Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Alain Dewerpe, Les mondes de l’industrie. L’Ansaldo, un capitalisme à l’italienne, Paris, Éditions de l’EHESS, Collection « En temps & lieux », 2017, 630 p.

Lionel Jacquot

Texte intégral

1Dans cet ouvrage posthume, publié en 2017 aux éditions de l’EHESS, un peu plus de deux ans après sa mort, Alain Dewerpe propose, comme l’annonce Michelle Perrot dans sa préface, une « magistrale monographie d’usine » qui vise à décrire Les mondes de l’industrie à travers l’étude de cas de l’Ansaldo, fleuron de l’industrie italienne du secteur de la métallurgie et de la mécanique. Créée à Gênes en 1853 dans le quartier de Sampierdarena sous la forme de société en commandite simple, l’Ansaldo est rachetée en 1933 par l’État fasciste et passe entre les mains de l’Istituto di Ricostruzione Industriale, établissement public italien mis en place pour sauver les principales banques italiennes de la faillite. Ce sont ces 80 premières années de la firme qu’étudie Alain Dewerpe pour rendre compte d’« un capitalisme à l’italienne » et d’une trajectoire d’industrialisation qui, contrairement à celle de Fiat, n’épousera jamais véritablement le paradigme du fordisme et de la production de masse.

  • 1 Dewerpe A., 1985, L’industrie aux champs. Essai sur la proto-industrialisation en Italie du Nord (1 (...)
  • 2 Dewerpe A. et Gaulupeau Y., 1990, La fabrique des prolétaires : les ouvriers de la manufacture d’Ob (...)
  • 3 Aymard M., 2017, « Alain Dewerpe. Entre histoire économique et histoire sociale : la proto-industri (...)

2La publication de ce livre, dont l’origine est une thèse de doctorat d’État qu’Alain Dewerpe n’a pas soutenue, vient couronner un long travail de recherche sur l’histoire du capitalisme industriel et la formation de la classe ouvrière, commencé en Italie, au début des années 1980. Lors d’un séjour à l’École française de Rome, il avait en effet entrepris une première recherche sur la proto-industrialisation, dont il tirera L’industrie aux champs. Essai sur la proto-industrialisation en Italie du Nord (1800-1880)1. Lorsqu’il livre, cinq ans plus tard, une deuxième étude monographique qu’il a menée avec Yves Gaulupeau sur la manufacture d’Oberkampf à Jouy-en-Josas2, le terrain de l’Ansaldo est déjà investi et l’accompagnera jusqu’à la fin de sa vie3, sans qu’il puisse publiciser ses résultats sous la forme d’un livre. Si le livre existe aujourd’hui, c’est grâce à l’entreprise salutaire des quatre éditeurs – Jean Boutier, Patrick Fridenson, Daniel Nordman et Jacques Revel – qui ont procédé à la reconstitution du manuscrit, dont les pièces ont été retrouvées sur de multiples supports informatiques. Quel plus bel hommage à rendre à l’historien du monde industriel que de restituer ce travail au long cours sur l’Ansaldo, sauvant ainsi de « la critique rongeuse des souris » cette « biographie usinière monumentale » qui apporte, pour Michelle Perrot, « une contribution exceptionnelle à la connaissance de la classe ouvrière et du capitalisme italien et, plus largement, à l’histoire de l’industrie et du travail » (p. 11) ?

  • 4 Voir l’article de Michael Burawoy dans le premier numéro de La nouvelle revue du travail. Burawoy M (...)
  • 5 Boutier J., 2017, « L’anthropologie historique spatialisée d’Alain Dewerpe », L’Atelier du Centre d (...)

3L’ouvrage d’Alain Dewerpe est d’abord une monographie de firme réalisée à partir des multiples et diverses sources de l’Archivia Storico Ansaldo et du fonds Perrone. Il nous informe sur le travail et la vie d’« un système d’usines » de la sidérurgie, de la métallurgie, de la mécanique et de la construction navale, localisées sur la Riviera du Ponant. Il vise également une approche plus macrosociologique, ambitionnant de « rendre compte de façon adéquate du capitalisme industriel ou, si l’on préfère – précise l’auteur –, d’éléments significatifs de la dynamique historique de l’industrialisation » (p. 15). Aussi, la méthode utilisée se rapproche-t-elle – sans qu’il y soit fait référence – de « l’étude de cas élargie » de Michael Burawoy, qui tente d’explorer les macrostructures sociales et historiques à petite échelle, et qui prend en compte le contexte du travail, notamment les trajectoires des acteurs, les transformations des marchés et du rôle de l’État, sans négliger les éléments spatio-temporels facteurs de changement4. Une méthode qui, de fait, correspond à « l’anthropologie historique spatialisée » qu’Alain Dewerpe a toujours cherché à développer5.

4Les mondes de l’industrie illustre de façon exemplaire cette manière d’écrire l’histoire, en combinant approche anthropologique et approche spatiale des phénomènes historiques. On y retrouve ces deux « préoccupations majeures » qui opèrent comme des « marques de fabrique », selon Jean Boutier, et qui se voient en quelque sorte condensées dans la formule liminaire de l’introduction posant « l’usine comme espace social ». Pour Alain Dewerpe, il est impossible de comprendre le système d’usines de l’Ansaldo sans décrire aussi minutieusement que possible les pratiques et les relations, tant sociales que professionnelles, des acteurs et des groupes qui le compose. Ce qui le conduit à produire une analyse sociographique, non seulement des ouvriers dans leur diversité – ajusteurs, tourneurs, fraiseurs, monteurs, chaudronniers, fondeurs, forgerons, etc. – et des dirigeants – les Perrone entre autres –, mais aussi de l’encadrement hiérarchique – chefs d’atelier ou capi mastri, sous-chefs d’atelier et chefs d’équipe –, des ingénieurs, des dessinateurs, des employés, des pointeaux.

  • 6 Boutier J., 2017, op. cit., § 14.

5L’espace usinier se présente alors comme un espace humain, qui s’organise autour du travail et à l’occasion duquel les acteurs et groupes sociaux entretiennent des rapports complexes, faits de coopération, de concurrence et de lutte. Mais c’est aussi un espace physique, qui se structure pour implanter de nouvelles unités, accueillir de nouvelles lignes de production, réaliser de nouveaux produits, installer de nouvelles machines, introduire la « science » dans les ateliers. Un espace qui « se construit en relation directe avec des pratiques professionnelles, des comportements, des contraintes en rupture avec les mondes du travail antérieur, qu’il soit celui des campagnes, des métiers urbains ou des paysans proto-industriels6 ». Un espace symptomatique de la grande entreprise en train de naître et qu’il est nécessaire d’ordonner par la mise en place d’un ensemble spécifique de disciplines pour mettre les forces individuelles au travail.

6« Comment efficacement instituer des normes techniques et sociales qui rendent possible la coopération indispensable à la mise en œuvre de la production de biens ? Comment assurer le recrutement et la conservation d’une main-d’œuvre adaptée au travail complexe de la mécanique ? Comment construire des objets techniques qui fonctionnent ? Quels sont les conflits, les contradictions, les différences de logique qu’expriment les différents groupes qui y travaillent ? Autour de quoi collaborent-ils et comment entrent-ils en concurrence ? » (p. 16). Autant de questions soulevées qui permettent à l’historien de réaliser « un inventaire des choses notables du travail », que le sociologue n’aura aucune peine à partager. L’organisation et la division du travail, la formation et la mobilisation des personnels, l’évolution technique et ses incidences, la rationalisation de la production et les paradigmes de l’industrialisation, la discipline et l’encadrement du travail, les formes de salaire, les résistances et les conflictualités sociales, etc. : autant de « choses » traitées qui ont nourri la recherche sociologique, avec laquelle Alain Dewerpe entretient un dialogue permanent.

  • 7 Marco Doria identifie dans sa postface de l’ouvrage d’Alain Dewerpe cette contradiction comme un fi (...)

7Ainsi, dans cet opus de plus de 600 pages, qui offre une histoire sociale « totale » de la firme génoise, le travail est mis au centre, qu’il soit saisi par l’étude des formes disciplinaires et des systèmes de contrôle sous le capitalisme, par l’analyse des stratégies des acteurs et des répertoires d’action collective, par l’attention portée à « la contradiction centrale entre subordination et autonomie du travail7 » ou encore par l’observation des régulations du système d’usines. C’est donc aussi l’histoire des hommes et des femmes qui ont travaillé à l’Ansaldo et qui ont vécu ses mutations que l’auteur raconte, de façon chronologique, en quatre grandes parties embrassant des durées très inégales.

8La première partie – « Inventer l’usine (1853-1903) » – couvre les cinquante premières années de l’Ansaldo, de la création de la société dans la seconde moitié du XIXe siècle jusqu’au début du XXe siècle, avant que ne commence l’ère des Perrone. Atelier mécanique de réparation travaillant à l’origine pour les chemins de fer, l’usine s’engage, dès la fin de 1853, dans la production de locomotives et, à partir des années 1860, dans la construction navale. Elle se caractérise alors par la fabrication diversifiée de produits massifs à forte valeur ajoutée sans véritable spécialisation. Elle vient bouleverser le bourg de Sampierdarena, bourg de pêcheurs et de marins, le transformant en ville de la mécanique, et amorce, par là même, un mouvement de salarisation, certes modeste, puisque l’entreprise comptera moins du millier d’ouvriers pendant 30 ans et un peu plus de 2 000 à la fin du siècle, en totalisant les effectifs de l’usine de constructions mécaniques de Sampierdarena et les ateliers de construction navale de Sestri Ponente.

9L’enjeu majeur pour l’Ansaldo n’en demeure pas moins la fixation, la formation et la mobilisation de sa main d’œuvre. C’est pourquoi Alain Dewerpe porte l’analyse sur le premier règlement du Meccanico de 1883 qui détermine, dans le titre XII, les règles de l’apprentissage et qui, de façon plus générale, assoit l’ordre ansaldien par « une stratégie de contrôle approfondi des conduites au travail, visant à obtenir à la fois productivité optimale et adéquation à l’ordre politique et moral de l’entreprise » (p. 108). Il le présente comme un instrument juridique conçu pour normaliser les comportements et façonner les dispositions professionnelles, un élément central de l’arsenal des disciplines au travail dans l’espace social de l’usine. Mais comme la construction de cet espace social est également affaire de pratiques et de rapports sociaux, comme nous l’avons déjà précédemment souligné, Alain Dewerpe s’intéresse aux groupes qui les produisent, et en particulier, aux contremaîtres qui tiennent une position hégémonique dans l’organisation du travail et la vie quotidienne des ateliers, ainsi qu’aux ingénieurs qui la leur disputent, leur opposant un savoir théorique fondé sur le diplôme.

10La deuxième partie – « Changer d’échelle (1904-1914) » – s’ouvre avec le rachat de l’Ansaldo par Ferdinando Maria Perrone (1847-1908) et se ferme à l’orée de la Première Guerre mondiale. Bien qu’elle ne porte que sur une décennie, elle est la plus volumineuse et compte huit chapitres. Le renouvellement de l’équipe dirigeante autour de Ferdinando Maria Perrone, puis de ses deux fils – Pio (1876-1952) et Mario (1878-1968) –, s’accompagne d’un changement de stratégie avec une politique de croissance interne qui « modifie les arbitrages traditionnels entre produits et producteurs, machines et méthodes, groupes et stratégies » (p. 161). La période correspond à un véritable « changement d’échelle », soutenu par le double choix de la direction d’œuvrer pour donner à l’entreprise une totale autonomie productive, tout en l’engageant dans une trajectoire de diversification des produits. L’entreprise s’agrandit avec l’ouverture de nouvelles usines et voit croître ses effectifs, elle compte à la veille de la Première Guerre mondiale dix sites qui totalisent plus de 17 000 salariés.

11C’est une communauté ansaldienne d’une toute autre taille qu’il faut désormais construire, avec l’objectif de la faire adhérer au nouvel ordre industriel, car « il ne s’agit (…) pas seulement pour l’Ansaldo, et pour tous les acteurs en interrelation qui y travaillent, de maîtriser des processus techniques nouveaux, et à une échelle inconnue d’elle jusqu’alors, mais aussi d’inventer et de mettre en pratique un ensemble très complexe de technologies sociales, dans l’atelier comme au bureau, dans la salle du Conseil d’administration comme sur la cale des chantiers, leur permettant de travailler à des rythmes et suivant des contraintes financières et techniques définies, bref d’affronter les exigences organisationnelles d’une étape nouvelle de l’histoire sociale de l’entreprise » (p. 161). Cette phase de rationalisation, qui requiert de nouveaux savoirs et savoir-faire, conduit à l’embauche d’ingénieurs aux postes de direction, mais ceux-ci peinent toujours à affirmer leur position statutaire vis-à-vis de l’encadrement d’atelier, les chefs d’atelier maintenant leur pouvoir comme l’atteste l’échelle salariale en leur faveur. Les ingénieurs – affirme Alain Dewerpe – ont la responsabilité sans l’autorité, alors que les capi mastri ont l’autorité sans la responsabilité.

12Ce statut quo dans le système usinier de l’Ansaldo, qui confère toujours au capo mastro une position dominante et une supériorité salariale et symbolique, ne doit pas pour autant faire occulter les profondes mutations qui minent l’ordre industriel de l’intérieur. L’autonomie ouvrière est mise en cause et les tensions apparaissent à partir de l’année 1906, qui inaugure un mouvement qu’Alain Dewerpe qualifie de « dérégulation générale de l’entreprise » et de « crise du travail ». Le vol, le sabotage, le freinage généralisé, les agressions et autres pratiques déviantes des ouvriers peuvent alors être considérées comme des manifestations de refus multiformes de la « modernisation » du travail. La culture d’entreprise et le travail d’autocélébration qu’elle orchestre ne suffisent plus à juguler la prise de parole (voice) ansaldienne. Jusque-là peu enclins à entrer en lutte, les ouvriers se mobilisent, comme le font les métallos de la Navale de Sestri pour négocier sur les règles, alors qu’ils négociaient autrefois dans les règles. L’Ansaldo connaît un cycle de grèves sans précédent, si bien qu’« à la veille de la guerre, la réforme patronale de l’organisation ansaldienne se décrit sous les traits, non d’un fonctionnalisme tayloriste, mais de l’urgence politique de la reconquête du pouvoir » (p. 328).

13La troisième partie – « Usines en guerre (1915-1918) » – correspond aux trois années et demie du conflit auquel prend part l’Italie à partir de mai 1915. Pour participer à l’effort d’armement du pays, l’Ansaldo se voit contrainte à un changement complet de paradigme : une conversion à la production de masse avec l’obus comme produit de base. « La brusque transformation de l’entreprise en fournisseur de munitions la met donc face aux exigences nouvelles de la production de masse dans sa forme la plus épurée et à la réorganisation de l’organisation du travail qu’implique la production de grandes séries » (p. 383).

14Mais le processus d’apprentissage au nouveau paradigme industriel est loin d’être univoque et varie déjà entre les unités de production nouvellement créées et celles anciennes qui se voient réorganisées. Les réorganisations ne sont d’ailleurs pas toujours à la hauteur de la conversion productive demandée. Ainsi, par exemple, dans l’usine de munitions de la Fiumara, les dispositifs spatiaux de l’usine pré-fordienne perdurent ; dans l’usine d’artillerie de Cornigliano, la division fonctionnelle de l’organisation rationalisée est loin d’être accomplie. Les méthodes d’organisation américaine ont beau être diffusées par la direction, le fordisme érigé en modèle, la standardisation affichée comme un programme global, la résistance aux nouvelles normes industrielles de la production en série reste vive.

15Comment pourrait-il en être autrement, quand la rationalisation du travail peut s’apparenter à une déqualification arrachant aux ouvriers leurs connaissances de métier et le contrôle autonome de leur travail, quand la mobilisation d’une nouvelle main d’œuvre – féminine et d’origine non ouvrière – vient remettre en cause les équilibres sociaux de l’ordre ansaldien, quand la militarisation du travail liée au contexte de guerre change radicalement les conventions ? Les tensions peuvent alors être aiguës, comme le dévoilent les lettres de recours adressées aux patrons. Elles peuvent être à l’origine de conflits, comme ceux qui se développent à la fin de cette période dans une entreprise qui emploie directement près de 50 000 salariés en 1918.

  • 8 Fridenson P., 2017, « Mutation de la grande entreprise en contexte italien : Ansaldo », L’Atelier d (...)
  • 9 On pourra lire concernant ce débat la brillante contribution d’Yves Schwartz à propos du cas de l’i (...)

16La quatrième partie – « La tradition réinventée (1919-1933) » – se rapporte à la dernière période d’une quinzaine d’années et aborde les tentatives de rationalisation mises en œuvre dans l’après-guerre. Cette période est marquée par la fin du règne des Perrone qui démissionnent à la fin de l’année 1921 et par une modification profonde de la structure de la firme une année après, se soldant par sa division en trois groupes distincts : mécanique, navale et électrotechnique. « Au rebours de la conception dominante de l’histoire des entreprises qui présente les années 1920 comme prenant la suite des années de guerre, en étant celles où les grandes entreprises de différents pays d’Europe se convertissent pour desservir les nouveaux marchés de masse, Alain Dewerpe montre qu’il n’en va pas ainsi chez Ansaldo8 ». L’abandon du paradigme fordien et le repli sur la rémanence de la production flexible en petites quantités font au contraire de la firme génoise un cas exemplaire d’infirmation des thèses qui concevaient une voie étroite et unique d’industrialisation condamnant les formes flexibles à évoluer en formes « mass »9.

17Le choix de « la tradition réinventée » et du retour à une production flexible ne sonne pas pour autant le glas de la dynamique rationalisatrice, comme en témoignent la poursuite du mouvement d’intégration de la « science » dans les ateliers et la modernisation de l’administration et de la comptabilité. Ce choix ne tient pas uniquement aux politiques patronales, mais a partie liée avec la crise révolutionnaire du Biennio Rosso – les « deux années rouges » de 1919 et 1920 – dont les conséquences toucheront le cœur de la stratégie de l’entreprise. Les grèves, les occupations d’usines et la nouvelle codification des relations de travail qui s’ensuit obligent la direction à tenir compte de l’expérience des combinaisons productives faites par leurs ouvriers. La révolution n’aura pas lieu, mais « le Biennio Rosso n’en a pas moins largement contribué à rendre impossible toute transformation du système productif : l’ouvrier de métier est toujours là, difficilement substituable, et l’acuité de la lutte a rendu extrêmement risqué le choc frontal que représenterait la voie de la déqualification associée à la production en série : les stratégies patronales sont ainsi gelées par une initiative ouvrière d’autant plus contraignante qu’elle visait, au-delà des revendications salariales, à la gestion ouvrière » (p. 517).

  • 10 Fridenson P., 2017, op. cit., § 11.

18La production de masse n’aura été qu’une parenthèse dans l’histoire de l’Ansaldo, congédiée par l’industrialisme ouvrier ansaldien, forgé pendant les décennies d’avant-guerre. Le programme de réorganisation des usines mené à partir de 1920 par la nouvelle équipe dirigeante fera table rase du fordisme des Perrone et convoquera une philosophie néo-taylorienne censée permettre « le passage de l’inorganisé à l’organisation ». Mais « la rationalisation alors portée par les hommes d’Ansaldo est pour une bonne part imaginaire10 ». « Les schémas globaux de la production flexible sont très contraignants : les possibles ne sont pas ouverts tout le temps et le résultat est loin d’être le produit d’une décision rationnelle et planifiée mise en œuvre selon les délais prévus ou prévisibles » (p. 602) conclut Alain Dewerpe.

  • 11 Sabel C. et Zeitlin J., 1985, « Historical Alternatives to mass production: politics, markets and t (...)
  • 12 Schwartz Y., 1992, op. cit.

19Parce que le cas de l’Ansaldo confirme l’hypothèse d’« alternatives à la production de masse » proposée par les deux chercheurs américains Charles Sabel et Jonathan Zeitlin11, qu’il présente une configuration particulière de contraintes et de possibles faisant montre de l’existence d’autres paths for industrialization, on peut dire, grâce au travail d’Alain Dewerpe, et à l’instar de ce qu’Yves Schwartz a montré du rôle de Mulhouse dans l’industrialisation française12, que l’industrialisation italienne est inintelligible sans Gènes. L’intérêt heuristique du livre Les mondes de l’industrie se mesure ici par sa contribution au débat sur les paradigmes de l’industrialisation, mais il est riche de bien d’autres apports. Il analyse les relations complexes entre les groupes sociaux dans les ateliers et les « systèmes d’action concrets » que ceux-ci construisent. Il décrit « l’introduction de la science dans l’usine » et ses applications sectorielles et localisées. Il étudie les évolutions de l’épreuve salariale – entre autonomie et hétéronomie – et les répertoires d’actions individuelles et collectives qu’elles génèrent. Un chef d’œuvre de monographie qui, tout en offrant une histoire sociale de l’Ansaldo, livre aussi une histoire du capitalisme industriel italien.

Haut de page

Notes

1 Dewerpe A., 1985, L’industrie aux champs. Essai sur la proto-industrialisation en Italie du Nord (1800-1880), Rome, École française de Rome, collection n°85, XXXVI.

2 Dewerpe A. et Gaulupeau Y., 1990, La fabrique des prolétaires : les ouvriers de la manufacture d’Oberkampf à Jouy-en-Josas, 1760-1815, Paris, Presses de l’École normale supérieure.

3 Aymard M., 2017, « Alain Dewerpe. Entre histoire économique et histoire sociale : la proto-industrialisation », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 17 Bis, mis en ligne le 10 novembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/acrh/7958

4 Voir l’article de Michael Burawoy dans le premier numéro de La nouvelle revue du travail. Burawoy M., 2012, « Manufacturing Consent revisited », La nouvelle revue du travail [En ligne], 1, mis en ligne le 10 décembre 2012. URL : http://journals.openedition.org/nrt/143

5 Boutier J., 2017, « L’anthropologie historique spatialisée d’Alain Dewerpe », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 17 Bis, mis en ligne le 03 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/acrh/7983

6 Boutier J., 2017, op. cit., § 14.

7 Marco Doria identifie dans sa postface de l’ouvrage d’Alain Dewerpe cette contradiction comme un fil rouge.

8 Fridenson P., 2017, « Mutation de la grande entreprise en contexte italien : Ansaldo », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 17 Bis, mis en ligne le 21 novembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/acrh/7972

9 On pourra lire concernant ce débat la brillante contribution d’Yves Schwartz à propos du cas de l’industrie Mulhousienne. Schwartz Y., 1992, « Mulhouse au XIXe siècle, une exemplarité ambiguë », in Travail et philosophies. Convocations mutuelles, Toulouse, Octarès, p. 87-173.

10 Fridenson P., 2017, op. cit., § 11.

11 Sabel C. et Zeitlin J., 1985, « Historical Alternatives to mass production: politics, markets and technology in nineteenh-century industrialization », Past and Present, volume 108, issue 1, p. 133-176. URL : https://doi.org/10.1093/past/108.1.133

12 Schwartz Y., 1992, op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/nrt/docannexe/image/6385/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Jacquot, « Alain Dewerpe, Les mondes de l’industrie. L’Ansaldo, un capitalisme à l’italienne, Paris, Éditions de l’EHESS, Collection « En temps & lieux », 2017, 630 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 18 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nrt/6385

Haut de page

Auteur

Lionel Jacquot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals