Navigation – Plan du site
Corpus – Vers un capitalisme de plateforme ?

Constitution et exploitation du capital communautaire

Le travail des streamers sur la plateforme Twitch
Developing and exploiting communitarian capital. Streamers’ work using the Twitch Platform
Creación y explotación del capital comunitario. El trabajo de los streamers en la plataforma Twitch
Mathieu Cocq

Résumés

L’économie du numérique et la croissance des plateformes ont fait émerger des formes particulières de travail et d’emploi. Cet article analyse le travail sur la plateforme de streaming (diffusion) Twitch, où des joueurs de jeux vidéo filment et diffusent leurs parties et interagissent en direct avec leurs spectateurs. Si plusieurs millions de joueurs utilisent la plateforme, seule une minorité parvient à vivre de cette activité. En décrivant la plateforme, les trajectoires et les modalités de l’activité de streaming, nous montrons que le point essentiel est la constitution et la valorisation de ce que nous proposons d’appeler un « capital communautaire », c’est-à-dire la transformation en commodité de la relation de proximité entretenue entre les streamers et leurs auditoires. En analysant les dispositifs marchands gérés par la plateforme et les revenus des streamers nous montrons comment cette dernière encadre et exploite ce capital communautaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Court-métrage réalisé à partir de séquences de jeu.
  • 2 http://twitchadvertising.tv/audience/

1Cet article propose une analyse de la pratique du streaming (diffusion en direct) sur la plateforme Twitch. Il s’agit pour des joueurs de diffuser (streamer) une partie de jeu devant un public qui interagit directement avec le streamer grâce à une fenêtre de discussion instantanée. La diffusion est visible gratuitement sur la plateforme, mais une partie des spectateurs est prête à rémunérer le streamer sans que le contenu visionné ne soit modifié. Alors que les productions audiovisuelles plus anciennes des joueurs telles que les Machinima1 concernaient un public restreint (Auray et Georges, 2012, 19), le streaming est une pratique d’une autre échelle. S’il n’existe à notre connaissance aucune enquête solide permettant de caractériser finement l’audience de la plateforme, le site internet de Twitch fournit cependant quelques données globales. La plateforme revendique 100 millions de visiteurs uniques par mois qui regardent en moyenne 106 minutes de contenu par jour. Elle revendique également 2,2 millions de streamers mensuels. Les usagers (diffuseurs comme spectateurs) sont très majoritairement des hommes (85 %) entre 18 et 49 ans (73 %), et la moitié passe plus de 20 heures par semaine sur la plateforme2.

2Comme pour d’autres plateformes, l’analyse de l’activité des streamers sur Twitch interroge sur les formes de travail et de rémunération observées. Le sujet du travail sur les plateformes numériques reste majoritairement posé à l’aune du rapport salarial. La question « est-ce du travail ? » en masque souvent une autre : « est-ce de l’emploi salarié ? » L’enjeu de la qualification de la relation qui unit Uber et ses chauffeurs ou Deliveroo et ses coursiers est une préoccupation majeure, en ce qu’elle pose la question de la précarisation et la détérioration des conditions de l’emploi, question renforcée par le statut en essor d’autoentrepreneur (Abdelnour, 2017).

3Il nous semble qu’un autre aspect essentiel de l’impact des plateformes sur le travail est le brouillage entre ce qui relève d’activités volontaires, sur le mode de la contribution, de la passion, et ce qui relève d’un travail au sens d’une participation encadrée, organisée, valorisée et exploitée. Au-delà de l’analyse du salariat et de la variété de ses manifestations, des sociologues du travail ont remis au premier plan la question des frontières du travail, définissant comme tel les activités bénévoles (Simonet, 2014), et redéfinissant comme travailleurs des figures sociales telles que le consommateur (Dujarier, 2014) ou le « fan » de musique (Hein, 2011). La sociologie du travail a de longue date montré le lien qui pouvait unir passion et travail (Loriol et Le Roux, 2015 ; Sarfati, 2012), et c’est dans ce cadre qu’ont pu être pensées les activités des vidéastes sur YouTube ou des blogueur-euses (Flichy, 2010). Nous montrerons que l’engagement des streamers sur Twitch présente une originalité importante : alors que de nombreux travaux s’intéressant aux usages professionnels de ces plateformes insistent sur l’activité comme étape dans une carrière vers les marchés du travail établis (Beuscart et Crepel, 2014 ; Auray et George, 2012), nous montrerons que les streamers construisent sur la plateforme un espace spécifique de travail partagé avec les spectateurs et encadré par la plateforme, donnant lieu à des formes atypiques de circulation monétaire. Ces enjeux, plus encore que les trajectoires des streamers, sont au cœur du présent article.

4Nous construisons notre analyse de cet espace de travail singulier autour de la relation que le streamer entretient avec son auditoire appelé « communauté » ou « commu » dans le langage indigène. Le succès du champ lexical de la communauté pour désigner les collectifs du web est de notre point de vue particulièrement significatif. Certains ont pu voir dans les pratiques en ligne des résurgences d’un certain idéal communautaire (Rheingold, 1993), et la notion a été largement mobilisée pour désigner les projets open source ou le logiciel libre (Vicente, 2013).

  • 3 À titre d’exemple, la plateforme que nous étudions fait référence à des « community guidelines » (r (...)

5Le langage communautaire désigne également des pratiques et des relations marquées par le don, l’échange gratuit et la réciprocité, dont la proximité avec le régime de l’authenticité décrit par Boltanski et Chiapello (1999) n’est pas dénuée d’intérêt. Il s’est également largement développé dans les stratégies marchandes à travers la figure du Community Manager (Jammet, 2015). Cardon et al. (2014), conscients de la charge conceptuelle liée à la notion de « communauté », fût-elle en ligne, la rejettent au profit de celle de « territoire ». Pour autant, l’omniprésence du terme dans nos enquêtes3 empiriques nous a conduit à adopter un autre point de vue. Plutôt que chercher à savoir s’il s’agit véritablement de communautés (selon quels critères ? avec quelles définitions ?), nous avons choisi de partir de l’observation de l’usage extensif de la notion sur le terrain pour forger notre problématisation. À la suite de Becker (1983), c’est parce que le terme a du sens pour les collectifs et individus enquêtés que nous le reprenons dans notre analyse. Il nous semble que la référence au registre communautaire dit quelque chose des relations qui unissent les acteurs (spectateurs et streamers) sur la plateforme. Nous avons pu observer des stratégies visant à construire un langage communautaire, des dispositifs visant à l’entretenir. Au final, le terme de communauté nous intéresse pour ce qu’il révèle des stratégies et de la forme du travail des acteurs. En maniant un discours de la proximité et de l’intime, les acteurs se placent hors de l’espace standard du travail et mettent en avant l’amusement, la passion et le lien qu’ils entretiennent avec « leur » communauté, se livrant à un véritable « travail émotionnel » pour reprendre la notion pionnière de Hochschild (2017). Nous proposerons le terme de « capital communautaire » pour décrire la marchandisation de la relation entretenue entre le streamer et son audience, constituée par le streamer et co-exploitée avec la plateforme.

  • 4 Diffusion en direct.
  • 5 Il est à noter l’existence de « web TV » qui regroupent des streamers au sein d’une entreprise. Le (...)
  • 6 Une API est une interface permettant de développer des services tiers, et notamment d’extraire des (...)

6Notre enquête sur la plateforme Twitch s’inscrit dans un travail de thèse plus vaste sur l’organisation du travail des joueurs dans l’industrie du jeu vidéo. Le matériau spécifique sur lequel repose cet article a d’abord été effectué par observation des plateformes. En visionnant plusieurs centaines d’heures de « stream4 », nous avons pu observer des faits saillants, dans la manière dont les streamers disent et vivent leur activité, dans la façon dont ils l’organisent et, peut-être de manière fondamentale, dans la façon dont ils interagissent avec « leur communauté ». À la suite de ces observations exploratoires, nous avons mené des entretiens semi-directifs avec 10 streamers pour obtenir des informations invisibles à la seule observation, notamment concernant leurs revenus et leur gestion quotidienne. Les individus interrogés sont des hommes de 20 à 35 ans, dont le streaming est l’activité principale (voir tableau ci-dessous)5. Nous avons également collecté des statistiques sur SullyGnome, site qui agrège des statistiques à partir de l’API de Twitch6. Nous avons recoupé les informations obtenues lors de nos entretiens avec celles issues d’une enquête menée auprès de streamers britanniques et américains par deux chercheurs de la London School of Economics (LSE – Johnson et Woodcock, 2017), dans laquelle les deux auteurs, en décrivant les trajectoires d’une vingtaine de streamers sur la base d’entretiens, montrent combien la relation avec l’audience est déterminante pour comprendre tant l’activité que la carrière des streamers.

Tableau 1 : Présentation des entretiens semi-directifs

Enquêtés

Âge

Statut

Début sur la plateforme

Nombre d’abonnés (gratuits)

Collecte données

E1

33 ans

autoentrepreneur

2014

84 000

entretien et analyse vidéo

E2

33 ans

autoentrepreneur

2015

26 000

entretien et analyse vidéo

E3

36 ans

autoentrepreneur

2013

30 000

entretien et analyse vidéo

E4

26 ans

autoentrepreneur

2016

384 000

entretien et analyse vidéo

E5

31 ans

autoentrepreneur

2012

160 000

entretien et analyse vidéo

E6

35 ans

inconnu (streamer us)

2014

513 000

analyse vidéo

E7

27 ans

autoentrepreneur

2012

445 000

entretien skype et analyse vidéo

E8

24 ans

autoentrepreneur

2015

884 000

entretien mail et analyse vidéo

E9

30 ans

autoentrepreneur

2014

148 00

entretien et analyse vidéo

E10

33 ans

amateur/spectateur

X

X

entretien

7Nous commencerons par décrire le fonctionnement de la plateforme et de la pratique du streaming, contextualisant le travail des streamers que nous analysons. Nous décrirons ensuite les modalités du travail de streaming en insistant sur l’importance de la proximité avec l’audience et la constitution de ce que nous appelons le capital communautaire. Nous terminerons par discuter la manière dont la plateforme, à travers les dispositifs qu’elle contrôle, encadre et dans une certaine mesure exploite le travail des streamers. Il s’agira de saisir l’espace du travail (I), l’activité de travail (II) et l’exploitation du travail (III).

L’espace du travail des streamers

Le streaming sur Twitch

  • 7 Pratique consistant à terminer un jeu le plus rapidement possible.

8La pratique du streaming sur Twitch mérite quelques développements pour situer l’analyse. Concrètement, « streamer » consiste à diffuser en direct sa partie de jeu vidéo. Le contenu diffusé peut contenir une part de performance, comme les speedruns7, mais la majorité des diffusions ne présente pas de spécificité : le streamer joue et diffuse simplement sa partie. Chaque streamer crée sa « chaîne » sur la plateforme Twitch et choisit lui-même les modalités et la fréquence de diffusion de son contenu. Dans la grande majorité des cas, le streamer est équipé d’une webcam et d’un micro, et commente ainsi sa partie en cours. L’image ci-après donne un aperçu visuel de cette description et de ce que le spectateur (nommé « viewer » dans le langage indigène) voit sur son écran ; on peut voir le visage du streamer dans le coin inférieur gauche, le jeu à proprement parler au milieu de l’écran et le fil de discussion à droite de l’écran.

Illustration d’un streamer

Illustration d’un streamer
  • 8 https://www.polygon.com/2014/7/4/5871009/someone-is-donating-thousands-of-dollars-to-twitch-streame (...)

9En plus de jouer, une partie significative du temps du streamer est dédiée à la lecture du chat (discussion instantanée) et à la discussion avec son auditoire. Le caractère participatif du visionnage sur Twitch est un point essentiel sur lequel nous reviendrons. Les spectateurs réguliers sont nommés « communauté » par le streamer, mais également par les spectateurs eux-mêmes. Le spectateur peut décider de s’abonner à la chaîne gratuitement (on parlera alors de follower) ou dans certains cas de souscrire à un abonnement payant (on parlera de subscriber). Il est à noter que le fait de payer n’a aucune incidence sur la diffusion, mais influe à la marge sur les possibilités de participation des spectateurs. Ces derniers peuvent également offrir de l’argent au streamer sous forme de don, dont le montant peut varier entre quelques euros jusqu’à plusieurs milliers dans les cas les plus extrêmes8. Le don est la forme élémentaire du revenu des streamers et ce point sera particulièrement important pour la suite du développement.

Coexistence de pratiques professionnelles et amateurs

  • 9 Nous verrons comment la plateforme sélectionne ses partenaires.

10Sur les 2,2 millions de streamers, 22 000 sont membres d’un programme spécifique nommé le « programme Partners », soit 1 % de l’ensemble des streamers. Ce contrat de partenariat ne se traduit par aucune rémunération spécifique de la plateforme, mais offre au streamer un accès à des fonctionnalités spécifiques, comme le partage de revenus sur la diffusion de publicités et la possibilité d’avoir des souscripteurs payants. Nous reviendrons plus en détail sur ces dispositifs. Les streamers partenaires représentent la partie professionnelle de l’activité qui nous intéresse ici. Seule une infime minorité peut accéder à ce programme9, comme l’illustre le graphique suivant qui expose la répartition des membres du programme de partenariat en fonction du nombre d’abonnés. 

11Dans le graphique ci-dessous, les streamers sont répartis par groupes croissants en nombre d’abonnés (0-1 000, 1 000-2 000, etc.). On retrouve en bleu les streamers non-partenaires, et en jaune les streamers partenaires. On observe que plus le nombre d’abonnés augmente, plus le nombre de partenaires au sein de chaque groupe augmente, jusqu’à se confondre entièrement avec le total des streamers (groupes 13 à 20).

Nombre de streamers partenaires parmi le total des streamers

Nombre de streamers partenaires parmi le total des streamers

Source : SullyGnome Analytics

12Le premier enseignement que l’on peut tirer de ce graphique est la porosité entre pratiques amateures et professionnelles, que l’on retrouve dans de nombreux espaces au-delà du numérique (Weber et Lamy, 1999 ; Chevalier et Dussart, 2002). Il est difficile de distinguer ce qui relève d’un loisir de ce qui relève d’une volonté de carrière. Comme nous aurons l’occasion de le montrer, c’est la plateforme qui sélectionne les streamers avec lesquels elle souhaite établir un partenariat. Avant de pouvoir prétendre à devenir partenaire, le streamer aura dû être capable de fidéliser une audience, souvent gratuitement. Il faut en quelque sorte tout un travail gratuit sur la plateforme pour pouvoir travailler ensuite avec la plateforme, ce que Kuehn et Corrigan (2013) nomment le « hope labor », c’est-à-dire la participation volontaire sur les plateformes dans l’espoir (hope) d’opportunités professionnelles ultérieures. Si l’intentionnalité est un critère déterminant pour comprendre la professionnalisation, on aurait tort de sous-estimer les contraintes qui sont autant de digues imposées par la plateforme.

  • 10 Voir par exemple Beuscart et al. (2009) à propos de FlickR, où seuls 3,7 % des usagers sont profess (...)

13Le second enseignement concerne le caractère minoritaire de l’activité professionnelle sur la plateforme. Sans surprise, la part des professionnels rapportée au nombre total d’usagers de la plateforme est extrêmement minoritaire10. Les professionnels concentrent pourtant la plus large part de l’audience. Le graphique ci-dessous montre que sur le mois de mai 2018, les 250 plus grosses chaînes au monde concentraient la moitié de l’audience totale sur la plateforme.

Répartition de l’audience des streamers

Répartition de l’audience des streamers

Source SullyGnome Analytics

Travailler sa communauté et constituer un capital communautaire

Devenir streamer

14Si la question des trajectoires des streamers mériterait une enquête spécifique, nos observations et entretiens, couplés au matériau qualitatif de Johnson et Woodcock (à paraître) permettent d’identifier quelques éléments saillants de la carrière des streamers au sens beckerien du terme (Becker, 1985), que l’on peut regrouper en deux ensembles.

15Nous nommons la première ressource mobilisée sur la plateforme la « transposition » de la réputation. Les streamers disposent ainsi d’une réputation acquise sur d’autres plateformes (comme YouTube ou Reddit) et dans d’autres espaces communautaires comme les jeux massivement multijoueurs ou les jeux compétitifs. Un enquêté déclarait par exemple :

  • 11 Le nom a été modifié pour préserver l’anonymat ; il s’agit d’une communauté de jeu en ligne massive (...)

Quand j’ai commencé le stream, en fait, on avait forgé une communauté avec PFL11, donc j’ai eu l’avantage de lancer un stream avec du monde déjà. J’ai pas connu la période de stream la plus difficile, passer de 0 à 20, 30 personnes ; créer le début de la communauté c’est le plus difficile. J’ai eu la chance d’avoir déjà des personnes présentes, et le fait d’être présent, constant, etc., ça fait monter progressivement la communauté. (E7)

16L’autre modalité est la constitution d’une réputation sur la plateforme. Comme le souligne un enquêté :

Ça a été chaud au début, j’ai fait ça à l’ancienne ; je streamais tous les jours, des fois 7 jours sur 7, t’as quelques abonnés vite fait, puis ça commence à gonfler progressivement et une fois que t’es installé ça va. Faut réussir à se faire connaître quoi. (E9)

17Dans tous les cas, que la réputation soit transposée ou constituée, elle doit être développée et gérée par les streamers. L’analyse de ce travail de présence avec « sa » communauté est cardinale pour saisir la spécificité du travail des streamers. Plus encore que « se filmer à jouer », streamer est d’abord gérer une relation de proximité avec une audience.

Présence et constance ; être avec sa communauté

18La présence régulière est un élément essentiel de l’activité du streaming. Elle est un déterminant de la réussite du point de vue des enquêtés qui insistent régulièrement sur ce point :

Un des grands points importants dans le streaming, c’est la présence et la constance. Et j’estime mon temps de boulot au moins à 70-80 h par semaine, et ça se situe souvent entre 100-110 heures par semaine. Allez entre 80 h et 110 quoi. (E1)

19L’observation du streaming met en lumière le fait que « streamer » ne peut être réduit à jouer ; le streamer commente la partie en cours, interagit avec d’autres joueurs, lit les réactions des spectateurs, les commente. Il lit également les noms des derniers abonnés, des derniers souscripteurs ainsi que des derniers donateurs. À ce titre, le remerciement occupe une place primordiale dans l’activité du streamer. Nous avons mentionné que le don des spectateurs constituait la première forme d’échange monétaire entre le streamer et le spectateur. Sur une heure de stream d’un enquêté que nous avons visionnée, nous avons compté le terme « merci » 152 fois, soit 2,5 remerciements par minute, et le nom du donateur ou nouvel abonné cité apparaît à l’écran, souvent suivi par une formule de bienvenue de la part du streamer. Il y a donc une volonté de reconnaissance publique de la part des membres les plus actifs de l’audience du streamer.

20Lors d’un entretien avec un spectateur, celui-ci déclarait :

[…] people like the sense of… almost like you’re talking to a friend you know? This is how Twitch got so big on donations pretty much. When a donation happens and the guy reads the person’s donation name, that guy who donated and has his name read in front of thousands of people, he feels like it’s his mate kind of talking to him, and he’s gonna be a watcher, or a viewer for life! (E10)

21La notion d’appartenance est importante et ses ressorts bien compris par les streamers. Chaque streamer crée de petites icônes sur sa chaîne (emotes) uniquement accessibles à ses propres abonnés. Comme le note un enquêté :

Ils se reconnaissent entre eux parce qu’ils ont les mêmes emotes ; ils ont des petites icônes qui les différencient des gens sur les chat. En fait t’as les icônes spécifiques quand t’es sur le chat du mec auquel t’es abonné, et les petites emotes tu peux les utiliser sur tous les chats du monde ; donc tu peux dire « je suis un sub de ce type » quoi. (E2)

22Gensollen (2004, 8) parle « d’intimité instrumentale » pour définir les communautés en ligne, soulignant que c’est l’objet du travail plus que la proximité des relations qui fonde les relations dans le cas de logiciels open source ; des liens de proximité hors de l’intérêt commun pour le logiciel ne sont pas nécessaires pour garantir la qualité du produit de la relation. Nous analysons au contraire l’activité du streamer comme une instrumentalisation de l’intime et de la proximité qui place la relation affective (Alloing et Pierre, 2017) au cœur du processus de travail. La relation qui se noue entre le streamer et son auditoire forme un rapport singulier où le soutien, matérialisé dans la souscription payante et/ou le don, est au cœur du lien économique qui les unit.

  • 12 Il faudrait faire l’analyse du travail des spectateurs dans la consolidation de cet espace social, (...)

23Le streamer construit avec son auditoire un espace social délimité, avec ses codes, ses marques de reconnaissances propres, et des relations économiques spécifiques12. Le travail du streamer ainsi défini se rapproche bien plus de la gestion communautaire que du jeu à proprement parler. Nous utilisons le terme de « gestion » à dessein. En étant avec sa communauté, le streamer cherche à constituer ce que nous proposons d’appeler un capital communautaire.

Le capital communautaire ; travailler sa communauté

24Nous avons donc montré combien la proximité avec la communauté était essentielle. Krinsky et Simonet (2012) ont pu exposer dans le cadre du travail bénévole comment celui-ci était invisibilisé, « euphémisé » pour reprendre les termes des auteurs. Nous avons avec le cas que nous étudions une modalité singulière de cette euphémisation du travail, en ce qu’elle est orchestrée par le streamer lui-même. La proximité, la passion et l’intimité nécessitent de ne jamais montrer que le caractère joyeux et non contraignant de l’activité. Il s’agit de prendre du plaisir, et de le montrer. En cas de fatigue, ou de lassitude de la part du streamer, celui-ci sera rappelé à l’ordre par l’audience à travers le chat, le sommant d’offrir un autre visage. Lors d’une observation d’un stream, nous avons pu observer et noter les réactions de l’auditoire devant la fatigue manifeste du streamer :

– Le type il est fatigué alors qu’il gagne sa vie à jouer sérieux…
– donc il a jamais le droit d’être fatigué ?
– bah, j’sais pas, si ça t’amuse pas, fais autre chose. Là on dirait vraiment qu’il est au boulot, c’est chiant à regarder
(extrait du chat de discussion lors d’un stream)

25Cette manière d’être renvoie à la notion de « travail émotionnel » telle que développée par Hochschild, où l’individu « déclenche ou refoule une émotion dans le but de maintenir extérieurement l’apparence attendue […] » (Hochschild, 2017, p. 27). L’intime peut alors être perçu sous deux angles ; celui de l’instrumentalisation, puisqu’il est à la base de ce qui s’échange lors d’un stream, et celui de l’obligation imposée par l’audience.

26Derrière cette partie visible de l’activité du streamer existe une réalité gestionnaire que la seule observation ne peut appréhender. Nos entretiens ont été précieux en la matière, tout comme notre propre compte sur la plateforme. Voici à quoi ressemble le tableau de bord d’un streamer.

Illustration d’un tableau de bord

Illustration d’un tableau de bord

Source : Twitch

27Il offre des statistiques sur le nombre d’abonnés gratuits et payants, sur le temps de visionnage moyen. Ces métriques permettent au streamer d’établir un planning pour ses streams, en connaissant les pratiques de visionnage de son audience. Ces dispositifs, en équipant les streamers contribuent à transformer leur espace personnel en véritable poste de travail. Ils reflètent également la dualité d’une activité promue par les acteurs comme passionnée et désintéressée faisant en même temps l’objet d’une véritable gestion professionnelle.

28Il y a ici une phase importante de marchandisation au sens de Robbins (2006), c’est-à-dire de conversion en capital de l’audience du streamer. En plus de travailler avec sa communauté, dans un espace collectif dont le streamer est l’animateur, le streamer travaille sa communauté au sens où l’on travaille un matériau. En suivant la définition de l’activité de service de Gadrey (2003), c’est bien une relation spécifique (C) entre le streamer (A) et l’ensemble des spectateurs (B) qui est le produit de l’activité de streaming. Celle-ci transforme l’audience en ressource, en commodité au sens de Smythe (1981), c’est-à-dire en marchandise valorisable et négociable. Ce registre est présent dans nos entretiens, et l’extrait suivant en est un bon exemple :

Mais c’est un sacerdoce ; pour arriver à ce stade il faut faire que ça, travailler au corps la communauté, la base. Il faut aller chercher les abonnés un par un, c’est une logique de consolidation de sa communauté. (E2)

29Nous proposons de nommer « capital communautaire » la réputation et la relation de proximité construite par chaque streamer auprès de son audience, matérialisées dans des indicateurs et métriques fournis par la plateforme et gérés par le streamer. Le concept nous permet de comprendre la manière dont l’audience, mais plus encore la relation de proximité avec l’audience du streamer est réifiée. Il est le capital immatériel et liquide dont l’accroissement permet de dégager un ensemble de revenus, qu’il s’agisse de revenus publicitaires, de dons, ou d’abonnements payants. Sa liquidité le rend proche d’un flux qui peut disparaître extrêmement rapidement en cas d’inactivité. Il est partagé avec la plateforme, et peut être valorisé auprès de tiers (notamment d’éditeurs de jeux vidéo). Pour autant, la valeur de la réputation constituée sur la plateforme ne dépend pas d’une potentielle conversion sur des espaces tiers (Beuscart et Mellet, 2015), mais dépend de la longévité de la relation entretenue avec la « communauté » de chaque streamer. L’originalité du streaming dans ce cadre est d’être sa propre finalité professionnelle, nous éloignant du modèle du « tremplin » vers les carrières préexistantes.

30Tout l’objectif a été de montrer comment ce capital communautaire se transpose sur la plateforme à partir d’autres espaces, se constitue et se développe. Nous voudrions désormais discuter de la manière dont la plateforme intervient auprès des streamers à vocation professionnelle. Nous verrons que c’est précisément la plateforme qui gère les outils qui permettent aux streamers d’augmenter leur capital communautaire, qui cadre les trajectoires. La plateforme ponctionne une partie des revenus générés par les streamers.

Valoriser le capital communautaire

L’encadrement et l’exploitation du capital communautaire

31Nous abordons ici la dernière étape de la carrière des streamers. Après la constitution du capital communautaire, nous voulons montrer comment celui est valorisé. La focale se déplace de l’activité elle-même à son encadrement par la plateforme. La dernière étape dans la trajectoire d’un streamer est celle du partenariat avec la plateforme, qui ouvre au streamer l’accès à un certain nombre d’outils qui facilitent l’accumulation du capital communautaire.

  • 13 https://www.twitch.tv/partner/signup

32La plateforme fixe un certain nombre de conditions pour pouvoir prétendre au programme de partenariat. Le streamer doit avoir un seuil minimum d’abonnés (variable selon les pays et la langue principale du streamer), un nombre croissant d’abonnés et un calendrier comptant au moins trois streams par semaine13. On comprend dès lors à quel point l’accumulation en amont du capital communautaire est cruciale, en ce qu’elle conditionne l’accès à la contractualisation avec la plateforme et au statut de partenaire.

  • 14 Que l’on pourrait traduire par « morceaux d’encouragement ».

33Le partenariat offre des outils essentiels aux streamers. Il est possible de diffuser de la publicité et d’obtenir une partie des revenus générés par celle-ci. Outre des moyens techniques supplémentaires pour augmenter la qualité de la vidéo diffusée, la plateforme offre deux outils qui nous paraissent fondamentaux dans le cadre de notre analyse : l’accès à la souscription payante et le système des « bits and cheers »14.

  • 15 La part prélevée par la plateforme n’est pas rendue publique, mais nos entretiens suggèrent que cel (...)

34La souscription payante donne possibilité aux membres de l’audience de payer 5 euros par mois pour être souscripteur de la chaîne d’un streamer. Les revenus sont partagés avec la plateforme.15 Il importe de noter que le contenu visionné par un abonné gratuit (follower) ou un souscripteur payant (sub) est strictement identique. En revanche, la souscription donne accès aux emotes spécifiques à chaque streamer ainsi qu’à une couleur particulière sur le chat de discussion. La souscription intègre dans un dispositif géré par la plateforme la relation de proximité que nous évoquions en deuxième partie. Voici comment un enquêté nous présentait la souscription :

La seule contrepartie, vraiment, c’est la satisfaction d’avoir dans le chat une petite icône devant leur pseudo qui signifie qu’ils sont abonnés. Donc y’a une espèce de reconnaissance par rapport à ça, et ils soutiennent le mec quoi. […] Après, tu gères ta chaîne ; tu peux dire « vous avez une emote spéciale », mais c’est tout ; ensuite c’est du soutien pur et dur. (E9)

35Nous retrouvons la même logique de « soutien » dans les publications de la plateforme :

  • 16 https://blog.twitch.tv/subscriptions-for-affiliates-coming-this-week-2b280b02a54c

For streamers, subscriptions are an important tool to help grow their community and build steady income from their channel. For viewers, subscribing is a rite of passage. When you find that community you can really connect with and a streamer that makes you feel welcome, it’s the natural next step to subscribe and help sustain that community if you are able to16.

  • 17 https://help.twitch.tv/customer/portal/articles/2449458

36Le système de « cheering » illustre également la manière dont la plateforme cherche à organiser les relations entre le streamer et son audience. Seuls les streamers membres du programme de partenariat ont accès à ce système. Concrètement, les spectateurs peuvent acheter de petits cristaux nommés « bits » qui leur permettent de faire un don au streamer. Un cristal apparaîtra à l’écran au moment du don, et celui-ci sera d’autant plus grand que le don sera élevé. Comme pour les souscriptions, une partie de chaque don sera prélevé par la plateforme. Une fois encore, on retrouve le vocabulaire du soutien du côté de la plateforme : « Cheering is a new way to show support for streamers and celebrate the moments you love with the community, all right in chat17.

Illustration des « bits »

Illustration des « bits »

Source : Twitch

37La description de ces quelques dispositifs est riche d’enseignement. Ce qui s’échange, c’est avant tout de la reconnaissance. Le service basique (le visionnage de la diffusion) est gratuit ; ce qu’offre en sus le streamer, c’est un sens de la proximité et de l’appartenance à « sa » communauté. À la suite de Goffman (1973), on pourrait dire que les streamers marchandisent la propension des membres de leur audience à présenter une « face » positive, en signalant au reste des spectateurs leur appartenance à un groupe, un espace dont les streamers sont le chef d’orchestre.

38La plateforme quant à elle organise et structure l’accumulation du capital communautaire. Elle agit également comme un intermédiaire important : le partenariat avec la plateforme tend à standardiser et rendre réguliers les revenus du streamer, contrairement aux dons initiaux plus épars. Il offre également la possibilité d’avoir des revenus publicitaires et lui donne accès à des outils de gestion de communauté nouveaux, corollaires à un développement de la chaîne Twitch. La plateforme systématise le don et l’attachement affectif en le faisant transiter par ses propres canaux. Elle agit comme une digue, un intermédiaire qui standardise, valorise et cadre l’activité (Bessy & Chauvin, 2013).

Valorisation et partage du capital communautaire

39Le capital communautaire, co-construit avec l’audience sur la plateforme et co-exploité avec la plateforme, peut également être valorisé auprès des tiers dans la phase la plus avancée de la carrière des streamers. Il se prête également entre streamers.

  • 18 Il est à noter que des publicités apparaissent sur l’ensemble des chaînes, mais seuls les membres d (...)

40Il peut d’abord être vendu à des annonceurs. Le streamer choisit alors la fréquence et la durée des publicités qu’il diffuse sur sa chaîne. Les revenus de la publicité sont partagés avec la plateforme18. Il peut également être vendu à des éditeurs de jeux vidéo qui souhaitent accroître la visibilité de leur jeu. On parle, dans le cas du streaming de jeu vidéo « d’opération spéciale », c’est-à-dire d’un évènement sponsorisé et rémunéré par des entreprises de l’industrie du jeu vidéo. Si cette pratique est assimilable à certaines méthodes publicitaires standard, la mise à disposition de la notoriété revêt ici un caractère spécifique. Le streamer n’est pas rémunéré pour faire la promotion ou vanter les qualités du jeu, mais simplement pour y jouer en direct. Il existe par ailleurs une relative opacité entre ce qui relève d’une séquence de jeu gratuite et une séquence de jeu rémunérée qui participe de la difficulté à identifier pratiques amateurs et professionnelles, indépendantes ou non. Cette porosité a déjà été notée par Dupuy-Salle (2014) dans son enquête sur les blogueurs cinéphiles, ou l’auteur montre le caractère stratégique que l’authenticité de l’amateur revêt pour les industriels.

41Le capital communautaire peut également faire l’objet de prêt entre streamers. Le « raid » consiste pour le streamer, à l’issue de sa propre diffusion, à envoyer « sa » communauté sur la chaîne Twitch d’un autre streamer avec un message précis, souvent humoristique. Dans la plupart des cas, le streamer encourage son auditoire à s’abonner au streamer qui bénéficie du raid. Le « host » (hébergement) consiste à diffuser sur sa propre chaîne le contenu d’un autre streamer, permettant ainsi d’étendre l’audience de ce dernier.

42Si c’est bien la plateforme qui contrôle et standardise la manière dont les streamers pourront accumuler le capital communautaire, la manière dont il circule et s’échange une fois constitué n’est plus entièrement contrôlée par celle-ci. La marchandisation de l’activité du streaming passe quoi qu’il en soit par deux niveaux indissociables. Le premier, consiste dans la transformation par le streamer de son audience en capital communautaire ; le second, dans l’exploitation – au sens de mise en valeur – de ce capital communautaire avec la plateforme.

Marchandisation et incertitude

43La grande incertitude de l’activité des streamers que nous avons interrogés est le dernier point sur lequel nous voudrions insister. Nous utilisons la notion d’incertitude au sens que Menger lui accorde dans son analyse des mondes de l’art, celui de l’imprévisibilité de la réussite (Menger, 2009, 207). La spécificité du capital communautaire est d’être caractérisé par une grande fluidité et d’être lié à la constance dans la présence du streamer comme nous l’avons décrit. Les dons, comme les souscriptions peuvent donc disparaître rapidement en cas d’absence et se reporter sur un autre streamer. En plus de la réussite, c’est bien l’instabilité des revenus que nous visons avec la notion d’incertitude.

  • 19 La question du revenu pose un problème méthodologique double : les enquêtés sont peu prompts à fair (...)

44L’incertitude qui entoure les streamers est également liée à leur statut. Tous nos enquêtés étaient soumis au régime de l’autoentrepreneuriat. Abdelnour (2017) a pu montrer que les revenus tirés de l’autoentrepreneuriat étaient généralement faibles et souvent complétés par le régime de protection sociale. Nous retrouvons ce constat auprès de nos enquêtés. Voici ce que nous déclarait l’un d’entre eux19 :

En gros je sors un peu plus de 1 800 euros par mois. Et diversifier les revenus c’est pas mal, si je cumule Twitch, pub, subs et un peu pôle emploi, j’me fais un salaire pas dégueulasse quoi. (E2)

45Si tous nos enquêtés déclarent vivre du streaming, un seul a accepté de répondre précisément à nos questions sur ses revenus, qu’il détaille ainsi :

Revenus de l’enquêté 2

Types de revenus

Pourcentage de ses revenus

Publicité

5 %

Souscription payante

50 %

Dons des spectateurs

20 %

Opérations spéciales et autres prestations

20 %

Prestations sociales

5 %

46Si ce constat concerne nos enquêtés, l’enquête de Johnson et Woodcock (à paraître) auprès de streamers britanniques et américains révèle les mêmes constats d’incertitude. Ils notent :

Almost all respondents felt a clear sense of precariousness in their streaming activities. […] All these comments demonstrate a strong awareness of the fundamental newness of streaming as a career path and – although streamers took great pride in this newness – streamers were concerned about the long-term viability of such a disruptive new media form. (ibid, p. 10)

47Le commentaire des auteurs sur la « fierté » (pride) rejoint nos observations. Dans notre cas, le registre de la passion est omniprésent, et réussir à dégager un revenu du streaming est perçu comme une chance. L’extrait d’entretien suivant illustre cette tension entre précarité et bonheur au travail :

Mes plaisirs… franchement je suis ultra chanceux ; je peux acheter un jeu, en faire des vidéos et du stream, et que ce soit mon boulot. Donc… après ça pose plein d’autres problèmes, je galère pour trouver un appart ou une maison à louer parce que personne n’accepte de me louer, haha, parce que je suis pas dans une situation stable. (E5)

48Ce que nous avons décrit jusqu’alors est bien éloigné de l’image de l’amateur heureux et passionné. Que notre propos soit clair ; les mécanismes de valorisation – au sens de mise en valeur monétaire de l’activité et des relations économiques – qui se forment sur la plateforme ne rejettent en rien la réalité subjective du travail vécu comme passion. C’est peut-être même l’inverse. Loriol et Leroux (2015) notent que le registre de la passion peut en réalité conduire à un surinvestissement et à un épuisement. Si nous insistons sur l’exploitation du capital communautaire c’est qu’il nous semble heuristique de faire entrer dans l’analyse du travail des activités encore délaissées de ce point de vue. Il est intéressant de noter que la DARES, dans un rapport récent, ne retienne pas le streaming dans le champ de l’économie des plateformes « car il ne s’agit pas d’activités faisant intervenir du travail » (DARES, 2017, 5) ; nous espérons avoir montré que cette position était discutable.

Conclusion

49Enquêter sur la plateforme Twitch offre un éclairage sur les mutations que le numérique opère sur le travail. En nous éloignant du prisme salarial et faisant rentrer de plein droit les activités dites « participatives » et les « contenus générés par les utilisateurs » (OECD, 2007) dans le champ d’analyse du travail, on voit apparaître des modalités de rémunération, de gestion et d’exploitation qui semblent caractériser un nombre croissant d’activités sur les plateformes.

50Nous avons décrit ce qu’était le streaming, et insisté sur l’importance de la relation de proximité qui unit les streamers et leurs auditoires. Nous avons appelé capital communautaire la commodification de cette relation par les streamers, avant d’analyser les dispositifs de gestion communautaire mis à disposition par la plateforme. Nous avons ensuite discuté la manière dont les streamers exploitaient ce capital communautaire avec la plateforme, en soulignant la précarité de leurs revenus et de leur statut.

51Le concept de capital communautaire pourrait aider à la compréhension de phénomènes connexes. Nous pensons particulièrement au travail des blogueurs et blogueuses, ou à celui des « cam girls » et « cam boys », ces femmes et ces hommes qui se dénudent, souvent dans l’intimité de leur logement, contre rétribution financière. La tension entre le régime de l’authenticité et les rapports marchands sur les plateformes ouvre un vaste terrain de recherche.

52Le caractère communautaire de ces pratiques, dans les discours des acteurs comme dans les dispositifs des plateformes, semble dire quelque chose de la manière de créer et d’extraire de la valeur dans le capitalisme contemporain. Dans une perspective Polanyienne, Robbins définit la marchandisation comme un processus de « conversion en capital » (Robbins, 2006). Cette idée de conversion nous semble fructueuse pour saisir le rôle des plateformes et des réseaux sociaux ; si elles gèrent un ensemble disparate d’engagements dans l’activité, une diversité d’intentionnalités, elle convertit cette pluralité en valeur monétaire. Elle convertit ce qui peut relever de la contribution passionnée en monnaie. La valorisation dans cette perspective pourrait consister en la transformation de valeurs plurielles, car inscrite dans des engagements hétérogènes, en valeur au singulier, c’est-à-dire en valeur pour le capital.

Haut de page

Bibliographie

Abdelnour Sarah (2017), Moi, petite entreprise : les autoentrepreneurs, de l’utopie à la réalité, PUF.

Alloing Camille & Pierre Julien (2017), Le Web Affectif. Une économie numérique des émotions, INA.

Auray Nicolas & George Fanny (2012), « Les productions audiovisuelles des joueurs de jeux vidéo. Entre formation professionnelle et apprentissages esthétiques autodidactes », Réseaux, n° 175, 145-174.

Becker, Howard S. (1985), Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Éditions Métailié.

Bessy Christian et Chauvin Pierre-Marie (2013), « The Power of Market Intermediaries: From Information to Valuation Processes”, Valuation Studies, n° 1, 83-117.

Beuscart Jean-Samuel & Mellet Kevin (2015), « La conversion de la notoriété en ligne. Une étude des trajectoires des vidéastes pro-am », Terrains et Travaux, n° 26, 83-104.

Beuscart Jean-Samuel, Cardon Dominique, Pissard Nicolas et Prieur Christophe (2009) « Pourquoi partager mes photos de vacances avec des inconnus ? Les usages de Flickr », Réseaux, n° 154, 91-129.

Beuscart Jean-Samuel et Crepel Maxime (2014), « Les plateformes d’autopublication artistique en ligne : 4 figures de l’engagement des amateurs dans le Web 2.0 », in Lizé Wenceslas, Naudier Delphine et Sofio Séverine (dir), Les Stratèges de la notoriété, Paris, La Documentation française.

Boltanski Luc et Chiapello Ève (1999), Le Nouvel Esprit du capitalisme, Gallimard.

Cardon Dominique et al. (2014), « Topographie de la renommée en ligne. Un modèle structurel des communautés thématiques du web français et allemand », Réseaux, n° 188, 85-120.

Chevalier Vérène & Dussart Brigitte (2002), « De l’amateur au professionnel : le cas des pratiquants de l’équitation », L’Année sociologique, vol. 52, n° 2, 459-476.

DARES (2017), « L’économie des plateformes : enjeux pour la croissance, le travail, l’emploi et les politiques publiques », Document d’études, n° 213. [En ligne] http://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/de_2013_economie_collaborative.pdf

Dujarier Marie-Anne (2014), Le Travail du consommateur. de Mc à Ebay, comment nous coproduisons ce que nous achetons, La Découverte.

Dupuy-Salle Manuel (2014), « Les cinéphiles-blogueurs amateurs face aux stratégies de captation professionnelles : entre dépendance et indépendance », Réseaux n° 183 65-91.

Flichy Patrice (2010), Le Sacre de l’amateur. Sociologie des Passions ordinaires à l’Ère numérique, Seuil.

Goffman Erving (1973), La Mise en Scène de la Vie quotidienne – Les Relations en Public – tome 2, Éditions de Minuit.

Gensollen Michel (2004) « Économie non rivale et communautés d’information », Réseaux, vol. 124, n°  2, 141-206.

Hein Fabien (2011), « Le fan comme travailleur : les activités méconnues d’un coproducteur dévoué », Sociologie du travail, n° 53, 37-51.

Hochschild Arlie R. (2017), Le Prix des sentiments. Au cœur du travail émotionnel, La Découverte.

Jammet Thomas (2015), « Au service du client, au nom de la communauté. Une approche ethnographique de l’animation de communautés de marque en ligne », Réseaux, n° 190-191, 73-98.

Johnson Mark R. et Woodcock Jamie (à paraître), « It’s like the Gold Rush: The Lives and Careers of Professional Video Game Streamers on Twitch.tv”, Information, Communication and Society.

Krinsky John et Simonet Maud (2012), « Déni de travail. L’invisibilisation du travail aujourd’hui ; introduction », Sociétés Contemporaines, n° 87, 5-23.

Kuehn Kathleen & Corrigan Thomas F. (2013), « Hope Labor: The Role of Employment Prospects in Online Social Production”, The Political Economy of Communication, n° 1, 9-25.

Loriol Marc et Leroux Nathalie (dir.) (2015), Le Travail passionné. L’engagement artistique, sportif ou politique, Erès.

OECD (2007), Participative Web : User-created Content, OECD Committee for Information, Computer and Communications Policy Report. [En ligne] https://www.oecd.org/sti/38393115.pdf

Rheingold Howard (1993), Virtual Communities : Homesteading on the Electronic Frontier, Addison-Wesley.

Robbins Richard H., (2006), « Polanyi’s paradox revisited : a proposal form reconceptualising capital accumulation », dans Sobel Richard (dir), Penser la Marchandisation du monde avec Karl Polanyi, L’Harmattan, 19-36.

Sarfati François (2012), Du côté des vainqueurs. Une sociologie de l’incertitude sur les marchés du travail, Presses universitaires du Septentrion.

Simonet Maud (2010), Le Travail bénévole. Engagement citoyen ou travail gratuit ?, La Dispute.

Smythe Dallas W. (1981), « On the Audience Commodity and its Work”, dans Smythe Dallas W. (dir), Dependency Road: Communications, Capitalism, Consciousness and Canada, Ablex Publishing..

Vicente Michael (2013), « Le logiciel libre : un dispositif méritocratique ? », La Nouvelle Revue du travail, n° 3. [En ligne] https://journals.openedition.org/nrt/1070

Weber Florence & Lamy Yvon (1999), « Amateurs et professionnels », introduction au dossier, Genèses, n° 36, 2-5.

Haut de page

Notes

1 Court-métrage réalisé à partir de séquences de jeu.

2 http://twitchadvertising.tv/audience/

3 À titre d’exemple, la plateforme que nous étudions fait référence à des « community guidelines » (règles de la communauté) en lieu et place des règles d’usage ; https://www.twitch.tv/p/legal/community-guidelines/.

4 Diffusion en direct.

5 Il est à noter l’existence de « web TV » qui regroupent des streamers au sein d’une entreprise. Le périmètre du présent article reposant sur des individus travaillant seuls sur la plateforme Twitch, l’étude de ces organisations fera l’objet d’une autre publication.

6 Une API est une interface permettant de développer des services tiers, et notamment d’extraire des données. Dans notre cas ces données concernent notamment le nombre de vues, d’usagers, de commentaires, d’heures de jeu.

7 Pratique consistant à terminer un jeu le plus rapidement possible.

8 https://www.polygon.com/2014/7/4/5871009/someone-is-donating-thousands-of-dollars-to-twitch-streamers

9 Nous verrons comment la plateforme sélectionne ses partenaires.

10 Voir par exemple Beuscart et al. (2009) à propos de FlickR, où seuls 3,7 % des usagers sont professionnels.

11 Le nom a été modifié pour préserver l’anonymat ; il s’agit d’une communauté de jeu en ligne massivement multijoueur.

12 Il faudrait faire l’analyse du travail des spectateurs dans la consolidation de cet espace social, notamment à travers la modération des contenus sur le chat de discussion, ce qui sera l’objet d’un travail ultérieur.

13 https://www.twitch.tv/partner/signup

14 Que l’on pourrait traduire par « morceaux d’encouragement ».

15 La part prélevée par la plateforme n’est pas rendue publique, mais nos entretiens suggèrent que celle-ci atteindrait la moitié du montant de la souscription.

16 https://blog.twitch.tv/subscriptions-for-affiliates-coming-this-week-2b280b02a54c

17 https://help.twitch.tv/customer/portal/articles/2449458

18 Il est à noter que des publicités apparaissent sur l’ensemble des chaînes, mais seuls les membres du programme de partenariat bénéficient du partage de revenus.

19 La question du revenu pose un problème méthodologique double : les enquêtés sont peu prompts à faire en faire état, et les données récoltées, déclaratives, posent la question de leur fiabilité. Il s’agit ici de donner un aperçu sommaire de la variété des revenus des streamers.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration d’un streamer
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/3911/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Nombre de streamers partenaires parmi le total des streamers
Crédits Source : SullyGnome Analytics
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/3911/img-2.png
Fichier image/png, 8,8k
Titre Répartition de l’audience des streamers
Crédits Source SullyGnome Analytics
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/3911/img-3.png
Fichier image/png, 80k
Titre Illustration d’un tableau de bord
Crédits Source : Twitch
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/3911/img-4.png
Fichier image/png, 130k
Titre Illustration des « bits »
Crédits Source : Twitch
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/3911/img-5.png
Fichier image/png, 71k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Cocq, « Constitution et exploitation du capital communautaire », La nouvelle revue du travail [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nrt/3911 ; DOI : 10.4000/nrt.3911

Haut de page

Auteur

Mathieu Cocq

IDHES ENS Paris Saclay

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals