Navigation – Plan du site
Champs et contrechamps

Distance et proximité

Sébastien Calvet, photographe de presse
Distance and proximity, Sébastien Calvet, photo journalist
Distancia y proximidad, Sébastien Calvet, fotógrafo de prensa
François Cardi

Résumés

Pendant de nombreuses années, Sébastien Calvet a suivi le Parti Socialiste, puis, en 2012, la campagne électorale de François Hollande pour le quotidien Libération. Le métier de photographe de presse dans le champ politique ne se limite pas à des prises de vue : il combine des périodes d’incertitude, des phases de négociations et des moments d’improvisation où il faut faire preuve de talent photographique, de sens des rapports de force et d’intuition de l’instant. Il s’agit d’une pratique sociale autant que d’une pratique photographique : l’anticipation a autant d’importance que l’information, et les logiques éditoriales l’emportent souvent sur les intentions du photographe.

Haut de page

Texte intégral

Présentation

  • 1 Pour conduire cet entretien, nous avons sélectionné quelques clichés parmi les quelques 17 000 que (...)

1Le blog de Sébastien Calvet, journaliste freelance pour le compte de Libération est à l’origine de cet entretien. Il présente un intérêt majeur parce qu’il s’agit du journal écrit et visuel, que le photographe, au jour le jour, a consacré à la campagne électorale de François Hollande de 2012, qu’il a suivie de bout en bout1. Rares en effet sont les photographes qui accompagnent leurs photographies d’explications sur leur activité concrète de prise de vue, sur le contenu de leurs clichés.

2Dans l’entretien, nous avons insisté sur la dimension proprement professionnelle (statut, rémunération, conditions de travail) de l’activité. Mais la position sociale du photographe n’est pas moins importante : rapports sociaux avec le candidat, avec ses équipes politiques et techniques, fixation des conditions de prise de vue avec l’entourage de celui-ci et avec la rédaction de Libération, rapports professionnels avec les autres photographes, avec les partisans professionnels du candidat, avec les accompagnants familiers, etc.

3L’entretien permet de saisir le statut d’un photographe free lance attaché à un quotidien, avec les avantages financiers que cela procure, en même temps qu’une forme d’incertitude concernant son revenu et ses fonctions d’information. Ce revenu est très étroitement lié au calendrier électoral et à l’enchaînement des événements et des campagnes, et au budget que le quotidien consacre à la photographie. Il y a donc dans le statut et la position professionnelle du photographe des zones d’incertitude importantes. Car il ne s’agit pas simplement de « faire des photos » de l’événement. Une part singulière du métier consiste à négocier presque en permanence avec les équipes du candidat Hollande les places qui assurent le meilleur point de vue pour réaliser le cliché : il faut montrer le candidat dans des situations ou des postures correspondant à la fois à ce que l’on veut montrer et à ce qu’attend le journal. Il n’y a pas à proprement parler de recherche du scoop, mais plutôt du cliché dont l’originalité surprend les habitudes visuelles des récepteurs – et Libération apprécie cet aspect des choses - tout en informant les lecteurs. Lorsque négociation il y a, elle porte sur la position du photographe, c’est à dire sur la distance au candidat, plus ou moins importante selon la réunion ou le meeting à couvrir, mais aussi sur la connaissance de l’agenda et du parcours de l’homme politique. Car il arrive souvent que le candidat prenne de grandes libertés avec le programme, et bouscule le planning. La recherche sociale et professionnelle de la « bonne » position – corps compris – tient alors de l’anticipation sur les événements qui peuvent survenir.

4Le paradoxe de la situation de Sébastien Calvet tient également de sa formation à l’Ecole nationale supérieure de la photographie d’Arles, où il a été un des très rares élèves à construire un projet de photographe de presse dans le champ politique, mais dont il a retenu un goût très affirmé pour la photographie plasticienne.

5Au moment de l’entretien, Sébastien Calvet a quitté Libération depuis plusieurs années pour fonder un média électronique, « www.lesjours.fr », où il est producteur de photographies puisées dans le flux continu des images d’information diffusées par les chaînes de télévision du monde entier. Il a par ailleurs conçu une manière singulière d’utiliser les photographies, en les transférant sur bois avec des enduits. C’est un autre métier, et un autre média, qui augurent vraisemblablement de ce que seront les photographes de presse dans les décennies à venir.

  • 2 Voir Debeauvais R., Vauclare C., 2015, Le métier de photographe, Culture Études, 2015-3, Ministère (...)

Évalués en France à environ 25 000, les photographes professionnels se répartissent dans une grande diversité de statuts professionnels, juridiques et fiscaux, correspondant à une palette très ouverte de métiers et de positionnements sur le marché du travail2. Il s’agit d’un métier que l’on choisit jeune, avec une formation de niveau de plus en plus élevé, où le CAP de photographe continue toutefois d’être en tête des diplômes possédés, surtout chez les plus âgés. Le secteur principal d’activités est aujourd’hui la communication d’entreprise, premier segment du marché de la photographie. La presse (éditeurs et agences) occupe une place modeste et en déclin. Elle a été un des principaux canaux de la diffusion de la photographie. Mais à l’heure d’Internet, les quotidiens ne représentent plus qu’une source marginale de revenus, sauf pour quelques professionnels comme Sébastien Calvet en 2012.

Entretien avec Sébastien Calvet

François Cardi : Comment avez-vous été amené à suivre François Hollande pendant la campagne pour l’élection présidentielle de 2012 ?

Sébastien Calvet : Je suis arrivé à Libération un petit peu avant les années 2000, en 98. Et quand on arrive, on bouche les trous. Il y avait des photographes pigistes permanents, c’est-à-dire des gens qui régulièrement travaillent, et qui ont toujours un peu les mêmes dossiers. À l’époque, Thierry Dudoit, photographe, était en charge du suivi du Parti Socialiste. Quand je suis arrivé, chance pour moi, il est parti à l’Express, et on m’a donné, à partir de 2000, le suivi du Parti Socialiste, et donc François Hollande, premier secrétaire. Après, j’ai suivi des campagnes présidentielles, celle de Ségolène Royal, évidemment. Et quand ça a été au tour de François Hollande, on m’a proposé de suivre la campagne. Ça faisait une bonne dizaine d’années que j’étais à Libération.

F. C. : Et quels étaient les termes du contrat avec Libération ?

S. C. : C’est un contrat moral. Il n’y a pas de contrat écrit. À Libération, on est pigistes, on n’a pas d’assurance de jours travaillés. C’est du travail à la journée en fait : les jours où il n’y a pas de travail, on ne travaille pas. On est payés 180 € nets, la journée, en salaire. Et à la fin du mois, on compte le nombre de jours travaillés. Donc on n’a jamais les mêmes salaires. On n’a pas de visibilité sur la masse de travail qu’on peut avoir. Ceci dit, et c’est là qu’il y a un contrat moral, si on travaille régulièrement pour un journal, et notamment pour Libération, le journal aime bien avoir un seul et même photographe pour une campagne, le leur, qui va suivre ça. Donc c’est un contrat moral. Moi, je dégageais du temps pour travailler pour Libération, pour suivre la campagne. Et en contrepartie, le journal nous disait : « là, il y a tel truc, tel jour, il faut le suivre ». On dit ça, en septembre de l’année qui précède. Et puis à partir de là, à vous de faire le travail de journaliste, d’avoir un œil sur l’agenda du candidat, son emploi du temps, connaître les gens, et d’avoir les informations avant même le journal, en contact avec les attachés de presse. Et chaque jour le travail est enregistré.

F. C. : Y compris les moments où vous prenez tous ces contacts avec l’encadrement de la campagne ?

S. C. : C’est englobé parce que sur une journée de reportage, on ne passe pas notre journée à faire de la photographie. Il y a beaucoup de temps morts où on noue des contacts, des relations avec des entourages, des sources, qui nous permettent d’avoir des informations.

F. C. : Vous signez un contrat à la journée pratiquement ?

S. C. : On n’en signe pas. À la fin du mois, j’ai une fiche de paye avec le nombre de jours travaillés.

F. C. : Est-ce que vous avez l’impression que ça limite un peu votre indépendance ?

S. C. : C’est une question compliquée. Le système marche très bien quand il y a beaucoup de boulot. Moi, à l’époque je travaillais énormément, j’étais un des deux grands photographes de Libération qui travaillions le plus. Je faisais au minimum 10 jours par mois. Ça pouvait monter jusqu’à 20. Et à côté, en étant indépendant, ça me laissait deux possibilités : travailler pour d’autres personnes, et pouvoir refuser certains sujets qui ne m’intéressaient pas. Une deuxième chose importante, c’est que, en étant indépendant, on est propriétaire des images. Si des photos étaient publiées dans Libération, je pouvais les diffuser ailleurs. Et je les refacturais à d’autres journaux, pour d’autres publications. Dans le cadre d’une campagne présidentielle, c’est idyllique quand il y a beaucoup de travail.

F. C. : C’est six ou huit mois ?

S. C. : Oui. Vous savez que vous avez du travail quasiment tous les jours, parce que tous les jours il se passe un quelque chose. De plus, vous savez que en reportage, vous êtes payé puisque vous êtes en commande. Là, ça marche très bien. Mais c’est beaucoup plus difficile quand il y a moins de travail. C’est le coup de dépression qui arrive après la campagne présidentielle, parce que le service photo a épuisé son budget. Et la solution est simple, nette, radicale, même à Libération : on ferme le robinet, on arrête les piges. On travaille avec les archives, on bricole en attendant que le siphon remonte. Après la campagne présidentielle, on tire sur les législatives, après les passations de pouvoir dans les ministères. Fin juin, vous avez fait votre magot. Vous partez en vacances, il n’y a plus de boulot. Et on reprend en septembre.

F. C. : On était parti sur la question de votre indépendance…

S. C. : Je vous ai parlé de l’indépendance financière et de soumission à l’employeur. L’indépendance éditoriale pour moi, est totale. On ne me dit pas : fais telle ou telle image, ou fais les choses comme ceci ou comme cela. Si on me confie un dossier, on me fait confiance pour le traiter de la manière dont je sais le faire. On me choisit aussi pour ça.

F. C. : Je voudrais aborder maintenant, la question des rapports que vous avez eus avec l’encadrement de François Hollande. Il s’agissait de négociations ? D’informations réciproques ?

S. C. : Ce n’est pas forcément avec le conseiller politique qu’on est en contact. Nous, on est en contact avec tout ce qui est la communication, les services de presse, les services d’ordre qui souvent sont beaucoup plus renseignés que bien d’autres en charge. On travaille ensemble, c’est la complexité de la relation. On est quand même journalistes, il faut qu’on approche le candidat, qu’on le voit, qu’on sache où il est, pour avoir une photo différente, de situations différentes. Pour ça, il faut des informations sur ce qu’il fait, où il va. C’est une relation de méfiance et de séduction. Il faut faire comprendre au service de presse que s’il nous donne une information, il ne nous aura pas dans les pattes, on ne va pas casser son travail. Sur une campagne présidentielle, tous les jours, l’équipe du candidat essaye de faire des coups, d’aller à tel endroit alors que personne n’était prévenu. Nous, pour avoir ce genre d’images, on est toujours en train d’essayer de savoir qui est au courant, qui peut donner cette information. Après, c’est une relation de confiance. Eux nous ouvrent une porte, nous donnent un accès au candidat. Et là, il faut être le plus discret possible. Beuve-Méry disait : les journalistes, c’est le contact et la distance. C’est le contact, on est journalistes, et si on nous ouvre une porte là, tout ce qui nous est montré est susceptible d’être diffusé. Je suis journaliste, une fois que j’ai un accès, j’enregistre tout ce qui se passe.

F. C. : Il y a là quelques photographies que j’ai sélectionnées, parmi celles que vous avez prises. Quelles distances optique, physique, professionnelle, politique, avez-vous eues avec le candidat ?

S. C. : Alors je les ai à peu près toutes eues.

F. C. : Est-ce que vous pouvez les définir ?

S. C. : Un exemple. Il y a une réunion dans une salle avec le candidat et ses proches conseillers. Vous savez qu’elle a lieu dans son QG de campagne par exemple. Vous aimeriez bien faire cette photo parce que, c’est une photo un peu intime, de travail. Vous négociez avec la personne que vous connaissez, qui vous l’accorde. On vous ouvre la porte. Vous rentrez. Évidemment, tous les gens qui sont là ont été mis au courant : je vais faire rentrer le photographe de Libération. Et là, vous avez une petite minute pour travailler, maximum, faire la photo, le candidat et les conseillers. Là, je suis en distance très proche, parce que quelqu’un m’ouvre la porte d’une réunion où la presse n’est pas conviée. Je reste un peu de temps, mais je suis à deux mètres ou un mètre du candidat et des autres. Et je suis tout seul. C’est une situation qui arrive assez rarement. C’est la distance la plus proche. Ensuite, dans la majorité des cas, c’est une distance que l’on a pendant un déplacement. On va visiter une usine, par exemple, avec ce qu’on appelle « la bulle de sécurité », c’est-à-dire ses gardes du corps. Mais vous avez les gens qui veulent se faire voir, les gens qui aimeraient bien être conseillers à l’Élysée dans telle ou telle thématique. Et puis des gens qu’ils rencontrent, des ouvriers. La « bulle » s’ouvre, et vous avez derrière ce cercle-là, des photographes qui essayent de passer derrière des trous, pour avoir le candidat, avoir l’ouvrier à qui il serre la main. Et là, vous êtes accompagné des télés, des radios qui veulent à peu près la même chose que vous. En termes très clairs, vous avez une personne au milieu, vingt autres personnes autour de lui, et soixante encore sur le troisième cercle. Et tout le monde converge vers le même point. Donc ça c’est une distance qui oscille entre deux mètres ou trois mètres, ou cinq mètres. Il y a un troisième type de distance dans les grands rassemblements, les meetings. Là, on est positionné dans les tribunes derrière le public, par rapport à la scène. La distance est entre trente et cinquante mètres, selon les moments. Mais régulièrement on nous autorise à passer devant, au pied des tribunes, pour faire des photos un petit peu plus proches, à cinq ou six mètres. Là, le candidat ne me voit pas parce qu’on est noyés dans la masse. Et finalement on ne photographie pas tellement le candidat, ni les interactions qu’il peut avoir avec les gens. C’est ce qu’on a appelé « la déambulation de déplacement », semblable à la deuxième situation, ou même à la première, où le candidat est très proche de ses collaborateurs. Là, pendant le meeting, on est sur une photographie du dispositif et de la mise en scène.

F. C. : On parle maintenant de dispositif et de mise en scène. Je vous propose de regarder ces deux photos, la une et la deux, que vous avez prises. On peut se poser la question de la plongée incroyable pour la première prise de vue.

Photographie n° 1

Photographie n° 1

S. C. : Ça ne peut pas être plus une plongée, puisque là, je suis dans les coursives sur les plafonds de Bercy, qui est une coursive technique, qui sert à installer les lumières. Là, c’est un accès réservé. On parlait d’entourage tout à l’heure. Là, c’est le régisseur du Parti Socialiste je peux le dire. Au Parti socialiste, il y a une direction technique, qui organise. Et un des régisseurs était un type très sympa. On avait de très bons rapports, de très bonnes relations. C’est un type que je croisais souvent, qui suivait la campagne tout le temps pour organiser les salles, les tribunes. Même pour une réunion de trente personnes, il y avait un micro. Il était représentant du parti, pour les interlocuteurs techniques, notamment sur les gros meetings, dans les grandes salles. Là c’est à Bercy où il est très en amont. Quand j’arrive à Bercy, on se voit, et avec un petit sourire, il me dit : « Tu veux que je t’emmène dans un endroit exceptionnel ? » Et il m’emmène, moi et un autre photographe, M. B., photographe de l’AFP, tout en haut des coursives. Alors, il ne faut pas avoir le vertige, parce que c’est un petit chemin en métal, posé à je ne sais pas quelle hauteur, c’est assez haut quand même, au moins à trente mètres. Mais vous êtes pile au-dessus de la scène et vous pouvez vous balader. Il reste avec nous, et au moment où François Hollande arrive, il nous laisse bosser d’en haut. C’était une option techniquement intéressante. On n’en voyait pas énormément des images comme ça, où on a une vue complètement dingue sur tout ça. C’est un peu le résumé de tout ce que je vous disais par l’exemple, une bonne relation avec quelqu’un de l’entourage qui vous permet d’avoir un accès, qui vous permet de faire une photo différente.

F. C. : La photo 2, n’est pas prise à Bercy ?

Photographie n° 2

Photographie n° 2

S. C. : Oui, on est aussi à Bercy. Pour cette séquence, les photographes ont été tenus très à distance de la tribune. Je me souviens du post de blog sur Libération. Je l’avais intitulé « 26 mètres » parce que c’était la distance qui séparait la tribune des photographes.

F. C. : Et c’est beaucoup 26 mètres ?

S. C. : Ça commence à faire beaucoup. Et le problème c’est qu’on était tous les photographes au même endroit, tous à 26 mètres, dans le même axe. Ça avait été une bataille homérique avec l’entourage du candidat parce que nous, on ne voulait pas être là. Et en fait, l’équipe ne voulait même pas qu’on aille dans le public faire des images. Elle voulait vraiment qu’on soit là, je pense, parce qu’elle préparait le coup du Bourget, le coup de déclaration sur la finance. Et elle ne voulait que la photo du candidat avec les drapeaux. Un de ceux qui travaillaient au service de presse du candidat est venu nous voir pour essayer de négocier avec nous. Il s’est fait envoyer dans les cordes, parce qu’on était une quarantaine de photographes très énervés d’être à cette place-là. Il a fallu négocier pour qu’on aille dans le public. Mais on n’a pas pu atteindre le pied de la tribune. Il n’y a qu’un photographe de l’AFP qui avait été sélectionné pour y être. Mais ils ne l’ont pas refait derrière parce qu’ils ont vu que, ce n’était pas possible. Donc après, on a été plus libres.

F. C. : Vous avez faite paraître, sur votre blog, cette photo où on voit François Hollande en Corse, et vous avez indiqué que vous aviez négocié parallèlement avec l’équipe du candidat et avec Libération. Sur quels points portaient ces négociations ?

Photographie n° 3

Photographie n° 3

S. C. : On est à Calvi. C’est un tout petit aéroport, et on passe sur un bord de la piste pour rejoindre l’avion. On était plusieurs photographes, en fin de déplacement. Moi, je fais le tri de ce que j’ai fait ces derniers jours, et je sais que je n’ai pas d’images qui vont rester. On voit cette piste et on se dit qu’il faut négocier. Et on commence à entreprendre Dominique Bouissou, la cheffe du bureau de presse du candidat Hollande, en lui disant que ce serait bien de le photographier marchant jusqu’à l’avion. Elle n’est pas contre, elle passe deux coups de fil et nous dit de nous mettre sur le côté et de suivre le candidat quand il sera là. À ce moment-là, le journal m’appelle parce que c’est le moment où le quotidien est en train de construire ce qu’on appelle « l’événement » c’est-à-dire la une et les trois ou quatre pages qui suivent. Et l’événement c’était : la campagne de Hollande a un trou d’air, et il doit reprendre son envol. Donc je vais essayer de faire quelque chose pour la une qui devrait coller là-dessus. Je sais que j’ai très peu de temps. J’ai une idée mais je ne suis pas certain de pouvoir la réaliser. Elle colle alors avec les thématiques, avec l’avion de Hollande sur le tarmac. On attend. Les journalistes partent prendre l’avion. Nous, on reste, on se fait discret. Le candidat arrive, il passe les portiques de sécurité, et va rejoindre son avion sur le tarmac. Donc là, on est, les trois photographes, à reculons devant lui. Et on fait une série d’images, dont celle-ci. On fait attention à bien mettre l’avion, la ligne dans le cadre. C’est assez drôle parce que l’entourage, dont Valérie Trierweiler, et les gardes du corps qui tiennent les valises se sont mis vraiment à distance pour ne pas être dans le cadre. Évidemment moi, je me fais un malin plaisir de les mettre dedans. Parce que c’est toujours drôle, on veut toujours représenter l’homme politique qui arrive sans bagage, sans manteau qui traverse comme ça, alors que tout est derrière. J’aime bien représenter le contexte aussi. Donc on va à reculons sur une cinquantaine de mètres, ça va assez vite. On discute avec Hollande. Il s’amuse de la situation, on lui parle, on échange. Et puis, on arrive au pied de l’escalier qui monte à l’avion, et avec mes deux confrères, on a à peu près la même image qui arrive, la même référence. On se dit : on va le photographier comme Obama. Parce qu’il y a ce qu’on appelle un pool qui est toujours fait avec les présidents américains, quand ils montent et quand ils descendent de Air Force One, des avions. C’est une position qui tourne entre toutes les agences. On a ri avec ça. On a fait Hollande comme Obama. Voilà, on monte dans l’avion. Tout de suite j’édite mes photos sur ordinateur. C’est envoyé au journal, avant qu’on décolle et c’est paru le lendemain.

F. C. : Donc c’est celle-là qui a été retenue par le journal ?

S. C. : Alors ce n’est pas celle-là qui a été retenue. C’est une autre, deux autres sur la série. Mais moi, avec le temps, j’ai retenu plutôt celle-là.

F. C. : Bien. Alors la distance et proximité, qu’est-ce que vous pouvez en dire ? La distance, vous la calculez en permanence en reculant, là ? Et la proximité ? Et puis, vous échangez avec le candidat ? C’est-à-dire qu’il y a un rapport de grande proximité dans une photo comme ça ?

S. C. : Bien sûr, surtout avec François Hollande qui est quand même extrêmement sympathique et drôle. C’est difficile de se fâcher avec ce type-là.

F. C. : Mais là, vous êtes maître de la chose ? Et les services de sécurité ce que vous appeliez tout à l’heure « la bulle de sécurité » ?

S. C. : De toute façon il y a un moment où c’est toujours nous qui cadrons, nous qui déclenchons. On est toujours maîtres de notre image, même si on l’est plus ou moins. Quand je suis coincé à un endroit, on contraint ma liberté, mais malgré tout, je peux choisir de ne pas faire de photos, de tourner complètement mon objectif ailleurs. Après, là, c’est une négociation. C’est une image que j’ai envie de faire, qui me plaît, qui correspond à mon besoin du jour. Donc je vais négocier avec les gens qui donnent des accès pour faire cette image. Ils me donnent cet accès parce qu’ils se disent : tiens on n’y avait pas forcément pensé, c’est une bonne idée. Ça leur convient. Ça leur va. Mais moi, ça me va aussi. Si j’étais contraint et soumis à la communication de François Hollande, je n’aurais pas mis Valérie Trierweiler et les gardes du corps derrière. Je n’aurais laissé que François Hollande, en majesté. Là, ce qui m’intéresse c’est aussi à un moment de jouer un tout petit peu parce que justement je suis maître de mon cadre. Ça, ils ne peuvent pas tout maîtriser. Il y a toujours un type derrière mal placé. Il y a toujours…

F. C. : La quatrième photo que j’ai choisie c’est celle de l’enfarinage. Là, la question de la distance est cruciale. On a l’impression que vous êtes quasiment à la place de l’enfarineuse. On a l’impression que vous êtes dans la « bulle de sécurité ».

Photographie n° 4

Photographie n° 4

S. C. : Gökşin Sipahioğlu, le fondateur de l’agence Sipa, disait : quand on est photographe professionnel, ne pas avoir de chance c’est une faute professionnelle. Donc il faut parfois un peu de chance. Là, il s’est fait enfariner. Il est en train de descendre de l’escalier avec Rachid Kasri, qui est son garde du corps depuis toujours que je connais très bien. Et c’était assez étonnant. On est sur un rassemblement d’Emmaüs, où tous les candidats passent pour donner leurs idées, leurs projets sur la pauvreté. Je ne suis pas très loin de la tribune mais je ne suis pas très bien placé parce que l’événement du jour n’est pas très intéressant, je ne fais pas vraiment de photos du jour. Je suis à quatre ou cinq mètres de la tribune, les bras ballants, je ne fais rien. Mais malgré tout, j’ai un œil. Quand ça arrive d’un coup, je vois ça. J’appuie très vite. La photo que je fais de l’enfarinage, elle n’est pas bonne puisque je suis trop loin. En revanche, je me mets tout de suite dans une position de me dire : ils vont l’évacuer. Donc, tout de suite je pars à droite, et je me mets en bas de l’escalier. En fait, j’arrive à faire cette photo parce que je ne suis pas bon sur l’enfarinage, mais je pense à la suite. Voilà. Et du coup, comme ils l’évacuent par-là, je fais cette image au pied de l’escalier.

F. C. : Il y a un peu d’affolement à ce moment-là ?

S. C. : Il y a un peu d’affolement. Et en fait, le premier qui est sur lui, qui l’évacue, c’est Rachid. Il ne voit rien parce qu’il a ses lunettes pleines de farine. Il le prend par le bras et il le sort. Moi, j’avais trouvé ça assez touchant et assez étonnant sur le rapport que peut avoir ce type-là avec le candidat, qu’il suit depuis longtemps. Il faut se dire : OK, je suis mauvais sur l’enfarinage, donc il faut faire l’évacuation.

F. C. : Là, vous le photographiez dans une position où il est en difficulté quand même…

S. C. : C’est mon boulot. Peu importe. L’histoire n’est pas toujours belle, heureusement. Sinon, comme avec Macron, on s’ennuie. Là, c’est bien, c’est un soubresaut. Je ne me pose même pas la question. Je le fais. Il y a une chose que je ne fais pas, c’est les gens qui mangent, les moments de situation dégradante. Mais moi, je ne me cache jamais pour faire une photo. Il faut que ça ait du sens. C’est la question que je me pose : est-ce que ça a du sens ou pas ? Si j’ai un accès à la loge après un gros meeting à Bercy comme on a vu, et qu’il enlève sa veste, et qu’il est trempé de sueur, il n’est pas à son avantage, je fais la photo parce que ça a du sens. C’est comme Johnny après un concert, il perd trois litres d’eau parce qu’il fait chaud, parce qu’il y a intensité du discours. Donc sur cette photo, là, il est enfariné. Il vient de subir une agression, il n’est pas à son avantage mais ça a du sens parce que c’est une actu du jour. Parce qu’évidemment tout le monde va en parler, mon journal va m’appeler parce qu’ils l’ont vu à la télé. Et je ne peux pas dire que je trouvais qu’il n’était pas à son avantage et que je ne l’ai pas faite. Non. Ce n’est pas possible.

F. C. : Sur cette cinquième photo, où on voit le candidat assis dans un train, en train de travailler, il est toujours question de la distance. Vous expliquez sur votre blog qu’on vous a mis dans le wagon, que ça a été très rapide, et que c’est certainement une de celles que vous préférez.

Photographie n° 5

Photographie n° 5

S. C. : Je l’aime beaucoup. Je me suis expliqué sur cette photo parce qu’elle a créé une polémique. On part en train avec le candidat. Il part s’installer à sa place, il est assis tout seul à sa place, côté fenêtre. On négocie avec les gens du service de la presse : est-ce qu’on peut faire une photo dans le train ? Et nous voilà, deux ou trois photographes, dans un petit couloir du TGV, les uns sur les autres, en train de faire une photo de François Hollande en train de retoucher son discours. C’est une image qui peut paraître totalement sans intérêt, anodine. Pour nous, c’est une image du politique au travail, chose qu’on ne voit pas beaucoup. Le type tout seul, qui écrit son discours comme le fait Hollande, ou qui le retouche, qui travaille vraiment la parole qui est son outil, on ne l’a pas beaucoup. Il se trouve qu’au moment où je fais cette photo, François Hollande enlève ses lunettes, les pose sur le discours, et il a le stylo à la main comme ça, il est face à la fenêtre. Donc je fais cette image. Je l’envoie au journal. Le journal la publie le lendemain sur une demi-page. Et le lendemain de la publication, le matin, je vois mon téléphone, rouge de messages, avec des copains qui m’appellent : oui, on te soutient. Je ne comprends rien. Je remonte un petit peu le fil, notamment sur twitter. Et je me rends compte en fait qu’Audrey Pulvar qui, à l’époque, animait la tranche six heures du matin sur France Inter, dans sa revue de presse, a tweeté la photo en disant : quel compte Libération avait-il à régler avec François Hollande en publiant cette photo ? Et donc évidemment la joie de twitter et des réseaux sociaux, ça fait boule de neige. Soit, je me fais féliciter. Soit, je me fais insulter. Ça monte à 50 000 « clics », en tête de Google Actu toute la journée. C’est n’importe quoi. Donc je me retrouve à être obligé de faire ce post de blog pour dire : je suis photographe. Je suis la campagne. Il a enlevé ses lunettes. Je photographie quelqu’un au travail. C’est tout. En fait, la photo a beaucoup fait parler parce qu’on m’accusait d’avoir voulu dénigrer François Hollande parce qu’il n’avait pas ses lunettes, et que du coup, il avait une tête bizarre. Autant vous dire que ça a fait beaucoup rire l’entourage de François Hollande, qui était mort de rire quand même parce qu’il s’en moque complètement. Les spécialistes de la photographie ont dit que, j’avais retouché cette photo. Par A+B, ils ont fait des démonstrations sur Photoshop. C’est une des photos les plus simples que j’aie faite, et qui zen même temps a provoqué le plus de réactions.

F. C. : Vos deux confrères ont fait des photos semblables ? Elles ont eu un même destin ?

S. C. : C’est une bonne question : elles n’ont pas eu le même destin. Je ne suis même pas certain que leurs agences aient gardé cette image. C’est de la chance de travailler pour un journal, pour Libération en particulier qui reconnait qu’on a un point de vue sur des choses, et qu’on peut faire l’image avec un temps mort. C’est un temps mort. Depardon parle dans un documentaire des temps morts. Il dit qu’il travaille le mieux dans les temps morts.

F. C. : Par opposition, à l’instant décisif ?

S. C. : Absolument.

F. C. : Voilà une photo de banquet et je voudrais que vous me disiez dans quelles circonstances vous l’avez prise. C’est un banquet républicain ?

Photographie n° 6

Photographie n° 6

S. C. : C’est une fête du cochon, dans le Limousin, une fête agricole. Là, je ne négocie rien puisque je suis tout seul avec lui. Il n’y a pas d’entourage. Il y a le chauffeur et lui, un journaliste, un rédacteur et moi. On vient de passer deux jours avec lui entre la Corrèze et le Limousin. Donc il est chez lui. Il est à l’aise. Il ne me connaît pas, mais il connaît mon visage. Ça fait deux jours qu’on fait le tour des fermes, des comices agricoles. On va tâter le cul des vaches. Et il y a un banquet à un moment. On parlait de contexte et de distance. Vous savez, c’est vraiment comme un chasseur et un animal. Ou quand vous approchez un chat que vous ne connaissez pas, il y a toujours un moment où vous vous regardez, et puis chacun jauge l’autre. Au bout d’un moment, on réduit la distance. Vous mettez la main devant l’animal et si votre odeur lui convient, vous faites la caresse. C’est la même chose : on vient de passer trois jours ensemble. Je suis dans la voiture. Il rentre. Il sort.

F. C. : Vous êtes dans la voiture avec lui ?

S. C. : Oui c’est le deal. Venez dans la voiture. François Hollande est comme ça. Donc il va voir tout le monde. Il serre des mains. Il boit un verre, et il s’assied. Je vous disais tout à l’heure, je ne photographie pas les gens qui mangent. Ce n’est pas très joli. Mais là je vois qu’il s’assied. Et donc je m’avance. François Hollande de son petit œil en coin, il me voit et ne me dit rien. Si à ce moment-là il m’avait juste fait un petit geste… non, là, c’est bon. Çà m’est déjà arrivé, avec Villepin notamment, un jour où il mangeait un sandwich sur un quai de gare. Je commence à viser, il me regarde et il fait me fait signe : non, pas là, pas avec le sandwich. Je ne me cache pas, j’attends une espèce d’acceptation tacite de mon modèle. On va me le reprocher. On va dire qu’il joue un jeu. Mais tout le monde joue un jeu quand on est en photo. Donc Je m’approche, je vois qu’il ne me dit rien, et je commence à faire une série de photos. C’est un bonheur parce que dans le cadre, je vois le serveur qui commence à servir à droite, à gauche. C’est la chance d’avoir à la fois le type qui lui sert de la soupe et le type qui lui sert le vin. On est dans une image typiquement française de campagne, dans une autre époque, presque chiraquienne. Une fois que j’ai fait celle-là, j’arrête. C’est un peu en dehors de la campagne. On est sur cette terre. J’ai fait beaucoup de photos avec lui dans les bars sans personne autour.

F. C. : Cette photo, là, montre plutôt le contraire, c’est la bousculade. Tout rentre dans le cadre et rien n’y est. Vous utilisez le subterfuge du miroir.

S. C. : Oui. On est obligé d’utiliser les subterfuges visuels là-dedans. Il est en représentation. Le patron de l’usine lui explique ce qu’il produit. La presse est derrière, elle essaye de se tenir. On est en plein dans la campagne. Vous avez les politiques derrière qui sont au contact. C’est le genre de situation qui photographiquement est un peu un enfer. Il ne se passe pas grand-chose. On est très nombreux. On voit la caméra juste derrière qui essaye de se faufiler. Tout le monde essaie de se faufiler pour faire une image. Ce qu’on fait est pourri. Là, c’est un peu le coup de chance. Il y a le reflet donc on travaille… on voit d’ailleurs les caméras dans le reflet aussi. On utilise ce qu’il y a. À la fois on est centré sur le sujet, ce que j’expliquais tout à l’heure sur le sujet concentrique. Et puis, on essaye d’élargir aussi le cadre pour voir ce qu’il arrive, ce qu’il peut y avoir comme diffraction ou comme petit problème qui dans le cadre, peut être intéressant, peut amener un point de vue.

F. C. : Vous avez publié cette photo dans votre blog Libération. Et vous parlez du regard de François Hollande.

Photographie n° 7

Photographie n° 7

S. C. : Il regarde. Il est attentif. Alors peut-être que ce que lui raconte le monsieur l’ennuie terriblement. Et il ne veut pas trop le montrer. Et il a une capacité à s’extraire un moment parce qu’il pense à autre chose. Il doit aussi avoir l’œil parce que souvent sur ce genre de déplacement, les politiques peuvent être pris au piège par le patron qui va vous montrer telle chose et telle chose, et puis vous êtes pris au piège de la communication de l’entreprise que vous visitez. Il faut faire attention à ça. Et les plus forts arrivent à repérer les trois ouvriers qu’on n’avait pas mis sur le chemin parce que ce sont des choses très cadrées. On a un chemin déterminé : on va aller voir telle machine, qu’on a achetée très cher parce que ça correspond à la communication de l’entreprise. Mais ce que veut le politique lui, c’est faire une image avec l’équipe en bleu de travail. Donc ils sont tous plus ou moins forts pour sortir de ce chemin tout tracé, et pour aller voir les gens qu’ils veulent aller voir, discuter avec les ouvriers, de leurs conditions de travail, si ça se passe bien, etc.

F. C. : Alors après il y a ces trois photos, prises à Bourg-en-Bresse, où vous photographiez un candidat qui entre dans le territoire des électeurs.

Photographies n° 8, 9 et 10

Photographies n° 8, 9 et 10

S. C. : Oui, mais c’est une chance encore aussi. Ça tient à la personnalité du personnage qu’on suit. Je disais sur la photo de l’usine, la capacité à sortir du chemin qu’on a tracé pour lui. Donc là, on va d’un point A à un point B, d’une réunion à une autre. On y va à pied, les voitures ne sont pas là. Et François Hollande a une capacité à sortir du chemin et à dire : allez, bonjour ! Alors nous, c’est une technique qu’on utilisait en tant que photographe, qui connaissions bien François Hollande. Parce qu’on savait qu’il a cette capacité. On déambule tous. Il y a la presse, les collaborateurs, les gens qui veulent se faire voir, les caméras qui s’engueulent alors à reculons. Et puis lui d’un coup, il voit un type tout seul avec un petit vélo. Il va aller voir le type tout seul avec le petit vélo. A l’époque, on était malins, et au moment où toute la presse s’agglutinait dans un coin, s’il y avait un type avec un petit vélo, nous, on allait se mettre à côté de lui. Et ça ne loupait pas. Le type lui disait bonjour. Et François Hollande venait lui dire bonjour. Et nous, on était à côté.

F. C. : C’est un drôle de jeu avec le candidat alors ça ?

S. C. : C’est de la connaissance psychologique du candidat, pour parler pompeusement. Il y a des candidats, des politiques avec qui je ne fais pas ça, parce qu’ils restent dans leurs clous. Sarkozy reste dans ses clous. Hollande sort des clous. Et c’est sûr que, quand on arrive et qu’on voit ces deux personnages à la fenêtre, on sait qu’il va aller leur dire bonjour. Et on sait qu’il va y aller, qu’il va franchir le portail. Il a une capacité d’empathie. Il m’a épaté une fois. On était en Corrèze. C’était sur la primaire et on va dans un tout petit village, faire le vote. Et il y avait une queue énorme. On arrive avec lui, et il commence à saluer les gens dans la queue, les uns après les autres. Je me place de l’autre côté, derrière les gens, et je le photographie. Je suis à un mètre ou un mètre cinquante, je le vois et je l’entends. Et à chacun, il dit un mot. Il dit : « Tiens. Ça va. Et toi ton frère, il a déménagé. Et ton père, il est à l’hôpital ? » Et il a fait ça à tout le monde, mais il y avait 100 personnes. Il connaissait tout le monde. Il sait que ça marche comme ça. Il a un côté très chiraquien. Et ça marche toujours comme ça. Donc là, ces deux personnes sont à la fenêtre. On arrive avec le cortège. On sait, tous les photographes, qu’il va y aller. Tout le monde peut photographier. Il n’y a pas besoin d’autorisation. Et en plus, graphiquement, nous, comme photographes, ça nous parle. Voilà. Il y a le carré, la perspective à gauche, la petite pelouse. Les gens qui sortent. On a tout, on a même une séquence.

F. C. : Et ça a été publié ça ?

S. C. : Non. C’est sûr que ce n’est pas un événement. Ce n’est pas l’enfarinage. C’est sûr qu’on peut s’en passer de cette série d’images. Malgré tout, ça dit quelque chose sur le personnage, sur la campagne, sur la politique, sur la France, sur l’électeur hollandais socialiste de l’époque. Dans un journal, c’est une espèce de mixte, à la fois sur l’actualité, sur cette image de l’actualité qui rapporte un événement précis avec un lieu et une date précise, et puis des fois des images comme celles de cette série qui auraient pu être publiées dans un rapport sur la sociologie des électeurs hollandais. Et puis, les iconographes du journal ont surtout des pages à remplir avec des thématiques et des sujets bien précis.

F. C. : Alors il y a une autre photo, dans le même genre que les précédentes, en Corse cette fois-ci. Ce sont des embrassades. Là, l’embrassade est très retenue.

S. C. : C’est très hollandais, ça. Il n’est pas forcément actif là-dedans. C’est très étonnant quand on fait les bains de foule comme ça, les gens se jettent sur le candidat.

Photographie n° 11

Photographie n° 11

Ça m’a toujours fasciné. Et leur capacité à encaisser ça. Les gens viennent, vous embrassent, vous attrapent par le bras. Il faut l’accepter ça. C’est quelque chose qui n’a pas été très étudié, j’ai l’impression, la notion de corps en politique. Et je trouve que, là, il y a un rapport au corps, il y a un rapport à l’intimité. Les électeurs ont besoin d’embrasser. Alors ces photos datent de 2012. La situation aujourd’hui en 2018 est, je pense, radicalement différente parce que les gens aujourd’hui pensent moins à embrasser qu’à faire un selfie. On est passé du tactile au digital, et à la volonté de faire image et document. Là, les gens l’embrassent, ils embrassent, ils tiennent le bras. Il faut toucher. Alors c’est très compliqué pour les personnes à la sécurité qu’on aperçoit derrière, avec les rayons du soleil. Les principes de sécurité dans un bain de foule, c’est de ne pas regarder le candidat, c’est de regarder ce qui arrive vers le candidat. C’est les mains. C’est pour ça qu’ils sont toujours en fait, en train de regarder, ce qui arrive vers lui. Et là encore, il y a la largeur de « la bulle de sécurité » avec François Hollande, vous voyez, elle est plutôt large. Il laisse faire. D’ailleurs, quand il était président, ça n’arrivait plus : on ne touche pas le président. Même quelqu’un qui va faire une photo. Si François Hollande vous tient, vous, vous ne tenez pas François Hollande. Je me souviens de multiples situations où les gens se mettent comme ça à côté de lui, et puis là tout de suite, vous avez la personne de la sécurité qui enlève le bras de la personne, il n’y a pas de discussion possible.

F. C. : Et vous ? Votre distance, votre proximité ?

S. C. : Très près. On avance. On avance. Il y a des gens qui vont lui dire bonjour. Il y a un petit trou. Je me faufile. Clac. Clac. Et puis, je passe à un autre. Ça va très vite.

F. C. : Il y a le corps du candidat et le corps du photographe aussi ? Il faut être musclé, avoir des réflexes ?

S. C. : Il faut repérer les petits trous de souris. Il faut s’y faufiler. Il faut bien tenir sur ses jambes parce que des fois on est un peu bousculé. Et il faut toujours penser au coup d’après. Dans un bain de foule, vous faites votre casting. Vous vous dites : là, ces personnes sont très excitées, elles vont avoir très envie de dire bonjour à François Hollande. Je vais me mettre à côté d’elles. Quand le candidat arrive, vous êtes là. En fait, il faut anticiper l’événement. Ça, c’est un principe photographique de base qui marche avec tout. Il faut comprendre la mécanique de l’événement. Et quand vous avez compris la mécanique de l’événement, c’est assez souvent un événement, un micro – événement qui se répète. Il arrive. Il embrasse les gens. Et puis, il passe à un autre. Si on est sur 50 mètres de rue, vous avez des gens qui vont de toute façon tous vouloir serrer la main ou lui dire quelque chose. Là, il faut repérer les gens qui vont aller vers le candidat et les suivre, il faut être à côté d’eux parce que c’est plus facile d’être du côté du point de réception que du candidat qui, lui, a la sécurité et les autres médias autour de lui. Vous aurez moins de place. C’est un petit truc professionnel.

F. C. : Vous m’avez confié des milliers de photos de cette campagne de 2012, à peu près 17 000. Se pose la question des choix que vous faites, et des choix que fait le journal. Qu’est-ce que vous pouvez me dire sur ces choix-là ?

S. C. : Ils sont différents déjà en termes quantitatifs puisque moi, sur une journée de photos où je fais entre 400 et 600 images, je vais en garder entre 30 et 50, soit 10 %. Sur ces 10 %, qui vont passer la semaine, il va y en avoir 5 % qui vont passer l’année, il va y en avoir 0,5 % qui seront publiées. C’est donc très peu. C’est sûr qu’on fait beaucoup plus d’images. Ça correspond au travail photographique, au travail de séquences. Quelqu’un qui vient m’embrasser, comme ça va très vite, je fais 10 images là-dessus. Finalement la force de l’addition fait qu’on arrive à un grand nombre de photos, mais ramené au nombre de séquences réelles, c’est finalement très peu. Enfin c’est normal. C’est assez raisonnable.

F. C. : Comment faites-vous vos choix ?

S. C. : Moi, c’est un choix fait le jour même, à la fin de la journée quand j’ai pris des choses très différentes comme un meeting, des déambulations dans la rue, une visite d’entreprise, un déjeuner avec des élus. On a cinq ou six situations très différentes. J’essaye à la fois de faire une sélection d’images qui se rapportent au jour, à l’actualité, à l’événement, et des images qui sont un peu hors de l’événement, qui auront une vie peut-être un peu plus longue parce que ça correspond à une thématique. Typiquement, la séquence avec les électeurs derrière la fenêtre, c’est quelque chose qui ne correspond pas à un événement. On se fiche un peu de l’endroit où ça a été fait, mais ça peut dire des choses sur des thématiques plus larges, plus transversales. Donc j’essaye de faire ce choix-là, qui est assez large. Et après je l’affine parce que je reviens sur mes images à la fin de la semaine, ou une fois par mois. Et évidemment quand la campagne est terminée, là, je reviens sur tout et je construis mon histoire.

F. C. : Mais le journal lui, il n’a pas des libertés pareilles ? C’est-à-dire que…

S. C. : Le journal a ces libertés-là, mais il y a les contraintes éditoriales surtout. Le service photo lui, il se dit : aujourd’hui mardi, on va parler de François Hollande et son rapport à l’économie. Donc il nous faut des photos représentant François Hollande et son rapport à l’économie. Donc ils vont aller chercher dans les photos de déplacements, dans les usines : les ouvriers, les patrons. Est-ce qu’il est allé à l’université d’été du Medef ? Donc on tape « François Hollande, Medef ». Il est allé les voir le 8 janvier. Et une fois qu’on a des images qui correspondent à cette thématique-là, on a des choix plus sensibles, esthétiques de telle ou telle image, qui sont des choix éditoriaux totalement libres. Après, le service photo fait un choix pour la une, on va montrer six ou dix images qui vont être un choix. Et on va choisir collectivement, avec le rédacteur en chef, le chef d’édition, le chef du service économique.

F. C. : Vous ne vous sentez pas frustré parfois par les choix du journal ?

S. C. : Non, je n’ai jamais subi de ressenti de frustration. J’étais publié tous les jours. Il y a plein de photographes d’agence qui font toute la campagne, qui sont publiés une fois par semaine dans les hebdos. Et donc mon image, à un moment elle m’échappait. Et j’avais des retours, les gens les voyaient donc. On a de la chance, quand on travaille.

F. C. : Mais vous présumez quand même les besoins du journal ?

S. C. : Bien sûr. Et puis, on peut avoir des idées graphiques. C’est un dialogue aussi entre les gens du service photo et moi, à distance pour dire : voilà comment j’ai vécu ça, moi, sur le terrain. Voilà comment eux ils le ressentent à distance. Et finalement la bonne réponse est un peu entre les deux parce qu’on a trop le nez sur l’événement. On croit que tel événement est très important alors qu’en fait, ramené à l’ensemble de l’actualité, il n’est pas aussi important que ça. Souvent les photographes et les journalistes qui sont en reportage, sur le terrain, voient leur travail comme s’ils étaient en train de faire quelque chose de primordial, de très important. Après, un journal, un média, a une diversité à faire. Donc il y a des sujets qui prennent plus d’avance que d’autres. Je pense que la frustration des reporters est là, lorsqu’ils se disent : je peine toute la journée pour que ma photo fasse deux colonnes, ou que mon papier passe. J’ai l’impression que c’est très important. Mais le boulot des rédacteurs en chef, des chefs de service, des services d’édition, c’est justement de donner cet équilibre.

Haut de page

Notes

1 Pour conduire cet entretien, nous avons sélectionné quelques clichés parmi les quelques 17 000 que Sébastien Calvet a conservés de ses reportages sur la campagne de F. Hollande. Il a bien voulu mettre à notre disposition l’ensemble de ces clichés et nous l’en remercions.

2 Voir Debeauvais R., Vauclare C., 2015, Le métier de photographe, Culture Études, 2015-3, Ministère de la culture et de la communication, Paris.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie n° 1
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/5513/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,8M
Titre Photographie n° 2
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/5513/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 5,0M
Titre Photographie n° 3
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/5513/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Photographie n° 4
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/5513/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Photographie n° 5
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/5513/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Photographie n° 6
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/5513/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Photographie n° 7
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/5513/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Photographies n° 8, 9 et 10
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/5513/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/5513/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/5513/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Photographie n° 11
URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/5513/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Cardi, « Distance et proximité », La nouvelle revue du travail [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 19 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nrt/5513

Haut de page

Auteur

François Cardi

Université d'Évry-Paris-Saclay

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals