Navigation – Plan du site
Matériaux

L’observatoire des luttes de la CGT. Enjeux et échec d’un dispositif syndical de suivi de la conflictualité au travail dans les années 2000

The CGT labour union’s social conflict observatory: challenges and failings of an industrial action monitoring body
El observatorio de las luchas de la CGT. Retos y fracaso de un dispositivo sindical de seguimiento de la conflictividad en el trabajo en los años 2000
Baptiste Giraud

Résumés

Cette note de recherche revient sur les conditions de création d’un observatoire des luttes au sein de la CGT au milieu des années 1990 ainsi que sur les raisons pratiques et militantes qui ont entravé sa mise en œuvre et rapidement abouti à son abandon. Cette tentative avortée donne en premier lieu à voir l’évolution du rapport à l’action collective des dirigeants de la CGT. Elle révèle également leurs difficultés à se doter d’indicateurs de suivi de l’activité de leurs militants et à se saisir des conflits ordinaires du travail, pour s’en faire les relais. Cette expérience illustre ce faisant l’asymétrie des ressources dont disposent les organisations syndicales et patronales sur le terrain de la production d’expertises autour de l’analyse économique comme des conflits du travail.

Haut de page

Texte intégral

Introduction. La quantification des conflits du travail : un enjeu de luttes méthodologiques et politiques

1L’asymétrie des ressources d’expertise dont disposent les représentants syndicaux, par rapport aux dirigeants patronaux et gouvernementaux, pour défendre les intérêts des salariés est bien établie concernant les questions économiques (Offerlé, 2009, p. 78-82) et les enjeux de santé au travail (Henry, 2017). Elle se vérifie également, de façon peut-être moins attendue, dans la difficulté des organisations syndicales à se doter de leurs propres outils de connaissance des attentes des travailleurs et de leur degré de résistance aux politiques patronales.

2La mesure des conflits du travail repose en effet en premier lieu sur les données par le ministère du travail, dont l’intérêt et la fiabilité se sont d’ailleurs considérablement renforcés au cours des années 1990. L’activisme de chargés des services d’études statistiques du ministère du Travail – la Dares – a en effet alors permis la mise en œuvre de nouveaux dispositifs d’enquête, en remplacement d’un système administratif de mesure des grèves devenu totalement défaillant. D’abord parce que les informations transmises par les inspecteurs du travail sous-estimaient considérablement le nombre de grèves. Ensuite, parce que ce dispositif de mesure apparaissait de plus en plus inadapté pour saisir la conflictualité au travail dans une période où la grève tendait à perdre de sa centralité dans les modalités de la lutte syndicale (Pénissat, 2009). L’enquête REPONSE, réalisée tous les six ans auprès d’un échantillon de plus de 4000 établissements de plus dix salariés, donne désormais une vision statistique beaucoup plus fiable et fine de la conflictualité collective au travail, puisqu’elle porte sur la fréquence des conflits collectifs avec et sans arrêt de travail (pétitions, manifestations, refus des heures complémentaires).

3En dépit de leur richesse, ces données statistiques agrégées répondent cependant mal au besoin de réactivité et de connaissances plus localisées auxquelles aspirent les directions des entreprises. En outre, les formes de conflit plus souterraines dont il est question dans ce dossier continuent d’échapper aux radars des enquêtes ministérielles, alors même qu’elles sont un enjeu de préoccupation central pour les dirigeants d’entreprise et les DRH. L’intensité des grèves ayant fortement reculé depuis les années 1980, beaucoup de DRH redoutent effectivement moins d’être confrontés à un arrêt de travail qu’à des formes de micro-conflictualité qu’ils jugent coûteuses et en définitive beaucoup plus difficile à contrôler et à réguler (Giraud, 2013). Aussi les directions des (grandes) entreprises sont-elles dotées de dispositifs de suivi de ces conflits ordinaires du travail, destinés à en faciliter le repérage et la canalisation, en évitant qu’ils se transforment en terreau propice au redéploiement de mobilisations syndicales. Ces dispositifs prennent le plus souvent la forme d’enquêtes de satisfaction, de baromètres sociaux (Olivesi, 2013) et de « tableaux de bord sociaux » (Giraud, 2013). Ces différents outils fonctionnent d’abord comme des instruments de mesure du climat social dans les établissements, servant notamment à répertorier les incidents survenus entre les salariés et la hiérarchie, les problèmes de production, de qualité du travail ou d’absentéisme, le niveau d’activité des représentants du personnel. Les directions s’en servent également comme des outils de communication et des points d’appui pour court-circuiter et délégitimer les syndicats dans leur rôle de porte-parole des attentes et des doléances des salariés. Enfin, depuis la période d’insubordination ouvrière des années 1970 (Vigna, 2008), l’organisation « d’observatoires sociaux » et la publication de notes d’informations sur la conjoncture sociale font partie des services offerts par différents cabinets de conseil en management et des associations de DRH. À partir du suivi de la vie interne des centrales syndicales, d’échanges d’informations entre DRH et d’enquêtes internes aux entreprises, ces observatoires et publications ont pour vocation d’informer les dirigeants d’entreprise des évolutions de la conjoncture sociale et de les alerter sur telle ou telle difficulté sociale à anticiper (Giraud, 2007).

  • 1 Il arrive même que dans des entreprises en restructuration, les représentants syndicaux encouragent (...)

4Si les baromètres sociaux organisés par les directions d’entreprise rencontrent peu de résistances de la part des équipes militantes (Olivesi, 2013)1, il est tout aussi frappant de constater que ces dispositifs managériaux de suivi de la conflictualité au travail n’ont pas d’équivalent au niveau des directions syndicales centrales. Cette absence n’est pas qu’anecdotique. Elle a des implications éminemment politiques. Elle signifie en effet que, dans leur analyse de la conjoncture sociale, les directions syndicales restent dépendantes pour une part des informations sporadiques qui leur remontent du « terrain » et, d’autre part, de la représentation que leur en renvoie le filtre des médias et des baromètres sociaux réalisés par les instituts de sondage. Or, ces derniers renseignent bien moins de la dynamique des conflits au travail qu’ils ne « mesurent » l’opinion des salariés vis-à-vis des organisations syndicales, avec des biais méthodologiques considérables (Haute, 2019).

5Dans les années 1970, la CFDT disposait pourtant de ses propres données sur le suivi des grèves, grâce aux fiches renseignées par les militants qui demandaient à être indemnisés pour leurs jours de grèves auprès de la Caisse Nationale d’Action Syndicale (CNAS). Le questionnaire d’alors a été depuis considérablement allégé, et ne sert plus, en réalité, qu’à établir le montant des indemnités auxquelles ont droit les adhérents grévistes. Dans le cas de la CFDT, le déclin de l’intérêt porté par la direction de la centrale au suivi et à l’analyse des grèves accompagne ainsi logiquement l’évolution de sa stratégie, vers un syndicalisme de négociation contractuelle (Chappe, Denis, Guillaume, 2019, p. 42-46). Entre 1995 et 2001, la CFDT se dote bien d’un « observatoire des relations professionnelles », pourvu d’un comité scientifique composé de plusieurs universitaires (Jacques Freyssinet, Michel Lallement, Michèle Tallard). Le champ des études de l’observatoire se limite cependant au suivi et à l’analyse des accords de négociation signés par les militants de la confédération. Depuis, le service des études internes de la CFDT concentre également son attention sur l’analyse des pratiques de la négociation et de la syndicalisation plutôt que sur les conflits dans lesquels sont engagés les militants de l’organisation. Le suivi des conflits du travail rencontre ainsi un intérêt inégal au sein des organisations syndicales, en fonction du type d’activités militantes qu’ils trouvent un intérêt à valoriser et à étudier pour guider sa propre stratégie.

  • 2 Dossier de présentation de l’observatoire des luttes, printemps 2006.

6Le cas de la CGT montre pour sa part que la capacité des syndicats à se doter d’un dispositif de repérage et d’analyse des conflits du travail est également entravée par les logiques de leur fonctionnement et les limites des ressources d’expertise propres dont ils disposent : « Le suivi et l’analyse de l’action revendicative a toujours été considéré comme une priorité pour la CGT, Mais on est dans l’incapacité à faire vivre sur la durée ce genre de dispositif »2.

  • 3 Roland Le Bris, Marc Troisvallets (1987), « Méthodologie pour le repérage et l’analyse des luttes d (...)

7C’est au cours des années 1980, au moment où l’intensité des grèves recule fortement et que la CGT se trouve confrontée à une hémorragie militante, que la constitution d’un dispositif formalisé de connaissance et de valorisation des luttes semble s’imposer comme un enjeu pour la direction confédérale de la CGT. C’est en effet à cette période que le thème des luttes sociales acquiert une place centrale dans le journal de la confédération – la Vie Ouvrière – (Andolfatto, Labbé, 1997, p. 138-139) et que le secteur « politique et action revendicative » lance la publication d’un bulletin mensuel d’information sur les luttes, dont on retrouve la trace entre 1986 et 1989 dans les archives de l’Institut d’Histoire Sociale (IHS) de la CGT. Dans les mêmes années, l’Institut Syndical d’Études et de Recherches Économiques et Sociales (ISERES) engage également un travail de recherche sur les luttes sociales. Il aboutit à deux publications, la première étant consacrée à l’élaboration d’une « méthodologie pour le repérage et l’analyse des luttes des travailleurs ». Cette note pointe « les limites des modalités actuelles de recensement des luttes »3. Au-delà même des limites de fiabilité des modalités de fabrication des statistiques, le document pointe deux autres problèmes pour le mouvement syndical dans l’utilisation de ces données statistiques. Un problème d’abord de réactivité, les données publiées concernant les grèves de l’année précédente. Un problème ensuite de méthode, puisque le dispositif étatique ne « comptabilise que les grèves » et « rétrécit de fait le champ de l’action des travailleurs et ne permet pas d’apprécier certaines transformations qualitatives ». Le document de l’ISERES plaide alors « pour un élargissement d’appréhension des luttes », dans l’optique « de fournir une appréciation pus rapprochée mais moins rigoureuse de l’évolution des luttes ». Il est proposé que la CGT se dote d’un système de remontée des informations sur les conflits en entreprise, incluant « toute forme d’action collective des salariés » : grève, mais aussi délégation, pétition, action de protection de l’outil de travail, action de popularisation, semaine ou quinzaine d’actions, opération « ville morte ». Pour alimenter cet outil d’information, l’ISERES mise sur les informations repérées dans la presse et celles transmises par les militants par l’intermédiaire de fiches de renseignement. Ce dispositif ne verra cependant jamais le jour. Au cours des années 1990, le seul dispositif formalisé d’évaluation de la conjoncture sociale dont dispose la direction confédérale de la CGT est alors le baromètre social réalisé par un institut de sondage (CSA), par lequel elle cherche à mesurer l’évolution de l’opinion des salariés vis-à-vis de la CGT et leur disponibilité à se mobiliser autour de tel ou tel enjeu.

  • 4 Elus par les syndicats réunis en congrès confédéral, les membres de la CEC assurent la direction de (...)

8En 2003, lors du 47e congrès de la CGT, la commission exécutive confédérale (CEC)4 propose à nouveau « de mettre en place un outil de circulation de l’information sur les luttes, d’en organiser l’analyse et de la restituer aux organisations et espaces confédéraux ». Comme les précédentes, cette tentative échouera rapidement. Après avoir été mise en œuvre en 2005, « l’observatoire des luttes » sera abandonné avant même la fin de la décennie. C’est à la construction avortée de ce dispositif qu’est consacrée cette note de recherche. La restitution de cette expérience permet d’abord de saisir les conditions dans lesquelles la direction de la CGT en vient à trouver un intérêt pour se doter d’un dispositif des luttes incluant d’autres formes que la grève et que les actions initiées à l’échelle interprofessionnelle. La création de cet observatoire donne alors à voir les limites que la direction de la CGT peut trouver dans les données d’enquête statistique ou dans les sondages d’opinion comme instruments de connaissance utile à son action. Enfin, cet objet d’étude permet d’éclairer les modalités de réinvestissement militant des techniques d’enquête statistique, autant que les contraintes techniques et les résistances politiques qui entravent la capacité des directions syndicales à se doter d’un dispositif autonome de connaissance et d’analyse des luttes des salariés, à partir du suivi de l’activité de leurs militants.

9Cette note de recherche repose pour l’essentiel sur les matériaux recueillis dans le cadre de ma recherche doctorale (Giraud, 2009). Consacré à l’analyse des usages syndicaux de la grève, cette recherche s’est pour partie construite à partir de l’étude des stratégies d’organisation et de gestion des mobilisations des salariées par les directions des centrales syndicales. Dans cette optique, mon travail d’enquête s’est plus particulièrement arrimé à l’observation des pratiques des conseillers confédéraux de l’espace revendicatif de la CGT. Je les ai fréquentés régulièrement entre 2005-2006. C’est dans ce cadre que j’ai eu l’opportunité de suivre les modalités de mise en œuvre de l’observatoire des luttes, dont la direction confédérale de la CGT avait décidé la création lors de son congrès en 2003. Le matériau recueilli se compose d’entretiens répétés avec la conseillère confédérale chargée de la mise en place de dispositif et de l’observation de différentes réunions et stages destinés aux permanents des fédérations et des Unions Départementales sollicités pour animer ce nouveau dispositif de remontée des informations. Ces premiers matériaux ont été complétés par le recueil d’un vaste ensemble de documents écrits. Beaucoup m’ont été directement remis au moment de l’enquête par la conseillère confédérale elle-même, et j’ai eu l’occasion de les compléter plus récemment par l’exploitation des archives de l’Institut d’Histoire Sociale (IHS). Ces documents contiennent d’abord des compte-rendu écrits de réunions auxquelles la conseillère confédérale a participé, pendant la phase de lancement du projet de création de l’observatoire, auprès de la direction confédérale de la CGT et de représentants des fédérations et des unions départementales de la centrale. On y trouve également une série de documents ayant servi de support de communication interne au moment de la création de l’observatoire. Enfin, ce corpus de données se conclut par un extrait d’entretien réalisé, au moment de l’écriture de cette note de recherche, avec l’ancienne animatrice de ce dispositif, aujourd’hui à la retraite, afin de revenir avec elle sur sa perception des raisons de l’abandon de cet observatoire, qui semble être aujourd’hui tombé dans les oubliettes de la mémoire militante de la CGT.

10Le recours combiné à ces différentes méthodes d’enquête a pour principal intérêt de permettre de faire se croiser les points de vue des permanents de la CGT sur la création de cet observatoire, points de vue qui s’expriment d’autant plus librement qu’ils sont saisis dans des contextes d’entre soi militant. De ce fait, la mise en perspective de ces différents matériaux permet dans un premier temps de reconstituer les enjeux investis par la direction confédérale de la CGT dans la création de cet observatoire, puis de faire ressortir les difficultés pratiques comme les tensions d’ordre plus politiques que soulève concrètement la construction et l’appropriation d’un outil statistique de remontée des informations au sein d’une confédération syndicale.

Les enjeux internes du projet d’observatoire des luttes

  • 5 Elu par la commission exécutive (CEC), le BC constitue le principal organe exécutif de la confédéra (...)

11Marie-Jo Maroni, la conseillère confédérale à qui est confié le projet de création de l’observatoire des luttes travaillait jusqu’alors au sein de l’espace revendicatif de la confédération. Son poste est rattaché au service de la coordination confédérale, structure en charge de soutenir l’activité du bureau confédéral5. Assistée par une secrétaire administrative, Marie-Jo Maroni présente un profil militant tout à fait caractéristique des conseillers confédéraux de la CGT rencontrés à l’époque de mon enquête : peu diplômée, elle a été promue au niveau de la direction de la confédération après avoir occupé des responsabilités aux différents échelons de l’organisation (syndicat, union départementale, fédération). Elle n’a aucune compétence technique spécifique en matière de production et d’analyse des données statistiques. Comme elle le reconnaît elle-même, elle n’est pas très à l’aise avec l’outil informatique. C’est donc moins pour ses compétences techniques que pour son expérience militante acquise dans l’animation de « l’action revendicative » qu’elle a été choisie pour mettre en œuvre un tel dispositif. Le profil de cette collaboratrice tranche de ce point de vue très significativement, par exemple, avec la permanente en charge, au même moment, du service des études internes de la CFDT, titulaire d’un master 2 et qui s’était engagée dans une thèse en sociologie.

12Le profil de la conseillère confédérale missionnée pour initier ce dispositif de suivi des luttes peut être mis en relation avec les objectifs militants assignés à la création de cet observatoire. Dans un contexte où les dispositifs d’enquête publique sur les conflits collectifs du travail se sont considérablement améliorés, l’enjeu prioritaire n’est pas en effet d’en contester la validité, en venant lui opposer un indicateur de mesure alternatif, comme la CGT avait pu, dans les années 1970, opposer à l’indice des prix de l’INSEE son propre indicateur du coût de la vie (Touchelay, 2014). De fait, la création de cet observatoire obéit d’abord à des enjeux de connaissance, de remobilisation et de luttes internes à l’organisation.

Un instrument de connaissance du « terrain »

13Dans l’un des premiers documents présentant le projet de l’observatoire des luttes aux cadres dirigeants des composantes territoriales et professionnelles, sa création est justifiée par l’idée que « le tous ensemble ne se décrète pas, il se construit ». Dans cette optique, l’objectif est de se doter d’un outil de connaissance des luttes des militants qui aide la direction confédérale à être plus efficace dans son travail d’impulsion et de coordination des mobilisations dans les entreprises. L’observatoire naît ainsi, en premier lieu, de la grande difficulté ressentie par l’ensemble des responsables confédéraux à mesurer l’impact des appels à la mobilisation qu’ils initient et, plus largement, l’état de la conflictualité dans les entreprises (intensité, formes, enjeux). Les notes prises par la conseillère confédérale à l’occasion des 34 entretiens qu’elle mène avec des responsables politiques de la confédération et de plusieurs permanents d’Unions Locales (UL) et d’Unions Départementales (UD) dans la première phase d’élaboration de l’observatoire sont de ce point de vue éloquents des informations très limitées dont dispose la direction de la CGT, que F. Piotet a qualifiée « d’anarchie plus ou moins organisée » (Piotet, 2009). De son échange avec Bernard Thibault, alors secrétaire général, la conseillère confédérale retient ainsi :

« On n’est pas systématiquement en phase avec les discussions qui se passent dans les fédés [fédérations professionnelles], les UD, etc. On apprend par hasard. Aléatoire. On a besoin d’être plus au courant de ce qui se décide dans les orgas. (…)

On a besoin d’une meilleure coordination : pas pour chapeauter mais pour impulser. La confédé doit être un facilitateur et être en capacité d’évaluer les thèmes dominants d’une période (…)

Moyen pour permettre à la maison (confédérale) d’identifier la nécessité de s’exprimer sur un sujet. Mesurer si ce que dit la CGT colle ou ne colle pas = veille sociale (…)

Ne pense pas qu’il faut prétendre avoir dans le détail tous les conflits. Mais pouvoir identifier un conflit non ordinaire. Avec UL et UD, mieux relever ce qui se passe = défi

Évaluer que dans un secteur les conflits se développent ».

14Les fiches renseignées à l’occasion de cette série d’entretiens suggèrent que les difficultés perçues par les dirigeants confédéraux de la CGT à assumer leur rôle d’impulsion et de coordination de l’action revendicative des militants sont également vécues par différents dirigeants des structures territoriales dites de proximité (UL, UD) :

« Fiche 1 : besoin d’info par rapport au niveau et au contenu des actions pour argumenter, pour donner en exemple. Si on pouvait savoir que X boîtes d’une branche sont dans l’action… Mais on apprend a posteriori les actions.

Fiche 2 : besoin d’être au courant. Grosses lacunes. On ne connaît pas ce qui se passe de la part des salariés.

Fiche 3 : besoin de l’outil pour permettre de travailler les convergences. Est-ce qu’elles existent, au moins potentiellement (partie analyse). Qu’est-ce qu’on peut travailler sur la dimension territoriale ou professionnelle ? Besoin de savoir tout ce qui peut permettre de travailler l’idée d’intérêts communs »

Remobiliser les militants tout en désacralisant la grève

15Le projet de l’observatoire ne vise cependant pas seulement à créer un système de remontée des informations à l’usage exclusif de sa direction centrale. Il a également pour vocation de faciliter la circulation des informations sur les luttes dans l’ensemble de l’organisation. De ce point de vue, l’observatoire est également pensé comme un point d’appui à la (re)mobilisation des militants de l’organisation et à la promotion de formes de lutte, alternatives à la grève. En même temps qu’ils affichent leur volonté d’adapter les structures de la CGT aux nouveaux visages du salariat, les dirigeants confédéraux de l’époque sont en effet également engagés dans une entreprise de renouvellement des stratégies d’action de leur centrale. D’un côté, ils insistent sur la nécessité de mieux articuler mobilisation et négociation. De l’autre, sur la nécessité de diversifier les modalités de la mobilisation des salariés, pour privilégier des modes d’action adaptés à l’érosion du pouvoir de mobilisation de syndicats (Giraud, 2006). En outre, l’observatoire est en œuvre dans les mois qui suivent la grande mobilisation contre le projet de retraite du gouvernement Raffarin (mai-juin 2003). En dépit d’une forte mobilisation, dans laquelle la CGT a pris une place centrale, les syndicats échouent à faire reculer le gouvernement. Dans ce contexte, la construction de l’observatoire est prise dans un double enjeu. Celui d’abord de soutenir le moral et la combativité des militants, en valorisant à leurs yeux la dynamique des luttes qui se développent dans les entreprises. Celui ensuite de justifier la stratégie de la direction confédérale, en réponse à ceux qui lui reprochent de ne pas avoir appelé à la grève générale pendant le conflit sur les retraites. De ce point de vue, l’observatoire des luttes participe donc aussi de la volonté de la direction de la confédération de convaincre que le recours à la grève est devenu difficile d’accès à beaucoup de salariés mais que d’autres formes d’action peuvent être mieux adaptées pour les mobiliser.

16C’est de cette pluralité d’enjeux militants dont rend compte l’extrait d’entretien réalisé, le 25 juin 2004, avec Marie-Jo Maroni :

« C’est une fonction nouvelle dans la CGT, celle que tu occupes aujourd’hui ?

Il y a toujours eu quelqu’un qui suivait les luttes quand même, mais il n’était pas directement intégré dans le bureau de la direction confédérale. Il était dans l’espace revendicatif, mais plus en lien avec les questions liées aux garanties collectives. Mais après c’était dommage que cette information et cette fonction soit uniquement pour cet espace, parce qu’il y en a besoin dans tous les espaces. Par exemple, tu vois, il y a une réflexion à avoir entre les luttes et la qualité de la vie syndicale. Donc, forcément, ça intéresse aussi l’espace « Vie syndicale ». Et puis le copain qui s’occupait de ça, il est ensuite parti, et il a pas tout de suite été remplacé. Donc on est resté sans personne sur ce poste-là pendant presque un an. Et puis il avait cette activité sur le suivi des activités revendicatives, mais il y avait pas toute cette réflexion qu’on essaie d’avoir maintenant pour déterminer quel est l’objet, pour quelles raisons on peut suivre l’activité revendicative, des raisons pour lesquelles on a besoin de ce suivi de l’activité revendicative : améliorer la réactivité de la direction, savoir réagir sur le contenu de nos revendications, voir si ça colle, s’il y a à modifier ou mieux expliquer ce que l’on dit. Et puis on voit pas assez rapidement ce qui monte dans les luttes, nous d’ici. Y compris lorsqu’on engage par exemple sur une lutte sur la sécu. Savoir le lendemain ce qui s’est réellement passé sur place, euh... c’est pas évident. C’est une chose qu’on veut essayer de modifier, en créant une habitude pour mieux faire circuler l’information. Pour créer cette habitude, il faut dire les raisons pour lesquelles il faut qu’on le fasse, et il faut qu’il y a ait du rendu. S’il y a pas de rendu de notre part, les habitudes ne se créent pas, à juste titre.

J’imagine que vous avez quand même des infos qui remontent de vos structures déjà, non ?

On a des infos bien sûr qui remontent du terrain. Mais on n’en a pas assez vite et pas assez tout court. Du coup on a du mal à prendre des décisions sur ce qui se passe réellement. On est un peu dans le flou quoi, comme on le sent quoi. Plus que sur la base d’une vraie analyse de ce qui se passe réellement. L’année passée, on s’est dit par exemple qu’on avait pas assez vite vu remonter ce dont les médias ont beaucoup parlé et dont s’est nourri Force Ouvrière, cette demande de grève générale alors que c’est pas du tout l’histoire de la CGT, et puis c’était très surfait, parce qu’il n’y avait pas les capacités pour le faire… Mais on ne l’a pas vu assez tôt, y compris pour amener des arguments suffisamment tôt pour que ça nous pèse pas… parce que ça nous a pesé des mois… donc l’argumentation, on l’a pas mené au moment où il a fallu. Si on avait eu des données plus objectives sur l’état des luttes, ça nous aurait aidé. Ça nous aurait aidé peut-être à montrer que l’essentiel des grèves se faisait dans l’éducation nationale, et que l’éducation nationale arrivant en fin d’année scolaire… C’était beaucoup plus compliqué. Il faut pas sous-estimer ce qui s’est passé, mais il ne faut pas le surestimer non plus. On a eu de grosses difficultés à mettre le privé dans le coup… et les enseignants ne sont pas partis sur la lutte contre les retraites au départ… faut quand même voir qu’il y a un contexte général qui pèse sur la conflictualité. Il y a la précarité de l’emploi, les entreprises sont plus éclatées, les bas salaires. Tout ça, on peut pas dire que ça ne pèse pas, on ne peut pas ne pas le voir. Mais en même temps, il y a beaucoup de conflits dont on ne parle pas. Il y a beaucoup plus de conflits qu’on ne croit dans les entreprises. Pour beaucoup, de ceux qui appellent à la grève générale, mais aussi pour beaucoup de nos militants, les conflits, c’est uniquement les grèves. Quand le privé se met dans l’action, c’est pas forcément par la grève. C’est beaucoup moins spectaculaire parce que les boîtes sont dispersées, que les luttes c’est pas forcément de la grève, etc. mais ça, ce sont des éléments qu’il faut mettre dans l’analyse, dans le débat. Mais ceci étant il y a beaucoup plus de conflits qu’on ne croit, y compris sur les salaires. C’est ça que l’on voudrait montrer à travers l’outil. C’est qu’il y a encore des conflits, mais qui ne sont pas toujours des grèves. Il y a des conflits qui partent, mais sous d’autres formes. Pour les militants, dans leur tête, il y a que la grève. On pense pas à faire des pétitions alors que c’est un super outil, c’est un super point d’appui pour mener l’action. Ça permet d’aller discuter avec les salariés, d’échanger avec eux, de leur donner des arguments, d’interpeler des élus, les députés… C’est un super outil, un super appui pour préparer d’autres actions, pour l’engager. J’ai rencontré un syndicat, pour te donner un exemple… c’est trop long ?

Non, non, au contraire, continue, je t’en prie !

Bon, alors, dans ce syndicat, dans leur atelier principal, ils sont 60 % de syndiqués. Et ils avaient signé un accord sur les RTT qui leur convenait et la direction voulait le remettre en question, en particulier sur la question des pauses. Donc, les copains ont réuni le personnel en AG, et le personnel a dit qu’il n’était pas question de revenir sur l’accord, et en plus ils ont considéré qu’ils avaient besoin de 5 jours de congés en plus. Et il a suffi que le syndicat réunisse les salariés pour que la direction renonce à son projet et donne même, je sais, plus un ou deux jours de congés en plus. Parce qu’elle a bien senti qu’elle allait avoir du mal. Et donc, le gars me dit qu’ils n’ont pas fait d’action. Mais moi, je lui ai dit : si toi tu penses que t’as pas fait d’action, ton patron, lui, il pense que t’en as fait une sinon, il t’aurait rien donné ! donc, tu vois, on est aussi dans cette réflexion de redéfinir ce que c’est qu’une action revendicative. Une action revendicative, c’est pas que… la grève ou je sais... Et puis quand les copains, ils mènent une action qui n’aboutit pas, ils ont généralement tendance à pas le dire. Ce qui n’est pas juste, parce qu’une action, elle permet au moins toujours de relever la tête, et puis c’est bien qu’on analyse les raisons pour lesquelles on n’a pas obtenu, qui font qu’on se sent en échec, parce que souvent c’est lié à des choses qu’on ne maîtrise pas forcément. Et puis, si on les maîtrise, c’est bien de les analyser, parce qu’on ne recommencera pas la fois d’après.

Tu crois pas que c’est difficile pour des militants de faire connaître une action qui n’aurait pas marché ?

Oui… c’est sûr, t’as raison… C’est sûr qu’on va plutôt avoir des infos sur des luttes qui ont réussi, et tant mieux d’ailleurs (rires). En fait… si tu veux, pour nous, ce qui compte, c’est de faire mieux partager les infos dans l’orga… Parce que quand tu partages l’info, que les orgas elles se comparent, ça dynamise quand même ! Tu vois, quand les copains ils voient que telle UD elle a rassemblé X personnes, bon ben elle va avoir envie de faire pareil, voire de faire mieux ! Elle voit que c’est possible, et elle a envie de faire pareil ! ça stimule l’action quoi… C’est pour ça qu’on ne veut pas faire un truc qui sert qu’à faire remonter l’information à la direction. L’enjeu, c’est de faire un outil de remontée ET [elle insiste] de circulation de l’info, grâce au site. L’enjeu c’est qu’on sorte un peu du marasme, de redonner confiance dans l’action collective en valorisant ce qui se passe. Les copains, ils ont tendance à baisser les bras, alors qu’il y a des choses qui se passent, mais ils ne le savent pas, donc rien que ça, déjà, c’est un enjeu pour nous. Mais c’est aussi de montrer ce qui marche pas, pour qu’on réfléchisse à ce qui marche ou pas…. On n’a pas assez l’habitude de prendre le temps de réfléchir… »

Les modalités pratiques de construction du dispositif

17Pour concevoir les modalités pratiques de fonctionnement du dispositif et faciliter son appropriation par les militants, la conseillère confédérale s’entoure d’abord d’un petit collectif de travail « luttes revendicatives » auquel participent régulièrement six permanents d’Unions départementales. Ii ne compte en revanche qu’un ou deux représentants de fédérations, dont l’identité varie de surcroît au fil du temps. Puis, elle organise sept réunions des secrétaires des UD et des fédérations entre 2004 et 2005 « pour voir ce qu’ils sont en capacité de faire, ce qu’ils peuvent attendre de l’outil. Si on veut que ça marche, on a besoin d’identifier comment ça peut être utile à toute la CGT. Et à partir de là, j’ai fait des propositions de travail. C’est ce qu’il y a dans le document là ».

Des attentes et des craintes

18Le document en question (octobre 2004) est le compte rendu de ces réunions. Il y est d’abord fait part « d’un besoin, d’une nécessité partagée » :

« Tous les camarades présents ont souligné les difficultés rencontrées pour avoir la connaissance des luttes dans leur propre organisation, leur contenu, leur suivi, les avancées réalisées à cette occasion, tant revendicatives que sur la qualité de la vie syndicale 

Tous ont souligné l’importance de cette connaissance pour la prise de décision dans leur direction d’organisation pour l’analyse de la situation, pour permettre aux luttes de se rencontrer, pour aider aux convergences, pour anticiper, être plus réactifs, pour nourrir notre revendication de nouveau statut de travailleur salarié ».

19Le compte rendu fait cependant aussi état des difficultés que les dirigeants syndicaux craignent de rencontrer pour concrétiser son projet :

  • « par manque de moyens.

  • Par une actualité toujours plus prégnante et qui empêche bien souvent de prendre le recul nécessaire à l’analyse, aux enseignements, pour ne pas repartir chaque fois de zéro ou presque.

  • Par manque d’outils, de méthodes de travail clairement identifiés et qui pourraient (devraient) être communs et partagés par toutes les organisations.

  • Par découragement lié à la difficulté de tenir ce genre de dispositif dans la durée. »

  • 6 Commission exécutive confédérale

20Pour pallier ces difficultés, trois pistes d’action sont envisagées. Elles figurent dans la fiche intitulée « Les ajustements » intégrée dans le dossier de présentation du dispositif à la commission exécutive confédérale (CEC)6, ensuite transmises aux animateurs du dispositif :

    • 7 UCR : Union Confédérale des Retraités. UGICT : Union Générale des Ingénieurs, Cadres, Techniciens e (...)

    Un réseau confédéral d’unions départementales, fédérations, Confédérations, UCR et UGICT7, et les réseaux décentralisés dans ces organisations.

  • Des outils techniques simples et faciles d’utilisation, commun à toutes les organisations, permettant de donner des éléments statistiques pour l’analyse.

  • Donner envie aux syndicats de fournir l’information via le site internet de la CGT. Encore faut-il que cette information leur serve ! La première utilité étant de faire connaître leurs luttes, d’où un fil continu d’information. C’est aussi leur donner l’habitude de l’analyse d’abord pour eux-mêmes ainsi que pour le « pot commun. »

Le choix de l’outil : contraintes techniques et enjeux politiques

  • 8 Projet d’outil « Recenser, faire connaître, analyser les luttes », note n°1 par Arnaud Le Roi, 4 ja (...)

21Les concepteurs « politiques » du dispositif sont donc bien conscients du risque qu’il y a à rajouter une sollicitation supplémentaire à des militants dont le temps est déjà saturé, et qu’il leur faut concevoir un outil simple et rapide d’usage pour espérer qu’il soit approprié. Cependant, ils ont aussi à arbitrer entre des contraintes techniques et politiques qui contribuent, de facto, à complexifier le choix des modalités de fonctionnement du dispositif. Il est décidé en premier lieu que pour leur donner une plus grande visibilité, aux yeux des militants et du « grand public », l’essentiel des informations générées par le dispositif seront mise en ligne sur le site de la confédération, via la création d’une nouvelle rubrique « infos luttes », qui voit le jour fin août 2004. Ce choix en implique alors un second : celui de renoncer à collecter les informations sur les luttes via le nouveau système informatique de recueil des données dont la CGT s’est dotée en 2001, le CoGiTiel. Ce nouvel outil sert aux responsables des syndicats à déclarer leurs cotisations, mais permet aussi d’obtenir d’eux tout un ensemble d’information sur les syndiqués qu’ils regroupent (nombre, âge, profession, durée de cotisation, etc.). Intégrer le suivi des conflits à cet outil était donc une première possibilité, qui aurait eu l’avantage de ne pas avoir à en créer un autre, que les militants doivent apprendre à manipuler et auquel il leur faut prendre l’habitude de faire usage. Sur la base des conseils donnés par les services techniques de la CGT, en charge du CoGiTiel, du système informatique et de la communication, cette option est cependant écartée pour deux raisons. D’une part, il n’est pas possible, sur un plan technique, d’assurer une large diffusion des informations recueillies via le CoGiTiel. D’autre part, il est fait le constat que « le CoGiTiel est loin d’intégrer aujourd’hui l’ensemble des syndicats de la CGT. Cela empêcherait donc les syndicats ne disposant pas du CoGiTiel de nourrir l’outil. Les UD et les FD n’utilisent pas toutes le CoGiTiel, loin de là. Faut-il donc en faire un préalable à la circulation de l’information sur les luttes ? »8

22Le second choix, moins contraignant, consiste à opter pour un double système de collecte des informations. Le premier concerne les « journées d’action », professionnelle ou interprofessionnelle, locale ou nationale. Il consiste essentiellement à formaliser et rationaliser leur méthode habituelle de suivi, via la mise en place d’un « tableau type » à partir duquel les responsables de l’action revendicative des UD et des fédérations sont enjoints à transmettre à la conseillère confédérale un ensemble d’informations standardisées (types d’actions prévues, nombre de salariés, nombre d’organisations syndicales impliquées), plus faciles à traiter et à restituer sur le site de la confédération pour tirer un bilan de la mobilisation. Il leur est également possible de faire des commentaires plus libres – et non publiés sur le site de la confédération – pour donner leur appréciation de la mobilisation.

23La collecte des informations relatives aux luttes d’entreprise s’organise, quant à elle, à partir de l’ouverture d’un espace intranet directement accessible sur le site internet de la confédération. Les militants engagés dans une action revendicative sont invités à la signaler en remplissant un formulaire comptant cinq rubriques :

  • informations sur l’entreprise, l’établissement ou la collectivité

  • connaissance des salariés en lutte indiquant le nombre de salariés impliqués, leur profil et la durée du conflit

  • revendications

  • formes de la lutte, suite et commentaires.

  • 9 Observation d’un stage de formation confédérale pour les animateurs du dispositif, 24-26 octobre 20 (...)

24Les consignes données aux militants à travers le guide d’utilisation de l’outil mis à leur disposition font ressortir les deux éléments d’information que la direction confédérale de la CGT cherche à obtenir et à valoriser à travers la construction de cet observatoire. D’une part, la diversité des motifs et des modalités d’action par lesquels les salariés peuvent entrer en lutte. D’autre part, les militants sont invités à indiquer les résultats de ces luttes, non seulement du point de vue des « succès revendicatifs » obtenus, mais aussi en tenant compte des nouveaux adhérents qu’elles ont pu donner l’occasion de recruter. Deux types d’informations que l’enquête RÉPONSE comme les sondages d’opinion ne renseignent pas ou mal, mais que la direction de la CGT perçoit comme stratégique pour convaincre les militants que la mobilisation des salariés reste non seulement possible, mais aussi efficace pour le renforcement du syndicat. En revanche, il n’est pas prévu d’intégrer les actions juridiques dans l’outil de collecte des données, « à moins que ce soit un groupe de salariés qui entament une démarche juridique commune. On a fait ce choix pour ne pas ouvrir la boîte de Pandore, pour pas être submergé par ces luttes juridiques au détriment des luttes collectives »9. Dans le guide d’utilisation remis aux permanents destinés à animer de ce dispositif de remontée des informations sur les luttes, la fiche « lutte » est de ce point de vue très révélatrice du travail de pédagogie militante que la direction confédérale aspire à faire à l’appui de ce dispositif pour promouvoir une conception élargie des formes légitimes et efficaces de mobilisation syndicale et valoriser la variété des profits militants qui peuvent en être retirés.

25Document n° 2 (Luttes), qu’est-ce qu’une lutte ?

26Enfin, un système de double filtre est prévu avant la validation par la responsable confédérale d’une lutte signalée. D’une part, la saisine est contrôlée par la responsable confédérale qui veille surtout à ce que l’ensemble des rubriques soit renseigné. D’autre part, pour être « validée », l’existence de la lutte doit être confirmée par le responsable de l’UD compétente. L’objectif avoué de ce contrôle étant de garantir la « fiabilité » des informations recueillies : « c’est juste pour éviter qu’on ait des petits plaisantins qui s’amusent à déclarer n’importe quoi »

La constitution d’un réseau d’animateurs du dispositif

  • 10 Fiche 3 « Objectifs de la direction confédérale », du dossier de présentation du dispositif.

27Pour lancer le dispositif est constitué un « réseau de militants clairement identifiés en charge de recueillir l’information, d’impulser cette activité, de faire circuler cette connaissance » afin d’avoir « la réactivité nécessaire à la connaissance des luttes qui peuvent avoir une portée particulière pour l’ensemble de la CGT »10. Il s’agit le plus souvent des responsables de l’action revendicative des UD et des fédérations :

« L’idée c’est de construire l’outil avec les orgas, en mettant en place pour cela un réseau de correspondants identifiés. Ils vont évidemment pas faire que ça. Mais l’idée, c’est d’avoir des interlocuteurs identifiés, dans les UD, dans les fédés en particulier… Et qu’ils constituent leur propre réseau, pour faire comme une toile d’araignée si tu veux, pour leur permettre de suivre ce qui se passe localement, et faire remonter les infos. Et ce sera moi l’animatrice de ce réseau. Donc, là, on est en train de rédiger une note pour expliquer aux orgas pourquoi on cherche à constituer ce réseau. On va chercher à mettre à leur disposition des outils, c’est-à-dire un questionnement à partir duquel on va s’intéresser aux luttes. Ce qu’on ne sait pas pour l’instant, c’est si on prévoit un seul outil, ou bien si on part sur deux outils qui peuvent s’adapter. C’est-à-dire un outil qu’ils peuvent envoyer aux syndicats pour obtenir l’information, et un outil dans lequel ils font la synthèse de ce qu’ils ont reçu avant de nous transmettre l’info, ça on va voir. L’idée, c’est qu’ils démultiplient un peu le réseau, c’est-à-dire de donner envie que les UD fassent la même chose avec leurs UL, qu’elles construisent un réseau de correspondants pour faire remonter l’info, etc. L’idée, c’est de remonter et de redescendre, qu’il y ait du va et vient, et de faire en sorte qu’ils aient envie d’analyser ce qui se passe dans l’action revendicative. » (Entretien avec Marie-Jo Maroni, 25 juin 2004).

28Dans le cadre de l’une des formations destinées à ces « correspondants » (octobre 2006), la conseillère confédérale précise ce qui est attendu d’eux et valorise l’intérêt du dispositif dans des termes qui témoignent que sa finalité est autant d’aider les militants de l’organisation à développer leur capacité de mobilisation collective qu’à repenser leur manière d’envisager la lutte avec les salariés :

« Nous, ce qui nous intéresse, c’est de faire voir la conflictualité, telle qu’elle est. Il faut élargir la conception de l’action revendicative. On a beaucoup de camarades qui ont le sentiment de pas avoir lutté à partir du moment où ils ne se sont pas mis en grève, même s’ils ont gagné quelque chose. Ça implique aussi de revoir ce qu’on entend par gagner ou perdre. On peut ne pas l’emporter sur toutes nos revendications, sans pour autant qu’on ait perdu.(…).

Votre responsabilité est à double détente. Votre premier rôle, c’est d’abord de donner envie de s’emparer de l’outil. Ça veut dire qu’il faut aussi faire connaître les éléments qu’on peut en tirer, et livrer au débat les données qu’on peut en tirer. Faut pas garder pour nous les analyses, faut les faire partager. C’est la meilleure façon de populariser l’outil, de montrer son utilité. Il faut montrer que le formulaire est simple à remplir, montrer qu’aussitôt ça va sur le site, montrer que ça permet de faire des analyses, de mieux connaître ce qu’on est et ce sur quoi on travaille. Il faut multiplier les lieux où on insiste sur ces différents éléments.

Le deuxième temps de votre responsabilité, c’est : qu’est-ce que vous en faites de ces infos avec vos bases organisées, avec votre secrétaire d’organisation ? On est bien d’accord que c’est pas un outil pour un outil. L’objectif, c’est pas que vous gardiez l’info pour vous. Moi, j’ai connu un secrétaire de CE qui gardait toute son expertise pour lui, alors que ça pourrait servir l’activité des syndicats, ça aurait pu donner des chiffres qui aident dans les tracts. Mais, lui, finalement, c’était pas pour la mobilisation, pas pour la revendication, c’était uniquement face au patron. Mais, c’est pas ça qui va le faire céder. Là, on a le même risque qui nous guette : c’est que ça devienne un outil de spécialiste, qu’il y ait de l’info, mais qu’elle soit pas partagée. Le plus nouveau de ce truc, c’est d’avoir une info partagée qui soit utile pour notre action »

29L’une des fiches du dossier de présentation du dispositif, remis à ces « correspondants » spécifie plus précisément quelles sont les informations stratégiques que la direction confédérale leur demande de lui transmettre prioritairement :

30Document n° 3 « Attentes de la direction confédérale » (dossier de présentation du dispositif, remis aux membres du réseau, printemps 2006)

Une appropriation conflictuelle du dispositif

31Pour accompagner ces « correspondants » dans leur prise de rôle, deux réunions du réseau sont organisés et trois stages de formation programmés au cours des années 2005 et 2006. Sur trois jours, les permanents sont d’abord longuement initiés à la manière de saisir et valider les informations sur l’intranet, et s’exercent par petits groupes à repérer quelles connaissances, utiles à leur action de permanent en charge de l’action revendicative, il leur est possible de retirer des données collectées. À côté de cet apprentissage pratique des modalités d’usage de l’outil informatique, ces stages et réunions sont ainsi plus largement l’occasion pour ces permanents d’échanger sur l’intérêt militant à s’en emparer. Un dossier est remis aux stagiaires. Il comprend un ensemble de six fiches, qui présentent les « raisons d’être » du dispositif ainsi que les informations que la direction confédérale attend qu’ils fassent remonter (doc 1 et 2). Ces stages, comme les réunions, peinent cependant à rassembler l’ensemble des correspondants désignés par leur organisation. Les échanges qui s’y déroulent éclairent par ailleurs les difficultés que Marie-Jo Maroni me confie, au printemps 2006, rencontrer pour faire fonctionner le dispositif :

« On a quand même 1000 luttes qui sont rentrées, c’est pas mal hein ? C’est toujours plus que les 600 du ministère (elle fait référence à la Direction Générale du Travail). Bon pour autant, on peut pas en tirer les mêmes conséquences, parce que c’est uniquement en fonction de ce qui est rentré dans l’outil. Le problème, c’est qu’il faut souvent envoyer des mails pour demander aux copains de compléter la fiche : le nombre d’adhérents qui ont été faits, les formes de la lutte… ce sont souvent des informations manquantes, donc ça prend beaucoup de temps…

- Ça veut dire que ça prend quand même au niveau des orgas, non ?

Le problème, c’est quand même qu’on a environ un tiers des UD et un tiers des fédés qui ne sont pas encore inscrits dans le dispositif, et notamment les grosses fédés… Toutes les fédés et toutes les UD ne voient pas la nécessité de consacrer un poste exclusivement pour l’analyse des luttes. Et 85 % des luttes sont rentrées par les UD. On a plus de mal avec les fédé, enfin ça c’est pas nouveau (rires).

- Mais tu me disais l’autre jour que ça marchait mieux pour les journées d’action…

Oui, c’est vrai t’as raison, le réseau fonctionne plutôt bien sur les luttes coordonnées, parce que là, les copains, ils voient directement l’intérêt qu’il y a à nous transmettre l’info. Ils ont le sentiment d’apporter leur pierre à l’édifice. Mais ça marche beaucoup moins sur les luttes d’entreprise. Et surtout, il ne marche pas du tout entre les membres du réseau, alors que l’idée, c’était aussi de faire partager, pas de faire un truc pyramidal seulement. C’est pas l’outil de la confédé, c’est l’outil de toute la CGT. C’est pour ça qu’on l’a mis sur le site ! L’enjeu, c’est bien sûr de confédéraliser, c’est aussi que les structures en fassent quelque chose, qu’elles partagent leurs analyses des luttes en cours. Mais, ça, on n’y arrive pas. C’est pas dans nos gênes à la CGT de faire circuler l’info, même quand ça marche. On est surtout dans l’urgence, mais on passe ensuite à autre chose, et on passe peu de temps à l’analyse, à la réflexion ».

Les difficultés des militants pour s’emparer de l’outil

32Au cours du deuxième stage de formation et d’une réunion du réseau que j’observe au début de l’année 2006, on entrevoit aisément que l’appropriation de l’outil exige des militants qu’ils adoptent une posture réflexive et qu’ils mobilisent des savoir-faire dans le traitement des données dont ils sont, à l’évidence, très inégalement familiers.

33Compte rendu d’observation du stage confédéral du 24-26 octobre 2006 :

Face au désarroi de certains stagiaires, l’animateur de la formation passe dans les rangs des stagiaires pour leur suggérer des pistes de recherche : quelles sont les revendications qui ressortent ? Est-ce que ce sont des luttes unitaires ? Est-ce qu’on observe la même chose dans le public et dans le privé ? Beaucoup de questions fusent parmi les stagiaires sur la complexité du travail qui leur est demandé :

« ben dis donc ! il va falloir de l’énergie et du dévouement pour faire ça ! ça demande du temps, hein ? On ne va jamais trouver des camarades pour faire ça ! »

« ouh là là, retournons à la nature que j’aille à la chasse ! Ah putain, quand tu pêches une anguille, tu t’emmerdes pas à calculer sa longueur. Tu la bouffes, et puis c’est tout ! »

« Pour l’instant, moi je vois pas l’utilité de connaître ce qui se passe dans le Lot-e- Garonne pour moi. Qu’est-ce que ça peut m’apporter d’analyser ça ? A quoi ça peut servir pour un autre département s’il y a une lutte dans une entreprise ? Parce que s’il y a une lutte dans un Leclerc du Lot-et-Garonne, bon, très bien, mais à quoi ça me sert ? En quoi ça va m’aider à construire une lutte dans mon Leclerc à moi ? »

34Compte rendu d’observation de la réunion du collectif, le 2 mars 2006 :

À l’entrée de la salle, avant le début de la réunion, une permanente d’une UD fait part de ses difficultés pour mettre en place le réseau, le secrétaire général de son UD ne faisant visiblement pas preuve d’un réel intérêt pour le dispositif. Il ne vient pas aux réunions et ne participe pas au travail d’analyse :

« il a pas voulu par exemple donner d’idées sur l’analyse à retirer. Mais le problème, c’est qu’est-ce qu’on fait de ces infos ? Qu’est-ce qu’on en fait ? A quoi ça sert ? Bon, puis les infos, elles viennent pas comme ça… hein ! Au moins, ça force à téléphoner aux syndicats, à essayer de maintenir le contact avec les copains… ça donne l’occasion d’un contact. Là, c’est vrai que j’ai découvert des trucs que d’habitude, on voit pas dans le journal… Bon, ça aide à connaître. J’y arrive à peu près bien sur les actions interpro. Là, j’arrive à collecter des infos à peu près. Mais sur les autres conflits… non. Là, je peux pas dire qu’on y arrive. Mais mon problème, moi, c’est surtout l’analyse. Qu’est-ce qu’on fait de ça ? Je vois pas ce qu’on peut en faire. Bon, ça aide à mieux connaître, mais quoi ? »

Les débats au cours de la même réunion révèlent également les différents obstacles militants et organisationnels qui entravent l’appropriation du dispositif de suivi des luttes :

« Le problème, c’est qu’il n’y a personne chez nous sur « l’info lutte » parce qu’il faut des moyens humains et, nous, on a personne là-dessus, comme on n’a pas assez de monde sur plein de dossiers. Le problème, avec cet outil, c’est que je sais pas, moi, ce qu’on peut en faire. Je suis d’accord avec l’idée qu’il faut qu’on fasse circuler l’info, ça ok. Mais, avec le site, on ne voit pas assez les victoires. On ne voit rien. On ne voit pas ce que les types revendiquent, quel tract ils ont fait. On n’a qu’un outil statistique, mais on ne voit pas assez les victoires. Donc, ça ne donne pas assez envie aux syndicats. On ne peut rien en faire d’un point de vue syndical.

Moi, mon problème, c’est que je ne suis pas non plus un fan de la souris, que je suis pas à plein temps sur l’UD, et que j’ai beaucoup de difficultés au niveau des syndicats qui nous communiquent pas leurs luttes. On a beau les solliciter sans cesse… sur 200, il y en a deux qui le font, c’est tout. Quant au nombre de syndiqués, si on les met pas en avant, c’est peut-être que les copains qui sont en difficulté, ils préfèrent pas inscrire le nombre de syndiqués tout simplement. Faudrait peut-être aussi qu’on ait des formations sur l’outil directement pour les adhérents, parce qu’il faut que ce soit les adhérents qui se saisissent de l’outil directement, sinon, on s’en sort pas. Moi, c’est souvent que je reçois des demandes de précision de la part de la confédé pour que la lutte puisse être validée (parce que les adhérents n’ont pas donné toutes les informations). Et, au bout d’un moment, c’est trop quoi. Faut pas rêver, c’est pas dans les UD et encore moins dans les fédé qu’on va pouvoir faire connaître toutes les luttes. Déjà qu’on les apprend des semaines, voire des mois après….

Moi, j’ai le sentiment qu’on saisit une banque de données confédérales, mais qu’on peut pas assez l’utiliser au niveau local. La difficulté, c’est de faire en sorte que ça devienne un réflexe de lutte syndicale pour les copains en lutte ».

Des résistances politiques à faire connaître ses luttes

35Des réactions d’autres militants extérieurs au réseau de correspondants de l’observatoire des luttes révèlent par ailleurs les raisons politiques pour lesquelles ils peuvent résister à s’emparer du dispositif. Certains y voient un dispositif de contrôle de leur activité, du fait notamment que les luttes signalées doivent être validées par leur fédération ou leur UD. À l’image par exemple de ce permanent de l’Union Syndicale du Commerce et des Services de Paris, que j’ai suivi tout au long d’une grève de plus de sept mois dans un hôtel, lorsque je lui demande s’il a signalé ce conflit sur le site : « non… honnêtement, je vois pas à quoi ça sert… Puis bon, à la limite, j’ai l’impression que ça sert juste à contrôler ce qu’on fait » (entretien, juillet 2005).

36Dans la lettre qu’il envoie à la conseillère confédérale, Didier Le Reste, secrétaire de la fédération des cheminots, fait part de son refus de faire participer un représentant de sa fédération à une réunion du collectif, au motif qu’il y voit plus un symptôme de bureaucratisation du syndicalisme qu’un espoir pour le développement des luttes syndicales :

37Document n° 4 : lettre de Didier Le Reste

Les limites du travail d’animation confédérale du dispositif

38La conseillère confédérale est d’autant plus en difficulté pour surmonter les résistances militantes à l’appropriation du dispositif « infos-luttes » qu’elle se retrouve elle-même en difficulté dans son travail d’animation et de valorisation auprès des militants. D’abord, parce qu’une partie importante de son activité est absorbée par le suivi des mobilisations interprofessionnelles qui intéressent directement la direction confédérale. C’est d’abord ce qu’elle me dit lors de notre premier entretien, en juin 2004 :

« Pour le quotidien, en ce moment, je suis essentiellement sur la Sécu, parce qu’on fait sortir un journal trois fois par semaine on essaie, sur l’action qu’on a engagée sur la Sécu. Donc, quand il y ce genre d’actualité, fatalement, ça me freine sur le reste ».

39Deux ans plus tard, en 2006, pendant les mobilisations contre le Contrat Première Embauche (CPE), le constat est identique :

« j’ai pas le temps… Là franchement, en ce moment, j’ai pas le temps… je suis toute seule, je peux pas faire de miracles. Il faudrait que je puisse plus travailler sur le réseau, mais l’urgence, là, c’est le CPE. Je suis là-dessus en ce moment, et ça m’occupe, je peux te dire ! (rires) ».

40Au-delà de ces contraintes conjoncturelles, la conseillère confédérale semble éprouver des difficultés plus structurelles à traiter et à faire elle-même usage des données obtenues via le dispositif, afin d’en tirer des éléments de connaissance permettant d’alimenter la réflexion des membres du réseau et de valoriser l’utilité pratique de ce dispositif d’information aux yeux des militants eux-mêmes :

« Pour le moment, j’ai des difficultés à analyser, parce que je n’ai que du quantitatif, tu vois. Mais tu tires peu d’analyse du quantitatif, c’est pas suffisant. Et puis j’en ai peu. Ce qu’on voudrait, c’est que ce réseau soit en capacité à nous donner des informations traitées. Des informations qu’ils auraient préalablement traitées eux-mêmes, parce que je peux pas analyser tout ce qui remonte. Et puis c’est pas juste à la limite, parce que moi je ne suis pas sur place. Et puis, parce qu’eux aussi, ça les aide de faire cette démarche ».

41Dans l’entretien qu’elle m’a donné plusieurs années plus tard (4 juillet 2019), l’ancienne conseillère confédérale explique les raisons de l’abandon progressif en pointant également les limites de l’appropriation du dispositif de suivi des luttes par la direction confédérale elle-même :

« Ça s’est arrêté, parce que personne n’en a trouvé l’utilité en fait. Ça s’est arrêté rapidement. D’abord moi, je suis partie (de la coordination confédérale) fin 2007-2008, je suis retournée au secteur revendicatif, pour travailler sur les questions de condition de travail, de souffrance au travail avec Jean-François Naton. Et je sais pas s’ils m’ont remplacée sur ce projet… Et puis c’était moi qui avais du lien avec les membres du réseau, j’avais des liens avec eux qui faisaient que ça fonctionnait un peu, que j’arrivais avoir des infos un peu. Mais bon, ça a toujours été compliqué. En fait, personne ne s’en servait. Moi, j’avais demandé à ce qu’on présente l’outil au bureau confédéral, mais je l’ai pas obtenue. Je sais pas si c’est de la négligence, c’est peut-être de la négligence. Enfin, bref on n’a pas obtenu de pouvoir aller le présenter… Les copains des UD s’en servaient quand même un peu, il y a avait quelques copains qui allaient le voir… Mais bon, petit à petit, comme c’était pas repris niveau de la CE, au niveau du CCN [Comité Confédéral National]… Si tu veux, ce n’était repris que par nous, au niveau de la coordination. Et du coup, petit à petit, les copains qui étaient responsables de la coordination, ils ont abandonné aussi… Et moi, j’avais beaucoup de boulot aussi sur les repères revendicatifs, donc c’était difficile. On a été vraiment déçus… parce qu’on avait fait un sacré boulot, en particulier dans la formation des membres du réseau… Il a pas eu le temps de prendre son envol si tu veux, parce qu’on en a rien fait. Donc, il aurait pu se développer de façon plus importante, mais on n’en a rien fait. Et comme la coordination le relançait pas, moi je pouvais pas le relancer toute seule ! Donc, ça c’est éteint… On n’est pas arrivé à convaincre que c’était utile, quoi… Alors maintenant, ils continuent à suivre pour les journées nationales, mais par exemple, les chiffres ne sont plus renvoyées aux UD, alors que ça booste quand tu fais des comparatifs. C’est moins drivé qu’avant quoi. Bon, après, je veux pas passer pour la… J’ai rien contre la CGT hein (rires). C’est pas la première fois qu’on fait un truc et qu’on abandonne...

Est-ce que tu as quand même eu l’occasion de t’en servir de cet outil pendant qu’il a fonctionné ?

J’ai fait une ou deux notes au bureau confédéral je crois. Mais bon, je me rappelle pas avoir eu de retombées, même si ça pouvait donner aux camarades qui siégeaient à la CNCC [commission nationale des conventions collectives] dont Maryse Dumas, des infos supérieures à celle de la DARES puisque pour une année nous avions analysé plus de luttes qu’eux.

Comment tu t’y prenais pour faire ces analyses de données, parce que c’était pas du tout ta formation à la base ?

C’est vrai, que ça a été dur. Alors, pas sur les luttes nationales et des choses comme ça, parce que là, c’est « simple » : tu comptabilises le nombre de salariés mobilisés, tu regardes les formes que ça prend, tu fais circuler l’information aux orgas, parce que le comparatif ça crée beaucoup d’émulation, ça stimule ! ça donne envie aux autres de faire quand ils voient que ça prend, et puis ils voient plus facilement l’intérêt de te donner l’info parce qu’ils ont le sentiment que ça participe d’un truc d’ensemble. Donc, là, ils voient l’utilité de l’info que tu leur demandes. Mais c’est plus compliqué pour obtenir l’info pour les luttes d’entreprise, et c’est plus compliqué d’en faire quelque chose. Tu peux pas donner juste de l’info brute comme ça… sinon, les militants ils en font rien. Il faut faire le condensé si tu veux, des synthèses de tout ce qui remonte, de tout ce qui se passe dans le mois dans les entreprises par exemple. Moi, je savais pas bien faire ça. C’était pas vraiment facile. Il aurait fallu qu’on améliore notre formation, sur la question de l’analyse des informations. Parce que ça devait être très certainement la même chose dans les départements. Ça a sûrement compté, t’as raison… J’aurais pu me former à ça, c’est vrai, parce que tu peux pas regarder lutte par lutte, ça c’est pas possible. Si j’avais demandé la formation, on me l’aurait donné d’ailleurs, c’est sûr. Et puis on aurait pu discuter avec le copain des finances qui s’y connaissait bien en informatique et qui nous avait fait l’outil, pour voir comment on pouvait l’améliorer là-dessus… mais j’y ai pas vraiment pensé en fait, parce qu’on était un peu la tête dans le guidon, j’étais sur plein de trucs à la fois, le revendicatif, la formation du réseau tout ça. C’était déjà beaucoup de travail. Ce qui était bien, déjà, c’est que l’outil nous permettait de mettre en avant nos luttes, de les visualiser, de les faire voir aux autres, de faire voir qu’il y avait des luttes en fait. Mais après, comment on en faisait des statistiques, c’était plus compliqué quand même ».

42Cette note de recherche n’a pas prétention à déterminer les causes réelles ou supposées du rapide abandon de ce dispositif de suivi des luttes syndicales, que la direction confédérale de la CGT a tenté de mettre en œuvre au cours des années 2000. La restitution des entretiens et des observations réalisés pendant la phase de construction de cet « Observatoire des luttes » constitue en revanche un miroir de l’évolution du rapport à la grève de la direction confédérale de la CGT de l’époque. Dans le même temps, les raisons de la création de cet observatoire des luttes comme celles de son échec mettent en exergue les difficultés rencontrées par les dirigeants de la CGT, face au morcellement considérable de leur organisation, pour coordonner l’action de leurs adhérents, faciliter les échanges d’expériences militantes et créer les conditions d’une convergence de leurs mobilisations. Plus largement, cette tentative avortée de constitution d’un dispositif syndical de connaissance et d’analyse des conflits du travail apporte un éclairage original sur la façon dont la structuration interne des organisations syndicales entrave la capacité de leurs directions à se doter d’indicateurs de suivi de l’action de ses militants. Cette difficulté met elle-même en lumière, on ne le répètera jamais assez, l’asymétrie des moyens humains et techniques dont disposent les organisations syndicales et patronales, dans les ressources d’expertise et les instruments de connaissance du monde social et économique dont elles disposent dans le cadre des luttes qui les opposent. De ce point de vue, l’échec de la constitution de cet observatoire des luttes conduit à pointer les risques que la bureaucratisation des organisations syndicales engendre quant à la capacité des dirigeants syndicaux à percevoir l’évolution des aspirations des salariés qu’ils prétendent représenter et à se saisir de leur mécontentement pour s’en faire des relais réactifs. Inversement, c’est aussi la capacité des dirigeants syndicaux à ne pas se laisser enfermer dans les représentations dominantes de la conflictualité sociale, de l’apathie et de l’individualisme supposément croissant des salariés, qui se trouve directement posée.

Haut de page

Bibliographie

Andolfatto Dominique, Labbé Dominique (1997), La CGT : organisation et audience depuis 1945, Paris, La Découverte.

Chappe Vincent-Arnaud, Denis Jean-Michel, Guillaume Cécile (2019), Évolutions de la conflictualité et des usages du droit à la CFDT, Rapport pour l’IRES.

Giraud Baptiste (2006), « Au-delà du déclin. Difficultés, rationalisation et réinvention du recours à la grève dans les stratégies confédérales des syndicats », Revue Française de Science Politique, vol. 56, n° 6, p. 943-968.

Giraud Baptiste (2007), « Le syndicalisme saisi par le management », Politix, n° 79, p. 125-147.

Giraud Baptiste, Faire la grève. Les conditions d’appropriation de la grève dans les conflits du travail en France, Thèse de science politique, Université Paris 1, 2009.

Giraud Baptiste (2013), « derrière la vitrine du dialogue social : les techniques managériales de domestication des conflits du travail », Agone, n° 50, p. 33-63.

Giraud Baptiste, Pélisse Jérôme, Pénissat Étienne (2018), « Adapting While Resisting : the Ambivalence of Union Action in the Face of Lean Production », Sociologia del Lavoro, n° 151, p. 193-209.

Haute Tristan (2019), Les salarié.e.s aux urnes. Contribution à l’étude des ressorts collectifs et individuels des votes aux scrutins professionnels dans le secteur privé en France, Thèse de science politique, Université de Lille 2.

Henry Emmanuel (2017), Ignorance scientifique et inaction publique. Les politiques de santé au travail, Paris, Presses de Science Po.

Le Bris Roland, Troisvallets Marc (1987), « Méthodologie pour le repérage et l’analyse des luttes des travailleurs », ISÉRES, Études et Recherches, n° 52.

Offerlé Michel (2009), Sociologie des organisations patronales, Paris, La Découverte.

Olivesi Stéphane (2013), La communication syndicale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Pénissat Etienne (2009), « Mesure des conflits, conflits de mesure. Retour sur l’histoire des outils de quantification des grèves », Politix, n° 86, p. 51-72

Touchelay Béatrice (2014), « Les ordres de la mesure des prix », Politix, n° 105, p. 117-138.

Vigna Xavier (2007), L’insubordination ouvrière dans les années 1968, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Haut de page

Notes

1 Il arrive même que dans des entreprises en restructuration, les représentants syndicaux encouragent les salariés à répondre avec zèle aux enquêtes de satisfaction pour renvoyer une image positive de leur établissement aux directions centrales qui menacent de le fermer (Giraud, Pélisse, Pénissat, 2018).

2 Dossier de présentation de l’observatoire des luttes, printemps 2006.

3 Roland Le Bris, Marc Troisvallets (1987), « Méthodologie pour le repérage et l’analyse des luttes des travailleurs », ISERES, Etudes et Recherches, n° 52.

4 Elus par les syndicats réunis en congrès confédéral, les membres de la CEC assurent la direction de la CGT. La CEC est réunie au moins une fois par mois.

5 Elu par la commission exécutive (CEC), le BC constitue le principal organe exécutif de la confédération. Il est composé d’une dizaine de permanents, appelés secrétaires confédéraux, parmi lesquels le (la) secrétaire général.e de la CGT.

6 Commission exécutive confédérale

7 UCR : Union Confédérale des Retraités. UGICT : Union Générale des Ingénieurs, Cadres, Techniciens et Agents de maîtrise.

8 Projet d’outil « Recenser, faire connaître, analyser les luttes », note n°1 par Arnaud Le Roi, 4 janvier 2005.

9 Observation d’un stage de formation confédérale pour les animateurs du dispositif, 24-26 octobre 2006.

10 Fiche 3 « Objectifs de la direction confédérale », du dossier de présentation du dispositif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Baptiste Giraud, « L’observatoire des luttes de la CGT. Enjeux et échec d’un dispositif syndical de suivi de la conflictualité au travail dans les années 2000 », La nouvelle revue du travail [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 19 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nrt/6289 ; DOI : 10.4000/nrt.6289

Haut de page

Auteur

Baptiste Giraud

Aix Marseille Université, CNRS, LEST

Articles du même auteur

  • Présentation du Corpus
    Paru dans La nouvelle revue du travail, 15 | 2019
  • Les ressorts ambivalents de l’institutionnalisation de la négociation collective en entreprise
    Hampered negotiations : Ambivalent determinants of institutionalised collective bargaining in companies
    Negociaciones atoradas. Los resortes ambivalentes de la institucionalización de la negociación colectiva en las empresas
    Paru dans La nouvelle revue du travail, 8 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals