Skip to navigation – Site map
Corpus – Corps au travail, corps travaillés

Le travail dans la peau. Les figures du corps dans la sociologie du travail contemporaine

Présentation du Corpus
Feeling work in their bones: body shapes in contemporary sociology of work
El trabajo en la piel: las figuras del cuerpo en la sociología del trabajo contemporánea
Lionel Jacquot and Ingrid Volery

Abstracts

Sociologists who tested their physical limits by working in factories (Donald Roy, Robert Linhart, Michaël Burawoy) have long talked about the physicality of work. Yet the sociology of work has generally been estranged from this topic. Although physicality has featured in empirical studies, analysis of the linkages between employment structures and work processes, on one hand, and ways of analysing and experiencing workers’ physicality, on the other, is still sketchy. The paper aims to overcome this lacuna by asking new questions about people’s physical engagement at work and the different ways in which their bodies respond. Contributions reveal fundamental dynamics relating to all aspects of the sociology of work. These not only include frontline workers’ physical movements but also a novel focus applying new spatio-temporal disciplines and including physicality and self-control techniques; socio-educational work provisions’ impact on stakeholders’ experiences and use of their bodies; and the plurality of modes involved in the capitalist appropriation of people’s bodies.

Top of page

Full text

1Donald Roy, Robert Linhart ou encore Michaël Burawoy sont autant de sociologues du travail qui ont éprouvé leur corps en exerçant comme ouvrier. Pour autant, le corps est resté une boîte noire de la sociologie du travail qui s’institutionnalise après la Seconde Guerre mondiale en France (Pillon, 2016). Cet impensé est d’autant plus étonnant qu’en recourant à la métaphore du moteur humain, les sciences européennes du travail du xixe siècle et du début du xxe siècle avaient déjà célébré la puissance énergétique du travail et, par la même, rencontré le corps, mais en le réduisant à une simple quantité d’énergie physique (Rabinbach, 2004). Le corps mis en scène est alors celui de l’homme au travail, considéré au même titre que la machine, comme un moteur capable d’une productivité sans limites. Mais à mesure que les technologies viennent remplacer la force de travail humaine, le corps s’efface du discours sociologique et sera maintenu en périphérie de son champ d’analyse. Il s’y laisse, en effet, saisir en trompe-l’œil, dans les creux des réflexions conduites autour de la condition ouvrière ou au ras des procès l’engageant tantôt comme force de travail, tantôt comme support d’un agir créatif.

  • 1 À partir des années 2000, plusieurs revues ont proposé des dossiers faisant dialoguer les catégorie (...)

2Depuis une vingtaine d’années, de nouvelles perspectives le redécouvrent et considèrent que les terrains de la sociologie du travail constituent des analyseurs privilégiés du corps (l’expérience qui en est faite, les manières de le décrire, de l’engager, les normes qui le ciblent, les subjectivités qu’il alimente). C’est à cet effort que ce corpus entend contribuer en rouvrant la boîte noire du corps au travail1, en écho à l’invitation de Thierry Pillon et de François Vatin, de ne pas réduire le travail à « un artefact juridique (un cadre d’emploi), associé à un système psychosocial de relations, comme si celles-ci n’étaient pas d’abord incarnées dans des dispositifs matériels et dans la corporéité des travailleurs, soit ce qui constitue précisément la “technique” » (Pillon & Vatin, 2007, XI). En prenant appui sur des terrains contrastés, ce Corpus propose de questionner à nouveaux frais, l’enrôlement et l’engagement du corps au travail et les différentes expressions du corps travaillé.

De la matérialité corporelle au corps-ressource

3Un des premiers modes de problématisation du corps mobilisé par la sociologie du travail se trouve dans la critique du capitalisme de Karl Marx. Ce dernier engage une analyse des corps qu’on ne saurait toutefois résumer aux seuls rapports d’exploitation et de domination de ceux et de celles qui consentent à « porter leur propre peau au marché » (Marx, 1965 [1867], 726). Érigé en analyseur de la condition salariale et de l’exploitation capitaliste (Haber & Renault, 2007), le corps est en premier lieu saisi sous l’angle de la quantité d’énergie extorquée et en tant que borne d’une exploitation devant en assurer malgré tout la reproduction. Mais en second lieu, il n’est pas déserté par le travailleur ; il est socialisé et subjectivement investi et loin de n’être qu’une « matière infiniment malléable par les normes, ni un simple réceptacle des intériorisations sociales », il constitue également un important vecteur de l’agir protestataire (Haber & Renault, 2007, 14 et 16).

4Des deux corps de Marx, le premier aura cependant une plus grande postérité. Ainsi le corps-machine donnera-t-il lieu à de stimulants travaux interrogeant les formes d’enrôlement du corps ouvrier, via les disciplines organisationnelles et managériales qui l’enserrent ou la fabrication de corps ajustés aux régimes de production. Depuis une quinzaine d’années, cette perspective est d’ailleurs alimentée par des recherches socioéconomiques qui interrogent la mobilisation, non seulement de la force de travail, mais plus largement de l’ensemble du corps-humain, dans des dispositifs de bioéconomie (Steiner, 2010 ; Lafontaine, 2014). Dans cette nouvelle articulation du biopouvoir et du capitalisme, la « zôé » – la vie de l’humain en tant qu’espèce/organisme – est convertie en « ressource », et le corps renvoyé à « une somme de pièces détachées » – organes, tissus, cellules… – peut devenir « marchandise ».

5Parce que les premières approches du corps au travail sous le capitalisme s’enracinent souvent dans des terrains singuliers (des emplois de production ou de management dans des secteurs industriels ou technologiques masculinisés), elles contribuent à rendre visibles certains phénomènes, mais aussi, à en minorer d’autres. Et c’est ce corps productif qui va continuer à préoccuper les sociologues s’engageant alors sur des terrains ne relevant plus uniquement de l’industrie pour mettre au jour un enrôlement des corps et des esprits ne découlant plus seulement de l’asservissement à la machine mais d’un management codifiant l’activité humaine dans ses moindres plis. Un corps productif qui laisse alors place à un corps « performant » et surtout « flexible » que cherchent à façonner les nouveaux dispositifs de gestion : management par les compétences, évaluation, pratiques de coaching et de développement personnel, benchmarking, etc. En privilégiant des grilles de lecture marxistes ou foucaldiennes, la sociologie du travail a avant tout appréhendé le corps comme un lieu de projection du pouvoir, mettant au jour l’empreinte du travail sur les corps. Elle a, dans cette veine, sans aucun doute dévoiler davantage cette première expression du corps travaillé mais sans jamais s’y réduire, laissant deviner, en filigrane, le corps comme puissance d’agir, rapport pratique au monde : un corps sensible qui n’était d’ailleurs pas absent dans les œuvres de Marx et Foucault, mais qui sera surtout exploré par les perspectives ethnographiques, anthropologiques, phénoménologiques ou encore cliniques.

Le travail comme expérience et engagement corporel et psychique

6Quittant les terrains classiques de la sociologie du travail naissante, de nouvelles recherches vont étudier, surtout à partir du milieu des années 1990, d’autres types de salariés (des femmes travaillant dans des secteurs parfois ethnicisés de l’emploi), d’autres situations de travail (celles liées aux services à la personne – esthétique, médical, médico-social, pompes funèbres, etc.), d’autres métiers où le corps est l’instrument de travail central (dans les mondes artistique, sportif ou pornographique, etc.) et, de facto, des expériences corporelles, engageant notamment le corps sensible.

7En France, cette redécouverte s’appuie sur plusieurs perspectives d’inspirations paradigmatiques différentes. On a d’abord des recherches qui prennent comme objets des métiers pour lesquels le corps est l’outil de travail. Elles portent alors le regard sociologique sur des pratiques professionnelles qui pourraient être qualifiées de « déviantes » au sens de Howard Becker (1963) et qui viennent pallier l’absence d’analyse sur le travail sexuel (Pryen, 1999) ou pornographique (Trachman, 2013). Les professions artistiques ou sportives qui demandent un investissement « corps et âme » sont, elles aussi, investiguées par des enquêtes ethnographiques qui nourrissent une sociologie de la pratique et de l’apprentissage corporel, qu’elles concernent la danse (Sorignet, 2006 ; 2010) ou la boxe (Wacquant, 2001 ; Beauchez, 2014). Leurs expériences corporelles sont d’autant mieux saisies que l’ethnographe se fait « participant observateur » et soumet son corps aux conditionnements de l’univers professionnel des enquêtés, à l’instar de Loïc Wacquant qui, pour ouvrir « la “boîte noire” de l’habitus pugilistique », accepte de jeter son corps « dans l’alambic socio-moral et sensuel de la salle de boxe » pour saisir sa transmutation et « percer l’alchimie par laquelle se fabrique le boxeur » (Wacquant, 2010, 117).

  • 2 Pour une lecture critique de l’approche écologique d’Alexandra Bidet, voir Jacquot (2019).

8D’autres perspectives développées dans le sillage de l’ethnosociologie, de la phénoménologie ou de l’anthropologie technique proposent de revisiter les corps à l’aune d’une grille d’analyse portant l’attention, non pas sur leur assignation au travail, mais bien sur l’expérience incarnée et sensible du travail. Le corps n’y est plus seulement un lieu de projection et de reproduction du pouvoir, mais un mode d’être au monde qui ne peut être approché indépendamment des situations et des objets qui l’entourent ; il met en œuvre, dans le geste, un milieu et des finalités spécifiques (Charasse, 2012). S’inspirant des propositions de Maurice Merleau-Ponty et d’André Leroi-Gourhan, ces travaux mettent l’accent sur la double face de l’expérience de travail, à la fois contrainte et agir créatif rendant possible le « vrai boulot », i.e. ce qui importe aux personnes (Bidet, 20112). Mobilisée pour rendre compte des figures émergentes du travail à l’ère numérique, cette perspective peut également permettre de revisiter les terrains classiques du travail ouvrier, comme s’y emploie Thierry Pillon (2012) lorsqu’il met en exergue le spectre des dimensions corporelles en jeu dans les situations de travail. L’expérience musculaire y côtoie toujours une expérience sonore, olfactive, visuelle qui fait autant le sel du travail que sa pénibilité. Et la répétitivité des gestes, cadencés de l’extérieur par un dispositif technique, peut autant susciter un sentiment de déshumanisation qu’une intensification de la présence à soi : engagement dans la perfection d’un geste mille fois répété ou routinisation d’un autre autorisant la rêverie. Sous cet angle, ces travaux réhabilitent le corps de l’agir créatif que les premières analyses marxiennes avaient aussi vu poindre. Ils montrent que celles et ceux qui occupent des positions d’exécutant·e·s dans le monde du travail ne sont pas dénué·e·s de capacité d’action, comme ces aides à domicile rencontrées par Christelle Avril (2014) qui met en lumière les multiples facettes de leur expérience. Ici, les recherches donnent à voir des corps enrôlés mais qui ne sont pas sans résister, à l’image des corps des « subalternes » qui savent tenir au travail. Telles ces ouvrières travaillant au nettoyage et au grattage des placentas dans une industrie pharmaceutique ou ces travailleuses du care chargées des tâches les moins nobles (nettoyage des locaux, des souillures et des fluides corporels) que donnent à voir les enquêtes de Pascale Molinier (2007, 2013).

9Puisant dans la clinique du travail, la psychodynamique du travail ou encore la sociologie clinique, une autre source d’inspiration théorique contribue également à interroger autrement le corps au travail. Outre l’engagement musculaire et sensoriel, le corps imaginé, fantasmé ou esquivé par les collectifs de travail, est mis au cœur du dispositif d’enquête. Des secteurs professionnels et des terrains variés, jusqu’à peu interrogés sous l’angle de l’engagement corporel des salariés, sont alors investis. À l’instar de celui de la restauration rapide où, comme chez McDonald’s, l’emprise organisationnelle marque les corps des employés, dont on dit de ceux qui adhèrent au système, des managers mais aussi des équipiers qui espèrent rejoindre l’encadrement, qu’ils ont « Du ketchup dans les veines » (Weber, 2005). Dans ce sillage, d’autres recherches portant sur l’hôtellerie, l’esthétique, le soin aux personnes, etc. ont élargi l’analyse des types de relations de pouvoir en jeu dans les situations professionnelles (via par exemple la prise en compte des rapports sociaux de sexe, d’âge et d’ethnicisation) et les régimes d’enrôlement corporel qu’elles réclament. Elles ont notamment ouvert à des expériences dont la notion de « pénibilité » rend mal compte : par exemple, la prise en compte du dégoût ou des souffrances que le contact réitéré à des fluides socialement disqualifiés, à des situations de violence ou à des morts peuvent susciter (Memmi et al., 2016). C’est toutefois un autre pan du corps sensible que les travaux anglo-saxons vont mettre en évidence.

Emotional labour et body work

  • 3 Le terme de corporéité est très différemment défini selon les disciplines et les paradigmes mobilis (...)

10Outre-Manche, c’est autour d’autres conceptions que la réflexion sur le corps sensible s’est vue renouvelée. La notion d’« emotional labour » plutôt conceptualisée à partir du travail de care réalisé dans les espaces domestiques (Hoschild, 1979 ; Zelizer, 2010) et celle de « body work » théorisée à partir de l’étude de métiers requérant un travail sur le corps des autres mettent en effet l’accent sur le management des émotions et l’expérience incarnée qu’implique toute situation de travail. Pris dans un mouvement plus global de retour du corps dans la sociologie contemporaine (Berthelot et al., 1985 ; Crossley, 2001 ; Shilling, [1993] 2003 ; Turner [1984] 1996 ; Le Breton, 2008 ; Memmi et al., 2009) et dans un reflux des grilles d’analyses foucaldiennes focalisant l’attention sur les discours (Gimlin, 2007), les travaux mobilisant la notion de « body work » ne se penchent plus seulement sur l’imaginaire ou sur les représentations du corps dans le procès de travail, mais aussi sur sa chair. Ils mettent par ailleurs l’accent sur la pluralité des régimes de corporéité3 observables selon les secteurs étudiés. Ils soulignent, par exemple, combien le passage d’une économie industrielle à une économie de services a transformé, non seulement les formes de mobilisation du corps, mais aussi le type de corps mobilisé. Il ne s’agit plus seulement d’engager des habiletés techniques dans le strict périmètre de la station de travail mais d’enrôler un corps-personne bien au-delà des frontières de l’usine ou du bureau. Au point que, comme le montre Carol Wolkowitz (2006, 55), le corps en vient à être payé pas seulement pour ce qu’il fait mais pour ce qu’il incarne. Ces recherches soulignent ainsi les traces que le travail laisse sur les corps des salariés (Gimlin, 2007) : soit du point de vue des représentations qu’ils se font de leur corps, à l’image des femmes hôtesses sexualisées par l’hexis que leur emploi requiert, soit dans leur chair même. C’est le cas lorsque l’entreprise, exigeant du salarié le corps flexible incarnant ses valeurs, le contraint à des pratiques privées de régime et de musculation (West & Austrin, 2002). Très ambivalent, le travail apporte alors autant plaisir et identification personnelle qu’assignation. Ces recherches pointent également la manière dont ce body work s’inscrit dans des rapports sociaux plus larges – de sexe comme on l’a vu ou encore de classe et d’âge (Twigg & Atkin, 2000). Ainsi le travail du corps d’autrui s’accompagne-t-il de multiples techniques d’évitement ou de distanciation lorsqu’il est accompli par des personnes à haut statut social (dentiste ou médecin par exemple). Enfin, ces travaux soulignent le difficile management d’un body work qui requiert flexibilité du temps et de l’espace et forte disponibilité et qui se déploie sur des corps singuliers rétifs à la standardisation (Twigg et al., 2011).

11Si stimulants soient-ils, ces travaux continuent cependant à exclure un certain nombre de secteurs sur lesquels il importe aujourd’hui de porter le regard. C’est tout particulièrement le cas de métiers impliquant un travail sur le corps d’autrui mais ne relevant pas du secteur des services à la personne (l’éducation nationale, l’éducation spécialisée, le travail social) ou de ceux chargés de la collecte, du stockage et du traitement des échantillons et de fragments corporels. Le manque est particulièrement saillant en France où les analyses des expériences incarnées et émotionnelles du travail se concentrent sur les métiers du care (Laugier, Molinier & Paperman, 2009 ; Arborio, 2012 ; Gilligan, Hochschild & Tronto, 2013 ; Molinier, 2013 ; Paperman, 2013) et plus marginalement sur ceux qui sont en contact avec la souillure (Jeanjean, 2006 ; Corteel & Le Lay, 2011). Les perspectives attentives au body work et au travail émotionnel sont encore peu mobilisées lorsqu’il s’agit d’étudier des secteurs plus classiques de la sociologie du travail – tels les emplois des ouvriers et des employés de services, ou ceux nouveaux du capitalisme de plateforme (voir le corpus n° 13 de la NRT : « Vers un capitalisme de plateforme ? »). C’est à l’éclairage de ces zones d’ombre que ce corpus se consacre, en poursuivant ainsi l’effort déjà engagé à l’occasion de la parution du numéro spécial consacré aux émotions au travail (voir le corpus n° 6 de la NRT : « Émotions au travail. Travail des émotions »).

12Il serait évidemment hâtif de déduire un état des lieux précis des recherches conduites sur le corps au travail à partir des propositions d’article reçues dans le cadre de l’appel « Corps au travail, corps travaillés » lancé par la Nouvelle Revue du travail. D’autres appels ont été lancés par d’autres revues sur une période relativement restreinte comme nous l’avons souligné plus haut. La question du corps au travail est loin d’être épuisée. Cette livraison propose de la réfléchir à nouveaux frais en accueillant des articles qui donnent à lire des dynamiques de fond traversant le champ de la sociologie du travail – en termes de déplacement de terrain mais aussi d’inflexion de questionnement.

Le panoptique renouvelé : nouvelles disciplines spatio-temporelles et techniques du corps et de soi

13Le premier questionnement est issu de travaux conduits sur des emplois a priori très différents : Céline Rosselin-Bareille s’intéresse aux « scaphandriers travaux publics », profession réglementée à haut niveau de technicité reconnue, quand Fabien Lemozy étudie les coursiers à vélo avec Deliveroo, emploi peu réglementé dont le niveau de technicité est peu reconnu. Tous deux sont toutefois le théâtre d’une même intensification temporelle et spatiale des expériences de travail, en particulier du fait d’une mise en mobilité perpétuelle. Mise en mobilité des scaphandriers à travers des chantiers impliquant de faire le « tour de France » mais aussi de « tourner » au sein d’un chantier dans lequel il faut toujours réadapter les prises relationnelles et matérielles permettant de réaliser des missions physiquement éprouvantes rassemblant des métiers aux cultures motrices et matérielles disparates (chercher ses outils, s’approprier ceux d’un autre, faire confiance à des collectifs aux liens faibles et atomisés). Mise en mobilité par le dispositif de management de Deliveroo qui n’implique pas seulement la réalisation des courses mais l’intensification de l’expérience spatiale et temporelle accompagnant leur réalisation – par exemple en étant toujours connecté pour gagner des points et contrôler son emploi du temps et son niveau de rémunération. Sur les chantiers comme chez Deliveroo, il faut « tourner » et cette injonction professionnelle est saisie à partir du vécu corporel et subjectif des situations imposées aux travailleurs. Le corps – ici pris dans sa dimension matérielle et subjective – sert alors d’analyseur de dispositifs organisationnels qui utilisent le temps pour contrôler les corps et s’assurer de leur engagement, bien au-delà des termes de la relation contractuelle initiale (partir en vacances fait perdre des points et toute possibilité de prise sur son planning) ou bien au-delà des frontières des chantiers pour lesquels ils sont rémunérés (le travail des scaphandriers se faisant sur la route, avec leur smartphone et générant des risques invisibilisés). Qu’elles saisissent le corps-avec-ses-objets dans une perspective d’anthropologie des cultures matérielles ou un corps-chair dans une veine plus phénoménologique, ces recherches convergent avec les travaux anglo-saxons pointant l’émergence de nouvelles configurations d’emploi qui requièrent l’engagement de la personne totale – la « whole person » – et valorisent un corps flexible capable de faire face à l’instabilité (Martin, 1994). Elles soulignent également une composante temporelle du pouvoir disciplinaire, articulée à une dimension spatiale particulièrement étudiée en sociologie du travail (on pourra consulter sur la dimension temporelle, le corpus n° 11 de la NRT : « Travailler plus ! » et sur la dimension spatiale le corpus n° 9 : « Les espaces de travail »). Le panoptique n’est pourtant pas qu’une métrique de l’espace, il est aussi scansion des temps. Dans les dispositifs de management des scaphandriers et des coursiers comme dans le panoptique carcéral, l’espace est quadrillé pour accélérer le temps de travail en même temps que le temps est scandé pour plier les corps à un espace de travail hétéronormé.

14Dans le même temps, comme le suggère Michel Foucault dans son analyse de la double face coercitive et créative du pouvoir, les procès de travail analysés apposent des traces sur les corps des salariés qui sont amenés à développer des « techniques du corps » et « de soi » (Foucault, 1988 [1982]) : qu’il s’agisse de la capacité à désincorporer-réincorporer les objets avec lesquels travailler ou des méthodes utilisées par les coursiers pour supporter cette intensification spatiale et temporelle (écouter de la musique pour tenir son corps à une cadence frénétique, apprendre à attendre la course dans un état de vigilance aiguisée). Vectrices d’usure et d’une fatigue décalée des modes de catégorisation institutionnelle de la pénibilité, ces techniques du corps et de soi peuvent aussi être des ressources d’identification professionnelle sources de fierté – en tous les cas chez les scaphandriers. Bien que situées dans des perspectives théoriques très différentes, ces deux contributions articulent chacune à leur manière une analytique des corps au travail et une sociologie des techniques du corps et du soi, appliquées à des secteurs dans lesquels des dispositifs organisationnels produisent et maintiennent une instabilité permanente.

Le corps configuré par les dispositifs de travail dans les métiers socioéducatifs

  • 4 Voir les observations de Twigg et Atkin (2000) sur le care des personnes âgées et de Voléry et Schr (...)

15Le second type de questionnement découle d’enquêtes conduites sur des terrains très différents, plus féminisés, posant la question du care et dont la production attendue concerne non seulement la réalisation d’un service (éducatif), mais plus fondamentalement, une orthopraxie corporelle particulière, une manière de se comporter et de se conduire conforme aux règles professionnelles. Il s’agit bien ici de travailler à travailler le corps de l’autre – en général « d’autres » disqualifiés dont la proximité fait toujours péril. Éducateurs de l’aide sociale à l’enfance (ASE) française dans l’article de Charlène Charles, éducateurs pour enfants en situation de handicap intellectuel en Suisse dans celui de Laurent Bovey et Morgane Kuehni : tous travaillent à encadrer des corps grâce à l’engagement de leur propre corps, bien au-delà des termes fixés dans les fiches de poste. En premier lieu, ces deux enquêtes pointent indirectement les conceptions du corps portées par le personnel de direction et d’encadrement : le corps y est tantôt essentialisé et amplifié au point d’occuper parfois tout l’espace de la compétence dans le cas de l’ASE, tantôt désincarné et invisibilisé lorsque la violence physique intrinsèque à ces situations de travail est effacée car trop disqualifiante aux yeux de l’extérieur mais aussi à ceux des professionnels4. Si ces deux secteurs partagent une même mission éducative, c’est néanmoins deux régimes de corporéités totalement différents qui sont mobilisés.

16Les articles montrent d’abord combien, à métiers équivalents, les types d’engagement corporel attendus par l’encadrement dépendent des positions sociales, de sexe ou ethnoculturelles des salariés. La ressemblance est ainsi recherchée chez les éducateurs de l’ASE issus des quartiers dits « sensibles » et présentant un phénotype jugé « typé » par l’encadrement comme par les collègues. Mais les types d’engagement corporels attendus des éducateurs varient également selon les modes de catégorisation des corps des publics. La « ressemblance » est ainsi tout particulièrement attendue d’éducateurs aux contacts de « jeunes de quartier » caractérisés par des signes phénotypiques (avoir l’air d’être arabe, africain), comportementaux (parler wesh-wesh) et des parcours territoriaux particuliers (venir « des quartiers »). De la même manière, le toucher et la contention physique mis en œuvre par les éducateurs se font tout particulièrement problématiques lorsqu’ils concernent des enfants « intellectuellement déficients » à propos desquels ont lieu de vifs débats s’agissant des pratiques éducatives les visant. Par ailleurs, si les jeunes des « quartiers » avec lesquels les éducateurs ASE ont à composer sont vus comme des « autres » à la culture si différente qu’elle nécessite l’utilisation de médiateurs, les enfants déficients intellectuellement sont, eux, des « altérés » dont la proximité corporelle suscite des craintes symboliques tôt pointées par Denise Jodelet (1989). On mesure ici à quel point les dispositifs organisant l’activité configurent le corps engagé dans le travail : en effaçant les corps-à-corps dans le cadre des éducateurs spécialisés suisses, en sur-visibilisant certains attributs phénotypiques (de sexe, d’âge, ethnoculturels, de territoire) dans le cas de l’ASE. Qu’est-ce qui fait « corps » dans ces secteurs d’activité ? Quelles dimensions subjectives mais aussi matérielles du corps sont-elles mises en exergue ou passées sous silence ? Et qu’est-ce que ces organisations font aux corps qui travaillent ? Car force est de constater que ces deux articles pointent comment les manières de travailler avec les « publics » transforment les corps des salariés, pas seulement du point de vue des habiletés émotionnelles ou physiques qu’ils développent (comment contraindre physiquement en effaçant la violence physique), mais également, du point de vue des identifications personnelles que ces situations de travail suscitent. À l’image de ces salarié·e·s de l’ASE s’ethnicisant à mesure qu’ils/elles sont mis·es en miroir d’un public ethnicisé (Mazouz, 2015). Sous cet angle, ces deux enquêtes témoignent à quel point il est important d’étudier les dispositifs à travers lesquels les corps au travail sont configurés et mis en sens.

Quand le travail franchit les barrières de la peau 

17Enfin, les deux derniers articles interrogent des situations dans lesquelles le travail franchit les « frontières de la peau » (Steiner, 2010) : le premier, d’Anne Marchand et Julie Primerano, porte sur les cancers professionnels et la dévaluation des corps ouvriers ; le second, de Fabrice Colomb, traite des biobanques et de la marchandisation des échantillons corporels. Ces deux contributions occupent une place un peu à part dans ce corpus du fait des terrains investis mais aussi des questions qu’ils font entrer dans le champ de la sociologie du travail.

18Le premier part des trajectoires de reconnaissance des cancers professionnels et souligne le hiatus existant entre les catégorisations juridiques, médicales et administratives des cancers professionnels et les catégorisations « ordinaires » des ouvriers ayant travaillé dans les secteurs de l’industrie et du BTP. Dans le sillage de Nicolas Dodier (1986), il procède ainsi à l’examen des jugements relatifs que ces ouvriers portent aux événements corporels ayant conduit aux cancers, aux dispositifs de catégorisation qu’ils utilisent et à la manière dont ils relient ces événements à certaines facettes de leur conduite. Le second retrace l’émergence d’un secteur d’activité dédié au stockage, à l’étiquetage et à la mise en circulation de fragments corporels dans un contexte juridico-politique interdisant le commerce des corps mais convertissant le vivant en ressource économique. Il interroge alors le rôle des biobanques qui, par leur travail sur les fluides et fragments organiques, transforment les corps en ressources pour les vivants, en objets d’échanges… en marchandises.

  • 5 Voir également les réflexions consistant à pointer la mutation du régime des corps, engagée par un (...)

19Ce sont bien deux terrains distincts mais qui questionnent chacun, sous un angle singulier, la pluralité des modes d’appropriation capitaliste des corps. Le premier rappelle un élément indispensable souligné par Marx comme par les juristes de travail – la relation salariale implique une mise à disposition, non seulement de ses habiletés techniques, mais aussi de son corps (Mazuyer, 2015). Pour les institutions médicoadministratives françaises, il est ainsi normal que le salarié soit exposé à des risques, et quand la réglementation prévoit des seuils maximum ils sont supérieures à ceux admis pour les populations, en dehors du travail5. De la même manière, pour les ouvriers enquêtés, c’est tout le corps – au-delà de l’espace-temps de l’usine et de la force physique demandée – qui est engagé dans le travail. Au point qu’il est aussi considéré comme normal d’être usé par son travail. Mais le franchissement de la barrière de la peau et la découverte de l’atteinte d’organes changent la donne, à l’image des ouvrières du placenta (Molinier, 2007) qui se mettent en mouvement psychique lorsque le travail provoque la masculinisation de certaines d’entre elles et franchit les barrières de la peau. Le corps entier est engagé dans le travail – jusque dans ses os, ses muscles, la qualité de son sommeil, mais jusqu’à un certain point dont les ouvriers enquêtés prennent parfois conscience à la faveur d’un examen médical montrant combien le travail a « marqué » les organes. S’ensuit alors un sentiment de trahison, probablement favorisé par les effets de l’individualisation de la relation de travail et des collectifs ouvriers sur le vécu des maux du travail. En soulignant combien les expériences du corps au travail interrogent des dimensions structurelles liées aux transformations des rapports sociaux de classe et de leurs modes de subjectivation, mais aussi, des dynamiques de reconfiguration de l’emploi ouvrier, l’article souligne à quel point le corps peut être un aiguillon de recherche pour la sociologie du travail.

20Le terrain sur les biobanques donne à lire la manière dont s’institutionnalisent des pratiques de commerce des fragments corporels. Connues depuis le xviiie siècle (Mandressi, 2003 ; 2012), elles prennent aujourd’hui de nouvelles formes plus institutionnalisées, plus standardisées et davantage désindividualisées. Dans les biobanques contemporaines, la personne-cadavre, échangée sous le manteau pour autoriser des dissections médicales, disparait au profit d’échantillons biologiques désocialisés par l’effacement de leur origine. Sous cet angle, l’article montre une autre facette du travail des corps, observable dans les sociétés du début du xxe siècle. Ce travail consiste à produire de nouvelles ontologies humaines situées entre la personne, non commercialisable, et le déchet – chose dénuée de valeur pouvant néanmoins être commercialisée. Il convient alors d’étudier les pratiques professionnelles, métiers et procès de travail à partir desquels les frontières entre choses et personnes sont remaniées autour de nouveaux hybrides – des échantillons biologiques – qui font bouger la frontière tracée entre ce qui est socialement convertible en marchandise et ce qui ne l’est pas (Ogien, 2016). Les recherches conduites sur le body work ont déjà montré combien le travail du corps soulève des questions ontologiques sur la manière dont celui-ci peut être manipulé, transformé et compris (Gimlin, 2007). L’enjeu va ici au-delà puisqu’en distinguant les fragments corporels rattachés à la personne et ceux qui en sont déliés, le travail des biobanquiers contribue à en reconfigurer les contours. Pris sous cet angle, le capitalisme ne se contente pas d’enrôler toujours plus intensément des whole person, il contribue à produire ce qu’elle est – ou tout du moins ce qui est tenu comme tel.

Top of page

Bibliography

Arborio Anne-Marie (2012), Un personnel invisible. Les aides-soignantes à l’hôpital, Paris, Économica.

Avril Christelle (2014), Les aides à domicile. Un autre monde populaire, Paris, La Dispute.

Beauchez Jérôme (2014), L’empreinte du poing. La boxe, le gymnase et leurs hommes, Paris, EHESS.

Becker Howard (1963), Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Berthelot Jean-Michel, Drulhe Marcel, Clément Serge, Forne Jose et Gora M’Bodj (1985), « Les sociologies et le corps », Current Sociology, vol. 33, n° 2, 1-209.

Berthelot Jean-Michel (1998), « Le corps contemporain : figures et structures de la corporéité », Recherches sociologiques, n° 1, 7-18.

Bidet Alexandra (2011), L’Engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ?, Paris, PUF.

Cahiers du genre (2007/1), « Inversion du genre. Corps au travail et travail des corps », n° 42.

Champ Psy (2014/1), dossier « Le corps au travail », n° 65, L’esprit du temps.

Charasse David (2012), « Corps », dans Bevort Antoine, Jobert Annette, Lallement Michel et Arnaud Mias, Dictionnaire du travail, Paris, PUF, 155-161.

Communications (2007), dossier « Corps et technique », n° 8.

Corps/revue interdisciplinaire (2009), dossier « Corps au travail », n° 1, Paris, Dilecta.

Corteel Delphine et Stéphane Le Lay (2011), Les travailleurs des déchets, Toulouse, Érès.

Crossley Nick (2001), The Social Body: Habit, Identity and Desire, London, Sage.

Dodier Nicolas (1986), « Corps fragiles. La construction sociale des événements corporels dans les activités quotidiennes du travail », Revue française de sociologie, n° 27, 603-628.

Foucault Michel ([1988] 1982), « Technologies of the self » (« Les techniques de soi », Université du Vermont, octobre, trad. F. Durant-Bogaert), dans Hutton Patrick H., Gutman Huck et Luther H. Martin (ed.), Technologies of the Self. A Seminar with Michel Foucault, Anherst, the University of Massachusetts Press, 16-49.

Gilligan Carol, Hochschild Arlie et Joan Tronto (2013), Contre l’indifférence des privilégiés. À quoi sert le care ?, Paris, Payot.

Gimlin Debra (2007), « Discourses of Ageing and Narrative Resistance in a Commercial Slimming Group », Ageing & Society, n° 27, 1-19.

Haber Stéphane & Emmanuel Renault (2007), « Une analyse marxiste des corps ? », Actuel Marx, n° 41, Paris, PUF, 14-27.

Hochschild Arlie (1979), « Emotion Work, Feeling Rules and Social Structure », American Journal of Sociology, n° 85, 551-575.

Jacquot Lionel (2019), « L’engagement du sociologue vs la sociologie de l’engagement », dans Flocco Gaëtan, Mougeot Frédéric & Clément Ruffier, Le travail des dominations. De l’emprise aux résistances, Toulouse, Octarès, à paraître.

Jeanjean Agnès (2006), Basses Œuvres. Une ethnologie du travail dans les égouts, Paris, Édition du CTHS.

Jodelet Denise (1989), Folies et représentations sociales, Paris, PUF.

Lafontaine Céline (2014), Le corps-marché. La marchandise de la vie humaine à l’ère de la bioéconomie, Paris, Seuil.

Laugier Sandra, Molinier Pascale et Patricia Paperman (2009), Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Paris, Payot.

Le Breton David (2008), La sociologie du corps, Paris, PUF.

Mandressi Rafael (2003), Le regard de l’anatomiste. Dissections et invention du corps en Occident, Paris, Seuil.

Mandressi Rafael (2012), « Les limites du cadavre. La tentation de la vivisection humaine, xvie-xviiie siècles », Histoire, médecine et santé, n° 2, 109-135.

Martin Emily (1994), Flexible Bodies: Tracking Immunity in American Culture from the Days of Polio to the Age of AIDS, Boston, Beacon Press.

Marx Karl (1965 [1867]), Le capital, in Œuvres, tome 1, Paris, Gallimard.

Mazuyer Emmanuelle (2015), « Le corps et le droit du travail : au cœur d’un paradoxe », La Revue des droits de l’homme, n° 8, mis en ligne le 19 novembre. [En ligne] http://journals.openedition.org/revdh/1730

Memmi Dominique, Guillo Dominique et Olivier Martin (2009), La tentation du corps, corporéité et sciences sociales, Paris, Éditions de l’EHESS.

Memmi Dominique, Ravenau Gilles et Emmanuel Taïeb (2016), Le social à l’épreuve du dégoût, Rennes, PUR.

Molinier Pascale (2007), « Une souffrance qui ne passe pas. Mutations du corps féminin et création d’imaginaire dans une industrie pharmaceutique », Actuel Marx, n° 41, Paris, PUF, 40-54.

Molinier Pascale (2013), Le travail du care, Paris, La Dispute.

La Nouvelle Revue du travail (2015/06), « Émotions au travail. Travail des émotions », n° 6. [En ligne] https://journals.openedition.org/nrt/2068

La Nouvelle Revue du travail (2016/11), « Les espaces de travail », n° 9. [En ligne] https://journals.openedition.org/nrt/2847

La Nouvelle Revue du travail (2017/10), « Travailler plus ! », n° 11. [En ligne] https://journals.openedition.org/nrt/3229

La Nouvelle Revue du travail (2018/10), « Vers un capitalisme de plateforme ? », n° 13. [En ligne] https://journals.openedition.org/nrt/3734

Ogien Ruwen (2016), « La marchandisation du corps humain : un slogan confus et dangereux », Cités, vol. 65, n° 1, 15-32.

Paperman Patricia (2013), Care et Sentiments, Paris, PUF.

Pillon Thierry (2012), Le corps à l’ouvrage, Paris, Stock.

Pillon Thierry (2016), « De quelques traces du corps en sociologie du travail », Sociologie et Sociétés, vol. 48, n° 1, 83-96.

Pillon Thierry et François Vatin (2007, seconde édition), Traité de sociologie du travail, Toulouse, Octarès.

Pryen Stéphanie (1999), Stigmate et métier. Une approche sociologie de la prostitution de rue, Rennes, PUR.

Mazouz Sarah (2015), « Faire des différences. Ce que l’ethnographie nous apprend sur l’articulation des modes pluriels d’assignation », Raisons politiques, vol. 58, n° 2, 75-89.

Rabinbach Anson (2004), Le Moteur humain. L’énergie, la fatigue et les origines de la modernité, Paris, La Fabrique.

Shilling Chris ([1993] 2003), The Body and Social Theory (2nd ed.), London, Sage.

Sorignet Pierre-Emmanuel (2006), « Danser au-delà de la douleur », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 163, 46-61.

Sorignet Pierre-Emmanuel (2010), Danser. Enquête dans les coulisses d’une vocation, Paris, La Découverte.

Steiner Philippe (2010), La transplantation d’organes : un commerce nouveau entre les êtres humains, Paris, Gallimard.

Trachman Mathieu (2013), Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, Paris, La Découverte.

Travail, genre et sociétés (2004/1), dossier « Le travail du corps », n° 12, Paris, La Découverte.

Turner Bryan S. ([1984] 1996), The Body and Society: Explorations in Social Theory (2nd ed), London, Sage.

Twigg Julia et Karl Atkin (2000), « Carework as a Form of Bodywork », Ageing and Society, n° 20, 389-411.

Twigg Julia, Wolkowitz Carol, Cohen Rachel Lara et Sarah Nettleton (2011), « Conceptualising body work in health and social care », Sociology of Health and Illness, Feb, vol. 33, n° 2, 171-188.

Voléry Ingrid et Cherry Schrecker (2018), « Quand la mort revient au domicile. Familles, patients et soignants face à la fin de vie en hospitalisation à domicile (HAD) », Anthropologie et Santé. [En ligne] http://journals.openedition.org/anthropologiesante/3681

Wacquant Loïc (2001), Corps et âme. Carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur, Marseille, Éditions Agone.

Wacquant Loïc (2010), « L’habitus comme objet et méthode d’investigation. Retour sur la fabrique du boxeur », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 184, 108-121.

Weber Hélène (2005), Du Ketchup dans les veines. Pourquoi les employés adhèrent-ils à l’organisation chez McDonald’s, Toulouse, Érès.

West Jackie et Terry Austrin (2002), « From Work as Sex to Sex as Work: Networks, “Others” and Occupations in the Analysis of Work », Gender, Work and Organization, vol. 9, 482-503.

Wolkowitz Carol (2006), Bodies at Work, Londres, Sage.

Zelizer Viviana A. (2010), Economic lives. How culture shapes the economy, Princeton Princeton University Press.

Top of page

Notes

1 À partir des années 2000, plusieurs revues ont proposé des dossiers faisant dialoguer les catégories de corps et de travail : les revues Travail, genre et sociétés (2004), Communications (2007), Cahiers du genre (2007), Corps (2009) ou encore Champ Psy (2014)…

2 Pour une lecture critique de l’approche écologique d’Alexandra Bidet, voir Jacquot (2019).

3 Le terme de corporéité est très différemment défini selon les disciplines et les paradigmes mobilisés : par exemple en tant que rapport incarné du sujet au monde par l’engagement moteur et sensoriel multimodal pour les perspectives phénoménologiques ou pour désigner la manière dont nos expériences sensori-motrices influencent notre manière de penser en psychologie cognitive. Nous utilisons le terme dans une perspective sociologique en nous appuyant sur les jalons posés par Jean-Michel Berthelot (1998). La corporéité correspond à des espaces de mise en jeu du corps entremêlant des structures économiques et matérielles, des dimensions normatives, morales et symboliques, mais aussi, des réseaux de relations contextualisés à travers lesquels les corps sont perçus, mobilisés, assignés. Cette perspective implique donc d’explorer la manière dont les cadres d’emploi, l’organisation matérielle des situations de travail, les normes en jeu dans les relations collégiales, hiérarchiques et dans les rapports aux « clients » ou aux « usagers » contraignent tant les modes de mobilisation des corps que les types de corps mobilisés (leurs ressemblances ou leurs habiletés techniques, leur force ou leur flexibilité, etc.).

4 Voir les observations de Twigg et Atkin (2000) sur le care des personnes âgées et de Voléry et Schrecker (2018) sur le travail palliatif.

5 Voir également les réflexions consistant à pointer la mutation du régime des corps, engagée par un capitalisme qui n’enrôlerait plus seulement la force de travail mais l’énergie psychique et même les organes des travailleurs.

Top of page

References

Electronic reference

Lionel Jacquot and Ingrid Volery, « Le travail dans la peau. Les figures du corps dans la sociologie du travail contemporaine », La nouvelle revue du travail [Online], 14 | 2019, Online since 30 April 2019, connection on 21 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/nrt/4541 ; DOI : 10.4000/nrt.4541

Top of page

About the authors

Lionel Jacquot

Laboratoire lorrain de sciences sociales, université de Lorraine

By this author

Ingrid Volery

Laboratoire lorrain de sciences sociales, université de Lorraine

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals