Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Dominique Memmi, Gilles Raveneau et Emmanuel Taïeb (dir.), Le Social à l’épreuve du dégoût, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, 216 p. (préface de Georges Vigarello)

Angelo Soares
Référence(s) :

Le Social à l’épreuve du dégoût, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, 216 p.

Texte intégral

1Ce livre est écœurant ! Bien sûr, dans le sens québécois du terme, c’est-à-dire formidable.

2Nous avons éprouvé un réel plaisir dans sa lecture, car les auteurs ont su trouver un cadre de référence, l’épreuve du dégoût dans la vie quotidienne au travail, qui est applicable à différents métiers : les employés des entreprises de pompes funèbres, les officiers de police judiciaire, les agents des services administratifs funéraires, les pompiers, les travailleurs sociaux, les aides-soignantes en gériatrie, les soignants, les aidants naturels, les ambulanciers, les professionnels associés aux prélèvements d’organes. Ainsi, ce livre se révèle doublement original, car non seulement il nous fournit des analyses sur différents métiers, peu étudiés, mais aussi il fait avancer les analyses concernant le dégoût, une émotion qui éveille en nous de fortes réactions, ainsi que des expressions émotionnelles et corporelles.

3Le dégoût est intrinsèquement associé à toutes les formes de contamination dont nous percevons que nous sommes l’objet. Rozin et col. (2016) identifient cinq formes de dégoût : 1) le dégoût physique qui consiste à éviter toute forme d’agents pathogènes ; 2) le dégoût interpersonnel, quand il y a un contact possible avec les sécrétions corporelles d’autrui (la salive, la sueur, les mucus, l’urine ou les fèces) ; 3) le dégoût sexuel associé à certaines formes d’abus ou de violences à caractère sexuel ; 4) le dégoût moral, considéré dans un sens socio-moral, se manifestant face aux atrocités, à des situations considérées comme immorales ou inhumaines ; et 5) le dégoût existentiel celui qui nous rappelle notre nature animale, par le contact avec la mort ou les cadavres.

  • 1 Dans ce numéro de la revue Ethnologie française sur l’anatomie du dégoût, organisé aussi par Gilles (...)

4Ce livre rend bien compte de toute cette diversité et de la complexité de cette émotion qui peut à la fois se manifester dans une seule de ses formes ou bien les englober à différents degrés. Il est aussi question d’un double dégoût, déjà évoqué par Jeanjean (2011)1 : celui faisant partie de certains métiers, éprouvé dans l’accomplissement des tâches, et celui qui est ressenti et manifesté par la société environnante à l’égard de ces métiers.

5Le livre rassemble 14 chapitres présentés en quatre parties. La plupart des chapitres sont le résultat de différentes enquêtes de terrain, ce qui apporte une contribution empirique importante pour la compréhension du dégoût. Dans la première partie, « L’invisibilité des morts », il est question des métiers qui sont (in)directement associés à la mort et aux cadavres. Par exemple, François Michaud-Nérard analyse le métier dans les entreprises de pompes funèbres. Le dégoût dans ce métier n’est pas seulement associé à la peur de la contamination physique, mais c’est aussi un dégoût moral face aux morts violentes. L’auteur nous montre comment il faut gérer le dégoût au travail et du travail, ainsi que les traces de cette émotion qui restent gravées dans la mémoire. Ou encore, Thomas Bonnet qui nous présente le travail des officiers de police judiciaire, l’acmé du « sale boulot », car il englobe les tâches moins appréciées du métier, non seulement à cause de l’imprévisibilité temporelle du travail, mais surtout à cause d’une vaste gamme d’émotions négatives, notamment le dégoût physique immédiat, où il faut faire face à des corps dégradés et « parvenir à composer avec ses émotions pour accomplir son travail » (p. 46). La pénibilité du travail sera associée à quatre critères : la cause de la mort, l’état du corps, son accessibilité et la présence ou non des membres de la famille ou de la communauté.

6Dans la deuxième partie, « Les intolérables sociaux », Romain Pudal analyse le travail des pompiers où le dégoût se conjugue selon ses formes physique et morale, ainsi qu’en fonction de la conciliation difficile entre les tâches associées à la lutte contre les incendies (plutôt associées à la virilité) et les tâches paramédicales, associées aux soins de santé et la féminité.

7Les chapitres suivants (deuxième et troisième partie) sont consacrés au dégoût dans différents métiers du « care » : les travailleurs sociaux, les aides-soignantes, les infirmières. Le dégoût est très présent dans le travail du care, surtout à cause des sécrétions corporelles : les fèces, le vomi, l’urine, le sang et autres qui vont susciter différentes stratégies de résistance face cette émotion ; mais aussi des mécanismes de défense : les bricolages défensifs bâtis pour faire face au dégoût (p. 109), la division sociale du dégout dans les métiers du care (chapitre de Fanny Dubois et Guy Lebeer), ainsi que la question du « sale boulot » associé, non seulement aux soins d’hygiène, mais aussi à une intimité forcée que ces soins vont imposer (chapitre d’Annick Anchisi). Finalement, le chapitre de Corinne Schaub nous présente le dilemme entre la distanciation – le port des gants comme une stratégie pour « apprivoiser le dégoût » – et l’engagement – le bisou, le toucher –, existant dans le travail du care.

8La quatrième partie nous présente l’ambivalence et la dénégation du dégoût dans les activités professionnelles liées au don et au prélèvement d’organes, où l’on travaille la plupart du temps sur des corps morts (chapitre de Michel Castra). Dans ces configurations, le dégoût se manifeste surtout sous sa forme morale face au refus du don par les proches. Pour finir, l’ouvrage aborde un registre historique sur le dégoût dans l’imagerie du fœtus et une esquisse de l’histoire du dégoût au travail qui mériterait d’être davantage développée et approfondie.

  • 2 Sur la question des différences culturelles associées au dégoût voir Rozin et col. (2016).

9Un chapitre que l’on ne peut passer sous silence, c’est celui de Clémence Julien sur les accouchements en Inde, dans la deuxième partie du livre. Son importance est double : d’abord, nous présenter l’intrication des différentes formes du dégoût et les techniques d’humiliation des malades, utilisées par le personnel hospitalier indien, à travers l’expression ouverte du dégoût. Cette pratique répond « à une triple fonction : une mise au pas et une “domestication” efficace du corps des patientes, leur mise à distance sociale, et l’expression de la réprobation, par des soignants à la culture spécifique, de situations jugées par eux inadaptées ou amorales » (p. 105-106). Nous observons ainsi l’importance des rapports sociaux de classe et de la dimension culturelle dans l’expérience du dégoût. C’est une contribution majeure, étant donné que la grande partie de la littérature sur le dégoût vient d’une culture anglophone. Les différences culturelles relatives à l’émotion du dégoût, ainsi que les rapports sociaux de race et d’ethnie sont rarement considérés dans les recherches sur le sujet. Aussi, ce chapitre fait-il avancer notre compréhension du dégoût en incorporant les rapports de classe et d’ethnie et les différences culturelles dans l’expérience du dégoût2.

  • 3 Le travail émotionnel désigne la manière de gérer, déclencher ou refouler ses émotions pour se conf (...)

10Toutefois, on constate dans ce livre l’absence de deux points importants. D’abord, la littérature sur le travail émotionnel3 n’est pas mobilisée dans le livre, à l’exception d’une courte mention dans le chapitre de Tomas Bonnet (p. 49). Les concepts de travail émotionnel, de règles de sentiments et d’expression émotionnelle sont presque omniprésents tout au long du livre, mais pas analysés. Par exemple, « il faut surmonter le dégoût », il faut « gérer l’intervention sans manifester aucun affect » (p. 82), ou encore « pour se protéger, les aides-soignantes ne peuvent, elles, construire une distance émotionnelle qu’en se déconnectant de la situation » (p. 145).

11Il est intéressant de constater, dans presque tous les chapitres, comment les travailleuses et les travailleurs vont gérer leur langage et leurs émotions pour accomplir leurs tâches, avec respect, sans exprimer de dégoût. Les auteurs mettent ainsi en évidence les compétences émotionnelles nécessaires (par exemple l’empathie) que les employés mobilisent en faisant preuve de sensibilité, lorsqu’ils parlent avec les familles des personnes décédées « en s’efforçant d’adoucir et de ralentir le rythme de leur voix » (p. 64).

12En fait, on remarque que le travail émotionnel peut être suspendu lorsque les travailleuses et les travailleurs « sont capables de parler et d’échanger leurs expériences », ce qui demande d’être loin des membres de la famille ou d’un public profane. La pratique de tels échanges d’expériences permet, ainsi, d’accomplir « un transfert de la charge émotionnelle ». Sous toutes ses formes, le dégoût exige des professionnels et professionnelles l’accomplissement d’un travail émotionnel plus important, afin de contrer ou dissimuler les expressions faciales, l’aversion ou l’envie de reculer face à l’objet du dégoût, ou encore les manifestations physiologiques comme les haut-le-cœur. Ce travail émotionnel constitue une charge importante et fondamentale pour que les travailleuses et les travailleurs puissent éviter l’embarras pour soi ou pour autrui. Ils peuvent alors garder l’équilibre de l’interaction afin que chaque personne puisse jouer adéquatement son rôle.

13La mobilisation des concepts associés au travail émotionnel nous rendrait possible une compréhension plus précise de toute la charge émotionnelle présente dans les différents métiers étudiés, qui reste malheureusement invisible.

  • 4 Voir notamment : Durik et col. (2006), Fisher & Manstead (2000), Shields (2002), Skolnick, Bascom (...)
  • 5 Comme proposé par Goffman(1973).

14Finalement, il manque dans les analyses la considération des rapports sociaux de genre, car une littérature importante signale une division sexuelle des émotions et en particulier sur le dégoût et le genre4. Par exemple, les hommes et les femmes répondent différemment au dégoût. Au moins en Europe et en Amérique du Nord, les hommes et les femmes sont différents en ce qui concerne l’expression et l’expérience du dégoût, ainsi que la sensibilité au dégoût (Skolnick, Bascom et Wilson, 2013). Il serait intéressant de comprendre comment les hommes et les femmes font la « mise en scène » du dégoût en maitrisant leurs impressions5, leurs réactions physiques et corporelles face à cette émotion, dans les métiers analysés dans le livre. Nous sommes convaincus qu’une lecture « genrée » du dégoût, incorporant les rapports sociaux de classe, d’ethnie, d’âge et de race serait tout à fait intéressante et importante pour mieux comprendre les émotions au travail, une piste pour provoquer ou inciter les auteurs à poursuive leurs recherches, toujours intéressantes, sur le dégoût : de l’anatomie du dégoût à l’épreuve du dégoût, peut-être un jour le dégoût aura-t-il un genre ?

Haut de page

Bibliographie

Durik Amanda M., Hyde Janet S., Marks Amanda C., Roy Amanda L., Anaya Debra & Schultz Gretchen (2006), « Ethnicity and Gender Stereotypes of Emotions », Sex Roles, 54, 429-445.

Fischer Agneta H. & Manstead, Antony S.R. (2000), « The Relation Between Gender and Emotions in Different Cultures », in Agneta H. Fischer, Gender and Emotion : Social Psychological Perspectives, Cambridge, Cambridge University Press.

Goffman Erving (1973), La Mise en scène de la vie quotidienne. La Présentation de soi, Paris, Les Éditions de minuit.

Jeanjean Agnès (2011), « Travailler à la morgue ou dans les égouts », Ethnologie Française, 41 (1), 59-66.

Hochschild Arlie R. (2017), Le Prix des sentiments : au cœur du travail émotionnel, Paris, Éditions La Découverte.

Memmi Dominique, Raveneau Gilles & Taïeb Emmanuel (2011), « Anatomie du dégout », Ethnologie Française, 41(1).

Rozi Paul, Haidt Jonathan & McCauley Clark (2016), « Disgust », in Barrett Lisa F., Lewis Michael & Haviland-Jones Jeannette M., Handbook of Emotions – Fourth Edition (p. 815-834), New York, The Guilford Press.

Shields Stephanie A. (2002), Speaking from the Heart : Gender and the Social Meaning of Emotion, Cambridge, Cambridge University Press.

Skolnick Alexander J., Bascom Katherine L. & Wilson David T. (2013), « Gender Role Expectations of Disgust : Men are Low and Women are High », Sex Roles, 69, 72-88.

Vollaire Christiane, (2011), « Le tabou du dégoût. L’anesthésie du soignant », Ethnologie française, 41(1), 89-97.

Haut de page

Notes

1 Dans ce numéro de la revue Ethnologie française sur l’anatomie du dégoût, organisé aussi par Gilles Raveneau, Dominique Memmi et Emmanuel Taïeb en 2011, deux textes font référence au travail : Jeanjean (2011) et Vollaire (2011).

2 Sur la question des différences culturelles associées au dégoût voir Rozin et col. (2016).

3 Le travail émotionnel désigne la manière de gérer, déclencher ou refouler ses émotions pour se conformer aux règles de sentiment, qui existent dans les différents métiers, et accomplir son travail. Voir la traduction récente de Hochschild (2017) publié originalement en anglais, en 1983.

4 Voir notamment : Durik et col. (2006), Fisher & Manstead (2000), Shields (2002), Skolnick, Bascom & Wilson (2013).

5 Comme proposé par Goffman(1973).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Angelo Soares, « Dominique Memmi, Gilles Raveneau et Emmanuel Taïeb (dir.), Le Social à l’épreuve du dégoût, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, 216 p. (préface de Georges Vigarello) », La nouvelle revue du travail [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nrt/4434

Haut de page

Auteur

Angelo Soares

Université du Québec à Montréal, Département d’Organisation et ressources humaines, Montréal, Canada

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals