Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Aurélie Jeantet, Les émotions au travail, Paris, CNRS Éditions, 2018, 321 p.

Angelo Soares

Texte intégral

1Voici un livre plein d’émotions qui démontre que nous ne pouvons plus laisser nos sentiments à la porte des Mondes du travail. En se servant d’exemples concrets tirés de différents métiers, Aurélie Jeantet met en évidence, au moyen d’analyses sensibles et novatrices, comment les émotions sont importantes et parfois même indispensables dans l’accomplissement du travail. En cela, l’auteure montre combien il est essentiel de considérer et d’analyser les émotions pour comprendre le travail. Elle essaie de s’approcher le plus possible du travail réel, un travail qui prend corps et âme avec les émotions dans leur diversité, leur ambivalence, leurs conséquences multiples ainsi que leur caractère potentiellement rebelle. Le but de l’auteure est de nous « aider à mieux comprendre ce que le travail requiert subjectivement, ce qu’il mobilise en chacun de nous, comment il nous transforme, ce qu’il nous fait » (p. 8). Elle a réussi son objectif.

  • 1 En 1988, la sociologie des émotions forme une section dans l’American Sociological Association (ASA (...)

2Dans le premier chapitre, Aurélie Jeantet commence par identifier les émotions qui sont mentionnées chez les auteurs classiques de la sociologie ; par exemple, l’anomie chez Durkheim et le charisme chez Weber. Ces deux auteurs ont mis l’accent sur les réponses émotionnelles associées à la religion, tout en les classant comme des forces importantes dans le maintien des formes sociales. Même Marx, peut-on ajouter, a considéré la vie émotionnelle comme façonnée par des structures sociales de production, au sein desquelles les expériences émotionnelles sont fortement déterminées par la classe sociale de l’individu. Cependant, l’auteure constate que, malgré toute l’importance que leur ont accordée les pères fondateurs de la sociologie, leurs successeurs laisseront les émotions et la vie émotionnelle de côté. Il faudra attendre les années 1970, pour que cette question retrouve toute son importance dans le concept de travail émotionnel, élaboré par Arlie Hochschild (1979 et 1983) qui, avec Theodore Kemper (1978a et 1978b) et Thomas Scheff (1979), font partie des précurseurs de la sociologie des émotions1.

3Aurélie Jeantet constate l’importance d’intégrer les émotions aux analyses et aux explications sociologiques. D’après elle, les émotions varient selon les situations et ne cessent de « surprendre tant le chercheur que le travailleur » (p. 59). C’est ainsi qu’il faut être ouvert « aux multiples imprévisibles et ambivalentes dimensions affectives du rapport subjectif au travail » (p. 59).

4Après son analyse des auteurs classiques – en posant toujours un regard critique –, l’auteure fait un premier état des lieux sur les différentes manières dont la sociologie du travail incorpore, ou mieux, évite les émotions, à travers une certaine quête « d’objectivité » ou de rationalité, où les émotions doivent être maîtrisées, puisque l’expression émotionnelle y est presque systématiquement considérée comme un manque de professionnalisme ou d’objectivité.

5Aurélie Jeantet analyse ensuite la sociologie des organisations en attirant notre attention sur le caractère réducteur de l’utilisation des émotions chez Michel Crozier. Celui-ci met en effet l’accent sur les émotions négatives, comprises comme « des symptômes de dysfonctionnement organisationnel », sans considérer que les émotions négatives peuvent également jouer un rôle positif dans les organisations ; dans son œuvre, les émotions se réduisent à des « problèmes psychologiques ».

6Dans ce premier chapitre, l’auteure réalise le tour de force de présenter, d’une manière novatrice, certains des débats ayant lieu dans les différentes disciplines qui analysent les émotions. Ainsi, dans le domaine du management, l’auteure fait ressortir le caractère instrumental, selon lequel les émotions sont utilisées comme un outil, un instrument où les émotions négatives sont à prescrire et les émotions positives naturalisées et valorisées. Cette dichotomisation des émotions sera également critiquée par Jeantet dans la conceptualisation et l’utilisation des émotions par les neurosciences. Certes, cette hiérarchie des émotions, en positives et négatives, est une des plus répandues, exprimant la centralité d’une composante évaluative des émotions, cependant, il faut l’analyser d’une manière critique comme l’a fait l’auteure, pour saisir la complexité et l’ambivalence des émotions humaines. Ainsi elle nous rappelle l’importance du contexte dans l’évaluation d’une émotion. Dans certains cas, il est difficile d’évaluer une émotion : par exemple, la nostalgie est-elle positive ou négative ? La peur est toujours classée comme une émotion négative, mais c’est grâce à cette émotion que nous sommes encore vivants, puisqu’elle nous éloigne des situations dangereuses. Turner et Stets (2005) nous invitent à être plus spécifiques et ils soulignent le fait que les théorisations sociologiques des émotions doivent dépasser cette conceptualisation, ce qu’a bien fait ici l’auteure.

7À la fin du chapitre, l’auteure nous offre une réflexion enrichissante sur la place des émotions dans le travail des chercheur·e·s, dans les terrains de recherche et dans les analyses sociologiques, ce qui, reconnaît Jeantet, implique « une conception du sujet qui ne se limite pas à un individu ou un acteur stratège, superficiel et monolithique. Les sujets que nous sommes ont une épaisseur affective, une histoire psychique, une sensibilité singulière, une ambivalence fondamentale […] Pour les sociologues, cette prise en compte n’est pas une mince affaire, car elle suppose une mise en cause des modèles sociologiques classiques » (p. 107).

8Dans le deuxième chapitre, nous trouvons des analyses fines sur les émotions rencontrées dans certains métiers. D’abord, Aurélie Jeantet analyse un classique de la sociologie du travail : L’établi, de Robert Linhart. Elle saisit, met en relief et explique d’une manière remarquablement sensible comment passer des sensations aux émotions : la surprise, la peur, l’angoisse de ne pas tenir les cadences. Cela nous donne l’envie de relire ce livre.

9Ensuite, l’auteure résiste à la tentation, simpliste et facile, de structurer ce chapitre d’après les métiers ou par le type d’émotions. Elle fait au contraire le pari, bien réussi, de le structurer selon les thèmes et les situations qui sont transversales à tous les métiers : elle fait ressortir ainsi le rôle des émotions. Le chapitre est enrichi par une analyse des différents métiers (les diplomates, les guichetiers, les postiers, les coiffeurs, etc.), et l’auteure fait ressortir et analyse plusieurs concepts : la culture émotionnelle et les émotions dans les collectifs de travail, les normes émotionnelles et le rôle de la socialisation dans la (re)production de ces normes, en encourageant et en découragent certaines émotions.

  • 2 Elles peuvent être définies comme des « émotions discrètes à part entière qui, malgré toutes leurs (...)

10Pour conclure ce chapitre, l’auteure analyse les émotions esthétiques, la passion, l’ennui et la peur. Le choix et le traitement de la peur et de l’ennui nous semblent incontournables, étant donné le nombre de recherches importantes qui ont déjà été réalisées sur ces deux émotions (Dejours, 1980 ; Dessors et Schram, 1992 ; Barbalet, 1999). L’analyse des émotions esthétiques2 au travail est, à notre avis, pionnière, et son exploration, en les associant à la question de la reconnaissance, à travers le jugement de la beauté (Dejours, 1992), est tout à fait inspirante et ouvre la porte à des analyses plus fines sur ces sujets.

11Dans le troisième et dernier chapitre, l’auteure examine d’abord la question du genre et des émotions, notamment sous l’angle des rapports sociaux de genre et de la division sexuelle du travail émotionnel. Elle situe ensuite les émotions dans le contexte du capitalisme, pour discuter le modèle hégémonique de la masculinité qui le caractérise. Les hommes « seraient par leur socialisation et leur rapport aux émotions, d’emblée plus adaptés au modèle capitaliste du travailleur ». Ainsi, on pourrait « ne pas seulement penser le caractère masculin du modèle capitaliste, mais aller jusqu’à penser le caractère capitaliste du modèle masculin. Les hommes seraient ainsi structurés et normés, dans leurs goûts, désirs, émotions ou absence d’émotion, par les exigences du système capitaliste » (p. 220). Pour conclure ce dernier chapitre, l’auteure discute du pouvoir des émotions comme forme de résistance face à la domination. Certes, elle le reconnaît bien, les émotions peuvent se situer du côté de la domination (l’humiliation, l’arrogance de la part des dominants ou encore la peur et la honte des dominés), mais les émotions peuvent aussi apporter l’espoir de la résistance, ainsi que la contestation à travers la déviance émotionnelle face aux normes établies.

  • 3 Nous utilisons ici le modèle créé par Kergoat (2012) pour expliquer la division sexuelle du travail (...)

12Deux éléments nous paraissent importants, du moins pour susciter un débat autour des émotions au travail. On observe d’abord avec l’émergence du capitalisme une séparation entre le domaine public (celui du rationnel, de la production) et le domaine privé (lieu de l’émotionnel, du domestique et de la reproduction). On constate ainsi, non seulement des transformations dans les différentes divisions sociales du travail, associées aux différents rapports sociaux de sexe, d’ethnicité, de classe et de race, mais aussi, comme le souligne Heller (1980), une division sexuelle des émotions dans laquelle celles exprimées par les femmes sont considérées soit comme inférieures, soit comme supérieures, mais rarement comme égales à celles manifestées par les hommes. Plus précisément, on observe la présence de deux principes organisateurs3 dans la division sexuelle des émotions. Il y a d’abord celui de la séparation, c’est-à-dire qu’il y a des émotions d’hommes (par exemple, la colère) et des émotions de femmes (par exemple, la peur). Il y a ensuite le principe hiérarchique, c’est-à-dire que les émotions des hommes sont valorisées, tandis que celles des femmes sont plutôt dévalorisées, ou pire, considérées comme propres à la « nature » féminine.

  • 4 Voir notamment sur cette question Shields (2013) pour un historique et une critique de ce stéréotyp (...)

13Nous croyons donc que, non seulement les hommes, mais aussi les femmes, par leur socialisation et leur rapport aux émotions, sont structurés, normés, façonnés dans leurs goûts, leurs désirs et leurs émotions par les exigences du système capitaliste. Il faut observer que nous évitons ici de parler de « l’absence d’émotion », puisque l’idée d’une expression émotionnelle restreinte de la part des hommes comme faisant partie de l’hétéronormativité masculine ne jouit pas d’appui empirique4.

  • 5 Voir aussi Evans (2013), Harlow (2003) et Soares (2002).

14Enfin, malgré le fait que l’auteure reconnaît la consubstantialité des rapports sociaux dans les émotions au travail, elle en est restée aux rapports sociaux de sexe et de classe, sans considérer, par exemple, les rapports de race et d’ethnicité. Ces deux relations ont néanmoins des effets importants dans l’accomplissement du travail émotionnel. C’est ainsi que Wingfield (2010) met en relief l’importance des rapports sociaux de race dans l’expression des émotions au travail, car les travailleuses et les travailleurs noirs sont soumis, non seulement à différentes normes émotionnelles qui renforcent les inégalités raciales, mais encore leurs expressions émotionnelles ne sont pas interprétées de la même manière, ce qui comporte des conséquences différenciées lorsque l’on prend en considération les rapports sociaux de race. De plus, le racisme exige davantage l’accomplissement du travail émotionnel5. La charge du travail émotionnel varie donc également selon les rapports de race et d’ethnicité.

15Somme toute, la lecture de ce livre nous fait réfléchir en nous questionnant sur la réalité des émotions au travail ainsi que sur leur place dans la sociologie, en particulier dans la sociologie du travail, tout en ouvrant des perspectives analytiques novatrices, puisque « parler des émotions, c’est parler du travail réel – et inversement, parler du travail réel, c’est parler des émotions » (p. 295).

Haut de page

Bibliographie

Barbalet Jack (1999), “Boredom and social meaning”, The British Journal of Sociology, 50 (4), p. 631-646.

Crozier Michel (1971), « Sentiments, organisations et systèmes », Revue française de sociologie, 12 (1), p. 141-154.

Dejours Christophe (1980), Travail, usure mentale, Paris, Bayard.

Dejours Christophe (1992), « Intelligence ouvrière et organisation du travail (À propos du modèle japonais de production). », In Hirata Helena, Autour du « Modèle » Japonais. Paris, L’Harmattan.

Dessors Dominique et Jean Schram (1992), « La peur au cœur », Informations sociales – Enquêtes sur la peur, 24, p. 80-90.

Evans Louwanda (2013), Cabin Pressure: African American Pilots, Flight Attendants, and Emotional Labor, Lanham, Rowman & Littlefield Publishers.

Harlow Roxanna (2003), “Race Doesn't Matter, but...": The Effect of Race on Professors' Experiences and Emotion Management in the Undergraduate College Classroom”, Social Psychology Quarterly, 66 (4), p. 348-363.

Hochschild Arlie. R. (1975), “The Sociology of Emotions: Selected Possibilities”, In Millman M. et Kanter R. M. (Ed.), Another Voice, Garden City, NY: Anchor Press.

Hochschild Arlie. R. (1979), “Emotion Work, Feeling Rules, and Social Structure”, American Journal of Sociology, 85, p. 551-575.

Hochschild Arlie R. (1983), The Managed Heart Commercialization of Human Feeling. Berkeley, University of California Press (traduit en français en 2017, Le prix des sentiments : au cœur du travail émotionnel, Paris, La Découverte).

Kemper Theodore D. (1978a), A Social Interactional Theory of Emotions, New York, John Wiley.

Kemper Theodore D. (1978b), “Toward a Sociology of Emotions: Some Problems and Some Solutions”, The American Sociologist, 13, p. 30-41.

Kergoat Danièle. (2012), Se battre, disent-elles, Paris, La Dispute.

Linhart Robert (1981), L’établi, Paris, Minuit.

Menninghaus Winfried, Wagner Valentin, Wassiliwizky Eugen, Schindler Ines, Hanich Julian, Jacobsen Thomas et Stefan Koelsch (2019), “What are Aesthetic Emotions?”, Psychological Review, 126 (2), p. 171-195.

Scheff Thomas J. (1979), Catharsis in Healing, Ritual, and Drama, Berkeley, University of California Press.

Shields Stephanie A. (2013), “Gender and Emotion: What We Think We Know, What We Need to Know, and Why It Matters”, Psychology of Women Quarterly, 37(4), p. 423-435.

Soares Angelo (2002), « Les émotions dans le travail », Travailler, 9, p. 9-18.

Turner Jonathan H. & Stets, Jan E. (2005), The Sociology of Emotions, New York, Cambridge University Press.

Wingfield Adia H. (2010), “Are Some Emotions Marked ‘Whites Only’? Racialized Feeling Rules in Professional Workplaces”, Social Problems, 57 (2), p. 251-268.

Haut de page

Notes

1 En 1988, la sociologie des émotions forme une section dans l’American Sociological Association (ASA).

2 Elles peuvent être définies comme des « émotions discrètes à part entière qui, malgré toutes leurs différences de nature affective, évaluations pertinentes, et d’autres composantes de l’émotion, incluent toujours une évaluation esthétique / appréciation des objets ou événements à l’étude » (Menninghaus et al., 2019, p.171).

3 Nous utilisons ici le modèle créé par Kergoat (2012) pour expliquer la division sexuelle du travail. À notre avis, il sert aussi pour les émotions.

4 Voir notamment sur cette question Shields (2013) pour un historique et une critique de ce stéréotype.

5 Voir aussi Evans (2013), Harlow (2003) et Soares (2002).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Angelo Soares, « Aurélie Jeantet, Les émotions au travail, Paris, CNRS Éditions, 2018, 321 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 19 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nrt/6390

Haut de page

Auteur

Angelo Soares

Université du Québec à Montréal, Département d’Organisation et ressources humaines, Montréal, Canada

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals