Navigation – Plan du site
Matériaux

« J’étais hyper-endetté, il fallait que je bosse »

Nathan, fonctionnaire… et livreur à vélo
I was so far in debt that I had to work.” Nathan, civil servant and bicycle courier
“Estaba hiperendeudado, tenía que trabajar.” Nathan, funcionario… y repatidor en bicicleta
Arnaud Mias

Résumés

Ce matériau présente de larges extraits d’un entretien réalisé à Paris en mars 2017 auprès de Nathan, un agent administratif de l’Éducation nationale qui exerce une seconde activité comme livreur à vélo pour une plateforme numérique de livraison de repas. Cet article permet de tracer le portrait d’une figure des travailleurs des plateformes : ni étudiant trouvant là un moyen relativement facile d’obtenir un revenu jugé correct, ni pseudo-indépendant aspirant au statut salarial, le cas de Nathan est celui d’une biactivité, qui exacerbe la logique du cumul d’activités permise par le statut de micro-entrepreneur. Par sa singularité, ce cas permet d’éclairer certains ressorts de l’engagement de ces jeunes hommes dans la course urbaine et de faire ressortir l’ambivalence d’une situation poussée à son extrême, juxtaposant un discours clairvoyant et critique sur les conditions de travail et d’emploi et un engagement à la fois important, résolu et relativement durable dans l’activité au service de la plateforme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Selon une enquête de l’inspection du travail ayant conduit à la transmission d’un PV au Parquet de (...)
  • 2 Sur l’emploi étudiant, voir Pinto (2014).
  • 3 Ces trois premières caractéristiques exacerbent les conditions du « compromis temporel » que Sophie (...)
  • 4 Elle dépasse pour beaucoup des livreurs rencontrés les 10 € de l’heure.
  • 5 Nous constations déjà, il y a une dizaine d’années, cet aspect valorisé du travail parmi les coursi (...)

1Les plateformes numériques proposant des services de livraison de repas par vélo, installées en France à partir de 2015, font travailler aujourd’hui plusieurs milliers de personnes sous le statut de micro-entrepreneur. La plus importante d’entre elles compte une « flotte » de 2 286 « coursiers indépendants » dans la seule agglomération parisienne1. Ces plateformes se présentent comme des interfaces entre des clients souhaitant des repas livrés à domicile, des restaurateurs et des livreurs à vélo qui reçoivent sur leur smartphone les informations concernant la course à réaliser (le chemin, la distance et le temps pour arriver jusqu’au restaurant, puis jusqu’au client). Parmi ces « coursiers », nombreux sont ceux qui trouvent là un moyen relativement facile d’obtenir un revenu jugé correct, pour peu que l’on apprécie de pratiquer le vélo en milieu urbain. L’activité proposée par ces plateformes numériques présente en effet, au moins en apparence, plusieurs caractéristiques qui en font un « job étudiant2 » attractif pour de nombreux jeunes hommes (les femmes sont très minoritaires parmi les livreurs à vélo) : des horaires conciliables avec la poursuite des études ; la possibilité de choisir, d’une semaine à l’autre, les créneaux horaires de travail (appelés « shifts »), sous réserve de disponibilité de ces créneaux ; l’opportunité d’interrompre l’activité et de la reprendre quand on le souhaite3 ; une rémunération satisfaisante, comparable, voire préférable, à d’autres emplois étudiants possibles (serveur, baby-sitter, etc.)4 ; le fait d’exercer régulièrement une pratique sportive (être payé pour ce qu’on faisait déjà, disent certains) ; un sentiment d’indépendance, de liberté dans l’activité, de « ne pas avoir de patron sur le dos », lié à une activité relativement solitaire exercée en extérieur5.

2Il est aujourd’hui impossible de décrire avec précision les caractéristiques sociodémographiques de ces livreurs, d’autant que la population paraît très hétérogène, que ce soit du point de vue de l’origine sociale, du niveau de diplôme ou du sens donné à cette activité. En effet, tous ne sont pas étudiants et certains considèrent ce travail comme leur activité principale, dont ils attendent un revenu conséquent. Ce sont eux en général que l’on retrouve à l’origine de collectifs de coursiers contestataires. Dès le début de l’année 2016, des premiers collectifs plus ou moins formels se constituent, le plus souvent en réaction à des modifications unilatérales des modes de rémunération (suppression de bonus, baisse des minima assurés par « shift »…). La liquidation judiciaire d’une entreprise belge de livraison à l’été 2016, puis le basculement progressif d’une rémunération horaire de base assurée à une rémunération à la course vont provoquer différentes mobilisations, dans plusieurs villes de France (Paris, Bordeaux, Lyon et Nantes, principalement à l’été 2017) et dans divers pays européens en 2016, 2017 et 2018 (Angleterre, Espagne et Italie notamment). Parallèlement, différentes actions judiciaires sont menées pour faire requalifier les contrats avec les plateformes numériques en contrats de travail, sans obtenir gain de cause jusqu’à présent : les prud’hommes comme la cour d’appel de Paris ont confirmé à plusieurs reprises depuis 2017 la qualité de travailleur indépendant de ces livreurs.

  • 6 Le prénom a été modifié.

3L’entretien, dont les extraits suivent, fait apparaître une autre figure des livreurs à vélo : ni étudiant, ni pseudo-indépendant réclamant le statut salarial, Nathan6 est un jeune agent administratif de l’Éducation nationale de 28 ans, vivant en couple sans enfant, qui trouve avec la livraison à vélo, et le statut d’emploi qui lui permet d’échapper à tout encadrement de son temps de travail, le moyen de cumuler deux activités à temps plein depuis avril 2016. Cet entretien a été réalisé à Paris en mars 2017. Il a eu lieu au début d’une enquête que je réalise dans le cadre du programme de recherche « Fragmentation du travail, marchandisation du “travail à-côté” : le capitalisme de plateforme et ses impacts sociaux » financé par l’ANR et coordonné par Sarah Abdelnour. Ce livreur a été contacté par l’intermédiaire d’une amie connaissant sa conjointe. L’entretien s’est déroulé dans un café non loin de la Place de la Nation, une heure avant la connexion à la plateforme.

  • 7 En tant que fonctionnaire de catégorie C, Nathan touche entre 1 100 et 1 200 € par mois.
  • 8 Sur la genèse de ce statut d’emploi, voir : Abdelnour, 2017.

4Si Nathan se lance dans la course par nécessité, entre deux emplois, sans rémunération et avec une dette à rembourser, la livraison à vélo finit par représenter pour lui bien plus qu’un complément de revenu, puisqu’elle lui permet de doubler sa rémunération7. Le statut d’autoentrepreneur avait été initialement conçu pour favoriser le cumul d’activités autorisant à « travailler plus pour gagner plus »8. Le cas de Nathan pousse à la limite cette logique du cumul puisque, dans son cas, la livraison à vélo représente plus qu’une activité secondaire : il s’agit bien plutôt d’une biactivité, même si les deux activités ne s’inscrivent pas dans le même horizon temporel. En exacerbant ainsi la logique du cumul d’activités, et malgré sa singularité au regard de la diversité des profils de livreurs, ce cas permet d’éclairer certains ressorts de l’engagement de ces jeunes hommes dans la course urbaine et de faire ressortir l’ambivalence d’une situation poussée à son extrême.

5Les extraits qui suivent permettent de saisir le sens que Nathan donne à cette seconde activité professionnelle. Après être revenu sur les circonstances de son entrée dans la course, Nathan aborde les conditions du cumul des deux activités dans leurs différentes dimensions : salariales, temporelles et physiques. Il dit clairement la pénibilité, l’usure physique et l’impression d’être « pas loin de la rupture ». Mais si Nathan évoque l’horizon d’une sortie prochaine de la course, il révèle en même temps la difficulté à décrocher. Les derniers extraits d’entretien font apparaître une pleine conscience de l’exploitation, de la dangerosité de l’activité et de la mise en concurrence organisée par la plateforme, mais qui ne débouche sur aucune réaction protestataire : les « lois du marché » sont acceptées et même assumées, sur le mode « à prendre ou à laisser ».

  • 9 « Je ne suis pas très réseaux sociaux, dit-il. Je sais qu’il y a un groupe Facebook. Il y a un grou (...)

6Au cours de l’entretien, Nathan n’a en effet pas spontanément exprimé d’opinion à l’égard des mobilisations de coursiers. Cela tient peut-être à la grande prudence adoptée pour parler de son activité. Il n’a ainsi jamais prononcé le nom de la plateforme avec laquelle il travaille pendant toute la durée de l’enregistrement. En off, après l’entretien, il m’a expliqué craindre d’être définitivement déconnecté de la plateforme s’il ne respectait pas une « clause de non-dénigrement » présente dans son contrat. Mais sa grande prudence ne conduit pas à une forte autocensure. Comme les extraits suivants en attestent, Nathan tient un discours relativement critique sur la plateforme. Ce discours critique n’est simplement pas articulé à un positionnement à l’égard des mobilisations collectives. Il ne suit d’ailleurs pas ces mobilisations via les réseaux sociaux, auxquels il fait le choix de ne pas être connecté9. Même s’il partage objectivement l’interprétation que ces collectifs mobilisés font de la situation, il exprime plus de l’amertume que des revendications. Il faut souligner également le caractère très solitaire de l’activité et la faible sociabilité qu’elle autorise entre coursiers, si ce n’est lors de brèves attentes devant les restaurants : « Un des aspects les plus pénibles de ce boulot, c’est attendre devant un restaurant donc du coup pour faire passer le temps, on cause entre nous. » Mais ces échanges restent dans un registre pratique (du type « attention il y a une manif, ne passe pas par-là », me dit Nathan) et largement anonymes : « Je dois connaître cinq prénoms, mais 150 visages parce qu’on se reconnaît, on se salue quand on se croise. »

  • 10 En tant que fonctionnaire, les possibilités de cumul se limitent à des activités auxquelles il peut (...)
  • 11 « En fait, quand l’appli sonne, on n’a que la fonction “accepter la course”. Par contre, si on lais (...)
  • 12 La plateforme récompense la disponibilité temporelle des livreurs en proposant aux plus actifs et r (...)
  • 13 « Au mois de novembre, j’ai été malade. Mais j’ai essayé de forcer quand même, d’y aller, mais très (...)

7L’entretien révèle donc l’ambivalence de la situation, faisant se juxtaposer un discours clairvoyant et critique sur les conditions de travail et d’emploi et un engagement à la fois important, résolu et relativement durable dans l’activité au service de la plateforme. On peine à interpréter le cas de Nathan à partir des catégories d’analyse d’Albert Hirschman (1970) : ni loyalty, ni voice, ni exit, et encore moins apathy pour reprendre la proposition de Guy Bajoit (1988). Cette ambivalence, Nathan la résout dans son discours en insistant sur le caractère temporaire de l’activité, même si les bornes temporelles ne sont pas fixées. Mais par-delà cette anticipation qui tend à euphémiser les contradictions du présent, quels sont les éléments qu’il exprime qui pourraient expliquer son engagement soutenu dans la course urbaine ? C’est d’abord la rémunération qui est mise en avant. Comme cela est exprimé dans les extraits qui suivent, Nathan a le sentiment d’exploiter un gisement de revenu accessible10 : « j’ai trouvé un filon pour me faire beaucoup d’argent en peu de temps, je le fais ; et puis un jour, je tournerai la page. » C’est parce qu’il double son salaire de fonctionnaire qu’il « accepte énormément de concessions, un travail dangereux, fatigant, chronophage ». La limite qu’il s’est fixée à son surengagement dans la course est un seuil tarifaire (10 € de l’heure) en deçà duquel il refusera(it) de travailler. Sa volonté d’exploiter le « filon » le pousse à ne presque jamais refuser les courses qui lui sont proposées par la plateforme11. Elle explique aussi qu’il prenne chaque semaine le maximum de shifts possibles et qu’il grince des dents quand on le « remet à zéro12 » après des congés et après des désistements de dernière minute (du fait d’une maladie)13. Mais par-delà ces préoccupations rémunératrices, deux autres éléments également exprimés dans l’entretien permettent de donner sens au maintien de Nathan dans cette situation de biactivité, éléments que l’on retrouve fréquemment dans le discours des autres coursiers rencontrés : la possibilité d’assimiler la livraison à vélo à une pratique sportive ; l’autonomie ressentie dans l’activité. Nathan l’exprime dans l’entretien : « le sport, ça a toujours été ma passion, donc gagner ma vie en faisant du sport, c’est génial. » Disposant d’un compteur kilométrique sur son vélo, il a calculé qu’il fait 1 500 à 2 000 km de vélo par mois, engendrant « une certaine routine au bout d’un moment ». Quant à l’autonomie dans l’activité, si Nathan l’exprime dans les mêmes termes que d’autres coursiers rencontrés, elle renvoie aussi, par contraste, à son expérience d’agent administratif : « On n’a personne sur notre dos pour nous dire quoi faire. »

L’entrée dans la course : poussé par la nécessité

Nathan : Cela fait plus de 10 ans que je fais du vélo, je n’ai pas le permis et c’est un choix de ne pas l’avoir parce que je me débrouille très bien en vélo. Quand j’ai des longs trajets à faire, j’embarque le vélo dans le train. Dans la ville, je fais tout en vélo.

Arnaud : 10 ans à Paris ?

  • 14 Le nom de la ville a été modifié.

Nathan : Non, sur les 10 ans, il y en a cinq à Paris. Sinon je viens d’une grande ville, je viens de Brest14 et j’ai toujours tout fait en vélo.

Arnaud : Donc tu as déjà un goût pour le vélo à l’origine ?

Nathan : Oui. Et l’année dernière… Il faut savoir que je suis fonctionnaire, je travaille dans l’Éducation nationale. Et pendant deux ans, j’avais pris un congé de formation, j’étais reparti à Brest à la fac. Et faire une formation, ça coûte très cher en termes de manque à gagner, les recettes ne rentrent plus, mais les dépenses sont toujours là.

Arnaud : Pendant deux ans tu étais en congé ?

Nathan : Oui enfin un an et huit mois. Justement au bout de ce congé, j’avais fini mes études et j’étais hyper-endetté, il fallait que je bosse, mais tout de suite parce que l’administration ne pouvait pas me reprendre rapidement. Il fallait que je bosse tout de suite. Donc qu’est-ce que je sais faire ? Rien. Je suis bon en vélo.

Arnaud : Quelle était ta fonction à l’Éducation nationale ?

Nathan : Agent administratif. Je travaillais dans les bureaux.

Arnaud : Tu as quelques compétences…

Nathan : Oui, mais sur le marché du travail, je n’ai pas de diplôme associé, j’ai passé un concours et je suis rentré comme ça. Mon diplôme, j’ai un bac général et c’est tout. Donc il fallait vraiment que je travaille très rapidement et j’ai appris que les coursiers à vélo commençaient à se développer à Paris, je me suis dit que comme je ne suis pas mauvais en vélo, je connais bien Paris, pourquoi pas. […]

Arnaud : Du coup, avril 2016 jusqu’au 1er septembre, période où tu n’étais que coursier ?

Nathan : Je n’ai pas été coursier si longtemps que ça. L’administration m’a rappelé. Il y a un poste qui s’est libéré. Donc au final, j’ai fait un mois et demi. Mais après il y a eu les vacances et pendant les vacances, je n’étais que coursier.

Les conditions du cumul : les temps de la biactivité et l’usure physique

Arnaud : Toi, comment tu organises ton temps de travail ? Tu as choisi tes créneaux ? Peut-être qu’on peut distinguer les deux périodes, est-ce que tu avais l’impression d’en faire beaucoup avant de reprendre dans la fonction publique ?

Nathan : Pendant l’été, j’ai travaillé énormément, 60 heures par semaine à peu près. Quand j’ai repris la fonction publique, je bossais quand même 40 ou 45 heures. Et puis au bout d’un moment, en plus de la semaine de 39 heures que je faisais déjà… Et puis au bout d’un moment, c’est le corps qui dit « calme-toi ». Là, en ce moment, je suis à 30 heures réparties sur six jours. Je ne travaille pas le lundi, enfin ce soir je travaille exceptionnellement parce que comme j’ai perdu plein de créneaux, je récupère tout ce que je peux, je ne fais pas le difficile.

Arnaud : Donc tu fais ça plutôt le soir de toute façon ?

Nathan : Le soir, et le week-end je fais le midi aussi.

Arnaud : Sans que tu me donnes les chiffres exacts, par rapport à ton revenu de ton activité principale, ça te permet une progression de combien en pourcentage ?

Nathan : Ça représente plus de 100 %.

Arnaud : Tu doubles ?

Nathan : Oui. C’est pour ça que j’accepte énormément de concessions, un travail dangereux, fatigant, chronophage.

Arnaud : Même encore aujourd’hui avec ce système où tu es payé à la course ?

Nathan : Je me suis fixé comme limite, quand je verrai que je gagnerais moins de 10 € de l’heure, j’arrêterai. Tant que je fais plus de 10 € de l’heure, je continue. En ce moment, je suis au-dessus, mais je sais qu’il y a l’été qui arrive. Les beaux jours arrivent ; ça va être difficile. Les gens vont plus sortir d’une part et puis il y a plein de coursiers qui vont se dire « c’est bon, il fait beau, je vais aller faire coursier, c’est sympa ». […]

Arnaud : Un jour du week-end, tu peux travailler jusqu’à combien d’heures ?

Nathan : Je faisais 12 heures pendant un temps. Avec l’hiver, j’ai arrêté, c’était trop dur. Je faisais midi-minuit avant, le week-end.

Arnaud : Et ça, c’est intéressant ? Le samedi à quatre heures l’après-midi, tu as des courses ?

Nathan : Oui.

Arnaud : Tu peux alimenter 12 heures d’activité un samedi ?

Nathan : Oui, mais c’est très usant et quand il faisait 10 ou 15 degrés, ça allait. Mais quand on est passé sous les 10 degrés, au bout d’un moment ça devient dur. Il faut se reposer un peu quand même parce qu’il y a des voyants. Pendant un moment, physiquement je sentais que je tenais parce qu’il fallait, mais je sentais que je n’étais pas loin de la rupture.

Quand « tourner la page » ?

Arnaud : Comment tu vois les mois qui viennent ? Tout à l’heure tu m’as dit que tu te fixes une limite, tu me dis « je m’arrêterai si… ».

Nathan : Si mon salaire net descend en dessous de 10 € de l’heure.

Arnaud : Comment tu vois les choses ? Finalement, tu as le sentiment d’avoir trouvé une stabilité comme ça, un mode de vie qui est correct, un équilibre entre deux activités professionnelles et ta vie privée, tes loisirs ?

Nathan : Non, la vie que j’ai actuellement, je ne l’aurais pas très longtemps déjà parce que je ne tiendrais pas physiquement et puis même, je ne fais que bosser. Je bosse 70 heures par semaine, je rentre, le week-end je finis à minuit, je n’ai pas spécialement envie de... donc ma vie sociale en a pris un gros coup. Donc ça ne peut être qu’éphémère.

Arnaud : Éphémère, ça veut dire ?

Nathan : J’ai 28 ans donc je ne vais pas faire ça pendant des années. Je n’ai pas d’enfant parce qu’avec des horaires pareils, c’est impossible de t’occuper d’un enfant correctement, enfin au sens où je l’entends. Donc l’objectif : j’ai trouvé un filon pour me faire beaucoup d’argent en peu de temps, je le fais ; et puis un jour, je tournerai la page.

Arnaud : C’est éphémère, mais pas forcément dans le mois qui vient ?

Nathan : Non. Je m’étais fixé un an au début, j’y serai le mois prochain à un an, je vais pousser encore un peu. De toute façon, je n’ai pas comme intention de rester à Paris, ma copine non plus. Donc je pense que si je ne me fais pas virer, si je ne démissionne pas d’ici là, j’arrêterai en quittant Paris.

Arnaud : C’est ton activité principale qui te fera bouger ?

Nathan : Oui. Dans l’ensemble, il y a plus de pour que de contre.

La conduite urbaine : les « petits accrochages » et les accidents

Arnaud : Quels sont les avantages et les inconvénients de cette activité ?

Nathan : Il y a des inconvénients qui sont surtout liés au statut d’auto entrepreneur, mais ce n’est pas spécifiquement les coursiers. C’est : pas de chômage, pas de retraite, pas de couverture maladie. J’ai eu un accident au mois de mai [2016, alors qu’il est en congé de l’Éducation nationale], j’ai été une semaine sans pouvoir bosser, ça m’est arrivé pendant le travail. Et quand j’ai appelé pour dire « j’ai le genou en miettes, je ne peux plus bosser », le premier truc qu’on m’a répondu c’est « est-ce que tu as une commande ? » avant de savoir si j’allais bien. Donc non je n’avais pas de commande, je suis rentré chez moi. Pendant une semaine, je ne pouvais pas bosser [comme livreur]…

Arnaud : Ce n’est pas un accident du travail, c’est un accident de la route ?

Nathan : Officieusement c’est un accident du travail, mais officiellement ce n’est pas reconnu comme accident du travail ou alors il aurait fallu que je souscrive à une assurance privée, mais je ne l’ai pas fait parce que j’ai déjà une couverture sociale par mon autre boulot.

Arnaud : Donc là, c’est ton assurance normale comme un cycliste normal sur la route qui aurait un accident ?

Nathan : Oui. […]

Arnaud : Donc tu bosses depuis un an, tu as eu un accident…

Nathan : L’accident ce n’était pas ma faute. Après, je ne compte pas les petits accrochages, tu tapes un rétro, les trucs comme ça. Mais un vrai accident, je n’en ai eu qu’un seul et ce n’était pas ma faute.

Arnaud : Et c’était le genou ?

Nathan : Oui.

Arnaud : Tu m’as dit une semaine d’arrêt ?

Nathan : Oui, je ne m’en suis pas mal sorti. Sur le moment, je pensais que j’avais la rotule cassée, mais en fait non. C’était juste un gros hématome, mais je n’ai quand même pas pu marcher pendant une semaine.

Arnaud : Autour de toi, tu vois beaucoup d’accidents ?

Nathan : Pas tant que ça. Après il y a des gens pour qui j’ai un doute. Du jour au lendemain, je ne les vois plus. Je sais qu’ils n’étaient pas mauvais. Je pense à un gars en particulier. Je suis vraiment étonné. Je bosse souvent avec lui et je n’ai pas son numéro, on se parlait juste comme ça. Du jour au lendemain, il a disparu. Il avait pas l’intention d’arrêter, il avait de l’ancienneté, il était bon, il était poli. Je ne vois pas pourquoi. Je ne serais pas étonné qu’il lui soit arrivé un truc. Dans l’ensemble, ce sont de petits accidents comme ça, rien de méchant. Derrière il faut que ça continue parce que quand tu vois les coursiers, comment on roule. Le Code de la route est à l’interprétation de chacun. Et la police ferme les yeux pour l’instant ; ils nous laissent tranquilles jusqu’au jour où il y aura un ou plusieurs accidents graves, ils vont commencer à resserrer. Il faut qu’on continue à ne pas se tuer, à ne tuer personne pour qu’ils nous laissent rouler comme ça.

8[…] Et puis les gens ne nous aiment pas parce qu’on grille les feux, on va vite. C’est vrai, je le reconnais, je fais souvent peur à des gens. Mais je sais ce que je fais. Sans prétention je pense très bien conduire. Mon ratio kilomètres parcourus/accidents est là pour le prouver. Mais c’est vrai que des fois je passe pas loin et à des gens, je peux leur faire très peur. Je peux comprendre.

Les « lois du marché »

Arnaud : Une fois que tu as choisi tes créneaux, c’est assez dense comme activité ? Ton créneau est plein ?

Nathan : C’est hyper variable encore une fois. Les jours beaucoup, ce sont les jours de pluie parce que les gens sortent moins et les coursiers aussi sortent moins. Donc il y a plein de gens qui se sont connectés, mais qui ne viennent pas. Donc les jours de pluie, ça bosse dur. Après, la période de grand froid, c’était extraordinaire, on faisait des chiffres d’affaires monstrueux. Et les jours où il fait beau, genre le vendredi soir s’il fait beau et sec, c’est horrible, ça ne bosse pas. En fait, le problème, c’est qu’avant, quand j’ai commencé, le type de contrat, c’était 7,50 € de l’heure, plus deux, trois ou quatre euros la course selon l’ancienneté. 7,50 €, c’était quoi qu’il arrive, tu les avais. Maintenant, ils ont changé la formule. Maintenant, on est à 5,75 la course. Mais ça veut dire que s’il y a zéro course, tu gagnes zéro euro. Le problème c’est que maintenant comme ils ne payent que les courses, ils peuvent mettre énormément de coursiers, ça ne leur coûte pas un rond de plus. Donc souvent on est trop. Ça bosse dur entre 20 heures et 21 heures 30 pendant l’heure de pointe, et avant et après, c’est la lose.

Arnaud : C’est intervenu au cours de l’année passée ? Tu as connu l’ancienne formule ?

Nathan : Oui. Ils ont changé ça quand un de nos gros concurrents est tombé, [Y]. Ça nous a fait énormément de mal. Ça nous a fait du bien pendant deux semaines parce qu’on a récupéré tous leurs clients et après, on s’en doutait, il y a énormément de coursiers qui ont été déversés sur le marché. Trop de coursiers, pas assez de places, donc ils mettent les tarifs qu’ils veulent, ils nous font accepter ce qu’ils veulent. Si on n’est pas content, il y en a 10 qui veulent prendre notre place. Donc ça nous a fait très très mal. […]

Arnaud : Avec le nouveau mode de rémunération, tu as le sentiment d’avoir perdu ou pas ?

Nathan : Sur l’ensemble, non, j’ai même légèrement gagné, mais l’inconvénient c’est qu’ils peuvent mettre 300 coursiers quand il n’en faut que 100, ça ne leur coûte pas un rond de plus. […] Les inconvénients, c’est qu’on peut être viré. On n’est pas embauché donc « viré », ce n’est pas le bon terme. Mais on peut avoir une rupture de contrat du jour au lendemain, sans motif.

Arnaud : Tu dis « on peut », mais ça ne t’est pas arrivé ?

Nathan : Non, mais j’en connais plein. Et quand je dis plein, c’est plein, vraiment plein. Ils ont fait une épuration et on était tous en stress : « c’est quand que ça va être moins. »

Arnaud : À la suite de la chute de [Y] ?

Nathan : Oui. Ils ont fait un truc aussi, une sélection. Ils nous ont mis, pendant deux semaines, des courses impossibles, parce qu’on a 10 minutes pour livrer. Ils nous ont mis des délais impossibles à tenir, mais impossibles. Il y a des courses que tu ne peux pas faire en 10 minutes, ce n’est pas possible. Donc voilà pendant deux semaines, un rythme de fou, de fou, de fou et ils ont viré ceux qui n’arrivaient pas à tenir.

Arnaud : Il faut une bonne condition physique, quoi.

Nathan : Oui.

Arnaud : Si je m’engage, je tiens une soirée et ils me virent.

Nathan : Non, maintenant ils ont arrêté.

Arnaud : Pourquoi ? Parce qu’ils ont entre guillemets assaini ?

Nathan : Oui, [Y], c’était des bons coursiers, des mecs qui assuraient à vélo. Il y avait une sélection à l’entrée. Ils les testaient sur le vélo : celui qui ne suit pas, il ne rentre pas. Donc du coup c’était vraiment des bons coursiers. Donc ils voulaient les récupérer. Pour les récupérer, il fallait dégager du monde et ils ont dégagé du monde comme ça. J’ai des collègues qui se sont mis en scooter pour arriver à tenir et le scooter, quand on est déclaré en vélo et qu’on est en scooter, si jamais on se fait repérer, il y a peu de chances, mais j’en connais à qui c’est arrivé : viré aussi.

Arnaud : […] J’avais en tête une communication qui était beaucoup sur le vélo. On a vu arriver, et je crois que c’est encore le cas aujourd’hui, des deux-roues motorisés. C’est lié à ça à ton avis ? Ça existait déjà avant ?

Nathan : En fait avant, ils acceptaient certains scooters. Ils étaient payés un peu plus pour leurs frais d’essence, ce qui est logique. Mais après il y a plein de gars qui étaient déclarés en vélo et qui sont passés au scooter. Alors il faut savoir que sur tous les mecs en scooter que tu vois, il y en a peut-être la moitié qui sont censés être en vélo. Avec l’hiver, comme ils avaient du mal à trouver du monde, cet hiver on était en sous-effectif, il n’y a pas beaucoup de gens qui veulent bosser quand il fait -5, donc ils ont fermé les yeux sur tout ça. C’est mon opinion, mais je suis à peu près sûr que quand les beaux jours vont revenir, les mecs en scooter, il y en a qui vont sauter. […]

Arnaud : Est-ce que tu as des contacts en dehors de l’application ? Derrière l’application, tu n’as pas un type qui répartit les courses, mais...

Nathan : Non, c’est un algorithme. Il y a un service client avec qui on peut se mettre en contact.

Arnaud : Tu ne l’as jamais fait ?

Nathan : Si, si, je le fais. Des fois, on est obligé. Mais on évite au maximum parce qu’ils sont incompétents au possible. Ça aussi, ça fait partie des coupes budgétaires qu’ils ont faites. Avant, le service client était basé à Paris, donc on parlait déjà à des gens qui parlaient bien français, des gens qui connaissaient Paris donc si on leur disait « je suis à République et vous m’envoyez Porte des Lilas, c’est n’importe quoi », ça leur parlait et puis on pouvait se faire comprendre très rapidement. Maintenant, il y a plusieurs rumeurs, certains disent que c’est en Indonésie, certains à Madagascar, quoi qu’il en soit ils ont délocalisé loin et on tombe sur des gens qui ont des phrases-types et qui les lisent et qui n’écoutent absolument pas ce qu’on leur dit. J’ai déjà fait le test de dire un truc qui n’avait aucun sens pour voir ce qu’on allait me répondre et on me répond en relisant un texte. Donc, dans une situation classique, il y a plein de situations qui arrivent souvent où ça passe, mais quand tu as un problème inédit, c’est une galère pour se faire comprendre.

Arnaud : Quand tu appelles le service client, c’est par exemple quand on te confie une course que tu ne veux pas réaliser ?

Nathan : Voilà, ou alors on arrive chez le client et il ne répond pas, ou alors tu es devant un resto et le mec te dit « Il y a une demi-heure d’attente. » Mais non, je n’attends pas une demi-heure. Ça fait une demi-heure pendant laquelle je ne suis pas payé. Donc je peux demander qu’on enlève la course. Pour tous ces problèmes, ça passe bien parce que ça arrive souvent.

Arnaud : Sinon, tu n’as pas d’autres contacts sauf les contacts que tu as eus au début ?

Nathan : Par mails on peut, mais avec l’e-mail, on a une réponse dans les 48 heures à peu près quand on a un problème. Et puis c’est pareil. Le service, on n’est pas salarié donc ils ne sont pas supposés avoir de gestion de ressources humaines. Et ça se voit. La gestion des ressources humaines est catastrophique. Je dis toujours qu’au McDo, la gestion est 10 fois meilleure. Mais bon on n’a personne sur notre dos pour nous dire quoi faire et, en échange, quand il y a quelque chose, on n’a personne pour nous aider.

Haut de page

Bibliographie

 

Abdelnour S. (2017), Moi, petite entreprise. Les auto-entrepreneurs, de l’utopie à la réalité, Paris, PUF.

Bajoit G. (1988), « Exit, Voice, Loyalty and... Apathy. Les réactions individuelles au mécontentement », Revue française de sociologie, vol. XXIX, n° 2, 325-345.

Bernard S. et Chappaz F. (2007), « Hétérogénéité de l’emploi et compromis temporel : les emplois étudiants », in F. Vatin (dir.), Le Salariat : Histoire, Théories et Perspectives, Paris, La Dispute, 261-278.

Dressen M. et Mias A. (2008), « Action publique et institution d’une branche professionnelle. Le cas de la course urbaine », Travail et Emploi, n° 114, 7-19.

Hirschman A. O. (1970), Exit, Voice, and Loyalty : Responses to Decline in Firms, Organizations, and States, Cambridge, MA, Harvard University Press.

Pinto V. (2014), À l’école du salariat. Les étudiants et leurs « petits boulots », Paris, PUF.

Haut de page

Notes

1 Selon une enquête de l’inspection du travail ayant conduit à la transmission d’un PV au Parquet de Paris pour « travail dissimulé » en février 2018. Source : M. Deléan et D. Israel, « Avec Deliveroo, l’inspection du travail s’attaque à l’ubérisation », Mediapart, 13 mars 2018.

2 Sur l’emploi étudiant, voir Pinto (2014).

3 Ces trois premières caractéristiques exacerbent les conditions du « compromis temporel » que Sophie Bernard et Flore Chappaz (2007) ont analysé dans le cas des étudiant·e·s employé·e·s aux caisses de la grande distribution.

4 Elle dépasse pour beaucoup des livreurs rencontrés les 10 € de l’heure.

5 Nous constations déjà, il y a une dizaine d’années, cet aspect valorisé du travail parmi les coursiers à deux-roues motorisés (Dressen et Mias, 2008).

6 Le prénom a été modifié.

7 En tant que fonctionnaire de catégorie C, Nathan touche entre 1 100 et 1 200 € par mois.

8 Sur la genèse de ce statut d’emploi, voir : Abdelnour, 2017.

9 « Je ne suis pas très réseaux sociaux, dit-il. Je sais qu’il y a un groupe Facebook. Il y a un groupe Facebook dans ma boîte qui est administré par la boîte elle-même. J’ai toujours dit que je ne voulais pas être sur Facebook, mais je me suis dit que j’allais me faciliter la vie pour le boulot, j’ai créé un compte Facebook et quand j’ai vu comment c’était administré, je n’y vais plus.
— Comment c’est administré ?
— C’est-à-dire que tout est filtré, tout est contrôlé. Donc un réseau social d’expression libre où tout est censuré, où il n’y a que la bonne parole qui passe, ça ne m’intéresse pas. Je regrette énormément d’avoir cédé à mon principe de ne pas avoir Facebook pour ça. »

10 En tant que fonctionnaire, les possibilités de cumul se limitent à des activités auxquelles il peut accéder en tant qu’autoentrepreneur.

11 « En fait, quand l’appli sonne, on n’a que la fonction “accepter la course”. Par contre, si on laisse sonner, si on ne touche à rien, au bout de trois minutes, la course s’en va. Q : Et ça, tu le fais ? Je le fais rarement, rarement. Ça fait presque un an, je dois être à 3 000 courses peut-être. Et sur 3 000 courses, j’ai dû le faire quatre fois. »

12 La plateforme récompense la disponibilité temporelle des livreurs en proposant aux plus actifs et réguliers un accès prioritaire lors de l’inscription sur les créneaux horaires (shifts). Une absence de plusieurs jours conduit à une relégation quasi statutaire qui limite fortement le nombre de shifts possibles sur lesquels s’inscrire.

13 « Au mois de novembre, j’ai été malade. Mais j’ai essayé de forcer quand même, d’y aller, mais très souvent, j’ai dit au dernier moment, “non, je ne peux pas, je suis naze”. Et ils ont fini par me sauter tout mon planning en représailles. »

14 Le nom de la ville a été modifié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Mias, « « J’étais hyper-endetté, il fallait que je bosse » », La nouvelle revue du travail [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nrt/4206 ; DOI : 10.4000/nrt.4206

Haut de page

Auteur

Arnaud Mias

Université Paris Dauphine, PSL Research University, IRISSO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals