Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Mélanie Guyonvarc’h, Performants... et licenciés. Enquête sur la banalisation des licenciements, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2017, 263 p. (préface de Danièle Linhart)

Anne Bory
Référence(s) :

Performants... et licenciés. Enquête sur la banalisation des licenciements, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2017, 263 p.

Texte intégral

  • 1 Voir notamment pour une synthèse Simon Borja, Guillaume Courty, Thierry Ramadier (dir.), « Approche (...)

1Dans cet ouvrage, tiré pour l’essentiel de ses travaux doctoraux, Mélanie Guyonvarc’h s’attache à analyser les ressorts d’une affirmation largement diffusée dans l’espace politique, médiatique, et dans une partie de l’espace académique : le licenciement serait devenu, sous l’effet d’une évolution inéluctable du monde du travail, une étape banale, normale, des parcours professionnels, notamment pour les salariés les plus qualifiés qui, devenus des entrepreneurs de leur carrière, en feraient une occasion parmi d’autres de mobilité individuelle. Ainsi, des carrières se déroulant dans une seule entreprise sont renvoyées du côté de la ringardise, et la mobilité devient une vertu en soi1.

2L’auteure mobilise un corpus riche et varié, qui témoigne de la nécessité de faire feu de tout bois lorsqu’on souhaite tenir à la fois une perspective monographique et un propos plus général. Ainsi, pour appréhender les discours et expériences des salariés licenciés en les réinscrivant dans un cadre plus large, l’auteure intègre à son analyse les évolutions macro-économiques, l’échelon de la prise de décision du licenciement et celui de sa mise en œuvre et de son accompagnement. Le choix des deux terrains principaux est particulièrement stimulant : les licenciements économiques collectifs, qui s’opèrent dans le cadre d’un « plan social » (PSE), de l’entreprise pharmaceutique Medica et ceux du cabinet de conseil Consulting, permettent un salutaire décalage par rapport à l’essentiel de la littérature portant sur les restructurations et les licenciements. Medica relève du secteur industriel, et à cet égard pourrait constituer un cas « classique » d’étude sociologique sur les destructions d’emplois. Néanmoins, Mélanie Guyonvarc’h s’intéresse à des salariés habituellement peu étudiés dans ce type de travaux : ses enquêtés sont qualifiés, voire très qualifiés, techniciens, techniciennes et cadres. Les enquêtés de Consulting sont cadres eux aussi. Mais ils ont une particularité supplémentaire : leur licenciement fait d’eux des « arroseurs arrosés ». En effet, leur activité au sein de Consulting consistait, pour l’essentiel, à accompagner des directions d’entreprise dans la conception et la conduite de restructurations internes, pouvant aboutir à des licenciements.

3La première partie de l’ouvrage déplie habilement et de façon assez exhaustive le contexte qui a mené à la banalisation des licenciements dans les discours et pratiques managériaux. L’auteure déconstruit les usages de la notion de crise visant à justifier les licenciements, en montrant au contraire que, depuis la fin des années 1970, les licenciements sont devenus de plus en plus un outil offensif pour améliorer les performances financières des entreprises, au moins autant qu’un outil de dernière instance destiné à empêcher des faillites. La banalisation des licenciements apparaît ainsi comme le produit de l’avènement du capitalisme financier et de l’internationalisation de la vie des entreprises, processus qui sont eux-mêmes le fruit de décisions stratégiques et politiques. Le retour sur les évolutions concomitantes du droit social français, destinées à rendre l’acte de licencier moins contraint et moins coûteux, est implacable : le mouvement de destruction des protections attachées au contrat de travail et destinées à contrebalancer, un tant soit peu, l’asymétrie de pouvoir et d’information existant entre employeur et salariés, est continu. L’auteure revient en miroir sur les positions des organisations représentant les uns et les autres, et montre que, face aux efforts permanents des syndicats patronaux pour faciliter le licenciement, les syndicats de salariés ont rapidement renoncé à une opposition radicale, pour se concentrer sur la construction de mécanismes d’accompagnement à la mobilité, pour que celle-ci soit aussi peu douloureuse que possible. On sent bien que ce positionnement est en deçà des attentes de l’auteure, d’autant plus lorsque, comme elle le souligne, les mobilisations contre les licenciements manquent d’appuis légaux. Le regard porté ici sur ces mobilisations est très sombre, au motif, fondamental, qu’elles n’empêchent que très rarement la mise en place des plans sociaux. Pourtant, et Mélanie Guyonvarc’h le montre dans le cas de Medica, ces mobilisations redonnent du sens et des forces aux collectifs de travail, et contribuent à lutter contre l’anomie et l’individualisation causées par les licenciements. Si on peut s’étonner de la relative absence, dans ce panorama, des experts qui viennent en appui des salariés lors des processus de restructurations (experts CE pour l’essentiel), on peut convenir avec l’auteure que leur intervention ne change souvent que faiblement la donne.

  • 2 Et on mesure à quel point cette ouverture est importante, car rare, et sera sans aucun doute confir (...)

4Mélanie Guyonvarc’h s’intéresse, dans la deuxième partie de l’ouvrage, à celles et ceux qui mettent en œuvre, à défaut de les décider, ces licenciements : les directeurs et directrices des ressources humaines et les consultantes et consultants des cabinets chargés d’accompagner les licenciés dans leur recherche d’emploi. C’est ici qu’on mesure en actes la banalisation du licenciement, comme pratique routinière de celles et ceux qui sont devenus des spécialistes du « décrutement ». Il apparaît que c’est bien pour elles et eux que le licenciement est devenu une banalité. L’uniformité de leurs représentations du monde du travail et de ses évolutions est tout à fait frappante, et si toutes et tous ne nient pas totalement les difficultés que peuvent rencontrer les salariés licenciés (qui, l’auteure le rappelle à plusieurs occasions, sont, y compris chez les cadres, plus souvent des femmes), ils acceptent entièrement l’ordre des choses, quand bien même leur propre position est précaire. Les extraits d’entretien sont à ce titre particulièrement instructifs. On peut ici néanmoins regretter une relative désincarnation des propos : les DRH et consultants travaillant dans des organisations différentes, on aimerait, à l’image du traitement réservé aux salariés de Medica et Consulting, en savoir plus sur leurs parcours et leurs conditions de travail. Les deux terrains principaux sont ici moins centraux que dans les deux autres parties, mais il faut souligner l’intérêt de ce décentrement : plutôt que de renoncer à une analyse multisituée, faute d’accès aux dirigeants des deux entreprises étudiées, l’auteure utilise des documents de communication interne et des entretiens avec des homologues de ces dirigeants, DRH et consultants, afin de dresser des analyses qui, en tant qu’hypothèses solides, éclairent la situation étudiée chez Medica et Consulting2.

  • 3 À l’exception notable des travaux de Sophie Pochic ou Paul Bouffartigue sur le chômage des cadres.
  • 4 On renvoie ici au récent ouvrage de Cédric Lomba, La Restructuration permanente de la condition ouv (...)

5La troisième partie se concentre de façon très stimulante sur l’expérience du licenciement des techniciens, techniciennes et cadres de Medica et Consulting. En raison de la prééminence des travaux portant sur le monde ouvrier dans les travaux sur les licenciements et les restructurations3, la lecture de cette dernière partie permet de mesurer ce qui sépare, ou pas, l’expérience du licenciement de ces salariés très qualifiés de celle de leurs collègues ouvriers. Chez Medica, on retrouve beaucoup d’éléments communs à l’expérience des licenciements collectifs ouvriers : accent mis, dans les entretiens, sur la perte d’un collectif, attachement aux savoir-faire, expérience de « restructurations permanentes4 », ancienneté conséquente dans l’entreprise impliquant des conséquences sociales importantes en cas de mobilité. À ce sujet, on aimerait en savoir plus sur la vie hors travail de ces salariés : leur statut résidentiel, leur ancrage géographique, etc. Autant d’éléments qui permettraient d’incarner plus précisément la dimension « familiale » de l’expérience du licenciement que l’auteure évoque. Chez Consulting, l’expérience est plus distinctive. Les licenciés évoquent un fort sentiment de trahison et de colère vis-à-vis de la direction, que l’on retrouve dans bien des restructurations. Néanmoins, le sentiment d’être traités « comme des ouvriers », dans le cadre d’un licenciement collectif qui contrarie une construction identitaire basée sur l’exceptionnalité individuelle, prive ces salariés de repères quant aux possibilités d’une action collective qui existent bon an mal an.

6Finalement, peut-on être un licencié heureux ? On sent bien que Mélanie Guyonvarc’h est plus que réservée à l’égard des approches que l’on peut qualifier de post-modernes, qu’elle fait l’effort de présenter, pour ensuite montrer que son terrain ne se laisse qu’imparfaitement saisir par elles. Les enquêtés de l’auteure font surtout preuve d’une grande résignation, et ce qui frappe finalement, c’est l’absence des figures de « licenciés heureux de l’être » pourtant vantées par la littérature grise et académique. L’auteure est particulièrement circonspecte face aux discours attribuant une valeur positive à l’expérience du licenciement, qui sont analysés comme les produits superficiels d’une doxa managériale mal digérée. C’est probablement ici un point de discussion à poursuivre : est-ce parce que la vision du monde social est imprégnée de doxa managériale qu’elle n’est pas sincèrement portée par les individus ? Le dernier chapitre offre d’ailleurs, en s’appuyant notamment sur les travaux de Marie-Anne Dujarier, une hypothèse stimulante sur le rapport au travail de ces cadres, soumis à cette instabilité structurelle : ils manifesteraient une forme d’adhésion sans-attaches à l’entreprise, étant bien « pratiquants » de la doxa managériale, mais sans en être de fervents « croyants ». Pour le dire autrement, sans illusions sur les promesses tenues par la direction, ils jouent tout de même sincèrement le jeu de la compétitivité et de la productivité.

7Finalement, l’ouvrage offre à la fois une revue de littérature solide et critique sur le thème de l’expérience du licenciement en général, et chez les cadres en particulier, et un éclairage empirique très stimulant sur des salariés licenciés dont on pourrait penser qu’ils ont tout pour être les « gagnants » du jeu des restructurations, mais pour lesquels on mesure que l’expérience du licenciement demeure très éloignée de l’incertitude joyeuse vantée benoîtement par une large part de celles et ceux qui décident aujourd’hui des évolutions du monde du travail. L’analyse permet également, en creux, de mesurer la violence de ce processus de banalisation des licenciements pour celles et ceux qui, moins qualifiés et plus âgés, en sont plus évidemment les perdants. C’est à la fois pour eux et pour ses enquêtés que l’auteure ouvre en conclusion des perspectives stimulantes pour sortir de l’apathie générale face à cette banalisation des licenciements : si l’ordre des choses actuel façonne cette banalisation, c’est peut-être en partant des conditions qui rendraient possible un travail émancipateur pour tous et toutes que pourrait être repensés le droit et la pratique du licenciement.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment pour une synthèse Simon Borja, Guillaume Courty, Thierry Ramadier (dir.), « Approches critiques de la mobilité », Regards sociologiques, n° 45-46, 2013, 266 p.

2 Et on mesure à quel point cette ouverture est importante, car rare, et sera sans aucun doute confirmée et complétée par les thèses en cours de Chloé Biaggi et Vincent Moeneclaey.

3 À l’exception notable des travaux de Sophie Pochic ou Paul Bouffartigue sur le chômage des cadres.

4 On renvoie ici au récent ouvrage de Cédric Lomba, La Restructuration permanente de la condition ouvrière. De Cockerill à ArcelorMittal, Éditions du Croquant, coll. « Champ social », 2018, 386 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Bory, « Mélanie Guyonvarc’h, Performants... et licenciés. Enquête sur la banalisation des licenciements, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2017, 263 p. (préface de Danièle Linhart) », La nouvelle revue du travail [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nrt/4415

Haut de page

Auteur

Anne Bory

Maître de conférences en sociologie, Université de Lille/Clersé.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals