Navigation – Plan du site
Corpus – Corps au travail, corps travaillés

« Tourner »

Corps au travail et pénibilité chez les scaphandriers travaux publics
« Turning ». Civil engineering divers’ physicality and difficult working conditions
« Girar ». Cuerpos en el trabajo y dificultad de los buzos de trabajos públicos
Céline Rosselin-Bareille

Résumés

Le corps de la loi, celle concernant la pénibilité et l’ordonnance sur les facteurs de risques professionnels lui faisant suite, est un corps fragmenté, individualisé, extrait des rapports de pouvoir, dont les gestes semblent exécutés dans le vide, et dont l’engagement est euphémisé. Il ne s’agit donc pas véritablement d’un corps au travail. Je propose d’explorer le décalage entre corps de la loi et corps au travail à partir d’une enquête ethnographique réalisée auprès de « scaphandriers travaux publics ». Sur les chantiers, l’expérience corporelle du « tourner » – un corps agissant, relié aux autres et étayé par des objets – illustre les liens étroits entre corps et pouvoir que je soumettrai à une analyse en termes de culture matérielle.

Haut de page

Texte intégral

« Ce que nous ne ferions pas faire à des mules, nous le faisons.
On n’est pas des fainéants, mais, au nom de Dieu, qu’on ne nous embête pas.
Nous acceptons le tourment, nous ne voulons pas de vexation ! »
(A. Londres, 1924/1996, Tour de France, tour de souffrance, Paris, Le Serpent à Plumes)

« Quand tu ouvres trop ta gueule,
c’est le Tour de France assuré en une semaine ! » (P., Scaphandrier)

  • 1 Les dix facteurs de risques professionnels relevant de la responsabilité des employeurs pour déterm (...)

1La pénibilité est une réalité quotidienne du travail des scaphandriers dont l’activité peut cumuler l’ensemble des points recensés par la loi1 en un seul chantier. Elle gagne toutefois à être étudiée au prisme d’une action décrite par Jounin, « tourner », expression relevée pendant son enquête ethnographique chez les travailleurs du bâtiment, pour illustrer l’idée qu’il faille « toujours rester mobilisé. Ou, du moins, présenter le visage de la mobilisation » sur les chantiers (2008, 32). Au-delà du « visage », c’est bien tout le corps, par son engagement dans le travail, qui tourne chez les scaphandriers travaux publics (voir encart plus loin) et cela dans de multiples registres. Appelés à se déplacer à l’échelle du territoire national, passant du statut de chef de chantier, à celui de chef d’équipe et réciproquement pour les travailleurs en CDI selon les chantiers, occupant alternativement les trois postes légalement définis au cours d’une même intervention (surveillant, plongeur et plongeur secours), travaillant au fond et en surface, les scaphandriers « tournent » aussi pour conformer leur corps à une posture collectivement partagée.

  • 2 À ces matériaux s’ajoute la lecture de blogs ou de sites tenus par des scaphandriers toujours en ac (...)

2Le matériau empirique, collecté entre 2011 et 2018, montre plus fondamentalement que « tourner » est à la fois une technique d’objets qui appelle et construit des savoir-faire, une technique de soi en tant que savoir-être particulier au travail en chantier et une technologie du pouvoir puisque tourner inscrit les corps dans des réseaux d’actions sur les actions des autres. En combinant ce que Olivier de Sardan (2008) nomme des données etic, c’est-à-dire des données liées aux pratiques issues d’observations ici non participantes (chantiers, réunion syndicale, semaines de formation), et des données emic, soit en lien avec les discours de scaphandriers recueillis lors d’entretiens formels et de nombreux échanges informels sur le terrain2, « tourner » permet d’éclairer à nouveau frais la question de la pénibilité.

  • 3 Cette ordonnance est « relative à la prévention et à la prise en compte des effets de l’exposition (...)
  • 4 Par étayage, Warnier (2009, 31) entend « le phénomène selon lequel la plupart de nos gestes sont ap (...)
  • 5 Ce décalage rappelle là où « une microphysique du pouvoir que les appareils et les institutions met (...)

3À la mise en place de la loi de novembre 2010, puis de janvier 2014, dans le cadre de la réforme des retraites, les chercheurs s’accordaient à penser que la grande oubliée était la relation au travail et sa dimension subjective puisque la pénibilité, avant tout, s’éprouve (Héas, 2005 ; Hélardot, 2008 ; Barnier et Bensoussan, 2010 ; Daniellou, 2012 ; Volkoff, 2015). Elle ne saurait non plus se réduire à dix facteurs de risques professionnels parmi lesquels figurent en bonne place les activités exercées en milieu hyperbare, censées affecter directement les scaphandriers sur laquelle je reviendrai. Enfin, le corps de cette loi, et de l’ordonnance n° 2017-1389 du 22 septembre 20173, est surtout un corps fragmenté, individualisé, extrait des rapports de pouvoir, nu, dont les gestes semblent exécutés dans le vide et dont l’engagement est relativement euphémisé. Il ne s’agit donc pas véritablement d’un corps au travail. L’expérience corporelle du « tourner » – un corps agissant, relié aux autres et étayé4 par des objets – permet d’interroger le décalage5 entre le corps de la loi et le corps au travail spécifique aux scaphandriers, décalage que je propose d’explorer à partir d’une approche de la culture matérielle dans la lignée des travaux du groupe Matière à penser qui s’intéresse aux effets, sur les sujets, de leurs propres actions sur les objets et sur les actions des autres (Warnier, 1999 ; Bayart et Warnier, 2004 ; Julien et Rosselin, 2005, 2009).

4Ainsi, après avoir suivi les scaphandriers dans leurs mobilités et décrit les cultures matérielles, les cultures motrices et les relations de pouvoir en jeu, je montrerai comment « tourner » contient à la fois une pénibilité importante et, quand sa gestion est possible, un moyen d’acquérir du pouvoir dans les réseaux professionnels.

Encadré 1

Les scaphandriers étudiés ici plongent en « onshore », à la différence de ceux qui travaillent sur les plateformes pétrolières en « offshore », pour intervenir sur des structures immergées entre 1 mètre et 50 mètres de profondeur. La durée réglementaire de la plongée étant de trois heures maximum par jour : ils dévasent, découpent, soudent, inspectent, élinguent, coulent du béton, dans des environnements diversifiés (stations d’épuration, cuves industrielles, égouts, barrages, centrales nucléaires, ponts, ports, écluses).

Les équipes sont légalement composées d’un minimum de trois scaphandriers en étroite interdépendance et qui alternent aux différentes places, au fond et à la surface : un plongeur approvisionné en air par un tuyau appelé narguilé ; un « aide-opérateurs scaphandriers » ou plongeur secoursa resté en surface prêt à intervenir en cas de problème et qui tient le narguilé ; un surveillant de surface en communication avec le plongeur et qui gère à la fois la plongée et le chantier. Quand les scaphandriers sont plus nombreux, ils peuvent être plusieurs plongeurs. Enfin, ils sont régulièrement sollicités sur d’autres travaux en surface (découpe, soudure, etc.).

L’activité est reconnue comme une profession depuis 2014 grâce à la délivrance d’un titre professionnel par l’un des trois organismes accrédités, suite à une formation de douze à vingt semaines, pour un coût entre 10 500 euros et 22 000 euros.

Les scaphandriers sont majoritairement issus de l’armée, du bâtiment et travaux publics oub de la plongée loisir et comptent très peu de femmes en activité (les scaphandriers mentionnés dans cet article sont tous des hommes). Aujourd’hui, les données issues de différentes sources font état d’une population d’environ 1 500 scaphandriers classésc pour un besoin estimé à 450 équivalents temps plein avec une prépondérance des contrats de courtes durées et du recours aux intérimaires.

a. Il est appelé aussi « tendeur » par les scaphandriers, l’enjeu étant de tendre le narguilé pour qu’il ne traîne pas au fond au risque de s’emmêler aux éléments du chantier immergé et qu’il puisse toujours servir de repère au plongeur pour se déplacer.
b. En français le « ou » est exclusif ou inclusif. C’est bien dans ce double sens qu’il faut en comprendre l’usage ici : certains scaphandriers combinent ou ont combiné les trois pratiques, certains deux et d’autres n’ont jamais plongé que dans le cadre des travaux publics.
c. C’est-à-dire qui ont obtenu un certificat d’aptitude à l’hyperbarie classe II mention A.

Le Tour de France : mobilité, matérialités, motricités

  • 6 Ce passage s’achève par : « les horaires peuvent être aménagés en fonction des conditions climatiqu (...)

5L’arrêté du 13 février 2014, relatif au titre professionnel de scaphandriers travaux publics, stipule que « le professionnel travaille toujours en déplacement, en France ou à l’étranger, pour des opérations qui peuvent durer un jour ou plusieurs mois. Il peut travailler le week-end et les jours fériés6 ». En effet, les chantiers sont répartis sur l’ensemble du territoire national parce que les scaphandriers sont sollicités chaque fois qu’il y a plus d’un mètre d’eau : « c’est difficile comme métier, on ne vend que des bulles d’air ! Mais à chaque fois que tu fais quelque chose, il y a un scaphandrier au bout : tu tires la chasse d’eau, tu allumes ta lumière, il y a un scaphandrier qui est intervenu. » (M., ancien scaphandrier, formateur)

  • 7 Pour les accidents ayant lieu sur les chantiers, voir la note 23.

6Beaucoup des accidents du travail recensés sont des accidents de la route7, liés aux déplacements pour rejoindre un chantier, mais aussi aux conditions d’organisation de ces déplacements aggravées dans la situation des intérimaires :

La dernière fois, à Concarneau, on a bossé lundi, mardi, mercredi. Vers 13 h-14 h, on a fini le chantier, ils nous disent : « c’est bon, normalement on n’a plus besoin de vous ». Moi, je commence à appeler d’autres boîtes pour aller faire le couillon sur Perros-Guirec sur les Sept Iles et le gars me rappelle le soir. Pendant ce temps, l’autre gars me rappelle pour me dire que, finalement, il faut être au Havre à 14 h ; finalement du Havre, c’est passé à Flamanville à 14 h, et finalement ce n’était plus 14 h, c’était 8 h du matin. […] Pour aller à Flamanville, on est parti à 3 h du matin, 4 h du matin pour arriver là-bas à l’heure (Da., intérimaire, 6 mois de métier).

7De nombreux chercheurs ont décrit le travail intérimaire (Rosini, 2014) et il ne s’agit pas d’ouvrir une discussion sur sa spécificité en dehors du propos qui motive ici l’analyse : les enjeux corporels de l’articulation entre la culture matérielle, l’inscription des scaphandriers dans des réseaux d’actions et la pénibilité, au regard aussi du nombre élevé de scaphandriers intérimaires. Chez ces derniers, le téléphone portable joue ainsi un double rôle d’ancrage et de levier à la mobilité : dans les relations familiales ou amicales et dans son usage pour rechercher un nouveau contrat. Comme l’a montré Rosini (2012), le téléphone portable et les mises en jeu du corps associées (attendre, décrocher, ne pas décrocher, écrire des textos, lire ou ne pas lire ceux reçus, les effacer, etc.) forment une activité, considérée à tort comme du hors-travail, qui « contribue à faire intérioriser certaines dispositions, telles que la disponibilité, l’imprévisibilité et la vulnérabilité, aux travailleurs intérimaires ». Ces activités introduisent aussi des espaces de négociation, par exemple autour du financement de formations par les agences d’intérim. En d’autres termes, le sujet-avec-son-smartphone s’inscrit dans le réseau d’actions sur les actions des autres de l’emploi et la culture matérielle des scaphandriers dépasse de beaucoup celle du travail en chantier.

8Les périodes d’intervention sont de durée variable, mais il est fréquent de devoir changer d’hébergement plusieurs fois dans une même semaine : hôtels, gîtes, cabanes de chantier vaguement aménagées, parfois pris en charge par l’employeur, accueillent des équipes habituées au provisoire, voire au logement de fortune. Ainsi, Da., cité plus haut, dort dans sa voiture pour ne pas dépenser sa prime de déplacement et compenser les 10,5 euros brut gagnés à l’heure en tant que tout jeune professionnel : « actuellement, j’ai la 307 break, j’ai enlevé tous les sièges à l’arrière, pour économiser un peu d’argent. J’ai mis des planches, enfin un plancher droit, et tous les soirs, j’ai un matelas gonflable que je gonfle. Je dors là-dedans, mais ça va bien en été ! […] Je n’ai pas encore passé un hiver tous les soirs à pleurer dans mon camion ! »

9La plupart des interventions est réalisée par des scaphandriers intérimaires qui viennent compléter l’équipe composée d’au moins un scaphandrier en CDI ou CDD de l’entreprise choisie pour l’intervention, et, si certains sont « fidélisés » (Jounin, 2008, 119) ou « temporaires permanents » (Rosini, 2014), la profession est surtout marquée par un fort turnover : la durée moyenne dans l’emploi est de dix années et seuls 10 % des scaphandriers exercent leur activité professionnelle depuis plus de cinq ans au moment de la réalisation d’une enquête récente sur le titre professionnel conduite par l’Agence nationale pour la formation professionnelle (août 2017). Toutefois, les déplacements ne sont pas réservés aux intérimaires, tant s’en faut. Lors d’une réunion syndicale, P. (CDI, 10 ans de métier) s’insurge : « quand tu ouvres trop ta gueule, c’est le Tour de France assuré en une semaine ! » Les corps peuvent donc être soumis à une injonction de mobilité pour les personnels des entreprises.

10La proximité et le partage des espaces de travail, de vie quotidienne, de soin du corps, des repas et bien souvent du matériel qui va avec, à la fois illustre une « forme de sociabilité du voyage » (Ghasarian, 2001, 39) appréciée par les professionnels et génère, de temps à autre, des « coups de gueule ». À vingt mètres du lieu que j’observe, j’entends Mo. (stagiaire en formation) s’énerver très fortement : « ras le bol, ce sont mes gants ! Arrête de me piquer mes gants. C’est comme le shampoing dans les douches au foot ! Putain, les gars, achetez-vous votre matos ! »

11C’est parfois à une vraie course après le matériel propre à chaque scaphandrier qu’assiste l’ethnologue : casque, gants, couteau, gilet de sauvetage, bien que généralement singularisés par le marquage du nom de leur propriétaire, sont régulièrement déplacés, appropriés, redéposés dans l’espace commun, sans que personne ne puisse véritablement retracer l’histoire de sa mobilité. Le constat de leur disparition, même momentanée, s’accompagne d’agacement, voire de colère, évoqués également par Jounin (2008). Ces manifestations émotionnelles sont sans doute à la hauteur des difficultés à pouvoir stabiliser quelque chose – l’emplacement d’un objet, sa propriété exclusive, son statut, son poste de travail, jusqu’aux relations conjugales – dans ces environnements marqués par la mobilité et l’imprévisibilité.

12Il semblerait qu’objets et corps ne puissent pas toujours se rencontrer, chacun tournant lorsque l’autre est arrêté. Ainsi, le matériel de l’entreprise reste tandis que les scaphandriers passent, ce qui les oblige à réitérer les gestes d’appropriation à chaque nouveau déplacement, comme le déplore F. (scaphandrier fonctionnaire, classé 1997) en me racontant ses années passées d’intérim : « s’adapter tout le temps, c’est ça qui était pénible. Le matos change tout le temps et il y a des choses qui se font dans certaines boîtes, qu’il ne faut surtout pas faire dans d’autres. » Pour autant, partager le matériel de l’entreprise avec les collègues ne pose pas de problème de principe, sauf « quand tu prends le casque après quelqu’un qui a le mal de mer ou qui est très enrhumé », rappelle Be. avec dégoût (CDI, 12 ans de métier).

  • 8 T. (CDI, 10 ans de métier) a aménagé son camion et, en l’installant dans le périmètre du chantier, (...)
  • 9 Conserver sa place au sein de la famille est un souci partagé par les scaphandriers : « il faut t’ (...)

13Il semble que la pénibilité surgisse là où le tracé flou des frontières entre travail et hors-travail8, objets personnels, objets des autres et objets collectifs fournis par l’entreprise, mon corps et celui des autres, appelle des ajustements permanents aux différents environnements, des efforts continus pour maintenir sa place dans le réseau tant professionnel que familial9 et amical, malgré les déplacements répétés.

14À l’échelle de la profession, « tourner » regroupe un ensemble de pratiques en lien avec une culture matérielle de la mobilité et d’autres sujets qui contribue à inscrire les scaphandriers dans le réseau des agences d’intérim, des entreprises qui recrutent, des collègues concurrents. En tournant les scaphandriers peuvent mesurer l’étendue du réseau, en découvrir les points bloquants, ainsi que les ressources potentielles, et se vivent comme remplaçables, interchangeables, mais aussi, de façon très positive à leurs yeux, comme polyvalents (j’y reviendrai). Ils se construisent aussi comme sujets « actifs » (en mouvement entre les chantiers, comme dans la recherche d’emploi). À l’échelle d’un chantier, tourner fait écho à l’apprentissage sur le tas d’un « savoir se positionner » (Ma., CDI, 1 an de métier) qui est tout à la fois une position dans l’espace physique du chantier où les corps doivent s’articuler à de nouveaux objets et entre eux, une place en fonction du statut des uns et des autres, de ses compétences et de celles des collègues.

« Tourner » sur un chantier : logiques d’actions et conflit de motricités

15Un chantier est hiérarchisé, mais cette hiérarchie prend des allures originales chez les scaphandriers notamment parce qu’ils peuvent changer de position selon les interventions : chef de chantier ou chef d’équipe ou « simple » scaphandrier. Les intérimaires ne peuvent revendiquer le statut de « chef », mais leur expérience l’emporte sur le statut, comme l’explique Ma. : « P. n’a pas un statut plus haut que le mien parce qu’il est intérimaire, mais par son expérience et son passé, ça fait que je suis en dessous de lui. » Selon la durée d’intervention nécessaire, les travailleurs tournent également au sein de l’équipe de trois personnes pour occuper les différents postes de plongeur, tendeur et surveillant décrits plus haut. S’illustre donc ici une construction des relations de pouvoir qui repose davantage sur les actions que sur les statuts, comme le martèle J. (CDI, 19 ans de métier) : « il faut prouver, pas parler. Il faut faire. »

16Les chantiers se caractérisent, selon Duc (2002), par une « organisation du travail à prescription floue (OTPF) initiée par l’encadrement de chantier » (p. 18), « une configuration spatiale éclatée » (p. 112), une « combinaison d’hommes, d’objets et de moyens de travail » (p. 113) où « l’incertitude et les difficultés de prévision marquent […] profondément le procès de travail » (p. 72), et les corps, dois-je ajouter. Re. (intérimaire, 1 an de métier) parle alors de la fatigue occasionnée par ce type d’organisation : « plonger, ce n’est pas fatigant. C’est ça qui est fatigant : tout est fait dans la précipitation, tout se décide au dernier moment. »

17Le travail scaphandrier prend place dans cette logique organisationnelle, voire la complexifie davantage : soit en constituant un groupe d’intervenants supplémentaires, mais devant s’articuler avec les autres en créant un énième espace-temps de travail (sous l’eau et en surface) ; soit en intervenant en tant que scaphandriers et en tant que manœuvres des travaux publics amenés bien souvent à partager la réalisation de l’intervention avec d’autres « corps de métier », expression qui prendra tout son sens dans les lignes suivantes.

  • 10 Jeanjean (2009) avait établi le même constat sur l’intervention des égoutiers dans l’espace public.

18Quoi qu’il en soit, « les plongeurs sont toujours appelés quand il y a un problème […]. Donc on sait que le client et le chef de chantier du client sont nerveux : ils veulent que ça aille le plus vite possible et que ça coûte le moins cher possible » (M., formateur, 40 ans de métier). Dans le même temps, Be. (chef de chantier au moment où il s’exprime) rappelle qu’il a appris à « ne pas finir trop vite ou trop en retard » un chantier. Leur activité vient donc en général rompre le fil d’une autre activité10 et, de leur point de vue, les différentes logiques d’action impliquées sur la matière et sur les actions des autres peuvent entrer en conflit, comme l’a montré Hoarau (2009) dans son étude sur l’articulation des différents compagnons d’Emmaüs selon qu’ils se consacrent plutôt au ramassage, au tri ou à la vente des objets récupérés. Les deux exemples de terrain présentés ci-dessous illustrent bien la potentialité de mésententes liées moins aux statuts des uns et des autres qu’aux confrontations de logiques d’actions ou aux conflits de motricités.

Terrain 1

Des scaphandriers viennent de recevoir des barres métalliques pour réaliser le travail immergé. Mais à leur grand désarroi, puis agacement, ils constatent que les ingénieurs de l’entreprise, à qui ils avaient pourtant déjà signalé le problème, leur font livrer des barres ouvertes à leurs extrémités qui se rempliront donc d’eau dès leur immersion et deviendront impossible à manipuler pour les plongeurs. La temporalité du chantier les contraint à trouver une solution rapidement d’autant plus que les plongeurs auront bientôt besoin du matériel pour avancer le travail au fond. En surface, deux scaphandriers, aidés d’un ouvrier issu de la même entreprise, se répartissent les trois actions à effectuer : souder des bouchons aux extrémités, enduire les barres de colle et y apposer du néoprène. Ils s’installent sur des tréteaux de telle sorte que tous les trois puissent intervenir en même temps sur les barres. La colle s’enflamme subitement sous l’effet des étincelles occasionnées par la soudure. Ma. manifeste son mécontentement et siffle entre les dents : « On est en manque d’outils ! On passe notre temps à chercher des outils. C’est chiant. On ne peut rien faire ! » et Ph. (CDI, ouvrier non scaphandrier) renchérit : « le flux tendu, pff. »

Ingénieurs et scaphandriers ne sont pas véritablement faits du même bois : les motricités des uns et des autres ont été construites et sont étayées par des environnements matériels propres, les formes d’engagement corporels, les sensations, les émotions, les rythmes qu’ils entraînent, les situations dans lesquelles s’actualisent les étayages, leur place dans le réseau d’actions sur les actions des autres diffèrent grandement. Dans la situation présentée, c’est toutefois sans aucun reproche à l’égard des premiers que les seconds manifestent leur mécontentement, la critique étant reportée à une échelle plus générale, plus floue sans aucun doute, celle de l’organisation.

19De façon générale, Davezies ([2006] 2010) invite à « prendre au sérieux » « ce qui se joue dans le rapport aux objets du travail » (p. 154) – il rappelle que « dans l’activité, l’objet se trouve modifié par le sujet » et « le sujet lui-même est changé par son rapport à l’objet » (p. 159) –, afin de « délimiter précisément les zones de conflit » (p. 161) ou leur potentialité.

Terrain 2

Au cours de cette intervention, plongeurs archéologues et scaphandriers doivent travailler de concert à la sortie d’une épave de 2000 ans. Les moments de tensions, même brefs, ont systématiquement à voir avec les logiques motrices à l’œuvre dans chacune des activités. Les scaphandriers marchent au fond de l’eau, dévasent, utilisent le marteau-piqueur, « regardent avec leurs mains », dans un élément liquide. Ni les plongeurs sportifs, ni les archéologues sous-marins n’ont un corps ainsi sollicité. Et les commentaires croisés vont bon train. Ainsi, quand un scaphandrier remarque sur l’écran du poste de communication auquel est relié un collègue que celui-ci travaille à la truelle, il commente : « il est archéo aussi celui-là ! Ici, il faut deux bons bourrins comme nous ! » ; devant le constat d’un trou dans le tuyau de la « suceusea », un archéologue sous-marin commente : « faudrait arrêter de donner des coups de marteau dessus. T’as vu ? Quand c’est bouché, on tape avec un marteau ! » Ces propos témoignent de cultures motrices particulièrement différentes. De même, les activités en surface n’engagent pas les corps dans des rapports identiques aux matières : du tri, du nettoyage, de la classification, de la conservation d’objets patrimoniaux, d’un côté, l’organisation très particulière du travail sur un chantier de travaux publics, de l’autre.

Aussi, un scaphandrier ironise gentiment : il récupérerait bien deux lattes métalliques pour en fabriquer un siège aux archéologues. La veille, l’un de ces derniers s’était fait un lit d’une suceuse enroulée sur elle-même et d’un tapis de néoprène. Dans les conduites sensori-affectivo-motrices des scaphandriers, la suceuse doit être tenue à deux mains, vibre, peut emporter le corps et la vigilance dans son rythme « hypnotique » (Be.), tandis que des bouts de néoprène rapiècent les combinaisons « pourries », protègent l’épave des barres glissées sous elle. Ces cultures matérielles du travail immergé, incorporées au cours des différents chantiers, ont construit les scaphandriers et cela n’a donc, pour eux, de sens ni corporel, ni matériel, que d’en faire un espace de repos dans lequel le corps assoupi peut se lover. Je montrerai, en outre, que l’horizontalité du corps et la posture du repos ne sauraient trouver place sur un chantier.

a. Aspirateur sous-marin muni d’un long tuyau.

  • 11 Voir Foucault (1975, 35) s’intéressant moins à la possession du pouvoir qu’à son exercice.

20« Tourner » est, sur le chantier, le moyen « d’apprendre par corps » (Faure, 2002) les espaces éclatés, changeants, et d’en réactualiser la connaissance, de localiser les objets régulièrement déplacés, de s’inscrire dans sa temporalité (Rosselin, 2015), de se positionner par rapport aux collègues dans un incontournable engagement des corps au service d’un « faire ensemble ». Le chantier se construit ainsi comme un lieu de pouvoir, à l’image de l’atelier décrit par Sennett (2010), et la culture matérielle devient de la matière à politique (Bayard et Warnier, 2004) : le système que forment les ingénieurs qui livrent une barre métallique inadaptée, les pilotes de bateau qui doivent ralentir au passage du chantier ou risquer de produire des vagues dangereuses, les archéologues aux cultures motrices différentes, le patron qui ne veut pas payer d’heures supplémentaires, mais demande à ce que le chantier soit rapidement terminé, les médias qui ont été sollicités pour venir filmer la sortie d’un morceau d’épave et rigidifient en partie le calendrier, les scaphandriers qui interrompent la navigation, etc., démontre que le pouvoir n’est pas centralisé ici, mais s’exerce11 au sein d’un réseau d’actions sur les actions des autres.

  • 12 « C’est-à-dire des procédures, comme il en existe sans doute dans toute civilisation, qui sont prop (...)

21Dans ce contexte où dominent l’imprévisibilité et la nécessaire articulation aux autres corps de métiers, dans une relation d’extrême dépendance, prennent place des techniques de soi12, qui ne sont pas tant des moyens de reprendre le contrôle de son activité, que des techniques proposées par la profession pour inscrire les corps dans le réseau et composer avec la pénibilité du travail, voire transformer cette dernière.

Formation et apprentissage corporel des techniques de soi

22Les scaphandriers rencontrés soulignent avec insistance la spécificité de leur activité : ils ne sont pas sous pression comme les autres plongeurs et se moquent régulièrement des « frimeurs » (Be.) qui « nagent avec les petits poissons » (F.). Ceux-là ne restent d’ailleurs pas durablement dans le métier quand ils s’y essaient. Ce sont aux ouvriers issus du BTP (soudeur, chaudronnier, électricien, notamment) que M. (formateur), J.-P. (employeur) ou Re. (intérimaire) reconnaissent la capacité à « comprendre le sens du boulot » (M.), c’est-à-dire à accepter d’engager son corps dans l’expérience protéiforme du chantier dont rendent compte les différentes façons de tourner vues plus haut.

  • 13 Il est impossible ici de décrire l’ensemble de ces tensions qui font et défont les corps scaphandri (...)
  • 14 C’est l’argument que les partisans du titre professionnel ont présenté pour le justifier : « on a d (...)

23La construction des corps, et, au-delà, des sujets, scaphandriers se réalise dans des tensions pourtant a priori difficiles à résoudre et qui peuvent expliquer en partie le turnover souligné plus haut. Par exemple13, des tensions motrices : être « des bourrins » aux sensations très fines (Rosselin, Lalo, Nourrit, 2015) ; s’activer sans effort : « l’eau, c’est jamais pareil, c’est une force de la nature. Il faut sans cesse trouver des combines, tout en évitant de faire des efforts » (J.-P., employeur, scaphandrier, classé 1997). Mais aussi des tensions liées au réseau d’actions sur les actions des autres : être totalement et vitalement dépendant des autres tout en réalisant un travail qualifié de solitaire : « tu es dans l’eau, quelqu’un à la radio, mais c’est toi qui es aux commandes de ce qu’il y a à faire. Ça, ça me convient parfaitement. » (Re.) Des tensions liées à l’imprévisibilité des chantiers : devoir s’adapter sans cesse, tandis que le « désir d’apprendre toujours des situations nouvelles » (Pa., intérimaire, 30 ans de métier) perdure. Enfin, des tensions liées à la reconnaissance de leur engagement dans le travail : prendre du plaisir et être harnaché pour faire un « métier d’exception » (Re.) ; être polyvalent et être payé 11,50 € brut de l’heure ; être en bas de l’échelle des salaires tout en assurant « la sûreté de l’État14 ».

24Les écoles de formation préparent, de façon explicite, les scaphandriers à plonger en sécurité, à réaliser des gestes techniques du métier outillés, mais aussi, de façon implicite et sans que cela ne soit forcément visé par les équipes pédagogiques, à adopter des savoir-être adaptés à leur inscription dans le réseau professionnel et à la gestion des tensions dont celles décrites ci-dessus. Ces techniques d’objets sont aussi des techniques de soi et font écho à la nécessité, cruciale dans un contexte de plongée en milieu hostile, de toujours garder « la maîtrise de soi : il faut en quelque sorte se glacer » (M., formateur).

25Si apprendre à respirer, harnaché, en travaillant sous l’eau, permet d’éviter l’essoufflement, le fait que la respiration soit entendue par le surveillant en surface, qu’elle soit un indicateur pour celui-ci que tout se passe bien au fond et qu’elle soit audible par tout visiteur du chantier, éclaire autrement l’attention dont elle est l’objet : elle est censée montrer que le travail se fait correctement. Dans la même logique, communiquer au sein de l’équipe s’apprend. Un formateur, au cours d’un débriefing, rappelle aux plongeurs : « pas des grandes phrases. Répétez. […] On entend [en surface] le plongeur dire : “je vois que dalle, je vois que dalle.” Évitez ! On le sait ! C’est inutile. La vase, c’est votre amie ! Si vous jurez toutes les cinq minutes, ce n’est pas intéressant. Mais donner toujours des nouvelles. » Dans les jours suivants, il reprendra un stagiaire au moment où celui-ci contrôle, à voix haute et selon une procédure enseignée, le bon équipement d’un plongeur avant que ce dernier ne se mette à l’eau : « ton vocabulaire, c’est trop approximatif. L’ordre aussi. Il faut que tu articules mieux. Parle clair. »

  • 15 Les liens entre incorporation des objets, expertise et plaisir au travail ont été analysés dans Nou (...)
  • 16 Ailleurs, A., stagiaire, est en train de travailler au fond et commente « je me demande si… » Il es (...)
  • 17 Sept Jours à Brest, « DCNS. Scaphandrier, l’homme à tout faire des fonds marins », 23 octobre 2013.

26Cet apprentissage des mots justes en lien avec l’activité va de pair avec la construction de corps scaphandriers outillés spécifiquement. Les stagiaires apprennent ainsi à travailler avec un équipement sans lequel plonger serait impossible, qui repousse les limites du corps, configure fortement ce dernier et redéfinit totalement motricité et sensations. Dans l’incorporation du matériel se joue l’acquisition d’une habileté, d’une expertise, qui s’accompagne d’un véritable plaisir dans l’action15. L’incorporation des objets et la dilatation du corps sont ce qui permet que le système sujet-objet devienne performant aussi pour une autorité supérieure, tel un harnachement ; le scaphandrier est alors « à la disposition du chef des opérations hyperbares [en surface]. Vous êtes le manœuvre. Vous êtes le prolongement de l’outil, dit un formateur16. » J.-P. (employeur) n’exprime pas autre chose : « je suis la tête, eux [les plongeurs] le corps. » Ce jeune l’a intériorisé en s’adressant à un journaliste de Sept Jours à Brest17 : « On devient l’œil et les mains de l’expert. »

27Ces corps, étendus aux objets et au réseau d’actions, apprennent ainsi à savoir bien se tenir sur un chantier : « ce sont les yeux de l’entreprise, le client peut débarquer à tout moment sur le chantier et s’il voit les gobelets de café : “ça va les gars ?!” » (E., ancien militaire, Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics) Lorsque les scaphandriers remontent à la surface et retirent leur casque, « même au bout de deux heures, ils sont dans un état décomposé, tu ne les reconnais même pas ! […] Tout est effondré. » (E.) Pour autant, les postures et objets de la pause ne sont acceptés par personne : les corps doivent être engagés de façon continue dans une activité reconnue comme légitime par la profession.

28« Tourner », respirer, « parler clair », « se glacer » sont, dans ce contexte, des techniques de soi, étayées par des matérialités spécifiques qui construisent et reconstruisent une posture, position du corps et attitude morale ensemble, que les scaphandriers adoptent pour, au minimum, « faire avec » les tensions, au maximum, trouver du « plaisir » (M.), « être épanoui et un peu fier aussi » (Re.). Ainsi, « tourner » peut être à la fois une sanction prise par le patron qui impose un déplacement au corps, une obligation pour décrocher un contrat, une posture sur le chantier jugée adéquate par tout le monde (formateur, scaphandriers, patrons), un engagement corporel et une technique de soi contribuant à passer outre, au moins en partie, la pénibilité du travail.

Vous avez dit « pénible » ?

29Le travail scaphandrier laisse bien, sur les corps, des « traces durables, identifiables et irréversibles sur la santé ». Après une carrière « en ¾ temps », M. (40 ans de métier, ancien employé, puis employeur, puis formateur) les ressent tous les jours : « les acouphènes, les articulations qui font mal partout, les pieds qui font mal, les genoux, les hanches, puis, les os, les articulations, c’est vraiment douloureux. C’est des crampes, la nuit, c’est toujours des crampes. C’est des douleurs aux avant-bras, des picotements ; les deux bras dans le lit, il faut se jeter par-dessus bord et secouer pour que le sang revienne. »

  • 18 Arrêté du 13 février 2014 relatif au titre professionnel de scaphandrier travaux publics : « Les co (...)
  • 19 En 2007, le mensuel de la prévention et des risques professionnels Travail et Sécurité s’alarmait d (...)

30En 2009, lorsqu’à la demande de l’Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP), E. doit qualifier en quelques mots la pénibilité du travail immergé, il se souvient avoir été choqué et avoir répondu à son interlocuteur : « le type, il est à 100 % dans le risque ! C’est un métier… tu prends un type, tu le trempes dans le risque ! […]. Tu me parles de pénibilité ? je ne comprends même pas ce que tu me demandes ! » Il narre cette histoire en mimant la plongée du scaphandrier dans le risque, comme il l’aurait fait d’un sachet de thé dans une tasse d’eau chaude, rappelant les conditions de la pratique dans une visibilité nulle ou quasi nulle, sans anticipation possible de ce qui peut survenir d’un environnement défini comme hostile18. « Des critères, des facteurs, j’en ai à la pelle ! » (E., OPPBTP) : outre les chiffres de mortalité d’un scaphandrier par an, les accidents recensés étaient très sérieux19, mais bien souvent sans lien avec la profondeur de la plongée.

31Pourtant, les textes officiels depuis 1992, la loi pénibilité et l’ordonnance n° 2017-1389, retiennent le facteur de l’hyperbarie pour qualifier l’exposition des scaphandriers : à partir d’une intensité d’au moins 1 200 hectopascals (soit 12 mètres) et à partir d’au moins 60 interventions par an. C’est donc sans égard pour l’activité réelle que les mesures sont prises, comme le rappelle E. : « les types ne mourraient pas de plongée, ils mourraient de travail dans l’eau : on a des ouvriers des travaux publics aveugles dans l’eau ! » qui réalisent des interventions majoritairement entre 1 et 12 mètres. Devenu formateur, M. rappelle que la plongée est « un outil, qu’on connait, mais qui ne mérite pas qu’on en parle, c’est juste un moyen d’aller à son travail » ; aussi, souligne F., « quand tu plonges, tu es dans ton travail, tu n’es pas à gérer de la plongée », cette gestion étant déléguée aux collègues restés en surface.

32L’arrêté du 13 février 2014 relatif au titre professionnel de scaphandriers travaux publics définit le scaphandrier comme une « personne dont le métier consiste à intervenir sous l’eau pour des travaux industriels, génie civil, bâtiment, travaux publics au sens large ou encore des travaux pétroliers ou maritimes20 ». Le « métier », tel que l’arrêté l’évoque, est une approximation au regard de la diversité de l’activité réelle telle que je l’ai montrée : celle-ci ne se réduit pas, tant s’en faut, à la plongée ou à l’intervention dans un liquide, mais multiplie les origines possibles des séquelles du travail. Mais surtout, quand ils vivent la pénibilité, la fatigue ou les difficultés du métier, les scaphandriers ne sont pas sur le même registre que celui de la loi. Dans le travail des scaphandriers, les gestes répétitifs, les manutentions et autres ports de charges, vibrations, bruits, amplifiés par le travail dans l’élément liquide (Rosselin, 2015), sont liés aux rencontres des corps avec un équipement (harnais, casque, gants, combinaison, narguilé, etc.), des outils ou, de façon générale, des matières. Changer d’environnement matériel, c’est devoir redéfinir sa motricité en incorporant et désincorporant continuellement les objets de la pratique ; c’est aussi devoir sans cesse démontrer son adaptabilité pour obtenir ou garder une place sur un chantier.

  • 21 Environnement regroupe ici les milieux dans lesquels ont lieu les interventions et le réseau d’acti (...)
  • 22 Jobert s’interrogeait : « les agents trouvent-ils dans le rapport aux objets techniques, dans l’act (...)

33Si cultures matérielles incorporées, techniques de soi et réseau d’actions sur les actions des autres dans lequel s’inscrit le travail scaphandrier ne sont pas pris en compte conjointement, alors la pénibilité s’apparente davantage à une idée (à la fois approximation et intellectualisation) qu’à l’expérience réelle, corporelle, d’une activité professionnelle non dénuée de pouvoir. C’est le corps-en-action-avec-des-objets-dans-un-environnement21 qui est le lieu de prise à la pénibilité telle qu’elle est évoquée par les scaphandriers ou se manifeste chez eux. La culture matérielle agie rentre donc dans les corps et les travaille en retour ; elle n’a pas un caractère d’extériorité et ne saurait être réduite à une dimension strictement instrumentale. Dans l’action sur la matière, les objets sont couplés aux corps pour mieux construire la performance au travail, mais pas uniquement : l’incorporation des objets et le développement des techniques de soi, comme tourner, favorisent la construction de corps scaphandriers productifs et assujettis, entre plaisir, efficacité du geste technique, harnachement et pénibilité, dans un même mouvement. Sans doute, est-ce dans ce double mouvement qu’à la fois s’exprime et se résout un ensemble de tensions que vivent et nourrissent, par leur activité même, les scaphandriers22.

34L’analyse de l’organisation du travail scaphandrier montre finalement un pouvoir distribué, même de façon inéquitable, situé, en train de se faire, passant par les sujets-avec-leurs-objets, ces sujets développant des techniques de soi et agissant sur les actions des autres en occupant des places variables dans le réseau. Le réseau n’est donc pas une entité autonome préconstituée, mais se construit et déconstruit en fonction des relations entre les sujets-avec-leurs-objets qui y prennent place ; en passant par les corps, le pouvoir se transforme tout autant qu’il transforme les sujets.

Haut de page

Bibliographie

Barnier Louis-Marie et Mathieu Bensoussan (2010), « Négocier la pénibilité ? Conditions de travail et reconnaissance chez les hôtesses de l’air et les stewards », Travailler, n° 2, vol. 24, 125-152.

Bayart Jean-François et Jean-Pierre Warnier (dir.) (2004), Matière à politique, Paris, Karthala.

Daniellou François (2012), « L’ergonome et la pénibilité », Actes des Journées de Bordeaux sur la pratique de l’ergonomie.

Davezies Philippe (2006/2010), « Une affaire personnelle ? », dans Thery Laurence (dir.), Le travail intenable, Paris, La Découverte, 150-180.

Duc Marcelle (2002), Le travail en chantier, Toulouse, Octarès.

Faure Sylvia (2000), Apprendre par corps. Socio-anthropologie des techniques de danse, Paris, La Dispute.

Foucault Michel (1975), Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

Foucault Michel (1989), Résumé des cours. 1970-1982, Paris, Julliard.

Ghasarian Christian (2001). Tensions et résistances. Une ethnographie des chantiers en France, Toulouse, Octarès.

Heas Franck (2005), « La définition juridique de la pénibilité au travail », Travail et Emploi, n° 104, 19-27.

Helardot Valentine (2008), « Pour une approche élargie de la pénibilité du travail », La Revue du JST, n° 1.

Hoarau François (2009), « La communauté Emmaüs de Besançon : des sujets et des objets pris dans des réseaux d’actions sur les actions », dans Julien Marie-Pierre et Céline Rosselin (dir.), Le sujet contre les objets… tout contre, Paris, CTHS, 265-289.

Jeanjean Agnès (2009), « Corps en chantier », dans Julien Marie-Pierre et Céline Rosselin (dir.), Le sujet contre les objets… tout contre, Paris, CTHS, 193-220.

Jobert Guy (2014), Exister au travail. Les hommes du nucléaire, Toulouse, Erès.

Jounin Nicolas (2008), Chantier interdit au public, Paris, La Découverte.

Julien Marie-Pierre et Céline Rosselin (2005), La Culture matérielle, Paris, La Découverte.

Julien Marie-Pierre et Céline Rosselin (dir.) (2009), Le sujet contre les objets… tout contre, Paris, CTHS.

Metzer Jean-Luc (2011), « Le changement perpétuel comme source de pénibilité ». [En ligne] https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00786746/document

Nourrit Déborah et Céline Rosselin-Bareille (2017), « Incorporer des objets : Apprendre, se transformer, devenir expert », Socio-Anthropologie, n° 35, 93-110.

Olivier De Sardan Jean-Pierre (2008), La rigueur du qualitatif, Louvain-la-Neuve, Bruylant-Academia.

Rosini Philippe (2012), « L’appel du travail. Technologies et mobilisation subjective d’intérimaires “non-qualifiés” », La Nouvelle Revue du Travail, n° 1. [En ligne] http://journals.openedition.org/nrt/228

Rosini Philippe (2014), « Temporaires en permanence. Une ethnologie du travail intérimaire “non-qualifié” », Thèse de Doctorat sous la dir. d’Agnès Jeanjean, Aix-Marseille 1.

Rosselin Céline (2015), « Scaphandriers non autonomes à l’épreuve des matières. Culture matérielle, sensations et culture motrice », dans SCHIRRER Mary (dir.) S’immerger en apnée : cultures motrices et symboliques aquatiques, Paris, L’Harmattan, coll. « Mouvements des savoirs », 105-120.

Rosselin Céline, LALO Elodie et Déborah NOURRIT (2015), « Prendre, apprendre et comprendre. Mains et matières à travailler chez les scaphandriers », ethnographiques.org [En ligne], La part de la main, n° 31, Consulté le 20 mars 2018. URL : http://www.ethnographiques.org/2015/Rosselin-Lalo-Nourrit

Sennett Richard (2010), Ce que sait la main. La culture de l’artisanat, Paris, Albin Michel.

Volkoff Serge (2015), « Les autres “pénibilités”. Fragilisation de la santé, et vécu du travail en fin de vie active », Retraite et société. Pénibilité : un compte à rendre ?, n° 3/72, 87-101.

Warnier Jean-Pierre (1999), Construire la culture matérielle. L’homme qui pensait avec ses doigts, Paris, PUF.

Warnier Jean-Pierre (2009), Régner au Cameroun. Le Roi-Pot, Paris, Karthala.

Haut de page

Notes

1 Les dix facteurs de risques professionnels relevant de la responsabilité des employeurs pour déterminer l’exposition de leurs employés aux conditions de pénibilité du travail sont « liés à des contraintes physiques marquées, à un environnement physique agressif ou à certains rythmes de travail » : les manutentions manuelles de charges, les postures pénibles (positions forcées des articulations), les vibrations mécaniques, les agents chimiques dangereux, les activités exercées en milieu hyperbare, les températures extrêmes, le bruit, le travail de nuit, le travail en équipes successives alternantes, le travail répétitif. (https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000023032092&cidTexte=LEGITEXT000006072050)

2 À ces matériaux s’ajoute la lecture de blogs ou de sites tenus par des scaphandriers toujours en activité ou à la retraite.

3 Cette ordonnance est « relative à la prévention et à la prise en compte des effets de l’exposition à certains facteurs de risques professionnels et au compte professionnel de prévention », et devait, dans son intitulé, supprimer le terme de pénibilité jugé trop pessimiste par l’exécutif.

4 Par étayage, Warnier (2009, 31) entend « le phénomène selon lequel la plupart de nos gestes sont appuyés sur, et configurés par des objets et des matières que nous manipulons ».

5 Ce décalage rappelle là où « une microphysique du pouvoir que les appareils et les institutions mettent en jeu, mais dont le champ de validité se place en quelque sorte entre ces grands fonctionnements et les corps eux-mêmes avec leur matérialité et leurs forces » Foucault (1975, 34-35) peut s’exercer.

6 Ce passage s’achève par : « les horaires peuvent être aménagés en fonction des conditions climatiques, des marées et des contraintes du site ».

7 Pour les accidents ayant lieu sur les chantiers, voir la note 23.

8 T. (CDI, 10 ans de métier) a aménagé son camion et, en l’installant dans le périmètre du chantier, participe à sa surveillance nocturne.

9 Conserver sa place au sein de la famille est un souci partagé par les scaphandriers : « il faut t’habituer à l’idée de trouver un autre homme dans ton lit », rit un scaphandrier ; « pour la grossesse, je n’étais pas là ; pour l’accouchement je n’étais pas là… », se rappelle un autre.

10 Jeanjean (2009) avait établi le même constat sur l’intervention des égoutiers dans l’espace public.

11 Voir Foucault (1975, 35) s’intéressant moins à la possession du pouvoir qu’à son exercice.

12 « C’est-à-dire des procédures, comme il en existe sans doute dans toute civilisation, qui sont proposées ou prescrites aux individus pour fixer leur identité, la maintenir ou la transformer en fonction d’un certain nombre de fins et cela grâce à des rapports de maîtrise de soi sur soi ou de connaissance de soi par soi » (Foucault, 1989, 134).

13 Il est impossible ici de décrire l’ensemble de ces tensions qui font et défont les corps scaphandriers.

14 C’est l’argument que les partisans du titre professionnel ont présenté pour le justifier : « on a démontré que c’était un métier stratégique pour la France. » (E.)

15 Les liens entre incorporation des objets, expertise et plaisir au travail ont été analysés dans Nourrit et Rosselin-Bareille (2017).

16 Ailleurs, A., stagiaire, est en train de travailler au fond et commente « je me demande si… » Il est interrompu par le formateur qui lui dit, grâce au poste de communication, en riant : « L’opérateur ne pense pas. Il réfléchit et il agit. »

17 Sept Jours à Brest, « DCNS. Scaphandrier, l’homme à tout faire des fonds marins », 23 octobre 2013.

18 Arrêté du 13 février 2014 relatif au titre professionnel de scaphandrier travaux publics : « Les conditions environnementales peuvent être difficiles et hostiles : courants, froid, visibilité faible ou nulle, faune et flore dangereuse, fluide à densité différente de 1, risques chimiques, bactériologiques et nucléaires. »

19 En 2007, le mensuel de la prévention et des risques professionnels Travail et Sécurité s’alarmait du niveau de dangerosité du métier en titrant « 1 scaphandrier tué tous les deux ans ». Il n’existe pas à ce jour de véritable source permettant de comptabiliser fidèlement les accidents (les accidents non mortels et les incidents sont très rarement déclarés). Un document, rédigé par un ancien scaphandrier – ce qui est en soi digne d’intérêt pour comprendre la profession – (voir Francis Hermans (2016), « Étude et analyse des accidents mortels dans le secteur de la plongée commerciale »), permet toutefois de s’en faire une idée : le nombre d’accidents mortels recensés pour les interventions en travaux publics à travers le monde est de 298 entre 1975 et 2014. Pour l’année 2018, en France, cinq accidents graves ont eu lieu : trois scaphandriers sont morts, un est encore dans le coma en janvier 2019. Sont évoqués, pour ce nombre d’accidents graves ou mortels exceptionnellement élevé, un « défaut de professionnalisation » ou un problème de « réglementation », selon la place des interlocuteurs dans le réseau.

20 https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000028652651&categorieLien=id

21 Environnement regroupe ici les milieux dans lesquels ont lieu les interventions et le réseau d’actions.

22 Jobert s’interrogeait : « les agents trouvent-ils dans le rapport aux objets techniques, dans l’activité proprement dite et dans les rapports sociaux qui se nouent autour d’elle, des ressources de subjectivation et de réalisation personnelle qui viendraient compenser le déséquilibre structurel de la relation salariale ? » (2014, 195) Même si mon propos ne pose pas la question dans les mêmes termes, le processus de construction d’un scaphandrier toujours en devenir (qui donc continue d’exercer dans le métier) prend effectivement place dans cette articulation entre techniques d’objets, techniques de soi et actions sur les actions des autres comme technologie du pouvoir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Rosselin-Bareille, « « Tourner » », La nouvelle revue du travail [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 07 mai 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nrt/4622 ; DOI : 10.4000/nrt.4622

Haut de page

Auteur

Céline Rosselin-Bareille

Université d’Orléans et université Paris 1 – CETCOPRA

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals