Navigation – Plan du site
Controverses

Travail et émancipation

Work and emancipation
Trabajo y emancipación
Lionel Jacquot, Jean-Luc Metzger, Daniel Bachet, Marie-Christine Bureau, Hervé Defalvard et Claude Didry

Résumés

La centralité du thème des rapports entre travail et émancipation dans l’œuvre de Karl Marx a nourri et imprimé sa marque à la sociologie du travail. Mais la question de l’émancipation a ensuite été occultée jusqu’à une période récente, délaissée à la mesure de l’engourdissement de la critique. Quant aux recherches conduites dans une perspective de sociologie critique du travail, elles ont surtout cherché à mettre au jour les nouvelles formes d’aliénation et/ou d’exploitation, en oubliant de traiter de manière aussi systématique les pensées et pratiques de l’émancipation. La controverse « Travail et émancipation » propose de faire discuter des perspectives d’« émancipation laborale » qui, bien que toutes tournées vers une remise en cause de l’organisation capitaliste du travail, tracent des voies différentes pour y parvenir.

Haut de page

Texte intégral

1Antoine Artous (2003) a montré la centralité, dans l’œuvre de Karl Marx, du thème des rapports entre travail et émancipation. Ce thème a nourri et imprimé sa marque à la « première » sociologie du travail, dans le prolongement des analyses de Georges Friedmann et Pierre Naville. Mais la question de l’émancipation a ensuite été occultée jusqu’à une période récente, peut-être délaissée à la mesure de l’« engourdissement de la critique » observé, dès les années 1960, par Herbert Marcuse (1968). Quant aux recherches conduites dans une perspective de sociologie critique du travail, elles ont surtout cherché à identifier les nouvelles formes d’aliénation et/ou d’exploitation, en oubliant de traiter de manière aussi systématique les pensées et pratiques de l’émancipation.

2Pourtant, depuis maintenant plus d’une décennie, la question et le concept de l’émancipation sont réinvestis à l’aune des mutations de la « société salariale ». Les nouvelles perspectives partagent l’acception marxienne pour qui l’émancipation est nécessairement l’acte par lequel des hommes libres se libèrent du pouvoir exercé par d’autres sur eux (Dardot & Laval, 2012). Elles renouent ainsi avec l’adresse inaugurale de l’Association internationale des travailleurs rédigée par Karl Marx : « l’émancipation des travailleurs doit être l’œuvre des travailleurs eux-mêmes ». Aussi, doit-elle être pensée comme désaliénation, comme procès de réappropriation par les individus de leurs forces sociales aliénées. Elle passe, dans la vision marxienne, à la fois par une remise en cause de l’organisation capitaliste du travail et par une réduction massive du temps de travail (Artous, 2003). Il s’agit donc de libérer le travail et, simultanément, de se libérer du travail.

3Mais, pour tendre vers cette désaliénation, les pensées et les pratiques de l’émancipation ont évolué à la mesure du mouvement de redéploiement du capitalisme : elles sont aujourd’hui plurielles. La controverse « Travail et émancipation » propose de faire discuter des perspectives d’« émancipation laborale », qui, bien que toutes tournées vers une remise en cause de l’organisation capitaliste du travail, tracent des voies différentes pour y parvenir. Elle en a retenu quatre :

  • celle de Daniel Bachet, professeur de sociologie à l’université d’Évry, pour qui l’émancipation passe par une refondation de l’entreprise. Son travail porte sur les pratiques alternatives de gestion et la construction d’une comptabilité qui ne viserait plus un optimum financier, mais s’inscrirait dans la recherche d’un optimum économique et social global, susceptible de valoriser le travail et l’emploi ;
  • celle de Marie-Christine Bureau, chargée de recherche au CNRS, pour qui l’émancipation se nourrit des utopies concrètes où s’élaborerait une nouvelle grammaire du travail. Ses recherches sur les formes émergentes de coopération et sur les tiers lieux de fabrication tracent le chemin d’un au-delà du salariat, où s’inventeraient de nouvelles manières de produire et de travailler ;
  • celle d’Hervé Defalvard, professeur d’économie à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée, pour qui l’émancipation s’inspire des expériences de l’économie sociale et solidaire. Celles-ci pourraient être le support d’une forme politique générale du commun, posée comme alternative au néolibéralisme ;
  • celle de Claude Didry, directeur de recherche au CNRS, pour qui l’émancipation passe par l’invention de nouvelles institutions du salariat, notamment, le prolongement du droit du travail par « une sécurité sociale industrielle ».

4Pour que ces différentes perspectives se confrontent, un premier ensemble de questions, organisées autour de quatre blocs, a été posé aux auteur·e·s participant à la controverse (voir l’encadré ci-dessous).

Questions

(1) La question de l’émancipation laborale : libérer le travail ou se libérer du travail ?

• Dans votre travail de chercheur/chercheuse, quelle place tient la question de l’émancipation ?
• Quelle définition et/ou quelles positions adoptez-vous sur la question de l’émancipation sociale en général, et sur les rapports entre travail et émancipation, en particulier ?
• S’agit-il de s’émanciper par une autre organisation du monde du travail (dans ce cas, le travail demeure l’activité au cœur de la socialisation, génératrice d’identité et de sens) ou de s’émanciper du travail, de la société du travail, par exemple, par une réduction massive du temps de travail à l’échelle de l’existence (vision que portait déjà André Gorz) ?
• L’émancipation du travail peut-elle être une émancipation à l’égard du travail ou ce dernier reste-t-il un lieu central où s’éprouve la lutte pour l’émancipation ?

(2) Sur quelle critique du monde existant votre réflexion sur l’émancipation repose-t-elle ?

• Quelles sont les perspectives théoriques, disciplinaires mobilisées pour construire votre réflexion sur l’émancipation ?
• De quelle grammaire descriptive de la domination votre analyse est-elle partie, si tant est que vous vous reconnaissiez dans l’usage de la catégorie de domination ? Quelle en a été le point d’ancrage critique (critique du capitalisme, du néolibéralisme, de l’État, de l’entreprise, etc.) ?
• Sur quels constats initiaux, quels diagnostics de la « société salariale », vous êtes-vous basé·e pour proposer vos propres « solutions » ?
• Quels sont les mouvements, les alternatives, les expérimentations, les luttes, les dynamiques, les institutions, etc. porteurs d’émancipation que vous avez observés et qui ont été sources d’inspirations ?
• S’agissait-il pour vous de scruter l’émancipation dans le mouvement réel du capitalisme ou de l’imaginer dans un horizon post-capitaliste faisant table rase des institutions existantes ? Faut-il bâtir sur un « déjà-là » émancipateur ou assumer pleinement une démarche utopique visant un champ des possibles pas « encore-là » ?

(3) Pensées et pratiques de l’émancipation : quelles perspectives pour sortir du capital ?

• Vos perspectives convergent pour sortir de l’emprise du capital, mais divergent en partie sur la manière de procéder, pouvez-vous présenter chacun·e votre pensée de l’émancipation ?

(4) L’émancipation en acte, l’émancipation en puissance

• Dans quelles expériences historiques, quelles formes sociales anciennes recelant une potentialité émancipatrice, votre pensée puise-t-elle ? De quelles pratiques avancées tirez-vous des leçons ? Comment poursuivre les dynamiques porteuses d’émancipation ?
• Quelles luttes politiques, juridiques, économiques et sociales faut-il à votre sens mener pour l’émancipation des travailleurs et, plus généralement, des individus ?
• Si vos suggestions pour faciliter l’émancipation s’appuient sur des expérimentations plus ou moins prometteuses, mais forcément localisées, comment voyez-vous l’éventuelle extension à l’ensemble de la société de ces manifestations empiriques ? Quels en seraient les promoteurs, les porteurs, les acteurs, etc. ? Comment les puissances émancipatrices pourraient-elles s’affirmer contre les puissances aliénantes ?
• Selon quelles stratégies s’imposerait votre modèle d’émancipation (politique au sens de la représentation parlementaire, etc.) ? Comment envisagez-vous de contourner les résistances qui ne manqueraient pas de surgir contre la réalisation de l’utopie émancipatoire ?

  • 1 Bouffartigue P., Monchatre S., Mondon-Navazo M., D’Amours M., Cingolani P., Giannini M., Ramaux C. (...)

5Cette controverse n’est pas sans lien avec celle du numéro précédent sur le déclin du salariat1 où tout à la fois s’exerce le rapport d’exploitation capitaliste et où s’éprouve aussi la lutte pour l’émancipation du travail. Une lutte qui, selon les perspectives d’« émancipation laborale » soutenues, se jouerait dans le salariat – à partir d’un « déjà-là » révolutionnaire –, ou, dans un « au-delà » qui est en train de se dessiner, voire à partir de son « en dehors ». Une lutte ou faut-il plutôt dire des luttes qui, bien que différentes, convergent dans la construction de « communs ».

La NRT (Lionel Jacquot & Jean-Luc Metzger) : La question de l’émancipation laborale –  libérer le travail ou se libérer du travail ?

Daniel Bachet : La question de l’émancipation du travail et/ou dans le travail est de toute première importance, mais elle ne définit pas, à elle seule, le principe de ce qui est souhaitable, désirable ou meilleur. S’émanciper sur un mode individuel, c’est d’abord s’arracher à un état de passivité et de dépendance. Sur un registre plus collectif, il est impératif de préciser les règles, les structures et les institutions qui permettront de s’affranchir des états de dépendance et de domination dans le monde social.

Il s’agit de se déprendre de l’actuelle asymétrie des pouvoirs qui est fondée, à la fois sur le droit issu de la propriété et sur un « rapport de subordination » dans l’entreprise privée ou, plus généralement, sur un rapport d’autorité ou de commandement hiérarchique sans véritables contrepouvoirs dans les organisations.

Selon nous, le thème de l’émancipation n’a pas d’intérêt en soi. Le terme est souvent un mot valise ou un simple attracteur idéologique. Pour lui donner tout son sens et toute sa portée, il faut que les conditions économiques, sociales et politiques de sa possibilité effective d’existence soient précisées. De plus, la question de l’émancipation est multidimensionnelle et contient une dimension morale. Nous ne la traiterons qu’à partir de la refondation de la manière de produire et de redistribuer les richesses ou encore des manières de voir l’entreprise et le travail à travers des outils comptables renouvelés. Une nouvelle manière de produire, sobre, économe en énergie et respectueuse de la nature, est le socle d’un pouvoir d’agir social qui engage la capacité collective des individus à s’auto-organiser démocratiquement et à contrôler efficacement la production et la distribution des biens et des services.

Dans le cadre du capitalisme, le « travail concret » semble très éloigné des produits que l’on acquiert mais aussi de ceux que l’on fabrique. Ce travail n’est pas déterminé par la production des biens et des services, mais par la production de valeur sous la forme de profits monétaires et financiers. Le travail est directement sous contrôle du capital qui l’a enrôlé pour produire une valeur abstraite. Les deux raisons essentielles qui sont à l’origine de cette domination du travail par le capital sont liées à la puissance des droits issus de la propriété et à une conception unilatérale de l’entreprise.

Depuis l’origine du capitalisme, « l’entreprise » comme structure productive dont l’objectif est de produire des biens et des services n’est pas appréhendée comme une catégorie distincte du « travail » et du « capital ». Elle n’existe pas comme unité autonome, car sa finalité – la recherche du profit – et son objet social – l’intérêt commun des associés qui est le profit – lui ont été assignés par les seuls détenteurs de capitaux. Elle est d’abord considérée comme un « bien » ou un « outil » appartenant à ses propriétaires et reste confondue avec la « société » (entité juridique).

Quant au travail, s’il est une marchandise dans le cadre du capitalisme, il est intimement lié à « l’Homme » (au sens générique) ou à l’individu salarié qui, depuis l’abolition de l’esclavage, ne peut être vendu ou acheté. Cette contradiction logique n’est maîtrisée ni philosophiquement ni juridiquement. Le droit ne s’intéresse au travail que pour en réglementer l’usage et l’échange, sans le définir, le classifier et l’analyser avant de le réglementer.

De son côté, puisque le « profit » est supposé être la finalité « naturelle » assignée à l’entreprise, l’objectif de production de biens et de services en vue de satisfaire des besoins sociaux finit par être oublié ou par passer au second plan.

Cette conception de la finalité de l’entreprise produit de multiples conséquences. L’une d’elles consiste à penser que seul le « droit de propriété » est le fondement légitime des règles du jeu politique, économique et social actuel.

Dès le stade de la manufacture, les détenteurs de capitaux à la recherche de profit transforment le travail concret – produire tel ou tel bien et/ou service dans le monde physique – en un travail abstrait, standardisé, parcellisé, débarrassé des caractéristiques particulières, dépossédant les travailleurs d’une partie de leur pouvoir d’agir. Il faut donc retrouver le « travail vivant » comme capacité de produire, mais également comme pouvoir d’agir et de contrôle de l’activité de chacun. C’est sur cette base que les travailleurs peuvent exercer un pouvoir politique sur les institutions, et ainsi faire exister et institutionnaliser le « travail concret ».

Mais le salariat organisé ne pourra reprendre la main sur les finalités et le contrôle du travail, directement à partir de cette activité salariée, aussi concrète et vivante soit-elle. Car on ne peut comprendre le travail à partir du seul travail et on ne pourra pas faire référence à la notion « d’émancipation » dans le travail si l’on reste cloisonné à ce niveau très localisé de l’activité productive. En effet, le travail n’est pas dissociable du rapport salarial, du système socioproductif et des rapports marchands qui l’encadrent. Dès lors, pour qu’il y ait émancipation, le travail doit s’inscrire dans des structures et des formes institutionnelles qui permettent d’en questionner les finalités.

Autrement dit, la question de savoir s’il faut libérer le travail ou se libérer du travail est indissociable de la refondation des institutions du capitalisme, du rapport monétaire et financier et surtout du rapport capital/travail qui structure l’ensemble des rapports sociaux. Ce qui conduit par conséquent à proposer un projet politique, économique et social dont l’objectif est de dépasser l’exercice du pouvoir conféré par les droits issus de la propriété. La suite logique est de ne plus raisonner en termes de « propriété » mais de « pouvoir » afin de remettre en question les rapports de subordination et de soumission dans le travail et de faire en sorte que les « producteurs associés » deviennent collectivement responsables de leur destin commun.

Marie-Christine Bureau : Lors de travaux antérieurs sur les politiques et les pratiques d’insertion, j’avais croisé la question de l’émancipation de façon assez inattendue, en observant la construction d’un monde social autour de la danse hip-hop dans les années 1990 en France : soutenu par des militants de l’action culturelle, le mouvement hip-hop offrait en effet une alternative émancipatrice à des jeunes sans diplôme, qui se voyaient proposer des perspectives limitées par les dispositifs d’insertion professionnelle de l’époque (Bureau, Nivolle & Shapiro, 2005). Cette question est devenue de plus en plus centrale dans ma réflexion, lorsque j’ai commencé à mener l’enquête avec Antonella Corsani sur des pratiques de travail et d’emploi aux frontières du salariat. En effet, si l’existence d’un lien de subordination a été retenue, depuis les années 1930, comme critère majeur pour la qualification d’un contrat de travail en droit français, conditionnant l’accès aux protections salariales, il existe de longue date un certain nombre d’exceptions, construites au fil des négociations et entérinées par le Code du travail : ainsi, les intermittents du spectacle et les pigistes sont-ils d’emblée présumés salariés. Dans ce cas, l’accès aux droits sociaux du salariat est détaché du lien de subordination (Bureau & Corsani, 2012). Au tournant du siècle, le juriste Alain Supiot dresse le constat, au-delà de ces exceptions, d’un mouvement global de déliaison entre l’autonomie dans le travail et l’indépendance au sens juridique du terme : « Le travailleur salarié n’est plus nécessairement un simple rouage dépourvu d’initiative dans une organisation fortement hiérarchisée. Et le travailleur indépendant n’est plus nécessairement un entrepreneur libre d’œuvrer comme bon lui semble. Le travail salarié fait place à ce qu’on peut appeler l’autonomie dans la subordination, tandis que réciproquement le travail non salarié s’est ouvert à ce qu’on peut appeler l’allégeance dans l’indépendance. » (Supiot, 2000, 133) Le groupe d’experts réuni autour du juriste recommande alors d’étendre la protection du travailleur au-delà du lien de subordination.

  • 2 Auquel ont participé Manola Antonioli, Isabelle Berrebi-Hoffmann, Marie-Christine Bureau, Vincent G (...)

Si ces recommandations n’ont pas été immédiatement suivies d’effet, l’histoire des coopératives d’activité et d’emploi (CAE) à laquelle nous nous sommes alors intéressées témoigne du travail de la société sur elle-même pour faire évoluer les institutions, lorsque celles-ci ne sont plus adéquates aux pratiques. En vingt ans, les acteurs des CAE sont ainsi parvenus à faire entrer dans le Code du travail une notion paradoxale, en forme d’oxymore : l’entrepreneur-salarié, autonome dans son activité, mais assimilé salarié et protégé à ce titre par les institutions du salariat. A contrario, dans les tiers lieux de fabrication, hackerspaces, fablabs et autres ateliers ouverts, observés dans le cadre d’un programme collectif de recherche2 et qui se sont multipliés à partir des années 2010, des personnes, dont les statuts sont par ailleurs variés au regard de l’emploi, se donnent les moyens d’un travail autonome, individuel ou collectif, en dehors de la relation salariale (Berrebi-Hoffmann, Bureau & Lallement, 2018). Dans quelle mesure ces différentes initiatives émanant de la société civile ouvrent-elles des voies d’émancipation du travail ? Cette question mérite d’autant plus d’être posée que la sociologie du travail s’est jusqu’alors davantage intéressée à l’autonomie dans le travail qu’à l’autonomie du travail (Lallement, 2015).

Antonella Corsani (2018) souligne la persistance de deux grands courants de pensée critique du travail. Pour le premier, incarné en particulier par André Gorz (1988), le travail en régime capitaliste est nécessairement hétéronome, du fait que ses finalités sont déterminées par des volontés extérieures, et ce, même si le travailleur dispose d’une certaine maitrise sur l’organisation de son temps et les modalités d’exécution du travail. S’émanciper, c’est donc nécessairement se libérer du travail. Pour le deuxième courant, défendu entre autres par Bruno Trentin (2012), c’est en revanche au sein de la sphère de la production qu’il s’agit de conquérir des espaces d’autonomie. Si l’on considère que, dans une économie capitaliste, la sphère de la production et celle de la reproduction sont liées de manière inextricable, il n’y a pas d’émancipation possible qui ne mette en jeu le travail : il ne s’agit donc pas de se libérer du travail mais de libérer le travail, en faisant reconnaître les droits des travailleurs à co-déterminer la quantité, la qualité et même les finalités de leur prestation. L’opposition, essentiellement théorique et politique, entre ces deux courants, constitue plutôt un frein pour comprendre ce qui se joue dans les mutations actuelles. Les déplacements et l’incertitude sur les frontières du travail – ou plutôt ce que l’on entend par travail – comme la porosité qui caractérise les frontières des organisations, obligent à redéfinir les termes du débat. S’occuper d’un proche handicapé, réparer un appareil électronique ou concevoir une prothèse de main dans un atelier partagé, écrire une page Wikipédia, est-ce travailler ? De plus, comme le montre l’expérience des makers, ce qui s’invente hors les murs de l’entreprise en matière de coopération de travail ne laisse pas les grandes organisations indifférentes, au risque d’ailleurs d’une instrumentalisation de ces utopies concrètes par les idéologies managériales. Les modèles d’organisation horizontale (holacratie, do-ocratie, sociocratie, etc.) circulent assez largement, se jouant parfois des clivages idéologiques qui segmentent les milieux professionnels et/ou militants (Berrebi-Hoffmann, 2012).

Comme le rappelle Reinhardt Koselleck (2002), l’émancipation a, historiquement, une double face : l’acte légal par lequel la personne émancipée se voit conférer des droits, mais aussi le processus par lequel elle se libère d’une domination subie. En nous inscrivant dans cette perspective, nous considérons que l’émancipation du travail porte, aujourd’hui : d’une part, sur l’accès aux droits (acte légal) ; et d’autre part, sur la quête individuelle et collective d’autonomie (processus de libération) qui, par définition, ne peut être que le fait du sujet lui-même.

Hervé Defalvard : Dans mon travail d’enseignant-chercheur, la question de l’émancipation intervient d’abord au niveau de mes cours sur l’économie sociale et solidaire (ESS). Celle-ci émerge au début du xixe siècle, à l’époque dite des « socialistes utopiques », avec Robert Owen en Angleterre ou Charles Fourier en France. Elle s’inscrit dans une double réaction au capitalisme libéral naissant et à son régime d’exploitation qui transforme le travail en pauvreté laborieuse : d’une part, la réparation, d’autre part, l’émancipation. Ainsi, à New Lanarck, dans sa filature, Robert Owen construit des logements salubres dotés de jardins pour ses ouvriers. Puis, dans sa nouvelle philosophie de la New Harmony, il trace un programme politique avec de nouvelles structures économiques basées sur l’autogestion. Owen passe de l’acception traditionnelle de l’émancipation comme affranchissement, à l’acception marxienne selon laquelle « l’émancipation des travailleurs doit être l’œuvre des travailleurs eux-mêmes ».

Ce binôme « réparation, émancipation » constitue, depuis, le fil conducteur de l’ESS. Ainsi, les Restos du cœur représentent les associations de solidarité du côté de la réparation, alors qu’une coopérative d’activité et d’emploi (CAE) comme Coopaname se tient du côté de l’émancipation. D’autres, comme les communautés Emmaüs se tiennent sur les deux registres de la réparation et de l’émancipation. Remarquons ici que les organisations de l’ESS qui portent une dynamique d’émancipation le font à travers une réinvention du travail.

Mes travaux de recherche sur l’ESS comme source d’émancipation sociale, s’inspirent de Karl Marx, dont la position sur l’ESS comme alternative offre des leçons toujours actuelles (Defalvard, 2013). Plus exactement, Karl Marx considère que le développement des coopératives de production constitue le moyen du dépassement du système capitaliste, à la condition qu’elles participent d’un projet politique révolutionnaire, comme ce fut le cas lors de la Commune de Paris. Marx envisage en effet le travail dans l’ensemble des rapports sociaux qui ne se situent pas au niveau d’une entreprise, mais d’un système social global ou d’une économie politique. Dans cette perspective, seule la classe ouvrière, dans son projet révolutionnaire, porte une émancipation à travers de nouveaux rapports sociaux de production pour l’ensemble de la société. Notre recherche propose une actualisation de la position de Karl Marx, en faisant du territoire, plus précisément, des communs de territoire le nouvel acteur collectif du dépassement du capitalisme. Nous reviendrons à la fin de notre propos sur cette hypothèse de recherche.

À travers le système coopératif planifié que Karl Marx esquisse dans le livre I du Capital, la division du travail est organisée pour répondre à la satisfaction des besoins au niveau de la « société coopérative » ou de « la société communiste », expressions que l’auteur utilise comme synonymes. Les gains de productivité, issus de l’accumulation du capital, sont dès lors utilisés à satisfaire les besoins. Que le besoin de temps libre soit parmi les besoins fondamentaux et les gains de productivité seront alors utilisés pour réduire le temps de travail. La dérive du communisme vers une planification étatique plutôt que coopérative, redoutée par Jaurès (Defalvard & Fretel, 2017), avec un État socialiste pris dans la compétition avec l’État capitaliste américain, explique que les gains de productivité aient servi, à travers un culte du travail, à tout autre chose qu’à satisfaire les besoins des membres d’une société coopérative.

D’autres doctrines peuvent être revisitées avec utilité. Notamment, le mutuellisme de Proudhon et le coopératisme de Charles Gide (Defalvard, 2015, 49-51). Lorsque Proudhon applique au travail son système d’échanges mutuels, basé sur des droits et des devoirs réciproques, il montre la centralité de la question de la valeur du travail. Prenant l’exemple d’un homme riche qui voudrait l’employer pour des travaux domestiques, Proudhon se dit prêt à accepter cet emploi, à la condition que cet homme lui donne en paiement la moitié de sa fortune. Il dévoile ainsi, derrière la question de la valeur du travail, les rapports sociaux qu’elle exprime et qui, dans l’exemple qu’il prend, sont ceux d’une aristocratie que le capitalisme n’a cessé de perpétuer. L’émancipation du néolibéralisme doit mettre au premier plan la question de la valeur du travail, en débarrassant celle-ci de ce que Proudhon appelle « les non-valeurs » qui tiennent au rang (social, scolaire, etc.) des personnes.

Le coopératisme de Charles Gide apporte une autre leçon par défaut. En effet, cette doctrine fait de la coopérative de consommation le cheval de Troie du dépassement du capitalisme : d’une part, par la suppression des intermédiaires ; et, d’autre part, parce qu’elle concerne tous les citoyens comme consommateurs (et non pas une classe contre une autre). En privant de clients les entreprises capitalistes, elle assèche le capitalisme et opère une révolution en douceur. La leçon par défaut que nous livre le coopératisme de Charles Gide est qu’en laissant dans un angle mort la question de la production et du travail, ce mouvement se prive de tout débouché alternatif au niveau global.

Claude Didry : Dans mes recherches sur le droit du travail et les relations professionnelles, je suis attentif à la capacité d’action que les acteurs tirent du droit, tant dans leur activité professionnelle, que dans les mobilisations et les négociations collectives. Mais je rencontre également la relation entre travail et émancipation à travers ma participation à un groupe de chercheurs et de syndicalistes ayant pris cette relation comme objet de réflexion.

L’émancipation est l’acte juridique par lequel « un mineur est affranchi de l’autorité parentale ou de la tutelle » (selon le Robert) et permet d’accéder à la « capacité » liée à la majorité. Elle a donc à voir avec le droit et la reconnaissance d’une liberté d’action aux individus.

Le travail se présente pour moi comme une source d’émancipation, quand il est reconnu par le droit comme l’activité d’un individu, ce qui permet notamment à ce dernier de s’affranchir de la tutelle familiale, de sortir du conformisme qui est associé aux différentes formes de « société traditionnelle » (patriarcat familial, voisinage, localisme rural, paternalisme).

Le développement de l’activité féminine, que l’on constate en France depuis les années 1960, fournit un bon raccourci de cette dynamique, sur la base d’un engagement des femmes déjà important dans le travail. Il ne se réduit pas à la simple recherche de ressources supplémentaires pour les ménages, mais porte en lui une dimension d’émancipation des femmes à l’égard de la tutelle masculine.

Le monde du travail, tel que l’institue le droit du travail, me paraît comporter une dimension émancipatrice spécifique sous plusieurs formes. La première est celle de la reconnaissance ou de l’institution du travail, par rapport à une situation d’encastrement des activités productives marchandes dans des univers familiaux, encastrement qui surajoute la tutelle patriarcale à la dépendance économique du capitalisme.

La deuxième forme d’émancipation qui peut se faire jour dans le travail est constituée par la coopération des travailleurs que suppose le travail, en contribuant à mettre les travailleurs en relation avec d’autres travailleurs au-delà de leur sphère familiale, de leur voisinage, de leur pays.

La troisième forme d’émancipation correspond à la reconnaissance de la collectivité de travail qui se constitue à partir du contrat de travail, en intégrant les travailleurs individuels dans des groupes de production et de revendication. Cela rend possible la discussion et la négociation avec les employeurs, de l’organisation et de l’avenir du travail par les représentants syndicaux et élus du personnel.

La quatrième forme d’émancipation tient à la régularité du revenu tiré du travail, qui permet aux individus disposant de ce revenu de peser dans leur sphère familiale, de se projeter dans l’avenir, de planifier leurs consommations ou de se loger (Bourdieu, 1977).

Parler d’émancipation à l’égard de la société du travail suppose qu’il existerait quelque chose comme une « société du travail ». Or la société actuelle est une société capitaliste qui se caractérise par la propriété privée du capital et donc la tutelle des dynasties capitalistes. En ce sens, la « société du travail » constituerait plutôt un horizon d’émancipation à l’égard d’une société d’« héritiers » d’un patrimoine tant économique, que culturel et social.

Mais la dimension émancipatrice du travail est menacée par la contamination de la totalité de l’existence par le travail, ce qui revient à reconstituer un univers aussi étouffant pour le travailleur que celui de la société traditionnelle. Dans le Capital, Karl Marx ([1867] 2016) décrit un engagement illimité des ouvriers dans leur activité, ce qui les mène à un épuisement mortel. Cela tient à ce que la « journée de travail », dans le cadre d’une rémunération à la tâche, remet en cause la différence entre le jour et la nuit, le repos et les repas. La limitation de la durée du travail – la reconnaissance d’un droit au repos, aux repas, aux congés payés, à la retraite – représente donc une indispensable émancipation à l’égard d’un travail étouffant, mais qui devient ainsi émancipateur. Le travail est donc un lieu central dans la lutte pour l’émancipation, en fournissant la base d’une capacité d’intervention économique et politique des travailleurs.

La NRT : Sur quelle critique du monde existant votre réflexion sur l’émancipation repose-t-elle ?

Daniel Bachet : Les approches théoriques que nous avons mobilisées s’appuient sur les courants de l’analyse structurale (Marx, Durkheim, Elias, Bourdieu, etc.). Le social est fait de règles, de structures, d’institutions et de rapports sociaux. Dès lors, les agents et les collectifs se comportent le plus souvent comme les règles du jeu et les rapports sociaux les y autorisent, même si des critiques, des résistances et des transgressions sont souvent présentes. Les rapports de domination et d’exploitation sont consubstantiels au capitalisme, même s’ils n’apparaissent pas comme tels à travers le discours apaisé et euphémisé du néolibéralisme économique et du management.

L’enjeu est de mettre au jour les principes explicatifs des formes de domination qui engendrent les inégalités, les dominations, les dépossessions et les hiérarchies sociales, puis de trouver les moyens de les remettre en question, afin d’ouvrir des perspectives pour la pensée et pour l’action.

Les rapports sociaux fondamentaux (rapport salarial, rapports marchands et financiers, droits de propriété, etc.) sont ceux qui structurent le système social, économique et politique à l’époque moderne. Ce sont donc ceux-ci en priorité qu’il faut analyser pour en montrer les limites et envisager d’autres configurations plus émancipatrices.

Toute volonté d’émancipation pour libérer le travail, voire pour se libérer du travail, suppose d’opérer un détour par le rapport salarial (rapport capital/travail) et par l’entreprise, c’est-à-dire par les cadres économiques, politiques et sociaux qui donnent sens et finalités aux activités professionnelles des agents. On ne peut comprendre le travail qu’à partir de pratiques, d’opérations ou de missions contextualisées au sein de structures productives et institutionnelles préalablement identifiées.

Ainsi, une autre manière de produire, plus affranchie de sa forme privative actuelle, passe par la refondation de l’entreprise, entité cardinale du capitalisme, dont l’objectif devrait être de produire et de vendre des biens et des services, en vue de répondre à des besoins sociaux et non de rechercher avant tout le « profit », qui n’est qu’un solde ou un résultat.

La pensée marxiste (ou marxienne) a eu l’immense mérite, à la suite de Karl Marx, d’insister sur la contrainte de vente par le salarié de sa force de travail. C’est l’existence d’un rapport social spécifique qui confère au salarié sa position de non-sujet politique (avec un « contrat de subordination »).

Néanmoins, cette pensée est restée prisonnière du binôme capital/travail. Ce rapport binaire situe l’affrontement dans un face-à-face offensif, parfois violent et en tout cas incertain, où le capital rétrocède des gains de productivité aux salariés (période fordienne), sous la poussée des revendications salariales, mais où il peut continuer à conserver sa puissance et ses prérogatives tout en laminant les conquêtes sociales antérieures (période néolibérale actuelle).

Si la lutte des classes reste circonscrite à ce seul rapport, elle n’aura pas pour conséquence de permettre un dépassement des formes actuelles de domination et d’exploitation, puisqu’elle présuppose, dans son immédiateté, la reproduction sans fin de ce rapport. Il faut donc aller au-delà des formes phénoménales et trouver des points d’appui théoriques et opérationnels susceptibles de remettre en question les règles actuellement dominantes de l’économie et de la gestion capitalistes. Or, l’entreprise n’est réductible ni au travail ni au capital. Son existence, distincte du capital et du travail permet de dépasser un clivage à deux termes qui se révèle sans issue.

D’où la nécessité de refonder l’entreprise et de la faire exister par une autre manière de voir et de compter afin de l’appréhender comme une entité productive, économique et sociale dans laquelle prend sens le travail des salariés.

Il faut, par conséquent, remonter au cœur du langage économique et comptable, car les outils de gestion classiques qui visent la maximisation du profit, de la rentabilité financière ou du cours de l’action en bourse relèvent de catégories de pensée qui produisent des formes d’adhésion aux principes de vision et de division de l’ordre social existant.

Si la socialisation des pertes et la privatisation des profits est inscrite dans nos règles comptables, il convient de refonder ces règles, sauf à déplorer a posteriori que chaque crise économique et financière est un grand malheur auquel nul ne peut rien.

Marie-Christine Bureau : Ma réflexion sur l’émancipation s’ancre d’abord dans des observations sociologiques d’expérimentations et de pratiques. Elle se nourrit aussi de la critique du droit du travail mené par Alain Supiot et des approches de philosophes qui ont contribué à penser l’émancipation comme Cornélius Castoriadis, André Gorz ou Gilbert Simondon. Un fait marquant dans le cours de ma réflexion a été d’observer des points de convergence entre deux histoires, à l’origine tout à fait distinctes : celle des coopératives d’activité et d’emploi d’une part, celle des espaces maker et des tiers lieux d’autre part.

Nées dans le sillage des politiques d’insertion des années 1990, les coopératives d’activité et d’emploi ont d’abord été conçues pour répondre au besoin d’extension de la protection sociale, au-delà du lien de subordination, en assurant un minimum de sécurité à des porteurs de projets. Or, elles ont évolué, tout au moins pour certaines d’entre elles, vers la réinvention d’une forme d’entreprise coopérative multiactivités, propice à la quête d’autonomie individuelle et collective. C’est en se déplaçant vers l’idée d’entreprise partagée, par approfondissement du modèle politique, que les CAE rejoignent de fait les préoccupations des tiers lieux. Notons d’ailleurs que cette évolution, en particulier le développement des coopérations de production, semble profiter tout particulièrement aux femmes (Ballon et al., 2018).

À l’inverse, les espaces du mouvement maker, quels que soient les noms qu’on leur attribue ou qu’ils se donnent eux-mêmes (fablab, hackerspace, tiers lieu, atelier ouvert, etc.), ont été créés à l’origine pour mener à bien des projets individuels et collectifs. Il s’agit, au départ, d’échanges, de coopération et de travail autonome, tandis que la question des droits sociaux n’est pas posée. Le manifeste militant des tiers lieux précise d’ailleurs que « la notion de travail est au cœur du tiers lieu » : « des individus se réunissent pour travailler » et pour trouver des solutions face aux crises économiques et écologiques3. L’idée de tiers lieu permet de rendre compte du lien entre travail et politique, mais la question des statuts du travailleur en est absente.

Pourtant, la rémunération et les droits sociaux afférents deviennent concrètement un enjeu, dès lors que la réputation acquise par le tiers lieu suscite des opportunités de prestations, c’est-à-dire lorsque le travail effectué dans ces espaces accède à une forme de reconnaissance. Cela devient un enjeu aussi lorsque le souci de la protection sociale et du devenir professionnel se fait plus pressant pour de jeunes actifs en situation de précarité qui fréquentent le lieu.

  • 4 https://oxamyne.org/

On observe alors des formes de rapprochement entre tiers lieux (créés le plus souvent sous forme associative) et coopératives. Ce rapprochement peut conduire à la naissance d’une nouvelle entité. C’est le choix fait, par exemple, par le biohackerspace la MYNE, avec la création de la coopérative Oxamyne, destinée à rémunérer le travail sans porter atteinte à l’objet associatif de libre expérimentation propre à la MYNE4. On retrouve donc ici les deux faces indissociables de l’émancipation : quête de l’autonomie et accès aux droits.

  • 5 « Il est vrai que, s’agissant du travail, l’aspiration à un monde meilleur s’exprime le plus souven (...)

À partir de ces expériences singulières, qui peuvent, à première vue, sembler marginales, voire isolées, la notion d’auto-institution de la société développée par Cornélius Castoriadis permet d’envisager une pensée plus globale de l’émancipation. Dans l’histoire des CAE, comme dans celle des tiers lieux, se fabriquent à la fois de nouvelles alliances et de nouveaux imaginaires. Les alliances permettent d’agir auprès des pouvoirs publics. Mais il s’élabore aussi des significations imaginaires, à commencer par une pensée positive du travail qui, par différence avec les utopies du xixe siècle, fait aujourd’hui cruellement défaut5. Or, si « l’institution est un réseau symbolique socialement sanctionné, où se combinent en proportions et en relations variables une composante fonctionnelle et une composante imaginaire » (Castoriadis, 1975, 184), ces alliances et ces imaginaires ont potentiellement la capacité de concourir ensemble à la transformation des institutions.

Hervé Defalvard : Depuis deux siècles, l’économie sociale et solidaire porte, plus ou moins selon les périodes et selon ses organisations, un mouvement d’émancipation du capitalisme, dont la figure de la coopérative de production, avec sa démocratie économique, reste l’emblème. À partir du dernier tiers du xxe siècle, d’abord aux États-Unis puis dans le reste du monde, un nouveau régime capitaliste s’est mis en place, succédant au régime fordiste, le régime néolibéral d’un capitalisme financier carnassier (Aglietta & Reberioux, 2004).

À travers son analyse idéal-typique (Defalvard, 2017a), on montre que ce capitalisme néolibéral s’est organisé autour du binôme « marché financier, État », structurant un nouveau bloc dominant qui articule trois sphères sociales. La sphère de l’entreprise financiarisée qui répond à la seule logique de la valeur pour l’actionnaire, accentuant la pression sur le travail, à travers les reconfigurations des entreprises, leurs fusions-acquisitions et autres LBO (rachat par crédit). Ensuite, la sphère de l’État néolibéral I, qui construit les nouveaux marchés financiers (en France, le Monep et le Matif deux marchés de produits dérivés installés au milieu des années 1980), qui finance sa dette sur les marchés financiers, qui impose comme nouvel intérêt général l’optimisation fiscale. Enfin, la sphère de l’État néolibéral II, qui réduit le volume des entreprises publiques par leur privatisation, augmentant ce faisant, la voilure des marchés financiers. Cet État néolibéral II impose aux administrations publiques un néomanagement copié sur le reporting financier, réduit a minima les associations en leur imposant de minimiser le coût de la solidarité. Si, bien souvent, les associations répondent à cette nouvelle politique en précarisant le travail associatif, elles ne sont pas les acteurs d’un traitement à bon marché du social, comme le pose Matthieu Hély (2009). Autrement dit, la critique se trompe de cible en se focalisant sur les associations, sans considérer le bloc dominant néolibéral qui les satellise. Notre analyse nous conduit, au contraire, à nous demander quel type de changement sociétal peut renverser le bloc dominant mondialisé du capitalisme néolibéral.

Sans surprise, les initiatives et expériences qui nous semblent porteuses d’émancipation proviennent du champ divisé de l’économie sociale et solidaire. En effet, ce champ, unifié politiquement par la loi de juillet 2014, reste profondément divisé, notamment lorsqu’on le regarde sous le prisme des communs. Autrement dit, les réalités de l’ESS que nous avons observées sont celles qui permettent d’assurer l’accès durable aux ressources, par leur mise en commun et par la gouvernance collective des droits. La rencontre entre les communs et l’ESS nous a amené à concevoir une définition particulière des communs en tant que communs sociaux que nous développerons plus bas.

Dans cette optique ont été étudiés les monnaies locales (notamment la Doume, monnaie locale du Puy-de-Dôme), les communautés énergétiques renouvelables (notamment celle du parc éolien de Bégannes en Bretagne), les modes alternatifs d’habitat (en yourte ou en caravane), les expérimentations territoires zéro chômeur de longue durée, certains des pôles territoriaux de coopération économique, l’expérimentation ISO 26 000 de territoire dans le Gâtinais-Val de Loing (Cahiers de la chaire ESS-UEPEM, 2016).

Toutes ces nouvelles formes de l’économie sociale et solidaire s’ancrent, d’abord, dans des logiques de coopération sur des territoires. Elles illustrent le mode coopératif de régulation, en faisant du territoire l’acteur collectif de cette coopération. Chacune d’elles rencontre, toutefois, la question de l’alternative globale comme une difficulté sur laquelle elle bute largement. Pour dépasser cette difficulté, il convient, non pas de raisonner en termes de changement d’échelle, mais de changement de cadre.

Dans cette voie, nous nous sommes intéressés aux luttes offensives d’occupation d’usine pour faire valoir, de fait, un droit d’usage sur les bâtiments et leurs machines, permettant aux salariés de continuer une activité condamnée à disparaître par le capitalisme financier néolibéral. Trois d’entre elles nous ont particulièrement intéressés : la lutte des Fralib à Gémenos, la lutte des Jeannettes à Caen et la lutte des Cipa dans les Vosges (Defalvard, 2017c). Ces luttes transforment l’entreprise en un commun de travail qui est aussi un commun de territoire ; elles replacent le travail au centre des luttes pour l’émancipation.

Dans notre démarche, rejoignant les épistémologies du Sud (Laville, 2016), les initiatives locales porteuses de microalternatives ne sont pas condamnées au motif qu’elles ne produisent pas un changement total et global. Elles sont, au contraire, à considérer à leur échelle, tout en se demandant comment elles pourraient s’articuler à un changement de système.

Claude Didry : La perspective sociohistorique présente, selon moi, le mérite de dénaturaliser les catégories sociales, pour les appréhender à partir de processus complexes, articulant les activités de la multitude des individus qui composent une société.

  • 6 Je reprends ici des éléments développés dans mon livre (Didry, 2016).

La domination proprement capitaliste ne se noue que progressivement au cours des xviiie et xixe siècles, dans une société de paysans et d’artisans conservant une part d’indépendance conquise au moment de la Révolution6. Les négociants et détenteurs du capital se distinguent par le privilège d’un droit spécial, le droit commercial, permettant de régler les affaires dans un entre-soi. Ils ont la capacité de confier la production de leurs marchandises à des ouvriers sous la forme d’une « commande », c’est-à-dire la demande de faire quelque chose en contrepartie d’une rémunération. Cette transaction renvoie au contrat de louage d’ouvrage (art. 1710 Code civil).

Sur cet arrière-fond, la domination capitaliste prend la forme d’une dépendance économique croissante des producteurs à l’égard des négociants, jusqu’à ce que le revenu tiré de cette activité commandée par le négoce devienne indispensable pour « gagner sa vie ». Mais la domination de ce premier capitalisme se caractérise également par son encastrement, à travers une sous-traitance en cascade, où l’ouvrier – qui prend en charge l’ouvrage que lui confie le négociant – se présente lui-même comme un « entrepreneur », exploitant les membres de sa famille et d’autres ouvriers.

Le contrat de travail qui émerge au début du xxe siècle limite cette domination, en la fixant sur la dépendance économique du travailleur gagnant sa vie par un travail destiné à un employeur, en participant à la collectivité organisée que dessinent les travailleurs liés à un même employeur.

Le travail salarié, sous la forme d’un emploi durable dans une entreprise, est aujourd’hui un fait social incontestable dans les enquêtes-emploi avec plus de 75 % des actifs occupés qui sont en emploi stable (en CDI ou dans la fonction publique), et une ancienneté croissante avec l’âge dans l’entreprise. Mais il est pris dans une société capitaliste, dans laquelle le problème est moins celui de la précarité de l’emploi, de l’adaptation et de l’accès à l’emploi des chômeurs, que celui des restructurations incessantes qui touchent les entreprises, en les démantelant et en conduisant à des suppressions d’emplois.

Aussi, face à des dynamiques financières remettant sans cesse en cause les collectivités de travail, je me suis dit que la « sécurisation des parcours professionnels » manquait cette dimension collective, en se fixant sur un salarié considéré comme entrepreneur de lui-même. Cela m’a conduit à imaginer une « sécurité sociale industrielle », pour envisager la possibilité d’actions collectives et de politiques orientées vers la préservation des collectivités de travail et du potentiel d’innovation qu’elles recèlent.

Cette proposition de « sécurité sociale industrielle » se fonde sur les luttes pour l’emploi auxquelles ont donné lieu les restructurations dans les années 1990-2000, avant le grand démantèlement des procédures de licenciement collectif mené sous la présidence Hollande. Progressivement, l’un des enjeux a été l’identification de l’employeur véritable, pour trouver l’interlocuteur sur lequel peser dans les restructurations, alors que celles-ci deviennent une démarche routinière dans la gestion du personnel (Guyonvarch, 2017). Certes, la crise de 2008 a bouleversé la portée de ces luttes (Goussard, 2014). Mais la question de l’employeur continue à se poser quand on considère, par exemple, le cri de désespoir des sidérurgistes de Gandrange, ou les reprises engagées sous la forme de coopératives dans l’imprimerie avec Hélio-Corbeil (Quijoux, 2018) ou les infusions 1336 à Gemenos. Elle trouve également un écho dans les luttes engagées par les personnels de services sous-traités dans les grands palaces parisiens pour obtenir leur rattachement à ces entreprises, luttes bien documentées par Philippe Askénazy (2016).

La dynamique d’émancipation que porte en lui le droit du travail est multiséculaire et articule développements législatifs et luttes sociales. Prenons les grandes grèves du Front populaire en 1936. Elles se sont fondées sur la revendication de conventions collectives, s’appuyant sur la reconnaissance préalable apportée par la loi de 1919 qui a fixé le terme de « convention collective », en écartant notamment l’expression de « contrat collectif » trop marqué par la dérive du marchandage. Leur résultat a été un développement de la négociation de branche, relayé par une loi établissant le principe d’une extension de ces conventions à l’ensemble des salariés concernés (Machu, 2011). Au-delà de cet exemple, ces dynamiques du droit du travail et des relations professionnelles ont pesé sur le mouvement réel du capitalisme, elles ont permis d’accumuler une expérience historique, qui s’est enrichie au fur et à mesure. Mais cette expérience se trouve aujourd’hui menacée par le « grand désarmement » (je reprends l’expression à Isabelle Meyrat [2018]) dont les réformes actuelles, loi El Khomri et ordonnances Macron, sont l’aboutissement. Elle est également profondément altérée par la difficulté de sa transmission entre les générations, dans un contexte de désyndicalisation très marquée pour les actifs les plus jeunes.

Il faut peut-être maintenant compter sur des formes d’utopie, de projets politiques, pour relancer une dynamique d’émancipation profondément ébranlée. Au vu des réformes récentes, ma proposition de « sécurité sociale industrielle » me paraît d’ailleurs relever de l’utopie.

La NRT : Pensées et pratiques de l’émancipation – quelles perspectives pour sortir du capital ?

Daniel Bachet : La manière de concevoir l’entreprise et la façon de compter orientent chaque jour des décisions stratégiques qui ont des effets immédiats sur le travail, l’emploi et la qualité des modes de développement et de vie.

L’entreprise fait partie du rapport capital/travail (sans se confondre complètement ni avec le capital ni avec le travail comme nous l’avons dit). C’est une entité qu’il faut identifier car elle ne se donne pas à voir en tant que telle. Ce n’est pas une donnée naturelle. Il s’agit d’une construction et tout dépend des finalités institutionnelles qui lui sont assignées.

Ainsi, en France, les articles de référence du Code civil, à savoir 1832 et 1833, disposent que la société est constituée dans l’intérêt des associés et en vue de se partager le bénéfice. En lui assignant comme finalité le profit, on fait de la personne morale un « investisseur fictif ». Il semble être « dans la nature de l’entreprise » que sa finalité soit le profit, autrement dit le revenu des associés ou des actionnaires.

L’entreprise est un des leviers sur lequel on peut agir pour faire en sorte que le travail devienne une source de valeur et de développement, alors qu’il n’est qu’un coût ou une charge dans les normes comptables usuelles. Ce qui suppose de refonder la manière de voir et de compter afin de sortir de la logique du profit et de la rentabilité.

Il faut donc changer les articles du Code civil en indiquant que la société est une structure productive et une entité juridique dont l’objectif est de produire des biens et des services. La contrepartie de cette production vendue est la « valeur ajoutée », c’est-à-dire le revenu de l’entreprise qui doit être partagé entre les parties constitutives.

À ce jour, la seule grandeur économique alternative au profit est la valeur ajoutée. C’est une notion assez proche de la notion marxiste de valeur puisqu’elle reflète l’augmentation de la valeur des marchandises apportées par le travail humain. Mais cette grandeur n’est pas reprise comme instrument de pilotage de l’entreprise. Elle n’apparaît que dans la comptabilité nationale et dans les soldes intermédiaires de gestion.

Pourtant, la valeur ajoutée (qui se mesure par la différence entre le chiffre d’affaires et les consommations intermédiaires) est à la fois le véritable revenu de l’entreprise et la source des revenus des ayants droit entre lesquels elle est répartie. Cette grandeur économique est essentielle, car elle permet de financer les salaires des dirigeants et du personnel, de rémunérer les intérêts des banques, les impôts et les taxes demandés par l’État mais également d’assurer l’autofinancement (amortissements + parts réinvesties du résultat) et de verser les dividendes. C’est donc la valeur ajoutée qui permet de couvrir le coût global de la structure qu’est l’entreprise (coût du travail et coût du capital) alors que le profit (l’excédent brut d’exploitation) ne représente qu’une partie de la valeur ajoutée.

Les comptes de gestion orientés « valeur ajoutée » et « valeur ajoutée directe » ou VAD (la VAD est la différence entre le chiffre d’affaires et la consommation directe des ventes) conçus par Paul-Louis Brodier (2001) permettent déjà, ici et maintenant de sauver des entreprises en difficulté, de les « sortir du rouge » et de les repositionner sur des sentiers de développement. Avec des logiciels adaptés, il est possible de transférer des « comptes de profit » en « comptes de valeur ajoutée » et de VAD. Ce qui permet d’évaluer autrement la « richesse ». La véritable richesse réside d’abord dans les biens et les services produits et vendus et non dans des indicateurs financiers. Le taux d’équilibre économique qui est le meilleur indicateur de la solidité et de la viabilité de l’entreprise se mesure par le rapport entre la valeur ajoutée et le coût global de la structure. Il permet de construire les liens entre les dimensions physiques des produits et les facteurs économiques et sociaux.

Le flux de richesse marchand et monétaire qui s’incarne dans le produit intérieur brut (PIB) est bien entendu indifférent à la répartition des richesses, aux inégalités, à la pauvreté ou à la sécurité économique. Il est donc problématique de le reprendre tel quel, sans interroger son mode de construction. Sa prise en compte dans un cadre renouvelé devra par conséquent être assortie d’objectifs plus diversifiés de développement.

Marie-Christine Bureau : Observant le développement d’ateliers ouverts de fabrication au Brésil, au début du xxie siècle, André Gorz y voyait une ébauche de sortie du capitalisme : « Les outils high-tech existants ou en cours de développement, généralement comparables à des périphériques d’ordinateur, pointent vers un avenir où pratiquement tout le nécessaire et le désirable pourra être produit dans des ateliers coopératifs ou communaux […]. Les ateliers communaux d’autoproduction seront interconnectés à l’échelle du globe, pourront échanger ou mettre en commun leurs expériences, inventions, idées, découvertes. Le travail sera producteur de culture, l’autoproduction un mode d’épanouissement. » (Gorz, 2008) André Gorz dresse cet horizon utopique sans préciser par quel processus un tel futur pourrait advenir, mais confiant dans l’idée que le capitalisme serait de toute façon miné à sa base, puisque « les moyens d’autoproduction high-tech rendent la méga-machine industrielle virtuellement obsolète ».

Nous sommes à l’évidence loin de cet horizon. Pourtant André Gorz souligne ici un enjeu majeur pour l’émancipation du travail : l’appropriation citoyenne des technologies. Pour le philosophe Gilbert Simondon, le monde contemporain souffre d’un vide de culture technique, ce qui favorise de longue date un débat clivé entre technophiles (s’émanciper par la machine) et technophobes (s’émanciper de la machine). Dès les années 1950, le philosophe proposait plutôt de libérer les machines, c’est-à-dire de les détacher de la morale du rendement pour en faire des machines ouvertes et de leur donner droit de cité dans le monde des significations culturelles. L’émancipation de l’homme passerait ainsi, d’une certaine façon, par l’émancipation de la machine : « La plus forte cause d’aliénation dans le monde contemporain réside dans cette méconnaissance de la machine, qui n’est pas une aliénation causée par la machine, mais par la non-connaissance de sa nature et de son essence, par son absence du monde des significations, et par son omission dans la table des valeurs et des concepts faisant partie de la culture. » (Simondon, 1958, 9) Sans aller jusqu’à la vision gorzienne d’une autoproduction high-tech généralisée, l’appropriation citoyenne des technologies, ou autrement dit le développement d’une culture technique partagée, apparaît, dans une société dite « de la connaissance », comme un moyen crédible de se libérer, tout au moins en partie, de l’emprise des grandes organisations.

Pour développer une pensée de l’émancipation en partant de l’observation d’expériences en train de se faire, nous avons recours aussi à la notion de fabrique instituante. Cette notion procède d’une approche pragmatique du changement institutionnel, tout en reconnaissant le pouvoir de l’imaginaire dans le processus instituant, tentant ainsi de conjuguer les apports de Cornélius Castoriadis avec ceux de James Mahoney et Kathleen Thelen. « Comment penser le changement institutionnel lorsqu’il est graduel et non provoqué par une rupture brutale ? », s’interrogent James Mahoney et Kathleen Thelen (2010). Pour ces auteurs, les règles instituées se caractérisent par une irréductible ambiguïté et c’est précisément celle-ci qui ouvre en permanence des marges d’interprétation et de débat, permettant aux citoyens de discuter l’application des règles du jeu, de les modifier à leur avantage ou même d’en promouvoir de nouvelles. Cette approche reconnaît le rôle des acteurs dans l’écriture du changement institutionnel, tout en éclairant la pluralité des formes et des rythmes que ce changement peut revêtir. Toutefois, elle passe sous silence la composante imaginaire de l’institution. Pour Cornélius Castoriadis, en revanche, le processus instituant ne consiste pas seulement à faire évoluer des règles, mais fait aussi advenir de nouvelles significations, de nouvelles façons d’appréhender le monde. La fabrique instituante combine ainsi un imaginaire et des moyens d’action. Les actions menées auprès des pouvoirs publics pour faire exister de nouveaux droits s’accompagnent d’un travail sur le langage et les catégories de pensée. Par exemple, dans l’aventure des coopératives d’activité et d’emploi, la sémantique s’est profondément transformée, passant de la rhétorique initiale du tremplin pour évoluer vers les idées d’« entreprise partagée » et de « mutuelle de travail ».

Hervé Defalvard : La perspective pour que le travail aujourd’hui s’émancipe de son exploitation néolibérale n’est pas celle de la sortie du capital, qui revient à peu près à déclarer la même bêtise que « la finance est mon ennemie ». Les luttes offensives pour faire valoir un droit d’usage en acte sur le capital (les terrains, bâtiments et machines), lorsque ce dernier est abandonné ou liquidé par son propriétaire, comme les expériences de réhabilitation de friches, montrent que la voie de l’émancipation requiert une autre institution du capital. Pour nous, cette institution est celle du « commun », et plus précisément, des communs de territoire.

Avec Sylvie Mayer et Denis Durand, nous avons coordonné un groupe de réflexions dont les travaux ont débouché sur l’élaboration d’un projet de loi d’expérimentation : « entreprises de territoire et nouvelle régulation démocratique ». Pour aller à l’essentiel, il s’agit d’ouvrir un nouveau droit sur les territoires en s’appuyant sur les collectivités territoriales, afin de faire valoir l’agrément « entreprise de territoire ». Ce dernier est reconnu à tout collectif de salariés et de citoyens qui portent un projet d’utilisation d’un capital, soit abandonné, soit menacé sur le territoire, ce capital comportant, par ailleurs, une valeur territoriale attestée sous le triple point de vue économique, environnemental et social. Le capital, ce faisant et indépendamment de sa propriété privée ou publique, devient un commun de territoire dont l’instance de gouvernance est une commission de responsabilité territoriale, composée des parties prenantes du territoire et placée sous l’autorité de la collectivité territoriale.

Ce nouveau droit est un droit d’usage sur le capital, qui devient un commun de territoire, c’est-à-dire une ressource mise en commun. Cela permet de garantir un droit d’usage de cette ressource pour des collectifs porteurs, à partir de cet usage, d’une valeur territoriale. Il ne s’agit donc pas d’une collectivisation du capital, qui peut rester avec un droit de propriété privée, mais de la mise en commun de son usage au bénéfice des territoires. Un tel droit d’usage bloque néanmoins le paradigme du libre marché mondial du capital.

Claude Didry : Il n’est pas possible pour moi de concevoir l’émancipation indépendamment de l’État, en rappelant la relation qui unit salariat, fonction publique et service public. Les grands champions nationaux que furent Alcatel, Alstom et Airbus Industrie se sont construits en relation avec les services publics des télécommunications, de l’EDF, de la SNCF, d’Air France. Ils entretenaient et entretiennent toujours pour ce qui en reste, une relation incontournable avec la recherche publique qui est indispensable aujourd’hui, par exemple, pour parvenir à un développement dans les moyens de récupérer les énergies naturelles (soleil, vents et courants marins). Il reste difficile de concevoir une économie numérique sans ces infrastructures que constituent les « autoroutes de l’information », qui sont aujourd’hui transocéaniques, ou la production fiable d’électricité. Paradoxalement, le volume des aides publiques aux entreprises, par la multiplication des crédits d’impôts, atteint aujourd’hui 200 milliards d’euros, soit un montant proche des recettes de l’État (242 milliards d’euros en 2018), traduit le poids de l’État dans l’économie, quoique dans une perspective de service aux actionnaires.

Ma proposition de « sécurité sociale industrielle » renvoie aussi à cette situation, en puisant dans ces 200 milliards pour envisager un fonds social d’intervention, destiné au soutien des initiatives portées par les représentants des salariés, dans la recherche de solutions alternatives aux restructurations et en ouvrant la voie à un développement de la solidarité dont le travail est porteur pour refonder l’entreprise. On ne peut pas imaginer une « refondation de l’entreprise », après les ordonnances de septembre 2017 qui ont désarmé les salariés, en barémisant les indemnités de licenciement, c’est-à-dire en remettant en cause le CDI et les institutions représentatives du personnel.

Mais ma « sécurité sociale industrielle » ne doit pas conduire à nier le potentiel émancipateur d’autres propositions et d’autres démarches, comme en témoigne la voie coopérative portée par l’économie sociale et solidaire pour Hervé Defalvard, ou les « utopies concrètes » observées par Marie-Christine Bureau. Ces expériences ne reposent pas sur la négation du salariat : elles ne peuvent pas faire comme si le Code du travail n’existait pas et se sont parfois largement appuyées sur lui, comme dans le cas des reprises par les salariés.

Le constat d’une autonomie dans le travail, notamment sous l’effet du numérique, ne conduit pas non plus nécessairement à la remise en cause du contrat de travail. Ainsi, pour Alain Supiot (2016), les technologies numériques ne sont pas le tombeau du salariat, elles obligent à sortir d’une conception du travail assignant le travailleur à un lieu et à des équipements matériels : « Dans ce contexte, comme l’a montré le sociologue Pierre Musso, les clés du pouvoir économique ne sont plus dans la détention des biens matériels, mais de plus en plus dans la détention des systèmes de communication. » Réciproquement, Alain Supiot rappelle que les travailleurs indépendants sont fréquemment des salariés en puissance : « Dès les années 1960, quand on a engagé la Bretagne dans ce modèle d’élevage industriel, certains petits éleveurs se trouvaient dans une telle situation de dépendance vis-à-vis de l’industrie agroalimentaire qu’ils avaient obtenu la requalification de leur contrat en contrat de travail. »

La NRT : L’émancipation en acte, l’émancipation en puissance

Daniel Bachet : Les expérimentations dans la manière de produire et de consommer, les alternatives présentes dans l’économie sociale et les diverses dynamiques institutionnelles locales pourraient ouvrir des perspectives d’émancipation si, et seulement si, elles convergeaient avec des remises en cause plus larges, à l’étage supérieur des structures, là où les organisations internationales (Fond monétaire international, Organisation mondiale du commerce, Banque mondiale, etc.) organisent la dérèglementation du commerce des biens et des services et la dérégulation de la finance. Ces convergences seraient susceptibles de produire alors un changement de « modèle économique et social » et non un simple changement au sein du modèle dominant.

Les acquis de l’analyse sociologique de la domination sont des points d’appui sérieux pour construire à terme un projet d’émancipation. Mais ce projet ne peut pas se réduire à des moments d’exaltation et d’effervescence supposés subversifs, voire « révolutionnaires », en tant que tels. Les processus de rupture doivent pouvoir se diffuser le plus largement possible, faute de quoi ils risquent de se replier sur des mouvements de révolte localisés et détachés du monde social et économique existant.

En d’autres termes, les rapports de coopération et de plus grande égalité (coopératives, finance solidaire, etc.) peuvent porter des dynamiques de transformation radicales, s’ils sont relayés à un niveau plus élevé.

Il faut donc faire pression à cet étage supérieur des structures, là où peuvent être redéfinies les grandes contraintes structurales qui vont orienter les comportements sociaux. On peut imaginer dans ce sens : la refondation des finalités des sociétés multinationales, le contrôle des capitaux, la mise en place de zones de protection au lieu du libre-échange généralisé, la rerégulation des marchés sur un mode démocratique, la planification écologique et participative, etc. L’enjeu d’une transition vers un au-delà du système capitaliste et actionnarial est de repositionner, à terme, les mondes du travail sur un mode « coopératif » ou « sociétaire » dans le gouvernement de l’entreprise. Et ceci est d’autant plus envisageable qu’il existe un « déjà-là » qui peut servir de point d’appui.

Il est ainsi possible de s’inspirer de certaines procédures en vigueur dans l’économie sociale où prédomine le vote par tête (un homme = une femme = une voix) et non le vote par action comme dans la société anonyme, parfaitement étranger à l’égalité en droit, car lié à la détention d’un capital économique et financier. Les décisions négociées seront alors plus démocratiques, plus soutenables écologiquement et respectueuses de la justice sociale, sans pour autant sacrifier l’efficacité.

Mais il faut surtout envisager la construction d’institutions macroéconomiques et sociales alternatives aux institutions existantes (entreprises, banques, État social), institutions qui seraient porteuses d’autres manières de travailler, de produire, de distribuer et donc de consommer.

C’est l’état des structures (au sens d’institutions et de règles du jeu) qui règle le rapport de force entre le capital et le travail. Par conséquent, comme l’a écrit le philosophe et économiste Frédéric Lordon, on ne défera la politique des structures actuelles que par une contre-politique des structures (Lordon, 2018).

Pour cela, il faut parvenir à « intéresser » le plus grand nombre d’interlocuteurs (salariés, associations, travailleurs indépendants, syndicalistes, chercheurs, politiques) en essayant d’ancrer les idées dans des représentations qui les affectent, c’est-à-dire « qui leur font quelque chose ». Une idée vraie et nouvelle ne peut l’emporter que si l’émotion ou « l’affect » qu’elle véhicule l’emporte sur les émotions attachées aux contre-vérités qu’elle combat.

Marie-Christine Bureau : Les nouvelles formes de coopératives comme les tiers lieux de fabrication contribuent, même modestement, à redonner vie aux utopies sociales du xixe siècle. Par exemple, on retrouve dans l’éthique hacker/maker un écho du « travail attrayant » théorisé par Charles Fourier. Ou encore, la critique esthétique que William Morris, fondateur du mouvement Arts and Crafts, adresse au capitalisme industriel de son époque, reste une référence pour une partie du monde maker. Mais cet ancrage dans le passé ne garantit rien pour le futur. On considère généralement que la limite au pouvoir transformateur des utopies concrètes réside dans leur caractère local, irréductiblement singulier, à distance des grands récits mobilisateurs. Ce que montre pourtant l’histoire des expériences observées, c’est à la fois leur rôle dans la fabrication de nouveaux imaginaires et aussi leur capacité de transduction. Définie par Gilbert Simondon, la notion de transduction permet de penser un processus de prise de forme, de proche en proche, à la différence du schéma hylémorphique qui représente toute création comme l’application d’une forme à une matière inerte. Dans cette perspective, la transformation sociale ne procède pas de la mise en œuvre d’un nouveau modèle global et cohérent, mais plutôt de la propagation, parfois erratique en apparence, des outils et des imaginaires. La question de l’instrumentalisation est, légitimement, souvent posée. Cela est particulièrement vrai des imaginaires : l’imaginaire de la passion, du jeu, sont aisément manipulables et il faut bien constater qu’ils autorisent de nouvelles formes d’aliénation au travail. Mais s’émanciper est une forme pronominale et à ce titre, cela reste toujours une action du sujet lui-même. Au niveau macrosocial, un combat important est aujourd’hui engagé sur la question de la propriété intellectuelle. André Gorz y voyait le « conflit central de l’époque », se prolongeant dans la lutte contre la marchandisation de richesses premières, de la terre au génome en passant par la connaissance. Il ajoutait : « De la tournure que prendra cette lutte dépend la forme civilisée ou barbare que prendra la sortie du capitalisme ». Dans une certaine mesure, le mouvement des communs reprend aujourd’hui ce flambeau en menant le combat, du local à l’international, pour protéger des biens, jugés fondamentaux, de l’appropriation privée.

Hervé Defalvard : Notre perspective s’inscrit dans la tradition de l’économie politique et, en particulier, dans les pas d’une microéconomie morale et politique. Cette perspective révèle une différence souvent méconnue entre le libéralisme des xviiie et xixe siècles et le néolibéralisme de la seconde partie du xxe siècle : alors que le premier pense encore l’individu libéral sur le fond d’une transcendance religieuse, le second débarrasse l’individu néolibéral de toute transcendance en lui assurant un autofondement scientiste. Ce fut, au milieu du xxe siècle, le scientisme des équations puis, aujourd’hui, le scientisme des données. La première porte de sortie du néolibéralisme, qui est aussi la première émancipation vis-à-vis de ce dernier, requiert de substituer à ce scientisme une nouvelle économie politique, qui nous fasse retrouver la voie d’une économie en commun, alors que le néolibéralisme impose une économie hors du commun, dans les deux sens de l’expression (Defalvard, 2018a).

De nombreuses réalités de l’économie sociale et solidaire offrent déjà des zones de résistance à travers la mise en commun de ressources pour garantir leur accès à tous dans un avenir durable : la monnaie citoyenne avec les monnaies locales ; l’alimentation saine dans les Amap ou les supermarchés coopératifs ; l’énergie durable dans les communautés éponymes ; l’emploi de qualité dans les expérimentations Territoire zéro chômeur de longue durée. Afin d’offrir un cadre global à toutes ces expériences locales d’économie en commun, nous proposons de les définir comme des communs sociaux au croisement des travaux d’Elinor Ostrom sur les ressources naturelles et des travaux d’Amartya Sen sur la justice et les capabilités.

Les communs sociaux se définissent par la mise ou la production en commun d’une ressource à laquelle est attaché un droit universel d’accès. Plus précisément, la gouvernance des droits, le droit d’usage en particulier, permet, sur un territoire donné, de rendre ce droit universel non plus formel mais réel et concret. Ceci nécessite la construction, pour les habitants du territoire, de la triple possibilité formalisée par Albert O. Hirschman (1970) : Voice, Exit, Loyalty. C’est-à-dire, la prise de parole au sein du commun à travers sa gouvernance démocratique, la sortie du commun ou, au contraire, la participation loyale au commun (Defalvard, 2017a). Si l’emploi, ou plus largement l’activité, de qualité fait partie des ressources à laquelle un droit universel d’accès est associé, beaucoup d’autres ressources font partie de ce panier mondial de bien-être : l’éducation, le logement, la mobilité, la culture, l’alimentation, la santé. Remarquons toutefois que le travail est mobilisé dans la production de ces autres ressources à travers la nouvelle logique des communs sociaux.

  • 7 Sur l’aliénation dans le capitalisme de captation, voir Tsing, 2017.

Afin que ces communs sociaux ne soient plus dans les marges du capitalisme néolibéral, plus ou moins à distance de sa domination et de sa captation, il est nécessaire de renverser ce dernier en lui imposant l’institution du commun comme nouvelle logique sur les territoires. La déconstruction de la sphère de l’entreprise financiarisée passe ici par un nouveau droit salarial, le droit d’usage sur les actifs territoriaux de l’entreprise : terrains, bâtiments, machines. Cette déconstruction est en même temps celle de l’État néolibéral, afin de lui substituer un État communal qui reconnaît la primauté du droit d’usage sur le droit de propriété privée ou publique (Defalvard, 2018b). Dans cette déconstruction/reconstruction ouvrant sur une émancipation, le travail occupe une place centrale, passant d’un travail aliéné7 à un travail au sein de communs de territoire.

Si la déconstruction du capitalisme néolibéral passe par ce changement de cadre, le nouvel ordre des communs requiert un cadre plus général, celui du translocalisme des communs. Par ce terme, nous entendons les diverses manières dont aujourd’hui les communs se construisent localement tout en étant reliés à des échelles extralocales. Ces communs translocaux sont portés par trois transitions mondiales enchâssées : écologique, numérique et démocratique. Celles-ci recomposent les réalités du travail dans son émancipation du capitalisme financier, sans faire du travail une fin en soi, mais seulement l’une des ressources de la nouvelle société du commun.

Claude Didry : Plusieurs expériences historiques, mais aussi actuelles, me semblent recéler des potentialités émancipatrices. Je pense, d’abord, à cette dynamique législative et industrielle que, dans le Capital, Karl Marx dégage à partir des factory acts, bases d’une délimitation de la journée de travail et d’une scolarisation des enfants. Une telle « législation de fabrique » trouve son origine dans les initiatives de Robert Owen, dont on dit qu’il a inventé le mot « socialisme ».

Je pense aussi aux analyses de Jacques Rancière qui, dans la Nuit des prolétaires, conduit à redécouvrir l’« imaginaire social » du monde ouvrier au xixe siècle. Cela permet de saisir la portée révolutionnaire et les valeurs portées par le monde ouvrier dont est sorti, en France, le régime républicain, au terme d’un accouchement difficile.

Dans la période actuelle, je suis avec intérêt les luttes sociales qui valorisent la solidarité et la coopération expérimentée par les travailleurs dans leur travail. La dernière expérience que j’ai retenue est celle d’une grève de 111 jours menée par les travailleurs des services sous-traités à l’hôtel Holiday Inn de la Porte de Clichy. Ils ont obtenu l’élection de « délégués de proximité » pour les représenter auprès de la direction de l’hôtel, avant d’envisager leur intégration dans les effectifs de l’entreprise courant 2019. Il y a une forme de jubilation dans ce mouvement porté par la CGT et la CNT qui me paraît importante pour donner une extension à de tels mouvements.

Contre une vision dépressive du mouvement ouvrier, il faut se souvenir de cette dimension révolutionnaire qui apporte l’audace nécessaire pour affronter la situation actuelle. De l’audace et du courage, il en faut dans les mobilisations pour la défense de son emploi, ou pour défendre son accès au salariat. Dans le même temps, je suis avec intérêt les interventions d’un patron comme Jean-Louis Beffa ancien PDG de Saint-Gobain, très critique à l’égard des dérives financières de l’économie française et de la désindustrialisation qui en résulte.

La proposition de code du travail, élaborée par un groupe de juristes réuni par Emmanuel Dockès (2017), représente un premier pas dans le sens de la réécriture d’un droit du travail remis sur les rails de l’émancipation. Cette proposition, qui retrouve la place de la dépendance économique dans le contrat de travail, donne une définition de l’employeur réel, suggérant que le droit du travail pourrait devenir un levier pour contrecarrer les effets délétères du droit des sociétés sur les collectivités productives. Elle représente, pour moi, un réservoir de réformes à porter pour reconstruire ce que les législations récentes ont défait.

Mais cela suppose un courage politique important, d’une part, pour affronter les lobbies patronaux et, d’autre part, ignorer les recommandations d’une Commission européenne qui vise exclusivement à réduire les déficits publics nationaux en démantelant le droit du travail et l’État social. Dans cette perspective, la démarche engagée par une alliance de gauche au Portugal, en passant parfois outre les consignes européennes, me paraît représenter un modèle intéressant.

Les mouvements porteurs d’une émancipation dans le travail sont dispersés, ils sont ignorés par les médias établis. Ils sont pourtant les moments forts d’une activité syndicale qui se poursuit sur des terrains parfois « techniques », comme celui de la négociation des grilles de classification dans la convention de branche de la métallurgie parisienne. Les grilles de classification demeurent un repère important dans la carrière des salariés, même si les grandes catégories professionnelles sur lesquelles elles se fondent voient leur portée se transformer dans un contexte de sous-traitance accrue (Buisson & Gadille, 2016). Il y a aussi la tentative, portée par un groupe de la CGT auquel je participe, d’opérer un retour syndical sur le travail tel qu’il se pratique, ce qui implique une activité d’enquête longue et parfois décourageante. Il ne faut pas oublier l’activité d’organisation dans le secteur des plateformes, qui se poursuit aujourd’hui par l’engagement d’actions en justice de chauffeurs Uber pour obtenir la requalification de leurs contrats en contrats de travail.

Je pense que nous avons besoin d’un recensement de ces expériences qui valorisent la solidarité dans le travail, en relation avec les recherches fines de sociologues comme, par exemple, celle déjà ancienne de Nicolas Dodier (1995) mettant au jour une « solidarité technique » dans la production somme toute très prosaïque de bidons. Sur cette base, il reste à saisir les potentiels de ces nouveaux médias que représentent YouTube et les réseaux sociaux, en suivant ces « youtubeurs » qui sont des relais importants pour produire une information drôle et percutante. Mais, de là à penser que cela sera suffisant pour que l’émancipation s’affirme face aux puissances de l’aliénation, il y a loin.

Il faudrait, je crois, que ces expériences – sur la base d’un recensement et d’une réflexion nécessitant un certain investissement – nourrissent une activité législative confortant ce qui existe et permettant le développement d’initiatives syndicales et coopératives. Mais ici, les forces politiques font cruellement défaut. Sous la présidence Hollande, le parti socialiste et ses énarques sont devenus le relais du MEDEF et de ses « pigeons ». L’émiettement actuel de la gauche ne permet pas de distinguer un véritable lieu politique de réflexion informée sur le travail, autrement que dans la réponse aux initiatives gouvernementales ou dans le suivisme de mouvements sociaux. Au-delà des joutes quotidiennes suscitées par le pouvoir, joutes dont se nourrit fréquemment la science politique, il faudrait peut-être se souvenir avec Max Weber que « la politique consiste à creuser avec force et lenteur des planches dures, elle exige à la fois la passion et le coup d’œil. Il est tout à fait exact, et toute l’expérience historique le confirme, que l’on n’aurait jamais atteint le possible si l’on n’avait toujours et sans cesse dans le monde visé l’impossible. » (Weber, [1919] 2003)

La NRT : Au terme de cette controverse, se dégage l’idée qu’au-delà de points de départ opposés, vous ouvrez des perspectives communes. En effet, Daniel Bachet et Claude Didry d’un côté, vous insistez sur la primauté à accorder aux changements structurels, qui plus est au niveau transnational. Vos réflexions vous amènent à proposer une refonte des dispositifs juridiques et de gestion concernant centralement l’entreprise pour l’un, et le travail pour l’autre. Marie-Christine Bureau et Hervé Defalvard, d’un autre côté, partant d’expérimentations locales (CAE, makers, ESS, occupations d’usines, territoires zéro chômeur, etc.), vous suggérez d’élargir les apports de ces dernières en généralisant l’appropriation collective des savoirs techniques et leur diffusion de proche en proche. C’est donc mettre au centre des projets d’émancipation les dispositifs techniques, le système technique au sens large, incluant les sciences de l’ingénieur pour la conception des réseaux et des machines, les techniques agricoles (utilisation des ressources naturelles), mais aussi les sciences de gestion et des disciplines juridiques.

L’une des pistes de l’émancipation ne consisterait-elle pas, alors, à considérer la technique au sens large comme l’un des communs à « placer dans les mains » des citoyens et non dans les seules mains des « experts » ? Refonder l’entreprise par l’invention d’un ensemble de dispositifs juridiques et gestionnaires autour de l’entité-entreprise ou libérer le travail par la création d’une « sécurité sociale industrielle » ne reviennent-ils pas à instituer de « nouveaux communs » ? Mais pour ce faire, pour instituer ces communs, peut-on se passer de l’État ?

Daniel Bachet : Les alternatives à la manière de produire propre au néolibéralisme se construisent déjà dans le partage du pouvoir au sein de certains secteurs de l’économie sociale et solidaire et dans l’impossibilité pour les uns de s’enrichir au détriment des autres (les Scop). Mais il faut aller plus loin pour refonder les institutions du capitalisme, car le cœur du système n’est pas encore atteint.

Il ne peut y avoir émancipation à un niveau local, si le cadre général reste celui du libéralisme économique, de la domination par les droits issus de la propriété et de la subordination dans le travail.

À cet égard, on voit mal comment se passer de l’État pour commencer à réorienter les pratiques économiques et politiques. Ainsi, si l’on veut changer les finalités institutionnelles des sociétés anonymes, il faut bien intervenir au niveau législatif à travers le Code civil et le Code du commerce. C’est, non seulement une question juridique, mais également comptable, car il sera indispensable de « constitutionnaliser » par la loi de nouvelles règles comptables, afin que le travail ne soit plus considéré systématiquement comme une charge à réduire. D’où la nécessité de refonder et de démocratiser l’État qui reste pour le moment essentiellement au service des classes les plus privilégiées.

L’idée de « commun » relève d’un principe politique qui pose la question à la fois de l’activité démocratique et du droit d’usage. Ce sont des formes plus effectives de démocratie directe, selon la formule des indignés espagnols (Indignados) et de nouveaux droits prévalant sur le droit de propriété, qui confèrent à ce terme toute sa force de mobilisation. Il faut donc être attentif aux institutions que se donnent les agents, afin de résoudre leurs problèmes d’action collective dans un cadre auto-organisé et auto-gouverné. C’est par un nouveau cadre institutionnel et règlementaire que pourraient être institués les « communs », en offrant la possibilité de matérialiser des normes de réciprocité, de gestion démocratique et de participation active à la production des ressources.

Mais il n’est pas contradictoire d’associer l’autoémancipation à l’idée de commun et simultanément d’outiller les agents et les collectifs en coconstruisant avec eux les outils comptables et les dispositifs juridiques, pour sortir de la propriété lucrative et des rapports de subordination dans le travail, tout en préservant et en consolidant l’outil de production.

Marie-Christine Bureau : La notion de « fabrique instituante », qui reprend largement celle de « travail d’institution » proposée par Pascal Nicolas-Le Strat (2016), affaiblit singulièrement l’opposition entre, d’un côté, le changement structurel par l’instauration de dispositifs juridiques et de gestion et, de l’autre, l’essaimage d’expérimentations locales. En effet, il ne s’agit pas seulement de diffuser de proche en proche des savoirs et des pratiques, mais bien d’une création d’institutions, entendues au sens le plus large qui recouvre aussi bien les catégories du langage que les outils de mesure et les règles de droit. Pour reprendre l’exemple des coopératives d’activité et d’emploi, elles n’ont évidemment pas ignoré le Code du travail, mais elles ont, en revanche, contribué à le faire évoluer en interrogeant la distinction instituée entre travail indépendant et travail salarié. De la même façon, les militants du logiciel libre ont contribué à faire évoluer le droit de la propriété intellectuelle en fabriquant de nouveaux outils juridiques, les licences libres. La notion même de propriété en sort transformée. En ce sens, le travail d’institution opère nécessairement sur plusieurs plans. L’État est toujours un acteur important dans le processus de fabrique instituante, mais il ne l’est ni sous une forme univoque – dans la mesure où la décision publique au niveau national résulte de l’action de nombreux protagonistes dont les visions sont parfois divergentes –, ni sous une forme exclusive – dans la mesure où l’action publique met en jeu plusieurs échelles de territoire. Dans cette perspective, l’État reste un acteur puissant, même s’il se décline parfois sous des formes contradictoires, mais il n’est plus l’interlocuteur unique qui a longtemps cristallisé toute l’ambivalence du couple institué-instituant.

Hervé Defalvard : La lecture des pages précédentes montre, certes, que nos points de départ sont différents pour poser la question de l’émancipation aujourd’hui. Différents, d’abord en termes de points de vue disciplinaires et différents en termes d’objets que ces derniers conduisent à construire et à privilégier. Elle montre aussi, qu’à partir de leurs points de départ différents, les routes de nos réflexions se croisent plus ou moins souvent. Elle montre enfin, et surtout à mes yeux, que nos routes aboutissent toutes à un même carrefour, où est reconnue la nécessité d’articuler un niveau micro ou local avec un niveau macro ou global, afin de réunir les conditions d’une véritable émancipation.

Ce carrefour dans notre recherche porte le nom de translocalisme des communs, avec lequel les communs s’articulent à différentes échelles de territoire, du local au global. Si ses vecteurs sont l’écologique, le numérique et le démocratique, le translocalisme des communs s’appuie sur différents opérateurs pour établir ces liens à des échelles différentes : la grande entreprise ou l’État (voire l’Europe), lorsqu’ils sont orientés par la nouvelle logique des communs, le droit ou encore la monnaie.

Notre carrefour fait écho à deux points qui ont été évoqués. Le premier est celui que Marie-Christine Bureau appelle l’imaginaire et Claude Didry les formes d’utopie. En effet, le passage du local au global a besoin de l’horizon d’un imaginaire collectif partagé, dont la principale difficulté est d’advenir dans un monde néolibéral qui a privé les individus de tout avenir commun en créant des sociétés de solitude. Le deuxième est la nécessité d’un nouveau langage basé sur « une culture de la technique » pour Marie-Christine Bureau ou sur le langage comptable de la valeur ajoutée chez Daniel Bachet. Il nous faut partir de ce carrefour pour aller plus loin.

Claude Didry : Dans les réformes actuelles, le travail est vu comme la somme des emplois ayant survécu à la numérisation de l’économie. Les syndicats eux-mêmes sont fréquemment enclins à considérer la technologie comme une menace sur l’emploi, en se focalisant sur les emplois dits « d’exécution », en dehors peut-être de la CFE-CGC (Béthoux, 2016). Pendant ce temps, la catégorie des ingénieurs connaît des transformations profondes, avec la qualification nouvelle des « experts », comme chez Thalès ou Safran, qui tente d’ouvrir une carrière vers la recherche technologique, au lieu de cantonner les ingénieurs à une promotion dans l’encadrement hiérarchique (Coutant, 2018). Cela bouscule une conception du contrat de travail arrimée au critère de la subordination, pour saisir l’exercice d’une imagination créatrice dans le cadre de cette dépendance économique que manifeste la menace permanente sur l’emploi. Ce qui caractérise ici le contrat de travail, c’est sans doute davantage le partage entre dépendance et indépendance, que le partage entre subordination et liberté. Il faut sortir de ces années 1990 où l’on rêvait à une liberté hors du salariat (Supiot, 2000), pour envisager la dimension tout à la fois dépendante et créatrice du travail salarié. Cela implique de dépasser un ouvriérisme dépressif, pour saisir la capacité technologique que symbolise le travail des « experts », jusque dans les qualifications les plus assignées à l’exécution. Je pense à Robert Linhart qui, comme il le raconte dans l’Établi, découvre, au contact de Mouloud, la technicité des postes sur la chaine. Réciproquement, la requalification récente, par la Cour de cassation, du contrat de prestation de service en contrat de travail, dans le cas de livreurs à vélo, relayée par les actions prud’homales de chauffeurs Uber, traduit le désenchantement de l’indépendance et le retour conquérant du salariat. Si le transport de personnes devenait massivement salarié, c’en serait fini du règne de taxis payés à la course. L’État dans ce cas, c’est aussi la justice et la culture juridique que cela impose.

La NRT : Une dernière question pour conclure cette controverse. Au nom de quelle autorité supérieure peut-on proposer des pistes d’émancipation ? N’y a-t-il pas une contradiction à affirmer d’une part, que l’émancipation ne peut être décrétée par une autorité quelle qu’elle soit, qu’elle ne peut être issue que de la volonté des acteurs individuels et collectifs à sortir de la minorité ; et d’autre part, de penser intellectuellement l’émancipation à leur place ?

Daniel Bachet : Il y a eu, au cours de l’histoire, de courts moments durant lesquels les agents les plus dominés et exploités ont pu se représenter leurs problèmes réels, les discuter et les résoudre (conseils ouvriers en Allemagne, en Espagne ou en Hongrie par exemple). Par les capacités d’autodétermination, c’est-à-dire d’autoréflexion et d’auto-organisation qui étaient mises en œuvre, les irruptions de créativité dans la manière de décider et de produire témoignaient d’une volonté et d’une capacité d’émancipation. Il s’agissait, plus précisément, de processus « d’autoémancipation » visant une démocratie directe dans le travail et dans la production.

On peut donc penser l’émancipation comme une utopie concrète susceptible de dynamiser les luttes sociales et politiques en cours ou à venir, comme cela a été parfois le cas dans le passé (sans succès durable cependant).

Mais nous partons d’un monde social, ici et maintenant, qui est traversé par des conflits, des rapports de force, des luttes et des intérêts contradictoires. Chacun peut agir en inscrivant son action dans des collectifs et dans des institutions. Selon nous, l’enjeu est de transformer le regard qui a été imposé sur l’état de la réalité économique et sociale, pour tenter de changer cette réalité. Cela suppose de mettre en discussion des grilles d’analyse, des outils comptables et des modèles économiques et juridiques qui permettent de voir autrement le monde social et de sortir progressivement du capitalisme. Ces modèles et ces outils concernent les pratiques sociales au quotidien, mais également « le politique ». Ils se déclinent dans toute une série de propositions concrètes concernant, aussi bien la refondation des institutions (entreprises, banques) et des droits issus de la propriété, que la conception de l’organisation productive, du travail et des rapports de pouvoir.

Comme il n’existe aucune « autorité supérieure » qui serait susceptible de proposer des pistes d’émancipation, il appartient à la dynamique sociale et politique dans son ensemble de donner sa cohérence et sa force à ces propositions et d’en tirer toutes les conséquences, en particulier sur la démocratisation de l’État et sur la refondation du rapport capital/travail.

Marie-Christine Bureau : C’est une vraie question. Notre travail de sociologue permet d’interroger et de mettre en perspective des pratiques qui nous semblent avoir une portée émancipatrice, que les acteurs concernés revendiquent ou non cette portée. Ce n’est pas la même chose que de proposer nous-mêmes des pistes d’émancipation, ce qu’il est toujours possible de faire en tant que citoyens, au même titre que les autres. Le travail propre au sociologue n’est pourtant pas à sous-estimer. Même critique, le regard porté sur des pratiques, leur description, leur mise en regard avec d’autres, observées dans le passé ou ailleurs dans le monde, leur objectivation, contribuent à les faire exister dans l’espace public, à susciter parfois des rapprochements inédits, à nourrir le débat. Aucune autorité supérieure n’est requise pour cela, seulement un souci de rigueur méthodologique et une pratique de confrontation avec les pairs.

Hervé Defalvard : La question posée du penser l’émancipation ne devient une contradiction avec les réalités de l’émancipation que si la pensée de l’émancipation se pose en « autorité supérieure » ou encore en surplomb. Alors, effectivement, cette contradiction est avérée. Sans doute que de nombreux exemples peuvent l’illustrer.

Cette question nous oblige à penser la place de l’intellectuel dans la société et plus précisément pour ce qui nous occupe la place de l’universitaire. Et elle nous impose de commencer par déconstruire cette place, telle qu’elle nous est assignée aujourd’hui dans une fabrique de la science, en économie et en gestion en tout cas, qui obéit au régime néolibéral de la valeur (Aggieri, 2017).

Pour cela, à quelques-un·e·s, nous avons fondé le groupe de recherche avec les Territoires autogérés de ressources naturelles et autres en commun (dit groupe TARNAC), sur la base d’une recherche partageant les finalités de collectifs de territoire, qui mettent en commun des ressources pour leur usage démocratique. Si le premier but de cette R & D est d’apporter une ressource intellectuelle pour concourir à l’objectif pratique de ces communs de territoire, elle produit également sur cette base une recherche plus générale, qui vise à élaborer une théorie générale des communs, dont l’utilité sociale prévaut au niveau global.

L’émancipation par et avec le travail des communs de territoire n’est plus alors portée par une pensée en extériorité et en surplomb, même si la recherche qui contribue à la produire admet une autonomie relative.

Claude Didry : Le contrat, c’est la grande découverte de Durkheim. Il introduit la présence de l’autorité sociale – donc publique, sous la figure du juge – dans les interactions les plus courantes. « Tout n’est pas contractuel dans le contrat » et, ajoute Durkheim, « le droit contractuel est là qui détermine les conséquences juridiques de nos actes que nous n’avons pas déterminées. » (Durkheim, 1930, 192) Que signifie l’État de droit, sans une culture juridique minimale de ses citoyens ? Know your rights chantaient les Clash, dans un rif teinté du nihilisme punk en vogue à l’époque. De manière paradoxale, cette culture juridique au cœur de l’émancipation est réservée à une élite de spécialistes, tout en demeurant exclue de l’enseignement secondaire. Et si la lutte des classes était aussi une lutte pour le droit ? Les patrons l’ont compris, avec un ordre juridique spécial pour régler leurs affaires : le droit commercial. Comme le montrent Edward Thompson (2012), les Webb (1897) et le Marx des factory acts dans le Capital (Didry, 2018), la classe ouvrière se forme dans une lutte juridique, c’est-à-dire indissociablement politique et judiciaire. Le terme français de syndicat vient du grec syndikatos, celui qui agit en justice avec (Soubiran-Paillet, 1999) : le syndicalisme se forge dans le creuset des prud’hommes où se forme le contrat de travail contre le règne du marchandage. Aujourd’hui, la CFDT travaille sa politique juridique portée par un secteur et un réseau d’avocats très structurés, la CGT produit la Doctrine juridique salariale dans le Droit ouvrier, revue centrale de droit du travail. C’est sur le terrain du droit (droit du travail, mais aussi droit des sociétés) que se joue maintenant l’éternel retour du salariat, et c’est une œuvre éducative ardue qui nous attend pour démêler l’écheveau des obstacles dressés par Sarkozy, Hollande et Macron dans l’accès au droit.

Haut de page

Bibliographie

Aggeri F. (2016), « L’obsession de la productivité et la fabrique du chercheur publiant », Le Libellio d’Aegis, Dossier « Écrire et publier », vol. 12, n° 2, 21-32.

Aglietta M., Rebérioux A. (2004), Dérives du capitalisme financier, Paris, Albin Michel.

Antonioli M., Berrebi-Hoffmann I., Bureau M.-C., Guimas V., Lallement M. et S. Rouxel (dir) (2016), Les Ateliers des possibles : entre esthétique et politique, Éditions l’Entretemps, poétique du numérique, n° 4.

Artous A. (2003), Travail et émancipation. Marx et le travail, Paris, Syllepse.

Askenazy P. (2016), Tous rentiers ! Pour une autre répartition des richesses, Paris, Odile Jacob.

Bacharach M. (2006) [Edited by Gold N. & Sugden R.], Beyond individual choice, Princeton University Press.

Bachet D. (2007), Les fondements de l’entreprise. Construire une alternative à la domination financière, Paris, Éditions de l’Atelier.

Bachet D. (2015), Critique de la finance capitaliste. Pour un financement solidaire, Paris, Éditions du Croquant.

Ballon J., Bodet C., Bureau M.-C., Corsani A., De Grenier N. et A.-L. Desgris (2018), « La investigación como herramienta de cambio democrático: la experiencia de dos cooperativas de actividades y de empleo », Revista del Centro de Estudios de Sociología del Trabajo, 10, 7-37.

Berrebi-Hoffmann I. (2012), « Des mondes du travail sans hiérarchie ? », dans Saussois J.-M. (dir), Les organisations, Auxerre, éd. Sciences humaines, 171-182.

Berrebi-Hoffmann I., Bureau M.-C. et M. Lallement (2018), Makers. Enquête sur les laboratoires du changement social, Paris, Seuil.

Béthoux E. (2016), « L’innovation comme enjeu de gouvernance : “réconcilier syndicalisme et entreprise” à la CFE-CGC », dans Boisard P., Didry C. et D. Younès, Les travailleurs de l’innovation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, https://books.openedition.org/pur/63156

Bouffartigue P., Monchatre S., Mondon-Navazo M., D’Amours M., Cingolani P., Giannini M., Ramaux C. et Rolle P. (2018), « Le salariat : mort ou vif ? », La nouvelle revue du travail, n° 13. [En ligne] http://journals.openedition.org/nrt/3997

Bourdieu P. (1977), Algérie 60. Structures économiques et structures temporelles, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu P. (2000), Les structures sociales de l’économie, Paris, Seuil.

Brodier P.-L. (2001), La Valeur ajoutée directe, Une approche de la gestion fondée sur la distinction entre société et entreprise, Montpellier, Addival.

Buisson M.-L. et Gadille M. (2016), « Les professions intermédiaires au cœur de nouvelles formes d’organisation industrielle. Enquête auprès de techniciens et d’agents de maîtrise de l’industrie aéronautique », Travail et Emploi, n° 148, 55-80.

Bureau M.-C. et Corsani A. (2018), « Fabriques instituantes », dans Bureau M.-C., Corsani A., Giraud O. et F. Rey (dir.), Dictionnaire des zones grises du travail et de l’emploi, TESEO, en ligne (à paraître).

Bureau M.-C. et Corsani A. (dir) (2012), Un salariat au-delà du salariat ?, Nancy, Presses universitaires de Nancy – Éditions universitaires de Lorraine.

Bureau M.-C., Shapiro R. et P. Nivolle (2005), « Une seconde chance pour les jeunes ? » in Bureau M.-C. et E. Marchal (dir), Au risque de l’évaluation. Salariés et candidats à l’emploi soumis aux aléas du jugement, Lille, Presses universitaires du Septentrion.

Castoriadis C. (1975), L’institution imaginaire de la société, Paris, Seuil.

Corsani A. (2018), « Subordination et autonomie », dans Bureau M.-C., Corsani A., Giraud O. et F. Rey (dir.), Dictionnaire des zones grises du travail et de l’emploi, TESEO, en ligne (à paraître).

Coutant H. (2018), « Un capitalisme d’ingénieurs : construire un groupe aéronautique après une fusion », thèse de doctorat Science Po.

Dardot P. et C. Laval (2012), Marx, prénom : Karl, Paris, Gallimard.

Dardot P. et C. Laval (2014), Commun. Essai sur la révolution au xxie siècle, Paris, La Découverte.

Defalvard H. (2013), « Marx et les coopératives : une question de valeur », Recma, n° 330, 43-56.

Defalvard H. (2015), La révolution de l’économie (en dix leçons), Paris, Éditions de l’Atelier.

Defalvard H. (2017a), « Des communs sociaux à la société du commun », Revue internationale de l’économie sociale, juillet, n° 345, 42-56

Defalvard H. (2017c), « Droit d’usage des établissements par leurs salariés ou l’entreprise comme commun de territoire », Cahiers de la Chaire ESS-UPEM, 2.

Defalvard H. (2018a), « L’indiscutable néolibéral : production d’une économie hors du commun », En Question, n° 124.

Defalvard H. (2018b), « L’entreprise comme commun de territoire », dans Collectif sous la direction de Alix N. et al., Vers une République des biens communs ?, Paris, Les Liens qui libèrent.

Defalvard H. (coord.) (2016), Communs et transformations sociales : expériences européennes sous un regard pluriel, Cahier de la chaire ESS-UPEM, numéro spécial, décembre.

Defalvard H. et Frétel A. (2017b), « L’ESS et la refondation du modèle social français : une question abordée à partir du socialisme de Jaurès et du solidarisme de Bourgeois », dans Quel modèle social pour le xxie siècle ? Une question abordée du point de vue de l’économie sociale, études coordonnées par Hervé Defalvard, numéro spécial des Cahiers de la Chaire ESS-UPEM, décembre, 33-40.

Didry C. (2016), L’institution du travail. Droit et salariat dans l’histoire, Paris, La Dispute.

Didry C. (2018), « Les factory acts dans le Capital. Une écologie juridique du travail », Droit et Philosophie, dossier « Marx et le droit ». [En ligne] http://www.droitphilosophie.com/article/lecture/les-factory-acts-dans-le-capital-une-ecologie-juridique-du-travail-254

Dockès E. et Groupe de recherche pour un autre Code du travail (2017), Proposition de Code du travail, Paris, Dalloz.

Dodier N. (1995), Les hommes et les machines. La conscience collective dans les sociétés technicisées, Paris, Métailié.

Durkheim E. ([1893] 1930), De la division du travail social, Paris, PUF.

Gorz A. (1988), Métamorphoses du travail, quête du sens, Paris, Galilée.

Gorz A. (2008), Ecologica, Paris, Galilée.

Goussard L. (2014), « Au-delà de l’emploi, quelle sauvegarde du travail ? Expériences du reclassement dans le cadre d’un PSE “idéal” », Travail et Emploi, n° 138, 53-67.

Guyonvarch M. (2017), Performants... et licenciés. Enquête sur la banalisation des licenciements, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Hély M. (2009), Les métamorphoses du monde associatif, Paris, PUF.

Hirschman A. (1970), Exit, Voice and Loyalty, Harvard University Press.

Koselleck R. (2002), The Practice of Conceptual History, Stanford University Press

Lallement M. (2015), L’âge du faire. Hacking, travail, anarchie, Paris, Seuil.

Latour B. (2017), Où atterrir ? Comment s’orienter en politique, Paris, La Découverte.

Laville J.-L. (2016), « La théorie critique : de l’impasse au renouveau », dans Frère B. (dir.), Le tournant de la théorie critique, Paris, Desclée de Brouwer.

Linhart R. (1978/1981), L’établi, Paris, Minuit.

Lordon F. (2018), « En guerre – pour la préemption salariale ! », La Pompe à Phynance, 21 mai. [En ligne] https://blog.mondediplo.net/en-guerre-pour-la-preemption-salariale

Machu L. (2011), « Les conventions collectives du Front populaire. Construction et pratiques du système français de relations professionnelles », thèse de doctorat d’histoire, université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Mahoney J. et K. Thelen (2010), « A theory of gradual institutional change », dans Mahoney J. et K. Thelen (dir.), Explaining Institutional Change : Ambiguity, Agency, and Power, Cambridge, Cambridge University Press.

Marcuse H. (1968), L’homme unidimensionnel, Paris, Éditions de Minuit.

Marx K. ([1867] 2016), Le Capital. Critique de l’économie politique, Livre 1 (trad. Jean-Pierre Lefebvre), Paris, Éditions sociales.

Metzger J-L., Maugeri M. et D. Bachet (2013), « Refonder l’entreprise ? Éléments de réflexion pour une autre gestion », La nouvelle revue du travail, n° 3. [En ligne] https://journals.openedition.org/nrt/1081

Meyrat I. (2018), « Droit du travail et droits des travailleurs : Le grand désarmement », Le droit ouvrier, 207-215.

Nicolas Le Strat P. (2016), Le travail du commun, Saint-Germain sur Ille, Éditions du Commun.

Noiriel G. (2018), Une histoire populaire de la France. De la guerre de Cent Ans à nos jours, Paris, La Fabrique.

Quijoux M. (2018), Adieux au patronat. Lutte et gestion ouvrières dans une usine reprise en coopérative, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du croquant.

Rancière J. ([1981] 2012), La nuit des prolétaires. Archives du rêve ouvrier, Paris, Hachette, « Pluriel ».

Renaut E. (2016), « Émanciper le travail : une utopie périmée ? », Revue du MAUSS, 2016/2, n° 48, 151-164.

Simondon G. ([1958] 1969), Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier.

Soubiran-Paillet F. (1999), L’invention du syndicat (1791-1884). Itinéraire d’une catégorie juridique, Paris, LGDJ.

Supiot A. (2000), « Les nouveaux visages de la subordination », Droit social, n° 2, 131-145.

Supiot A. (2016), « Remettons le travail au centre de la réflexion et du droit du travail », entretien publié dans L’Humanité du 11 mars.

Thompson E.P. ([1963] 2012), La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Point Seuil Histoire.

Trentin B. ([1997] 2012), La Cité du travail. Le fordisme et la gauche, Paris, Fayard.

Tsing A. (2017), Le champignon de la fin du monde. Sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme, Paris, La Découverte.

Webb S. et B. Porter ([1894] 1897), Histoire du Trade-Unionisme, Paris, V. Giard & E. Brière.

Weber M. ([1919] 1986), Sociologie du droit (trad. Jacques Grosclaude), Paris, PUF.

Weber M. ([1919] 2003), Le savant et le politique (trad. Catherine Colliot-Thélène), Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1 Bouffartigue P., Monchatre S., Mondon-Navazo M., D’Amours M., Cingolani P., Giannini M., Ramaux C. et Rolle P. (2018), « Le salariat : mort ou vif ? », La Nouvelle Revue du travail, n° 13. [En ligne] http://journals.openedition.org/nrt/3997

2 Auquel ont participé Manola Antonioli, Isabelle Berrebi-Hoffmann, Marie-Christine Bureau, Vincent Guimas, Michel Lallement et Sylvie Rouxel (2016).

3 http://movilab.org/index.php?title=Le_manifeste_des_Tiers_Lieux.

4 https://oxamyne.org/

5 « Il est vrai que, s’agissant du travail, l’aspiration à un monde meilleur s’exprime le plus souvent sous une forme seulement négative : refus de la souffrance et du stress, critique de l’évaluation, dénonciation des efforts faits pour rien quand vient l’heure du licenciement… » (Renaut, 2016)

6 Je reprends ici des éléments développés dans mon livre (Didry, 2016).

7 Sur l’aliénation dans le capitalisme de captation, voir Tsing, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Jacquot, Jean-Luc Metzger, Daniel Bachet, Marie-Christine Bureau, Hervé Defalvard et Claude Didry, « Travail et émancipation », La nouvelle revue du travail [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nrt/4936 ; DOI : 10.4000/nrt.4936

Haut de page

Auteurs

Lionel Jacquot

Articles du même auteur

Jean-Luc Metzger

Articles du même auteur

Daniel Bachet

Articles du même auteur

Marie-Christine Bureau

Articles du même auteur

Hervé Defalvard

Claude Didry

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals