Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Jean-Yves Boulin et Laurent Lesnard, Les Batailles du dimanche, Paris, PUF, 2017, 276 p.

Jean-Pierre Durand
Référence(s) :

Jean-Yves Boulin et Laurent Lesnard, Les batailles du dimanche, Paris, PUF, 2017, 276 p.

Texte intégral

1Le travail du dimanche, ou plutôt son élargissement à de nouvelles catégories de travailleurs, revient à la une de l’actualité, de plus en plus fréquemment depuis deux décennies. Les Batailles du dimanche est né du constat de la rareté des ouvrages concernant l’impact du travail dominical sur les conditions de vie et de travail des salariés concernés. Il tient ses engagements pris dès l’introduction, à savoir : proposer des éléments sociologiques robustes dans un débat largement idéologique entre les tenants et les opposants au travail du dimanche. L’ouvrage est, non seulement très bien documenté, mais il s’appuie sur une enquête de terrain à Brive, ainsi que sur des données statistiques aux sources incontestables, tout en proposant des comparaisons internationales (essentiellement européennes).

2La première partie retrace l’histoire du dimanche comme jour de repos obtenu à force de luttes sociales dans un cadre de disciplinarisation et de moralisation dans le travail (et dans la consommation), duquel l’Église catholique n’est pas absente (loi du 13 juillet 1906). Le second chapitre décortique finement le long processus (un siècle) d’extension du travail dominical dans l’industrie (les équipes VSD, c’est-à-dire de week-end), puis dans le commerce avec la loi Maillé (été 2009) et la loi Macron (2015), adoptée, faut-il le rappeler, par le recours à l’article 49-3 de la Constitution qui évite un vote de l’Assemblée nationale. Cette partie se termine par un excellent tableau comparatif des régulations relatives à l’ouverture des commerces en Europe. La seconde partie s’interroge sur ce que travailler le dimanche veut dire : les chapitres très documentés statistiquement démontrent comment le travail dominical déstructure les temps sociaux, puisque les salariés occupés le dimanche ne peuvent plus partager ce jour de loisir avec leurs proches, tandis que la sociabilité perdue ne peut pas être récupérée en semaine. La troisième partie questionne notre société sur le devenir des dimanches : qui souhaite aujourd’hui ces fameuses ouvertures des commerces le dimanche ? Qui s’y oppose et pourquoi ? Quel est l’impact du travail dominical sur l’emploi ? L’enquête de Brive tente de répondre à toutes ces questions « par en bas ». Au-delà des commerces, que penser de l’ouverture dominicale des espaces culturels publics, tels que les bibliothèques ? Ce qui ressort de la lecture de l’ouvrage les Batailles du dimanche est que ce travail du dimanche est d’abord souhaité par les forces économiques qui en bénéficient directement, dans le cadre d’une dérégulation générale du travail, sans que la création massive d’emplois promise ne soit avérée. Ni les consommateurs ni les « volontaires » du travail du dimanche ne constituent des forces sociales (ou politiques) qui pèsent dans le débat...

Quelques points forts du débat

  • 1 Je préfère cette formule à celle d’« emplois atypiques » puisqu’ils ne le sont plus depuis au moins (...)

3Sans vraiment répondre à la question du pourquoi, les auteurs constatent « la défection croissante des tenants du maintien du repos dominical et d’une politique de réduction des temps de travail » (p. 55). Ce n’est pas le moindre des paradoxes, dans une société dans laquelle les gains de productivité se perpétuent et dans laquelle plus de 5 millions de travailleurs sont au chômage ou tournent sur des emplois incertains1. L’énumération des causes des dérégulations récentes à partir des transformations sociétales est édifiante : harmonisation par l’Union européenne, généralisation de l’insertion des femmes sur le marché du travail (avec la croissance du nombre de couples biactifs), accroissement du travail de nuit qui prépare celui du dimanche, développement du temps libre, concurrence de l’Internet pour les commerces physiques, etc. Les auteurs auraient pu désigner plus clairement en quoi les intérêts des détenteurs de certains types de commerces (ceux du luxe ou des grandes marques de prêt-à-porter des centres-ville, des chaînes de magasins de bricolage ou d’ameublement, des hypercentres commerciaux périphériques, etc.) perçoivent dans l’ouverture dominicale une source de profits considérables ; selon moi, le plus impressionnant dans ce processus reste la démission des politiques, face à ces intérêts économiques qui se sont transformés en puissants lobbyistes en France et à Bruxelles. Lesquels se parent des atours de la modernité et du progrès, désignant leurs adversaires comme rétrogrades et conservateurs. Les auteurs défendent la thèse selon laquelle le projet des nouveaux entrants dans la sphère commerciale (nouveaux au sens où ils sont arrivés dans les deux ou trois dernières décennies) est de transformer les modes de vie des consommateurs en les conduisant à acheter à n’importe quel moment de leur existence : le dimanche et, de plus en plus, la nuit. L’Internet constitue l’ultime solution à cette préoccupation : le commerce en ligne est d’ailleurs montré du doigt comme la première forme de concurrence du grand commerce. Sauf que, selon les auteurs citant le second rapport Bailly (2013), le commerce en ligne est d’autant plus développé que la dérégulation des horaires et l’ouverture des commerces physiques le dimanche sont banalisées (p. 192). Ce qui confirme qu’il s’agit bien d’une transformation des modes de vie dans un monde ultralibéral (la Grande-Bretagne versus l’Allemagne d’avant 2000), plutôt qu’une nécessité historique ou qu’une demande des consommateurs.

4L’ouvrage revient sur le débat, sans fin et jamais tranché dans la population française, entre partisans et opposants au travail dominical. À partir des sondages réalisés depuis la fin du siècle précédent, les auteurs repèrent un tournant en 2006-2007, où les opinions favorables l’emportent. Ce qui ne veut pas dire que les sondés sont prêts à travailler le dimanche : nombre d’entre eux sont favorables à l’ouverture des commerces le septième jour, à condition que ce soit d’autres salariés qui tiennent les magasins... Les auteurs montrent bien cette schizophrénie de chacun d’entre nous sur ce point (voir l’enquête du Credoc de 2008 utilisée p. 178 et suivantes). Il n’est pas neutre de constater que les actifs restent majoritairement défavorables à l’ouverture dominicale des commerces, alors que les inactifs (étudiants, personnes à la recherche d’un premier emploi, personnes au foyer, etc.) y sont favorables. Ainsi, selon les auteurs, « on discerne que les tenants de l’ouverture dominicale se trouvent aux marges de l’activité » (p. 177), percevant dans cette ouverture des commerces le dimanche des opportunités d’emploi, ou bien sont plus ou moins désocialisés, voyant dans ces commerces une forme de loisir et une sortie passagère de leur solitude.

  • 2 Les thuriféraires de l’ouverture des magasins le dimanche ne reculent devant rien pour faire valoir (...)

5Qui sont les salariés qui travaillent le dimanche, en particulier dans le commerce ? Un sous-chapitre de la seconde partie propose un bilan statistique dans tous les secteurs, mais c’est évidemment le secteur du commerce qui est placé au centre du questionnement, puisque c’est là que se situe aujourd’hui l’enjeu de l’élargissement du travail dominical. « L’enseignement principal des analyses statistiques est que ce sont les salariés peu qualifiés de l’industrie et des services qui disposent d’une faible autonomie temporelle, qui travaillent le dimanche hors de leur domicile et qui par ailleurs ont des horaires atypiques le restant de la semaine » (p. 134). Soit aussi, ajoutent les auteurs, les travailleurs les moins qualifiés de ces secteurs. Plus loin, Jean-Yves Boulin et Laurent Lesnard montrent, enquêtes à l’appui, que le volontariat du travail le dimanche n’est pas un « libre choix », car les salaires ordinaires sont trop bas et parce que l’on ne peut rien refuser au patron2. Ce sont les cadres chargés de l’organisation du travail volontaire du dimanche qui croient le moins en son caractère volontaire (p. 183). Ce qui a conduit la CFDT à refuser de signer l’accord sur le travail le dimanche dans le commerce... Celles et ceux qui ont vécu la décision managériale d’ouvrir le BHV-Rivoli le lundi, sur la base du volontariat pour encadrer les « extras » (en général des étudiants) durant les années 1980, se souviennent de la dérégulation généralisée des horaires et des statuts dans l’établissement qui s’en est suivie, malgré une assez forte implantation syndicale.

6Enfin, les tenants de l’ouverture des commerces le dimanche développent la thèse de la création (massive) d’emplois. En premier lieu, il faut déduire du nombre de créations d’emplois le volume de destructions d’emplois, en particulier dans le commerce de détail des centres-ville (en priorité dans l’alimentation), ce dont la grande majorité des maires de France se plaint. En second lieu, les chiffres nets de création d’équivalent temps plein tourneraient, selon nos auteurs, autour de 20 à 30 000 emplois seulement : d’une part, parce que cette ouverture des commerces le dimanche doit tenir compte du report des ventes de la semaine vers le dimanche ; et, d’autre part, parce qu’à pouvoir d’achat constant, il ne saurait y avoir accroissement du volume des ventes (p. 202-206). En troisième lieu, la nature des emplois doit être prise en considération : il s’agit bien souvent d’emplois à temps partiel (en CDD), au moment d’ailleurs où plusieurs grandes enseignes tentent de généraliser des contrats de travail se rapprochant des 35 heures hebdomadaires... Alors, les auteurs développent leur argumentation de fond contre l’ouverture des magasins le dimanche :

Ne pas autoriser les commerces à ouvrir le dimanche revient en effet à imposer à tous les acteurs une règle de coordination qui est, en fait, celle qui apporte à l’ensemble des acteurs les gains économiques maximums. Par contre, on voit bien que, dès lors que certains commerces ont des dérogations et d’autres non, les premiers sont en situation de capter une partie du chiffre d’affaires des commerces fermés. C’est ce mécanisme qui conduit vers la solution collectivement sous-optimale. En effet, les commerces qui ne peuvent ouvrir sont légitimement lésés et font pression pour pouvoir ouvrir. En obtenant gain de cause, ils limitent certainement leur perte de chiffres d’affaires, mais ne gagnent pas plus que lorsque tous les commerces étaient fermés [le dimanche]. On voit bien ici que toute distorsion dans la concurrence introduit une dynamique qui aboutit à une solution socialement inefficace. (p. 209)

7Car c’est bien la loi des plus forts contre les plus faibles qui transparaît à travers la loi Macron, ce que finit par reconnaître le Conseil national des centres commerciaux dans un entretien à Libération (22 juin 2016), certains de ses membres doutant de l’intérêt de cette ouverture du dimanche, face aux coûts prévisibles, dans un contexte de stabilité du pouvoir d’achat de la population.

  • 3 Voir en particulier l’ouvrage de Guillaume Tiffon, Le travail des clients, Economica, 2013 et le nô (...)

8La conclusion de l’ouvrage interroge le lecteur sur ses choix de société : faut-il poursuivre dans une consommation-loisir dans laquelle le temps libre des individus est confisqué aux seules fins économiques ? Faut-il accepter de voir la consommation transformée en un nouveau temps productif ? Ici le débat mériterait d’être approfondi – en particulier à partir des travaux sur l’Internet – pour reconnaître ou non un caractère productif au travail de consommation et de travail du client3. Enfin, du point de vue philosophique et moral, la désynchronisation des temps sociaux qui tend à s’aggraver, bien au-delà de la seule question du jour hebdomadaire réservé aux relations sociales dans la famille, avec les voisins et les amis, signifie une nouvelle transformation de la société en profondeur : après la marchandisation de la vie domestique (services à la famille et biens prêts à consommer, tous monétarisés), cette nouvelle dislocation des temps et des lieux de vie conduit au renforcement de l’individualisation des conduites, si chère au libéralisme économique et à l’idéologie qui l’accompagne, y compris avec l’assentiment de nombre de publications et d’intellectuels, déclarant pourtant leur opposition à cette tendance dominante...

Haut de page

Notes

1 Je préfère cette formule à celle d’« emplois atypiques » puisqu’ils ne le sont plus depuis au moins deux décennies.

2 Les thuriféraires de l’ouverture des magasins le dimanche ne reculent devant rien pour faire valoir leur point de vue, y compris en prétendant apporter leur soutien à ceux qui sont les plus exposés aux difficultés du quotidien ; ils développent, par exemple, tous les avantages que peuvent en retirer les mères vivant seules : au-delà des avantages financiers, elles peuvent plus facilement faire garder leurs enfants... Rencontrant déjà des difficultés face à leur isolement, il leur est proposé de vivre à contretemps des temps sociaux !

3 Voir en particulier l’ouvrage de Guillaume Tiffon, Le travail des clients, Economica, 2013 et le nôtre, La fabrique de l’homme nouveau. Travailler, consommer, se taire ?, Le Bord de l’Eau, 2017

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Durand, « Jean-Yves Boulin et Laurent Lesnard, Les Batailles du dimanche, Paris, PUF, 2017, 276 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nrt/5284

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Durand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals