Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Olivier Cousin, Pourquoi la rentabilité économique tue le travail, Le bord de l’eau, 2019, 214 p.

Daniel Bachet

Texte intégral

1L’auteur a conduit une investigation rigoureuse sur plusieurs terrains, en particulier dans l’industrie automobile – illustrée dans l’ouvrage par « la Firme » – ainsi que dans différents services de soins hospitaliers. Il montre, dans les deux premiers chapitres, comment « l’économie » abîme le travail en le soumettant aux impératifs de la gestion et des logiques comptables. L’emprise d’une rationalité bureaucratique, dont les objectifs principaux visent la réduction des coûts, la recherche permanente d’économies et des enjeux constants de productivité, conduit à produire des relations froides, impersonnelles, qui entravent et dénaturent les rapports de travail. Le contenu et le sens des tâches à accomplir se dégradent pour des salariés qui subissent de plus en plus l’utilisation d’indicateurs de performance venus « du dehors » et sur lesquels ils n’ont quasiment aucune prise.

2Lorsque la Firme se financiarise, au cours des années 1980-1990, Bruno, un « architecte poste de conduite » sur les projets des futurs véhicules, souligne que le PDG se désintéresse de la technique, car c’est un « pur financier ». L’importance accordée aux dividendes relègue la direction technique à une direction comme une autre et l’entreprise « perd son âme ».

3À l’hôpital, la « tarification à l’activité » (T2A), qui introduit la notion de rentabilité dans la prise en charge des patients, impose un indicateur non médical qui va guider les choix et la politique des établissements. Des indicateurs de gestion, comme les taux d’occupation des lits, les groupes homogènes de séjour, etc., orientent la tâche des médecins et remettent en question la représentation commune d’une médecine désintéressée. La décision de maintenir ou de fermer un service sera conditionnée par cette manière de voir et de compter.

4À partir du troisième chapitre, Olivier Cousin change son regard. L’auteur est plus conciliant à l’égard de « l’économie » qui devient alors une « contrainte réversible ». Certes, l’économie alimente les perspectives d’une perte irrévocable de l’autonomie des salariés, contribuant par là-même à diminuer la maîtrise des tâches et de leurs contenus. Mais elle n’est plus surplombante, dès lors qu’elle se transforme en une composante du travail dont les salariés peuvent finalement s’accommoder.

5Le travail, nous dit l’auteur, est un agencement de plusieurs registres potentiellement en concurrence. Le registre « éthique » à l’hôpital permet aux professionnels de santé d’entretenir, en toute indépendance, le dialogue singulier avec les patients, tout comme la prise en compte des éléments « techniques » se révèle indispensable à l’exercice correct du métier d’ingénieur dans une usine automobile. Mais il est courant que des règles et des normes extérieures s’invitent et redistribuent l’organisation du travail. Ces règles et ces normes – qui impactent fortement l’activité du praticien à l’hôpital, comme celle du technicien dans l’industrie automobile – prennent la forme de la « réputation », du « marché », du « client », d’injonctions à l’efficacité ou à l’efficience.

6Bien entendu, l’économie demeure extérieure au travail, mais, souligne Olivier Cousin, elle se comporte comme un guide qui vient lui rappeler ce que doit être sa finalité. Elle agit donc comme un « rappel à l’ordre » que les salariés estiment nécessaire. Ne faut-il pas calculer et « borner » le travail ? Si les salariés refusaient la contrainte économique, le risque de s’emballer, de s’épuiser et de gâcher leurs atouts (savoir, compétences, technicité) serait considérable et, par voie de conséquence, l’investissement dans le travail lui-même pourrait devenir contreproductif.

7Au bout du compte, l’auteur reprend certains discours des personnes qu’il a interrogées, pour mettre en valeur « l’économie » comme « bien commun ». Il apparaît alors légitime de « gagner de l’argent » afin, précisément, de ne pas gaspiller le bien commun dans des recherches « folles et gratuites ». Pour les salariés Félix et Sébastien, l’économie ne s’oppose plus au travail, elle en est la source et sa condition, « … dans notre système actuel, il faut que quand même le système soit rentable et pérenne au point de vue financier ».

8Pourtant, la confusion ainsi entretenue par l’auteur entre « rentabilité financière » et « équilibre économique » est préjudiciable à la compréhension des mécanismes économiques et financiers, ainsi qu’aux liens que ces mécanismes entretiennent avec les mondes de la technique et avec celui de la production des biens et des services.

Des tensions entre les registres techniques et économiques

9Olivier Cousin montre très finement, à partir des terrains étudiés, que l’impératif de la nécessité économique ne résiste pas à toutes les épreuves. La conception d’une voiture, au stade de prototype, est contrainte par l’enveloppe allouée à ses différentes phases, mais elle est d’abord un objet technique. Le chef de projet est celui qui « mène la danse », car c’est lui qui établit les compromis avec les autres services, oriente les choix des achats et, en dernière analyse, les valide. Le domaine technique garde une partie de ses prérogatives face à l’économie, dans le cadre d’un espace plus large qui donne aux acteurs le sentiment d’une reconquête de leur métier.

10De même, la contrainte financière est susceptible d’être levée si la qualité et l’image du produit sont en jeu. Le projet technique ne doit pas être mis en péril et il est possible parfois de « sortir » du budget pour tenir des délais considérés comme non négociables.

11À l’hôpital, la T2A peut ne plus être appréhendée comme une contrainte, mais comme un levier, sous réserve de souscrire à un certain mode de raisonnement économique. Les projets défendus par les services doivent intégrer des enjeux économiques, si les médecins souhaitent les voir aboutir.

12Stéphanie, chef de service de l’unité de réanimation et de soins continus dans un centre hospitalier intercommunal, a constitué une filière qui améliore la fluidité de la circulation des patients entre l’arrivée dans l’hôpital et la sortie vers leur domicile. Cette activité est très valorisée et peu coûteuse. Les patients sont hospitalisés et soumis à des bilans standards qui sont rentables s’ils ne restent pas trop longtemps dans les unités. Ce chef de service est en position de négocier avec le directeur pour obtenir du personnel supplémentaire. Dans son cas, l’économie sert d’argument dans les négociations et vient appuyer les logiques strictement médicales.

13Mais la contrainte financière est toujours présente, car pour développer une activité, il est indispensable de montrer que celle-ci va dégager un financement ou en tout cas qu’elle ne fera pas « perdre d’argent ». Cela implique, pour les équipes médicales, une appropriation assumée des techniques financières et des raisonnements commerciaux.

14Dans la Firme automobile, tout comme à l’hôpital, les acteurs peuvent même jouer avec certains indicateurs et avec les failles du système, pour préserver artificiellement des activités ou pour faire prévaloir des projets techniques en résistant aux pressions budgétaires.

15Olivier Cousin considère que la rationalité économique est très plastique et qu’elle ne peut fixer de manière définitive ce qu’il est possible ou non de réaliser dans le travail.

16L’auteur adopte une position plus affirmée dans le chapitre IV. S’appuyant sur les discours de salarié(e)s qu’il semble reprendre dans sa propre perspective analytique, l’économie deviendrait légitime, « moins sous son versant financier et mercantile », que sous son aspect « moral ».

17L’économie permettrait, en effet, de poser des limites à la technique et d’éviter ainsi la dérive liée à la seule rationalité des ingénieurs. Elle inviterait les médecins hospitaliers à se demander « pour qui ils travaillent ». Prenant l’exemple de Marius, qui a fait construire sa maison sous la contrainte d’un faible budget, l’auteur faire dire à son enquêté que tout un chacun est soumis à la rareté des ressources et doit ajuster les fins aux moyens dont il dispose. La construction d’une maison individuelle relèverait par conséquent de la même démarche que celle qui devrait prévaloir dans l’industrie automobile.

18Prenant un cas limite, celui d’Hélène, autre enquêtée et conseillère de vente dans une enseigne de prêt-à-porter féminin, l’auteur restitue un discours encore plus explicite sur les bienfaits de l’économie : l’argent est le nerf de la guerre. Le travail d’Hélène revient avant tout à générer « le plus de profit possible », car il est un bon indicateur de son savoir-faire et de ses compétences.

Combinaison ou confusion des registres

19Si l’on reprend les discours des personnes interrogées (chapitre IV intitulé « Clore l’activité »), médecins, personnels soignants, puis ingénieurs et techniciens partagent l’idée selon laquelle l’économie serait au service de leur organisation, voire même constituerait une condition de sa survie. L’auteur fait toujours référence à « l’économie » comme si cette catégorie était définie de manière univoque, universellement admise. Or, selon nous, la définition de l’économie est plurielle et recouvre plusieurs acceptions.

20Ainsi, la T2A a-t-elle été mise en place à l’hôpital dans le cadre d’une rationalisation économique, mais surtout en application d’une certaine conception de « l’économie ». Elle remplace le budget global et sa finalité est de substituer un budget hospitalier selon les recettes de l’hôpital et non plus selon ses dépenses, système jugé « inflationniste ». Ainsi, avec la T2A, la centralisation des plateaux techniques, la suppression de la planification nationale en matière de santé, l’élimination du financement des investissements par la Sécurité Sociale et l’obligation du recours aux banques, les gouvernements successifs de ces dernières années ont remis en question le Service Public Hospitalier, qui était une spécificité française et ont transformé l’hôpital public, d’un E.P.A. (Établissement Public Administratif avec autonomie financière et personnalité juridique) en service extérieur de l’Agence Régionale de Santé (ARS).

21Il n’est donc plus simplement question « d’équilibrer les comptes » de l’hôpital, afin que celui-ci réponde à des besoins de santé pour tous, mais, dans un contexte de rareté des ressources volontairement – c’est-à-dire politiquement – organisée, de le gérer sous la contrainte d’une très forte réduction des financements publics.

22Il est donc chaque fois indispensable de rappeler quel est le cadre institutionnel de référence dans lequel se déploie « l’économie », pour comprendre comment les agents peuvent se représenter cette catégorie et y réagir : l’accepter, lui résister, s’y opposer, etc. D’autant que, si les agents possèdent une certaine connaissance des mécanismes économiques, ils sont eux aussi porteurs de modèles d’analyse et de croyances, qu’il convient de déconstruire et de ne pas reprendre tels quels, sans en interroger la portée et les limites.

23Olivier Cousin rappelle qu’il existe une part « irrépressible du travail » qui appartient en propre aux salariés. C’est l’affirmation de la capacité à s’approprier le contenu du travail, le plaisir et la fierté du « beau travail » ou du travail bien fait.

24En fait, ce rappel incessant à « l’expressivité » irréductible du travail est l’une des thèses principales de l’auteur qui récuse ainsi, à juste titre, tout rapport exclusivement « instrumental » à l’activité. Les individus ne veulent pas céder et continuent de résister, même au sein des activités les plus subies. « L’économie » ferait obstacle à l’expressivité du travail sans parvenir toutefois à l’anéantir.

25Or, « l’économie » n’est-elle qu’une simple pièce qui s’agrègerait à d’autres dans le déroulement de l’activité, comme le suggère Olivier Cousin ? N’aurait-il pas été plus pertinent de montrer qu’une certaine conception de l’économie (et de la gestion) entrave la réflexivité des agents et ignore les dimensions multiples de leur activité, alors qu’une autre manière de voir et de compter serait en capacité de mieux valoriser le travail des agents ? L’économie, sous sa forme néo-classique ou néo-libérale, ne construit jamais les liens entre, d’une part, le monde physique du travail (dimension socio-technique de la production de biens et/ou de services) et, d’autre part, les mondes économiques et financiers. C’est bien la conception de « l’économie » qui est en question et non l’économie elle-même. Car tout modèle économique est porteur d’une représentation de l’efficacité, du travail et de l’entreprise.

26Sur un registre plus général, la recherche d’un optimum financier n’est pas identique à la recherche d’un optimum économique, social et écologique. Les effets sur l’activité des salariés sont différents. Dans un cas, le travail est appréhendé comme un simple coût à réduire en permanence et par tous les moyens. Dans l’autre, l’outil comptable est en mesure de l’intégrer dans son calcul comme une source de valeur et de développement.

27À défaut de repenser les catégories économiques et les modèles de gestion, et de montrer la pluralité des conceptions à l’œuvre, Olivier Cousin présente « l’économie », qu’il détache a priori du travail, des objets et des services produits dans le monde physique (ou matériel), comme un simple moyen de « rappeler à l’ordre » le travail et de clôturer des pratiques qui, sans cette contrainte indispensable, n’auraient plus de limites.

28Le résultat peut sembler surprenant, car il conduit à naturaliser un cadre productif et économique et à tourner le regard sociologique vers le travail singulier, l’activité et la subjectivité des agents, sans remonter au niveau des règles et des indicateurs qui permettent à ces capacités humaines de s’exprimer. Or, nous l’avons indiqué, ces règles relèvent à la fois du monde physique et matériel (biens et services, produits du travail) et des mondes économiques et financiers. Ce sont elles qui orientent la manière de voir le travail, en lui offrant, à la fois le cadre socio-productif et économique requis, et les conditions de possibilité de son exercice, y compris dans son expérience la plus intime.

29Le travail, sous sa forme singulière la plus expressive, sera toujours investi fièrement par des intelligences qui défendront son utopie. On peut faire confiance aux passions joyeuses des salariés, sans pour autant s’extasier sur la fierté du « travail bien fait » et déplorer simultanément sa mutilation par une économie triomphante. Il existe bien un continuum entre l’espace du travail, la façon de produire et l’équilibre des comptes. Encore faut-il que les indicateurs et les outils comptables mettent en évidence et en cohérence ces liens d’interdépendance. L’objectif d’une sociologie de l’action n’est-il pas de faire converger des mondes jusque-là arbitrairement cloisonnés et hiérarchisés, pour parvenir à une plus grande socialisation productive et économique, qui encourage la subjectivation des individus, sans les placer pour autant « dans une situation d’incertitude et d’inconfort permanent » ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Bachet, « Olivier Cousin, Pourquoi la rentabilité économique tue le travail, Le bord de l’eau, 2019, 214 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 19 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nrt/6383

Haut de page

Auteur

Daniel Bachet

Maître de Conférences à l’Université d’Évry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals