Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Cécile Guillaume, Syndiquées. Défendre les intérêts des femmes au travail, Paris, Presses de Sciences Po, 2018, 254 p.

Saphia Doumenc
Référence(s) :

Syndiquées. Défendre les intérêts des femmes au travail, Paris, Presses de Sciences Po, 2018, 254 p.

Texte intégral

1Partant du constat de la féminisation du travail et du champ syndical, Cécile Guillaume prend à bras le corps la question des « rapports sociaux de sexe » en isolant, à travers une posture comparative, leur (re)production et ses ressorts. En effet, comme le pointe l’auteure, la domination genrée, d’une part, ne se limite pas au taux de présence des femmes dans les organisations syndicales et, d’autre part, se dérobe aux politiques de lutte contre les inégalités.

2Dans ce dernier ouvrage, issu de son mémoire d’HDR, l’auteure, spécialiste du fait syndical en France et au Royaume-Uni, propose une synthèse de ses travaux antérieurs conduits au sein de quatre syndicats différents présents dans les deux pays. « Bien que syndiquées, les femmes continuent par ailleurs de subir de nombreuses discriminations dans le monde du travail » (p. 7). L’ouvrage pose donc une question simple : « comment expliquer cette sous-représentation de leurs intérêts dans le monde du travail ? » (p. 8) Cécile Guillaume fait alors le point sur les différentes politiques d’égalité mises en place par les syndicats depuis plusieurs décennies pour limiter ces discriminations et se demande notamment si la présence de femmes dans les syndicats suffit à améliorer la défense de leur condition salariée. Pour cela, elle s’appuie sur ses différentes enquêtes menées de 2003 à 2015 : en France, à la CFDT et Solidaires ; et au Royaume-Uni, à GMB et UNISSON. Particulièrement conséquents, les matériaux mobilisés sont le produit de l’articulation de méthodes d’enquête qualitatives et quantitatives. Cécile Guillaume s’appuie en effet sur plus d’une centaine d’entretiens ethnographiques et diachroniques (sur les « carrières syndicales »), sur des temps d’observation notamment participante, sur des questionnaires, des archives, des statistiques syndicales, etc.

3La démarche doublement comparative s’avère particulièrement intéressante pour saisir à la fois les spécificités selon les pays et selon les syndicats. Mais surtout, elle permet d’identifier les grands invariants des rapports sociaux de sexe. Cette entreprise audacieuse permet ainsi de « faire émerger ce qui serait commun au monde syndical dans sa difficulté à représenter les femmes, mais aussi ce qui est spécifique à chaque contexte institutionnel, selon les périodes » (p. 52).

4La première partie de l’ouvrage retrace l’histoire de la place des femmes dans les organisations syndicales et de leur représentation en s’appuyant sur un riche corpus de travaux en sciences sociales. Invariablement selon les pays et les syndicats, alors que la présence massive des femmes sur le marché du travail est une réalité depuis les années 1970, leur présence dans les organisations syndicales étudiées ne se confirme que dans les années 2000, jusqu’à représenter aujourd’hui près de la moitié des adhérents (voir tableau 2, p. 60). Pour autant, les secteurs d’activité économique les plus féminisés demeurent les moins syndiqués.

5Si aujourd’hui la féminisation des syndicats concourt à préserver leurs effectifs, leur accueil des femmes s’est historiquement traduit par une attitude ambivalente. Lorsque les femmes se syndiquent, de nombreux travaux montrent qu’elles sont confrontées à un univers très masculin où les pratiques syndicales sont soumises à un rythme qui n’est pas toujours adapté à celui du travail domestique auquel la plupart des femmes sont également tenues (horaires et lieux des réunions, mobilité géographique, etc.). Cécile Guillaume s’appuie sur de nombreux travaux pour réaffirmer que les organisations syndicales contribuent à reproduire les inégalités de genre.

6L’auteure invite à prendre toute la mesure de la catégorie « femmes » afin de ne pas l’essentialiser. Cette population est hétérogène. En effet, quand les femmes se syndiquent et prennent des responsabilités, elles sont souvent plutôt blanches, qualifiées, diplômées, etc. De plus, leur engagement dans les organisations syndicales est souvent moins long que celui de leurs homologues masculins.

7Cela dit, cette première partie montre que les syndicats ne sont pas indifférents à la sous-représentation des femmes dans leurs rangs. Plusieurs politiques volontaristes sont d’ailleurs mises en œuvre pour favoriser une plus large présence féminine. C’est notamment le cas des structures d’égalité séparées et non mixtes au Royaume-Uni, mais également de la politique des quotas imposés par certaines organisations. Dans les deux pays étudiés, le rôle de la Confédération européenne des syndicats (CES) n’est pas négligeable. En 2007, elle adopte même une Charte sur l’égalité. Mais l’auteure invite à une mise en garde, ces cadrages se traduisent souvent « par une dépolitisation des politiques en faveur des femmes au profit de visées plus instrumentales liées à la “modernisation” des pratiques syndicales et au renouvellement des militants » (p. 27).

8La deuxième partie du livre, la plus conséquente, « part des individus – hommes et femmes syndicalistes – et des expériences biographiques pour décrypter les processus institutionnels qui fabriquent et légitiment les inégalités, mais également les conditions qui favorisent une meilleure représentation des femmes et de leurs intérêts » (p. 63). À partir des portraits d’une cohorte de syndicalistes, l’auteure cherche à « objectiver les conditions de possibilité et de maintien de l’engagement syndical, avec une attention particulière portée aux effets de genre, aux contextes et aux périodes » (p. 64).

9Ce faisant, elle présente rapidement la stabilité de l’intégration sociale et professionnelle comme l’une des conditions de l’engagement syndical les plus importantes. On ne s’étonnera donc pas que les échantillons de l’analyse démontrent une surreprésentation de femmes, salariées du secteur public, souvent diplômées et majoritairement mères de famille.

10À partir de ce « socle commun » de stabilité, l’auteure distingue trois « niveaux » de carrière : l’adhésion pure et simple, la prise de mandat intermédiaire et la prise de mandat national.

11Globalement, selon l’auteure, les femmes auraient de « bonnes raisons » de se syndiquer du fait de la dégradation de leurs conditions de travail et d’emploi (p. 87). Elle évoque un « principe de ressemblance » comme moteur de l’engagement syndical. Ainsi, lorsque des équipes sont féminisées, les salariées ont plus tendance à se syndiquer : lorsque qu’une équipe syndicale comprend des femmes, d’autres femmes non syndiquées sont alors plus enclines à s’engager, se sentant ainsi plus « en confiance ». D’autre part, si des enquêtés invoquent « la culture familiale comme facteur de leur adhésion syndicale », l’existence d’un héritage militant n’est pas systématique. On se syndiquerait préférablement « par la force des choses » ou parce que le « syndicalisme est le “débouché normal” d’un intérêt pour la politique ». Ainsi, l’engagement syndical « permet une certaine forme de mise en cohérence avec soi-même », bien qu’il traduise « rarement une croyance idéologique » (p. 98).

12La prise de mandat local, quant à elle, revient à « construire sa légitimité » dans l’organisation syndicale. L’une des premières raisons mises en avant par l’auteure est la pénurie de candidats dans nombre de syndicats pour certains mandats. Ce que montre l’enquête, c’est que les femmes seraient sélectionnées « pour la transférabilité supposée de leurs compétences professionnelles dans certains mandats syndicaux souvent assez techniques ou à vocation plutôt relationnelle » (p. 100). Plus précisément, ce serait parce qu’elles travaillent dans les secteurs du care ou de l’éducation que les femmes seraient régulièrement pressenties pour investir ces types de mandats. La contrepartie étant que ces travailleuses mandatées peinent à s’accorder le droit de s’investir autant que leurs collègues masculins, tiraillées par la culpabilité de s’absenter de leur emploi pour du temps militant (p. 125).

13S’il est vrai que la prise de premiers mandats est essentielle pour asseoir sa légitimité, le seul fait d’en avoir été pourvu ne suppose pas que l’on parviendra à « gravir les échelons » de l’organisation. En effet, si les femmes sont nombreuses à avoir des mandats locaux ou sur leur lieu de travail, plus on monte en responsabilité, moins elles sont présentes. Les portraits de Louise au Royaume-Uni qui affronte seule des réunions « pas du tout woman friendly » (p. 102), ou encore d’Élisabeth en France syndiquée dans un secteur très masculin, accusée de « perdre du temps pour un combat où [elles sont] 150 filles » (p. 106), témoignent que nombreuses sont les femmes qui subissent des discriminations dans la sphère syndicale. Finalement, le profil des femmes qui prennent des mandats est spécifique. L’enquête donne à voir que les femmes qui ont des responsabilités syndicales sont souvent des femmes qui ont des « structures familiales adéquates » à leur engagement (p. 131). De plus, celles qui sont déclassées professionnellement comparativement à leur niveau d’étude trouvent dans l’engagement syndical une manière de mobiliser leurs savoir-faire et d’en acquérir de nouveaux (p. 123).

14De manière générale, il est difficile pour les femmes et notamment les moins qualifiées d’entre elles de se syndiquer et de s’engager dans une carrière syndicale. Au fond, Cécile Guillaume décrit un cercle vicieux : les travailleuses syndiquées restent cantonnées à certains mandats, tandis que la prise de mandats nationaux relève aujourd’hui encore du défi. Et pour cause ! À un certain niveau de responsabilité syndicale, il ne suffit pas d’être élu, il faut être nommé par son syndicat. Or, ici, les logiques de sélection s’organisent dans un « monde d’hommes habitués à se coopter entre eux » (p. 139). À ce « niveau de carrière syndicale », l’enquête met au jour un turn-over si faible que l’auteure évoque une véritable « inertie organisationnelle » et le maintien d’une certaine « oligarchie syndicale » – et masculine (p. 141). Quoi qu’il en soit, les femmes, moins présentes aux postes clés, ne parviennent que peu à représenter leurs intérêts dans les syndicats, aussi « progressistes » soient-ils.

15La troisième partie de l’ouvrage est la plus technique, elle est aussi la plus surprenante en ce qu’elle s’affranchit des deux précédentes. Reposant sur une quarantaine d’entretiens menés ex post, elle retrace dans le détail l’histoire d’une bataille juridique pour l’égalité salariale menée depuis la fin des années 1960 au Royaume-Uni. Dans un contexte national peu propice aux avancées sociales, le recours au droit communautaire apparaît comme un véritable levier. Cette dernière enquête présente une foule de différents acteurs : syndicalistes, experts, avocats et salariés luttant côte à côte pour faire reconnaître l’égalité salariale. Cécile Guillaume insiste en particulier sur la façon dont cette lutte a permis la diffusion d’une véritable conscience du droit, à la fois chez les syndicats, mais aussi auprès des femmes salariées. Enfin, cette campagne a représenté une opportunité de syndiquer de nombreuses femmes.

16Néanmoins, les conditions sociales du fait syndical au féminin, telles que Cécile Guillaume les présente, interrogent. En effet, elles ne peuvent se résumer à la stabilité sociale et professionnelle puisque l’auteure évoque une progression récente de la féminisation du syndicalisme tandis que, dans le même temps, le marché du travail trahit, lui, une précarisation croissante dont les femmes sont précisément les premières victimes. Par conséquent, les résultats avancés dans l’ouvrage appellent à une mise en perspective plus large, en ce que la syndicalisation des femmes peut aussi émerger des secteurs les plus précaires (nettoyage, hôtellerie, services à la personne, etc.).

17Il faut dire que les travaux de Cécile Guillaume se sont concentrés sur des organisations syndicales conséquentes et relativement institutionnalisées dans le champ du militantisme, laissant ainsi de côté les structures les plus minoritaires. Or, si la syndicalisation des salariés – a fortiori des femmes – des branches d’activité traditionnellement les plus éloignées du syndicalisme historique s’avère statistiquement marginale, il n’en reste pas moins que sa féminisation demeure conséquente. Parce qu’il n’est pas renseigné, ce phénomène interroge la place qui est faite aux exceptions dans l’analyse de l’auteure.

18Évoquant le contexte le plus fréquent, Cécile Guillaume décrit la syndicalisation des femmes et ses conditions de possibilité à partir des seules salariées ayant « pour particularité de vivre et de travailler dans des univers où le fait syndical n’est pas réprouvé socialement » (p. 95). Non seulement les travailleuses interviewées sont adhérentes à de grandes organisations syndicales, mais il s’avère aussi qu’elles y occupent souvent des places qui, toutes dominées qu’elles soient en comparaison avec leurs collègues masculins, n’en restent pas moins « dominantes » par rapport aux femmes salariées les moins légitimes socialement. On pourra dès lors questionner la pertinence de l’échantillon d’enquêtées partant du fait que le principe de leur recrutement rejoint celui pratiqué par les organisations syndicales elles-mêmes, comme décrit dans l’ouvrage : femmes, certes, mais néanmoins blanches, qualifiées, plutôt diplômées, occupant majoritairement des emplois stables du secteur public, mères de famille, etc.

19Dans le fond, la perspective genrée visée par l’analyse aurait gagné à davantage s’affranchir des distinctions opérées par le champ syndical, participant, on l’a vu, d’une invisibilisation des femmes, et plus encore, des femmes les plus précaires, issues de l’immigration, jeunes, peu qualifiées et non diplômées… et pourtant parfois syndiquées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Saphia Doumenc, « Cécile Guillaume, Syndiquées. Défendre les intérêts des femmes au travail, Paris, Presses de Sciences Po, 2018, 254 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 30 octobre 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nrt/4394 ; DOI : 10.4000/nrt.4394

Haut de page

Auteur

Saphia Doumenc

Doctorante au laboratoire Triangle, Université Lumière Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals