Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Maud Simonet, Travail gratuit : la nouvelle exploitation ?, Textuel, 2018, 152 p.

Jennifer Deram
Référence(s) :

Maud Simonet, Travail gratuit : la nouvelle exploitation ?, Textuel, 2018, 152 p.

Texte intégral

1Travailler gratuitement, a priori la proposition peut sembler saugrenue, tant l’idée que « tout travail mérite salaire » est ancrée dans le sens commun. Pourtant, c’est une réalité aussi omniprésente qu’occultée, notamment au sein du travail à vocation éthique ou citoyenne. C’est là tout l’intérêt du petit ouvrage de Maud Simonet : révéler à la lumière du jour ces tâches qui s’exécutent dans l’ombre du salariat et qui ont pour points communs d’être privées de rétribution et de ne pas être considérées comme un travail à part entière. Arrivée au terme de plusieurs enquêtes sur le travail bénévole, les programmes de workfare et l’engagement citoyen en France et aux États-Unis, la sociologue française pose désormais les jalons d’une analyse d’ensemble de ces formes de travail gratuit.

2La question est abordée au travers de cinq chapitres, les trois premiers donnant à voir différents exemples de travail non rémunéré, tandis que le quatrième permet d’apporter un éclairage plus théorique en replaçant le travail gratuit dans le cadre des politiques de l’emploi. Le dernier chapitre ouvre le débat sur les réponses possibles aux problèmes soulevés par ce type d’emplois, en montrant toutefois les limites de leur réalisation effective.

3En inscrivant sa démarche dans les pas des recherches féministes qui avaient renouvelé les analyses du capitalisme et du travail, en y introduisant la question du travail domestique, la sociologue met l’accent sur l’existence déjà ancienne de ces tâches exécutées gratuitement « par amour » ou par devoir. En outre, ce prisme féministe lui permet d’insister sur ce que la gratuité comporte d’invisibilité et de non-reconnaissance. La thèse présentée ici est donc que le travail gratuit n’est pas seulement le fruit d’une soustraction « travail – salaire » ou encore « valeur produite – salaire versé = profit », mais surtout un déni du travail effectué, qui permet d’autant plus facilement son appropriation par autrui. Cette manière d’envisager le travail permet dès lors de réinterroger et surtout d’étendre le concept d’exploitation, en révélant à quel point les secteurs non marchandisés contribuent, en assurant son équilibre, au bon fonctionnement du secteur marchand. Cette approche est complétée par les apports du black feminism qui viennent rappeler que le travail domestique n’est pas doté de la même signification selon la structure des rapports sociaux de la société où il prend forme. Le foyer, synonyme d’enfermement pour les femmes blanches des classes moyennes et supérieures, peut ainsi se révéler être un espace protégé du racisme structurel pour les femmes noires. La suite de la réflexion de l’auteure restera d’ailleurs empreinte de cette précaution d’analyse lui permettant de se prémunir des biais de l’ethnocentrisme. Ce premier chapitre est clôturé par une synthèse pédagogique qui résume les « leçons » à retenir, ce qui permet de rendre l’ouvrage particulièrement accessible.

4Afin de prolonger la réflexion sur le travail gratuit et l’influence des structures sociales sur les manières de s’y rapporter, le deuxième chapitre revient sur une enquête de terrain portant sur la « gratuitisation » du travail public, au travers de l’exemple de l’entretien d’espaces publics aux États-Unis et en France. Cette étude a souligné la manière dont les municipalités étaient parvenues à faire face aux restrictions budgétaires, en mobilisant deux catégories de population dont le travail pouvait s’exercer en dehors des représentations classiques du travail : les bénévoles et les allocataires des programmes d’aide sociale. Cette mobilisation ayant pour principal ressort la valorisation de la citoyenneté, Maud Simonet montre toutefois qu’elle ne s’exerce pas de la même façon selon l’origine sociale des personnes ciblées.

  • 1 Hely M. et P. Moulevrier, L’économie sociale et solidaire : de l’utopie aux pratiques, La Dispute, (...)

5Cette sociologie du bénévolat l’amène au constat de la dualité des expériences du travail exercé gratuitement. Les dispositions au bénévolat augmentent considérablement avec le niveau d’études et le nombre de diplômes. De fait, pour les classes moyennes et supérieures, le bénévolat est perçu comme un engagement aux frontières du militantisme et éventuellement valorisable dans une logique de carrière. À l’inverse, quand il s’agit de bénéficiaires d’allocations sociales, le travail gratuit est interprété comme une forme de juste retour de l’argent perçu, jusqu’à devenir un critère pour distinguer les « pauvres méritants » des « mauvais pauvres » (p. 77), c’est-à-dire les inactifs. Toutefois, dans les deux cas, la diffusion du travail bénévole a entraîné une forte précarisation des emplois municipaux, autrefois salariés et placés dans le cadre du droit du travail. L’auteure souligne également le rôle non négligeable de l’État dans cette « fabrique du bénévolat » (p. 72) et rejoint les thèses de Matthieu Hély sur l’idée d’une recomposition de l’intervention étatique davantage que d’un retrait de l’État1.

6Par ailleurs, l’analyse proposée du workfare, le travail effectué gratuitement en échange d’allocations, permet à l’auteure d’interroger la place du bénévolat entre contrainte et engagement volontaire. À l’encontre des réflexes de la sociologie spontanée qui situent le bénévolat du côté du libre engagement, Maud Simonet montre que, quand l’engagement bénévole permet de maintenir le versement d’aides sociales ou contient la promesse d’un futur emploi salarié, la frontière tend à devenir de plus en plus floue. Le passage progressif vers une conditionnalité des aides révèle, de la sorte, comment le travail gratuit peut être instrumentalisé, afin de mettre les classes populaires au travail. L’engagement citoyen se muant ainsi en devoir pour les classes dominées, le travail gratuit permet de saisir la dualité des rapports à la citoyenneté. On peut saluer en passant l’actualité des questionnements soulevés par cette partie de l’ouvrage, en regrettant toutefois que le thème de l’injonction au travail ne soit pas traité conjointement avec une analyse du chômage structurel.

7Le digital labor, avec les contributions volontaires et gratuites à certains médias en ligne, constitue la troisième illustration évoquée par Maud Simonet. L’exemple du Huffington post où les personnes contributrices réalisent la valeur qu’elles ont produite au moment de la vente du média, éclaire bien les enjeux soulevés par la non-rémunération des contributions volontaires, lorsque ces dernières permettent in fine de générer un fort profit. Il permet, encore une fois, de s’interroger sur les notions d’aliénation, de consentement et d’exploitation dans le cas du travail « libre » (ou free labor, au double sens de gratuit et effectué sans contrainte apparente), même si l’on peut noter que cet exemple est moins développé que les précédents.

8En replaçant le travail gratuit dans la logique des politiques de l’emploi, Maud Simonet montre, par la suite, à quel point l’État joue actuellement un rôle déterminant dans la fabrique des incitations au travail bénévole. En devenant un investissement pour trouver, dans un second temps, un emploi salarié, le travail gratuit est devenu, pour les personnes sans-emploi, une manière de prouver leur employabilité, afin de se distinguer des « mauvais pauvres » inactifs. Maud Simonet montre bien le glissement progressif du travail bénévole comme engagement citoyen, à celui de travail gratuit qui vient se substituer à l’emploi classique. Plus encore, la sociologue retrace le passage en vingt ans de l’interdiction du bénévolat pour les allocataires du RSA à sa forte incitation par les politiques publiques en tant que « contrepartie morale à l’absence d’emploi » (p. 136). Elle souligne également que cette insertion du travail gratuit dans des politiques d’emploi, déguisées en soutien au monde associatif, permet de maintenir la croyance dans le bon fonctionnement du marché du travail et donc de mettre l’accent sur la responsabilisation individuelle, plutôt que sur les défaillances structurelles.

9Le travail gratuit favorise ainsi la reproduction sociale, voire l’accentue. En effet, l’inégalité des capitaux symboliques et économiques ressort fortement au niveau des espoirs qui peuvent être placés dans l’exercice du bénévolat : un « plus » original, une plus-value éthique pour le CV de personnes fortement insérées socialement et issues des classes dominantes ; ou, a contrario, le sacrifice de l’acceptation d’un travail non rémunéré pour faire ses preuves face aux employeurs ; ou, a minima, prouver que l’on mérite son allocation pour les autres.

10Ainsi, Maud Simonet révèle à quel point le travail gratuit constitue une valeur d’ajustement pour rectifier, aux marges, les défaillances du marché de l’emploi et, ainsi, garantir sa légitimité. Il fait perdurer la conviction que les personnes sans-emploi sont individuellement responsables de leur situation, augmentant de cette façon leur culpabilité et rendant d’autant plus aisée leur exploitation à titre gratuit.

11Le dernier chapitre permet d’ouvrir la réflexion par une interrogation d’ordre pratique : « que faire ? ». L’auteure propose deux scénarios : salarier le travail gratuit, première hypothèse, ce qui permettrait de réintégrer cette forme de travail dans le cadre du droit du travail et donc de la mobilisation syndicale. Elle pointe néanmoins une limite de taille : cette insertion comporte le risque d’une fragilisation conséquente du salariat, en favorisant le développement de nouveaux contrats précaires, comme les contrats uniques d’insertion et les contrats d’accompagnement dans l’emploi (CUI-CAE) pour couvrir la diversité des situations. Le monde associatif deviendrait ainsi le lieu d’expérimentation des nouvelles formes de précarité au travail, si tant est que ce ne soit pas déjà le cas.

12Le deuxième scénario met en avant la possibilité de dissoudre le salariat dans le travail gratuit, grâce au revenu universel avec l’avantage d’une tentative de définition non viriliste du travail et l’effacement de la hiérarchisation entre les différentes tâches effectuées. Toutefois, une nouvelle limite ne tarde pas à faire surface, puisqu’il serait toujours possible de travailler contre une rémunération, cette hypothèse n’attaque pas les fondements des rapports sociaux inégalitaires. Enfin, face à ces diverses contradictions, Maud Simonet conclut l’ouvrage en faisant appel aux thèses de Bernard Friot et à sa proposition de « statut politique du producteur » (p. 151), qui serait le créateur exclusif de la valeur et permettrait la mise en commun des richesses, avec l’avantage de limiter fortement les possibilités d’appropriation et donc d’exploitation.

13Arrivé au terme de l’ouvrage, il convient de saluer l’éclairage d’ensemble qu’il apporte au débat sur le travail gratuit, notamment par l’originalité du rapprochement qu’il opère entre différentes formes de tâches non rémunérées. En se situant à rebours du discours dominant qui encense l’engagement citoyen en l’écartant du prisme du travail, l’approche choisie par Maud Simonet permet de montrer comment ces formes de dévouement peuvent être instrumentalisées, pour servir de fondement à des politiques de précarisation de l’emploi qui ne disent pas leur nom. Ainsi, en plaçant sur le même plan le bénévolat civique, numérique, domestique et les politiques de workfare, la sociologue montre que ce n’est pas le degré d’engagement qui fait la différence de statut, mais bien les inégalités sociales qui placent les personnes d’un côté ou de l’autre du curseur du travail gratuit. La forme de l’ouvrage, synthétique et ponctué de résumés, de même que le langage choisi, qui parvient à préserver la complexité des idées sans sombrer dans le jargon de spécialiste, le rendent très accessible. Il est néanmoins possible de regretter que l’aspect théorique n’ait pas été davantage développé, afin de sceller l’unité des phénomènes et situations évoquées. Que ce soit pour étudier le rôle de l’acteur étatique dans la construction sociale de l’engagement ou encore pour analyser la responsabilisation individuelle des personnes sans emploi, il aurait semblé souhaitable de développer la réflexion. De même, la notion d’exploitation, pourtant au cœur du titre de l’ouvrage, est finalement assez peu invoquée dans l’analyse. À qui profite le travail gratuit ? Cela pourrait être une piste pour continuer le débat.

14Il s’agit donc d’un bon ouvrage pour aborder la question du travail gratuit et d’une base solide pour ébaucher une critique sérieuse de ces formes d’exploitation qui, si elles ne sont pas nouvelles, n’en sont pas moins pressantes à décortiquer au vu de leur rapide expansion.

Haut de page

Notes

1 Hely M. et P. Moulevrier, L’économie sociale et solidaire : de l’utopie aux pratiques, La Dispute, 2013, p. 111.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jennifer Deram, « Maud Simonet, Travail gratuit : la nouvelle exploitation ?, Textuel, 2018, 152 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 29 avril 2019, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nrt/5416

Haut de page

Auteur

Jennifer Deram

Doctorante au Centre Pierre Naville, Université d’Évry Val d’Essonne

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals