Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Isabelle Berrebi-Hoffmann, Marie-Christine Bureau et Michel Lallement, Makers. Enquête sur les laboratoires du changement social, Paris, Seuil, 2018, 352 p.

Aurore Flipo
Référence(s) :

Makers. Enquête sur les laboratoires du changement social, Paris, Seuil, 2018, 352 p.

Texte intégral

1Makers. Enquête sur les laboratoires du changement social, paru au Seuil en avril 2018 est un ouvrage issu d’un vaste travail de recherche collectif mené au Cnam, depuis le début des années 2010, sur les transformations contemporaines du monde du travail. Faisant suite à la monographie consacrée par Michel Lallement aux hackers de la baie de San Francisco (L’Âge de faire. Hacking, travail, anarchie, Seuil, 2015), il conjugue l’expertise des trois auteur-e-s pour le mouvement hacker (Michel Lallement), les transformations du travail dans le secteur informatique (Isabelle Berrebi-Hoffman) et les nouvelles formes d’emploi (Marie-Christine Bureau), autour d’un objet qu’il s’agit ici de définir, de comprendre et de caractériser : le mouvement maker.

2Si ce dernier revendique pleinement sa propre existence, via une littérature indigène déjà fournie (revues, ouvrages) et de nombreux événements (salons, foires, festivals) de plus en plus fréquentés, il n’a finalement été que peu soumis à l’analyse scientifique et en particulier sociologique. Devant la particularité d’un objet fortement autoréflexif, les auteur-e-s prennent le parti de « prendre au sérieux les promesses de rupture avec le capitalisme ». Le mouvement maker a-t-il la capacité transformative qu’il allègue, affirme ou ambitionne ? Par quels moyens ? Telles sont les questions posées par les auteur-e-s dans cet ouvrage.

3Le premier chapitre retrace l’histoire du mouvement et esquisse une généalogie sélective des principales influences historiques ayant nourri le mouvement maker. Ici se mélangent des références revendiquées par le mouvement et des traditions locales ou nationales plus diversifiées. Il est question, plus généralement, de la place de la « bricole » dans la vie quotidienne et les cultures professionnelles, qu’il s’agisse d’une revendication (mouvement shaker, design social) ou d’une simple pratique. Celle-ci émerge en contrepoint de l’idéal taylorien (p. 41) et épouse le contre-mouvement culturel des années 1960 et 1970. Elle emprunte aussi au mouvement ouvrier, matérialisant les luttes pour l’appropriation de la valeur du travail. La séparation totale (au moins théoriquement) entre journée de travail et loisirs personnels, portée par le système salarial et remise en cause par le mouvement maker, serait alors une reconquête d’autonomie sur l’acte de production.

4Le second chapitre propose une typologie des espaces retenus sous le concept générique de makerspace, basée sur les usages qui en sont faits par ceux qui les fréquentent, les types de financement et de partenariats utilisés et les activités, marchandes et non marchandes, qui s’y déroulent. Le lecteur a ici une première vue d’ensemble de la variété de ces espaces, qui vont de l’atelier high-tech proposant la location de machines aux entreprises, au hackerspace itinérant qui se déplace de squat en squat au rythme des expulsions. L’objectif du chapitre est davantage d’introduire les points de concordances et d’oppositions, nommés ici « airs de famille » et « différenciations », que de présenter l’ensemble des espaces, dont il nous est donné un aperçu plus illustratif qu’exhaustif.

5Le troisième chapitre approfondit la question des tensions et antagonismes qui constituent la particularité de ces espaces. Bien que les dialectiques organisationnelles soulevées ici soient bien connues du secteur associatif (démocratie et hiérarchie, ouverture et fermeture, engagement et épuisement des bénévoles), la particularité des makerspaces est de porter une exigence radicale, issue du libertarisme hacker, et d’engendrer ainsi des antagonismes tout aussi radicaux. Alors qu’on pourrait s’étonner que ces espaces puissent tout simplement survivre à de tels grands écarts, les makerspaces semblent faire montre d’une étonnante capacité de résilience, peut-être issue de la culture numérique qui a tôt dû prendre en charge, par exemple, la question de la régulation des espaces libres sur le web en refusant obstinément toute forme de gestion centralisée.

6Dans un quatrième chapitre, l’ouvrage revient sur la question de la dénomination, déjà effleurée dans l’introduction et le chapitre deux, pour montrer que celle-ci n’est pas uniquement une question de définition de l’objet, mais l’enjeu de luttes concrètes qui construisent et déconstruisent l’identité maker. Les auteur-e-s s’intéressent ici d’abord au vocabulaire indigène, pour montrer la manière dont les appellations travaillent les grandes lignes de partage du monde maker, puis présentent les essais de typologies savantes ou institutionnelles et leurs enjeux. Ici s’esquisse une première ligne de partage entre les fablabs, plus proches des milieux institutionnels, de l’innovation industrielle et de la sphère marchande, et les hackerspaces, davantage inspirés par les mouvances alternatives et attachés au principe de communs. Les makerspaces ajouteraient à ces deux grandes familles des activités non exclusivement numériques. Il n’est pas évident d’y voir clair dans ces différences, aussi subtiles que pas toujours respectées par les makers eux-mêmes. La grande diversité de dénominations illustre alors aussi bien la volonté de distinction (p. 113) et d’affiliation (p. 132) que la vocation des makerspaces à constituer un outil « ad hoc » pour un réseau d’acteurs ou une communauté locale – par définition unique.

7Le cinquième chapitre aborde la question des parcours de makers, à travers la présentation de 7 idéaux types basés sur l’exploitation des profils LinkedIn de 216 makers, définis ici comme appartenant à un makerspace. Bien que les profils soient variés en termes de trajectoires, on observe, à l’instar des littératures sociologiques qui se sont penchées sur des univers proches et parfois interpénétrants (Amap, jardins partagés, coworking spaces, etc.), une forte homogénéité sociale, qui s’ajoute dans le cas des makerspaces à une forte prédominance masculine. Les professions représentées et les valeurs et pratiques des utilisateurs rappellent également les nombreux écrits sur les classes créatives (Florida, 2002), les « gentrifieurs » (Authier et al., 2018) ou encore la « classe aspirationnelle » (Currid-Halkett, 2018), mais aussi le « nouveau précariat culturel » (Gill et Pratt, 2008).

8Après trois chapitres consacrés plutôt au travail des différences et des lignes de partage et de tensions entre makerspaces, le sixième chapitre s’attache à la question de la fabrication du commun et à la création d’une identité collective. Comment, à partir de tant de différences, voire d’antinomies, le mouvement maker parvient-il à se maintenir ? Peut-on construire un collectif sur un projet de liberté individuelle maximale ? Il est intéressant de soulever que ce qui relie les makers est finalement moins de l’ordre des croyances collectives que des questionnements communs, relayés sur de multiples supports. Le lien social, de son côté, est créé via de nombreux rituels axés sur la convivialité et le jeu.

9Le septième chapitre s’attache à décrire les réseaux locaux, nationaux et internationaux dans lesquels s’insèrent les makerspaces. Ce n’est que dans cette partie que la comparaison internationale est mobilisée, le reste de l’ouvrage portant sur l’espace français. On constate alors que si les makers eux-mêmes appartiennent à un vaste réseau d’interconnaissance commun, les makerspaces, en tant qu’organisations, sont peu interconnectées. Si les tentatives de construction de fédérations n’ont remporté que peu de succès, c’est que les makerspaces voient dans l’institutionnalisation une menace réelle pour leur mode de fonctionnement, hyper flexible et à géométrie variable. Cette asymétrie démontre encore une fois à quel point les makerspaces sont dépendants avant tout du réseau des individus qui les composent, réduisant volontairement la notion même d’organisation à son expression la plus réduite.

10Enfin, un huitième et dernier chapitre aborde la question de la diffusion du modèle des makerspaces (essaimage) et de ses échanges avec des mondes sociaux voisins (intersection). On voit ici que la nébuleuse dans laquelle baignent les makerspaces, au travers de leurs membres, est vaste mais relativement cohérente. L’économie sociale et solidaire, le coopérativisme, l’éducation populaire et tout ce qu’il convient d’appeler désormais les « innovations sociales » côtoient ainsi l’art et l’artisanat issus des friches artistiques, ainsi que les nouvelles formes d’activisme dérivant de l’altermondialisme. L’importance du territoire, enfin, vient confirmer les recherches initiées par la géographie économique, bien que cette problématique soit traitée de manière marginale dans l’ouvrage. La géographie sociale rappellerait également que, si ces mondes se croisent, c’est en grande partie parce que leurs acteurs sont socialement et spatialement proches, soulevant la délicate question des inégalités sociospatiales.

11Il faut tout d’abord souligner la grande qualité éditoriale de cet ouvrage, qui réussit le pari d’écrire à six mains un ouvrage où l’on ne perçoit aucune rupture, que ce soit de style ou de méthode. Il faut également relever la capacité des auteur-e-s à prendre le lecteur par la main pour l’emmener visiter ces lieux au plus près ; l’abondance de descriptions ethnographiques variées et la diversité des sources décrivent de manière à la fois précise et imagée le monde en question. Cette grande qualité, qui en fait une lecture agréable et accessible, se fait toutefois au détriment d’une présentation plus systématique des données, que l’on devine nombreuses et passionnantes, mais qui sont finalement peu représentées dans l’ouvrage. On suppose, cependant, que d’autres publications feront suite à cet ouvrage qui propose plutôt une morphologie d’ensemble des makerspaces français, à la suite de l’ouvrage de Michel Lallement sus-cité qui s’attachait plutôt à décrire les racines de cette culture numérique qui infuse le mouvement. Complémentaires, les deux ouvrages constituent indéniablement une porte d’entrée précieuse pour qui s’intéresse à ce mouvement.

12Du point de vue de la place du mouvement maker dans les transformations du capitalisme contemporain, il semble particulièrement stimulant de lire l’ouvrage à la lumière d’autres publications récentes portant sur d’autres univers sociaux (par exemple, Durand, 2018). En effet, les principes maker d’organisation flexible et agile et de production individualisée ne sont pas sans rappeler ceux du lean management ou encore des nouvelles doctrines publiques de l’État « plate-forme » ou de la « Start-up nation ». Les identités et formes de présentation de soi détaillées dans le chapitre 5 mettent en avant des idéaux que l’on pourrait qualifier de « néo-libéraux » : flexibilité, multiactivité, mobilité, réflexivité, autonomie, polyvalence. La culture numérique et son libertar(ian)isme n’y sont pas étrangers, portant une ambivalence dont le mouvement maker lui-même est conscient, mais qui paraît insoluble, car portée en germe dans le double idéal d’appropriation libre et de méritocratie technique. Le modèle maker peut alors sembler bien loin d’une démocratie technique : fonctionnant sur le réseau personnel et les « affinités », qui traduisent plutôt l’existence de dispositions socialement incorporées (p. 89), il s’avère fortement discriminant et élitiste. L’enjeu de la démocratisation des tiers-lieux, dont certains makerspaces se sont saisis (à l’instar de PiNG à Nantes ou NET-IKi, implanté en milieu rural), apparaît alors particulièrement central pour permettre au mouvement maker de porter un réel projet de changement social.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Flipo, « Isabelle Berrebi-Hoffmann, Marie-Christine Bureau et Michel Lallement, Makers. Enquête sur les laboratoires du changement social, Paris, Seuil, 2018, 352 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nrt/4278

Haut de page

Auteur

Aurore Flipo

Sociologue, Chercheure associée, PACTE (Université Grenoble-Alpes)/ENTPE (Université de Lyon)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals