Navigation – Plan du site
Varia

Le calcul de La Poste faisant foi

La prescription du travail des facteurs et ses contradictions
Prescribing mail carriers’ work in the Post Office's interest: calculations and contradictions
Calculando las fechas límite de envío en la Oficina de Correos: la prescripción de trabajo de los carteros y sus contradicciones
Nicolas Jounin

Résumés

La Poste définit le périmètre des tournées de ses facteurs en évaluant la durée nécessaire au tri et à la distribution du courrier sur le parcours correspondant. Jusqu’au début des années 2000, elle le faisait en chronométrant l’ensemble des tournées. Depuis, afin de faire face à la baisse du trafic de courrier, elle a accéléré la révision des tournées en mettant en œuvre des combinaisons automatiques de l’estimation du trafic, du référencement de la géographie, et de vitesses et temps standards prédéterminé. Cette quantification du travail confronte les facteurs à une addition (dans les deux sens du terme) prétendument objective. L’addition est de plus en plus lourde, car les cadences sont stables depuis plus de vingt ans tandis que les conditions qui leur ont donné naissance sont périmées. Le régime juridique de mise au travail qui les validait est également en train de s’évanouir : le « fini-parti » (l’heure de la fin de journée varie selon le volume de travail du jour), condition du recours à des durées moyennes pour prescrire le travail, correspondait à des fonctionnaires, mais il est contraire au droit du travail des salariés, qui constituent désormais la majorité des facteurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie Sébastien Chauvin, Brice Guillotin, Karim Hammou et Léo Reynes pour leurs lectures et c (...)
  • 2 Décompte tiré d’un dépouillement de la base de données Europresse, en combinant les mots clés « la (...)

1Alors que les grèves nationales initiées par les fédérations syndicales de La Poste sont peu suivies, depuis des années un mouvement social rampant et dispersé traverse les plateformes de distribution du courrier1. Asynchrones, les conflits ne concernent souvent qu’un ou deux centres ; ce sont quelques communes qui se retrouvent alors sans courrier. Une revue de la presse locale sur deux années, de l’été 2015 à l’été 2017, permet de décompter au minimum 150 grèves et 40 préavis supplémentaires2. Plusieurs milliers de facteurs se sont ainsi mobilisés sur une courte période. Ils représentent une minorité des 70 000 facteurs que compte l’entreprise, mais localement ces grèves emportent fréquemment la majorité des agents.

  • 3 Le reste des mobilisations tient pour 22 % à des problématiques de conditions de travail et de manq (...)
  • 4 Une évolution décisive des conditions d’exercice du métier de facteur, qui ne sera pas traitée dans (...)

2Quel est le motif de ces conflits éparpillés mais répétés ? Le terme qui revient dans la presse est celui de « réorganisation ». Il concerne au minimum 70 % des mobilisations3. Une « réorganisation » d’un centre courrier peut impliquer beaucoup de choses (fermeture d’un centre, changement des horaires4 ou des modes de remplacement, etc.), mais elle consiste presque toujours, a minima, à réduire le nombre de tournées et allonger le circuit des tournées restantes. Depuis le début des années 2000, l’égrènement des « réorganisations » a conduit à la disparition d’environ 2 000 centres courriers (sur 5 000), 15 000 tournées (sur 70 000) et 25 000 emplois de facteurs (La Poste, 2002 ; Cour des comptes, 2016a).

  • 5 C’est pourquoi il faut parler d’une baisse de productivité en valeur, et non en volume car, selon l (...)
  • 6 Sur les dix dernières années, le chiffre d’affaires de La Poste augmente (de moins de 20 milliards (...)

3La Poste justifie chacune de ces réorganisations par la baisse du trafic, passé de 18 à 12 milliards d’objets distribués pendant les quinze premières années de notre siècle (Cour des comptes, 2016b, 86). Alors que les directions locales mettent en équivalence baisse de trafic et diminution de l’activité, La Poste est en fait confrontée à une contradiction économique : le problème n’est pas tant la diminution de l’activité que l’inévitable chute de la productivité en valeur qui en découle. Même si les expéditeurs envoient moins de plis, le nombre de destinataires augmente et il faut toujours parcourir l’intégralité des routes pour leur remettre le courrier5. Dit autrement, la quantité de travail requise varie moins fortement que le trafic (Cazals et al., 2005). La Poste a longtemps bénéficié de cette loi d’élasticité, engrangeant pendant des décennies les gains de productivité. Soumise à de fortes injonctions de rentabilité6, bridée dans la fixation de ses tarifs, elle cherche aujourd’hui à contrecarrer l’envers de cette élasticité restreinte.

4Sous l’écume des grèves, un flot de pétitions, d’interpellations par les représentants du personnel, d’éclats de voix et de décompensations, traduit un malaise et des tentatives pour l’enrayer. Les mobilisations s’attaquent non seulement au résultat principal des « réorganisations », c’est-à-dire la réduction massive des effectifs, mais aussi, de plus en plus, aux outils qu’utilise La Poste pour l’obtenir.

5Quels sont ces outils ? Il s’agit notamment des « temps virtuels » (Hatzfeld, 2005) ou « standards » (Maynard et al., 1953) qui, à partir du milieu des années 2000, servent à automatiser la mise en durée du travail des facteurs. Désormais, les directions d’établissement s’épargnent la fastidieuse étape des chronométrages des tournées pour en déterminer les parcours ; les responsables des centres de distribution prescrivent le travail des facteurs sans passer par une observation in vivo de leur activité. L’histoire du remplacement des classiques chronométrages par des modélisations établissant des « durées théoriques » a été racontée ailleurs (Jounin, 2017). Dans le présent article, il s’agit de restituer l’usage de ces modélisations, son impact et ses contradictions dans les centres de distribution.

6Les recherches sur les facteurs ayant été réalisées avant ou au tout début de la mise en œuvre des « temps virtuels » (Bras, 1995 ; Gadrey, 2000 ; Cartier 2003 ; Demazière & Mercier, 2003 ; Devetter & Rousseau, 2003 ; Demazière, 2005 ; Salaün, 2008), c’est une dimension qui n’est pas encore documentée. Ailleurs qu’à La Poste, c’est l’industrie, notamment automobile, qui a concentré l’attention (Chatzis, 1999 ; Hatzfeld, 2005). Or, lorsque les temps virtuels migrent de l’ouvrier de Peugeot au facteur, il n’y a pas qu’un décalque de technique, mais un réagencement complet de la signification de cette technique en lien avec toute une organisation – et notamment des conventions d’usage de la force de travail. La spécificité de la production postale tient à ce qu’il faut écouler chaque jour l’intégralité d’un volume d’objets alors que ce volume est affecté par des fluctuations. Les temps virtuels, supposés être « moyens », donnent un autre sens à la moyenne que dans le cadre du taylorisme usinier, car elle s’articule chez les facteurs à la pratique du « fini-parti ».

7La première partie de l’article décrit le type de taylorisme impliqué par l’usage des temps standards, qualifié d’insolite parce que la prescription des modes opératoires est faible. En revanche, la prescription du niveau de production attendu (justifiée par une modélisation du temps moyen théorique nécessaire pour l’atteindre) est intouchable. Ce temps est communiqué aux facteurs sous la forme d’une addition, entendue comme une somme, mais aussi comme l’expression d’une dette. C’est ce qui permet de contrôler le rythme et la production des facteurs alors même que ces derniers travaillent pour l’essentiel loin de tout chef. La deuxième partie explique pourquoi ces cadences, quoiqu’elles demeurent inchangées depuis leur conception en 1994 et leur mise en œuvre au milieu des années 2000, conduisent aujourd’hui à une aggravation des conditions de travail des facteurs, les laissant résoudre solitairement le dilemme entre allongement et intensification de la journée de travail. La troisième partie montre que cette aggravation n’explique pas seule la crise qui gagne la forme de prescription de la charge de travail choisie par La Poste. La crise provient aussi de la désarticulation entre la technique de gestion, les exigences de la production et le régime juridique de mise au travail. L’incorporation des facteurs au statut de salarié a été progressive, mais elle est désormais achevée pour la majorité d’entre eux. C’est pourquoi la contradiction entre le droit du travail dont ils dépendent et l’organisation qui les soumet se révèle et se durcit.

L’enquête

Cet article se fonde sur :

• des entretiens, individuels et collectifs avec une centaine de facteurs et certains de leurs encadrants dans une douzaine de centres de distribution du courrier de différentes régions de France ;
• des entretiens avec six responsables nationaux, actuels ou passés, au sein de la branche courrier et des équipes statistiques du groupe La Poste ;
• des échanges informels avec des syndicalistes et des inspecteurs du travail ;
• une observation participante comme facteur en CDD, d’une durée de trois semaines ;
• un dépouillement d’archives issues de quatre types de fond : archives nationales ; Institut de recherches et prospective postales et Bibliothèque historique des postes et télécommunications ; fonds syndicaux ; avis et analyses de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes.

Un instrument pratique et idéologique d’obtention d’un surcroît de travail

La nouvelle manière de fabriquer une tournée

8Les facteurs assurent « la logistique du dernier kilomètre », c’est-à-dire qu’ils accomplissent le dernier tri (après ceux opérés dans la trentaine de « plates-formes industrielles du courrier ») et la distribution aux destinataires individuels d’objets de correspondance. Les facteurs participent aussi et simultanément au travail de l’amont, c’est-à-dire la collecte du courrier, par exemple en relevant le contenu des « boîtes jaunes ». Mais l’essentiel de leur temps de travail est constitué par le tri et surtout la distribution des objets adressés aux usagers domiciliés sur un parcours déterminé, qu’on appelle ordinairement la « tournée ».

9Comment est défini le périmètre d’une tournée de facteur ? Ou, plutôt, à partir de quels fondements est-il périodiquement redessiné, raccourci ou (plus souvent) allongé ? Le parcours est décomposé en morceaux, ayant chacun leurs distances, leurs types d’usagers et de boîtes aux lettres, leur volume de lettres et de colis. Ces éléments contribuent à déterminer la charge de travail sur les morceaux du parcours, une charge que La Poste exprime en durée. Une direction locale d’établissement a terminé de dessiner le parcours quand l’agrégation des morceaux dudit parcours atteint la durée convenue pour la tournée, elle-même dépendante de la durée légale du travail. La question devient donc : comment La Poste attribue-t-elle des durées aux morceaux de parcours ?

10Pendant des décennies, ce fut au moyen du chronométrage. Des « vérificateurs », selon le terme postal, « accompagnaient » chaque facteur, ou plutôt chaque tournée, parfois plusieurs fois et avec des facteurs différents (par exemple le « titulaire » de sa tournée et un remplaçant). Ils décomposaient la tournée en différentes séquences et les chronométraient. À partir du milieu des années 2000, ce mode d’évaluation des durées est devenu incompatible avec l’accélération du rythme des réorganisations voulue par la direction de La Poste. Cette dernière a donc substitué la modélisation au mesurage, le calcul à l’arpentage : la durée d’une tournée n’est plus établie par une observation instrumentée, par un relevé spécifique et dédié à la tournée, mais par la combinaison réglementée de quelques variables supposées conditionner et résumer la charge de travail. Le chronométrage a disparu, remplacé par un calcul dont les formules sont inscrites et manipulées informatiquement.

11Ce calcul combine trois types de données : 1) une schématisation de l’environnement géographique et postal de la tournée (par le recensement des distances, des boîtes aux lettres, etc.) ; 2) une estimation, pour chaque « point de distribution », du volume de trafic (nombre moyen de lettres, de colis, de recommandés, etc.) en croisant différents comptages, manuels et automatisés ; 3) des vitesses et durées conventionnelles, des « temps standards » (Maynard et al., 1953) conçus par le siège national de La Poste en 1994 et s’étendant à l’ensemble du territoire. Par exemple, il est dit qu’un facteur cycliste roule à 6,19 km/h lorsqu’il y a entre 4,6 et 6 points de distribution sur une distance de 100 mètres, pendant qu’une voiture avance à 7,32 km/h ; ou qu’il faut 3,78 « centiminutes » pour remettre une lettre dans une boîte aux lettres insérée dans une batterie de 9 à 12 boîtes.

12La combinaison des trois catégories d’éléments fournit des « durées théoriques », selon le nom que leur donnait La Poste avant de généraliser leur usage. L’« organisateur », qui a remplacé le « vérificateur », produit désormais ces durées sans avoir jamais parcouru les tournées concernées.

13Par quelles médiations ces « durées théoriques » permettent-elles de générer des gains de productivité ? Elles parviennent aux facteurs sous le nom de « diagnostics » ou « restitutions ». Les diagnostics prennent la forme d’un tableau, qui reprend les grandes catégories de travaux d’une tournée (en distinguant principalement le tri et la distribution), restitue le temps qui est attribué à chacune au sein d’une journée supposée moyenne et en fait la somme. Dans le langage utilisé dans les centres courriers, si cette addition est inférieure à la durée réglementaire de la journée de travail, alors le facteur « doit » du temps à La Poste, et il faut « recharger » sa tournée lors d’une « réorganisation ».

Le « fini-parti », condition d’un taylorisme insolite

14À l’usine (Hatzfeld, 2005), les « temps standards » (et les « durées théoriques » qu’ils permettent de fabriquer) ne sont envisagés que comme un moyen de tirer le maximum d’utilité de la force de travail durant un temps imparti relativement incompressible (les heures supplémentaires étant conçues comme l’exception et habituellement rémunérées). Parce que la durée de location de la force de travail est donnée, c’est le nombre de pièces produites qui est la variable d’ajustement ; d’où l’importance de concevoir une organisation qui permette d’en obtenir le maximum dans un minimum de temps.

15En revanche, dans le travail de facteur, c’est la production qui est intouchable : il faut chaque jour distribuer tout le courrier du jour. Or, le trafic est d’ampleur variable d’une journée à l’autre. Comme le résume un ingénieur du siège :

C’est le principe, on construit une organisation moyenne, par définition tous les jours elle est fausse. Une partie des outils sont les mêmes qu’à l’usine, mais nous on s’en sert pour faire une préquantification du temps de travail.

16C’est alors la durée de la journée de travail qui devient la variable d’ajustement. Déduites de la combinaison des temps standards présentés comme des valeurs moyennes, de la schématisation de l’environnement géographique et de l’estimation d’un volume moyen de courrier, les durées théoriques des tournées sont elles-mêmes pensées comme des durées moyennes autour desquelles fluctuent les durées réelles.

17Il en découle une autre différence. À l’usine, les temps standards d’accomplissement des tâches impliquent une manière standard de les accomplir. Ils contiennent une prescription du mode opératoire ou, dit autrement, une doctrine obligatoire sur la manière de faire. Par contraste, les temps standards pensés pour les facteurs ne sont qu’une évaluation du temps nécessaire pour accomplir les tâches ; ils n’imposent pas de manière de faire.

18Le cas de la « fusion » illustre ce taylorisme insolite. Il s’agit d’une innovation supposée dans la manière de trier qui se diffuse progressivement depuis quelques années, accompagnant la mécanisation croissante du tri. Les machines des centres de tri, en amont des établissements de facteurs, sont de plus en plus (présumées) capables de trier le courrier dans le sens où la tournée est réalisée. La direction considère que cela implique pour les facteurs un nouveau mode opératoire : ne trier et ne déposer sur leur casier que la partie du courrier qui n’est pas triée mécaniquement dans l’ordre de la tournée, puis la « fusionner » avec le courrier déjà trié, auquel on est supposé ne pas avoir touché. L’introduction de la « fusion » dans les années 2000 est l’un des rares amendements apportés aux cadences établies dans les années 1990 ; elle est réputée faire gagner à chaque facteur quelques minutes par jour.

19Nombre de facteurs disent ne pas appliquer la « fusion » car ils estiment qu’elle ne leur fait pas gagner de temps, ou que le tri des machines génère des erreurs qu’il leur faut rectifier par un tri en cases de l’ensemble de leur courrier. C’est même le principal obstacle rencontré par les analystes missionnés par La Poste pour étudier le rythme des facteurs à la « fusion » :

  • 7 La Poste (2012), Travaux intérieurs distribution. Mesure de la cadence de fusion sur CHM. Source sy (...)

La difficulté à trouver suffisamment de personnel pratiquant la fusion de façon conforme constitue un obstacle majeur. […] Dans ces conditions les résultats communiqués doivent être considérés comme des tendances7.

20Cependant, au quotidien, les directions des centres courrier ne cherchent pas à contrer la désaffection des facteurs vis-à-vis de ce mode opératoire en tentant de le leur imposer. Elles se contentent de déduire de la « durée théorique » de la tournée le gain escompté de la fusion.

21S’il y a décomposition des temps et des mouvements, il n’y a pas ce trait fondamental du taylorisme qui consiste pour une direction à s’approprier, codifier et monopoliser le savoir des travailleurs afin d’en faire un corps de règles et de consignes auxquels ces derniers seraient soumis (Taylor, 1919). Les facteurs sont en partie épargnés par l’« énorme gonflement de l’appareil d’encadrement du procès de travail », dans lequel Linhart (2010, 105) voit la « conséquence la plus visible de l’application du système Taylor ». La plupart du temps, les facteurs n’ont pas de chef sur le dos, car ils travaillent en extérieur, sur leurs routes, avec leurs raccourcis et leurs habitudes, leurs stratagèmes et leurs déviances. Qui ira vérifier qu’ils ont bien mis, en moyenne, 3,78 centiminutes pour remettre une lettre dans une boîte aux lettres insérée dans une batterie de 9 à 12 boîtes ?

22La contrainte et les remontrances de l’encadrement se manifestent au retour, si l’on ramène du courrier non distribué. Peu importe que les facteurs suivent ou non les cadences, peu importent leurs techniques de travail, peu importe l’heure à laquelle ils rentrent au centre et finissent leur journée, tant que tout le courrier est écoulé. Cette indifférence de La Poste tient non seulement à la difficulté pratique de contrôler les facteurs pendant leurs tournées de distribution, mais aussi à la solution qu’elle a trouvée à ce problème : c’est le temps des facteurs qui est la variable d’ajustement.

23Lorsqu’il y a quantification du travail avec des horaires fixes, comme à l’usine, à travers les temps standards le patron annonce ce qu’il entend obtenir. Dans la quantification du travail des facteurs, il indique ce qu’il prend en charge. Lorsque le rythme du travailleur est inférieur à la norme chiffrée, dans le premier cas le « reste à charge » est pour le patron, et dans le second pour le travailleur. Dans le cas de la distribution du courrier, les calculs utilisant les temps standards établissent une vérité comptable qui le demeure, puisque ce n’est pas La Poste qui supporte le décalage entre le prescrit et le réel, mais les facteurs.

  • 8 La pratique du fini-parti existe dans d’autres métiers, comme les éboueurs, qui se caractérisent pa (...)

24En effet, les dépassements de l’horaire théorique sont rarement rémunérés ou même enregistrés. Cette cécité volontaire est justifiée par l’affirmation selon laquelle les dépassements certains jours sont compensés d’autres jours par les retours précoces de tournées. Pour que cette compensation soit possible, il faut une pratique qui la tolère et l’organise : c’est le « fini-parti », qui, pour le facteur, consiste, comme son nom l’indique, à quitter le centre courrier lorsque le travail est fini. Cela permet de partir plus tôt les jours où il y a moins d’activité, mais cela implique aussi de quitter plus tard lorsqu’il y en a davantage. Le « fini-parti » serait ainsi l’instrument de régulation des jours avec et des jours sans8.

25Nombreux sont les facteurs qui affirment que cette compensation eut été vraie, mais qu’elle ne l’est plus de nos jours. Comment l’attester, ou le contredire ? Les directions ne mettent en place aucun moyen de le vérifier. Lorsque des facteurs prennent l’initiative de noter quotidiennement leurs horaires effectifs, elles n’y voient qu’un enregistrement partial.

Des « diagnostics » qui tiennent le langage de la dette

26Face à leurs décomptes solitaires et artisanaux (qui ne sont pourtant pas sans effet juridique, on y reviendra), les facteurs trouvent la puissance des « diagnostics » établissant que leurs tournées sont « bien pesées », voire « déficitaires ». Dès lors que la durée calculée pour une tournée est inférieure à la durée réglementaire, le facteur est réputé « devoir » du temps, selon les termes indigènes, ce qui justifie un allongement de son circuit de distribution. Quoique présentée localement comme objective, exhaustive, indiscutable, comme une description plutôt qu’une prescription, cette addition est fabriquée selon des normes qui échappent à tout le monde. Ces normes ont été conçues par le siège il y a un quart de siècle et les directions locales ne savent rien de leurs fondements. Il y a tant à parcourir du résultat (le périmètre assigné à une tournée) à ses référents, tant de « boîtes noires » à ouvrir (Callon & Latour, 2006), que cet éloignement même entre la conception initiale et l’application actuelle consolide le résultat retenu. Le calcul transcende et justifie les consignes locales.

On réclame depuis des années le pesage de la charge de travail. Ils [la direction locale de l’établissement] nous expliquent que c’est un système informatique national, avec des taux nationaux, c’est calculé comme ça, ils ont pas de regard là-dessus et c’est tout. Et, même au niveau national, quand on réclame, on n’a jamais eu les méthodes de calcul réel, les taux qu’ils imposent à chaque truc. (Facteur)

27Les facteurs croient-ils à cette addition qui bien souvent les désavoue ? Y croire, alors que l’on met plus de temps pour faire sa tournée que ne le prévoit le calcul, c’est s’accuser soi-même de lenteur, de paresse, de nullité, c’est sombrer dans l’aliénation. Ne pas y croire, c’est rejeter la prescription qui fonde son propre travail ; c’est risquer de se laisser gagner par une colère radicale, intenable, ou entrer en lutte – mais il faut trouver des alliés –, ou bien encore déserter – alors que le métier de facteur a longtemps représenté la perspective d’une carrière à vie, beaucoup évoquent aujourd’hui la possibilité d’une démission. Entre ces deux pôles, nombre de facteurs entretiennent une demi-croyance, oscillant entre le désir de controverse et la tentation de l’abandon. Les « diagnostics » emportent rarement la conviction, mais ils fabriquent de la résignation, le sentiment d’être désarmé face à cet écrit qui, noir sur blanc, établit que le facteur « doit » des minutes, voire des dizaines de minutes, comme le montrent ces quelques extraits d’entretiens :

Le découpage des tournées, on nous dit que c’est l’ordinateur qui a dit que, donc on ne peut rien objecter. « L’ordinateur dit tant de minutes » donc on ne peut rien dire.

Ils ont fait leur calcul – comment, j’en sais trop rien –, je leur dois 20 min par jour, donc je ne suis pas rentable. Alors que je dépasse tous les jours [l’horaire théorique de fin de service]. Pour eux, ils jugent qu’ils doivent me rajouter une demi-heure de plus, ce qui fait 93 clients. Je ne sais pas du tout comment ils arrivent à calculer, c’est le logiciel.

On a eu un petit papier en disant « ta tournée est calculée à tant ». Je crois que j’avais 18 min que je leur devais. Franchement, je ne pense pas que ce soit la réalité. Je pense finir aux heures et voire même souvent après. Pour moi, je ne leur dois rien, mais bon, après, ils calculent ça comme ça, c’est leurs chiffres, tu ne peux rien faire. (Facteurs)

28Même les « facteurs qualité », les plus gradés parmi les facteurs, partiellement associés à la confection des tournées, ne peuvent que renoncer à donner leur avis sur les durées modélisées par les directions :

L’organisateur est derrière son PC et demande « qu’est-ce que tu peux retirer de cette tournée pour mettre sur celle-là ? » On rajoute, on rajoute jusqu’à ce que ça corresponde au niveau temps. Sauf que quand je voyais tout ce qu’il rajoutait, je disais « ça fait beaucoup quand même » mais apparemment non, tout est faisable. Moi qui connaissais les tournées je disais « non, ça dépasse », mais d’après le PC si, c’est possible. Il me disait que ce n’était pas lui qui avais la main sur les temps. Il me disait « je comprends bien mais j’ai pas la main dessus ». Ce qui a été conçu est irréaliste. On a des temps aberrants. (Facteurs qualité)

Les temps de distribution, comme on sait qu’on ne peut pas en discuter, on ne les regarde même pas, on regarde plutôt la cohérence de l’itinéraire de la tournée, plutôt que de discuter. De toute façon l’organisateur ne changera pas, c’est calculé.

  • 9 Si un « diagnostic » établit qu’une tournée est devenue « excédentaire », la tournée sera raccourci (...)

29Parfois aussi, la colère se reporte sur le collègue. Le travail de facteur est individuel, voire solitaire, propice aux regards jaloux sur la tournée du voisin, au soupçon d’avoir été moins bien servi. Ce soupçon peut être conforté par les évolutions démographiques différenciées des secteurs où interviennent les facteurs, conduisant à une augmentation du nombre d’usagers et du trafic ici, à une diminution là, et donc à des écarts croissants de charge de travail. La modélisation des tournées au moyen de cadences uniformes fournit un référent boiteux mais commun, la seule balance disponible pour établir ce qu’un ingénieur du siège appelle la « justice organisationnelle ». Mais lorsqu’elle tranche entre les jugements concurrents des facteurs, elle fait plus de déçus que de satisfaits, car tout le monde ou presque se retrouve à « devoir » du temps9. Il n’y a pas de modélisation à somme nulle, car il n’y a pas de réorganisation qui aurait l’objectif de rééquilibrer les tournées sans en supprimer.

  • 10 Une grève du zèle (qui pourrait commencer par le simple respect du code de la route) aurait ainsi d (...)

30Le langage de la dette habille et rationalise la prescription patronale, tentant de la légitimer (Morice, 1999). C’est au nom de la dette affichée que les facteurs acceptent des dépassements horaires non rémunérés, ou s’infligent une intensification du travail et des stratagèmes qui les rapprochent de la faute professionnelle10. Alors que la prescription est définie à la seconde près, le moyen de retrouver, ou croire retrouver de l’autonomie, c’est d’inventer ses raccourcis et ses astuces, d’accélérer, de courir (au sens propre), de tricher. Le travail solitaire du facteur permet de renouer avec des plaisirs et des illusions analogues à ceux du travailleur à la tâche ou au rendement (Marx, 1985, t. 2, 37-41 ; Roy, 2006 ; Haraszti, 1976), sauf qu’ici, au lieu de gagner de l’argent, on gagne du temps. C’est le facteur qui en vient lui-même à se forcer à « dépenser, au moyen d’une tension supérieure, plus d’activité dans le même temps, à resserrer les pores de sa journée, et à condenser ainsi le travail » (Marx, 1985, t. 1, 296).

31Il reste que l’on s’expose toujours aux récriminations, voire aux sanctions de l’encadrement, soit pour avoir été trop lent, soit pour avoir fait ce qui était nécessaire pour ne plus l’être (excéder les limitations de vitesse, rouler sur les trottoirs, aviser systématiquement les recommandés, etc.). Les temps standards, les « diagnostics » qui les utilisent, et la dette que ces derniers allèguent sont des actes d’accusation en suspens. Que le facteur opte pour l’allongement de sa journée ou l’intensification de son travail, les temps standards de tri et de distribution fonctionnent comme un instrument idéologique et pratique d’extorsion d’un surcroît de travail et d’énergie, et d’étouffoir des contestations.

Un outil figé à l’origine d’une pression croissante sur le travail

32Les cadences de La Poste ont été conçues il y a plus de vingt ans, et la modélisation qu’elles alimentent est utilisée pour redéfinir les tournées depuis plus de dix ans. Pourquoi, dans ces conditions, engendreraient-elles aujourd’hui une dynamique de dégradation des conditions de travail, comme le soutiennent les facteurs en grève et de nombreux syndicalistes ? Pourquoi les exposeraient-elles davantage au dilemme entre allongement et intensification de la journée de travail ? Pourquoi les tensions à propos des cadences semblent-elles se multiplier depuis quelques années ?

Des cadences immuables dans un environnement changeant

33Si ces temps standards ont eu un jour une quelconque validité descriptive, c’était à leur fondation en 1994. Depuis, les environnements géographiques, la densité des constructions et surtout de la circulation se sont modifiés. Les enquêtes de l’INSEE (recensement et enquête plus spécifique sur les transports et déplacement) montrent l’accroissement du parc automobile français et du nombre de kilomètres parcourus. Dans de nombreuses zones, cela se traduit par des déplacements plus heurtés, et surtout un stationnement plus difficile, alors que les facteurs doivent fréquemment s’arrêter. Or, si la densité du bâti est prise en compte dans les cadences postales, celle de la circulation demeure un point aveugle.

  • 11 Les enquêtes emploi de l’INSEE montrent que l’effectif des « employés de La Poste » a vieilli de pl (...)
  • 12 Une exploitation de l’enquête SUMER (Bougault, 2005, 24-25) montrait ainsi que, « par rapport aux s (...)
  • 13 Article 2.5 de l’« Accord sur l’amélioration des conditions de travail et sur l’évolution des métie (...)

34L’environnement n’est pas seul à changer. Les facteurs vieillissent. Les réductions d’effectifs, environ 25 000 facteurs en dix ans, ne résultent pas de licenciements massifs, mais d’une politique de recrutement malthusienne, qui a pour effet mécanique l’augmentation de l’âge moyen de ceux qui restent11. Ce vieillissement a des effets physiologiques, qui contribuent à ralentir le rythme auquel peut être soumis le corps, alors que le métier de facteur est physiquement exigeant12. Même les inventeurs de la méthode des temps standards dans l’industrie l’avaient aperçu, qui recommandaient d’aménager les durées selon l’âge des opérateurs, ou du moins l’âge moyen des opérateurs d’un établissement (Maynard et al., 1953, 128). Mais ce n’est que récemment que La Poste a envisagé de « réserver des tournées » adaptées aux « seniors »13.

Des nouveautés peu ou mal calibrées

35Par ailleurs, de nouveaux objets, de nouvelles tâches apparaissent, mais ils ne sont pas ou mal calibrés. Prisonniers de temps standards conçus avant eux, ils contribuent à alourdir la charge de travail des facteurs.

36Du côté des produits, si le développement d’Internet pénalise le courrier, en revanche, il favorise le e-commerce dont l’auxiliaire indispensable est la livraison à domicile. Les facteurs voient se multiplier ce qu’ils appellent les « petits paquets chinois », colis de petite taille qui ne sont ni recommandés ni suivis. Dans la nomenclature de La Poste, ils comptaient jusqu’au début de l’année 2018 comme des « objets ordinaires », c’est-à-dire comme une lettre simple, et étaient supposés être distribués à la même vitesse. Pourtant, ils ralentissent le tri et alourdissent la « sacoche du facteur ». Lorsqu’ils sont trop grands pour passer à travers les fentes, ils requièrent quelques secondes de plus pour ouvrir la boîte aux lettres.

37Sur le plan des tâches, les « nouveaux services » que La Poste cherche à commercialiser sont ajoutés à la tournée du facteur sans être valorisés en temps, ou alors de manière approximative. Il peut s’agir de la « remise commentée » de catalogues, d’administrer des questionnaires pour le compte d’organismes divers, de relever des compteurs, de prendre des photographies pour les assurances, de « veiller » sur les personnes âgées… D’une part, les demandes adressées à ces arpenteurs du territoire que sont les facteurs sont variées, ce qui rend difficile leur mise en durée. D’autre part, le calendrier d’obtention des contrats ne suit pas le rythme des réorganisations, si bien que les « nouveaux services » sont simplement ajoutés à des tournées dont la durée est déjà théoriquement arrêtée.

Les conditions de possibilité physiques et cognitives des cadences ignorées

38Le problème n’est pas seulement que de nouveaux objets ou dispositifs sont individuellement mal calibrés. Il est aussi que les transformations de certains cadres du travail altèrent, voire suppriment, des conditions de possibilité des cadences de 1994.

  • 14 Les facteurs travaillent six jours sur sept. Lorsque la durée journalière programmée est supérieure (...)
  • 15 Elle le fait en la remplaçant par une pause « méridienne » de 45 minutes qui n’est pas comptée comm (...)
  • 16 Taylor (1919, 56-58) entendait définir scientifiquement des temps de récupération nécessaires, repr (...)

39D’une part, la durée quotidienne de distribution s’allonge, sans que les cadences ne soient révisées en conséquence. Elle s’allonge, d’abord, parce que La Poste cherche en de nombreux sites à porter la durée de la journée de travail à 7 h14, et à supprimer la pause forfaitaire de 20 minutes comptée comme du temps de travail15. Ensuite, la part prise par la distribution au sein d’une journée de travail augmente, du fait de la mécanisation croissante du tri en amont des centres courriers, qui réduit le volume des opérations de tri pour les facteurs. Or, que la durée programmée pour la journée de travail soit de 5 h 50 ou de 7 h, que la part de cette journée mobilisée par la distribution soit de 50 % ou 80 %, le facteur est supposé aller au même rythme de bout en bout. Non seulement l’impact cognitif du rallongement de la tournée (augmentée de dizaines d’usagers dont il faut connaître les noms, adresses et habitudes) n’est pas pris en compte, mais les effets physiques de la fatigue non plus. Implicitement, La Poste épouse une conception mécaniste et même prétaylorienne du travail, puisqu’elle envisage les facteurs comme des machines constantes16.

40D’autre part, La Poste a démultiplié, dans plusieurs dispositifs, sa croyance dans la possibilité de décomposer des opérations, puis de prédire des durées globales par simple addition des temps fictivement décomposés, sans égard pour la dynamique d’ensemble de l’activité. Ainsi, elle ne considère pas que les cadences fabriquées en 1994 pour la distribution du courrier étaient conditionnées par le fait que la même personne réalisait au préalable le tri. Trier le courrier que l’on va soi-même distribuer permet une mémorisation sur le long terme (connaissance des usagers, de leurs habitudes et de leurs besoins [Cartier, 2003 ; Demazière, 2005]) mais aussi une anticipation à la journée (repérage des usagers recevant des plis ce jour-là et nécessitant donc un arrêt). Or La Poste tente de développer le dispositif des « tournées sacoche » : un premier facteur trie la tournée, tandis que le facteur-distributeur attend sa sacoche et ne démarre sa journée qu’au moment de la distribuer. La journée de ce dernier est alors uniquement constituée de distribution solitaire en extérieur, calibrée selon les temps standards de 1994, lorsque de tels dispositifs étaient inexistants et que les facteurs chronométrés pouvaient prendre connaissance au moment du tri du détail du courrier qu’ils s’apprêtaient à distribuer.

Des usages dégradés

41Enfin, certaines petites routines de la modélisation sont subrepticement altérées. C’est le cas tout d’abord des éléments qui sont combinés aux cadences pour fabriquer des durées théoriques. Par exemple, les directions se fondent sur l’hypothèse que le référencement géographique (distances) et postal (nombre et type de boîtes aux lettres) des parcours est exhaustif, en même temps qu’elles délèguent l’alimentation du système d’information aux facteurs, et plus particulièrement à une partie d’entre eux nommés « facteurs qualité ». Ces derniers sont supposés, pendant 70 % de leurs journées, remplacer des facteurs lors de leurs absences, et, pendant les 30 % restants, assurer des tâches permettant de maintenir la « qualité » de l’organisation et du service, dont l’alimentation du système d’information. Bien souvent, l’insuffisance des effectifs de remplaçants contraint les « facteurs qualité » à réaliser des tournées de distribution dépassant plus des 70 % de leur temps. Il leur est alors plus difficile de garantir l’actualisation du référencement des tournées, si bien que ce dernier est incomplètement effectué.

42Ensuite, quoique les cadences ne changent pas, les morceaux de parcours auxquels elles s’appliquent sont redéfinis de manière à accélérer les vitesses retenues. Des milliers de kilomètres de « parcours actif » (là où se trouvent les boîtes aux lettres que les facteurs desservent) sont ainsi convertis en « hauts-le-pied ». Cette catégorie ne désignait à l’origine que la distance séparant le centre de distribution de la première et de la dernière boîte aux lettres d’une tournée, à l’aller et au retour ; on parcourt cette distance sans s’arrêter, ce qui a conduit à prescrire des vitesses supérieures à celles prévues pour le « parcours actif ». Ce sont ces vitesses qui sont aujourd’hui reconduites telles quelles sur de nombreuses portions de « parcours actif » requalifiées en « hauts-le-pied ».

43Enfin, les directions d’établissement, à travers leurs « organisateurs », ont progressivement anéanti la « souplesse ». Notion longtemps centrale de la conception des tournées, sorte d’équivalent des « coefficients de sécurité » que les ingénieurs de la matière ajoutent une fois leurs calculs de charges établis, la « souplesse » est le laps de temps qui sépare la durée théorique de la tournée de la durée réglementaire de la journée, la première devant demeurer inférieure à la seconde. Elle était pensée comme une marge d’absorption des imperfections de la modélisation ou des aléas du quotidien. Cette souplesse est aujourd’hui réduite à presque rien ; pour l’organisateur, la durée réglementaire de la journée de travail est un verre vide qu’il faut remplir à ras bord avec des morceaux de parcours. Il n’est plus rare de voir la durée théorique d’une tournée inférieure de seulement une ou deux minutes (voire supérieure d’une ou deux minutes) à la durée officielle de la journée. Toute référence aux aléas, sans parler des temps d’échange gratuit avec les usagers, est désormais exclue du calcul de la charge de travail.

La moyenne et le fonctionnaire, ou les vicissitudes du « fini-parti »

44Pourquoi les tensions autour de ces cadences s’exacerbent-elles aujourd’hui, se demandait-on ? Parce que les choses vont de mal en pis, a-t-on d’abord répondu. Mais si cela suffisait à aviver les conflits, les questions que se pose la sociologie politique seraient vite résolues. Il y a au moins une autre raison : un changement de cadre juridique favorise la mise en crise de la rationalisation du travail telle qu’elle est conçue par La Poste.

45Les exigences de la production impliquent une charge de travail variable d’un jour à l’autre. La variabilité est liée aux aléas de la météo, de la circulation, des sollicitations des usagers sur le parcours, et aux fluctuations quotidiennes et saisonnières du volume et du type d’objets à distribuer. Or, l’organisation autorise peu de marges de manœuvre pour compenser ces aléas. L’exigence, en même temps que la fierté (souvent contrariée) de nombre de facteurs, c’est de distribuer chaque jour tout le courrier du jour.

  • 17 Source : rapports sociaux annuels de La Poste.

46La Poste ne fait aucune évaluation de la variabilité de la charge de travail. Elle la subsume sous des moyennes annuelles de trafic, dont elle déduit des durées moyennes de travail. Abandonner l’organisation de la distribution à des durées moyennes ne peut se faire qu’en recourant au « fini-parti » défini plus haut. C’est en même temps faire un pari sur l’acceptabilité de ce choix organisationnel dans le droit du travail applicable. Or, jusqu’en 2002, année des derniers concours, les facteurs étaient principalement recrutés comme fonctionnaires. Depuis le début des années 2010, l’effectif de postiers de droit privé a dépassé celui des agents de droit public17.

47Dans le droit du travail proprement dit, c’est-à-dire celui des 18 millions de salariés du privé, la question du temps concédé au patron est centrale (et même fondatrice) et par là strictement encadrée. Dans le droit public, qui régente l’activité des fonctionnaires, elle apparaît moins primordiale et fait l’objet de moins de garanties. La limitation de la durée du travail des fonctionnaires n’est pas inexistante, mais elle est moins immédiatement contraignante et peut s’effacer à l’occasion derrière les nécessités et la continuité du service à accomplir, au nom de l’« intérêt général » (Maggi-Germain, 2004). C’est ce qui explique que, si la durée de travail effective des fonctionnaires n’est pas supérieure à celle des salariés, en revanche, leur disponibilité temporelle est plus grande, c’est-à-dire que leurs horaires sont plus variables et moins prévisibles (Devetter, 2004).

48Toute autre est la relation du patron à son salarié du point de vue du droit du travail. Formellement, c’est de la libre volonté de chacun, de l’accord temporaire de leurs intérêts particuliers, que naît le contrat de travail. Certes, ce contrat atypique prévoit la subordination d’un contractant à l’autre. Mais cette subordination n’est pas de principe et attachée à un service à accomplir, comme pour le fonctionnaire ; elle est limitée à un nombre d’heures pendant lesquelles le salarié met à la disposition de l’employeur ses moyens, sans obligation de résultat (Supiot, 2002). Chaque heure travaillée, c’est-à-dire chaque heure pendant laquelle le salarié ne peut disposer de sa personne, est due. Il appartient à l’employeur d’en tenir le décompte. À défaut, le relevé établi solitairement par le salarié peut faire foi.

49Ceux qui ont choisi de privatiser le statut des agents de La Poste avaient-ils ces distinctions en tête, ou ne pensaient-ils qu’à se débarrasser de fonctionnaires qu’ils jugeaient insuffisamment malléables et trop prompts à invoquer l’idéologie du service public (Cartier, 2003, 5-6) ? Les temps standards et leur application sous forme de moyenne, dans une organisation du travail qui fait du temps de travail des facteurs la variable d’ajustement, se branchaient avec bonheur sur les rationalisations du droit concernant la manière d’employer des fonctionnaires. Il en va autrement du droit du travail, qui se substitue progressivement au droit public et doit désormais s’appliquer à une organisation de la production qui a été bâtie sans lui.

50Les dirigeants de La Poste ne cherchent pas, pour l’instant, à apporter une réponse cohérente à cette question. Ils aimeraient qu’un régime juridique de mise au travail remplace l’autre sans que l’organisation du travail n’en soit affectée. En témoigne ce point de vue d’un dirigeant, qui reconnaît la contradiction, mais se prévaut d’un compromis tout en brandissant la menace de solutions alternatives dont il pense qu’elles seraient repoussées par les facteurs.

Il y a eu des discussions avec le ministère du Travail parce que notre méthode… Le patron normalement est obligé de mesurer le temps de travail des agents. […] Eux nous disent : « C’est le début et la fin [de la journée de travail qu’il faut noter]. » On répond : « Oui, mais les facteurs ont de la liberté. » Sinon on basculerait dans la vérification par GPS, ce serait l’enfer technocratique, même si ce serait plus légal que ce qu’on fait. Ce qui fait qu’on est sur un consensus syndical en disant : « On n’applique pas le Code du travail. Si vous allez au tribunal, vous allez gagner, et du coup on mettra du GPS sur tout le monde. » […] Il y a un consensus social et il y a suffisamment de facteurs avec une majorité d’accord pour ne pas chercher à trop compliquer, et avoir leur liberté opérationnelle. On ne va pas regarder dans le détail comment ils exécutent la tâche. […] Il y a quelques inspecteurs du travail zélés qui de temps en temps viennent mettre le doigt là-dessus, on refait une information à la Direction générale du travail en disant : « On est un peu dans un angle mort du Code du travail français, on a du mal à trouver l’adéquation complète. »

  • 18 Cour de cassation, chambre sociale, n° 08-42758 (16 juin 2010) et n° 13-10367 (24 septembre 2014) ; (...)

51Ce que La Poste a mis en place pour ses facteurs fonctionnaires, ces temps standards, ces « diagnostics » qui prétendent établir une dette, ces moyennes qui s’épanouissent dans le « fini-parti », tout ce que le droit public ignorait, s’appelle dans le droit du travail la quantification préalable du travail. Cette technique de gestion et de rémunération des salariés a déjà été sanctionnée par les tribunaux, jusqu’aux juridictions les plus élevées18. Bien sûr, cela continue d’exister malgré tout : par exemple, beaucoup de femmes de chambre des hôtels (Puech, 2004) ou de distributeurs de prospectus (Yon, 2012 ; Brygo & Cyran, 2016, 101-125), comme les facteurs, sont rémunérés de manière forfaitaire pour une quantité de travail à écouler, corrélée à une durée fictive qui justifie le forfait sans être rectifiée par la durée effective. En théorie, il suffit que le travailleur concerné note scrupuleusement ses horaires pour se les faire payer et ainsi contrarier la logique formelle de ce système.

52Pour l’instant, à La Poste, la contradiction se manifeste de manière éparse, mais on en trouve la trace dans des procédures prud’homales individuelles pour obtenir la rémunération des heures supplémentaires, ou dans les visites de l’inspection du travail, qui réclame des relevés d’heures ou soupçonne du travail dissimulé (lorsque les dépassements horaires non rémunérés sont répétés). De tels termes, de tels documents étaient jusque-là inconnus de l’administration postale.

53La Poste hésite à répondre à ces menaces. Dans un nombre croissant de centres de distribution, les directions locales ont entendu mettre fin au « fini-parti ». En l’absence de modification de l’outil de prescription de la charge de travail, qui ne sait produire que des « durées théoriques moyennes », elles se confrontent alors à d’insolubles contradictions. Sans « fini-parti », les jours de faible trafic ou de circulation fluide, les facteurs rentrés avant l’heure de fin de service sont contraints de rester au centre à l’issue de leur tournée, occupés à de menues tâches ou désœuvrés ; tandis que les jours de fort trafic ou de circulation difficile, ils rentrent après l’heure, ce qui conduit logiquement, puisqu’il n’y a plus de compensation entre journées, à un allongement de la durée effective de travail et au paiement d’heures supplémentaires. Si, pour éviter ce cas de figure, La Poste décidait de faire respecter strictement les horaires, elle ne pourrait qu’abandonner l’objectif de distribuer chaque jour tout le courrier du jour, risquant de provoquer des retards cumulés d’acheminement. Tâtonnantes, les directions d’établissement qui ont tenté d’en finir avec le « fini-parti » concèdent davantage que d’autres l’enregistrement et le paiement d’heures supplémentaires, mais tentent parfois d’en limiter le nombre en demandant qu’elles soient « justifiées », par exemple par un niveau de trafic singulièrement élevé. Cette demande de « justification » se réfère à nouveau à la modélisation des tournées, dont l’exactitude présumée est opposée à la requête du facteur, et le raisonnement retombe alors dans l’ornière d’une préquantification illégale.

Conclusion

54La baisse des volumes de courrier n’implique pas tant une baisse d’activité qu’une perte de productivité (en valeur). Pour tenter de résoudre cette contradiction économique et de continuer à générer du profit, La Poste intensifie le travail au moyen d’une longue chaîne de dispositifs.

55Cette chaîne va des cadences conçues il y a un quart de siècle dans des conditions obscures, jusqu’aux « diagnostics » distribués aux facteurs qui leur signifient une dette, visant à obtenir d’eux plus de travail qu’avant. La classique contradiction entre la prescription et le travail réel prend ici une forme particulière parce que les biais de la description/prescription invoquée par La Poste s’accumulent, et parce que le décalage est assumé solitairement par les facteurs au travers de l’allongement ou de l’intensification de leurs journées de travail.

56Si La Poste ne révise pas ses vieilles cadences, si elle refuse de discuter de leur application uniforme à des territoires hétérogènes, c’est probablement parce qu’elle craint de rouvrir la boîte noire. Au-delà des fondements méthodologiques de la conception des cadences (Jounin, 2017), c’est aussi le branchement historique, aujourd’hui abîmé, entre les exigences de la production (écouler chaque jour tout le courrier du jour), la technique pour l’organiser (les « durées théoriques » moyennes obtenues par modélisation) et le régime juridique de mise au travail (« fini-parti » permis par le statut de fonctionnaires), qui serait remis en cause. La bataille du temps de travail des facteurs n’a pas fini de gronder.

Haut de page

Bibliographie

Barrois Amandine et François-Xavier Devetter (2017), « Durées courtes, journées longues », La Nouvelle Revue du travail, n° 11. [En ligne] https://journals.openedition.org/nrt/3272

Bouffartigue Paul, Bouteille Jacques et Baptiste Giraud (2018), « L’émiettement et la localisation des conflits du travail. Le cas des grèves de facteurs (2013-2018) », Communication pour les « Journées internationales de sociologie du travail 2018 », Paris, 9-11 juillet 2018.

Bougault Valérie (2005), Évaluation des risques professionnels des postiers : exploitation de l’enquête Sumer 2002-2003, Mission recherche de La Poste.

Bras Bénédicte (1995), « La Poste entre le service public et le marché », Thèse, Paris X.

Brygo Julien et Olivier Cyran (2016), Boulots de merde !, Paris, La Découverte.

Callon Michel et Bruno Latour (2006), « Le grand Léviathan s’apprivoise-t-il ? », dans Akrich Madeleine et al. (dir.), Sociologie de la traduction, Paris, Presses des Mines, 11-32.

Cartier Marie (2003), Les facteurs et leurs tournées, Paris, La Découverte.

Cazals Catherine, Fève Frédérique, Florens Jean-Pierre et Bernard Roy (2005), « Delivery Costs II : Back to Parametric Models », dans Crew Michael A. et Paul R. Kleindorfer (dir.), Regulatory and Economics Challenges in the Postal and Delivery Sector, Boston, Kluwer, 189-202.

Chatzis Constantinos (1999), « Searching for Standards : French Engineers and Time and Motion Studies of Industrial Operations in the 1950s », History and Technology, vol. 15, 253-261.

Cour des comptes (2016a), « Les facteurs face au défi de la baisse du courrier : des mutations à accélérer », dans Rapport public annuel, 397-428.

Cour des comptes (2016b), La Poste, une transformation à accélérer.

Demazière Didier et Delphine Mercier (2003), « La tournée des facteurs. Normes gestionnaires, régulation collective et stratégie d’activité », Sociologie du travail, vol. 45, 237-258.

Demazière Didier (2005), « Au cœur du métier de facteur : “sa” tournée », Ethnologie française, vol. 35, 129-136.

Devetter François-Xavier et Sandrine Rousseau (2003), « Travail relationnel et contrôle hiérarchique : pourquoi La Poste modifie-t-elle les circuits de distribution des facteurs ? », « IXes journées de sociologie du travail », Paris.

Devetter François-Xavier (2004), « Le temps de travail des agents publics : un régime temporel spécifique », Politiques et management public, vol. 22, n° 1, 47-69.

Gadrey Jean (2000), La productivité du travail à La Poste (1970-1998), Mission recherche de La Poste.

Haraszti Miklos (1976), Salaire aux pièces, Paris, Seuil.

Hatzfeld Nicolas (2005), « Du règne du chronomètre au sacre du temps virtuel », dans Linhart Danièle et Aimée Moutet, Le travail nous est compté, Paris, La Découverte, 60-70.

Jounin Nicolas (2017), « Le caché de La Poste. La genèse de temps virtuels pour organiser le travail des facteurs », La Revue de l’Ires, vol. 2017/3, n° 93, 25-50.

Kreutz Gérard, Dornier Graziella, Meyer Jean-Pierre et Pierre Vallet (2004), « Vieillissement, santé et travail », Travail et Sécurité, n° 636.

La Poste (2002), Voyage au centre du courrier, Paris, La Poste, Direction du courrier.

Linhart Robert ([1976] 2010), Lénine, les paysans, Taylor, Paris, Seuil.

Loriol Marc (2000), Le temps de la fatigue, Paris, Economica.

Maggi-Germain Nicole (2004), « Statut et contrat : deux modes de construction de la relation de travail », Revue de l’IRES, n° 45, 103-117.

Marx Karl ([1867] 1985), Le Capital, livre 1, Paris, Flammarion.

Maynard Harold B., Stegemerten Gustave J. et John L. Shwab (1953), MTM. Méthodes de travail et tables de temps, Paris, Gauthier-Villars.

Morice Alain (1999), « Quelques réflexions sur l’adhésion au système », Travailler, n° 3, 31-54.

Pillon Thierry et François Vatin (2003), Traité de sociologie du travail, Toulouse, Octares.

Puech Isabelle (2004), « Le temps du remue-ménage. Conditions d’emploi et de travail de femmes de chambre », Sociologie du travail, vol. 46, n° 2, 150-167.

Roy Donald ([1952] 2006), Un sociologue à l’usine, Paris, La Découverte.

Salaün Mickael (2008), « Le métier de facteur à l’épreuve des nouvelles organisations du travail à La Poste », Thèse, Université Paris-est – ENPC.

Supiot Alain ([1994] 2002), Critique du droit du travail, Paris, PUF.

Taylor Frederick W. (1919), The Principles of Scientific Management, New York & London, Harper & Brother Publishers.

Yon Karel (2012), « Constitution et contestation d’un dispositif de mesure atypique : la quantification préalable du temps de travail dans le secteur de la distribution directe », « XIIIes journées internationales de sociologie du travail », Bruxelles.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Sébastien Chauvin, Brice Guillotin, Karim Hammou et Léo Reynes pour leurs lectures et commentaires de différentes versions de l’article.

2 Décompte tiré d’un dépouillement de la base de données Europresse, en combinant les mots clés « la poste », « grève » et « courrier ». N’ont été comptées que les mobilisations concernant spécifiquement les facteurs, à l’exclusion des autres agents de La Poste.

3 Le reste des mobilisations tient pour 22 % à des problématiques de conditions de travail et de manques d’effectifs : une partie surviennent probablement suite à une « réorganisation », mais les articles de presse ne permettent pas de l’attester. Un autre recensement, reposant sur des sources et une période plus larges, compte plus d’un millier de conflits localisés entre début 2013 et mi-2018, dont 60 % ont pour objet une réorganisation du travail (Bouffartigue et al., 2018).

4 Une évolution décisive des conditions d’exercice du métier de facteur, qui ne sera pas traitée dans cet article, est le déplacement vers des horaires plus tardifs. Alors que c’est un des emplois les plus mal rémunérés, y compris par rapport aux autres employés et ouvriers, et qu’il occupe fréquemment six jours sur sept (et en tout cas la majorité des samedis), la possibilité de disposer de son après-midi participait d’un compromis tacite mais décisif pour l’acceptation des facteurs (Cartier, 2003). Pour des raisons industrielles – le courrier est acheminé depuis les plateformes industrielles de tri vers les centres de distribution de plus en plus tard – et commerciales – il serait plus facile d’atteindre les clients chez eux l’après-midi –, l’entreprise remet en cause ce compromis de façon unilatérale et sans compensation, en grignotant progressivement l’après-midi des facteurs. Cela passe par des reports de l’horaire de prise de service et l’imposition d’une « pause méridienne » de 45 minutes, qui rompt avec le service continu que connaissaient jusque-là les facteurs et accroît l’amplitude de la journée de travail (Barrois & Devetter, 2017).

5 C’est pourquoi il faut parler d’une baisse de productivité en valeur, et non en volume car, selon le volume retenu (le nombre de plis, qui diminue, ou le nombre de kilomètres parcourus, le nombre de destinataires desservis, qui augmentent) on peut tout aussi bien constater une chute qu’un accroissement de la productivité. À l’exception des entreprises et administrations qui paient pour des remises groupées de leur courrier, à heure fixe, l’essentiel du service postal est payé par les expéditeurs, alors que dans d’autres activités de réseau (téléphonie, Internet), les destinataires paient pour la réception du flux. Cette organisation tarifaire explique, tout autant que la réduction du trafic, la perte de productivité en valeur. Autrement, il serait osé de parler de perte de productivité quand le nombre de facteurs diminue alors que le nombre de boîtes aux lettres desservies passe de 33 millions en 2011 à 40,5 millions en 2017 (d’après les « Documents de référence » de La Poste).

6 Sur les dix dernières années, le chiffre d’affaires de La Poste augmente (de moins de 20 milliards d’euros dans la première moitié des années 2000 à près de 25 milliards aujourd’hui), et sa marge opérationnelle est stable, aux alentours de 3 ou 4 % (entre 700 millions et 1 milliard d’euros). Concernant plus particulièrement la branche courrier, son chiffre d’affaires stagne (aux alentours de 11 milliards d’euros), représentant désormais moins de la moitié des recettes. Sa marge est apparemment plus élevée que celle de l’entreprise, mais c’est un trompe-l’œil, car l’un des trois « métiers » de La Poste, le « réseau » (les bureaux de poste), se contente de facturer ses prestations à la banque et au courrier, sans objectif propre de rentabilité. Source : communiqués de presse et documents de référence de La Poste.

7 La Poste (2012), Travaux intérieurs distribution. Mesure de la cadence de fusion sur CHM. Source syndicale.

8 La pratique du fini-parti existe dans d’autres métiers, comme les éboueurs, qui se caractérisent par une prescription de la charge de travail qui ne fait qu’indirectement référence à la durée de la journée, par la mise en équivalence d’un ensemble de tâches (par exemple, la réalisation d’une tournée définie par un parcours géographique, qu’il s’agisse de distribuer du courrier ou de ramasser des déchets) et d’une durée.

9 Si un « diagnostic » établit qu’une tournée est devenue « excédentaire », la tournée sera raccourcie dans le cadre d’une réorganisation. Pour autant, cela ne conduit pas à payer rétroactivement des heures supplémentaires.

10 Une grève du zèle (qui pourrait commencer par le simple respect du code de la route) aurait ainsi des conséquences gigantesques sur l’acheminement du courrier. Encore faut-il qu’un rapport de forces se construise parallèlement pour éviter que ces conséquences soient assumées par les seuls facteurs à travers un allongement non rémunéré de leur durée effective de travail.

11 Les enquêtes emploi de l’INSEE montrent que l’effectif des « employés de La Poste » a vieilli de plus de trois années entre 2003 et 2012, atteignant en moyenne l’âge de 44 ans.

12 Une exploitation de l’enquête SUMER (Bougault, 2005, 24-25) montrait ainsi que, « par rapport aux salariés de la grande distribution, ils sont davantage exposés aux risques physiques (contraintes posturales et articulaires, port de charges lourdes, travail à l’extérieur) ». Le vieillissement réduit la capacité musculaire et perturbe, à partir de 50 ans en particulier, les capacités sensorielles, la mémoire à court terme ou l’aptitude à réaliser plusieurs tâches simultanément (Kreutz et al., 2004), toutes facultés nécessaires au travail de facteur.

13 Article 2.5 de l’« Accord sur l’amélioration des conditions de travail et sur l’évolution des métiers de la distribution et des services des factrices/facteurs et de leurs encadrantes/encadrants de proximité », 7 février 2017 (signé par la CFDT, FO et la CFTC).

14 Les facteurs travaillent six jours sur sept. Lorsque la durée journalière programmée est supérieure à 5 h 50 (c’est-à-dire que la durée hebdomadaire de travail est supérieure à 35 h), les facteurs bénéficient en contrepartie de repos de cycle.

15 Elle le fait en la remplaçant par une pause « méridienne » de 45 minutes qui n’est pas comptée comme du temps de travail (voir note 4).

16 Taylor (1919, 56-58) entendait définir scientifiquement des temps de récupération nécessaires, représentant une proportion constante de la durée de la journée de travail. Si une telle conception élude une « découverte » qui lui était contemporaine – la fatigue croît avec la durée de la journée, si bien qu’au fur et à mesure de la journée une sollicitation équivalente produit une fatigue de plus en plus forte (Pillon & Vatin 2003, 22-28 ; Loriol, 2000, 68-80) –, elle demeure un peu moins mécaniste que les vues actuelles de La Poste.

17 Source : rapports sociaux annuels de La Poste.

18 Cour de cassation, chambre sociale, n° 08-42758 (16 juin 2010) et n° 13-10367 (24 septembre 2014) ; Conseil d’État, 1e et 6e sous-sections, n° 343072 (28 mars 2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Jounin, « Le calcul de La Poste faisant foi », La nouvelle revue du travail [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/nrt/5020 ; DOI : 10.4000/nrt.5020

Haut de page

Auteur

Nicolas Jounin

Université Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals