Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Daniel Mercure et Marie-Pierre Bourdage-Sylvain, Travail et Subjectivité. Perspectives critiques, Québec, PUL, Hermann, 2017, 334 p.

Jean-Philippe Beauregard
Référence(s) :

Travail et Subjectivité. Perspectives critiques, Québec, PUL, Hermann, 2017, 334 p.

Texte intégral

  • 1 Professeur titulaire au département de sociologie à l’Université Laval, à Québec.
  • 2 Professeure en gestion des ressources humaines à l’École des sciences de l’administration de l’univ (...)
  • 3 Voir La Signification du travail (Mercure et Vultur, 2010), Réinventer le travail (Méda et Vendrami (...)

1Dans les dernières décennies, le monde du travail a connu de multiples transformations en lien avec la production, l’organisation et la gestion. Parmi celles-ci, l’essor d’un management axé sur la mobilisation accrue de la subjectivité au travail représente une tendance de fond. L’ouvrage collectif Travail et Subjectivité, sous la direction de Daniel Mercure1 et Marie-Pierre Bourdages-Sylvain2, réunit les contributions d’auteurs francophones témoignant des enjeux liés à ce nouveau régime de mobilisation. Porté par un discours qui valorise le « capital humain » et les pratiques gestionnaires contemporaines, ce régime novateur tend à récupérer la subjectivité des travailleurs dans le but de favoriser la croissance du capital et des organisations. Qui plus est, cette tendance bénéficie d’une correspondance inédite entre ces « nouvelles attentes en matière d’engagement et d’implication au travail » (p. 1) et les aspirations personnelles des travailleurs3.

2S’inscrivant dans le courant des critical management studies, les analyses rassemblées dans ce livre contribuent à identifier, examiner et critiquer les pratiques managériales prônées et de plus en plus utilisées pour instrumentaliser la subjectivité des travailleurs. Affectant parfois « l’intégrité psychologique des salariés » et « leur identité au travail », ces pratiques marquées par des formes de contrôle plus subtiles et des « mécanismes de manipulation symbolique » ont suscité « l’émergence de nouvelles sources de vulnérabilité » (p. 2) et maintes questions de recherche. En ce sens, des chercheurs issus d’horizons divers, dont des pionniers dans le champ de la sociologie du travail, abordent cette problématique dans des perspectives variées. Économistes, sociologues, psychologues et spécialistes d’autres domaines présentent des réflexions théoriques, des études de cas et des pistes de recherches qui, globalement, confirment la thèse défendue dans l’introduction par Mercure et Bourdages-Sylvain. D’une part, les trois premières sections du livre traitent des récentes transformations structurelles du capitalisme et des pratiques gestionnaires ayant participé à l’établissement de ce régime visant un engagement subjectif plus soutenu des travailleurs envers leur employeur. D’autre part, les deux parties suivantes abordent les enjeux liés à la hausse des risques psychosociaux générés par le travail ainsi que les stratégies individuelles et collectives développées par les travailleurs pour résister au « nouvel esprit organisationnel fondé sur l’organisation des esprits » (p. 2).

3Suivant l’introduction, la première section du livre traite des analyses de la subjectivité au travail à l’aune du « capitalisme contemporain ». D’abord, en raison du basculement des relations de pouvoir en faveur des entreprises, Boyer (chapitre 1) présente le contexte général ayant mené les travailleurs à être confrontés à une incertitude et à une prise de risque personnelle croissantes. Soumis de plus en plus au contrôle de leurs activités par les technologies numériques, l’économiste estime que les salariés sont également contraints à s’impliquer davantage par le truchement des cultures d’entreprise. Ensuite, Mercure examine le développement et les fondements de ce « régime de mobilisation de la subjectivité » novateur qu’il situe « dans la plupart des entreprises de l’économie de la connaissance » (chapitre 2). Au sein de cette « nouvelle révolution managériale », le « sujet autorégulé » fait office de figure du travailleur idéal qui doit accepter que sa subjectivité soit mobilisée de manière accrue dans l’activité productive pour contribuer « aux fins de la valorisation du capital » (p. 56). Plus précisément, ce régime est « fondé sur la personnalisation de la relation au travail, sous la forme d’un contrat psychologique implicite axé sur la mobilisation affective, cognitive et comportementale au travail et inscrite dans une dynamique d’autorégulation » dirigée par les entreprises (p. 58). D’après le sociologue, ces « formes sophistiquées de contrôle au travail », l’intériorisation forcée des contraintes organisationnelles et des visées de haute performance ont transformé le monde du travail, devenu « de plus en plus dangereux pour l’intégrité psychologique des travailleurs » (p. 62-63). Selon Martuccelli (chapitre 3), la consolidation du discours des compétences et l’expansion des expériences individuelles au travail ont également contribué à façonner la nouvelle figure du sujet empreinte par « l’implication subjective [qui] devient l’horizon normatif du travail », une injonction à laquelle le travailleur ne peut échapper. Dans ce nouveau paradigme prôné par les employeurs, où les mots d’ordre sont disponibilité, obéissance et flexibilité, le travailleur doit « faire la preuve de la possession d’un ensemble de qualités pratiques et intersubjectives » dans le contexte d’un « enrôlement subjectif permanent » (p. 68-69). Déjà fortement encouragé à occuper un emploi sur le marché du travail au sein de la société, le travailleur fait désormais face à « l’accroissement contraint » de son implication subjective dans l’activité productive (p. 75).

4La seconde partie de l’ouvrage aborde « la subjectivité dans le management contemporain ». Dans le chapitre 4, Chanlat retrace l’essor des théories managériales depuis la fin du xxe siècle et identifie trois intentions entretenues par celles-ci à l’égard de la relation subjectivité-travail. Illustrant les deux premières, l’auteur insiste sur la troisième perspective traitant des contraintes inhérentes aux milieux de travail et des enjeux liés à l’émancipation des travailleurs. Institutionnalisées dans le sous-champ des critical management studies (CMS) à la fin des années 1970, les orientations de ces travaux portent sur les réalités contemporaines causant des problèmes aux travailleurs, les logiques sociales à leur source ainsi que les grandes questions politiques et éthiques souvent négligées par les autres approches. Accordant une place centrale à la subjectivité, à la réflexivité des travailleurs et au collectif, les études issues de ce courant – dont plusieurs sont présentées dans ce livre – adoptent une posture très critique envers les théories managériales dominantes et interpellent le côté soi-disant naturel de l’ordre social prévalant dans le monde du travail. Dans cette perspective, l’étude de cas de Bourdages-Sylvain (chapitre 5) examine la « valorisation de la mobilisation dans l’un des vecteurs clés de diffusion des normes managériales », c’est-à-dire dans la littérature pédagogique managériale (p. 122). D’après son analyse, « l’enrôlement novateur des subjectivités » (p. 124) témoigne du passage d’une gestion de la rationalité à celle des affects dans le monde du travail. Le discours étudié encense la « subordination des affects aux objectifs organisationnels » (p. 138) et insiste sur les retombées positives de ce régime, à la fois pour les organisations et pour les employés ayant les compétences recherchées sur les marchés. Selon la sociologue, cette rhétorique demeure toutefois discrète sur les nouvelles formes de contrôle et de pouvoir qui se développent dans les organisations ainsi que sur l’émergence de manifestations inédites de la précarité, des inégalités et des risques psychosociaux du travail qui leur sont associés.

5Au commencement de la troisième partie du livre qui traite du pouvoir et du contrôle, Enriquez aborde le rapport subjectivité-travail sous l’angle de la psychanalyse (chapitre 6). Quant à Linhart, elle illustre finement les subtilités de l’agenda caché de la nouvelle valorisation du capital humain dans les discours gestionnaires (chapitre 7). L’auteure scrute la complexité et les contradictions que le « management des émotions et la gestion des affects des salariés » (p. 169) véhiculent ainsi que la transformation des travailleurs en « anthropreneurs », processus qui suppose leur complicité active et leur adhésion au projet de la modernisation managériale. En notant l’impuissance des syndicats face à ces changements, Linhart estime que les employeurs tentent d’escamoter l’évacuation des enjeux sociaux et citoyens en misant sur les nouvelles générations de jeunes travailleurs, plus enclins à accepter les risques liés à la personnalisation du travail et à la « mise en concurrence exacerbée des salariés » (p. 170). Par ailleurs, son analyse met l’accent sur l’enjeu majeur de cette modernisation managériale qui est « d’amener les salariés à renoncer à leurs propres valeurs politiques, citoyennes et professionnelles […] et d’adhérer, de façon consensuelle, à celles mises en œuvre » par les managers pour profiter le plus efficacement possible de leur subjectivité (p. 176). D’après Linhart, le projet des dirigeants voulant « s’approprier de plus en plus l’entreprise et le travail » en faisant la promotion de « l’humanisation du travail » peut créer de réels problèmes (p. 182). L’étude de cas de Chardel (chapitre 8) porte spécifiquement sur les enjeux liés aux technologies numériques et témoigne de cette crainte. Partant de l’idée que les organisations sont devenues « des lieux de transformations permanentes et de complexités nouvelles autant sur le plan idéologique que technologique » (p. 184), l’auteur analyse les enjeux éthiques et les modes de subjectivation associés à l’expansion des technologies. À l’époque où les technologies mobiles tendent à nuire au bien-être des travailleurs et même à la productivité, Chardel évoque l’éveil d’une conscience visant à protéger la subjectivité des individus au travail : le « droit à la déconnexion et à l’isolement » (p. 197).

6Puis, la quatrième partie de l’ouvrage collectif porte sur « l’individu face au changement ». De Gaulejac et Hanique (chapitre 9) analysent la logique du « tournant financier » qui a conduit au « travail sacrifié » (p. 215), à partir des années 1990. D’après les auteurs, la médiation entre le capital et le travail est désormais organisée en fonction des exigences fixées par les actionnaires, au détriment des exigences réelles du milieu de travail. Dominée par des objectifs de rentabilité financière, la subjectivité des travailleurs a perdu sa capacité de réflexion, problème qui se manifeste de maintes façons : « perte de repères, dissonance cognitive, déboussolement éthique et dévoiement du cadre et du sens » (p. 220). Dans le chapitre suivant, Otero analyse les rapports entre travail, souffrance sociale et individualité contemporaine. Selon le sociologue, la montée fulgurante de la dépression est causée par les contradictions croissantes du système économique dans lequel, depuis la fin des années 1970, le travail a progressivement acquis une « centralité croissante » dans la vie des individus (p. 221). En effet, Otero estime que « l’activité du travail, le rapport au travail ou le monde du travail sont systématiquement évoqués pour donner un sens empirique autre que médical ou psychologique à l’épreuve dépressive » (p. 233). Devant ce constat, il invite le lecteur à se questionner sur les possibilités de « transformer l’épreuve contemporaine du travail » en des formes d’interactions sociales plus satisfaisantes. Ensuite, Rhéaume présente les résultats d’études menées selon l’approche psychodynamique du travail (chapitre 11). Selon l’auteur, ce type d’étude contribue à mieux comprendre les sources et les conséquences néfastes de « l’idéologie néoproductiviste » ainsi qu’à revaloriser l’investissement subjectif approprié en tenant compte des aspects individuel et collectif du travail (p. 258-259).

7La cinquième et dernière partie du livre traite des « stratégies individuelles » et des « résistances collectives ». Cousin, Méda et Wieviorka analysent les attentes et les enjeux de reconnaissance liés aux dimensions expressive et subjective au travail (chapitre 12). Estimant que le déni de reconnaissance de la part des employeurs est un élément clé du nouveau régime de mobilisation de la subjectivité au travail, analogue à ceux de l’exploitation et de l’aliénation dans les sociétés industrielles, les auteurs invitent les salariés à imaginer de nouveaux modes d’action pour faire face à cette impasse. Ensuite, les écrits de Bellemare et Legrand pointent en direction d’une hausse substantielle des problèmes de santé mentale liés au travail depuis les années 1990, tant en France qu’au Québec (chapitre 13). Cette situation serait principalement causée par le surinvestissement des subjectivités, les épuisements professionnels et l’envahissement des contraintes liées au travail dans les espaces et les temps personnels hors travail. Dans ce contexte, les auteurs présentent quelques formes de résistances individuelles, collectives et syndicales mises en place par les travailleurs pour lutter contre ces « fortes tendances à l’épuisement et au sentiment de perte de contrôle sur son travail et sa vie » (p. 295). En somme, ils estiment que des pressions doivent être exercées sur les gouvernements pour qu’ils légifèrent afin de prévenir les demandes exagérées des employeurs à l’égard de la disponibilité exigée. Enfin, Thuderoz (chapitre 14) plaide en faveur du développement des études en langue française sur la question de l’opposition au travail. À l’instar du niveau sophistiqué atteint par le « contrôle managérial » (p. 314) dans sa capacité à mobiliser la subjectivité des travailleurs, le sociologue propose un modèle d’analyse pragmatique visant à mieux comprendre les multiples facettes de l’opposition ouvrière dans les milieux de travail.

8En conclusion, ce livre de Mercure et Bourdages-Sylvain réunit des textes essentiels qui permettent d’approfondir pertinemment l’étude du rapport travail-subjectivité et des enjeux posés par sa récente transformation. Si la sociologie du travail a démontré qu’elle était capable d’analyser « les mutations contemporaines du travail » (p. 3), deux points faibles limitent cependant la portée de ce livre. D’une part, plusieurs éléments contextuels (Trente Glorieuses, effritement du fordisme, déclin de la représentation collective des travailleurs, financiarisation du capitalisme, etc.) ayant conduit au développement du nouveau régime de mobilisation de la subjectivité sont inutilement répétés d’un chapitre à l’autre. Présenter ce contexte général au début de l’ouvrage, en une seule section, aurait pu éviter cet inconvénient au lecteur. D’autre part, puisque les textes sont essentiellement écrits par et pour les chercheurs et les théoriciens, dans un langage souvent très abstrait, une part substantielle de leurs idées complexes demeure peu accessible aux profanes intéressés par les changements du monde du travail. Malgré cela, par le nombre et la diversité des études scientifiques issues de perspectives variées, ce livre contribue à affiner l’analyse critique des pratiques managériales contemporaines qui visent à accroître la productivité, trop souvent au détriment de la subjectivité et de la qualité de vie des travailleurs.

Haut de page

Notes

1 Professeur titulaire au département de sociologie à l’Université Laval, à Québec.

2 Professeure en gestion des ressources humaines à l’École des sciences de l’administration de l’université Téluq.

3 Voir La Signification du travail (Mercure et Vultur, 2010), Réinventer le travail (Méda et Vendramin, 2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Beauregard, « Daniel Mercure et Marie-Pierre Bourdage-Sylvain, Travail et Subjectivité. Perspectives critiques, Québec, PUL, Hermann, 2017, 334 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 31 octobre 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nrt/4461

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Beauregard

Université Laval (Québec), Département de sociologie

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals