Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Joseph Confavreux (dir.), Le Fond de l’air est jaune, Comprendre une révolte inédite, Paris, Le Seuil, 2019, 220 p.

Marnix Dressen-Vagne

Texte intégral

  • 1 Sans omettre que les journalistes aussi ont été particulièrement ciblés par les tirs de LBD et les (...)

1Depuis un an maintenant, ce sont des questions politiques et sociales inédites que le mouvement des gilets jaunes (GJ) pose et nous pose. Son existence même, sa durée et son ampleur, sa composition sociale (classes populaires dans leur diversité et surreprésentation des femmes, France des « petits moyens »), l’originalité de ses modes d’expression (aux péages et aux ronds-points mais aussi dans les quartiers bourgeois et de localisation des pouvoirs) par sa méfiance à l’égard de l’État et sa fréquente défiance pour les institutions dominantes (parlementaires, partidaires, syndicales…), par sa propension à refuser d’entrer dans un cadre légal (dépôt préalable des parcours de manifestation, affrontement avec les polices), par la déstabilisation du pouvoir étatique qu’il a un moment provoqué, par la répression policière (mutilations délibérées…) et judiciaire inédite depuis la guerre d’Algérie dont il a fait l’objet, par la protestation contre la désintégration des services publics (santé, postaux, ferroviaires…), par son refus de tout leadership qui chercherait à jouir du pouvoir au détriment du mouvement, par son hostilité aux chaînes d’information en continu perçues comme manipulatrices de l’opinion1, par sa réappropriation des technologies de communication réticulaire qui ont permis au mouvement d’exister et contribuée à lui donner de l’écho, par la sympathie qu’il suscite dans de larges fractions de l’opinion publique, par les communautés chaleureuses des personnes impliquées qu’il a su constituer, par les mouvements de solidarité qu’il a créé dans différents milieux professionnels, par ses revendications politiques (RIC, tirage au sort des représentants, etc.), par son refus de ce qui le divise au profit de ce qui rassemble, par son caractère hexagonal (présence sur tout le territoire métropolitain, à la différence par exemple des bonnets rouges de 2013...), ce mouvement « national et autonome » (Hayat, 2019, p. 18) a « percuté toute une société » (Confavreux, 2019, p. 8). En ce sens, on ne saurait le réduire aux catégories bien réelles que repère P. Rosanvallon « les activistes, les participants, le halo social d’accompagnement et la chambre d’écho » (2019, p. 174).

2Peut-on dire pour autant que dans « l’économie morale des classes populaires » qui caractérise ce mouvement (Scott, 1977 cité par Hayat, 2019, p. 22), la question de la qualité du travail, du travail dégradé, mal considéré, de l’emploi précarisé, mal rémunéré, du non travail, etc. soient des thématiques fortes, explicites de la mobilisation des gilets jaunes depuis le mois de novembre 2018 ? Comment interpréter la généralisation des revendications autour de l’injustice fiscale, autour du pouvoir d’achat versus augmentation des salaires ? Ce seront des questions qui nous serviront de fil jaune pour lire Le fond de l’air est jaune, Comprendre une révolte inédite.

3Après un avant-propos stimulant de J. Confavreux (journaliste à Mediapart), l’ouvrage est structuré en quatre parties qui comptent chacune trois à quatre courtes contributions, soit quinze au total : les gilets jaunes sous l’œil de l’Histoire, Les raisons de la colère, Cinquante nuances de jaunes, Le spectre des possibles. Plusieurs chapitres étaient préalablement à leur réunion dans cet ouvrage parus dans la presse (essentiellement Le Monde et Libération) ou sur le blog de leurs auteurs. Le livre publie aussi des listes de revendications des GJ telles qu’elles étaient parues sur la toile et un florilège de slogans.

4En relation avec notre propre fil jaune, de toutes les contributions, celle d’Alexis Spire est l’une de celles qui insiste le plus sur la relation entre le mouvement des GJ et le travail. « (…) le sentiment d’injustice fiscale couvait depuis plusieurs années dans les classes moyennes et populaires. Le soulèvement des GJ y a ajouté la question de la valorisation du travail et l’enjeu de la mobilité spatiale et sociale » (Spire, 2019, p. 91-92). L’auteur parle aussi de « profonde insatisfaction concernant la rémunération du travail » (ibid.). « Dans un contexte où le gouvernement et la plupart des acteurs politiques ont depuis plusieurs années martelé l’impossibilité d’envisager la moindre augmentation de salaire, mettant en avant le chômage de masse et les contraintes liées à la mondialisation, la baisse des prélèvements apparaît comme la seule revendication audible pour améliorer leur pouvoir d'achat et regagner un peu de marge de manœuvre par rapport à toutes les dépenses contrainte » (Ibid.).

5Dans un effort pour articuler les différentes caractéristiques du mouvement, Spire pointe que la question des salaires et plus largement des revenus est aussi en relation avec la surreprésentation des femmes dans le mouvement. Il remarque que dans les ménages populaires, c’est une prérogative féminine de remplir la déclaration d’impôt. Et d’autre part, du fait des temps partiels imposés, des discriminations salariales et des carrières discontinues, les femmes touchent de plus petits salaires et de plus faibles pensions (pour ne rien dire des pensions alimentaires, non versées dans un cas sur deux pour l’ensemble des Professions et catégories socio-professionnelles). En outre, la dimension économique est aussi en relation avec les questions spatiales et de mobilités par le biais du prix des loyers ou du mètre carré. On touche aussi là aux débats sur la tension entre zones urbaines et périphéries urbaines.

6Sur un plan plus strictement politique, Spire observe aussi que l'opposition entre ce que Machiavel appelait popolo minuto et popolo grosso (cité par Wahnich, 2019, p. 30), reflète l’antagonisme très fort chez les GJ entre ceux qui « vivent de leur travail » fiers de s’inscrire dans une mobilisation extra-parlementaire ayant vocation à participer durablement au débat public, et les élus, professionnels de la chose publique qui « vivent de la politique » (p. 93).

  • 2 SPIRE Alexis (2018), Résistances à l’impôt, attachement à l’État. Enquête sur les contribuables fra (...)

7En tant que spécialiste du consentement/non consentement à l’impôt2, Spire voit aussi que les catégories socioprofessionnelles antérieurement mobilisées par les politiques fiscales étaient de manière assez homogène les commerçants (Poujadistes des années 1950), les artisans (« Nicoudistes » des années 1970), les camionneurs mobilisés contre le prix des carburants (dans les années 1990) et celle des « pigeons » (patrons de startup en 2012). Or, dans le cas qui nous intéresse, « la stigmatisation des taxes a rendu possible une coalition improbable de groupes hétérogènes tels que des retraités, des employés, des ouvriers, des chômeurs, des intérimaires, ou encore des petits indépendants » A. Spire n’hésite pas à se demander si l’on n’assiste pas au passage à une recomposition des inégalités perçues. Elles seraient passées de la question sociale à la question fiscale (p. 96). C’est ce que pourrait laisser entendre par exemple cette revendication présentée par une gilet jaune de la Sarthe : « que les gros payent gros et que les petits payent petit » (2019, p. 115).

8Sur un plan plus quantitatif, la lecture des « revendications des gilets jaunes » publiée sur l’initiative d’une manifestante de la Sarthe (p. 115-118), compte quarante et un alinéa dont un peu moins de trente (env. 70 %), concernent l’emploi et le travail (dont le Smic à 1 300 euros et le salaire maximum à 15 000 euros, sans oublier l’indexation des salaires et des retraites et la revendication d’un même système de sécurité sociale pour tous).

9Quant à l’analyse du cahier des dix revendications prioritaires des GJ de Toulouse, elle montre que ces dernières se partagent exactement en deux parts égales. L’une concerne les réformes institutionnelles et l’autre moitié les revenus salariaux et les nécessaires réformes fiscales (p. 119).

10Il est clair que si l’on prend comme source d’information Le fond de l’air est jaune, il est aisé de montrer que contrairement à ce que l’on entend parfois, les questions du travail, de l’emploi, des revenus qu’ils procurent – ou pas –, mais aussi de l’injustice sociale en général et de l’injustice fiscale (qui n’en est pas la moindre des composantes) sont bien présentes dans un mouvement. Comme le remarque E. Balibar, même si ce mouvement inédit ne s’y réduit pas, l’enjeu est largement la « nouvelle loi d’airain de compression des salaires directs et indirects (dont font évidemment partie les retraites) » (2019, p. 200).

11Il est impossible de rendre compte de toute la richesse de cet ouvrage aux contributions si diverses sur le plan des disciplines académiques et des terrains d’analyse. Certaines d’entre elles, malgré leur grand intérêt (particulièrement celle d’O. Ertzcheid sur l’internet des familles modestes ou celle d’Aurélien Delpirou qui balaye bien des idées reçues sur les tensions entre espace urbain et périurbain) ne sont que trop indirectement en relation avec le travail et l’emploi, pour qu’on les mentionne plus longuement dans une courte note de lecture.

12Ajoutons un dernier mot : Cet ouvrage a été composé à chaud. Il a été imprimé en janvier 2019 alors que le mouvement n’avait débuté que deux mois plus tôt. Or, ses premières semaines d’existence ont peut-être aussi été les plus radicales et il n’est pas impossible que dans la balance entre revendications politiques et sociales, les premières l’aient ensuite emportées. Comment le savoir, sinon en analysant d’autres sources d’informations ? Cela ne devrait pas être trop difficile puisqu’une des caractéristiques du mouvement est d’avoir produit, sur le moment même, un impressionnant foisonnement d’analyses et de prises de position. L’analyse des contenus en ligne seront aussi pour les sciences sociales un immense corpus qu’elles ne sont pas près d’avoir entièrement exploité.

Haut de page

Notes

1 Sans omettre que les journalistes aussi ont été particulièrement ciblés par les tirs de LBD et les coups de tonfa. Selon D. Dufresne, s’exprimant à la faveur de la présentation publique du rapport 2019 de Reporters sans frontière, concernant spécifiquement les journalistes, 62 signalements documentés par photos, vidéos ou plaintes étaient recensés au mois d’avril 2019. A la même date, concernant l’ensemble des victimes de la répression, il avait recensé 643 signalements, 1 décès à Marseille, 23 personnes éborgnées, 5 mains arrachées.

2 SPIRE Alexis (2018), Résistances à l’impôt, attachement à l’État. Enquête sur les contribuables français. Le Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marnix Dressen-Vagne, « Joseph Confavreux (dir.), Le Fond de l’air est jaune, Comprendre une révolte inédite, Paris, Le Seuil, 2019, 220 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 19 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nrt/6373

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals