Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Nadia Araujo Guimarães, Margaret Maruani et Bila Sorj (dir.), Genre, race, classe : Travailler en France et au Brésil, Paris, L’Harmattan, 2016, 316 p.

Emmanuelle Hellio
Référence(s) :

Nadia Araujo Guimarães, Margaret Maruani et Bila Sorj (dir.), Genre, race, classe : Travailler en France et au Brésil, Paris, L’Harmattan, 2016, 316 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, issu du colloque « Travail, care, et politiques sociales : France-Brésil en débat », rassemble différentes contributions, théoriques et empiriques, qui traitent d’un même objet : le travail des femmes – dans la définition élargie que lui donnent les féministes – et ses interrelations avec les autres rapports sociaux que sont la classe et la race. Mais c’est ici à travers deux traditions théoriques difficiles à articuler, l’une française et l’autre américaine, que la question du travail des femmes est abordée, et ceci, dans deux contextes sociaux et politiques très différents, la France et le Brésil.

2Les efforts de mise en perspective théorique et empirique qui caractérisent cet ouvrage offrent néanmoins un regard riche sur la question posée : les effets du rapport social de sexe ou de race sur le rapport au travail des femmes hors du foyer – qu’il soit formel ou informel – dans deux pays si différents que leur mise en perspective aide à mieux cerner la question en évitant certains écueils, par exemple, le fait de considérer le rapport masculin au travail salarié durant les 30 glorieuses en France comme une norme de référence, alors qu’il s’agit d’une exception sexuée, historique et géographique.

3Ce compte-rendu s’organisera en deux parties : la première présente la partie théorique intitulée « Croiser les inégalités », qui donne des clés pour analyser le croisement des différents rapports sociaux producteurs d’inégalités ; et la seconde proposant une synthèse des cinq parties suivantes qui présentent les principaux apports à la connaissance du travail des femmes pour chaque pays.

4La première partie de l’ouvrage est constituée de quatre propositions théoriques, émanant de chercheurs qui ont élaboré ces problématisations dans des situations historiques et géographiques différentes, et fournit des outils solides pour ceux qui désirent étudier l’interpénétration dynamique de différents rapports sociaux en fonction du contexte.

5Danièle Kergoat, sociologue féministe matérialiste, travaille depuis les années 1970 sur l’imbrication des rapports de sexe et de classe, en particulier chez les ouvrières et les infirmières, cas à partir desquels elle a élaboré le concept de « consubstantialité ». Dans ce chapitre, face à la montée en puissance des approches « intersectionnelles » – qui partent du triptyque « classe, race, sexe » pour étudier le social –, la chercheuse invite à contextualiser et partir du terrain. Pour elle, il s’agit moins de partir des catégories que des rapports sociaux qui les produisent. Dans la tradition matérialiste dans laquelle elle s’inscrit, les rapports sociaux de race, de classe ou de sexe, se constituent autour d’enjeux et de processus, l’enjeu central étant la division du travail. Pour comprendre, dans chacun des contextes, les processus d’interpénétration dynamique des rapports sociaux, le travail – défini ici comme production de la vie ou du vivre en société – est donc élevé au rang d’analyseur central. Pour Danièle Kergoat, « le travail de care » peut être considéré comme le paradigme de cette production du vivre. Mobiliser le concept de care permet de donner de la visibilité au travail domestique, qu’il soit gratuit ou rémunéré. Cependant, souligne l’auteur, cette valorisation n’a de sens que si elle s’accompagne d’un refus de naturaliser ces tâches domestiques comme féminines et d’une dénonciation des conditions de travail des femmes dans ce secteur déqualifié, mal payé, non reconnu et souvent subi.

6Nadia Araujo Guimaraes revient aux pères fondateurs de la sociologie, pour rappeler que la dénaturalisation sociologique de la race et du sexe, et leur analyse en tant que rapports sociaux, se sont inspirés de la déconstruction de la pauvreté, opérée à travers le concept de classe sociale. Il rappelle aussi que la prise en compte du rapport de sexe et de race a longtemps été écrasée par les lectures marxistes de la société, où femmes et noirs devaient être pensés comme des classes populaires exploitées par les rapports de production capitaliste et rien d’autre. Nadia Araujo Guimaraes part de la classe, puis de la montée en puissance de la question raciale en contexte post-esclavagiste ou colonial, pour finir par aborder l’émergence des questionnements féministes au sein de ces mouvements antiracistes. Il souligne un des acquis principaux que cette histoire politique et des idées a permis de faire émerger dans la tradition théorique nord-américaine : la régulation sociale de la sexualité a été et continue à être primordiale dans la constitution de ces rapports sociaux que sont les ethnies, les races ou les classes, ce qui a longtemps été laissé de côté en France à l’exception notable, pour la classe, du travail de Paola Tabet.

7Jules Falquet, héritière du féminisme matérialiste, se sert des points d’appui posés par ce mouvement pour comprendre les transformations du travail en temps de néolibéralisme. Pour cela, elle prend en compte les rapports de classe, de sexe et de race, et la manière dont ils se déclinent à une échelle planétaire en contexte de globalisation. Elle commence par rappeler les apports essentiels du concept de sexage, élaboré par Colette Guillaumin, pour dénoncer, non seulement l’exploitation, mais également l’appropriation de la classe des femmes par la classe des hommes. Elle mobilise ensuite Paola Tabet, qui analyse la centralité, dans le sexage, de l’appropriation de la sexualité et de la reproduction des femmes, ce qui les entraîne dans des échanges économico-sexuels profondément asymétriques. S’intéressant ensuite aux transformations néolibérales du travail, dans sa définition élargie et dans un contexte d’accroissement des migrations lié à la globalisation, elle met l’accent sur les risques actuels de spécialisation et de différenciation fonctionnelle des femmes. Mobilisant Danièle Juteau et Nicole Laurin, elle montre, par exemple, comment l’accès au travail productif de femmes de classe moyenne en France ne s’est pas tant accompagné d’une redistribution du travail domestique gratuit entre homme et femme, que d’un transfert de ce travail sur d’autres femmes. Elle met également en garde contre le discours des organisations internationales sur la mise au travail libératrice des femmes pauvres. Ces analyses permettent d’éviter de prendre pour des avancées ou des remises en cause du rapport social de sexe, ce qui s’avère finalement être un transfert du travail dévalorisé vers les classes populaires, féminines et racisées de notre planète globalisée et qui s’accompagne de nouvelles exploitations et appropriations.

8Adriana Piscitelli évoque le travail prostitutionnel de brésiliennes en Espagne et sa dimension de care, en le plaçant dans le cadre du déplacement de ces migrantes sur les marchés transnationaux du sexe et du mariage. Elle commence par évoquer la construction, au Brésil, d’une féminité nationale tropicale, au caractère fortement sexualisé et racisé, à travers les figures de noires et de mulâtresses. Elle évoque la manière dont les Brésiliennes auprès desquelles elle a enquêté se distinguent, dans un marché de la prostitution très concurrentiel, en jouant de cette féminité et de traits culturels présentés comme naturels chez les Brésiliennes : tendresse, propreté, gaité, amabilité, goût de la vie. On prend toute la mesure de la puissance d’un rapport social, lorsqu’il est particulièrement difficile d’échapper au travail matériel et aux rôles symboliques que ce rapport induit. Les contraintes matérielles et idéologiques qui forcent les femmes à entrer dans le continuum des échanges économico-sexuels et des rapports de sexage, autrement dit dans des rapports d’appropriation individuelle et collective, sont ici illustrées par le continuum des échanges économico-sexuels qui ressort des récits recueillis. Trois situations sont rapportées : le mariage avec un client et le maintien sur le marché du sexe en toute connaissance de cause du mari ; l’abandon de l’activité suite au mariage avec un client ou un homme connu dans son travail de prostitution ; ou une relation amoureuse qui occulte le rapport de prostitution.

9Cette première partie en introduit cinq autres qui traitent, dans les deux pays : de la mesure statistique des inégalités entre hommes et femmes ; des effets du rapport social de sexe sur le travail et l’emploi du temps ; du genre des carrières artistiques et scientifiques ; du care dans les dynamiques familiales et professionnelles ; et enfin des relations entre care, politiques sociales et citoyenneté. Grâce aux outils théoriques fournis dans la première partie, il est possible de lire la pluralité des cas d’étude et des thématiques abordées à travers un cadre d’analyse commun : celui du travail de toutes les femmes comme résultat consubstantiel d’un croisement coextensif entre rapport de classe, rapport de sexe et rapport de race. Notons tout de même que les contributions traitent davantage des interrelations entre classes et sexes, la race étant peu présente en tant que catégorie d’analyse participant de manière centrale aux dynamiques en jeu autour de la division du travail. Cette réserve émise, quelles sont donc les caractéristiques de ce travail dans sa définition élargie en France et au Brésil ?

10Pour la France, différents chapitres donnent donc des indications sur l’exploitation du travail des femmes, objectivée par la mesure des inégalités qui perdurent entre sexes, aussi bien dans la sphère productive que domestique. Il y est rappelé que la différence de rémunération entre hommes et femmes est inscrite en droit français jusqu’en 1946, le principe d’égalité de salaire à travail égal n’étant acquis qu’en 1972. Aujourd’hui, à travail égal, le salaire des femmes reste inférieur de 27 %, lorsque la comparaison se limite au salaire horaire, ce qui suppose que le fait de travailler plus ou moins longtemps est un choix non contraint pour les femmes, présupposé contredit par la prise en charge plus importante du travail domestique par ces dernières et le fait qu’elles occupent 80 % des emplois à temps partiel. Le soupçon de maternité reste l’un des nœuds principaux de l’inégalité salariale. Dans les entreprises, les inégalités sont tellement importantes, y compris pour les cadres, que des méthodes – comme la méthode Clerc – montrent que, dans certaines configurations, la plus haute rémunération parmi les femmes est inférieure à la plus basse rémunération parmi les hommes. De tels résultats permettent d’obtenir des revalorisations de salaire. Par ailleurs, on observe toujours une naturalisation des aptitudes féminines par conséquent non rémunérées : l’habileté, la dextérité, la concentration, le sérieux ou le sens des responsabilités. En ce qui concerne le travail domestique, dont la prise en compte est essentielle à la compréhension du rapport des femmes au travail productif, les enquêtes emplois du temps mettent en évidence une double journée de travail des femmes. Les femmes continuent à consacrer quatre heures par jour aux tâches domestiques, deux de moins qu’en 1986 et une heure de moins qu’en 1998 (car elles consacrent moins de temps à la couture, au linge et aux repas, travaux qui sont en partie externalisés), alors même que les hommes, avec 2 h 13 de travail domestique par jour, n’ont augmenté cette durée que de six minutes depuis 1986. En matière de travail domestique, être en couple implique, pour les femmes, de consacrer plus de temps au travail domestique, alors que ce n’est pas le cas pour les hommes. Le rééquilibrage est plus évident en ce qui concerne le temps parental, avec une augmentation de ce temps pour les hommes à 40 minutes par jour, et une continuité du temps journalier pour les femmes. Néanmoins, les jeunes mères effectuent encore plus de 2/3 des soins aux jeunes enfants. Les activités parentales sont par ailleurs sexuées : les soins, suivis scolaires et trajets d’accompagnement sont assumés par les femmes, alors que les jeux et la socialisation sont mieux partagés. Il en résulte un usage genré du temps qui fait des femmes des individus pauvres en temps au quotidien. Lorsque l’articulation entre travail salarié et domestique est impossible à l’échelle individuelle, le travail domestique n’est pas reversé vers les hommes, mais généralement transféré vers des femmes pauvres et racisées, ce qui permet de résoudre les tensions d’un contrat de genre en crise, sans en modifier le contenu.

11En ce qui concerne le Brésil, compter le travail, qui plus est le travail féminin, est d’autant plus difficile que la marchandisation du travail – qui va de pair avec l’obligation de s’y engager pour pouvoir subsister – est beaucoup plus récente. Les difficultés de mesure liées à cette marchandisation plus récente du travail se doublent d’une informalisation plus grande du travail des femmes, bien sûr, mais aussi du travail des noirs. Cela souligne, d’ailleurs, que l’absence, en France, de statistiques permettant de croiser ces inégalités hommes-femmes avec des inégalités liées à l’origine, participe sans doute à l’invisibilité de ces inégalités. La sphère du travail formel, qui était auparavant le domaine réservé des hommes, a vu sa composition par sexe se modifier considérablement, en relation avec une baisse de la fécondité et un accroissement du niveau d’instruction des femmes. Cependant, cet accroissement de l’emploi formel des femmes ne s’accompagne pas forcément d’une réduction des inégalités de genre, malgré un contexte de croissance économique.

12Le chapitre suivant fournit l’explication possible d’un tel état de fait : la charge de travail domestique pesant sur les femmes, dans un contexte de vieillissement de la population, de déconjugalité, de réduction des protections sociales et d’évolutions de l’organisation du travail, impliquant un manque de contrôle sur le temps de travail et son intensité. Ceci entraîne, par ailleurs, une crise du régime de care, crise qui participe à l’accroissement du besoin de travail domestique. Ce travail tend à perpétuer les hiérarchies établies sur la condition socio-économique, la race et l’ethnie. Au Brésil, il est ainsi tributaire des héritages de l’esclavage. Ces relations de travail ont pour trame le type de domination et d’exploitation spécifiques d’une société patriarcale et raciste. Les employeurs ont tendance à considérer comme normale l’appropriation de la vie personnelle de leur employé.

13Au-delà du temps de travail consacré au soin, on constate une volonté de disposer de personnes en situation de servitude, en contradiction avec les droits formels. Au-delà de l’exploitation de ces compétences féminines, dans le cadre familial ou dans celui du travail domestique, Bila Sorj nous rapporte une captation idéologique et matérielle du travail de care des femmes par l’État, dans la lutte contre la violence. Les institutions développent en effet des projets de maternage social, où les femmes sont considérées comme vectrices d’une culture de la paix dans les quartiers populaires. Les projets visent à combiner maternalisme et autonomie/indépendance des femmes, à travers une politique d’empowerment. L’auteure montre comment ces nouvelles politiques sociales, mobilisant les femmes et leur capacité à prendre en charge le bien-être de leur communauté, finissent par déboucher sur une situation paradoxale : l’enfermement dans le rôle maternel entre en contradiction avec les aspirations suscitées à l’autonomie économique, l’éducation, la professionnalisation et le droit à une vie privée.

14Finalement, en France et au Brésil, c’est sans doute chez les femmes les plus privilégiées que les remises en question les plus frontales du rapport de sexe s’opèrent. Chez les femmes les plus diplômées, on constate des capacités à faire changer des pratiques entrepreneuriales à l’échelle micro ou méso, en parvenant à empêcher la tenue de réunions avant ou après certaines heures, à faire accepter le refus de partir en déplacement professionnel au dernier moment, ou de travailler le samedi et le dimanche. Il en est de même au Brésil, pour les femmes artistes ou ingénieurs qui profitent des apports d’une position socio-économique élevée pour éroder en partie le rapport de sexe.

15Par la diversité des cas empiriques et des approches mobilisées, cet ouvrage nous donne un aperçu des différentes manières d’étudier les interrelations entre classe et sexe – et plus marginalement race – dans le rapport au travail salarié et domestique des femmes brésiliennes et françaises. Il témoigne également de la diversité conceptuelle qui caractérise le champ des études féministes. On croise en effet dans ce livre, les concepts de genre, de care, d’intersectionnalité, d’empowerment mais aussi ceux de travail domestique, de rapport social ou de classe, de sexe et d’imbrication des rapports sociaux. Au-delà des mots, on peut se demander si ces différences de conceptualisations ne résultent pas avant tout d’itinéraires théoriques conformés par des contextes géographiques et historiques différents. En France, dans les années 1970, les féministes matérialistes remettent en cause le rapport de sexe en partant de la conceptualisation en termes de classe et s’appuient ensuite, comme Colette Guillaumin, sur le rapport de race pour renforcer leur critique du rapport de sexe. En ce qui concerne les États-Unis, le mouvement des féministes noires est issu directement de l’intérêt pour le croisement de deux rapports : la race et le sexe, la classe étant moins centrale dans l’analyse. Si on retient cette idée, alors c’est sans doute par la prise en compte conjointe des apports de ces deux courants théoriques qu’on pourra analyser les effets de ces trois rapports sociaux dans l’actuelle division internationale du travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Hellio, « Nadia Araujo Guimarães, Margaret Maruani et Bila Sorj (dir.), Genre, race, classe : Travailler en France et au Brésil, Paris, L’Harmattan, 2016, 316 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 29 avril 2019, consulté le 22 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nrt/5252

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Hellio

Aix-Marseille Université, CNRS, LEST, Mucem, Labexmed

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals