Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

David Frayne, Le Refus du travail. Théorie et pratique de la résistance au travail, Paris, Éditions du retour, 2018, 305 p.

Ivan Sainsaulieu
Référence(s) :

David Frayne, Le Refus du travail. Théorie et pratique de la résistance au travail, Paris, Éditions du retour, 2018, 305 p.

Texte intégral

« Travailler, c’est trop dur, et voler, c’est pas beau… » (Zachary Richard)

1Air connu : telle est la première idée qui vient à la lecture de cet ouvrage. L’auteur passe en revue les classiques de la critique du travail, depuis Marx jusqu’à l’école de Francfort, en passant par des essayistes de renom, comme Paul Lafargue ou André Gorz. Il complète cette liste par un panel d’auteurs plus récents, critiques des dégâts de la consommation ou de la publicité, qui fleurent bon les années 1970. Quoi de neuf, depuis les dissertations sur l’aliénation par le travail et la consommation ?

2L’ouvrage ne sort pas d’un paradoxe. D’une part, il prône la réduction du temps de travail, d’autre part, le travail et le hors travail sont emboités dans des rapports sociaux globaux au point qu’il semble difficile d’isoler le travail du reste. Si l’on doit réduire le temps et la place du travail, la question demeure donc de savoir « si le désenchantement croissant du travail peut être suffisamment mobilisateur pour impulser une véritable politique alternative » (p. 29). Un bilan mitigé a été fait, en France, de l’usage du temps libéré par la réforme des 35 h : le temps libéré est, pour beaucoup, consumériste. Autre manque, l’ouvrage n’évoque aucune solution de type associatif, coopératif ou communautaire, sans doute parce qu’il cherche le salarié ordinaire, non porté par des projets collectifs.

3Enfin, last but not least, s’il décrit des personnes qui sortent du travail, ancrant son propos empiriquement, on peut critiquer le manque d’épaisseur sociale de ces acteurs : si l’on connaît leur poste de travail et souvent leur diplôme, on ne sait rien de leur origine sociale, des prédispositions socioculturelles qui ont pu être activées au « point de rupture » décrit par l’auteur (p. 151). À ce manque d’épaisseur biographique, répond une surdétermination marchande : ces personnes n’ont aucune singularité culturelle, psychologique ou sociale. Est-ce que tout le monde est amené à voir le travail comme une surcharge et « la famille, les amis » comme un lieu de sociabilité épanouissant ? Est-ce que l’on ne voit pas le monde différemment, si l’on pense que ses angoisses ont une racine psychologique non réductible au marché ? Et si l’on a des croyances religieuses, ne peut-on fuir la tradition familiale pour vivre heureux au travail ? Ou au contraire accepter son sort au travail pour faire vivre la famille, sans idée d’autonomie individuelle ? Si l’on est très peu doté en capitaux en tous genres, peut-on rêver de sortir du travail salarié, ou au contraire avoir peur d’en sortir ? En cherchant les résistances à l’aliénation par le travail, l’auteur s’exonère de tout effort de contextualisation particulier. Ce faisant, il invente un homo sociologicus unicus qui n’obéit qu’à la loi de l’aliénation (pour ou contre cette loi), comme une image inversée de l’homo economicus.

4Mais au royaume des aveugles, les borgnes sont rois : personne n’a plus guère de réponse globale, et, si nous critiquons d’emblée les manques de ce texte, c’est aussi pour mieux faire ressortir son mérite.

  • 1 Publié aux Presses de Sciences Po en 2017.

5Le livre pose d’emblée, par son objet, un problème intéressant : la résistance et le refus du travail sont-ils une seule et même chose ? Faut-il combattre au travail pour l’aménager ou le seul aménagement possible consiste-t-il à fuir les liens du travail ? Dans un ouvrage récent, intitulé Conflits et résistances au travail1, j’ai précisément omis de poser la question du refus du travail, comme si la résistance au travail ne pouvait se tenir que sur les lieux de travail. On peut combattre l’aliénation en amenuisant le lien salarial, pour se défaire de l’emprise morale et sociale du travail sur soi. Être son propre patron est d’ailleurs un horizon plus ou moins présent chez tout salarié, mais ici on envisage une alternative au travail marchand, pas seulement aux « petits chefs ».

6L’ouvrage repose sur l’idée que ce n’est qu’en expérimentant, à titre individuel, autre chose que le travail, que l’on peut se rendre compte de l’emprise qu’il exerce sur nous. L’auteur a enquêté auprès de membres d’associations anglaises revendiquant un temps libéré du travail. Il reconnaît que le bilan est mitigé : se retrancher du devoir social, quel qu’il soit, c’est aussi rompre des liens sociaux, se mettre en marge, avec les difficultés psychologiques et matérielles que cela implique.

7En théorie, les choses se présentent ou sont présentées clairement. Échapper au travail « économique », ou travail salarié et marchand, ne fait pas « droit à la paresse », dit l’auteur, mais ouvre à des activités autonomes, qu’on réalise pour soi – et pour les autres. Travailler ne s’oppose pas à consommer, bien au contraire, consumérisme et éthique du travail reviennent au même : sans discipline du travail, pas de consommation moderne. Autrement dit, non seulement le capitalisme pousse au travail exténuant et aliénant, non seulement il occupe le temps par du travail largement inutile (bullshits jobs), mais encore il enchaîne le (rare) temps libre, soit que le chômeur est désœuvré, soit que le travailleur consomme.

8Or l’œuvre de Gorz, sur laquelle s’appuie l’auteur, montre à la fois l’absurdité de cette organisation du travail (et de la vie), cette interdépendance systémique, et désigne en même temps le temps libre (« la politique du temps ») comme la solution pour se consacrer aux activités de son choix. En s’affranchissant de la pression sociale qui vante les mérites du travail et fait honte aux récalcitrants, en s’opposant au discours de l’employabilité du « chef de tout » (cette figure de la puissance psychologique du conformisme inventée par Colin Cremin), les personnes échappent aussi à la logique de l’avoir, qui préside à la consommation, pour lui préférer celle de l’économie du temps. Moins de temps de travail, moins d’argent, moins de consommation et plus de temps pour être soi : telle est l’équation proposée. Plus de temps ou plus de connaissance pour soi, car la connaissance n’a pas qu’une utilité économique, elle est à la source de la joie de vivre (Russell, cité p. 108).

9Il faut pour cela sortir de la matrice, refuser aussi la récupération de la subjectivité au travail, l’injonction à être soi-même, à donner le meilleur de soi-même, à éprouver du plaisir au travail. Ainsi dénonce-t-il la logique managériale des « 3 F » (pour Focus, Fun, Fullfilment), en vigueur dans une entreprise californienne, afin d’augmenter l’efficacité des relations commerciales avec des salariés plus enjoués.

10Par contraste, l’auteur trouve des exemples fort sympathiques de personnes pratiquant « l’autoproduction » prônée par André Gorz, dans des maisons accueillantes où les personnes prennent en charge leur qualité de vie, se soucient de leur quotidien. L’auteur est ainsi « ravi d’être témoin des modestes récits […] de leurs initiatives : un système bricolé de crochets et de poulies, conçu pour suspendre le linge mouillé au plafond, remplaçait un sèche-linge ; une étagère remplie de vieux bocaux était une façon sympathique et peu coûteuse de ranger des vis et de les trier par taille ; un coussin fait maison, cousu à partir de chutes de tissu, témoignait bien mieux de la personnalité de son créateur qu’un coussin acheté » (p. 222).

11Ayant mené une recherche sur la socialisation politique des ingénieurs, j’ai trouvé aussi que ceux qui sont le plus alternatifs à la société sont à la fois dans une relativisation de leur carrière et de leur travail, tandis qu’ils ont connu un·e conjoint·e non conformiste et un réseau d’amis exerçant un contre poids. Le hors travail est un moyen pour les ingénieurs de s’épanouir. La récupération du temps et le temps consacré à soi-même facilitent l’émancipation, l’hédonisme libre. Déjà, les poètes latins, comme Virgile dans les Bucoliques, chantaient les bienfaits de la douceur champêtre, dont seul le loisir (otium) permet de bénéficier : « O Méliboe, deus nobis haec otia fecit » (Ô Méliboe, c’est un dieu qui nous a procuré ce loisir).

12Cela dit, on peut se demander si cette vision de la bonne vie n’est pas limitative, en particulier en ce qui concerne la créativité, dont les témoignages font souvent état dans le livre. Est-ce dans le calme, le bien-être et la douceur de vivre que l’on crée le plus ou le mieux ? Marx a conçu le Capital dans la misère et c’est en prison que Gramsci a écrits ses Cahiers. Dans les champs de coton est né le blues et, quand Mozart écrivait des symphonies, c’était au service des princes et des ducs de son époque. D’une manière générale, cette vision d’une humanité s’affranchissant du travail et se réconciliant avec elle-même dans les marges n’est pas contestable, elle est juste limitée.

13En particulier, elle laisse peu de place à la conflictualité au travail. L’auteur ne conteste pas, d’ailleurs, le rôle des luttes au travail, mais il les minorise : pour lui, elles concernent seulement les conditions matérielles, et en premier lieu le salaire. S’il est clair que le rôle des conflits au travail a diminué et que l’on n’a pas tous les jours un conflit phare comme celui des Lip (1974), la lutte sociale peut créer les conditions d’une nouvelle sociabilité, c’est un espace-temps au sein duquel des individus ont pu et peuvent s’épanouir, grandir et rêver.

14Ce bel ouvrage remplit cependant sa fonction de faire réfléchir le lecteur sur sa propre vie et de stimuler son imagination. Bien écrit et documenté, c’est un livre agréable et fort recommandable.

Haut de page

Notes

1 Publié aux Presses de Sciences Po en 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivan Sainsaulieu, « David Frayne, Le Refus du travail. Théorie et pratique de la résistance au travail, Paris, Éditions du retour, 2018, 305 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 29 avril 2019, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nrt/5325

Haut de page

Auteur

Ivan Sainsaulieu

Professeur de sociologie, Lille-IUT-GEA, membre du Clersé (UMR 8019)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals