Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Enrichissement. Une critique de la marchandise, Paris, Gallimard, 2017, 672 p.

Céline Bessière
Référence(s) :

Enrichissement. Une critique de la marchandise, Paris, Gallimard, 2017, 672 p.

Texte intégral

1Alors que de nombreux travaux récents ont mis l’accent sur les dimensions non matérielles du capitalisme contemporain – capitalisme cognitif où l’accumulation est fondée sur les savoirs plutôt que sur les objets (Moulier-Boutang, 2007), capitalisme esthétique où la dimension créative et imaginaire est incorporée dans le secteur de la consommation (Lipovetsky & Serroy, 2013) ou encore capitalisme émotionnel (Illouz, 2007) qui soulignent comment les émotions ont infiltré la vie économique et vice-versa – le concept de marchandise fait un come-back remarquable dans les travaux de sciences sociales qui cherchent à rendre compte des transformations du capitalisme contemporain. Ces travaux s’inscrivent dans des perspectives théoriques très différentes, voire opposées et dialoguent peu entre eux. Certains s’inscrivent explicitement dans une perspective marxiste mettant l’accent sur la production des marchandises et sur les conflits entre classes sociales qui résultent de l’accaparement du profit (Ravelli, 2017, 2015) ; d’autres, empreints de sémiotique, montrent comment le capitalisme contemporain produit des émotions-marchandises (emodities) qui créent un sentiment d’authenticité chez les consommateur·rice·s quel que soit leur milieu social (Illouz, 2017). À mi-chemin entre ces deux approches, Luc Boltanski et Arnaud Esquerre proposent une « critique de la marchandise » pour décrire une transformation récente du capitalisme, qu’ils qualifient d’économie de l’enrichissement.

2Le livre – 500 pages de texte dense, auquel il faut ajouter près de 150 pages d’annexes et d’appareillage critique – présente une double ambition historique et analytique. Côté historique : la description de l’avènement de l’économie de l’enrichissement depuis le dernier quart du xxe siècle dans les pays d’Europe de l’Ouest (la France et l’Italie constituant les principaux exemples). Cette mutation du capitalisme repose moins sur la production de nouveaux objets, comme à l’époque de la révolution industrielle, que sur l’enrichissement de choses qui sont déjà là, notamment par la mise en œuvre d’un récit sur ces dernières. L’apport essentiel du livre est de rapprocher des secteurs d’activité habituellement pensés séparément, notamment les arts, la culture, le commerce d’objets anciens, le luxe, le tourisme. Le point commun entre une 2CV Citroën, un weekend dans une ferme en Toscane, une montre de luxe et une œuvre de Jeff Koons est leur mise en valeur dans le capitalisme contemporain par une narration idiosyncrasique, support de la trajectoire ascendante de leur prix avec le temps. Comme chez Illouz (2017), au cœur du capitalisme contemporain, il y a la production de récits sur les marchandises qui crée un sentiment d’authenticité chez le consommateur, que Boltanski et Esquerre prennent eux aussi tout à fait au sérieux. Contrairement à Illouz qui ne s’intéresse pas du tout au prix des émotions-marchandises ni aux types de consommateur·rice·s à qui elles sont ainsi de fait réservées, Boltanski et Esquerre placent au cœur de leur projet la formation des prix des marchandises.

3Côté analytique, le livre propose d’enrichir (sic) le concept de marchandise, en se démarquant nettement de l’approche marxiste centrée sur la production. Car selon eux, au cœur de l’économie de l’enrichissement, il y a moins la production que le commerce. Boltanski et Esquerre présentent une approche « pragmatique de l’échange » qui, malheureusement, laisse de côté les travaux de sociologie économique portant sur la formation des prix (Beckert, 2011), en affirmant étrangement que les prix ne font pas l’objet d’un intérêt particulier des sociologues et des anthropologues (p. 112-113). Cependant, le chapitre 3, intitulé « le commerce des choses », propose un vocabulaire très précis pour aborder ces questions, qui fait toute l’utilité de l’ouvrage, véritable boîte à outils conceptuelle. L’échange constitue un évènement singulier, une épreuve au cours de laquelle la chose devient une marchandise à laquelle échoit un prix quand elle change de propriétaire, le prix étant exprimé selon une certaine métrique. Le prix a donc un caractère circonstanciel ; c’est un fait qui varie selon les circonstances et qui clôt l’épreuve de l’échange. Cette présentation de l’échange comme une épreuve conduit à penser la valeur comme une justification ex post de l’échange et du prix (que ce soit pour le critiquer ou le justifier), faisant l’économie de la discussion des économistes classiques sur la valeur d’usage et d’échange ou la valeur inhérente des choses. Cette théorie de la formation des prix, bien que peu ancrée dans une investigation empirique, fournit des concepts originaux intéressants, notamment celui de méta-prix (p. 132), « être fictif » qui a peu de chance d’être réalisé, mais qui influe sur la formation des prix comme support de réflexion, comme potentialité ou encore comme point de référence. Ce chapitre sur la formation des prix constitue l’ossature analytique à partir de laquelle se déploie ce qui intéresse principalement les auteurs : il n’y a pas une seule forme de mise en valeur des objets, mais plusieurs, qui permettent de se repérer dans le cosmos de la marchandise.

4Boltanski et Esquerre relèvent quatre formes de mise en valeur des marchandises dans le capitalisme contemporain – qui sont donc des discours produits sur les choses –, selon qu’elles sont différenciées ou non et selon l’évolution dans le temps de la valeur (voir le schéma central du livre, p. 159). Si la valeur des marchandises s’accroît avec le temps, les auteurs parlent de « puissance marchande positive », sinon de « puissance marchande négative ». Lorsque les marchandises sont différenciées, elles font l’objet d’une « présentation narrative », tandis qu’elles font l’objet d’une « présentation analytique » dans le cas contraire. La forme standard qui caractérise les objets de la société industrielle née au xixe siècle (présentation analytique peu ou pas différenciée et puissance marchande négative) s’oppose trait pour trait à la forme collection, archétype de l’économie de l’enrichissement (présentation narrative très différenciée, valeur qui s’accroît dans le temps). Deux formes intermédiaires sont également décrites : la forme actif (présentation analytique, puissance marchande positive) et la forme tendance (présentation narrative mais caractérisée par son obsolescence). Le modèle est suffisamment souple pour qu’un même objet puisse passer d’une forme de mise en valeur à une autre, aboutissant à des méta-prix et prix différents (une 2CV pourra ainsi passer de la forme standard à la forme collection, ce qui est la trajectoire typique des objets de l’économie de l’enrichissement), même si toutefois tous les objets selon leur type de production, de consommation et de public ne circulent pas d’une forme de mise en valeur à une autre (une pièce de grand couturier peut passer de la forme tendance ou collection à une forme standard quand elle est dupliquée en millions d’exemplaires chez H & M, mais ce n’est toutefois plus le même objet).

5Le livre met l’accent sur l’historicité des formes de mise en valeur. Si la forme standard est liée à la production industrielle, la forme collection caractérise certains secteurs de production (le luxe, le tourisme, la culture, etc.) et l’ère de l’économie de l’enrichissement. Cette dernière s’adresse aussi à certains types de vendeurs et acheteurs qualifiés de « riches » :

L’une des spécificités de cette économie est de tirer parti du commerce des choses qui sont en priorité destinées aux riches et qui constituent aussi, pour les riches qui en font commerce, une source supplémentaire d’enrichissement. (p. 11)

6Une fois le livre refermé, on peut se demander quels sont les contours de l’économie de l’enrichissement, fondée sur la forme de mise en valeur collection : s’agit-il d’un phénomène limité ou de vaste ampleur ? qui sont précisément « les riches » concernés par le développement de cette économie ? Dans l’économie de l’enrichissement, le patrimoine ne constitue pas seulement une épargne de sécurité ou une rente ; par l’opération du commerce, les acteurs de l’économie de l’enrichissement font travailler leurs avoirs patrimoniaux, ce qui leur permet de dégager des plus-values (p. 457). Le patrimoine devient ainsi capital.

7Les travaux récents sur les inégalités économiques montrent qu’on assiste à une remontée du poids des héritages dans les économies nationales à des niveaux proches du xixe siècle (Piketty, 2013). Dans la perspective dessinée par Piketty, le capitalisme contemporain est un capitalisme d’héritier, où le passé dévore le présent et où les inégalités de richesses s’accroissent fortement. Quelle est la contribution de l’économie de l’enrichissement – qui est elle aussi fondée sur l’exploitation du passé – à ce processus ? Dans quelle mesure l’économie de l’enrichissement participe-t-elle à l’accroissement des inégalités de richesse ? Le chapitre 13 intitulé « les contours de la société d’enrichissement » et les quelques pages consacrées au retour des « rentiers » (p. 451-457) ne suffisent pas pour répondre à ces questions.

8À la fin de ce chapitre, la lectrice se demande d’ailleurs s’il n’aurait pas fallu prêter davantage attention à la forme actif (pour rappel des biens non différenciés qui prennent ici de la valeur avec le temps : que ce soit du patrimoine immobilier ou financier) dans le capitalisme contemporain. Une autre question reste sans réponse : quelle est la place de la fiscalité dans l’économie de l’enrichissement ? L’économie de l’enrichissement n’est-elle pas la forme qu’ont trouvée les plus riches pour sous-évaluer leur patrimoine et contourner les règles fiscales en investissant dans des objets, des œuvres d’art et des fondations exemptées de droit fiscaux ? L’étude de la fiscalité dans l’économie de l’enrichissement reste à faire.

9Ainsi, si ce livre constitue indéniablement une contribution majeure à la sociologie de l’économie, fournissant des concepts et des intuitions d’analyse qui feront date, c’est également une invitation à réaliser davantage de recherches empiriques précises sur les transformations des marchandises et de leur circulation dans le capitalisme contemporain.

Haut de page

Bibliographie

Beckert Jens, 2011, « Where Do Prices Come from ? Sociological Approaches to Price Formation », Socio-Economic Review, n° 9, 757-786.

Illouz Eva (dir.) (2017), Emotions as Commodities : Capitalism, Consumption and Authenticity, London, Routledge.

Illouz Eva (2007), Cold Intimacies. The Making of Emotional Capitalism, Cambridge, Polity Press.

Lipovetsky Gilles & Jean Serroy (2013), L’Esthétisation du monde. Vivre à l’âge du capitalisme artiste, Paris, Gallimard.

Moulier-Boutang Yann (2007), Le Capitalisme cognitif. La nouvelle grande transformation, Paris, Éditions Amsterdam.

Piketty Thomas (2013), Le Capital au xxie siècle, Paris, Seuil.

Ravelli Quentin (2017), Les Briques rouges. Dettes, logement et luttes sociales en Espagne, Paris, Éditions Amsterdam.

Ravelli Quentin (2015), La Stratégie de la bactérie. Une enquête au cœur de l’industrie pharmaceutique, Paris, Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Bessière, « Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Enrichissement. Une critique de la marchandise, Paris, Gallimard, 2017, 672 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nrt/4302

Haut de page

Auteur

Céline Bessière

IRISSO, Université Paris-Dauphine

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals