Navigation – Plan du site
Varia

Travailler dans les nouvelles prisons françaises

Working in new French prisons
Trabajar en las nuevas prisiones francesas
Jean-Philippe Melchior et Omar Zanna

Résumés

À partir d’entretiens et d’observations réalisés auprès des personnels de quatre nouvelles prisons françaises dans le cadre d’une recherche menée de 2012 à 2014, cet article décrit la manière dont l’aménagement de l’espace et le fonctionnement de ces établissements impactent de manière significative le travail des personnels de surveillance notamment. La nouvelle organisation du travail qui en découle suscite de leur part des appréciations critiques tant elle a modifié leurs relations de travail. La fragilisation des collectifs de travail, la réduction des interactions entre surveillants et détenu·e·s et la difficulté de l’administration pénitentiaire à repenser les missions des surveillants sont génératrices de mal-être voire de souffrance.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La loi n° 2002-1138 du 9 septembre 2002 d'orientation et de programmation pour la justice a prévu l (...)

1Cet article propose de restituer la procédure et une partie des résultats d’une recherche menée, entre 2012 et 2014, auprès de surveillants œuvrant dans les nouvelles prisons françaises1. Il s’agissait alors d’observer la manière dont l’aménagement intérieur et l’organisation de ces nouveaux lieux de privation de liberté transforment les conditions de travail. Pour donner plus de relief à ce que ces professionnels vivent au quotidien, seuls ceux ayant travaillé pendant plus d’un an dans les anciens établissements pénitentiaires puis au moins 4 mois dans les nouveaux ont été interviewés. Par ailleurs, et afin de passer outre les éventuels effets locaux des zones juridictionnelles, 4 établissements (Coulaines, Nantes, Vezin-le-Coquet et Maxéville) pénitentiaires ont servi de terrain d’observation. Le corpus des 64 entretiens est constitué, à quelques unités près, à part égale de 18 Coulainais, 15 Nantais, 15 Vezinois et 16 Maxévillois.

2Afin d’observer la transformation postulée des conditions de travail, deux interrogations, en lien avec la nouvelle structuration de l’espace carcéral, ont guidé les échanges avec les surveillants : les relations entre surveillants sont-elles changées ? Les rapports entre détenus et surveillants se sont-ils modifiés ? Progressivement, au gré de l’avancée de l’enquête, une autre réalité en lien avec les conditions d’exercice du métier de surveillant, s’est révélée à nous : une souffrance au travail beaucoup plus prononcée dans les nouvelles prisons.

  • 2 Pour ce sociologue, il y a ambivalence « quand, dans le monde de l'acteur, s'oppose deux forces de (...)

3Pour rendre compte des discours des surveillants, la notion mertonnienne d’ambivalence nous a paru, dans un premier temps, comme particulièrement opératoire dans la mesure où les appréciations positives et les propos critiques nous semblaient d’intensité égale2. Les discours des surveillants rencontrés au cours de l’enquête révélaient, en effet, des avis partagés en ce qui concerne les conditions de travail tant dans les anciens établissements que dans les nouveaux. Cependant, au moment de l’analyse, nous avons réalisé que les améliorations matérielles (confort des cellules, salles d’activités plus nombreuses et plus fonctionnelles...) s’inscrivent dans une refonte d’ensemble de l’enfermement qui accentue le cloisonnement et favorise la baisse des interactions et, en conséquence, la réduction des échanges. Davantage isolés dans les nouvelles prisons, les surveillants vivent mal ces changements. Alors que les objectifs de l’encellulement individuel et de la baisse de la surpopulation carcérale ne sont pas atteints, ces améliorations matérielles, loin de compenser les aspects négatifs, comme le suggère la théorie de l’ambivalence - sur laquelle nous souhaitions initialement adosser notre cadre théorique -, permettent surtout à l’administration pénitentiaire de mieux faire accepter aux personnels notamment les effets pervers de l’augmentation de la taille des établissements, du renforcement significatif des dispositifs de sécurité ainsi que le transfert de nombreuses missions aux partenaires privés. Autant d’éléments qui structurent les nouvelles conditions d’incarcération.

4Avant de mettre sur l’établi de l’analyse les matériaux susceptibles de rendre compte des nouvelles conditions de travail des surveillants, génératrices de mal-être voire de souffrance et afin de préciser d’où l’on parle, il nous a semblé nécessaire de présenter en exorde les conditions de recueil de données dans un univers clos.

Enquêter en prison !

5Afin de saisir au mieux le sens qu’ils donnent à leurs actions, les discours ont été recueillis intra-muros sous forme d’entretiens enregistrés semi-directifs de type compréhensif (Kaufmann, 1996). Pour avoir accès à nos informateurs, chacun des directeurs des 4 établissements a été contacté par le biais d’une lettre précisant, d’une part, l’objet de notre démarche et, formulant, d’autre part, notre souhait de rencontrer les professionnels. Chaque fois notre demande a été transmise à l’ensemble du personnel. Forts de nos expériences ethnographiques dans les prisons, pour éviter d’occasionner des gênes dans le fonctionnement des établissements, nous avons d’emblée opté pour une présence courte mais dense. Ainsi, 2 à 3 jours sur place dans chacune des prisons nous ont suffi pour récolter l’ensemble du matériau (entretiens et observations). Précisons un point méthodologique important : dans la mesure où les interviewés étaient tous volontaires, les rencontres ont souvent été l’occasion d’échanges sans ambages non seulement à propos des conditions difficiles du travail intra-muros mais également sur leur sentiment de ne pas jouir d’une bonne image dans l’enceinte de la prison comme à l’extérieur. Au sujet de leur travail, ils ont en effet souvent, et chacun à leur manière, manifesté, aux sociologues de passage, leurs difficultés professionnelles accentuées par la structuration des nouveaux établissements. Régulièrement qualifiés par les détenus de « porte-clés », de « larbin », de « merde », insultés pour certains du matin au soir, considérés comme des tortionnaires qui prennent du plaisir à enfermer… ils avouent vivre leur travail comme un bagne psychique. « Surveillant, surveillant, surveillant… » est aussi la manière dont ils se font héler toute la journée par des détenus pour passer quelques morceaux de sucre, du tabac, une denrée… d’une cellule à l’autre. Parfois insultés, régulièrement interpellés, en permanence observés, toujours sur le qui-vive et prêts à intervenir, la tension est permanente.

  • 3 Goffman E (1974). Les rites d’interaction, Paris, Minuit.
  • 4 Honneth A. (2002). La Lutte pour la reconnaissance. Paris : Éditions du Cerf.

6Il nous faut également souligner ce point important pour la suite : sans doute pour garder la face3 en présence du chercheur et comme pour gagner en reconnaissance4, nombre d’entre eux, et les plus jeunes notamment, insistent sur l’utilité sociale de leur fonction en s’attardant sur le fait qu’ils ne sont « pas là uniquement pour surveiller mais aussi pour que ça se passe bien, pour aider les détenus à s’en sortir… ».

  • 5 Selon l’article 4 du Décret n° 2006-441 du 14 avril 2006 portant statut particulier des corps du pe (...)

7Parmi les recrutés, ces quinze dernières années, nombreux sont ceux qui possèdent un diplôme bac+2 voire bac+3, alors que le concours est au niveau du brevet des collèges5. Les entretiens révèlent qu’ils sont nombreux à avoir choisi plus par pragmatisme que par vocation une activité dont le statut leur garantit la sécurité de l’emploi et une rémunération qui, au 1er février 2017, va de 1492 € au 1er échelon à 2139 € au dernier échelon. Ces nouvelles générations de surveillants conçoivent très différemment leurs missions. Ils sont davantage sensibilisés aux questions d’insertion et, quand ils le peuvent, font preuve d’une réelle capacité d’écoute des détenus. Ce faisant, ils montrent ainsi qu’ils ne veulent être ni réduits à leur fonction de surveillance, ni comparés aux anciens gardiens de prison. Pour ces surveillants, l’écoute et l’accompagnement sont plus valorisants que le travail réduit à sa dimension de contrôle et plus en adéquation avec leur niveau de formation initiale et leur éthique professionnelle. Cependant, dans un contexte de surpopulation quasi-chronique, ils n’ont pas toujours le temps d’engager un réel dialogue avec les détenus souvent très demandeurs.

  • 6 Chauvenet A., Orlic F. & Benguigui G., Le Monde des surveillants de prison, Paris, PUF, 1994.
  • 7 Hughes E. C., Le Regard sociologique, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996 : p. 83.
  • 8 Rostaing C., La Relation carcérale, Paris, PUF, 1997: p. 62.

8Leur volonté d’attirer l’attention du chercheur sur cette dimension d’aide aux détenus s’apparente à une intention de rehausser une identité professionnelle traditionnellement mise à mal, voire catégoriquement stigmatisée par la doxa6. Les surveillants ont en effet « souvent le sentiment que leurs supérieurs et la société dans son ensemble leur assignent hypocritement un sale boulot qu’ils savent nécessaire, tout en faisant semblant de l’ignorer7 ». Les « matons », généralement considérés comme ceux qui exécutent les basses œuvres de gardiennage des repris de justice, vivent leur statut – « socialement mal perçu du fait des représentations négatives à l’égard de tout ce qui touche à la prison »8 – comme l’opprobre des métiers. Visiblement, les nouvelles conditions de travail ne rehaussent pas leur estime de soi. Loin s’en faut !

9On comprend alors mieux pourquoi, dans le cadre de cette enquête, tout comme celles que nous avons réalisées auparavant en milieu carcéral, certains surveillants ont ainsi souhaité nous utiliser comme porte-voix, c'est-à-dire pour se faire entendre et porter leur expérience de ces nouveaux établissements au-delà de la sphère institutionnelle.

10Pour revenir sur l’entretien à proprement parler et clore cette nécessaire incise méthodologique précisons que pour l’exploitation du matériau recueilli, c’est l’analyse de contenu de type thématique, classique en sociologie, qui a été retenue. Cette technique procède par usage sélectif de la parole des personnes interviewées. Les occurrences et les singularités sont repérées pour ensuite servir l’analyse.

La nouvelle structuration de l’espace et ses effets sur les relations entre surveillants

11Interrogés sur l’amélioration des conditions matérielles dans les nouvelles prisons, les surveillants évoquent avant tout l’aménagement et le niveau de confort des cellules, la propreté des différents espaces, ainsi que la qualité des installations collectives qui sont mis en avant. Ils sont en effet unanimes pour souligner les améliorations apportées au confort des cellules. Elles sont neuves, fonctionnelles et disposent d’un cabinet de toilettes avec douche. Le « caillebotis » (nom donné au grillage très serré installé aux fenêtres) est aussi considéré positivement, car selon eux « cela empêche les détenus de jeter des déchets à l’extérieur des cellules ». Les nouvelles conditions matérielles concernent également un certain nombre d’espaces collectifs. Des terrains de sport et des salles de musculation bien équipés ont remplacé les espaces souvent étriqués et dégradés des anciennes prisons. Les bibliothèques, les salles de cours, les espaces de formation professionnelle sont plus agréables et plus fonctionnelles. Les surveillants évoquent aussi la nouvelle organisation des parloirs qui est présentée comme plus satisfaisante pour les détenus. D’une part, le temps dévolu à la rencontre avec les proches est passé de 45 minutes à une heure et, d’autre part, l’intimité est rendue possible par un aménagement plus respectueux des besoins affectifs de chacun. Ceci étant, quand bien même ils témoignent de leurs satisfactions pour ces nouvelles conditions pour les détenus, ce ne sont pas ces éléments de confort qui influent directement sur l’ambiance de travail et des relations mais davantage l’organisation de l’espace toujours plus cloisonné, les dispositifs renforcés de contrôle et de sécurité, la taille de l’établissement et la moins grande proximité entre les services.

Des dimensions et une organisation de l’espace controversées

12Pour bon nombre de surveillants, la localisation des nouveaux établissements, construits en périphérie des villes voire en zone rurale (Milhaud, 2009), permet de rejoindre facilement son lieu de travail par les rocades. Grâce aux grands parkings jouxtant les établissements, le problème de stationnement rencontré dans les anciens établissements n’est plus qu’un lointain souvenir. Si les personnels apprécient ces aménités, la taille des établissements et la place occupée par les différents bâtiments suscitent de nombreuses réactions et déceptions. Beaucoup estiment la nouvelle prison trop grande. À l’appui de cette perception, sont évoqués le nombre d’hectares occupés, la durée du tour de ronde ou le temps nécessaire pour rejoindre le bâtiment administratif ou bien encore le mess. Autant de temps passé généralement tout seul. D’autres insistent davantage sur la trop grande proximité des bâtiments qui, en l’absence de végétation, renforcerait le caractère étouffant, « oppressant » de la prison, sans compter les bruits permanents et lancinants qui s’échappent des fenêtres des cellules, laissées ouvertes par les détenus en quête d’échanges avec ceux des cellules attenantes ou celles des bâtiments voisins. De ce point de vue le bruit de fond continue à constituer une gêne. Ils sont par ailleurs unanimes à juger très insuffisante la présence de plantes, de pelouse, d’arbustes alors que les dimensions des établissements auraient pu l’autoriser. Là encore c’est la déception qui l’emporte.

  • 9 Chauvenet A., Rostaing C. & Orlic F., La violence carcérale en question, Paris, PUF, 2008, p. 20.

13Par-delà ces remarques, la critique principale porte sur l’accentuation du cloisonnement entre les différentes zones de l’établissement. Un cloisonnement justifié par la diversité des catégories de détenus interdits de se côtoyer (prévenus/condamnés ; hommes/femmes ; mineurs/majeurs ; courtes peines/longues peines…), mais qui favorise l’émergence de « mondes clos » fonctionnant sur eux-mêmes (Maisons d’Arrêt Hommes, Maison d’Arrêt Femmes, Quartier Arrivants, Centre de détention…). Ce compartimentage est accentué par l’ensemble des dispositifs de sécurité (portiques, sas, caméras, postes de contrôle…) dont la vocation est de garder le contrôle sur les détenus dès lors qu’ils sont hors de la cellule. Comme le soulignent les auteures de La violence carcérale en question, « ce dispositif est destiné d’une part à empêcher les évasions, d’autre part à maintenir un rapport de force qui permette aux responsables de la sécurité de garder le contrôle de la population carcérale, le rapport des forces numériques étant défavorable aux personnels pénitentiaires9 ».

14Les mouvements sont de fait ralentis par les nombreux sas. Tous les surveillants reconnaissent des temps d’attente beaucoup trop longs devant les grilles, notamment lorsqu’il fait très chaud ou qu’il pleut averse. Piétiner et son lot de désagréments pour la santé fait désormais partie des contraintes du travail du surveillant. Tous considèrent par ailleurs que ces sas rendent difficile une intervention rapide en cas de situations de bagarres par exemple. Des chemins plus rapides existent pourtant, mais ils sont réservés à la gestion des émeutes et des incidents. Pour ce surveillant de Rennes-Vezin, qui compare le nouvel établissement avec l’ancienne prison Jacques Cartier qu’il a bien connue, l’augmentation en nombre des dispositifs de sécurité (portes, grilles, postes de contrôle avec vitre fumée…) conduit à une réduction significative du champ de vision qui renforce le sentiment d’enfermement, d’insécurité et de solitude dans l’exécution des tâches quotidiennes :

« Quand tu étais sur un étage tu avais les deux ailes d’ouvertes. Et tu avais des grilles, tu pouvais voir à travers, ça faisait moins effet porte. Ici, on sort, on a la grosse porte, la grille, on se repointe derrière une grille, on voit toujours personne, on monte l’escalier par exemple pour aller à l’infirmerie, on se retrouve devant la grosse porte, on rouvre, on a la grille, mais on ne voit toujours personne. »

  • 10 Dans le programme de construction suivant, les coursives ouvertes ont été réintroduites, mais sur d (...)

15Une autre critique a trait à la disparition, dans les bâtiments de détention, des coursives ouvertes10 qui permettaient aux surveillants d’interpeller leurs collègues des autres étages en cas de difficulté. Désormais, il arrive qu’un surveillant soit seul dans son étage, nonobstant l’existence de caméras de vidéosurveillance – qui soit dit en passant transforment les réflexes professionnels – dont la multiplication est d’ailleurs loin de susciter l’enthousiasme chez les surveillants dans la mesure où, selon eux, elles ne peuvent remplacer la présence – « plus humaine et plus sécurisante » – de collègues. De manière générale, les surveillants regrettent de ne pas avoir été consultés à propos des dispositifs mis en place dans les nouvelles prisons et, même si le confort est apprécié, les discours révèlent une nostalgie des ambiances passées.

La nostalgie des anciennes prisons

16Les critiques à l’égard des anciennes prisons ne manquent pas et sont convergentes d’un établissement à l’autre. Les surveillants interviewés ayant connu des établissements de centre-ville décrivent non seulement la vétusté des locaux, le manque de place, l’étroitesse des espaces de travail, l’insuffisance des activités offertes aux détenus, la saleté de certains endroits, l’inconfort des cellules mais aussi la surpopulation carcérale : « de nombreuses cellules qui étaient prévues pour trois accueillaient jusqu’à 5 ou 6 détenus ». Ils rappellent également volontiers les nombreuses tensions à gérer qui découlaient de ces conditions matérielles de plus en plus détériorées. En conséquence, pour les personnels dont les conditions de travail étaient souvent difficiles, la prison semblait au bord de l’explosion.

17En contrepoint de ces critiques, plusieurs aspects positifs sont évoqués avec nostalgie par les plus anciens notamment. Tout d’abord, la « taille humaine » des anciennes prisons est fréquemment soulignée. Les dimensions de l’établissement étant plus réduites, la proximité des services aurait favorisé le traitement plus rapide des demandes des détenus. Le nombre beaucoup plus modeste de surveillants autorisait également une meilleure entente et un accès plus aisé auprès de la direction. Ce qui n’est plus le cas dans les nouvelles prisons. Le fait que le mess soit à l’intérieur de l’enceinte de la prison contribuait tout autant à la bonne ambiance entre personnels. Une bonne ambiance que ce surveillant de Nancy ayant travaillé dans l’ancienne prison Charles III, située en centre-ville, évoque avec une certaine émotion :

« Après au niveau relationnel avec les collègues à Nancy, super ! Je ne pourrai pas trouver un autre qualificatif, c’est très familial, enfin c’était très familial. C’était voilà, les collègues tout de suite vous expliquent, “voilà ça marche comme ça, comme ça, comme ça, t’inquiètes pas si tu as le moindre problème, tu viens, tu nous appelles, on sera là”. Enfin, ça s’est passé très bien l’adaptation au niveau des surveillances. (…) Il est vrai que tout s’est très bien passé on va dire jusqu’à la fermeture et jusqu’à l’ouverture d’ici. Voilà. Où là j’ai un avis nettement plus…on va dire…c’est un peu plus froid ».

18Comme on peut le voir dans ce témoignage, le temps de repas auparavant vécu comme un moment de réassurance et de contenance a, semble-t-il, perdu une partie de sa vocation de cohésion du collectif de travail.

19Si les grilles et les portes ne manquaient pas dans les anciennes prisons, il est observé une segmentation de l’espace moins marquée et une plus grande fluidité des mouvements. Enfin, la configuration des anciens bâtiments de détention, avec des coursives donnant sur un puits central, est souvent allégué comme argument en faveur d’une plus grande sécurité des surveillants. Ce qui n’est plus tout à fait le même propos concernant les circulations dans les nouvelles prisons, où c’est, comme nous l’avons déjà précisé, le sentiment d’insécurité qui l’emporte. Dans les discours sur les anciennes prisons, le manque de confort des cellules et des locaux de travail ainsi que la surpopulation coexistent avec la proximité et certaines formes de solidarité que le changement de taille des nouveaux établissements semble remettre en question.

Des changements liés à la taille des établissements

20Quand bien même la mission des surveillants reste inchangée, l’aménagement et le fonctionnement des nouvelles prisons impactent directement leur travail. C’est le cas du gain de temps et d’énergie lié à la disparition des mouvements pour les douches puisque les cellules en sont désormais toutes dotées. Si les mouvements vers le parloir et les activités sont plus nombreux qu’auparavant, leur prévisibilité (plages horaires déterminées et connues de tous) semble appréciée par les surveillants. Finalement l’installation dans le nouvel établissement a permis d’initier de nouvelles normes relationnelles.

21Rappelons un point important : les effectifs des surveillants ont significativement augmenté avec l’ouverture des nouveaux établissements qui peuvent accueillir beaucoup plus de détenu·e·s que les anciens. Par exemple à Rennes, le nombre de surveillants est passé de 100 à Jacques Cartier à 280 à Vezin ; au Mans, de 35 au Vert-Galant à 160 aux Croisettes… Bien que les directions d’établissements œuvrent pour une stabilité des équipes, le turn-over important rend difficile leurs desseins. De fait, si des liens se créent, ils ne durent pas. Cette augmentation a aussi pour effet de faire côtoyer deux cultures professionnelles : celles des plus âgés ayant connu les anciennes prisons et celles de très nombreux jeunes agents « fraîchement » sortis de formation.

22Cela explique, en partie, la fragilisation des anciens collectifs de travail. A l’instar des relations nouées aux mess des anciens établissements, nombreux sont, en effet, les surveillants qui font état de la disparition d’un ancien esprit familial : « maintenant, on ne fait que se croiser, cela se ressent… avant on prenait le temps, on se connaissait, on connaissait nos familles. » Au Mans, dans la nouvelle prison, est évoquée avec regret la disparition du repas de noël entre collègues faute – paradoxalement – d’un nombre suffisant d’inscrits. Si les plus anciens se plaignent du recul des collectifs traditionnels de travail depuis leur arrivée dans les nouveaux établissements, ils ne cachent pas pour autant qu’ils ont gagné en quiétude. En raison de leur ancienneté, en effet, la plupart ont bénéficié de postes moins exposés (ateliers, buanderie, cantine, écoute téléphonique, greffe, parloir…) avec des horaires réguliers, laissant aux plus jeunes la prise en charge de la détention proprement dite reconnue de tous comme beaucoup plus éprouvante. Cette nouvelle donne a, entre autres, permis de maintenir des îlots de culture professionnelle générant, dans certains établissements, un entre-soi des anciens surveillants. Dans les autres cas, ils sont amenés à travailler avec de nouveaux agents, ce qui a rendu nécessaire la construction de nouveaux rapports sociaux. Sans faire preuve de condescendance à l’égard des plus jeunes, ils considèrent qu’un parrainage, pour consolider la formation de l’école de l’administration pénitentiaire, leur manque.

23Dans ce contexte, la fragilisation des anciens collectifs et la difficulté à en faire émerger de nouveaux contribuent à ce que de nombreux surveillants se perçoivent comme souvent plus seuls dans l’accomplissement de leurs tâches quotidiennes et moins protégés pour faire face aux difficultés rencontrées. La conséquence de ce recul des collectifs est l’augmentation de la souffrance au travail (Linhart, 2015).

Des rapports avec les détenus plus distendus ou plus compliqués

24Selon les surveillants, les détenus ayant connu l’ancienne prison seraient eux aussi nostalgiques. Ils n’apprécieraient guère le nouvel établissement, non seulement à cause de la disparition des anciennes sociabilités, mais également en raison des trop nombreux contrôles. Finalement, ils se sentent beaucoup plus surveillés qu’auparavant. Pour les surveillants, les détenu·e·s sont à cran voire « plus agressifs parce qu’avant, ils avaient droit à plus de choses dans les anciens établissements ». À titre d’exemple, les détenues femmes de Nantes bénéficiaient dans l’ancienne Maison d’Arrêt d’un régime proche d’un Centre de Détention. Les portes des cellules étaient ouvertes la journée et elles pouvaient circuler librement. Finalement, le transfert vers les nouveaux établissements s’est accompagné d’une coercition supplémentaire. « Nous sommes en prison maintenant » a-t-on entendu à plusieurs reprises !

25Les nouvelles contraintes ont amené les détenu·e·s à faire preuve d’adaptation et même d’une inventivité certaine pour contourner ou atténuer l’effectivité des contrôles. Ainsi, quand ils envisagent de commettre des actes répréhensibles, ils usent de tous les stratagèmes possibles et imaginables pour se mettre à l’abri des caméras. Par ailleurs, quand des blocages sont générés par les trop nombreux flux à certains endroits névralgiques de l’établissement, ils en profitent pour prendre leur temps, pour se promener dans la zone où ils sont contraints d’attendre – autrement dit faire durer le plaisir pour goûter à la sociabilité dont ils sont privés dans les cellules. Ce qui oblige souvent les surveillants à hausser le ton pour accélérer les mouvements. De manière plus générale, les détenus tirent profit des rendez-vous (au service de soins, au parloir…) pour prendre leur temps, pour « glander » selon la formule d’un surveillant. Là encore, les surveillants sont amenés à intervenir pour éviter les stationnements intempestifs dont les détenus savent tirer profit. En situation de coercition, la quête de ces menus expédients devient une manière, parmi d’autres, de reconquérir un peu de liberté (Goffman, 1968). Cependant, la capacité à se constituer de minces marges de manœuvre en tirant parti des effets pervers du mode de fonctionnement des nouveaux établissements ne peut faire oublier le renforcement tendanciel des dispositifs de sécurité et de contrôle qui pèsent sur les surveillants comme une charge supplémentaire.

Moins d’interactions, plus de rendre compte

26Les effectifs – beaucoup plus nombreux – des détenus, la taille de l’établissement et l’éloignement entre les services (infirmerie, parloir, UVF…), le renforcement de la spécialisation des secteurs et des agents qui y sont affectés ont favorisé une baisse sensible des relations surveillants-détenus. La plupart des surveillant·e·s admettent, avec regret, qu’ils connaissent moins bien les détenu·e·s, faute de disposer du même temps pour converser avec eux/elles. Les propos de ce surveillant de Rennes-Vezin en témoignent :

« On a perdu en convivialité parce que…les douches c’est sûr que ça donnait du travail quand c’était jour de douche. Mais bon, on connaissait bien nos détenus, on s’arrangeait pour qu’ils aillent ensemble à la douche tout ça. C’était différent. Il y avait du boulot, mais il y avait une meilleure entente avec les détenus. Et on se connaissait mieux. Que là, on ne les voit presque plus maintenant ».

27Les moindres relations surveillants-détenus ont également, comme l’explique ce surveillant du Mans, des conséquences sur les conditions de travail :

« Si je me repositionne par rapport à mon travail de surveillant, moi je sais que j’ai préféré le contact dans des petites structures parce que déjà on avait beaucoup moins de détenus à gérer. C’était une trentaine de détenus à l’étage et on n’avait pas du tout le même rapport que ce qu’on peut avoir maintenant dans les nouvelles structures, c’était plus convivial, il y avait moins de conflits. Quand il y avait des conflits, c’était géré sur le champ. On va dire que c’était géré entre bonshommes quoi. C’était géré souvent comme ça à l’amiable, c’était un contrat qu’on s’était fixé, c’était moins de procédures administratives, moins d’écrits. Mais c’est vrai qu’il y avait beaucoup moins de problèmes que ce qu’on peut avoir maintenant. »

28Comme on peut le voir, dans les anciens établissements, la proximité avec les détenus favorisait la prévention des conflits et, dans le cas où ils se déclenchaient néanmoins, leur résolution était justement facilitée par cette proximité. Désormais, au moindre accrochage, le surveillant doit établir un compte-rendu d’incident qui peut entraîner le passage du détenu en commission quand les faits reprochés revêtent une certaine gravité. Parallèlement à la diminution des interactions entre surveillants et détenus, il est à signaler une augmentation des comptes rendus et des procédures administratives. Là où dans les anciens établissements les « conflits étaient gérés sur le champ… entre bonshommes… à l’amiable » en face-à-face, désormais le détenu est éclipsé pour laisser la place au compte-rendu d’incident. Cette nouvelle manière de gérer le quotidien réduit non seulement les temps d’interaction, mais peut, dans certains cas, participer à enkyster des situations.

29Il importe de comprendre de quelle manière ce changement de taille et de fonctionnement a induit une réduction des interactions entre surveillants et détenus. Il semble, tout d’abord, que ce soit opéré un glissement du temps accordé aux détenus vers un ensemble de tâches plus administratives plus chronophages. Interrogés sur cet aspect, les propos des surveillants résonnent avec une étrange unité. L’antienne qui en naît peut se résumer dans les mots de cette surveillante : « on n’a plus le temps de leur parler ! ». Dans les nouvelles prisons, les nombreux déplacements vers les activités, le parloir ou encore la cabine téléphonique, entrecoupés de plusieurs sas, sur des distances plus longues, mobilisent beaucoup du temps des surveillants. Ces derniers consacrent également beaucoup de temps devant leur ordinateur pour tenir à jour le cahier informatique de liaison et autres documents… De plus en plus de temps est consacré au suivi quotidien des détenus dans la mesure où il faut désormais laisser des traces écrites. On retrouve ici la même tendance que nous avons déjà observée dans l’activité des travailleurs sociaux et qui participe à la réduction du temps accordé aux interactions et à l’accompagnement (Melchior, 2008, 2011).

30La réduction des interactions surveillants-détenus a également trait à l’entrée en scène massive des partenaires privés qui gèrent désormais un pan non négligeable de la vie des détenus (repas, cantine, formation, travail...). Alors qu’auparavant les détenus adressaient leurs demandes aux surveillants chargés ensuite de régler en direct les diverses demandes ou situations problématiques, ils doivent désormais adresser leurs requêtes directement aux partenaires privés par voie écrite. Ce qui, d’une part, complique et retarde les réponses aux demandes les plus simples et, d’autre part, réduit la légitimité des surveillants qui pouvaient dans les anciennes prisons répondre promptement à certaines sollicitations.

Une forme d’impuissance vis-à-vis de certains détenus

  • 11 Dans le rapport de l’organisation Human Right Watch (HRW) du 5 avril 2016, Jean-Marie Delarue, l’an (...)

31L’accomplissement du métier régalien de surveillant s’est compliqué ces dernières années en raison, d’une part, de l’augmentation du nombre de détenus et, d’autre part, du nombre d’individus difficiles et/ou psychiquement fragiles11 dont la prise en charge nécessiterait une formation plus spécifique. Concernant cette part du public accueilli en détention, un surveillant de la maison d’arrêt de Nantes admet volontiers son impuissance :

« Il y en a c’est carrément de la psychiatrie ! Donc, oui, on n’est pas formé pour ce type de choses et oui il y a certaines personnes…je trouve de plus en plus. De plus en plus de personnes qui sont psychologiquement… qui auraient besoin de soins, qui ont besoin d’écoute et que nous on n’a pas forcément le temps de leur apporter et on n’est pas formé non plus pour gérer ce genre de personnes. Donc nous, on fait notre maximum pour écouter ces personnes-là, mais bon on n’a pas toujours le temps de le faire. »

32Sensibles à la situation des détenus et tentant d’assurer au mieux leur accompagnement, les surveillants admettent bien volontiers qu’ils ne bénéficient pas de la formation professionnelle requise pour adopter la bonne distance à l’égard de certains d’entre eux. Voulant bien faire leur travail et l’inscrire dans une représentation valorisante, ils n’obtiennent pas la professionnalisation qui leur permettrait pourtant d’être à la fois plus pertinents dans leurs réponses et mieux protégés dans leur pratique quotidienne. Cette professionnalisation de l’écoute et de l’accompagnement leur donnerait notamment la possibilité d’évoluer de la compassion, « qui incline à partager les maux et les souffrances d'autrui », à l’empathie qui est « cette disposition à ressentir ce que l’autre ressent sans toutefois s’y confondre » (Zanna, 2010, 2015). Quand bien même les directions des maisons d’arrêt sont conscientes des difficultés de la profession et de la présence en augmentation de détenus difficiles, elles ne semblent pas, pour l’heure, accorder une véritable attention à l’indispensable travail d’écoute effectué par de nombreux surveillants, sans doute parce que cette dimension du travail n’est pas assez visible et pas considérée par l’institution comme une de ses missions. Or, l’accompagnement régulier du détenu et son écoute constituent des moyens pour redonner du sens à sa vie et faire émerger un projet en dehors de la délinquance.

33La non-considération de cette dimension du travail et des compétences mises en œuvre par certains surveillants participe à leur malaise. De manière générale, le travail en établissement pénitentiaire est marqué par son caractère souvent conflictuel et épuisant. Alors que la reconnaissance de certaines implications des surveillants pourrait être un régulateur de pénibilités, voire être envisagée comme une source de satisfaction, son absence, qui renforce le sentiment de solitude éprouvé dans la profession, amplifie la souffrance au travail.

34En raison, d’une part, d’une organisation du travail qui ne cesse de réduire les interactions entre surveillants et détenu·e·s et, d’autre part, de la lenteur de l’administration pénitentiaire à repenser les missions des surveillants, ces derniers sont de plus en plus confrontés à la difficulté de réaliser le travail d’accompagnement souvent revendiqué comme le sens de leur métier. A l’instar de la fragilisation des anciens collectifs, générée par le nouvel environnement sur le travail, cet empêchement d’agir conduit à la lassitude, au découragement quand ce n’est pas à la souffrance (Clot, 2008).

L’augmentation de la souffrance au travail

35« C’est un peu l’usine », « On se voit moins qu’avant », « Les collègues ne se connaissent plus », « On s’investit moins quand on change tout le temps de collègues », « On a isolé le personnel », « On est beaucoup trop sectorisé », « Certains se retrouvent un peu seuls. Ils peuvent ne pas se voir de la journée ». A-t-on pu régulièrement entendre au cours des entretiens. Visiblement, l’augmentation globale des effectifs, la sectorisation, l’éclatement des anciens collectifs de travail et le changement fréquent de collègues en raison des roulements sont autant de facteurs qui ont entraîné l’émergence d’un fort sentiment d’isolement dans le travail. En creux, s’exprime l’attachement au travail d’équipe et à la coopération entre collègues qu’il suppose. Le fait d’être isolé nuit à l’échange sur les détenus, leurs problèmes, leurs tensions, les trafics, mais également à la prise en compte des états affectifs et émotionnels qui constituent le ferment de la relation.

36Outre ce sentiment d’isolement en lien avec ces évolutions, plusieurs d’entre eux ont fait état de la vulnérabilité du surveillant de coursive qui éprouve une véritable usure nerveuse au bout d’un certain temps sur ce type de poste. D’un établissement à l’autre, les témoignages convergent. Un surveillant du Mans évoque les insultes proférées par certains détenus : « on devient très vite froid de par le fait des demandes, des insultes, des ci, des ça. Bon ça fait partie du métier, on s’y fait. Mais quand vous avez entendu “va te faire…, sale bâtard” 50 fois dans la journée, au bout d’un moment, voilà, on n’en peut plus ». Un autre de Nancy revient assez longuement sur les conflits avec les détenus dont l’augmentation est associée à l’élévation des contraintes dans les nouvelles prisons : « On a eu une période, je crois que c’était en 2010, où on a été victime d’énormément d’agressions sur personnels, j’en ai été victime moi aussi (rires). Bon rien de méchant mais ça devenait récurrent, pendant un moment on tournait à une par jour. Donc voilà quand vous envoyez les collègues à chaque fois à l’hôpital. Mais ça a été une période, et il y a des périodes qui se répètent comme ça ».

37Cette usure et la saturation se conjuguent aux désillusions à l’égard des détenu·e·s qui enchaînent les périodes de détention et semblent ne pas vouloir rompre avec leur parcours de délinquance (Becker, 1985). Parce que le travail de surveillance entraîne une fatigue psychologique importante voire des formes d’épuisement professionnel, l’absentéisme est récurrent ; c’est ce qu’explique ce gradé : « il y a aussi un taux d’absentéisme parce qu’à un moment donné, voilà la personne n’en peut plus et c’est qu’à un moment donné on n’a pas de structure qui est à même de nous écouter ».

38Plusieurs aspects spécifiques au travail de surveillant en font un temps difficile, voire pénible dans certaines circonstances (Moulin et Sevin, 2012). Il y a le contexte de l’enfermement, la centralité de la vigilance et le fait de ne pouvoir répondre toujours favorablement aux sollicitations des détenus. Du fait de leur situation d’incarcération, les détenus expriment de nombreuses demandes auxquelles les surveillants tentent de répondre. Dans les anciens établissements, la proximité des services et le contrôle par l’administration de la plupart des activités permettaient aux surveillants de répondre assez rapidement aux demandes. Avec l’avènement de nombreux prestataires privés notamment dans le cadre des partenariats public-privé (en matière de formation, de travail, de restauration…), les surveillants dépendent de plus en plus d’autres acteurs et n’obtiennent pas toujours les réponses attendues, ce qui génère la frustration des détenus et un sentiment d’impuissance et d’inutilité chez les personnels.

Conclusion

39Révélés par les entretiens, les changements qui génèrent plus souvent du malaise que de la satisfaction favorisent l’émergence de nouvelles formes de relations entre surveillants, d’une part, et entre surveillants et détenus, d’autre part. Le degré de coercition ne se mesure pas tant au nombre de caméras, de portes à franchir ou bien de vitres teintées à supporter, mais bel et bien à l’aune des relations refusées. À l’évidence, l’organisation des nouvelles prisons, rationalisée à souhait, apparaît comme le point d’orgue de la dépersonnalisation. Pour les surveillants, la place occupée dans les entretiens par les thèmes des relations est sans commune mesure avec le reste. En effet, sans que l’on ait nécessairement à l’évoquer, les personnes rencontrées sont très prolixes. Tout se passe comme si la diminution drastique de ces temps d’échange – souvent volés à l’institution – affectait profondément et durablement les relations carcérales (Rostaing, 1997) : les détenus y voyant toujours plus de réclusion (au sens étymologique de « renfermer dans une clôture rigoureuse »), les surveillants toujours plus de perte de sens d’un métier qui n’a pas toujours bonne presse. Pour les surveillants, la nouvelle organisation, en diminuant les relations de proximité avec les détenus, les condamne à être réduits à exécuter les basses œuvres de gardiennage. On comprend mieux alors pourquoi ils vivent sans doute encore plus qu’auparavant leur fonction comme dégradante et psychologiquement difficile.

40Finalement, qu’il s’agisse des relations entre surveillants et entre surveillants et détenus, des conditions de travail, des espaces de circulation… les discours sont davantage marqués par la critique et le mécontentement. Si certains éléments de la réorganisation de la détention et du travail des surveillants, en lien avec le transfert dans les nouvelles prisons, peuvent être appréciés par les personnels (disparition de certains mouvements très chronophages, gestion plus formalisée des flux, remise à plat des règles…), ils ne compensent pas les nombreux aspects perçus négativement qui concourent à toujours plus d’isolement des détenus comme des surveillants.

41À l’enfermement, principale fonction de la prison, semble désormais s’ajouter le cloisonnement qui favorise l’isolement. Le travail dans des « prisons à taille humaine » est regretté. Les nouveaux établissements qui accueillent entre 400 et 800 détenus sont plus grands. Paradoxalement, et à rebours des desseins de l’Administration pénitentiaire, leur taille participe non seulement au processus de désocialisation des détenus mais également à amplifier le mal être au travail des surveillants. Si les anciennes prisons étaient criminogènes pour les détenus, les nouvelles deviennent anxiogènes pour les surveillants comme pour les détenus. Pour les premiers, cela se manifeste par de la souffrance au travail, pour les seconds par à une quête existentielle qui conduit certains à la conversion religieuse !

Haut de page

Bibliographie

Becker Howard S. (1985), Outsiders. Étude de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Chauvenet Antoinette (1994), Orlic Françoise et Georges Benguigui, Le Monde des surveillants de prison, Paris, PUF.

Chauvenet Antoinette, Rostaing Corinne et Françoise Orlic (2008), La violence carcérale en question, Paris, PUF.

Clot Yves (2008), Travail et pouvoir d’agir, Paris, PUF.

Foucault Michel (1975), Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

Goffman Erving (1968), Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Les Éditions de Minuit.

Guilbaud Fabrice (2008), « Quand le travail libère les hommes. Remarques sur la subjectivité des travailleurs détenus », in D. Linhart (dir.), Pourquoi travaillons-nous ? Une approche sociologique de la subjectivité au travail, Toulouse, Erès.

Hugues Everett C. (1962), « Good People and Dirty Work », Social Problems, vol. X.

Hugues Everett C. (1996), Le Regard sociologique, Paris, Éditions de l’EHESS.

Kaufmann Jean-Claude (1996), Sociologie compréhensive, Paris, Nathan Université.

Linhart Danièle (2015), La Comédie humaine du travail, Toulouse, Erès.

Melchior Jean-Philippe (2008), « L’intensification du travail : une atteinte à l’éthique professionnelle des travailleurs sociaux », in Linhart Danièle (dir.), Pourquoi travaillons-nous ? Une approche sociologique de la subjectivité au travail, Toulouse, Erès, 2008.

Melchior Jean-Philippe (2011), « La confrontation des travailleurs sociaux à la violence par ricochet », in Dressen Marnix et Jean-Pierre Durand (Coord.), La Violence au travail, Toulouse, Octarès, p. 351-361.

Melchior Jean-Philippe et Omar Zanna (2015), « Travailler et vivre dans les nouvelles prisons », in Cholet Didier (dir.), Les nouvelles prisons. Enquête sur le nouvel univers carcéral français, Rennes, PUR.

Merton Robert K. (1976), Sociological Ambivalence, New York, Free Press.

Milhaud Olivier (2009), Séparer et punir. Les prisons françaises : mise à distance et punition par l’espace, Thèse de géographie, Bordeaux III.

Moulin V. et A.-S. Sevin (2012), « Souffrance au travail en milieu carcéral : les épreuves de l’exercice professionnel au parloir pénitentiaire », Le Travail humain, vol. 75, n° 2.

Rostaing Corinne (1997), La relation carcérale, Paris, PUF.

Tabboni Simonetta (2003), Hommage à : Robert Κ. Merton (1910-2003), Le sociologue de l’ironie, in Hermes, 37.

Zanna Omar (2010), « Un sociologue en prison », Nouvelle revue de psychosociologie.

Zanna Omar (2015), Le corps dans la relation aux autres. Pour une éducation à l’empathie, Rennes, PUR.

Haut de page

Notes

1 La loi n° 2002-1138 du 9 septembre 2002 d'orientation et de programmation pour la justice a prévu la création de 13 200 places de détention. Ce programme avait plusieurs objectifs : lutter contre la surpopulation carcérale, faire face au vieillissement et l'inadaptation de certains établissements pénitentiaires et améliorer les conditions de détention. Il a abouti à l'ouverture de sept nouveaux établissements pénitentiaires pour mineurs, six centres pénitentiaires, deux centres de détention et deux maisons d'arrêt, soit 17 prisons entrées en fonction entre 2007 et 2010.

2 Pour ce sociologue, il y a ambivalence « quand, dans le monde de l'acteur, s'oppose deux forces de signe contraire et d'intensité égale, sans que l'une ne puisse jamais prévaloir complètement sur l'autre. A la différence des contradictions hégéliennes, l'ambivalence ne peut pas être surmontée par une synthèse. Eliminée à un certain niveau, elle réapparait à un autre, engendrant ainsi des oscillations incessantes dans la conduite des acteurs. » (Tabboni, 2003, 264).

3 Goffman E (1974). Les rites d’interaction, Paris, Minuit.

4 Honneth A. (2002). La Lutte pour la reconnaissance. Paris : Éditions du Cerf.

5 Selon l’article 4 du Décret n° 2006-441 du 14 avril 2006 portant statut particulier des corps du personnel de surveillance de l’administration pénitentiaire.

6 Chauvenet A., Orlic F. & Benguigui G., Le Monde des surveillants de prison, Paris, PUF, 1994.

7 Hughes E. C., Le Regard sociologique, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996 : p. 83.

8 Rostaing C., La Relation carcérale, Paris, PUF, 1997: p. 62.

9 Chauvenet A., Rostaing C. & Orlic F., La violence carcérale en question, Paris, PUF, 2008, p. 20.

10 Dans le programme de construction suivant, les coursives ouvertes ont été réintroduites, mais sur deux étages seulement. La Direction de l’Administration Pénitentiaire (DAP) a tenu compte des critiques faites par les personnels à cet égard.

11 Dans le rapport de l’organisation Human Right Watch (HRW) du 5 avril 2016, Jean-Marie Delarue, l’ancien contrôleur des lieux de privation de liberté, qui y est cité, évalue à 17000 le nombre de détenus sur 67000 sous écrou qui ont « une pathologie mentale grave », soit le quart.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Melchior et Omar Zanna, « Travailler dans les nouvelles prisons françaises », La nouvelle revue du travail [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 19 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nrt/6097 ; DOI : 10.4000/nrt.6097

Haut de page

Auteurs

Jean-Philippe Melchior

Sociologist, Lecturer, Dissertation supervisor, ESO Le Mans University

Articles du même auteur

Omar Zanna

Sociologist, Senior lecturer, Laboratoire VIPS2, Le Mans University

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals