Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Thomas Coutrot, Libérer le travail. Pourquoi la gauche s’en moque et pourquoi ça doit changer ?, Paris, Seuil, 2018, 320 p.

Olivier Cléach
Référence(s) :

Thomas Coutrot, Libérer le travail. Pourquoi la gauche s’en moque et pourquoi ça doit changer ?, Paris, Seuil, 2018, 320 p.

Texte intégral

  • 1 Parmi ses précédents ouvrages, citons Critique de l’organisation du travail, Paris, La Découverte, (...)

1Dans son dernier essai, Thomas Coutrot continue de creuser le sillon de la critique du système capitaliste1, en nous proposant une lecture politique de l’entreprise néolibérale.

2L’auteur a une double casquette : chercheur (responsable du département Conditions de travail et santé de la DARES) et militant altermondialiste (membre du conseil scientifique d’ATTAC et cofondateur du mouvement des économistes atterrés dont il a corédigé le manifeste). Cette double appartenance transparaît dans l’ouvrage, le militant prenant parfois le dessus sur le chercheur et vice versa. L’ouvrage ne dispose pas d’indications méthodologiques ou d’éléments d’analyse réflexive sur le positionnement (p. 19) engagé de l’auteur, si ce n’est qu’il se présente comme un homme de gauche – la gauche libertaire et autogestionnaire – déçu. Libérer le travail n’est pas, à proprement parler, le compte rendu d’une enquête empirique, académique portant sur les entreprises libérées, même si l’auteur s’appuie sur ses travaux et sur des enquêtes (statistiques) menées pour les besoins de l’ouvrage. Les données sont essentiellement fondées sur une analyse documentaire (lectures de première, seconde, voire, de troisième main).

3La problématique traitée dans cet ouvrage peut se résumer ainsi : « Quels pourraient être les fondements théoriques et politiques d’un mouvement visant la liberté du travail, c’est-à-dire une organisation du travail qui permette aux travailleurs de maîtriser leur travail et en tant que citoyens, d’en décider les finalités ? » (p. 14) Ou, présentée sous un angle plus large : existe-t-il un modèle alternatif au capitalisme – figuré par le taylorisme dans l’entreprise –, qui permettrait de libérer le travail et donc d’émanciper les travailleurs ? Et, interrogation complémentaire, la gauche est-elle porteuse de ce projet émancipateur ou l’a-t-elle jamais été ?

  • 2 Qui, de fait, s’inscrit dans la continuité du lean management et en reprend un certain nombre de pr (...)
  • 3 Essentiellement à partir de la thèse d’Hélène Picard, « Entreprises libérées, parole libérée ? Lect (...)

4La thèse que porte l’auteur est radicale : toutes les initiatives pour libérer le travail et lui redonner un sens – notamment le mouvement des entreprises libérées2 dont il se propose de faire le bilan critique3 – sont vouées à l’échec, tant qu’elles s’inscriront dans le système capitaliste lui-même : « Dans la coopérative, tout à l’inverse de la commandite, les travailleurs déterminent ce qu’ils vont produire. Mais – c’est le paradoxe sur lequel je n’ai cessé de buter dans cette recherche – ils le font le plus souvent dans le cadre d’une organisation hiérarchique inchangée » (p. 118). En d’autres termes, pour l’auteur, il est vain d’espérer vaincre le système en le combattant de l’intérieur.

5C’est d’ailleurs pour cela que les bonnes intentions ou les propositions pour faire autrement n’ont guère dépassé le stade du discours ou de l’expérimentation. Les leçons de l’histoire sont aussi cruelles qu’incontestables : « Communistes, sociaux-démocrates, libertaires, nous avons tous échoué, de façons certes différentes, mais pour au moins une raison commune : avoir cru qu’on pouvait changer la politique sans changer le travail » (p. 16). Il faut donc changer de modèle de société, d’écosystème global, pas seulement de modèle économique, c’est-à-dire travailler, produire, consommer, échanger… autrement et plus en harmonie avec la nature ! Et ce changement doit d’abord intervenir dans le monde du travail en voie « d’ubérisation », au sein même de l’entreprise, en subrogeant, notamment, le modèle d’organisation du travail actuel – fondé sur la verticalité, l’obéissance, le contrôle – et en abolissant le diktat actionnarial.

  • 4 Laloux F., Reinventing Organizations. Vers des communautés de travail inspirées, Paris, Diateino, 2 (...)
  • 5 Holacracy. The new management system for a rapidly changing world, New York, Henry Holt and Co, 201 (...)

6En effet, pour l’auteur, « il est déraisonnable d’espérer concilier l’autogouvernement du travail avec le pouvoir absolu des actionnaires » (p. 12) : une incompatibilité de nature oppose ces deux réalités. La difficulté tient au fait que, notamment depuis l’écroulement des régimes communistes, nous ne disposons plus guère de modèle de société alternatif. Mais, il existe, selon l’auteur, quelques raisons d’espérer, notamment dans l’entreprise, à travers le développement de nouvelles pratiques – la construction de « communs » –, de formes plus « horizontales » de gouvernance – l’entreprise autogouvernée4 – et d’intelligence collective. Dans cette perspective, T. Coutrot consacre un long développement à l’holacratie organisationnelle, théorisée par B. J. Robertson5. Ce concept prône la disparition des hiérarchies, le partage de l’autorité et la structuration autour de rôles : chacun possède une part de l’autorité collective, dans la limite de son rôle défini par des règles du jeu, collectivement décidées, autour de la « raison d’être » de l’organisation – ce que W. Ouchi appelait la philosophie de l’entreprise. Chacun peut alors prendre les décisions qu’il souhaite, dès lors qu’elles s’inscrivent dans le ou les rôles qui lui incombent dans le cadre de son « cercle d’appartenance », et qu’elles vont dans le sens des valeurs collectivement définies. L’auteur mise également sur le développement de deux secteurs d’activité : l’économie collaborative et le care.

  • 6 En référence au débat sur la fin du travail à la fin des années 1990.

7Ces raisons d’espérer, l’auteur les aborde dès le quatrième chapitre (deuxième partie), après avoir, d’une part, réaffirmé la centralité du travail6 et, d’autre part, exposé un état des lieux des détériorations dont il a fait l’objet, transformant le travail vivant, réel, concret, en travail prescrit, abstrait, mort. Pour ce faire, l’auteur mobilise, non seulement, les travaux de Marx, mais également ceux d’auteurs plus récents, notamment B. Trentin. Plus précisément, T. Coutrot s’intéresse à la question de la démocratie organisationnelle : pourquoi les intentions exprimées par la gauche politique et syndicale – libérer le travail des contraintes capitalistiques, développer l’autogestion, etc. – ne se sont-elles pas concrétisées en des modèles alternatifs permettant de dépasser le système capitaliste, de donner le pouvoir aux travailleurs ? Nous laissons au lecteur le soin de découvrir les réponses détaillées que l’auteur apporte, tout en rappelant un « constat déconcertant » :

[…] c’est plutôt du côté patronal que s’est exprimé un réel intérêt pour la liberté du travail. Depuis des décennies, dans les sphères managériales, se sont multipliés débats et expérimentations – certes souvent marginales et toujours fragiles – autour de l’approche sociotechnique, des équipes autonomes, du management participatif, de l’empowerment des salarié·e·s. Tout récemment, « l’entreprise libérée » a inspiré nombre d’initiatives patronales qui ont fait la une des médias. Plus surprenant encore : des théoriciens du management ont proposé des modèles « d’entreprise autogouvernée » plus audacieux que les rêves autogestionnaires les plus fous. (p. 13)

8Mais avec quelle logique et au profit de quelles catégories d’acteurs ?

  • 7 On se reportera à la présentation qu’en fait F. Vatin dans « Pierre-Édouard Lemontey, l’invention d (...)

9Pour terminer, nous souhaiterions formuler quelques remarques et pointer certaines limites de l’ouvrage. Tout d’abord, quand il s’agit de définir les caractéristiques du travail en régime capitaliste, ce travail qu’il faut libérer, T. Coutrot ne focalise-t-il pas trop son analyse sur le taylorisme ? Ne lui donne-t-il pas l’importance (« L’organisation “scientifique” du travail n’est pas une méthode parmi d’autres, elle est le mode de pensée du management » – p. 143), qu’au final, il n’a pas eue, si ce n’est sur un plan symbolique ? En effet, du fait que le modèle taylorien n’a jamais été ni majoritaire, ni même appliqué dans tous les secteurs d’activité, peut-être conviendrait-il de reconstituer un modèle plus générique (de type command and control). Ou alors, il faudrait préciser deux choses : que l’auteur en fait un emblème et que les principes que Taylor a formalisés existaient bien avant lui, des deux côtés de l’Atlantique. Par ailleurs, dans sa critique du modèle, la mobilisation des travaux de Pierre-Édouard Lemontey ou de Jean-Maurice Lahy, pour ne citer qu’eux, aurait certainement été un plus7.

  • 8 Par exemple : Benedetto-Meyer M., Maugeri S., Metzger J.-L. (dir.), L’emprise de la gestion. La soc (...)

10De notre point de vue, T. Coutrot montre bien toute l’importance de réformer l’organisation du travail. Mais sa réflexion critique n’aborde pas (ou trop peu) le système de management, ses dispositifs et leurs concepteurs. Pour analyser les dynamiques du fait gestionnaire qui entravent le travail, il aurait, notamment, pu s’appuyer sur les travaux de la sociologie de la gestion8.

  • 9 Collectif, Manuel de sociologie de l’environnement, Québec, Presses de l’université Laval, 2012.
  • 10 S. Latouche, T. Jackson.
  • 11 Chardel P.-A., Reber B. s/d, Écologies sociales, Lyon, Parangon, 2014.

11Plus globalement, ici ou là, s’il n’oublie pas les questions environnementales, très présentes au détour de certaines phrases, sa réflexion ne va pas jusqu’à mobiliser les travaux portant sur le développement soutenable ou ceux de la sociologie de l’environnement9, de la décroissance10, des écologies sociales11. Il aurait également pu discuter les propositions de l’économie verte : pourquoi s’arrêter au travail collaboratif et au care, et ne pas envisager certaines pistes intéressantes de cette approche de l’économie, une fois le tri fait entre le bon grain et l’ivraie ?

  • 12 http://nrt.revues.org/2026
  • 13 P. Masson, H. Weber.
  • 14 Par exemple, les travaux de l’Institut d’éthique appliquée : Luc Bégin, Lyse Langlois, Georges A. L (...)

12Par ailleurs, l’auteur dénonce, à juste titre, l’instrumentalisation et le dévoiement qu’un certain nombre d’entreprises ont fait des politiques de responsabilité sociale. Mais il oublie de mentionner et de discuter les travaux québécois de l’école de Montréal, qui montrent qu’une autre approche responsable est possible. Ne sont également pas abordés les courants de réflexions autour des questions éthiques, ne serait-ce que pour en montrer les limites et identifier en quoi ces courants ne proposent pas des réponses adéquates aux questions posées par l’auteur. Là encore, les Québécois apportent des éléments de réflexion, en particulier : autour de la délibération éthique (au-delà de l’éthique du care…) ; du management éthique12 ou humaniste13 ; ceux de l’éthique organisationnelle14. La démonstration sur ce point n’est pas faite.

  • 15 Les entreprises humanistes, Paris, Les Arènes, 2016.

13En 300 pages, il n’est, bien sûr, pas possible de multiplier les références. Cependant, il nous a semblé, à la lecture de l’ouvrage, que l’auteur aborde les diverses thématiques, de façon érudite, certes, mais aussi de manière soit surplombante soit lapidaire. Ainsi, il manque parfois des références de base, ou des travaux importants comme ceux de l’ANACT sur l’entreprise libérée, ou ceux de Jacques Lecomte15. Parfois, l’auteur ne rend pas compte de la richesse des travaux des champs de recherche qu’il évoque : nous pensons ici, par exemple, aux tiers lieux à propos desquels seul M. Lallement est mobilisé ; ou encore à l’autogestion, aux coopératives et plus largement à l’économie sociale et solidaire, voire à l’entrepreneuriat social. Il en va de même lorsqu’il aborde la question des technologies, avec le digital labor et l’innovation frugale. Certaines évocations sont expéditives, donnant un effet « catalogue », du fait d’un survol rapide, certains concepts centraux n’étant que cités : par exemple, l’éthique professionnelle (p. 36).

14Il reste que la lecture de cet ouvrage est à recommander, ne serait-ce que, au-delà des apports réels de l’auteur, pour les pistes qu’il ouvre et pour l’envie qu’il donne d’aller redécouvrir certains auteurs (C. Castoriadis) ou autrices (S. Weil), comme il faut dire maintenant.

15Bref, T. Coutrot, en nous traçant le chemin qu’il reste à parcourir pour travailler, produire et consommer autrement, laisse entrevoir que la remise en question de l’écosystème capitaliste est possible, mais suppose une véritable révolution.

16Une suggestion au lecteur pour terminer. Il serait intéressant de lire l’ouvrage ici présenté en parallèle de celui de Pascal Ughetto (Organiser l’autonomie au travail, Paris, Editions FYP, 2018), paru à peu près au même moment, qui aborde des thématiques proches et dont nous rendrons compte dans une prochaine livraison de la revue. Signalons également, pour celles et ceux qui voudraient poursuivre la réflexion ou livrer un témoignage, que l’auteur dispose d’un site dédié : http://www.libererletravail.org/​

Haut de page

Notes

1 Parmi ses précédents ouvrages, citons Critique de l’organisation du travail, Paris, La Découverte, 2000 et L’entreprise néo-libérale, nouvelle utopie capitaliste ?, Paris, La Découverte, 1998.

2 Qui, de fait, s’inscrit dans la continuité du lean management et en reprend un certain nombre de principes.

3 Essentiellement à partir de la thèse d’Hélène Picard, « Entreprises libérées, parole libérée ? Lectures critiques de la participation comme projet managérial émancipateur », thèse de doctorat en sciences de gestion (sous la directon de F. Dany), université Paris-Dauphine, 3 décembre 2015.

4 Laloux F., Reinventing Organizations. Vers des communautés de travail inspirées, Paris, Diateino, 2015.

5 Holacracy. The new management system for a rapidly changing world, New York, Henry Holt and Co, 2015.

6 En référence au débat sur la fin du travail à la fin des années 1990.

7 On se reportera à la présentation qu’en fait F. Vatin dans « Pierre-Édouard Lemontey, l’invention de la sociologie du travail et la question salariale », Revue du MAUSS, n° 27, 1, 2006, p. 398 à 420 ; ou encore, dans « Les “sciences du travail” : une tentative de résolution positiviste de la question sociale (1890-1914) », Bulletin de psychologie, n° 496, p. 331-340 ; ou encore dans F. Vatin et T. Pillon, Traité de sociologie du travail, Toulouse, Octarès, 2003.

8 Par exemple : Benedetto-Meyer M., Maugeri S., Metzger J.-L. (dir.), L’emprise de la gestion. La société au risque des violences gestionnaires, Paris, L’Harmattan, 2011.

9 Collectif, Manuel de sociologie de l’environnement, Québec, Presses de l’université Laval, 2012.

10 S. Latouche, T. Jackson.

11 Chardel P.-A., Reber B. s/d, Écologies sociales, Lyon, Parangon, 2014.

12 http://nrt.revues.org/2026

13 P. Masson, H. Weber.

14 Par exemple, les travaux de l’Institut d’éthique appliquée : Luc Bégin, Lyse Langlois, Georges A. Legault.

15 Les entreprises humanistes, Paris, Les Arènes, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Cléach, « Thomas Coutrot, Libérer le travail. Pourquoi la gauche s’en moque et pourquoi ça doit changer ?, Paris, Seuil, 2018, 320 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nrt/5305

Haut de page

Auteur

Olivier Cléach

Sociologue, Socioéthique, membre associé à l’Institut d’éthique appliquée, université Laval (Québec)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals