Navigation – Plan du site
Champs et contrechamps

Nos batailles

Un film de Guillaume Senez
The battles we fight
¡Nuestras luchas!
David Gaborieau, Julie Landour et François Sarfati

Résumés

Ce dossier s’organise autour du film Nos batailles, sorti en octobre 2018. Il offre un espace pour croiser le regard de deux sociologues, ayant, à leurs manières, abordé des questions traitées par le réalisateur. Quels sont les effets de l’organisation du travail sur le hors travail, dans un univers professionnel fortement rationalisé comme l’est le secteur de la logistique ? Inversement, comment les contraintes domestiques et parentales affectent les travailleurs, et ici tout particulièrement les hommes, dans leur quotidien ? Ce sont les questions que nous avons posées à deux sociologues, David Gaborieau et Julie Landour. En s’appuyant sur leurs enquêtes respectives, ils offrent un éclairage complémentaire sur le sujet traité par Guillaume Senez.

Haut de page

Texte intégral

Nos batailles est un film réalisé par Guillaume Senez et sorti en octobre 2018. Il met en scène Olivier, chef d’équipe dans un entrepôt de logistique, et Laura, employée dans un magasin de prêt-à-porter. Ils ont deux jeunes enfants, Elliott et Rose, qui vont tous les deux à l’école primaire. Olivier est très engagé dans son travail, mais également auprès de son équipe et de l’ensemble des ouvriers de son entrepôt. Il vient d’ailleurs de s’engager dans le syndicat principal de l’établissement, et côtoie Claire, militante depuis de nombreuses années. Un jour, Laura s’en va. En plus de ses activités professionnelles et syndicales, Olivier assume alors les tâches domestiques et parentales que Laura gérait jusque-là. Ce film croise deux thématiques traitées par différents travaux de recherche contemporains. Il nous a semblé intéressant de recueillir le point de vue de deux sociologues ayant eu l’occasion de mener des recherches l’une sur les questions d’articulation travail/hors-travail et l’autre sur l’activité des ouvriers de la logistique.

David Gaborieau est post-doctorant à l’université Paris-Est, pour le programme ANR WORKLOG1. Ses recherches portent sur le travail ouvrier dans les entrepôts logistiques, mais aussi sur les transformations du monde ouvrier à partir du cas des ouvriers et des ouvrières de la logistique.

Julie Landour est post-doctorante au Centre d’études de l’emploi et du travail. Après une thèse de sociologie sur les mères créatrices d’une activité indépendante (les Mompreneurs), elle poursuit ses travaux sur l’articulation emploi/hors emploi chez les travailleurs indépendants à travers la dernière vague de l’enquête Conditions de travail.

La NRT (François Sarfati) : Quels sont les points de complémentarité entre le regard sociologique et celui du réalisateur ?

David Gaborieau : Le film met en scène un chef d’équipe – Olivier, incarné par Romain Duris – travaillant dans une plateforme logistique du e-commerce, c’est-à-dire un entrepôt où les produits sont stockés puis préparés en colis pour être livrés à domicile. L’univers est très bien représenté, un travail documentaire ayant visiblement été réalisé au préalable. Les images donnent à voir la circulation d’un flux de marchandise et les métiers pénibles et répétitifs qu’elle génère. Les gestes sont rapides et le niveau de contrôle est élevé. Certaines formes de violence exercées par le management sont durement soulignées, notamment l’exclusion des salariés jugés trop peu productifs ou bien susceptibles d’être rattrapés par la maladie, comme c’est le cas pour une jeune femme enceinte et un homme plus âgé qui sera poussé au suicide. Olivier, le personnage principal, est directement confronté à cette violence. Il occupe une position intermédiaire dans l’entreprise, celle d’un chef d’équipe à proximité du pôle ouvrier mais chargé de répercuter les décisions de sa hiérarchie. On le voit surtout défendre ses collègues et se rapprocher progressivement du syndicat, un comportement qui reste assez atypique pour un encadrant au regard des situations observables.

La plateforme logistique

Ce positionnement d’Olivier permet au réalisateur de construire son sujet principal – l’empiètement du travail sur la vie personnelle – comme une réalité complexe. En tant que chef d’équipe, Olivier est confronté à des horaires de travail très extensibles sans pour autant percevoir une rémunération importante. Le fonctionnement des grands groupes industriels et commerciaux, tout particulièrement dans la grande distribution et dans la logistique, repose en partie sur ce type de surengagement de la part des encadrants (Banquet, 2013 ; Bernard, 2012). Accéder à ces postes et s’y maintenir nécessite bien souvent de transférer une partie du travail domestique à des tiers, le plus souvent des femmes, que ce soit sous une forme marchandisée ou bien sous la forme d’un surtravail gratuit exercé par une conjointe. C’est ici la conjointe d’Olivier, Laura, qui s’acquitte de ces tâches en plus d’un travail de vendeuse dans un magasin de prêt-à-porter. Cette stricte division des rôles est donnée à voir sous un angle original, celui de l’absence, à partir de l’instant où Laura s’échappe. La masculinité du breadwinner, proche de ses enfants mais très éloigné des pratiques quotidiennes, devient soudainement intenable. Les plans très serrés du film, avec des espaces contraints où les corps semblent toujours faire irruption, montrent bien ces différentes contradictions au travail et dans la famille.

Julie Landour : Pour ma part, je dirais que ce film a d’abord l’immense intérêt de donner à voir un objet encore peu exploré par les travaux de sciences sociales dédiés à l’articulation emploi/hors-emploi : ainsi, on est plongé dans un milieu plutôt rural, plutôt situé en haut des classes populaires ou en bas des classes moyennes (même si c’est un peu flou côté position sociale). Surtout, on voit un homme se débattre entre son engagement professionnel et les nécessités domestiques. Bref, on est loin de l’étude de la « conciliation » chez les cadres parisiennes, même si ce champ de recherches est loin de s’y résumer !

Ce que le film montre très bien, c’est l’inégale répartition des tâches entre les hommes et les femmes. Au début du film, Olivier travaille, beaucoup, intensément, il prend des responsabilités syndicales, il aime visiblement ça. Il rentre tard, pose distraitement la question de savoir si « tout va bien », sans rentrer dans les détails. Ça n’en fait pas un mauvais père ou un mauvais mari, mais plutôt un homme surinvesti professionnellement, à l’image de son propre père, et qui s’appuie sur une véritable « logisticienne de la famille ». Car Laura, elle, travaille également (mais on ne connaît pas son volume horaire, on sait en revanche que son salaire est indispensable à l’équilibre financier de la famille), mais récupère les enfants à la sortie de l’école, les emmène chez le médecin (l’un des enfants a été victime d’un accident domestique et a une cicatrice importante qu’il faut surveiller et soigner étroitement), gère leurs devoirs, prépare le dîner du soir, et lit avec beaucoup d’implication des histoires avant qu’ils ne s’endorment.

Quand Laura s’en va, c’est donc un équilibre, certes très inégalitaire, qui s’effondre. Ce qui s’effondre, c’est l’ordre affectif qui régnait au sein de ce foyer, mais aussi toute une économie, aux sens financier (Olivier éprouve rapidement des difficultés à payer les traites de la maison) et surtout organisationnel du terme. Et c’est là qu’Olivier doit livrer de nouvelles batailles et lutter, au moins autant que dans la sphère professionnelle. Ce que j’ai trouvé très juste dans le film, c’est qu’Olivier ne maîtrise pas d’un coup les tâches accomplies jusque-là par Laura, il affiche au départ de grandes incompétences, plus ou moins graves : il ne sait pas où est le pull Koala que veut absolument mettre sa fille pour aller à l’école, il donne des céréales le soir au dîner parce qu’il n’a pas anticipé la préparation du repas, il « galère » pour le coucher des enfants parce qu’il ne sait pas raconter les histoires, il ne sait pas réaliser tout le travail affectif accompli par sa femme à un moment où les enfants sont particulièrement fragiles (sa benjamine se remettant à faire pipi au lit, jusqu’à arrêter de parler), et il oublie de soigner avec méticulosité la cicatrice de son fils ce qui en freine la guérison. On doit alors souligner la très belle scène, où, sans pour autant l’accabler, la dermatologue qui suit le garçon signale à travers son expression faciale les faibles progrès du traitement. Olivier doit ainsi composer avec une myriade de tâches, dont je crois qu’il n’avait pas idée jusque-là, et c’est peut-être ce qu’il y a pour lui de plus dur dans le départ de sa femme. Le spectateur perçoit qu’il est sans doute touché affectivement. Il est sûr en revanche qu’Olivier regrette amèrement d’avoir perdu sa « logisticienne » personnelle.

Alors, on retrouve un fait social très classique face à ces difficultés de conciliation. Le soutien apporté par les femmes de la famille, qui aident traditionnellement les filles (Bloch et Buisson, 1998), mais aussi les fils. Ici, la mère d’Olivier vient compléter les vides présentiels de son fils. Sa sœur, Betty, vient également passer quelques jours chez lui pour l’aider. Ce qui lui fera d’ailleurs dire, face à l’ampleur du travail domestique à accomplir : « Ah tu m’étonnes qu’elle se soit barrée ! » Cela montre en creux qu’articuler emploi et activités hors emploi, c’est une question également temporelle et financière. Olivier travaille visiblement en 2/8 et ses horaires ne sont pas toujours compatibles avec ceux des structures collectives d’accueil des enfants. Par exemple, lorsqu’il est du matin, on devine qu’il dépose ses enfants un peu avant l’ouverture de l’école, ce qui leur permet à un moment de fuguer. Et pour remplir les vides laissés par son absence, Olivier n’a pas les moyens d’avoir recours à des services marchandisés. Comment fait-on dans ces cas-là ? On a recours aux autres femmes de la famille (aucun tiers masculin n’intervient) ou à la télévision. Il me semble d’ailleurs que la fin du film, où Olivier part loin de sa famille pour prendre un nouveau poste dans le sud, est de ce point de vue assez irréaliste. C’est sans doute pour le réalisateur un moyen d’ouvrir la fiction, de la remettre en mouvement pour mieux conclure, mais cela semble assez peu crédible.

La NRT : À partir de vos recherches, que pouvez-vous dire de la différence entre les constats empiriques que vous avez pu faire et ce que le film met en évidence ? (sur la conciliation, sur les conditions de travail) ?

David Gaborieau : À l’engagement exigé du chef d’équipe s’ajoute une autre bataille, celle du syndicalisme. On comprend en filigrane que le père d’Olivier y a laissé une partie de sa vie, au détriment de sa santé et de sa famille. Son fils prolonge l’héritage à sa façon, d’abord en étant un responsable proche de ses ouvriers puis en s’impliquant dans le syndicat. Cet univers est représenté d’une façon moins réaliste que celui de l’entreprise. Dans les mots employés, dans les situations représentées, on sent une plus grande distance du réalisateur. Le syndicaliste portant un macaron FGT, les tracts appelant à la « mobilisation générale » et les réunions au domicile autour d’un verre semblent dater d’une autre époque ou bien d’une vision déformée de la réalité. La mutation sur « un poste de permanent syndical » est quant à elle incongrue. L’épuisement d’une militante syndicale est bien significatif d’un fait courant, mais il est seulement expliqué par un manque de considération de la part des collègues défendus et non par la dureté des confrontations au management, pourtant bien réelle dans ce secteur. Au final, le film peut donner le sentiment que la hiérarchie intermédiaire représentée par Olivier est plus à même d’ajuster par le haut les conditions de travail que ne le sont les représentants du personnel.

  • 2 Les Cahiers du Cinéma parlent d’un « monde factice, et qu’on n’habite pas pleinement », et Libérati (...)

Certaines critiques ont dépeint le film comme une fresque sociale – en partie manquée – du monde ouvrier2. C’est à mon sens une erreur, son ambition première n’étant pas là. Mais il est vrai que de nombreuses ambiguïtés apparaissent en toile de fond. Les allusions aux difficultés économiques rencontrées par les classes populaires sont parfois caricaturales, comme lorsqu’une cliente du magasin de Laura se rend compte, seulement devant la caisse, que le paiement lui est refusé. L’environnement dans lequel évolue le ménage d’Olivier est quant à lui relativement bourgeois, que ce soit au niveau du mobilier, de l’habillement ou des apparences corporels de ses membres. Le bonnet en laine bleu marine qu’il porte au travail comme en dehors peut faire penser à la figure mythique du docker, mais aujourd’hui c’est plutôt un attribut des modes urbaines. Puisqu’Olivier est chef d’équipe, on pourrait considérer qu’il appartient à un fragment supérieur des classes populaires. L’héritage militant transmis par son père peut aussi être considéré comme une forme de capital culturel importante à considérer. Il demeure que les niveaux de salaire sont faibles pour ces niveaux hiérarchiques, ce qui est bien montré dans la seconde partie du film. On peut finalement juger que le réalisateur évite une représentation misérabiliste des classes populaires en s’appuyant sur un personnage principal situé dans un entre-deux, tout en prenant le risque de produire une image distante, voire tronquée, des réalités sociales auxquelles sont confrontées ces populations.

Julie Landour : De mon point de vue, la grande réussite du réalisateur est de montrer avec finesse ce qui constitue le travail domestique et plus particulièrement parental. Il y a assez peu de travaux en sociologie qui en rendent compte avec autant de précision. Les enquêtes quantitatives les approchent assez bien, à travers notamment les carnets de temps ou des questions de liste où l’on détaille par poste différentes tâches (Pailhé & Solaz, 2009). Mais ça ne s’incarne pas. Dans les travaux qualitatifs, on trouve assez peu de récits fins de tout ce qui compose ce travail, à part peut-être dans les enquêtes de nature ethnographique d’Arlie Hochschild et Anne Machung aux États-Unis (1989). Et il y a une raison à cela, que tout sociologue qui cherche à investir ces questions connaît. Il est très compliqué de faire décrire aux individus tout ce qui semble aller de soi, ce que l’on fait sans le dire. Dans ma thèse sur les Mompreneurs, c’est plus par leur observation sur Facebook que par les entretiens que j’avais réussi à documenter cet aspect (Landour, 2015). Ici, le cinéma rend visible l’indicible : préparer un enfant pour l’école, c’est faire en sorte qu’il ait des affaires propres, préparer les affaires, l’aider à les mettre y compris quand il préfère faire autre chose, préparer son sac d’école, préparer à manger, mettre la table, le faire manger, débarrasser et nettoyer, etc. Avec, en amont, tout un travail pour que ces différentes tâches soient pourvues des équipements nécessaires à leur accomplissement : faire des courses, faire la lessive et la ranger. C’est ce qu’Olivier découvre dans la séquence du premier petit déjeuner pris seul avec ses enfants : « Bah, vous n’êtes pas prêts ? » Dans plusieurs plans, on voit Olivier se prendre la tête entre les mains quand il découvre l’ampleur de ce qu’il a à accomplir et le travail d’anticipation que cela nécessite. C’est le concept de charge mentale (Haicault, 1984) qui gagne en compréhension par la mise en images.

Au final, il me semble même que l’assignation d’Olivier au travail domestique transforme sa masculinité. Dans le film, Olivier passe d’une masculinité que l’on pourrait qualifier d’hégémonique dans son contexte social (homme blanc, plutôt dominant au travail, dans une partition traditionnelle des tâches avec sa conjointe) à une masculinité plus pragmatique, pour reprendre ici la proposition conceptuelle d’Alice Ollivier dans son travail sur les hommes sages-femmes (2015). Olivier s’adapte, il gagne en compétences et en autonomie. C’est comme ça par exemple que je lis le fait qu’il ne poursuive pas son histoire avec Claire. Il pourrait trouver une nouvelle logisticienne pour prendre la place de la mère de ses enfants, mais finalement, il accepte l’idée qu’il peut faire sans. Tout comme il accepte de rentrer en thérapie avec ses enfants, à leur dire ses sentiments et à réaliser cette dimension affective du travail parental qu’il n’entrevoyait pas jusque-là. On voit donc au fil du film la masculinité d’Olivier se recomposer avec précision et mesure, dans un certain champ des possibles adossé à un contexte social spécifique.

La NRT : Quels liens pouvez-vous établir entre rôle du sociologue (et plus largement de la sociologie) et rôle du cinéma dans la compréhension du monde social ? 

  • 3 Voir parmi d’autres exemples : la pièce Laïka, d’Ascanio Celestini, présentée en octobre 2018 au Th (...)

David Gaborieau : Le cinéma comme la sociologie sont en capacité de dévoiler certains pans du monde social, occultés par différemment mécanismes. Nos batailles occupe ce rôle en montrant ce à quoi ressemble le travail en entrepôt, ce qui rappelle au spectateur que le monde ouvrier n’a pas disparu mais qu’il s’est transformé. En utilisant le terme d’« usine » pour décrire son entreprise, Olivier emploie un vocabulaire peu utilisé par les salariés de la logistique mais qui pourtant décrit bien la réalité du secteur. Dans mes recherches, je parle de l’émergence d’« usines à colis » pour désigner la façon dont le travail s’est transformé dans ce secteur (Gaborieau, 2016). Plusieurs séquences du film montrent ainsi des ouvriers postés, exécutant leur tâche en suivant le rythme imposé par des objets circulant sur un tapis roulant. Les outils numériques sont également présents, les tablettes numériques ou les scanners de codes-barres s’associant sans contradiction à du travail peu qualifié. Sur ce point, le film de Guillaume Senez s’inscrit dans une tendance plus générale des productions culturelles et artistiques qui tendent de plus en plus à représenter sous un angle logistique le monde ouvrier occidental, que ce soit dans des films, des pièces de théâtre, des clips ou des courts-métrages3.

La fiction a surement cet avantage de pouvoir multiplier les thématiques et les points de vue et surtout de les montrer sous une forme unifiée, là où la sociologie doit souvent passer par des découpages plus stricts. Peu d’enquêtes parviennent à décrire dans le détail à la fois l’univers professionnel et l’univers familial, ainsi que la façon dont ils interagissent. Par exemple, le film montre assez finement l’engagement d’Olivier au travail, l’expertise qu’il développe dans son rapport aux objets et aux personnes et, en contrepoint, les manquements dont il fait preuve dans l’organisation de son quotidien et dans ses relations familiales. En recomposant les éléments d’un terrain d’enquête en sociologie, on peut parvenir à des conclusions proches, mais difficilement les exposer de façon aussi parlante et sensible.

De même, le choix scénaristique du départ inopiné de la conjointe, sans qu’aucune explication franche ne soit fournie, permet d’expliquer autrement et de façon surprenante des mécanismes connus des sciences sociales. Ici, on découvre les travers de la division des rôles du point de vue masculin, presque en isolant ce point de vue pour ce qui concerne la seconde partie du film. Cela permet également d’entrer dans cette réflexion sans avoir à passer par un conflit amoureux ou par la représentation d’une crise au sein du couple, qui tendent habituellement à masquer les aspects les plus matériels et les plus concrets de la segmentation dans les représentations qui en sont faites. L’évolution sous contrainte de la masculinité qui est ensuite déroulée, de façon relativement optimiste peut-être, renvoie à des questionnements actuellement très présents, notamment pour ce qui concerne l’articulation entre monde du travail et identités genrées (Rivoal, 2018). La présence du groupe français The Blaze dans la bande originale n’est d’ailleurs pas anodine, ces derniers mettant en scène dans leurs clips des masculinités plus ouvertes, plus détachées des carcans virils et finalement plus émancipées. C’est ce type de cheminement que semble suggérer la fin du film, le personnage principal retrouvant une forme d’équilibre, ou au moins d’autonomie, au travers des réajustements de sa position professionnelle et familiale qui sont aussi des réajustements de sa position genrée.

Julie Landour : la sociologie reste partitionnée en domaines distincts. On est sociologue du travail, sociologue de la famille, sociologue des classes populaires, sociologue des relations professionnelles… Sauf que les individus eux, ils sont pris dans tous ces domaines simultanément. Ce que je trouve très fort dans ce film, c’est que les batailles d’Olivier, elles sont sur tous ces fronts. On a ici une peinture d’ensemble, peut-être un peu imprécise par moment, mais qui donne à voir des conditions matérielles globales. Et je voudrais du coup m’arrêter sur Laura et son départ. On sait finalement assez peu pourquoi Laura s’en va, ça n’est pas réellement l’enjeu romanesque du film. Mais ce que nous donne Guillaume Senez comme indices, c’est qu’elle ne part pas juste pour quitter son mari, ou ses enfants ou son travail. On la voit à plusieurs reprises bouleversée. Quand elle est chez le médecin face à la cicatrice de son fils, quand elle est dans son magasin et qu’une femme ne peut pas payer une robe parce que la carte bleue ne passe pas alors qu’on est le 12 du mois. On la sent également émue par le suicide du collègue d’Olivier ou encore quand elle le sent trop pris par ses activités professionnelles… Elle n’est pas juste une femme qui craque, elle n’est pas juste une mère qui ne supporte plus sa vie au foyer, c’est un individu pris dans un contexte d’ensemble « qui ne peut plus faire autrement », comme elle le dit dans la carte postale qu’elle écrit à ses enfants.

Pour conclure

Julie Landour : Au final, il me semble que nos remarques conjointes se font bien écho. Le cinéma embrasse les faits sociaux avec une sensibilité que la démarche sociologique peine souvent à restituer. Il y a certes quelques impairs de positionnement dans le film que David a repéré s’agissant de l’univers de la logistique et du syndicalisme en son sein, et qui se lise aussi dans les jouets un peu trop en bois des enfants ou dans leur éthos. Mais ce que ça fait, concrètement, physiquement, aux individus de devoir prendre en charge des enfants quand le cadre social – et notamment professionnel – n’est pas adapté, on le ressent formidablement bien dans ce film. On le ressent notamment à travers les rythmes qui s’égrènent tout au long du film, les surgissements des corps, les accélérations pour accomplir certaines tâches, qu’il s’agisse des produits à étiqueter sur le tapis roulant ou des enfants à préparer le matin avant d’aller à l’école. Ce film est ainsi un bel outil pour donner à voir les réalités du travail, qu’il soit professionnel ou domestique, et du travail même qui réside dans le fait de devoir articuler les deux.

David Gaborieau : Nos batailles décrit assez bien l’angoisse d’un individu coincé dans des rôles assignés et cherchant à s’en défaire, plus par contrainte que par choix. Le scénario souligne finalement la possibilité de faire jouer les cadres, de faire évoluer les rôles, voire d’y opposer une résistance, même si le personnage principal y parvient de façon assez individualisée et sous la forme d’une bataille dont il reste le héros central. On voit assez peu la façon dont ces cadres résistent aux individus qui tentent de les bousculer, mais c’est un parti pris qui peut être défendu. Je rejoins Julie sur l’idée que c’est la sphère domestique qui est la mieux représentée et pour laquelle les émotions et les idées transmises sont les plus fortes. Ce que dit le film sur les masculinités et sur leurs évolutions est intéressant et c’est un bon outil de ce point de vue. Les images du travail sont aussi très justes, mais il serait trompeur d’y voir un film sur le monde ouvrier et ses transformations.

Haut de page

Bibliographie

Benquet Marlène (2013), Encaisser ! Enquête en immersion dans la grande distribution, Paris, La Découverte

Bernard Sophie (2012), « La promotion interne dans la grande distribution : la fin d’un mythe ? », Revue française de sociologie, n° 53, 259-291.

Bloch Françoise et Monique Buisson (1998), La garde des enfants, une histoire de femmes. Entre don, équité et rémunération, Paris, L’Harmattan.

Gaborieau David (2016), « Des usines à colis. Trajectoires ouvrières des entrepôts de la grande distribution », Thèse de doctorat en sociologie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Haicault Monique (1984), « La gestion ordinaire de la vie en deux », Sociologie du travail, vol. 26, n° 3, 268-277.

Hochschild Arlie et Anne Machung (1989), The Second Shift, New York, Avon Books.

Landour Julie (2015), « Quand les mères deviennent entrepreneurs : Image et expériences des “Mompreneurs” », Sociétés contemporaines, vol. 98, n° 2, 137-168.

Olivier Alice (2015), « Des hommes en école de sages-femmes. Sociabilités étudiantes et recompositions des masculinités », Terrains & Travaux, vol. 27, n° 2, 2015, 79-98.

Rivoal Haude (2018), « Masculinités, travail et classes populaires », Mouvements, 17 septembre. [En ligne] http://mouvements.info/masculinites-travail-et-classes-populaires/

Haut de page

Notes

1 Programme ANR WORKLOG (dir. Cécile Cuny), ANR-16-CE41-0003-01. Site du projet : http://worklog.hypotheses.org.

2 Les Cahiers du Cinéma parlent d’un « monde factice, et qu’on n’habite pas pleinement », et Libération décrit un film qui « perd de son charme en flirtant avec la fresque sociale ».

3 Voir parmi d’autres exemples : la pièce Laïka, d’Ascanio Celestini, présentée en octobre 2018 au Théâtre du Rond-Point ; le court métrage Violence en réunion, du collectif Kourtrajmé, interprété par Vincent Cassel en 2015 ; ou le clip Pas de bol de JP Manova, sorti en 2015 également.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Gaborieau, Julie Landour et François Sarfati, « Nos batailles », La nouvelle revue du travail [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nrt/5156 ; DOI : 10.4000/nrt.5156

Haut de page

Auteurs

David Gaborieau

Post-doctorant, université Paris-Est

Articles du même auteur

Julie Landour

Post-doctorante, Centre d’études de l’emploi et du travail

Articles du même auteur

François Sarfati

Professeur de sociologie, Université d’Évry-Paris Saclay, Centre Pierre Naville et Centre d’études de l’emploi et du travail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals