Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Alain Max Guénette et Sophie Le Garrec (dir.), Les Peurs au travail, Toulouse, Octares, coll. « Le travail en débats », 2016, 247 p.

Fabienne Hanique
Référence(s) :

Les Peurs au travail, Toulouse, Octares, coll. « Le travail en débats », 2016, 247 p.

Texte intégral

1Les chercheurs et professionnels en lien avec la question du travail et de ses problématiques contemporaines ne peuvent que se trouver interpelés par la proposition originale de cet ouvrage intitulé les Peurs au travail. La thématique affichée fait en effet écho à une plainte sociale empiriquement palpable, plainte qui en dépit d’une expression récurrente, ne manque pas de mystère : « Peurs au travail ? peurs du travail ? peurs de (perdre) son travail ? travail de la peur ? » Les pistes se multiplient pour peu que l’on tente de décrypter à travers ce titre ce que l’on va trouver dans l’ouvrage.

2Paru chez Octares, dans la collection « le travail en débats » (série colloques et congrès), les Peurs au travail, coordonnée par Alain Max Guénette et Sophie Le Garrec, rassemble donc 15 contributeurs, issus de points de vue disciplinaires différents et complémentaires : psychologues, philosophes, historiens, anthropologues et sociologues.

3Le périmètre mobilisé n’est pas excessif si l’on en juge l’enjeu affiché : « procéder à une exploration sémantique et épistémologique de la notion de peur », « prendre acte de l’évolution des peurs contemporaines liées au travail (au sens large) dans une société en pleine mutation », « explorer leurs nouveaux objets de fixation » (depuis la perte d’emploi, jusqu’à la peur de ne pas être performant, en passant par la peur de l’autre), identifier les différents statuts de celles-ci (les peurs comme conséquences, mais également comme leviers de mobilisation managériale), et enfin, explorer différentes manifestations de la peur en fonction des métiers et populations concernées.

4Trois parties sont proposées : la première, sur la base des contributions de Olivier Voirol, Franz Schultheis et Danilo Martucelli, ouvre sur des définitions et précise les enjeux épistémologiques. La seconde s’intéresse aux « peurs comme levier organisationnel et structurel » (Yvan Barel et Sandrine Frémaux, Viviane Seigneur, Marie Pezé, et Gianfranco Domenighetti). La troisième, intitulée « des individus et la variabilité des peurs endogènes » (avec les contributions de Sophie Le Garrec, Marc Loriol, Gwenaëlle Rot et François Vatin, Anne Flottes, et Véronique Nahoum-Grappe) offre quant à elle des réflexions appuyées sur des recherches (et recherches-actions) empiriques.

5L’ouvrage offre les avantages et les inconvénients d’un projet de publication collectif, post-colloque. Au rang des avantages, on soulignera la variation des points de vue pour saisir les formes et les conséquences des peurs telles qu’elles sont identifiées.

6Les trois premières contributions (Olivier Voirol, Franz Schultheis et Danilo Martucelli) s’interrogent sur la spécificité de la peur contemporaine à l’aune des mutations du monde économique et salarial. Partant d’un texte de Hegel, consacré à la « dialectique du maitre et de l’esclave », Olivier Voirol ouvre une réflexion anthropologique et philosophique sur le lien entre peur et reconnaissance, pour distinguer ensuite trois types de peurs, dans lesquelles l’instabilité de l’emploi, les faillites de la reconnaissance des activités et des travailleurs, ou la nature l’activité du travail elle-même entrent en jeu. Franz Schultheis insiste quant à lui sur la rupture entre les structures sociales intériorisées par l’individu et les bouleversements de l’environnement social, remettant notamment en cause le contrat social (au sens de Castel) implicite qui nourrit chez l’individu un horizon d’attente. Assis à la fois sur une recherche menée en Allemagne (Schultheis et Schultz en 2005) et l’évocation du cas d’une « entreprise traditionnelle suisse », la réflexion a le mérite d’élargir les frontières. C’est avant tout un point de vue sur les effets d’un capitalisme contemporain sur ce qu’il qualifie de « normalisation de la précarité ». C’est Danilo Martucelli, en introduisant de son côté l’exploration des « deux grammaires de la peur contemporaines », qui poussera le plus avant le questionnement sur le statut même de la peur dans notre société contemporaine.

7Sous le titre « les peurs comme levier organisationnel et structurel », la deuxième partie de l’ouvrage met le lecteur en présence d’une réflexion plus dispersée, en appuyant notamment la réflexion sur les enseignements du terrorisme (à partir desquels Viviane Seigneur proposera une transposition originale aux territoires du travail) ou en ouvrant sur les enjeux organisationnels à l’épreuve du genre (Marie Pezé). C’est également dans cette partie que Sandrine Frémaux et Yves Barel exploreront, en s’appuyant sur les travaux de Christophe Dejours, ce que les auteurs qualifient de « leadership toxique » (favorisé par les conditions d’un management contemporain). Gianfranco Domenighetti ferme cette partie en se saisissant de la question de la peur à travers le prisme plus large du lien entre inégalités sociales et santé.

8La troisième partie, nourrie de recherches ou d’interventions, nous mène au plus près de l’activité. Le texte de Sophie Le Garrec donne corps à ce que, ici ou là, on appelle le « capitalisme contemporain », Partant des mutations sociologiques advenues dans le monde du travail depuis les années 1980, elle ouvre sur deux types de peurs sociales, qui s’apparentent ici à des formes d’angoisse sourde.

9Il faut explorer les trois textes restant pour passer la question de la peur au grain fin de l’activité. Ainsi le texte de Marc Loriol comme celui de Gwenaëlle Rot et François Vatin, nous donnent à voir comment certains métiers – et leurs organisations – englobent la question des peurs légitimes, constitutives de l’activité et de l’environnement, mais également comment les agents (policiers chez Marc Loriol ou agents de conduite chez Gwenaëlle Rot et François Vatin) font individuellement et collectivement avec ces peurs. La contribution de Anne Flottes, consultante et intervenante auprès de « travailleurs débordés par des situations de travail qu’ils considèrent individuellement ou collectivement comme insupportables » (p. 178) vient clore le voyage. S’intéressant aux « métamorphoses de la peur », elle témoigne, à la fois du point de vue du sujet, mais également de sa pratique, des différentes registres et localisation de la peur, insistant au passage sur une difficulté qui aurait mérité d’être interrogée d’un point de vue méthodologique, dans ce texte, mais également dans la plupart des contributions : le que « l’expression de la peur n’est jamais spontanée » (p. 180).

10À la fin du voyage, le lecteur se trouvera certes renseigné sur différents objets qui nourrissent les peurs de notre monde du travail contemporain. Il sera également éclairé sur les manières variables dont les organisations jouent et se jouent des peurs, entretiennent, dénient ou travaillent avec les peurs.

11Mais pour autant, force est de constater que, in fine, les peurs en elles-mêmes garderont toutes leur énigme. Au fil des contributions, se dessine en effet le caractère véritablement polysémique de celle-ci, mais plus préoccupant encore, apparaît dans la plupart des articles la tentation de l’analogie. Tout se passe, à la lecture de l’ouvrage comme si le concept de peur, paré d’une évidence en réalité contestable, était condamné à la fugacité, à une fonte immédiate de sa substance, et remplacé tour à tour et sans véritable questionnement, par les notions de « stress », « d’inquiétude », « d’angoisse » ou encore de « charge anxiogène ». À peine énoncée, avouée ou saisie, la notion est-elle déjà requalifiée.

12On repense alors à la promesse implicite qui titre la collection (« le travail en débat ») et si cet ouvrage offre certes de belles surprises, on en vient à regretter l’absence d’une problématisation véritable et d’une mise en dialogue des différentes propositions. C’est là l’inconvénient récurrent de la formule « publication post-colloque ».

13Mais s’agissant d’une problématique aussi subjective et aussi sensible que celle des « peurs au travail », on aurait vivement souhaité que des discussions et controverses théoriques et méthodologiques puissent véritablement se déployer au sein de la communauté sociologique. Sans avoir peur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Hanique, « Alain Max Guénette et Sophie Le Garrec (dir.), Les Peurs au travail, Toulouse, Octares, coll. « Le travail en débats », 2016, 247 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nrt/4370

Haut de page

Auteur

Fabienne Hanique

Laboratoire de changement social et politique, Université Paris Diderot

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals