conjoint salarié qui pourvoit aux besoins du foyer. Comme Karine, certaines s’appuient sur la cagnotte issue d’une rupture conventionnelle ou encore sur le chômage qu’elles perçoivent afin de se former et de s’installer à leur compte. D’autres enfin exercent un emploi salarié considéré comme alimentaire pour subvenir à leurs besoins (notamment dans l’événementiel, le graphisme ou encore la traduction).

31Si les revenus des conjoints sont souvent cruciaux dans l’économie de la famille, les conjoints eux-mêmes participent relativement peu à l’activité entrepreneuriale des aspirantes professionnelles. S’ils soutiennent moralement cette activité – qui leur permet par ailleurs de mieux investir leur propre sphère professionnelle en s’affranchissant davantage du travail domestique –, leur aide est limitée et ponctuelle. Les plus investis se chargent d’envoyer les colis associés aux commandes sur Etsy par La Poste. Dans un cas étudié où le vendeur sur Etsy est un homme, il est intéressant de noter que sa conjointe participe au contraire intensément à son activité, en gérant sa boutique Etsy et en promouvant ses objets. Il semblerait que les femmes, davantage prêtes à s’investir dans un travail invisible, constituent de meilleures « ressources conjugales » (Bessière & Gollac, 2014) que les hommes dans la conduite d’activités entrepreneuriales.

Les vendeuses à succès : une orientation entrepreneuriale

32La troisième et dernière classe de la CAH rassemble seulement 4 % des vendeur·se·s d’Etsy qui se caractérisent par un nombre total de personnes ayant classé leur boutique en tant que boutique favorite supérieur à 1 000, un nombre total de ventes supérieur à 100, la création de la boutique en 2006 (soit avant la mise en place en 2012 du site français), un chiffre d’affaires mensuel compris entre 100 et 1 000 euros, la fabrication par quelqu’un d’autre des objets vendus et un prix de vente moyen supérieur à 50 euros. Les 1 % de vendeur·se·s réalisant un chiffre d’affaires mensuel supérieur au Smic mensuel brut se rapprochent le plus de cette classe. Certaines « vendeuses à succès » vivent ainsi de leur activité essentiellement sur Etsy – nous en avons rencontré, mais pas dans le cadre d’un entretien –, d’autres conservent un emploi à côté, comme Céline (encadré 3) dont le portrait permet de faire ressortir certaines caractéristiques du troisième pôle de la typologie.

Encadré 3 : Portrait de Céline, vendeuse de t-shirts sérigraphiés, « vendeuse à succès »
Nous avons rencontré Céline sur son lieu de travail le 19 décembre 2016. Âgée de 23 ans, elle est célibataire, sans enfant, et vit dans le 11e arrondissement de Paris. Elle a été élevée à Bordeaux par sa mère, employée de vente dans une grande entreprise de bijouterie. Se définissant elle-même comme appartenant à la « génération y », elle dit avoir très tôt été passionnée par Internet, les blogs, les vidéos, les stratégies de marques, etc. Après 5 années d’études de science politique et de marketing à Sciences Po Bordeaux et à l’Institut d’administration des entreprises de Bordeaux, son travail en tant que salariée d’une grande entreprise américaine consiste précisément à gérer les réseaux sociaux et les relations avec les influenceurs (leaders d’opinion sur Internet). Elle a ouvert sa boutique Etsy durant ses études en 2013 :

« En juillet 2013, j’ai regardé un film [dans lequel] les trois protagonistes portent une cagoule de ski rose avec un patch licorne dessus. Quand j’ai fini le film, j’ai voulu acheter cette cagoule, parce que je trouvais ce bonnet très stylé. Je ne l’ai trouvé nulle part. […] Et là, je suis tombée sur un site qui vendait des patchs brodés tout seuls et il y avait exactement ce patch licorne. […] Je me suis dit « je vais acheter ça et je vais le fabriquer moi-même ». Je l’ai commandé, c’est arrivé très vite et avec un coup de fer à repasser, je me suis créé mon propre bonnet, c’était super joli. Je me suis dit : « Si moi je cherche à acheter quelque chose comme ça, je suis sûre que d’autres voudraient acheter ce bonnet-là. » J’ai ouvert une boutique sur Etsy en mettant ce bonnet en ligne. Il s’est vendu en trois jours à une fille aux États-Unis qui l’a acheté, j’étais un peu étonnée. Donc en fait, je suis retournée sur le site initial, j’en ai racheté deux, je les ai mis en ligne. Pareil, au bout de deux jours, c’était vendu aux États-Unis. Au fur et à mesure, j’en ai acheté de plus en plus. J’ai commencé à en vendre un par jour. J’ai ouvert un compte Instagram pour ma marque. Je me suis dit : « J’ai aussi des idées pour faire des t-shirts, donc pourquoi pas ? » En plus, il y avait un atelier de sérigraphie à Bordeaux à côté de chez moi. Je faisais mes graphiques, je n’avais rien besoin de produire avant de vendre, je faisais tout sur mon ordi. Je prenais un t-shirt blanc sur lequel je mettais mon graphique, je le mettais en ligne. Si ça se vendait, j’allais à mon petit atelier à côté le faire faire. Au fur et à mesure, ça a grossi comme ça. […] Du coup, c’est devenu un métier à côté de mes études. J’avais un salaire. »

La boutique Etsy de Céline affiche 2 712 ventes, ce qui conduit à un chiffre d’affaires mensuel estimé de 1 391 euros. Céline utilise aujourd’hui l’argent perçu d’Etsy comme un complément de revenu à côté de son salaire, lui permettant de se payer des voyages ou son opération de la myopie. Elle envisage de continuer son activité sur Etsy, pour laquelle elle a pris le statut d’autoentrepreneur près d’un an et demi après avoir créé sa boutique, en parallèle de son emploi salarié.

33Les vendeuses à succès se distinguent des amatrices et des aspirantes professionnelles par leurs chiffres d’affaires plus élevés (qui entretiennent le rêve d’une possible réussite sur la plateforme pour les autres vendeur·se·s) mais aussi par leur moindre intérêt pour la fabrication personnelle des objets vendus. Comme Céline, une grande partie d’entre elles ne fabriquent pas elles-mêmes, mais font faire leurs objets, en externalisant la production en France ou parfois à l’étranger. Leur travail de création correspond souvent à un travail de designer ou de graphiste, parfois peu chronophage comme dans le cas de Céline qui copie de nombreux modèles qu’elle trouve sur internet. Dans le profil étudié, se retrouvent aussi les revendeuses d’objets « Vintage » qui sont elles aussi très éloignées de l’image d’artisan valorisée par Etsy.

  • 9 Le concept d’« entrepreneuriat » tel qu’il est mobilisé par la sociologie de l’entrepreneuriat (Cha (...)

34Ce qui passionne les vendeuses à succès n’est pas le fait-main mais l’entrepreneuriat, au sens de la recherche d’un profit monétaire à partir de l’exploitation d’un écart de prix sur un marché (Kirzner, 1973 ; Jourdain, 2016)9. Les vendeuses à succès envisagent leur activité sur Etsy comme une activité entrepreneuriale nécessitant un fort investissement en termes de communication. Comme Céline, elles sont très attachées à leur « marque » et à sa notoriété sur les réseaux sociaux.

Repenser les frontières du travail sur Etsy

35En nous fondant sur les apports déjà anciens de la sociologie des arts et de la culture et de la sociologie du genre, et à l’aune de notre propre enquête, nous proposons quatre critères pour penser les frontières du travail non seulement sur Etsy mais aussi, plus généralement, sur l’ensemble des plateformes numériques : le revenu perçu et ses usages, le statut professionnel ou son absence, la dénomination indigène de l’activité et la place de l’activité dans l’espace et dans le temps. Concentrés sur la problématique de la frontière entre amateurs et professionnels, les sociologues de l’art et de la culture ont mis au jour principalement deux critères de distinction : le niveau de revenu et l’autodéfinition comme « artiste » (Moulin et al., 1985). Les sociologues du genre ont quant à elles mis l’accent sur l’espace du travail (intérieur ou extérieur au foyer) pour distinguer le travail domestique du travail rémunéré (Delphy, 1998). En ajoutant à ces résultats, à partir de notre propre analyse empirique, l’usage des revenus perçus, la question du statut professionnel et la place de l’activité dans le temps, nous retenons quatre critères que nous croisons avec les trois types précédemment identifiés (voir tableau 1).

Tableau 1 : Tableau croisant quatre critères et trois types sur Etsy

Marjorie, « amatrice »

Karine,

« aspirante professionnelle »

Céline, « vendeuse à succès »

Revenu (chiffre d’affaires mensuel sur Etsy)

7 euros

677 euros

1 391 euros

Statut professionnel

Non

Oui

(autoentrepreneur)

Oui

(autoentrepreneur)

Dénomination indigène de l’activité

« des loisirs mais un peu plus »

« céramiste »/ 

« créatrice »

« entrepreneur créatif »

Place de l’activité :

Activité manuelle

  • Espace

Domicile

Atelier

/

  • Temps

Soirs, week-ends, congé parental

8 heures par jour

/

Activité sur internet

  • Espace

Domicile et bureau

Domicile

Partout

  • Temps

Quelques heures par semaine

2 heures par jour

« Tout le temps »

Le revenu et ses usages

36Le revenu perçu à partir de la plateforme est un critère particulièrement clivant pour différencier les formes d’investissement dans la plateforme. Extrêmement faible, voire nul, pour les amatrices qui ne comptent pas sur cet argent pour vivre, il se chiffre en centaines d’euros pour les aspirantes professionnelles qui doivent chercher d’autres circuits de commercialisation pour vivre de la vente des objets qu’elles fabriquent ou s’appuyer sur le soutien financier d’un conjoint. Il peut constituer un revenu à part entière pour des vendeuses à succès dont la marque s’est fait connaître sur Internet. Comme nous l’avons vu à travers les trois portraits, les usages de ce revenu diffèrent d’un type à l’autre et doivent donc aussi être analysés en tant que tels (Zelizer, 1994).

Le statut professionnel ou son absence

37L’adoption d’un statut professionnel – exclusivement celui d’autoentrepreneur pour les enquêté·e·s que nous avons rencontré·e·s – ne semble se justifier que pour les vendeur·se·s s’inscrivant dans une logique de professionnalisation ou pour celles et ceux qui vendent beaucoup (le seuil étant différent d’un.e vendeur·se à l’autre). De nombreuses amatrices estiment que leur revenu perçu est trop faible pour faire même l’objet d’une déclaration fiscale. Le flou actuel en termes de législation sur les revenus issus des plateformes conduit en réalité à des situations très différentes selon les individus en fonction de leur parcours et de leur rapport à la légalité.

La dénomination indigène de l’activité

38Une manière de répondre à la question de la nature de l’activité sur Etsy – travail, loisir ou activité domestique – est de laisser les enquêté·e·s livrer eux/elles-mêmes la manière dont ils perçoivent leur activité. Cette question faisait ainsi partie de notre grille d’entretien. Les amatrices emploient plus fréquemment que les autres le terme de « loisir » tout en ayant à cœur d’insister sur l’énergie et le temps importants qu’ils/elles y consacrent. Parmi celles et ceux qui fabriquent eux/elles-mêmes leurs objets, surtout parmi des aspirantes professionnelles, ressortent les qualificatifs « artisan », « artiste » ou encore « créateur/trice ». Les vendeuses à succès ne fabriquant pas elles-mêmes les objets vendus s’envisagent souvent comme « designer » ou, à l’instar de Céline, comme « entrepreneur » ou « entrepreneur créatif », ces termes revêtant pour elles une connotation très positive.

La place de l’activité dans l’espace et dans le temps

  • 10 Pourrait aussi être ajoutée une activité de gestion (envois des colis, service après-vente, comptab (...)

39Une manière efficace d’interroger la nature de l’activité développée sur une plateforme est de repérer la place qu’elle prend concrètement dans la vie des individus, en termes d’espace, d’une part, et de temps, d’autre part. Pour les vendeur·se·s sur Etsy, il apparaît nécessaire de distinguer l’activité manuelle de l’activité sur Internet10, qui correspondent à deux temps distincts et éventuellement deux espaces distincts. Un des effets majeurs de la plateforme est précisément d’accroître considérablement le temps consacré à Internet.

40Les amatrices comme Marjorie confectionnent leurs objets le plus souvent dans une pièce de leur domicile (bureau, salon, chambre d’un grand enfant ayant quitté le domicile, etc.) et dans des temps interstitiels par rapport à leur travail salarié ou leur occupation de mère de famille (en soirée notamment). Elles consacrent parallèlement plusieurs heures par semaines à la gestion en ligne de leur boutique Etsy, et éventuellement de leurs comptes Facebook, Instagram et Pinterest, et, plus généralement à la navigation sur Internet (lecture de blogs de mode ou de décoration, visionnage de vidéos de tutoriels « Do It Yourself », etc.). Beaucoup avouent néanmoins qu’elles peinent à trouver suffisamment de temps pour travailler la visibilité de leur boutique sur la plateforme. Cette activité sur Internet est relativement dispersée en termes d’espace : elle peut se faire au domicile, sur le temps de trajet jusqu’au lieu de travail ou même au bureau durant les pauses.

41Les aspirantes professionnelles exercent quant à elles leur activité de fabrication dans un atelier dédié, qui peut être éloigné du domicile (dans les grandes villes notamment) ou correspondre à un espace de l’habitation réaménagé (le garage par exemple, dans les zones périurbaines et rurales notamment). Cette activité prend place aux heures ouvrées habituelles et se trouve parfois encadrée par les contraintes familiales telles que la sortie des enfants de l’école. L’activité sur Internet est quant à elle plus diffuse mais prend plusieurs heures par jour pour les vendeur·se·s souhaitant véritablement développer leurs ventes sur Etsy. En entretien, beaucoup ont ainsi mis l’accent sur l’importance des photographies prises des objets vendus, sur la manière dont ces derniers sont « tagués » sur Etsy, sur l’activité de mise en réseau avec d’autres boutiques virtuelles afin d’augmenter le nombre de personnes suivant son activité sur la plateforme, sur la nécessité d’effectuer régulièrement des publications sur Facebook, etc., tout cela afin de remonter dans l’algorithme de recherche de la plateforme et finalement d’être plus visible et de mieux vendre. L’apprentissage de ces compétences, cruciales pour vendre sur Etsy, se fait généralement en autodidacte, en partie grâce au « Manuel du vendeur » mis en ligne gratuitement par la plateforme, et s’appuie sur la formation scolaire élevée de la majorité des vendeur·se·s.

  • 11 Etsy propose une application dédiée aux vendeur·se·s pour les smartphones.

42Les vendeuses à succès ont particulièrement bien compris l’importance de ce travail sur Internet. Ne fabriquant pas toujours elles-mêmes leurs objets, elles consacrent l’essentiel de leur temps à leur ordinateur portable ou leur smartphone11 afin de construire leur « e-réputation » (Beuscart et al., 2015).

Conclusion

43La marchandisation d’objets sur Etsy ouvre-t-elle la voie à une forme d’émancipation féminine ? Il faut tout d’abord noter que la plateforme, alors même qu’elle est très majoritairement féminine, voit se reconstituer en son sein des inégalités de genre, les hommes réalisant des chiffres d’affaires supérieures à ceux des femmes. Par ailleurs, il semblerait que celles qui s’en sortent le mieux en termes de positionnement dans la société et dans l’économie de la famille soient en réalité les amatrices qui trouvent dans Etsy la possibilité de construire une estime de soi sans dépendre de la plateforme. Paradoxalement, les aspirantes professionnelles qui tentent de concilier passion et métier en se conformant au slogan d’Etsy restent dépendantes d’un emploi alimentaire ou, plus souvent pour les mompreneurs, des revenus d’un conjoint mieux rémunéré. Elles assurent aussi plus que les autres le travail domestique non rémunéré au sein du foyer. Quant aux vendeuses à succès, elles obtiennent un emploi grâce à la plateforme, mais au prix d’un surinvestissement dans le travail sur Internet.

44À partir d’une problématique sur le sens de la marchandisation d’objets sur Etsy, l’article éclaire de manière plus générale la question des frontières du travail sur les plateformes numériques. Pour cela, nous proposons quatre critères que nous avons analysés en les croisant avec notre typologie de vendeur·se·s sur Etsy : le revenu perçu et ses usages, le statut professionnel ou son absence, la dénomination indigène de l’activité et la place de l’activité dans l’espace et dans le temps.

45La question des frontières du travail n’est pas qu’une question académique : elle intéresse les acteurs·trices étudié·e·s eux/elles-mêmes (les travailleur·se·s des plateformes et les entreprises derrière les plateformes). Ainsi, lors de l’exposition parisienne d’Etsy « Made in France » des 9 et 10 décembre 2017, de nombreux.ses vendeur·se·s se plaignaient des amateur·e·s sans statut qui, n’ayant pas de charges à payer, tireraient les prix vers le bas. Si cette question de la concurrence desdits amateur·e·s vis-à-vis des professionnel·le·s est loin d’être nouvelle (Jourdain, 2014a), elle réapparaît sur la place publique avec l’émergence des plateformes numériques et pose le problème de l’absence actuelle de véritable régulation juridique des travailleur·se·s des plateformes.

Haut de page

Bibliographie

Abdelnour Sarah (2017), Moi, petite entreprise. Les autoentrepreneurs, de l’utopie à la réalité, Paris, PUF.

Adkins Lisa & Dever Maryanne (2016), The Post-Fordist Sexual Contract: Working and Living in Contingency, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Bessière Céline & Gollac Sibylle (2014), « Famille », in Chauvin P.-M., Grossetti M. & Zalio P.-P., Dictionnaire sociologique de l’entrepreneuriat, Paris, Presses de Sciences Po, 274-287.

Beuscart Jean-Samuel, Chauvin Pierre-Marie, Jourdain Anne & Naulin Sidonie (2015), « La réputation et ses dispositifs : introduction », Terrains et travaux, n° 26, 5-22.

Chauvin Pierre-Marie, Grossetti Michel & Zalio Pierre-Paul (dir.) (2014), Dictionnaire sociologique de l’entrepreneuriat, Paris, Presses de Sciences Po.

Delphy Christine (1998 [1978]), « Travail ménager ou travail domestique ? », in Delphy C., L’Ennemi principal. 1, Économie politique du patriarcat, Paris, Syllepse, 57-73.

Dujarier Anne-Marie (2016), « Digital labor, travail du consommateur, quels usages sociaux du numérique ? », La Revue des industries créatives et des médias. [En ligne]. http://www.inaglobal.fr/numerique/article/digital-labor-travail-du-consommateur-quels-usages-sociaux-du-numerique-8729. Consulté le 19 janvier 2018

Flichy Patrice (2017), Les Nouvelles Frontières du travail à l’ère numérique, Paris, Seuil.

Jourdain Anne (2014a), Du Cœur à l’ouvrage : les artisans d’art en France, Paris, Belin.

Jourdain Anne (2014b), « Les reconversions professionnelles dans l’artisanat d’art », Sociologies pratiques, vol. 28, 21-30.

Jourdain Anne (2016), « L’héritier, l’ancien ouvrier et la reconvertie : analyse des différents types de logiques entrepreneuriales parmi les artisans d’art », Revue de l’entrepreneuriat, vol. 15, n° 3, 257-281.

Jourdain Anne & Naulin Sidonie (2018, à paraître), « La marchandisation de loisirs féminisés : une forme de revalorisation ? Analyse à partir des artisanes d’art et des blogueuses culinaires », in Octobre S. & Patureau F., Sexe et genre des mondes culturels. Publics, artistes, intermédiaires, Paris, ENS Éditions.

Kaplan Daniels Arlene (1987), « Invisible Work », Social Problems, vol. 34, n° 5, 403-415.

Kirzner Israël (1973), Competition and Entrepreneurship, Chicago, University of Chicago Press.

Landour Julie (2017), « Les Mompreneurs. Entre entreprise économique, identitaire et parentale », Travail et Emploi, vol. 150, n° 2, 79-100.‬‬‬‬‬‬

Matchar Emily (2015), Homeward Bound: Why Women are Embracing the New Domesticity, New York, Simon & Schuster.

Moulin Raymonde, Jean-Claude Passeron, Dominique Pasquier & Fernando Porto-Vasquez (1985), Les Artistes. Essai de morphologie sociale, Paris, La Documentation française.

Stebbins Robert (2007), Serious Leisure: A Perspective for Our Time, New Jersey, Transaction Publishers.

Tilly Louise A. & Scott Joan W. (1987 [1978]), Les Femmes, le travail et la famille, Paris, Rivages.

Weber Florence (1989), Le Travail à-côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, EMESS et INRA.

Weber Florence (2000), L’Honneur des jardiniers. Les potagers dans la France du xxe siècle, Paris, Belin.

Weber Florence & Yvon Lamy (1999), « Amateurs et professionnels », Genèses, n° 36, 2-5.

Zelizer Viviana (1994), The Social Meaning of Money: Pin Money, Paychecks, Poor Relief, and Other Currencies, Princeton, Princeton University Press.

Zelizer Viviana (2001), « Transactions intimes », Genèses, n° 42, 121-144.

Haut de page

Notes

1 https://blog.etsy.com/fr/2013/faites-de-votre-passion-un-metier/ (consulté le 28/12/2017).

2 Il n’existe pas de définition officielle du « fait main » par Etsy. Cette catégorie fait l’objet de controverses parmi les vendeur·se·s d’Etsy (un bijou réalisé à partir d’un assemblage d’éléments achetés est-il fait main ?). Son sens a aussi évolué lorsqu’en 2013 Etsy a élargi sa charte éthique de manière à autoriser l’externalisation de la production.

3 En 2016, l’entreprise Etsy a publié un rapport « Economic Security for the Gig Economy » promouvant la mise en place de formes de protection sociale pour les travailleurs indépendants développant plusieurs types d’emploi (les « gig workers »), desquels relèveraient les vendeur·se·s sur Etsy.

4 Parmi ces entretiens, deux ont en réalité été réalisés avec des vendeuses de la plateforme française A little Market, possédée par l’entreprise Etsy, qui a fermé durant l’été 2017.

5 Le pourcentage est le même aux États-Unis selon un rapport d’Etsy de 2013 « Redefining Entrepreneurship : Etsy Sellers’ Economic Impact ».

6 https://www.etsy.com/fr/international-womens-day (consulté le 18/04/18).

7 Source : https://www.insee.fr/fr/statistiques/1280737#consulter (consulté le 10/01/18).

8 L’ACM est fondée sur les variables actives suivantes : année de création de la boutique (3 modalités), prix moyen exercé (4 modalités), chiffre d’affaires mensuel (4 modalités), nombre de personnes ayant classé la boutique parmi leurs boutiques favorites (4 modalités), nombre de ventes (3 modalités), fabrication personnelle des objets ou par quelqu’un d’autre (2 modalités). Les variables numériques à l’origine de certaines de ces variables ont été recodées selon deux logiques : restituer des effets de seuil et éviter des classes/modalités représentant un pourcentage d’individus trop faible. Le nombre de ventes se décline ainsi : inférieur à 10 (65 % des individus), entre 10 et 100 exclu (24 %) et supérieur ou égal à 100 (11 %).

9 Le concept d’« entrepreneuriat » tel qu’il est mobilisé par la sociologie de l’entrepreneuriat (Chauvin et al., 2014) à laquelle nous nous référons doit être distingué de ceux de « chef d’entreprise » ou d’« indépendant » : il désigne une pratique économique indépendamment du cadre dans lequel se déroule cette activité (Jourdain, 2016).

10 Pourrait aussi être ajoutée une activité de gestion (envois des colis, service après-vente, comptabilité, etc.).

11 Etsy propose une application dédiée aux vendeur·se·s pour les smartphones.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1 : Une boutique sur le site Internet Etsy.com (capture d’écran)
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/3870/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Image 2 : Produits vendus par une boutique sur le site Internet Etsy.com (capture d’écran)
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/3870/img-2.png
Fichier image/png, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Jourdain, « « Faites de votre passion un métier » », La nouvelle revue du travail [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nrt/3870 ; DOI : 10.4000/nrt.3870

Haut de page

Auteur

Anne Jourdain

Université Paris-Dauphine – IRISSO

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals